biver

Première comète interstellaire de l'histoire?

Recommended Posts

Ben l'explication la plus rationnelle c'est que rien ne nous preparait à un tel objet, qui n'est pas un OVNI, c'est le SETI qui doit être vert.

 

:D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

A priori la bonne formule liant la densité, période de rotation et rapport des axes ((a/b)2 ou a2/bc), en partant de l'hypothèse d'un ellipsoide homogène qui a une vitesse de rotation telle que l'accélération centrifuge à ses extrêmités soit égale à la gravité est donnée dans les articles de Jewitt et celui de Banister, et donne rho = 10900*(x/P)2 où x=a/b (ou racine de a*a/b/c) et P la période de rotation en heure, rho la densité en km/m3

Par exemple si vous l'appliquez à Haumea, un cas assez extrème, de 2320x1705x1025km tournant en 3.91h, cela donne une densité critique de 2.19 (2190 kg/m3), tout à fait compatible avec les valeurs annoncées de 2.6 à 3.

Mais dans le cas extrême d'un rapport x=10 comme dans l'article de Meech, pour une période de 7.34h, cela donne bien un densité de 20.2 !

Donc si on ne considère pas qu'il est en or ou platine massif, cela veut dire que c'est plutôt un objet monolithique type rocher allongé, de densité maxi de l'ordre de 3-4 (en grande partie rocheux (silicates) voir métallique) alors et donc sans régolite ni blocs à la surface (du moins près de ses extrémités).

 

Donc désolé JLD, mais l'illustration de Ciel et Espace avec un Itokawa allongé est mauvaise (:o) car c'est incompatible avec un objet si allongé qui tourne en moins de 8h - il serait déjà éclaté en plusieurs morceaux ou aurait éjecté tous ces blocs à la surface - à moins que ceux-ci soient dissociés et juste un paquet de débris en orbite autour d'un centre de gravité (si cela reste physiquement possible, mais je ne suis pas si spécialiste des "rubble piles" en rotation rapide) 

 

Après les idées un peu science fiction de vaisseau en perdition... pourquoi pas - s'il est brillant (peint en rouge clair ;)) il n'est peut-être pas beaucoup plus grand que nos premiers étages de fusées terrestres!

Et puis reste la possibilité de taches d'albédo très importantes...

Toujours est-il que cette courbe de lumière est aussi insolite que sa trajectoire!

 

A suivre,

 

Nicolas

 

Edited by biver
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

arf arf arf il y a des drôles à C&E

Je me demande qui a pu faire ressembler notre objet à un vieux saucisson cochonou !!!! xD

 

 

oumuamua-5a14.jpg

  • Like 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, biver a dit :

désolé JLD, mais l'illustration de Ciel et Espace avec un Itokawa allongé est mauvaise (:o) car c'est incompatible avec un objet si allongé qui tourne en moins de 8h - il serait déjà éclaté en plusieurs morceaux ou aurait éjecté tous ces blocs à la surface - à moins que ceux-ci soient dissociés et juste un paquet de débris en orbite autour d'un centre de gravité (si cela reste physiquement possible, mais je ne suis pas si spécialiste des "rubble piles" en rotation rapide) 

C'est l'hypothèse de Patrick Michel. Lui estime que la vitesse de rotation est compatible avec un rubble pie. A ce stade je pense que toute hypothèse est bonne à prendre et celle-ci ne me semble pas être la plus folle. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vais lui poser la question, car peut-on avoir un objet constitué de blocs juxtaposés avec une accélération centrifuge aux extrémités supérieure à la gravité qui tienne longtemps: soit cette forme résulte juste de son passage au périhélie il y a 2 mois et est temporaire (il est en train de se disloquer, mais on aurait vu un nuage de poussières autour), soit il existe une force de cohésion importante qui le tient depuis des millions d'années...

Nicolas

Edited by biver

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu as déjà calculé qu'aux extrémité l’accélération centrifuge est plus forte que la gravitation ?
Ça dépend de la densité que l'on ne connaît pas je suppose aussi ? 

On a un moyen de la déterminer la densité ?
Est ce qu'il ne peut pas y avoir une cohésion liée à la friction des blocs entre eux ?
Itokawa tient alors qu'il fait 600m et tourne en 12h. Il a plus de masse car il n'est pas aussi fin, mais la force centrifuge est 50% plus forte aux extrémités de Itokawa (sauf erreur de ma part avec 600 m vs 400 m et 12 h vs 8h). 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Il y a 3 heures, jldauvergne a dit :

C'est l'hypothèse de Patrick Michel. Lui estime que la vitesse de rotation est compatible avec un rubble pie. A ce stade je pense que toute hypothèse est bonne à prendre et celle-ci ne me semble pas être la plus folle. 

 

Tiré d'un article du Figaro, les propos de P. Michel m'avait conduit à penser qu'il ne favorisait pas l'hypothèse  rubble pile mais qu'il évoquait une idée émise outre atlantique.

Mais peut-être ai-je mal compris ?...

 

Extrait de l'article :

«Il existe des objets allongés dans le Système solaire, mais pas de façon aussi extrême», souligne Patrick Michel. Cette forme est intrigante. Elle suppose que ‘Oumuamua est relativement solide pour ne pas s'être désintégré au moment où il a été chassé de son propre système planétaire. Selon toute vraisemblance, cela se serait produit assez tôt dans son histoire. «Son spectre (l'analyse de la lumière qu'il renvoie, NDLR) est très rouge et semble pointer vers un objet très primitif si on le compare à notre propre Système solaire», poursuit le spécialiste. «Il contiendrait beaucoup de métal et de matière organique.»

 

Toujours est-il qu'on comprend mal comment un agrégat, quelque soit sa composition, aurait pu conserver sa cohérence au moment de l'éjection de son système d'origine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Patrick m'a répondu que les forces de friction peuvent effectivement suffir à maintenir entre eux les blocs du "rubble pile" dans le cas présent a priori, mais on les laisse travailler sur leur article...:)

Il m'a aussi dit que dans ses simulation il ne créait pas d'objets aussi alongés... Sinon comme dit plus haut, avec la physique de base de lycée, l'accélération centrifuge vaut v2/r = (2pi.a/P)2/a à l'extrémité de l'objet de demi grand-axe a, et la gravité g=-G.M/r2 = -G.rho.4/3pi.abc/a2 pour l'ellipsoide traxial a.b.c (rho = masse volumique)... pour le cas limite je dis que l'un est égal à l'autre, qui me donne la relation entre rhocritique, P et a2/bc... ou (a/b)2 si on n'a que le rapport de 2 axes (et suppose c=b).

Alternativement, on pourrait supposer que l'objet a une densité raisonable (mais pas plus que 5.5 qui est celle de la Terre ou Mercure les plus denses du sytème solaire, riches en Fer), disons 5 maxi, et calculer les accélérations aux extrémités: g =  -0.6.10-5 ms-2 et acentrifuge=+2.3.10-5 ms-2 ... (pour a=400m, mais le rapport des 2 n'en dépend pas), et c'est effectivement des forces très faibles que la friction peut peut-être contrecarrer (1 n sur un bloc de masse 60 tonnes, 2.3m de côté)!

 

Nicolas

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jean-Luc, si c'est bien 600m/12h d'un côté, et 400m/8h de l'autre, alors l'accélération centrifuge (rϖ²) aux extrémités du premier est 2/3 de celle du deuxième (-33%).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Fini (?) l’hypothèse d’un astéroïde métallique, on en revient à l’idée plus classique d’un objet cométaire rendu inactif par une épaisse couche de matière organique :

 

http://www.lecosmographe.com/blog/ʻoumuamua-de-la-glace-sous-une-couche-de-matiere-organique/

 

"...En s’appuyant sur des observations de la lumière du Soleil réfléchie par ʻOumuamua, réalisées avec le VLT et télescope Herschel de La Palma, Alan Fitzsimmons et son équipe concluent que l’objet venu d’ailleurs a des caractéristiques communes avec certains corps célestes des confins de notre Système solaire. Des planétésimaux riches en glace et couverts d’une couche de matière organique.

« Nos données ont révélé que sa surface était rouge à la lumière visible mais semblait plus neutre ou grise dans la lumière infrarouge explique l’astrophysicien, ajoutant que « c’est le genre de lecture que vous attendez [l’auteur principal de cette étude a réalisé des expériences en laboratoire dans ce domaine, NDLR] d’une surface faite de glaces et de poussière cométaire qui a été exposée à l’espace interstellaire durant des millions ou des milliards d’années ».

La surface de ce morceau de glace errant dans la galaxie depuis peut-être des milliards d’années aurait donc été asséchée par les rayons cosmiques. Et les réactions chimiques crées par ceux-ci auraient progressivement formé une croute rougeâtre riche en matière organique qui, pour ʻOumuamua, serait épaisse de 50 cm. Une sorte de cuirasse qui protégerait l’intérieur des agressions externes et expliquerait pourquoi aucun gaz ne s’en est visiblement volatilisé lors de son passage au plus près du Soleil, le 9 septembre dernier, à seulement 37 millions de kilomètres..."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après A/2017 U1 `Oumuamua, le 4 mars, coup sur coup, deux nouveaux astéroïdes hyperboliques viennent s'ajouter à la liste.
Cependant, à contrario du premier, ils apparaissent trop faiblement hyperboliques pour susciter une réelle provenance interstellaire.

 

 A/2017 U7, découvert le 29/10.2017 (Pan-STARRS 1, Haleakala)
 q = 6,419 UA,    e = 1,00176,   incl. = 142,64 °
 H = 10.6,   mag.V actuelle = 20,6 (8,23 UA)
 87 observations du 18/08/2017 au 10/02/2018,  périhélie le 10/09/2019
https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18E17.html
https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=2017 U7
https://en.wikipedia.org/wiki/A/2017_U7

https://twitter.com/RonBaalke/status/970724567172898816

 

 A/2018 C2, découvert le 05/02/2018 (Mt. Lemmon Survey)
 q = 1,956 UA,    e = 1,00146,   incl. = 34,45 °
 H = 15.1,   mag.V actuelle = 19,0 (1,57 UA)
 148 observations du 28/01 au 27/02/2018,  périhélie le 02/06/2018
https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18E18.html
https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=2018 C2
https://en.wikipedia.org/wiki/A/2018_C2

https://twitter.com/RonBaalke/status/970725896557510656

 

5aa1c2797f07c_A-2017U7_JPL-SBDB_20180308.png.c36722a32e1060ac1a57b4edf1df5d14.png

5aa1c291dd153_A-2018C2_JPL-SBDB_20180308.png.1e4cd05149d673c6b6001b0d88991220.png

Edited by BobMarsian
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, mais il faut rajouter les lignes - les orbites sont plutôt paraboliques voir définitivement elliptique pour le 2e sur le long terme:

A/2017 U7:

The original barycentric 1/a value is +0.00011957 au^-1 and the future barycentric 1/a value is -0.00000374 au^-1.

 

A/2018 C2:

The original barycentric 1/a value is +0.00007024 au^-1 and the future barycentric 1/a value is +0.00041881 au^-1.

 

Des circulaires MPEC citées ci-dessus, qui précisent donc que les aphélies respectives sont à 16730 et 28476 UA (+- ....), donc dans le nuage de Oort.

Ce sont deux astéroides (pour l'instant dans la mesure où ils apparaissent inactifs) qui viennent du nuage de Oort, ou comètes éteintes, mais pas des objets extérieurs au système solaire

 

Un des records précédents était A/2017 MB7 (aphélie 5300 UA)

 

Nicolas

 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, biver a dit :

Des circulaires MPEC citées ci-dessus, qui précisent donc que les aphélies respectives sont à 16730 et 28476 UA (+- ....), donc dans le nuage de Oort.

Ce sont deux astéroides (pour l'instant dans la mesure où ils apparaissent inactifs) qui viennent du nuage de Oort, ou comètes éteintes, mais pas des objets extérieurs au système solaire

 

Merci Nicolas ;) pour ces importantes précisions sans être certain d'avoir tout compris dont les déductions pour obtenir les valeurs d'aphélie selon les données des deux MPECs :/ ---> OK, pigé le calcul, au temps pour moi :$

 

A noter la magnitude absolue relativement importante de A/2017 U7 ---> H = 10,644, ce qui implique une fouchette typique de taille allant de 18 km (si albédo 30 %) à 45 km (si albédo 5 %), .... peut-être un peu élévée pour correspondre à un noyau cométaire, non ?
J'espère que quelques grands télescopes vont être mis à contribution pour justement déterminer ces valeurs d'albédo ...

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ces infos Bob et Nicolas !

Une aphélie à 28476UA, ça fait environ 4.271milliards de km du soleil, c'est ...dingue !

Martial

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le rythme des découvertes d'astéroïdes hyperboliques semble s'accéléré avec le dernier en date :
A/2018 F4, repéré la 1ère fois le 17 mars dernier au télescope Pan-STARRS 1 (Haleakala).
Depuis, 66 observations réparties sur 11 jours jusqu'au 28 mars.

 

e = 1,0562,  q = 3,422 UA,  i = 79,2 °,  périhélie le 21 novembre 2019
H = 11,9 ===> dimension entre 10 km (si albédo 30 %) et 26 km (si albédo 5 %)

 

En fait, davantage hyperbolique que les deux précédents découverts A/2017 U7 et A/2018 C2*, il pourrait bien le rester à terme à l'instar de  1I/2017 U1 ('Oumuamua), d'origine interstellaire.

* A/2018 C2 est apparu depuis de nature cométaire et prend la désignation C/2018 C2 (Lemmon)

 

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18FD9.html

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=2018 F4

https://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=A/2018 F4&commit=Show

https://twitter.com/RonBaalke/status/979052599293833216

 

5abd27d472d18_A-2018F4_JPL-SBDB_20180329.png.7a8493dcde7503f8ba80e1a31445d1c0.png

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, BobMarsian a dit :

Le rythme des découvertes d'astéroïdes hyperboliques semble s'accéléré avec le dernier en date :

 

Si cela se confirme, avec LSST dans quelques années, on aura plusieurs découvertes par an, et du coup... le fantasme d'aller en visiter un deviendra - peut-être - réalité...............

OK, c'est pas pour demain, mais quand même, ça fait rêver...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Superfulgur a dit :

le fantasme d'aller en visiter un deviendra - peut-être - réalité...............

En quoi ça serait différent des objets de notre système ??

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, jackbauer 2 a dit :

En quoi ça serait différent des objets de notre système ??

 

Le fait qu'on ne les connaisse pas avant de les détecter, qu'il faille s'adapter à leur orbite "au dernier moment" , qu'utiliser des "frondes gravitationnelles" sera dans la plupart des cas impossible et surtout le fait que leur vitesse soit très grande (supérieure aux sondes, par exemple, dans le cas de Umuamua.

 

Bref, on en est pas encore là...

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

arf, malentendu : je voulais parler de la composition chimique d'un tel objet par rapport à ceux qui gravitent dans notre système !

 

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/asteroides-projet-lyra-sonde-explorer-asteroide-oumuamua-69335/

 

Concernant une mission spatiale vers un tel objet, certains ont imaginé une mission vers Oumuamua : le projet LYRA

 

Extrait :

« …des scénarios de missions avec une date de lancement à l'horizon 2025, utilisant comme lanceur le Space Launch System de la Nasa ou le Big Falcon Rocket de SpaceX, permettraient de donner suffisamment de vitesse à une sonde pour rattraper l'astéroïde. Ainsi, avec une vitesse d'environ 70 kilomètres par seconde, `Oumuamua serait rejoint en 2039, à une distance de 85 (UA)… »

 

Mais bon, le jeu en vaut il la chandelle ?

Edited by jackbauer 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien vu pour A/2018 F4... mais pas de précipitation, car visiblement il n'est pas encore sur que l'objet ne vienne pas du système solaire (nuage de Oort), car le 1/a-original est à 1-sigma de valoir 0.0 (orbite initialement parabolique): -0.0088 +- 0.0090 (en haut à droite de la page)

(https://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=A%2F2018+F4 - lien déjà donné au-dessus ;))

donc attendons un peu plus de mesures pour savoir si ce n'est pas une comète du nuage de Oort encore bien loin avant d'être active.

Nicolas

Edited by biver
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 31/03/2018 à 20:03, biver a dit :

Bien vu pour A/2018 F4... mais pas de précipitation, car visiblement il n'est pas encore sur que l'objet ne vienne pas du système solaire (nuage de Oort), var le 1/a-original est à 1-sigma de valoir 0.0 (orbite initialement parabolique): -0.0088 +- 0.0090 (en haut à droite de la page)

(https://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=A%2F2018+F4 - lien déjà donné au-dessus ;))

donc attendons un peu plus de mesures pour savoir si ce n'est pas une comète du nuage de Oort encore bien loin avant d'être active.

 

Des news ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Première comète interstellaire de l'histoire?"

 

Dans ces quatre pages j'espère que quelqu'un a demandé "vraiment?"

De quelle histoire je me demande?

La rendition de cet objet me fait pensé plutôt à une vieille baguette rassis de campagne!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By airbus340
      Bonsoir à tous ,
       
      Voici une petite C/2020 T2 PALOMAR du 20/02/2021 en 20 x 2' 
       
      Ph

    • By COM423
      Bonjour,
      Je vous propose une image de  409P/LONEOS-Hill, une comète périodique de période égale à 15 ans  qui effectue son premier retour au périhélie, depuis sa découverte en 2005 (P/2005 XA54).
      Elle a été retrouvée le 16 novembre 2020 (P/2020 V1), ce qui a donc permis de la numéroter.
      Elle est passée au périhélie le 28 janvier 2021, à 1,75 ua du Soleil et passe au périgée dans la première semaine de mars (à 0,89 ua de la terre).
      Cela reste une comète faible (m1=16) mais elle est facile en CCD et montre une longue queue de gaz :

      Compositage de 29 poses de 02 min au C11 à F/D=6,3 + ST8XME le 08/02/2021 à 03h14 utc
      On peut suivre la queue sur près de 3' de longueur, et elle est vraiment très contrastée sur près de 55 arcsecondes :

      à tel point que selon le réglage des seuils, j'ai eu l'impression sur les brutes qu'il y avait un fragment près du noyau (ce qui n'est donc pas le cas).
       
      Comme toute comète, elle s'est bien déplacée durant les acquisitions comme le montre la registration sur les étoiles :

      Moi, je la trouve plutôt photogénique, j'espère que çà vous plaira aussi
      Bonnes observations à tous,
       
    • By Daniel Malaise
      Bonne nouvelle ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, nous avons retrouvé « notre » photomètre !
       
      Il y a quelques semaines, mon fils avait pris contact avec l’Observatoire d’Ondřejov pour leur demander s’ils pouvaient par hasard remettre la main sur le spectrophotomètre quelque part dans leur grenier ou leur cave…
       
      Et ils l’ont retrouvé ! Nous avons d’ailleurs reçu une réponse fort aimable et sommes très reconnaissants! Nous nous rendrons en Tchéquie dès que la situation sanitaire le permettra, pour ramener cette « relique » dans nos archives
       
      Vous pouvez suivre cette aventure et d'autres sujets sur mon blog d'astronomie.
       
      Profitez de la vie et restez en contact !
       
      Daniel Malaise, Dr Sc
      Science lovers blog

    • By RIGEL33
      Trois comètes en deux jours !
       
      Les 12 et 13 novembre 2020 durant le second confinement, j’ai sorti à nouveau mes setups dans le jardin d’Ayguemorte-les-Graves. Trois comètes étaient de passage et, pour 2 d’entre elles, je ne les avais jamais imagé. Donc, malgré la pollution lumineuse du lieu, je m’attelais à leur recherche.
      Les images sont un peu pourrites mais les conditions étaient vraiment minables. Le gradient a été très difficile à traiter et reste imparfait, ainsi que l’équilibre des couleurs. Mais bon… comment résister à l’appel des comètes ?
       
       
      La première, prise au 12 novembre, est 156P/Russel-LINEAR. C’est une comète périodique qui tourne autour du Soleil en environ 6,5 ans. Elle a été co-découverte par KS Russel en 1986 et par un observatoire automatique (LINEAR) en 2000.
      Bien qu’elle fût faible en luminosité, j’ai tenté le grand champ car ce soir-là, elle au plus près de la planète Neptune, rapprochement apparent depuis le sol terrestre.
       
      156P/Russel-Linear
      Setup grand champ
       
      Canon 350D défiltré partiel + filtre CLS EOS Clip avec objectif 70-300, focale à 108 mm, ouvert à f4.5 sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage)
      156 poses de 2 mn (film) – 117 poses (photo) – ISO 800 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop, VirtualDub et Fitswork
       
      Registration sur la comète

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
      Régistration sur les étoiles

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
      Version annotée

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
       
      La seconde, prise en début de soirée du 13 novembre, est 88P/Howell. C’est une comète périodique qui tourne autour du Soleil en environ 5,5 ans. Elle a été découverte par Ellen Howell en 1985.
      Bien qu’elle aussi fût faible en luminosité, j’ai tenté le grand champ car ce soir-là, elle passait près de la planète Jupiter, rapprochement apparent depuis le sol terrestre. A la lunette, on la voyait assez bien car elle arborait une belle coma verte. Seul inconvénient, je n’ai que peu de poses car elle s’est couchée rapidement… d’ailleurs, on peut voir les arbres apparaître sur les images finales. Le plus est que j’ai pu l’imagée en grand champ près de la planète Jupiter.
       
      88P/Howell
      Setup grand champ
       
      Canon 350D défiltré partiel + filtre CLS EOS Clip avec objectif 70-300, focale à 133 mm, ouvert à f4.5 sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage)
      62 poses d’1 mn (film) – 47 poses (photo) – ISO 800 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop, VirtualDub et Fitswork
       
      Registration sur la comète et les étoiles

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
      Registration sur la comète et les étoiles (annotée)

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
       
      Setup Lulu
       
      Canon 7D défiltré partiel + filtre CLS au foyer d’une lunette 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage)
      15 poses d’1 mn (photo + film) – ISO 6400 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop, VirtualDub et Fitswork.
       
      Registration sur la comète

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
      Régistration sur les étoiles

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
       
      La troisième, prise en seconde partie de nuit du 13 au 14 novembre, est C/2020 M3 Atlas, déjà imagé le en début de mois alors qu’elle commençait son ascension de la constellation d’Orion. Elle devait remontée le flanc gauche du Grand Chasseur durant ce mois de confinement. La comète a été découverte par ATLAS, un système d'alerte précoce contre l'impact d'astéroïdes.
      C/2020 M3 a fait son périhélie le 25 octobre dernier, et a été au plus près de nous le 14 novembre avant de s’éloigner vers le système solaire externe. Elle ne reviendra pas avant 139 ans.  
      Sans contexte la plus brillante des trois, j’ai pu l’imager sur les deux setups en place une bonne partie de la nuit. Je suis toutefois un peu déçue du résultat sur le grand champ… la mise au point est imparfaite et les étoiles filent énormément sur les bords… à tel point, que j’ai cropé l’image.
       
      C/2020 M3
      Setup grand champ
       
      Canon 350D défiltré partiel + filtre CLS EOS Clip avec objectif 70-300, focale à 133 mm, ouvert à f4.5 sur monture StarAdventurer (sans goto ni autoguidage)
      170 poses de 2 mn (film) – 139 poses (photo) – ISO 800 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop, VirtualDub et Fitswork
       
      Registration sur la comète

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
      Régistration sur les étoiles

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
       
      Setup Lulu
       
      Canon 7D défiltré partiel + filtre CLS au foyer d’une lunette 100/900 sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage)
      304 poses d’1 mn (film) et 247 poses d’1 mn (photo) – ISO 6400 – 25 DOF – Camera RAW, Toshop, VirtualDub et Fitswork.
       
      Registration sur la comète

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
      Régistration sur les étoiles

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
       
      Le film
       
       
       
    • By symaski62
      La Terre a un astéroïde de Troyens , 2010 TK7
       
      https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=2010 TK7
       
      Mais le 2020 XL5 nouvellement découvert est un bon candidat car il libère autour du point L4 de la Terre, et continuera de le faire pendant des milliers d'années.
       
      https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=2020 XL5
       
         incroyable !    2020 XL5  Troyens    
       
       
       
  • Upcoming Events