biver

Première comète interstellaire de l'histoire?

Recommended Posts

Je ne sais pas s'il s'agit de l'article sur ArXiv (https://arxiv.org/pdf/1810.11490.pdf) pointé par spaceweather.com, mais l'idée était plutôt qu'il s'agirait d'un objet de type voile solaire avec un gros rapport surface/masse pour expliquer l'accélération observée par d'autres sur les mesures astrométriques... et là évidemment tout le monde pense à un objet artificiel et se fait plaisir à imaginer une autre civilisation à son origine.

Critiquer cela uniquement sur la base dogmatique qu'il n'existe pas de civilisation extraterrestre, n'est pas forcément intelligent, mais d'un autre côté il ne faut pas non plus en profiter pour élaborer des thèses de science fiction.

 

Nicolas

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
il y a 26 minutes, biver a dit :

mais d'un autre côté il ne faut pas non plus en profiter pour élaborer des thèses de science fiction.

C’était bien le pourquoi de ma courte intervention précédente.

 

Yoann

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, biver a dit :

Je ne sais pas s'il s'agit de l'article sur ArXiv

 

Oui.

Les auteurs concluent

"We have shown that the observed non-gravitational acceleration
of ‘Oumuamua, may be explained by Solar radiation
pressure"

 

Mais un peu plus loin

"While our scenario may naturally explains the peculiar acceleration
of ‘Oumuamua, it opens up the question what kind
of object might have such a small mass-to-area ratio?"

Ce sont donc des chercheurs qui se posent des questions, normal pour des chercheurs.

 

Et encore un peu plus loin ils osent (s'aventurent)

"then ‘Oumuamua represents a new class of thin
interstellar material, either produced naturally,through a yet
unknown process in the ISM or in proto-planetary disks, or of
an artificial origin."

 

Le mot est lâché...

Il s'ensuit un certain nombre d'hypothèses sur l'origine artificielle de Oumuamua.

 

Maintenant, que les média n'aient retenu que la fin pour le fun, faut bien tomber dans le sensationnalisme pour vendre !

Edited by iblack

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans la série ET or not ET (plus probable dans le cas suivant) :

 

Une possible origine interstellaire de la comète C/2014 W10 PANSTARRS selon une nouveau calcul (sur 17 observations vs 14, sur un mois seulement) de son orbite dont l'excentricité atteindrait 1,65 (1,653 ± 0,409) selon la solution nominale considérée comme l'orbite définitive par les auteurs du papier :


 "Have we missed an interstellar comet four years ago?"  -  Piotr A. Dybczyński et al.
  https://arxiv.org/abs/1810.12766  (30 oct. 2018)

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ce dernier cas (C/2014 W10), j'ai donné mon avis sur la liste les_cometes: une excentricité supérieure à 1.000 à 1.5 sigmas (dans certaines solutions astrométriques, pas toutes), ça n'est pas très significatif et j'ai souvent vu des paramètres orbitaux évoluer de bien plus que 2 sigmas (2x erreur annoncée) avec plus de mesures...

Là on ne parle que de 17 mesures sur à peine un mois... pour 'Oumuamua e=1.199+-0.001, c'est du 200 sigmas.

... Dans cette démarche on pourrait reprendre toutes les comètes peu observées, surtout celles avant le 17e siècle, et leur trouver des excentricités > 1...

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/7/2018 à 12:32, iblack a dit :

Maintenant, que les média n'aient retenu que la fin pour le fun, faut bien tomber dans le sensationnalisme pour vendre !

On peut quand-même rajouter que le second auteur de l'étude est un spécialiste des articles sensationnalistes. Il y a quelques années, il avait proposé que la vie dans l'Univer soit apparue quand le redshift était d'environ 100 ou 110 , car cela correspondant au moment où la température du rayonnement fossile était de l'ordre de celle qu'il y a sur Terre. Nul besoin d'étoile pour chauffer le stromatolithe de base, l'écho lumineux du Big Bang s'en chargeait, disait-il. Sa liste de publications, longue comme plusieurs bras,  comporte de nombreux autres articles aux titres suffisamment accorcheurs pour qu'il soit probable qu'il y ait une intention délibérée d'attirer l'attention. Ceci étant il a aussi des états de service plus honorables.

 

Reste à savoir dans quelle catégorie d'article tomberont les promesses qu'il fait depuis des années au sujet de l'Event Horizon Telescope qui, nous dit-il, fera une photo du centre galactique. Idem pour le projet Breakthrough Starshot Initiative, autour duquel il grenouille, qui vise à envoyer vers Proxima du Centaure une sonde propulsée par voile solaire en graphène et des lasers hyperpuissants.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, dg2 a dit :

Reste à savoir dans quelle catégorie d'article tomberont les promesses qu'il fait depuis des années au sujet de l'Event Horizon Telescope qui, nous dit-il, fera une photo du centre galactique. Idem pour le projet Breakthrough Starshot Initiative, autour duquel il grenouille, qui vise à envoyer vers Proxima du Centaure une sonde propulsée par voile solaire en graphène et des lasers hyperpuissants.

 

Bon sang, il participe à EHT ? Je savais pas… C'est pas forcément une bonne nouvelle.

 

Pour Proxima, j'ai des amis astronomes pros qui participent à ce truc, c'est bien plus crédible il s'agit seulement de créer des sondes spatiales de 2 grammes poussées par des lasers alimentés par des centrales à fusion nucléaire, toutes technologies bien maîtrisées.

 

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎26‎/‎10‎/‎2017 à 10:27, jackbauer 2 a dit :

Depuis des milliards d'années que notre système se ballade dans la galaxie j'imagine qu'il doit posséder un paquet d'objets qui ne sont pas nés autour du Soleil....

 

Oui, et vice-versa, des objets bien de chez nous partis voir là-bas si c' est pas mieux !

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Six Strange Facts About`Oumuamua." :
  Un papier d'Abraham Loeb* qui préside le département astro d'Harvard.
    "`Oumuamua is nothing like we expected or seen before in the Solar System."
https://arxiv.org/abs/1811.08832  (22 nov. 2018 [V2]),
 ou dans Scientific American  (20 nov. 2018) :
https://blogs.scientificamerican.com/observations/6-strange-facts-about-the-interstellar-visitor-oumuamua/

 

Le point 5 aborde le fait récent comme quoi l'observatoire spatial IR Spitzer n'est pas parvenu a détecter le flux de chaleur réémis par `Oumuamua, ce qui implique un albédo élevé avec un pouvoir réfléchissant au moins dix supérieur à ce qu'on trouve habituellement au niveau des noyaux cométaires, troyens, centaures et autres TNOs hors planètes naines (Eris, Makemake, Haumea, ...) !
L'essentiel de ces 6 points très particuliers, notés par l'auteur, laisse ouvert la possibilité d'une origine artificielle à `Oumuamua ... 9_9

 

* déjà cité dans certains messages précédents.

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

A/2019 C1 :
Objet important (si du type cométaire), visiblement (H = 10.0), sur orbite quasi parabolique et avec une périhélie au-delà de Jupiter qui sera atteint vers le 4-5 mai 2020.

 

q = 6.585 UA - e = 0.991-0.992 - inclinaison = 36.02-36.01 °
Q = 1472-1673 UA - P = 20104-24332 ans

 

La 6 mars, distant avec la Terre de 6.44 UA et de 7.16 UA avec le Soleil, à la magnitude de 18,8 ...

 

MPEC 2019-D42 : A/2019 C1  (2019 fév. 27)
https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19D42.html
https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=A%2F2019+C1

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Modeling the light curve of `Oumuamua: evidence for torque and disc-like shape"

Sergey Mashchenko (Department of Physics and Astronomy, McMaster University, Hamilton, Canada)
https://arxiv.org/abs/1906.03696  (9 juin 2019)

 

Cette étude se considère comme la première tentative de modéliser la forme de l'objet interstellaire 1I/'Oumuamua (A/2017 U1) en fonction de sa courbe de lumière caractérisée par une inhabituelle forte amplitude (2,6 ± 0,2 mag.).

 

La meilleure solution (probabilité 91 %) résulte en un disque mince (rapport 1:6) de dimensions = 115 × 111 × 19 m (si albédo = 0,1) en rotation lente (51,8 h) et affecté d'un mouvement de précession ("torque", "tumbling") de 10,8 h de période.

 

Une autre solution moins adaptée (probabilité 16 %) donne une forme de cigare allongé à symétrie axiale (rapport 1:8) ...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un disque aplati, même si la taille n'a rien à voir, ça rappelle tout de suite Ultima Thule....

Edited by PlanetTracker

Share this post


Link to post
Share on other sites

Deux nouveaux objets paraboliques ou presque, quasiboliques donc :P :

 

A/2019 G2  [PanSTARRS]
   Epoque :  23/12/2019
   e = 0.99780  -  i = 159.22 °
   q = 2.293 UA  -  Q ~ 2084 UA
   a ~ ? UA  -  P ~ 34 000 ans
   H = 16.41
   Au 24 juin 2019 :  Delta = 3.100 UA,  r = 2.959 UA,  mag. = 20.2
   Périhélie le 9 décembre 2019  (mag. = 18.6)
https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=A%2F2019+G2

 

A/2019 G4  [PanSTARRS]
   Epoque :  27/04/2019
   e = 1.00809  -  i = 138.36 °
   q = 5.872 UA (périhélie ---> 20 sept. 2018)
   H = 13.14
   Au 24 juin 2019 :  Delta = 6.488 UA,  r = 6.191 UA,  mag. = 20.0
https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=A%2F2019+G4


Rappel du 2 mars + mise à jour :

 

A/2019 C1  [ATLAS]
   Epoque :  27/04/2019
   e = 0.99359  -  i = 36.012 °
   q = 6.580 UA  -  Q ~ 2047 UA
   a ~ ? UA  -  P ~ 33 000 ans
   H = 9.80
   Au 24 juin 2019 :  Delta = 7.406 UA,  r = 6.910 UA,  mag. = 17.0
   Périhélie le 5 mai 2020  (mag. = 16.4)
https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=✓&object_id=A%2F2019+C1

 

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi

https://minorplanetcenter.net/iau/MPEph/MPEph.html

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

A/2019 O3 :
Nouveau candidat sur orbite parabolique (sans nature cométaire confirmée jusqu'à présent), découvert (Quanzhi Ye (Caltech)) le 26 juillet dernier par le ZTF (Zwicky Transient Facility) Survey qui opère avec une caméra grand champ (47 deg.-carrés) montée sur le télescope Schmidt de 48 pouces (1,22 m) "Samuel Oschin" du Mont Palomar et ce depuis 2017.  Elle scanne 3750 deg.-carrés par heure jusqu'à la magnitude 20,5 ...

 

 e = 1.0 (1.003),  q = 8.82 UA,  i =  89.8 °,  H = 10.0,  Périhélie le 5 mars 2021

 Position le 7 sept. 2019 :
    R. A. (2000) :  19 23 48.3,  Décl. :  +12 49 12,
    r = 9.3662 UA,  Delta = 8.7806 UA,  mag. = 20.0

 

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19P55.html  (08/08/2019)
http://www.aerith.net/comet/catalog/2019O3/2019O3.html

 

https://twitter.com/tony873004/status/1159592319378530304

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petit HS :  la même équipe de ZTF, dans un domaine astéroïdal diamétralement opposé, a commis également les découvertes successives des deux astéroïdes (2019 AQ3 et 2019 LF6) affectés des périodes de révolution les plus courtes (165 et 151 jours respect.) et qui s'inscrivent donc en tête de liste des 20 qui circulent intégralement à l'intérieur de l'orbite terrestre et donc de sa périhélie q à 0,983 UA ---> classe Atira ou Apohele ou IEO (Interior-Earth Objects) ...

 

2019 AQ3 :
https://www.ztf.caltech.edu/news/asteroid-from-rare-species-sighted-in-the-cosmic-wild

ztf20190209a.jpg

Crédit :  NASA/JPL-Caltech

 

2019 LF6 :
https://www.caltech.edu/about/news/ztf-spots-asteroid-shortest-year

 

Les 20 "Atira" connus au 29/08/2019 :

IEO-Atira_list-20_MPC-20190829.png.c1078a1c6aaf97979ca6433e7522af62.png

Source: Minor Planet Center - https://minorplanetcenter.net//iau/lists/MPLists.html

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, cette comète fait le buzz sur la liste comets-ml...

Certains trouvent qu'une excentricité de 3.0 fit mieux les observations, mais attendons un peu de voir comment cela évolue (le site MPC donne des orbites à e=0.9XXXX avec cependant des résidus plus importants).

Une excentricité de 3 (avec la direction d'origine à voir) risque aussi de nécessiter des explications: 'Oumuamua avait une excentricité de 1.2 donnant une vitesse à l'infini de 26km/s mais seulement 6km/s par rapport à la vitesse moyenne des étoiles de l'environnement proche de notre galaxie.

Pour e=3.0, faudrait faire le calcul, mais il y a un risque que cela donne un objet intergalactique si la vitesse à l'infini par rapport au soleil est trop élevée?

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites

... a première vue cela pourrait faire dans les 35 km/s à l'infini (/soleil)... maintenant reste à comparer la direction d'arrivée à celle de l'APEX.

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites
La comète a reçu officiellement la désignation C/2019 Q4 (Borisov) : c'est un astronome amateur ukrainien, Gennady Borisov, qui l'a découvert.
L'objet ferait 10 km de diamètre et passerait à 1.86 U.A de la Terre en décembre !!
Trop tard pour envoyer une mission, mais preuve est faite avec ce deuxième voyageur en peu de temps que les occasions ne vont pas manquer à l'avenir !
 

 

Edited by jackbauer 2
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

A priori l'objet vient d'une direction proche du plan galactique, ce qui renforce l'hypothèse qu'il soit interstellaire.

 

D'après ce que je comprends, Oumuamua a été découvert très rapidement après que des grands relevés en fonction (PANSTARRS) aient effectivement été en mesure de détecter un tel objet. Donc sauf gros coup de chance (ou de malchance) qui voudrait que cet objet soit miraculeusement atypique, de tels objets vont être découverts de façon routinière. Je crois même qu'il y a des papiers qui essaient d'estimer ça avec le LSST. On observe toujours cet effet de seuil en astronomie, cf., pour les cas les plus connus, les exoplanètes et les ondes gravitationnelles : si on est capable d'un détecter une fois, on le refera un paquet d'autres fois (on peut aussi rajouter les astéroïdes, même si ça nous renvoie deux siècles en arrière). Ce qu'on ne peut pas deviner, ce sera la statistique sous jacente (vitesse à l'infini, périastre, etc), qui une fois affinée permettra de mieux connaître la vraie population de ces objets.

  • Like 3
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By RIGEL33
      La comète et la galaxie spirale barrée
       
      Lors de la nouvelle Lune du mois de mai 2020, alors que nous aurions dû être aux Nuits astronomiques de Touraine, la météo était superbe. Ne pouvant pas aller au Mémorial comme à notre habitude, nous avons fait de l’astrojardin à défaut de mieux. Le village est bardé de lampadaires mais on peut limiter la pollution lumineuse en se mettant derrière la maison. Et le filtre CLS permet de réaliser quelques images.
       
      La comète C/2019 Y1 Atlas continuait sa route vers le système solaire externe après avoir fait son périhélie à la mi-mars 2020. A proximité de la comète, une galaxie spirale barrée aux bras spiraux très étirées me permit d’obtenir un cadre original. Cependant, il ne me restait pas beaucoup de place pour loger la comète que je mis en haut à droite.
      Y1 avait perdu quelques magnitudes mais la rencontre avec cette galaxie la rendit plutôt intéressante.
      Cette dernière découverte par William Herschel en 1793, cataloguée NGC 3359, se situe à environ 56 millions d’années-lumière de la Voie Lactée.
       
      Et si la comète ne fait que passer vite fait dans le coin supérieur droit de l’image, la galaxie est plutôt jolie en bas à gauche.
       
      Photos prises le 18 mai 2020 à Ayguemorte-les-Graves (33) – Canon 7D défiltré partiel au foyer d’une lunette 100/900 apo sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto ni autoguidage)
      226 poses d’une minute – ISO 6400 – 21 DOF – Camera RAW, Toshop et VirtualDub.
       
      Registration sur la comète

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
      Régistration sur la galaxie

      Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
       
       
      Le film
       
       
    • By JB
      Hello everybody
      Je poste des images de cet été que j'ai enfin traitées, OK je suis pas rapide mais bon pas facile de caler çà dans l'emploi du temps...avé le boulot, les gosses , toussa toussa...
      Donc du 17 au 20 juillet denier j'étais en WE chez mes beaux-parents dans le lot et garonne, qui s'est prolongé involontairement car on a du s'autoconfiner et se tester à cause de contact covid... çà a eu du bon car il faisait beau, et çà m'a laissé le temps de shooter Neowise! Pas facile car bien que le ciel soit bon là-bas, les arbres étaient génants et j'ai du déplacer le matos au cours des soirées... J'avais mis le 1000d et le 70d en batterie, le 1000D faisant des timelapse avec le samyang 14mm pendant que le 70D posait avec les objos de 50mm et 70-200, avec ou sans suivi...
      Petit Timelapse avec comète puis voie lactée : comète au 1000D, VL au 70D
       
      https://vimeo.com/462233140
       
      Images tirées du TL : comète : 30x30S à iso1600, Voie lactée : 11 poses de 30S à iso 3200, sans suivi
       
      Puis images de la comète au 70D :
      - 70D avec canon 70-200L à 70mm, 14 poses de 5s sans suivi à iso2500
      - 70D avec canon 70-200L à 135mm, 15 poses de 15s avec suivi eq6
      - Même choses avec des poses plus longues de 25S
      On voit que les arbres n'étaient pas loin J'en ai d'autres, mais pas fini de traiter
       





    • By nico 06
      salut,  il faut que j'en trie pas mal car j'ai enchainé les sorties pour la voir un max malgré la météo qui jouait des tours....donc diverses photos prises pres de chez moi ou meme de chez moi. Ce n'est pas le top qualité mais je les ai faite avec mon vieux bridge canon sx10is, qui ne supporte pas de monter à 800 iso, et qui enregistre directement en jpeg....
      J'ai egalement eu juste le temps de tester au telescope avec mon atik, la queue est sympa malgré le champ réduit et le noyau saturé. J'avais pris divers temps de poses mais je suis une quiche en fusion avec degradé et tout le toutim....mais j'ai tout gardé pour le jour où je saurais.
       
      Je mets aussi un time lapse que j'avais fait en juillet quand elle apparaissait tres peu de temps avant le lever du soleil. il semble me rappeler que c'etait sur 20 min env.
       
      https://youtu.be/pjJEn5m3S6U
       
      a plus
       

       

       

       

       

    • By FranckiM06
      Bonjour à tous,
      Bon devant la quantité incroyable de superbes images que vous avez tous pris de cette comète, voici ma petite image prise hier au soir vers 23h00. Il y a que 5 brutes de 60s à 1600 iso avec mon Nikon D610 & la TSA 120 : 
       

    • By COM423
      Après les photos d'ambiance et plutôt en grand champ (ou sur pied fixe) quelques images plus détaillées de C/2020 F3 (Neowise) quand elle n'était encore visible que (trop !) peu de temps le matin.
      Ce qui marque au premier coup d'oeil, c'est la couleur orangée et bien sûr la zone centrale sombre (fausse ombre) dénuée de poussières dans l'axe central :

      (08 juillet 2020, 51 poses de 05s à 800 ASA au C5 à F/5 + EOS 600D)
      mais en poussant les contrastes, on voit apparaître la queue de sodium (rouge) :

       
      Confirmation le lendemain cette fois au téléobjectif de 300 mm :

      (09 juillet 2020 : 30 poses de 15s à 800 ASA au Zuiko 300 mm à F/4.5 + EOS600D)
      Entre la large queue de poussières (jaune) et la queue de plasma (rouge), on devine faiblement la queue de gaz (plasma), d'où le titre de ce post !
       
      Un essai la même nuit avec un Nikon P900 et son super-zoom optique (2000 mm) auquel tenait mon fiston et prise entièrement par lui :

      (15 poses de 4s en // sur le C5)
      Le résultat est sympa, dommage qu'il n'y ait pas de Raw sur cet APN ce serait encore mieux.
       
      La queue de sodium était bien détectable les 8 et 9 juillet au matin.
      Je ne l'ai plus le 11 juillet mais ce matin-là j'ai eu beaucoup de nuages et c'est peut-être juste pour çà que je ne la détecte déjà plus.
       
      Le 14 juillet, en revanche, dans des conditions correctes, je ne la vois plus non plus : ce fut donc vraisemblablement une queue assez éphémère.
      La comète n'en est pas moins belle :

      (la comète se lève sur la colline, 3 poses de 15s à 400 ASA au C5 à F/5 + EOS600D)
      Un compositage plus long révèle, en poussant les seuils, l'évasement très net de la queue de poussières :

      (14 juillet 2020, 52 poses de 05s à 800 ASA au C5 à F5 + EOS600D)
       
      Au téléobjectif, les images révèlent le développement de la queue de plasma qui prend de l'ampleur :
       

      (14 juillet 2020 : 7 poses de 30s à 800 ASA avec l'Olympus-Zuiko 300 mm à F/4.5 + EOS300D)
       
      confirmée avec le télé 135 mm à F/4 :

      (6 poses de 15s à 400 ASA au 300D)
      malheureusement par ciel déjà très éclairci, pas facile de voir les streamers de plasma bleu sur un fond de ciel bleuissant...
       
      Heureusement, il deviendra possible ensuite de la suivre plus longtemps et dans un ciel plus sombre, le soir
       
  • Upcoming Events