FRANKASTRO64

Sky Quality Meter : Gadget ou vraiment utile et données exploitable ?

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Plusieurs sites allant de l'Astronome à Astroshop en passant par TS proposent plusieurs versions du Sky Quality Meter :

image.png.a07668560aff6246c38ff52d6183ad74.png

 

https://www.teleskop-express.de/shop/product_info.php/language/en/info/p973_Sky-Quality-Meter-mit-Linse---Helligkeitsmessung-des-Nachthimmel.html

https://www.astronome.fr/produit-sky-quality-meter-unihedron-Prix-0-euro-id-806.html

http://www.astroshop.de/fr/photometre/photometre-unihedron-sky-quality-meter-appareil-de-mesure-de-la-qualite-du-ciel-avec-lentille-version-l-/p,20964

 

Si plusieurs d'entre vous utilisent cet appareil : quels retours d'expériences ? Comment l'utilisez-vous ? et comment exploitez-vous les données mesurées avec quelles incidences sur vos montages optiques ?

 

ou alors quel autre appareil utilisez-vous ?

 

Merci de votre retour

 

Frank

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

On constate des disparités entre les modèles, facilement sur 0.3 à 0.4 magnitudes. Donc c'est plus pour faire du relatif que de l'absolu. 
Certains ici on relevé 22 avec leur SQM en France alors qu'il n'y a pas de zone épargnée par la pollution lumineuse. Le mien n'a jamais indiqué ça, même dans l'Atacama. Un universitaire en avait comparé un nombre non négligeable et il avait noté ces disparités. Quand le SQM est sorti j'en avais eu deux en main avec des mesures parfaitement identiques pourtant. En fait il faudrait savoir quel offset appliquer à chaque dispositif pour bien faire. 

Ça a le mérite d'exister il n'y a pas d'autre dispositif  de poche de ce type à ma connaissance.

Je ne comprends pas la question par rapport à l'incidence sur un montage optique. 
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, jldauvergne a dit :

Je ne comprends pas la question par rapport à l'incidence sur un montage optique. 

 Bsr JL,

 

Merci de ta diligente réponse !

 

As-tu pu déterminer, par exemple, à partir de quel indice mesuré, il était nécessaire de mettre un ADC pour du planétaire(évidemment) car j'ai cru comprendre que le SQM L équipé d'une lentille permettait de mesurer une partie précise du ciel ?

 

Bien à toi

Frank

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, FRANKASTRO64 a dit :

 Bsr JL,

 

Merci de ta diligente réponse !

 

As-tu pu déterminer, par exemple, à partir de quel indice mesuré, il était nécessaire de mettre un ADC pour du planétaire(évidemment) car j'ai cru comprendre que le SQM L équipé d'une lentille permettait de mesurer une partie précise du ciel ?

 

Bien à toi

Frank

Le SQM mesure la noirceur du ciel en magnitude par seconde carré. Un ADC ça sert à corriger la réfraction atmosphérique. Il n'y a aucun lien entre ces deux notions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah merci JL !

 

Je n'avais pas compris ce que mesure le SQM !

 

Il faut mieux avoir le SQM ou le SQM L ?

 

Bien à toi

Frank

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout dépend ce que tu veux faire avec tu, en a un qui mesure globalement (large en tout cas) et un qui mesure plus resserré sur 10°. 

Une mesure resserrée ne va pas forcément être totalement représentative, mais une mesure globale peut être biaisée par la Voie Lactée 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça a l'air top ce petit machin! Potentiellement très utile en complément des cartes de PL dans ma quête du meilleur ciel "accessible" pas trop loin de chez moi (i.e. pas à +3000m après 2h d'escalade 'exposée' :P )

A+

Amaury

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plusieurs posts ont évoqué le sujet :

collectif Sky Quality Meter

SQM > 21.7 = Ciel Pourri!

SQM et Seeing

noiceur du ciel,quid?

 

La page de chez Hunihedron relative au Sky Quality Meter - L donne pas mal de renseignements. Elle précise la réponse angulaire des SQM et SQM-L 

 

fovcurves.jpg.fcc3bbf4ac65a4f354660f63ce3097b1.jpg

 

Tu peux aussi consulter le forum hunihedron où beaucoup d'infos complémentaires sont traitées.

 

Les SQM / SQM-L sont des petits luxmètres (photodiode) à n'utiliser que sous un ciel parfaitement clair et dégagé dans leurs angles de mesure. Les obstacles apparents, nuages, brumes, habitations, arbres et forêts.... engendrent des mesures erronées. Mes CROA, sont généralement accompagnés d'une mesure SQM, d'une mesure de la mvlonz et du coefficiant d'extinction atmosphérique important dans ma vallée humide. Je vérifie l'adéquation de mes mesures avec l'échelle de Bortle

 

1-A9Q3eANQ55slnU1DjYYt2w.jpeg.992ae6aa3108a46ec60c4ac02975e54e.jpeg

 

et l'image ci-dessous :

 

sky-brightness-nomogram.gif.80ba6b59e6cd787057e9ffd072c97469.gif

 

Les seules références qui puissent personnellement me convenir sont les mesures de la mvlonz et des MvLon situées entre 30° et 70° de distance zénithale. Depuis 2007, le SQM m'est surtout utile à la sélection rapide des sites d'observation et à la Maj/consultation des bases de données SQM.

 

Jean-Noël

 

Edited by Jean-Noel
  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07/11/2017 à 13:02, Jean-Noel a dit :

Plusieurs posts ont évoqué le sujet :

Merci Jean-Noël pour ce bon retour de liens. Comme toi, j'avais bien aimé le joli groupé d'observateurs expérimentés s'exprimer dans le fil "collectif SQM". C'est déjà pas mal pour faire une synthèse à partir de ce que tu fournis, il y a beaucoup à dire sur le sujet et l'envie ne me manque pas pour m'y atteler un jour. OK avec tout ce que tu dis sauf que j'ai récemment viré le dernier tableau bleu trop peu précis pour moi car il manque de finesse (échelle trop petite) sur les ciels qui nous intéressent entre 21 et 22 mag.sec-².

Une question un peu hors sujet : comment mesures tu ton coefficient d'extinction atmosphérique ? On peut utiliser l'AOD (Aerosol Optical Depth) mais j'aime mieux parler en magv / masse d'air. Ce qu'il y a  de pratique chez moi, c'est que je peux bénéficier en direct des données des pros situés 1000m plus haut (IAC La Palma).

Fabrice M.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi j'ai les 2 SQM, mais j'avoue ne pas les utiliser en même temps, le SQM simple étant rangé dans le "Strock" 200mm qui voyage en avion, et le SQM-L dans la mallette à oculaire du T407.

Ils me servent à noter la "noirceur" du ciel dans la direction des comètes que j'observe, surtout comme outil de mesure de la pollution lumineuse ou du jour levant dans la direction pointée - on en a déjà débattu, mais au-delà de SQM~21.0, la pollution lumineuse ne joue plus énormément, mais la transparence peut pas mal influencer la "noirceur" du ciel et les autres mesures plus subjectives (mvlon, échelle de Bortle,...) deviennent aussi utiles.

Mais j'observe aussi souvent avec des SQM de 18.5 à 20.5 en région parisienne :(

 

Sinon, avec le SQM-L, j'ai noté une plus grande asymétrie et sensibilité sur le côté que semblent l'indiquer les courbes ci-dessus...

Nicolas

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai un sqm-L et comme les copains je l'utilise pour quantifier la noirceur du ciel dans la zone où je fais les photos... Au delà de 21,40 je suis content (mon record 21.65 dans les Pyrénées en zone zénithale nord). ça donne une bonne idée du temps de pose maximum si inférieur à 21 aussi.

Chris

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, biver a dit :

Sinon, avec le SQM-L, j'ai noté une plus grande asymétrie et sensibilité sur le côté que semblent l'indiquer les courbes ci-dessus...

Salut Nicolas, pourrais-tu expliciter davantage, par asymétrie, veux-tu dire par là que chaque coté de la courbe lorentzienne du SQM-L diffère et que cela joue sur la valeur de l'angle de visée ?

Fabrice M.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, Chris277 a dit :

J'ai un sqm-L et comme les copains je l'utilise pour quantifier la noirceur du ciel dans la zone où je fais les photos... Au delà de 21,40 je suis content (mon record 21.65 dans les Pyrénées en zone zénithale nord). ça donne une bonne idée du temps de pose maximum si inférieur à 21 aussi.

Chris

 

Bsr Chris,

 

Merci de ta réponse !

peux-tu développer quand tu dis "ça donne une bonne idée du temps de pose maximum si inf à 21 ?

 

dans l'attente

Frank 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Fabrice,

 

Il y a 3 heures, Sky runner a dit :

comment mesures tu ton coefficient d'extinction atmosphérique ?

 

Ce n'est bien sûr qu'une estimation Fabrice :)

 

Je commence par mesurer la mvlonz et plusieurs mvlon à des distances zénithales "z" comprises entre 30° et 60° (si possible dans les régions de ciel les moins affectées par la PL). J'utilise ensuite l'application "Telescope Limiting Magnitude Calculator" puis renseigne les éléments à partir de mes mesures. Je remplace le diamètre du télescope par celui de ma pupille et le grossissement à 1x. Je considère mes lunettes comme étant un réfracteur propre donnant 95% de transmission lumineuse. La saisie correcte des paramètres me retourne une estimation de la magnitude limite accessible au télescope (mes yeux) égale à la Mvlon saisie. Je regarde ensuite la différence avec les mvlon mesurées en renseignant de nouveau les distances zénithales. L'application me retourne les nouvelles estimations de magnitudes (bien sûr différente de ma mvlon). Je réduit l'écart O-C en ne modifiant que le paramètre "Extinction mag/atm" jusqu'à un delta de 0. Ensuite.... je pleure. :(

 

 

J'ai également crée une feuille excel prenant en compte l'ensemble des paramètres de l’étude de Bradley E. Schaefer's Telescopic Limiting Magnitudes, afin de calculer la magnitude limite de mes instruments pour les régions du ciel mesurées :

 

image.thumb.png.c94b20c2e0ef4781901bbfe49fe875a6.png

 

Je modifie de nouveau le paramètre "Extinction mag/atm" afin de corréler la magnitude calculée avec la mvlon observée. Je fait de même avec les observations télescopiques, par exemple, sur la séquence de M57.

 

Voici un exemple de résultats :

image.png.3937960d01a75069a6b73f576aa5d549.png

   

Adéquation des 28 meilleurs instruments utilisés avec mes sites d'observations :

image.png.5436438ff82c1c30c670b10bbd235cd7.png

 

Gain en magnitudes à Aubrives de mes instruments et de quelques télescopes de référence 

image.png.461cfb95e4d2138b6c1e06f3d04ccee1.png

 

Bref, je m'amuse sous la pluie Fabrice :)

Jean-Noël 

 

Ps : 57 ans aujourd'hui :P.

 

Edited by Jean-Noel
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un garçon qui cause le "Schaefer" est un astronome tout à fait respectable qui a aussi un amour invétéré des chiffres. Je me retrouve quelque part en toi, cher Jean-Noël. Merci pour tes explications techniques. J'ai vu aussi qu'on ne s'embêtait pas trop dans le Nord, on se targue d'un 9/10 en expérience d'observateur !!! Je te souhaite de belles étoiles carbonées à leur minimum de forme pour ta bougie suivante...

Fabrice M.

le 4 nov, enfin la pluie ici, youpi.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous les deux Fabrice et Amaury :x. J'ai commencé l'astronomie avec la lunette Marine de 27mm de mon défunt père en 1970.

Heureux pour la pluie chez toi Fabrice :), chez nous, elle est habituellement en mode "all in"....

Jean-Noël

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎09‎/‎11‎/‎2017 à 01:01, FRANKASTRO64 a dit :

peux-tu développer quand tu dis "ça donne une bonne idée du temps de pose maximum si inf à 21 ?

oui Frank en gros au dessus de 21.40 et mieux encore 21.5 avec la fs60+appanisseur, bref f/6 environ, je peux poser généreusement 4 min ou 6 même plus avec mon 6D derriere à 1600 ou 3200 iso en fonction de la cible et le fond de ciel ne monte pas bien haut. Tandis qu'a 20.4, en 1 minute la photo est cramée, donc réduction a 800iso et max 1 minute ou 1m30 et multiplication des poses, le traitement améliorant sensiblement les choses ensuite...

bien évidement, ça se voit quand même pas mal rien qu'avec les yeux mais au moins ça donne une valeur comparative...

Edited by Chris277
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la nouvelle lune d'octobre, j'étais en Afrique du Sud pour la troisième fois de cette année et, sur 10 nuits d'astro, nous en avons eu 3 avec SQM 22,0 à 22,05. Mais ce qu'écrivait Jean-Luc colle parfaitement, il faut moduler ces chiffres : si l'on mesure 22 sur le ciel noir, on n'a que 21,1 dans le Sagittaire au zénith. Cela dit, il fait tout de même noir comme dans un sac à charbon à tel point que nous nous trompions souvent de prénom quand un collègue se trouvait à une distance de 1 m à la table des cartes et ne parlait pas! J'ai encore une photo de Rainer sous la main qui remonte à avril 2016 avec un SQM de 21,94.

 

Nous en avions déjà discuté dans mon ancien CROA >  

 

http://astrosurf.com/topic/6771-out-of-stellaland-ou-le-murmure-des-joyaux-du-ciel-austral/

 

SQM 21,94 à Klipfontein avril 2016.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/11/2017 à 01:01, Sky runner a dit :

Salut Nicolas, pourrais-tu expliciter davantage, par asymétrie, veux-tu dire par là que chaque coté de la courbe lorentzienne du SQM-L diffère et que cela joue sur la valeur de l'angle de visée ?

Fabrice M.

Je veux dire que assez souvent quand je fait une mesure au zénith sous un ciel loin d'être parfait (lumières parasites ou ciel plus pollué d'un côté), en tournant de 90° le SQM-L sur son axe de visée j'ai souvent une mesure différente avec écart un peu systématique entre une position et 90°, mais il s'agit bien souvent que de 0.03-0.05 magnitudes/"2, pas plus...

 

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

J'utilise assez souvent le SQM version étroite.

Il faut faire attention à la réflexion de la lumière de l'affichage qui dans certains cas, peut influer sur la précision de la mesure : façon de tenir l'engin, le bras...

La température va influer sur la reproductibilité des mesures, surtout pour des ciels noirs.

Sinon, c'est un instrument vraiment intéressant pour des valeurs relatives.

 

Lucien

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Loulou62630
      Bonjour tout le monde,
       
      Je viens vers vous car je ne me rappelle plus quel est le site qui permet de générer un planning d'observation d'étoile, amas, ... selon la date et le diamètre de notre téléscope ou lunette. Si quelqu'un a des infos svp.
       
      Louis
    • By Colmic
      Bonjour à tous,
       
      suite à une nuit complète d'essais réalisés dans mon jardin en compagnie de mon copain @David Legranger je viens vous faire part de plusieurs points.
       
      Tout d'abord le matos utilisé :
      SW Esprit 100 + ASI1600 + roue à filtres + EAF, le tout sur AZEQ6 nos 2 ASiair pro, l'un doté de la toute dernière version béta qui date d'hier matin, l'autre de la dernière version officielle un petit routeur/extender Wi-Fi 5V dont je vous donne le lien ici : https://www.amazon.fr/gp/product/B01MY5JIJ0/ref=ppx_yo_dt_b_asin_title_o00_s00?ie=UTF8&psc=1 plusieurs tablettes Android pour tester leur comportement, notamment le débit Wi-Fi et la distance de décrochage  
      Je vais commencer par les tablettes, et c'est là que vous allez tomber de vos sièges !!!
      La toute nouvelle Samsung Galaxy Tab 5SE : A FUIR D'URGENCE !!! David avait profité d'une offre de lancement de Samsung à 399 euros au lieu de 549. J'avais lu des commentaires peu élogieux concernant la portée Wi-Fi de cette tablette et j'en ai informé David, et bien ça se confirme, elle décroche à peine à 3 mètres de l'ASiair !!! De plus ses caractéristiques techniques ne sont pas du tout importantes pour l'ASiair, notamment les 4Go soit-disant indispensables au fonctionnement. Une vieille Samsung Galaxy tab S de 2014 (3Go de RAM) de David : très bien, parfait, le Wi-Fi fonctionne très bien, décroche à environ 10 mètres de l'ASiair avec 3 cloisons dans la maison. Il est dégouté, il a mis 399 boules dans une tablette qui ne lui servira pas Enfin ma propre Galaxy Tab A 2016 (qui est la plus bas de gamme actuellement chez Samsung) qui coûte 159 euros (2Go de RAM) : fonctionne parfaitement, c'est même celle qui a la meilleure portée Wi-Fi avec une 15aine de mètres avant décrochage de l'ASiair + 3 cloisons dans la maison. Moralité de l'histoire : n'investissez pas des sommes folles dans une super-tablette dernier-cri avec 4Go ou plus, ça n'a aucun intérêt pour un fonctionnement optimal de l'ASiair pro !
       
      Je passe maintenant au test du petit routeur/extender Wi-Fi TPlink nano.
      Nous l'avons utilisé en mode Extender Wi-Fi (c'est à dire afin de relayer un signal Wi-Fi dit faible).
      Pour le coupler à l'ASiair c'est relativement simple :
      on positionne d'abord le bouton du TPlink sur le mode AP Ring / Ext (extender) on allume le TP Link et l'ASiair, on attend que tout ça démarre normalement avec la tablette on va dans Paramètres Wi-Fi et on se connecte au Wi-Fi du TPlink on lance internet explorer sur la tablette avec l'adresse http://tplinkwifi.net et on se log avec admin/admin on lance un quick setup, on suit la procédure à l'écran et on cherche le réseau Wi-Fi ASIAIR, puis on s'y connecte on clique sur Finish et le TPlink va alors se substituer au réseau de l'ASIAIR on se connecte à nouveau au Wi-Fi avec la tablette, on cherche cette fois le réseau ASIAIR on peut lancer le soft de l'ASiair, c'est terminé En plaçant le TPlink à mi-chemin entre l'ASiair et notre tablette, on a pu aller cette fois jusqu'à plus de 25 mètres de portée, on a pas testé au-delà de mon terrain donc possible d'avoir plus que ça (avec les 2 tablettes bas de gamme, la 5SE ayant toujours le soucis de portée Wi-Fi), y-compris dans toute la maison, avec toutes les barres Wi-Fi à fond !!
      Moralité : pour 34 euros c'est un must-have je pense. On l'alimente avec un petit Powerbank 5V USB par exemple (ou un chargeur USB si on a du 220v), et ça tiendra toute la nuit, idéal pour ceux qui voudraient faire un peu de remote bien au chaud dans la maison loin du télescope !!!
       
      Les tests de la nouvelle version béta de l'ASiair pro sortie hier matin :
      Parmi les nouveautés :
      possibilité de faire du dithering uniquement en AD (idéal pour ceux qui auraient une StarAdventurer) ajout des comètes dans la liste des objets (du coup on en a profité pour imager la Panstarrs 2017 T2 !) une formidable fonction "Center here" qui permet en appuyant le doigt sur une zone de l'image, de recentrer automatiquement la monture à cet endroit, fini les galères à jouer de la raquette sans savoir dans quel sens aller !! une fonction d'annotation automatique des objets présents à l'image (idem au site Astrometry.net), très pratique pour identifier des objets dans nos images, et cela en live ! une amélioration de la fonction de Power Management des 4 prises 12V de l'ASiair pro pilotable depuis la tablette pas mal de changements au niveau de l'autoguidage, une échelle automatique sur les secondes d'arc, la valeur HFD des étoiles au lieu de FWHM et d'autres (et certaines qui m'ont personnellement dérouté au début) et d'autres changements mineurs On a également testé le live-stacking, ça marche pas mal du tout, en revanche pas de dithering possible dans ce mode apparemment, et ça paraît normal puisqu'il empile à la volée avec autoguidage, donc le dithering produirait un décalage de l'empilement j'imagine.
       
      En conclusion,
      que du bon avec cet ASiair pro et cette toute nouvelle version béta, les 4 sorties 12V sont un vrai plus pour éviter la filasse autour de l'instrument, la portée du Wi-Fi reste du même acabit que l'ASiair classique, mais peut être largement boostée avec un petit extender Wi-Fi à une 30aine d'euros.
      A noter un point important à mentionner : la vitesse d'affichage des images à l'écran, et donc le rafraichissement de ces images, dépend apparemment essentiellement du débit Wi-Fi que vous avez derrière, et pas de la puissance de la tablette, de sa RAM ou même de l'USB3.0 de l'ASiair pro.
      Dès que vous perdez des barres Wi-Fi, le rafraichissement s'en ressent. Bon ça reste uniquement de l'affichage, ça n'impacte pas les performances de l'ASiair puisqu'il reste autonome sans tablette.
      Mais pour les réglages, à savoir la MAP, le cadrage et quelques premières images tests avant de lancer les poses, sachez qu'il vaut avoir les pleines barres Wi-Fi pour un débit optimal.
      En tout cas, perso je suis très content de cet ASiair pro et des améliorations par rapport à la version classique, même si j'avais espéré que l'USB3.0 aurait boosté les performances d'affichage notamment en mode Focus pour la MAP, ce qui n'est visiblement pas trop le cas.
      En espérant que ces infos vous soient utiles
    • By polorider
      Bonjour
      La plupart des utilisateurs des Jumelles Canon 15X50 IS ce plaignent des bonnettes oculaires qui, si elles sont dépliées totalement, réduisent énormément le champ visuel et qui, si elles sont totalement repliées, ne jouent plus leur rôle d’empêcher la lumière de passer sur le coté.
      Il existe une astuce pour mettre les bonnettes dans une position intermédiaire: il faut percer un petit trou dans le caoutchouc (avec une aiguille à coudre très fine) et passer un fil dans la bonnette pour la maintenir fermée coté nez et ouverte de l'autre coté. C'est discret (trou minuscule dans le caoutchouc) et réversible. Photos:
       
       




       
      A savoir aussi pendant que j'y suis : des caches d'objectifs photo (Canon ou autres) diamètre 58 mm se montent parfaitement sur les 15x50 (il n'y en a pas d'origine...)
    • By PETIT OURS
      Salut  
      selon Michel, et son rapport plaisir/ennuis   
      plus c'est simple, meilleur c'est  
      - les gros capteurs couleur(s), ( ASI 2600 mc) s'ils ont l'avantage de la simplicité par rapport au noir et blanc, sont-ils si difficiles à aligner, et est-ce obligatoire? 
      Autrement dit,  pour avoir un grand champ cela mérite t'il une contrainte en plus?  Est-ce difficile ? 
      Quelle est au juste la technique qui permet ce réglage, la vérification sur des images avec des démontages et remontages ? à l'aide des vis de tilt? 
      Et un capteur APS-C doit t'il obligatoirement être aligné? 
      merci à tous, et bon dimanche  
    • By starmich
      Bonjour à tous ! 
      j'ai un Newton 200/1000 sur HEQ5pro Goto pour faire de l'astrophoto au reflex. 
      je suis à la limite des 10kg en astrophoto pour ma monture, cela-dit c'est quand même correct  
       
      Avez-vous déjà pensé à alléger un tube skywatcher en enlevant la tubulure de métal pour le remplacer par des barres et un tissu ? ou autre matériau ? 
       
      Je suis preneur de vos conseils de bricoleurs ! 
       
      Merci !
  • Images