FRANKASTRO64

Sky Quality Meter : Gadget ou vraiment utile et données exploitable ?

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Plusieurs sites allant de l'Astronome à Astroshop en passant par TS proposent plusieurs versions du Sky Quality Meter :

image.png.a07668560aff6246c38ff52d6183ad74.png

 

https://www.teleskop-express.de/shop/product_info.php/language/en/info/p973_Sky-Quality-Meter-mit-Linse---Helligkeitsmessung-des-Nachthimmel.html

https://www.astronome.fr/produit-sky-quality-meter-unihedron-Prix-0-euro-id-806.html

http://www.astroshop.de/fr/photometre/photometre-unihedron-sky-quality-meter-appareil-de-mesure-de-la-qualite-du-ciel-avec-lentille-version-l-/p,20964

 

Si plusieurs d'entre vous utilisent cet appareil : quels retours d'expériences ? Comment l'utilisez-vous ? et comment exploitez-vous les données mesurées avec quelles incidences sur vos montages optiques ?

 

ou alors quel autre appareil utilisez-vous ?

 

Merci de votre retour

 

Frank

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

On constate des disparités entre les modèles, facilement sur 0.3 à 0.4 magnitudes. Donc c'est plus pour faire du relatif que de l'absolu. 
Certains ici on relevé 22 avec leur SQM en France alors qu'il n'y a pas de zone épargnée par la pollution lumineuse. Le mien n'a jamais indiqué ça, même dans l'Atacama. Un universitaire en avait comparé un nombre non négligeable et il avait noté ces disparités. Quand le SQM est sorti j'en avais eu deux en main avec des mesures parfaitement identiques pourtant. En fait il faudrait savoir quel offset appliquer à chaque dispositif pour bien faire. 

Ça a le mérite d'exister il n'y a pas d'autre dispositif  de poche de ce type à ma connaissance.

Je ne comprends pas la question par rapport à l'incidence sur un montage optique. 
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, jldauvergne a dit :

Je ne comprends pas la question par rapport à l'incidence sur un montage optique. 

 Bsr JL,

 

Merci de ta diligente réponse !

 

As-tu pu déterminer, par exemple, à partir de quel indice mesuré, il était nécessaire de mettre un ADC pour du planétaire(évidemment) car j'ai cru comprendre que le SQM L équipé d'une lentille permettait de mesurer une partie précise du ciel ?

 

Bien à toi

Frank

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, FRANKASTRO64 a dit :

 Bsr JL,

 

Merci de ta diligente réponse !

 

As-tu pu déterminer, par exemple, à partir de quel indice mesuré, il était nécessaire de mettre un ADC pour du planétaire(évidemment) car j'ai cru comprendre que le SQM L équipé d'une lentille permettait de mesurer une partie précise du ciel ?

 

Bien à toi

Frank

Le SQM mesure la noirceur du ciel en magnitude par seconde carré. Un ADC ça sert à corriger la réfraction atmosphérique. Il n'y a aucun lien entre ces deux notions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah merci JL !

 

Je n'avais pas compris ce que mesure le SQM !

 

Il faut mieux avoir le SQM ou le SQM L ?

 

Bien à toi

Frank

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout dépend ce que tu veux faire avec tu, en a un qui mesure globalement (large en tout cas) et un qui mesure plus resserré sur 10°. 

Une mesure resserrée ne va pas forcément être totalement représentative, mais une mesure globale peut être biaisée par la Voie Lactée 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça a l'air top ce petit machin! Potentiellement très utile en complément des cartes de PL dans ma quête du meilleur ciel "accessible" pas trop loin de chez moi (i.e. pas à +3000m après 2h d'escalade 'exposée' :P )

A+

Amaury

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plusieurs posts ont évoqué le sujet :

collectif Sky Quality Meter

SQM > 21.7 = Ciel Pourri!

SQM et Seeing

noiceur du ciel,quid?

 

La page de chez Hunihedron relative au Sky Quality Meter - L donne pas mal de renseignements. Elle précise la réponse angulaire des SQM et SQM-L 

 

fovcurves.jpg.fcc3bbf4ac65a4f354660f63ce3097b1.jpg

 

Tu peux aussi consulter le forum hunihedron où beaucoup d'infos complémentaires sont traitées.

 

Les SQM / SQM-L sont des petits luxmètres (photodiode) à n'utiliser que sous un ciel parfaitement clair et dégagé dans leurs angles de mesure. Les obstacles apparents, nuages, brumes, habitations, arbres et forêts.... engendrent des mesures erronées. Mes CROA, sont généralement accompagnés d'une mesure SQM, d'une mesure de la mvlonz et du coefficiant d'extinction atmosphérique important dans ma vallée humide. Je vérifie l'adéquation de mes mesures avec l'échelle de Bortle

 

1-A9Q3eANQ55slnU1DjYYt2w.jpeg.992ae6aa3108a46ec60c4ac02975e54e.jpeg

 

et l'image ci-dessous :

 

sky-brightness-nomogram.gif.80ba6b59e6cd787057e9ffd072c97469.gif

 

Les seules références qui puissent personnellement me convenir sont les mesures de la mvlonz et des MvLon situées entre 30° et 70° de distance zénithale. Depuis 2007, le SQM m'est surtout utile à la sélection rapide des sites d'observation et à la Maj/consultation des bases de données SQM.

 

Jean-Noël

 

Edited by Jean-Noel
  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07/11/2017 à 13:02, Jean-Noel a dit :

Plusieurs posts ont évoqué le sujet :

Merci Jean-Noël pour ce bon retour de liens. Comme toi, j'avais bien aimé le joli groupé d'observateurs expérimentés s'exprimer dans le fil "collectif SQM". C'est déjà pas mal pour faire une synthèse à partir de ce que tu fournis, il y a beaucoup à dire sur le sujet et l'envie ne me manque pas pour m'y atteler un jour. OK avec tout ce que tu dis sauf que j'ai récemment viré le dernier tableau bleu trop peu précis pour moi car il manque de finesse (échelle trop petite) sur les ciels qui nous intéressent entre 21 et 22 mag.sec-².

Une question un peu hors sujet : comment mesures tu ton coefficient d'extinction atmosphérique ? On peut utiliser l'AOD (Aerosol Optical Depth) mais j'aime mieux parler en magv / masse d'air. Ce qu'il y a  de pratique chez moi, c'est que je peux bénéficier en direct des données des pros situés 1000m plus haut (IAC La Palma).

Fabrice M.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi j'ai les 2 SQM, mais j'avoue ne pas les utiliser en même temps, le SQM simple étant rangé dans le "Strock" 200mm qui voyage en avion, et le SQM-L dans la mallette à oculaire du T407.

Ils me servent à noter la "noirceur" du ciel dans la direction des comètes que j'observe, surtout comme outil de mesure de la pollution lumineuse ou du jour levant dans la direction pointée - on en a déjà débattu, mais au-delà de SQM~21.0, la pollution lumineuse ne joue plus énormément, mais la transparence peut pas mal influencer la "noirceur" du ciel et les autres mesures plus subjectives (mvlon, échelle de Bortle,...) deviennent aussi utiles.

Mais j'observe aussi souvent avec des SQM de 18.5 à 20.5 en région parisienne :(

 

Sinon, avec le SQM-L, j'ai noté une plus grande asymétrie et sensibilité sur le côté que semblent l'indiquer les courbes ci-dessus...

Nicolas

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai un sqm-L et comme les copains je l'utilise pour quantifier la noirceur du ciel dans la zone où je fais les photos... Au delà de 21,40 je suis content (mon record 21.65 dans les Pyrénées en zone zénithale nord). ça donne une bonne idée du temps de pose maximum si inférieur à 21 aussi.

Chris

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, biver a dit :

Sinon, avec le SQM-L, j'ai noté une plus grande asymétrie et sensibilité sur le côté que semblent l'indiquer les courbes ci-dessus...

Salut Nicolas, pourrais-tu expliciter davantage, par asymétrie, veux-tu dire par là que chaque coté de la courbe lorentzienne du SQM-L diffère et que cela joue sur la valeur de l'angle de visée ?

Fabrice M.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, Chris277 a dit :

J'ai un sqm-L et comme les copains je l'utilise pour quantifier la noirceur du ciel dans la zone où je fais les photos... Au delà de 21,40 je suis content (mon record 21.65 dans les Pyrénées en zone zénithale nord). ça donne une bonne idée du temps de pose maximum si inférieur à 21 aussi.

Chris

 

Bsr Chris,

 

Merci de ta réponse !

peux-tu développer quand tu dis "ça donne une bonne idée du temps de pose maximum si inf à 21 ?

 

dans l'attente

Frank 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Fabrice,

 

Il y a 3 heures, Sky runner a dit :

comment mesures tu ton coefficient d'extinction atmosphérique ?

 

Ce n'est bien sûr qu'une estimation Fabrice :)

 

Je commence par mesurer la mvlonz et plusieurs mvlon à des distances zénithales "z" comprises entre 30° et 60° (si possible dans les régions de ciel les moins affectées par la PL). J'utilise ensuite l'application "Telescope Limiting Magnitude Calculator" puis renseigne les éléments à partir de mes mesures. Je remplace le diamètre du télescope par celui de ma pupille et le grossissement à 1x. Je considère mes lunettes comme étant un réfracteur propre donnant 95% de transmission lumineuse. La saisie correcte des paramètres me retourne une estimation de la magnitude limite accessible au télescope (mes yeux) égale à la Mvlon saisie. Je regarde ensuite la différence avec les mvlon mesurées en renseignant de nouveau les distances zénithales. L'application me retourne les nouvelles estimations de magnitudes (bien sûr différente de ma mvlon). Je réduit l'écart O-C en ne modifiant que le paramètre "Extinction mag/atm" jusqu'à un delta de 0. Ensuite.... je pleure. :(

 

 

J'ai également crée une feuille excel prenant en compte l'ensemble des paramètres de l’étude de Bradley E. Schaefer's Telescopic Limiting Magnitudes, afin de calculer la magnitude limite de mes instruments pour les régions du ciel mesurées :

 

image.thumb.png.c94b20c2e0ef4781901bbfe49fe875a6.png

 

Je modifie de nouveau le paramètre "Extinction mag/atm" afin de corréler la magnitude calculée avec la mvlon observée. Je fait de même avec les observations télescopiques, par exemple, sur la séquence de M57.

 

Voici un exemple de résultats :

image.png.3937960d01a75069a6b73f576aa5d549.png

   

Adéquation des 28 meilleurs instruments utilisés avec mes sites d'observations :

image.png.5436438ff82c1c30c670b10bbd235cd7.png

 

Gain en magnitudes à Aubrives de mes instruments et de quelques télescopes de référence 

image.png.461cfb95e4d2138b6c1e06f3d04ccee1.png

 

Bref, je m'amuse sous la pluie Fabrice :)

Jean-Noël 

 

Ps : 57 ans aujourd'hui :P.

 

Edited by Jean-Noel
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un garçon qui cause le "Schaefer" est un astronome tout à fait respectable qui a aussi un amour invétéré des chiffres. Je me retrouve quelque part en toi, cher Jean-Noël. Merci pour tes explications techniques. J'ai vu aussi qu'on ne s'embêtait pas trop dans le Nord, on se targue d'un 9/10 en expérience d'observateur !!! Je te souhaite de belles étoiles carbonées à leur minimum de forme pour ta bougie suivante...

Fabrice M.

le 4 nov, enfin la pluie ici, youpi.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous les deux Fabrice et Amaury :x. J'ai commencé l'astronomie avec la lunette Marine de 27mm de mon défunt père en 1970.

Heureux pour la pluie chez toi Fabrice :), chez nous, elle est habituellement en mode "all in"....

Jean-Noël

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎09‎/‎11‎/‎2017 à 01:01, FRANKASTRO64 a dit :

peux-tu développer quand tu dis "ça donne une bonne idée du temps de pose maximum si inf à 21 ?

oui Frank en gros au dessus de 21.40 et mieux encore 21.5 avec la fs60+appanisseur, bref f/6 environ, je peux poser généreusement 4 min ou 6 même plus avec mon 6D derriere à 1600 ou 3200 iso en fonction de la cible et le fond de ciel ne monte pas bien haut. Tandis qu'a 20.4, en 1 minute la photo est cramée, donc réduction a 800iso et max 1 minute ou 1m30 et multiplication des poses, le traitement améliorant sensiblement les choses ensuite...

bien évidement, ça se voit quand même pas mal rien qu'avec les yeux mais au moins ça donne une valeur comparative...

Edited by Chris277
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la nouvelle lune d'octobre, j'étais en Afrique du Sud pour la troisième fois de cette année et, sur 10 nuits d'astro, nous en avons eu 3 avec SQM 22,0 à 22,05. Mais ce qu'écrivait Jean-Luc colle parfaitement, il faut moduler ces chiffres : si l'on mesure 22 sur le ciel noir, on n'a que 21,1 dans le Sagittaire au zénith. Cela dit, il fait tout de même noir comme dans un sac à charbon à tel point que nous nous trompions souvent de prénom quand un collègue se trouvait à une distance de 1 m à la table des cartes et ne parlait pas! J'ai encore une photo de Rainer sous la main qui remonte à avril 2016 avec un SQM de 21,94.

 

Nous en avions déjà discuté dans mon ancien CROA >  

 

http://astrosurf.com/topic/6771-out-of-stellaland-ou-le-murmure-des-joyaux-du-ciel-austral/

 

SQM 21,94 à Klipfontein avril 2016.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/11/2017 à 01:01, Sky runner a dit :

Salut Nicolas, pourrais-tu expliciter davantage, par asymétrie, veux-tu dire par là que chaque coté de la courbe lorentzienne du SQM-L diffère et que cela joue sur la valeur de l'angle de visée ?

Fabrice M.

Je veux dire que assez souvent quand je fait une mesure au zénith sous un ciel loin d'être parfait (lumières parasites ou ciel plus pollué d'un côté), en tournant de 90° le SQM-L sur son axe de visée j'ai souvent une mesure différente avec écart un peu systématique entre une position et 90°, mais il s'agit bien souvent que de 0.03-0.05 magnitudes/"2, pas plus...

 

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

J'utilise assez souvent le SQM version étroite.

Il faut faire attention à la réflexion de la lumière de l'affichage qui dans certains cas, peut influer sur la précision de la mesure : façon de tenir l'engin, le bras...

La température va influer sur la reproductibilité des mesures, surtout pour des ciels noirs.

Sinon, c'est un instrument vraiment intéressant pour des valeurs relatives.

 

Lucien

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By chinois02
      Bonjour,
      J'ai acquis un boîtier disque dur pour loger un SSD en Msata de 480Go que j'avais en rab.
      Ce boîtier est bien reconnu par le système, le SSD étant en NTFS.
      https://www.ldlc.com/fiche/PB00305621.html?offerId=AR202001170076
      Pour donner une idée de la taille:

       
      Manque plus qu'à coller un velcro sur le dessus de l'Asiair et sur ce boitier (en 1)
       
    • By BobSaintClar
      Les corps flottants : qui n'a jamais été gêné par ces poussières qui se promènent à la surface de nos yeux ?
       
      A moins d'en voir une quantité notable, ils ne gênent guère la vision normale, même s'ils sont vus plus facilement de jour, en pleine lumière, lorsque nos pupilles se contractent au maximum.
      Il en va différemment lorsqu'on utilise un instrument d'optique tel qu'un microscope, un télescope ou une lunette : en effet, ces instrument ont une "pupille de sortie" et cette dernière détermine la visibilité desdits corps flottants. Plus la pupille de sortie est petite, plus ces corps flottants seront visibles et donc, gênants.
       
      Pourquoi est-ce que je vous parle de cela ? Parce qu'un témoignage intéressant, fait par un astram japonais, met en lumière l'intérêt des jumelles et plus généralement, de la vision binoculaire : pour faire simple, les deux yeux travaillant de concert sont moins gênés - à pupille de sortie équivalente - par la présence de corps flottants... qu'un seul oeil. En clair, la vision binoculaire est moins sujette à ce problème que la vision monoculaire.
       
      Voici la traduction "Google" du texte japonais original. C'est tout pourri, mais on comprend l'essentiel :
       
      "En vieillissant, le flotteur progresse et lorsque vous regardez dans les oculaires, la poussière du flotteur est perceptible et vous êtes très inquiet. Par conséquent, j'ai appelé "Matsumoto des lunettes" qui fabrique "Matsumoto miroir" et lui ai demandé s'il y avait une contre-mesure. En conséquence, la poussière dans les yeux est visible, en particulier à fort grossissement, de sorte que le diamètre de la pupille ne doit pas être réduit à 1 mm ou moins. ➡ Diamètre Hitomi = ouverture de l'objectif (mm) ÷ Grossissement (×), donc la contre-mesure est d'augmenter ou de diminuer l'ouverture de l'objectif ou du miroir, ou d'utiliser la vision binoculaire, la poussière du flotteur ne sera pas perceptible immédiatement. J'ai vérifié il dans la lune ce soir. .. ・ Avec TSA-120, vérifiez d'abord en regardant la lune avec "vision monoculaire" et en changeant le grossissement. 300 fois / diamètre pupillaire 0,4 mm ⇒ Un objet filiforme atteint de la maladie de Moyamoya peut être vu assez clairement, ce qui obstrue le champ de vision. 180 fois / diamètre pupillaire 0,7 mm ⇒ Les objets filiformes Moyamoya semblent un peu flous et ne me dérangent pas beaucoup. 113 fois / diamètre pupillaire 1,1 mm ⇒ Le champ de vision est clair et presque aucune brume filiforme n'est visible. ・ En outre vérifié par "vision binoculaire" du dispositif binoculaire 257 fois / diamètre pupillaire 0,5 mm ⇒ "Moyamoya objet filiforme" a l'air un peu flou avec une forme claire qu'un seul œil, et c'est un niveau qui ne me dérange pas tellement. 180 fois / diamètre de la pupille 0,7 mm ⇒ "L'objet filiforme Moyamoya" ressemble à une grande image défocalisée, ce qui est encore plus imperceptible. 113 fois / diamètre de la pupille 1,1 mm Si vous déplacez le globe oculaire afin que vous puissiez voir dans le champ de vision, vous pouvez voir l'existence d'un objet filiforme de la maladie de Moyamoya, mais vous pouvez à peine voir la forme et vous pouvez profiter une vue confortable."
       
      Or donc, s'il est à peu près convenu qu'en vision monoculaire, les corps flottants peuvent devenir gênants à partir d'une pupille de sortie inférieure à 0,7mm, il semble que la vision binoculaire puisse s'en accommoder dès 0,5mm.
      Soit à un grandissement nettement supérieur (par exemple, 100x au lieu de 70x).
       
      Je ne suis guère sujet à ce soucis, mais je vais faire des essais, à l'occasion
    • By olivierr31
      Bonjour,
       
      Je vous fais part de mon retour d'expérience avec un problème de bandes horizontales sur mes flats que j'ai réussi à contourner et que vous avez / allez peut-être rencontrer :
       
      J'ai fait l'achat récemment d'un contrôleur Lacerta FCB + écran à flat de la même marque qui permet de gérer ma prise de flats depuis l'application APT :
      (Réglage de la luminosité pour chacun des filtres et du déclanchement du flash juste après celui de l'obturateur)
      https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/ecrans-a-flat/contr%C3%B4leur-d%C3%A9cran-%C3%A0-flat-ffb-lacerta_detail
      https://www.pierro-astro.com/materiel-astronomique/ecrans-a-flat/ecran-a-flat2012-12-23-03-05-32_detail
       
      (Tous mes tests ont été réalisés avec une caméra ASI1600 MM pro : Gain=75 ; offset=15 ; flats avec ADU=40000 +/-5%)
       
      1er problème :
      Luminosité 10x trop forte pour avoir des poses > 0.1s avec luminosité réglée à 1% ce qui n'est pas recommandé avec un capteur CMOS comme l'ASI 1600 !
      Etonnant quand même quand on sait que cet écran à flat est fait pour des capteurs photos, je peux éclairer correctement ma salle de séjour avec cet écran qui est plus fait pour des effets en boîte de nuit
      Après, lorsque j'ai ouvert l'écran à flat, rien d'étonnant au vu du nombre de LED impressionnant :
       

       
       
      2ème problème :
      Sur les flats créés avec un temps de pose très faible et la luminosité réglée au minimum (1%) pour mon filtre luminance CLS qui est lumineux, je vois clairement des bandes horizontales apparaitre  :
        

       
       
      Je me dis pas trop gênant si le master flat arrive à filtrer cette fréquence qui est variable en additionnant une cinquantaine de flats brutes : fausse bonne idée 
       

       
      Le Master flat ne permet pas de filtrer efficacement les bandes horizontales qui restent visibles même avec un nombre important de flats additionnés (50)
       
      De ce que je comprends, d'un point de vue électronique, il semble que la variation de l'intensité des LED est géré par une alimentation à découpage ou équivalent et ajoute donc à la tension continue en entrée une fréquence qui est clairement visible sur des flats pris à temps de pose faible et luminosité faible
       
       
      Solution de contournement :
      Ajouter une résistance à l'intérieur de la boite à flat au niveau des fils soudés à la prise d'entrée pour diminuer la puissance de l'éclairage
      Intensité avant modification : 1,7 A / 20 W !
      Intensité après insertion d'une résistance de 220 Ohms - 1/2 W : 60 mA / 0.75W => la luminosité est déjà plus acceptable pour faire des flats avec une caméra astro !
       

       
       
      Tests :
      Filtre CLS (même config que précédemment pour la caméra)
       
      Flat créé avec tps pose 0.22s et luminosité au max (100%)
       

       
       
      Flat créé avec tps pose 0.36s et luminosité 50%
       

       
      On voit que les bandes sont toujours présentes dès que la luminosité est < 100% car la fréquence de l'alimentation des LED redevient non nulle
      Avec l'ajout de la résistance et luminosité max, mon filtre le moins lumineux S2 génère un flat avec un tps de pose de 8,75s ce qui reste correcte.
       
      Conclusion :
      Le contournent qui diminue d'un facteur 10 la luminosité par défaut de l'écran permet de rendre nulle la fréquence en fixant au max la luminosité pour tous les filtres et donc d'avoir des flats "propres" c'est à dire sans bandes horizontales 
       
      Olivier
       
    • By frédogoto
      en galère pour retoucher une photo ?
      je vous propose d'utiliser ce site
      https://www.photopea.com
       
      c'est en ligne, c'est gratuit et c'est performants
       

    • By chinois02
      Bonsoir
       
      Pour ceux qui cherchent une solution de sauvegarde de la carte micro SD de l'asiair pro: il suffit de télécharger clonezilla, puis de graver l'iso sur un CD.
      L'usage de clonezilla est simple, il suffit de choisir le français au démarrage et de suivre les instructions pour le clonage
      Je vais même tenter un truc, voir si mon RPI 4 démarre (et est fonctionnel) avec l'iso de l'asiair sur ma nouvelle carte SD => ben non, ce serait trop simple (le RPI démarre, le wifi est fonctionnel, mais il faut réenregistrer le produit en ligne )
  • Upcoming Events