jackbauer 2

Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

Recommended Posts

 A part ça, les premiers étages sont ils sont censés venir se reposer ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Je suggère de mettre Thomas Pasquet au volant de cette m.... dans l'espace ... :(:(:(

 

  • Haha 1
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Kaptain a dit :

A part ça, les premiers étages sont ils sont censés venir se reposer ?

 

Oui, Arno :)

 

C'est même un point important de la FH que Monsieur Musk ne développe jamais : la FH a des performances importantes si elle est jetable, si elle est reconditionnable, ses performances sont à peine supérieures à celles de Ariane 5...

 

Autre question à 1 euro : à quoi servira cette fusée, si elle fonctionne et est fiable ?

 

S

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Superfulgur a dit :

Autre question à 1 euro : à quoi servira cette fusée, si elle fonctionne et est fiable ?

Ben à balancer des bagnoles dans l'espace non ?

  • Like 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

En effet ça promet d'être très spectaculaire ! Les deux boosters latéraux (qui sont des 1rs étages de Falcon-9 qui ont déjà volé) vont revenir se poser simultanément à terre ; L'élément central va revenir se poser sur une barge en pleine mer.

En ce qui concerne la carrière de la FH elle risque d'être courte : SpaceX développe déjà une fusée gigantesque, la BFR, destinée aux délires martiens de Musk

 

Sur ce gros plan on voit les ailettes en forme de gaufrier qui redirigent les étages vers le sol :

 

 

00a.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Superfulgur a dit :

Autre question à 1 euro : à quoi servira cette fusée, si elle fonctionne et est fiable ?

 

Ben, si les boosters sont récupérables, à faire le boulot d’Ariane 5... pour 3 fois moins cher !  Attention que les doux délires de ce type ne débouchent sur des solutions commerciales hautement concurrentielles… Mars n’est peut-être là que pour faire le buzz et sa pub, méfiance...

Edited by Kaptain
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

A mettre Arianespace sur la touche, pas dur à comprendre pourtant ?

 

C'est quand même une super com pour SpaceX et pour Tesla, tout cela pour un essai qui était  faire dans tous les cas. Il faut quand même un sacré cran pour faire ce coup sur un premier tir, chapeau !

 

Edited by chonum

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Kaptain a dit :

Ben, si les boosters sont récupérables, à faire le boulot d’Ariane 5... pour 3 fois moins cher !  Attention que les doux délires de ce type ne débouchent sur des solutions commerciales hautement concurrentielles… Mars n’est peut-être là que pour faire le buzz et sa pub, méfiance...

 

Ben non, justement. FH (quand elle aura prouvé sa fiabilité) aura une capacité de mise en orbite qui l'obligera à envoyer deux satellites à la fois (un peu comme Ariane 5) sauf que Musk, outre qu'il n' a pas de Sylda, pour l'instant, vise l'économie par la réutilisation rapide. Il n'y a pas de charges à satelliser, aujourd'hui, qui nécessitent l'emploi d'une FH tous les mois, la F9 suffit largement et Ariane 6 va débarquer.

Je suis pas le seul à poser la question (quand elle aura volé et prouvé sa fiabilité) à quoi servira ce truc, à part, effectivement, assurer une pub hallucinante pour Tesla.

 

S

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un article dans la dernière édition du Monde

L’article ne mentionne pas qu’une Ariane 5 emporte généralement deux satellites mais le fait est là : SpaceX a bouleversé le marché en quelques années.

 

http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/01/04/arianespace-detronee-par-l-americain-spacex_5237503_3234.html

 

Arianespace détrônée par l’américain SpaceX

La firme créée en 2002 par Elon Musk a lancé dix-huit fusées en 2017, contre onze pour sa rivale européenne. Et l’américain s’apprête à accélérer la cadence des lancements.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

@ALAING, aucun doute, Elon Musk est un génie, ça fait 5 ans qu'il annonce et reporte le premier tir de la FH sans que ça arrête le buzz, au contraire, depuis des semaines, on attend pour le lendemain le premier "test statique", lequel, probablement, aura pour conséquence de repousser le premier vrai tir pour de vrai de la fusée pour dans quelques mois...

 

Cela dit, il faut reconnaître un truc inouï à Musk : la Tesla qu'il a mise au sommet de son bouzin parcourt depuis des semaines un million de kilomètres par jour en direction de la planète Mars, et ça, c'est trop fort !

 

Chapeau bas.

 

S

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, jackbauer 2 a dit :

Lancement dans environ une semaine :

 

Ou deux :) ou . . .

Edited by ALAING

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mouais...

Arrêtez de médire cependant : l'art est difficile !

Dans un monde raisonnable, on serait plus crédible à tenir ce qu'on n'a pas promis, qu'à promettre ce qu'on a peu de chances de tenir...

Seulement voilà : ce monde où le paraître prime sur l'être, ne l'est pas.

Mais cette fusée va finir par voler, il le faut pour SpaceX.

Un peu de patience, mauvaises langues ! :P

(tout cela parce que le consommateur addict d'images fortes que nous sommes, attend fébrilement du spectacle ! ;))

Après, l'utilité du bouzin, c'est une autre histoire...

Mais un beau feu d'artifice aussi, n'est là que pour le plaisir des yeux :)

:D

Share this post


Link to post
Share on other sites

 Mouais, j’ai parfois l’impression que Musk fait la même erreur que les soviétiques avec la N1, leur fusée lunaire. : trop de réacteurs, augmentant d’autant les sources de panne. La fusée américaine, Saturn V, n’a jamais failli car propulsée par un nombre raisonnable, dont la fiabilité était plus facile à assurer. Mais bon, les technologies d’aujourd’hui sont peut-être plus costaudes. On verra bien. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Notez sur vos agendas : le 6 février, lancement de la FH

Le patron ne précise pas avec combien de retard...

 

 

r1.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous aurez remarqué l’allusion:"Apollo launch pad . Le fameux "39A". Pas peu fier le bonhomme. J'avoue que ça me fait vraiment du bien cette histoire un peu perchée.

Kaptain t'es rabat joie. Quand tu vois le fagot de 20 moteurs de la Semiorka et sa fiabilité, ça te prouve que ce n'est pas contradictoire. La N1 c'etait un mal plus profond. Et Energia a elle aussi  bien rempli son office avec ses 20 moteurs.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah tout hasard: si FH marche, qui reconnaitra s'etre un peu gourré, voir etre un peu moins dans le vrai qu'il le croit?

Parce que ca parait de moins en moins impossible que ca marche, non?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui...

Enfin cette fusée est mal nommée pour commencer : "faucon lourd", on a l'impression qu'elle a trop bouffé et ne va jamais parvenir à s'arracher du plancher des vaches :/:D

Ensuite, il faut davantage qu'un succès technique pour faire un succès commercial : fiabilité et économie sont les critères des professionnels de l'espace, bien au-delà des gesticulations médiatiques.

Sans la manne financière des programmes militaires US qui permet à SpaceX de faire avancer sa R&D, on ne sait toujours pas ce qu'il en coûterait réellement de réutiliser les étages qui viennent si magnifiquement se reposer au sol.

Je parle des coûts nets du kilo livré en orbite, jetable vs réutilisable, pas de la facture client actuelle, qui ne le reflète encore aucunement à ce stade ^_^

On a tout à fait raison de tenter le réutilisable, il en sortira toujours des progrès applicables même pour une approche plus conventionnelle.

Et il est possible que dans quelques années on constate effectivement que le jeu en vaut la chandelle (à l'envers, la chandelle ;)).

Mais je rappelle à toutes fins utiles qu'on n'a toujours pas démontré à ce jour si l'option choisie par SpaceX est économiquement rentable par rapport à du lanceur jetable bénéficiant des mêmes avancées technologiques (fabrication additive, progrès sur les systèmes, fiabilité, modularité, etc.) comme s'y prépare Ariane 6.

Il ne faut pas mélanger les choix de positionnement sur des segments de marché et les choix technologiques qui en découlent : les rentabiliser dépend en effet beaucoup du volume et du rythme des lancements ; à chaque cible son vecteur le plus approprié.

Enfin, il ne faut pas non plus confondre la pertinence d'une option technologique avec celle de l'organisation qui la met en oeuvre : le coût économique ne se réduit pas à celui des seuls aspects techniques ; il pourra par exemple s'avérer avec du recul que la supériorité des choix de SpaceX (si elle se confirme) consiste davantage dans son approche industrielle de rationalisation poussée des coûts, que dans le choix du recyclable, aussi séduisant soit-il...

Quand au talent commercial indiscutable d'un Elon Musk :

Pour vendre une Tesla c'est primordial ; pour vendre ses concepts aux investisseurs privés ça joue encore beaucoup (bien qu'ils attendent des retours concrets sur investissements : c'est leur pari commun) mais pour décrocher la Lune il faut sacrément plus que de bonnes paroles pour convaincre ;)

Edited by Alain MOREAU
orthographe

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Alain MOREAU a dit :

Mais je rappelle à toutes fins utiles qu'on n'a toujours pas démontré à ce jour si l'option choisie par SpaceX est économiquement rentable par rapport à du lanceur jetable bénéficiant des mêmes avancées technologiques

On est loin de l’époque où chez Arianespace on affirmait, goguenard, que toutes les études montraient que la récupération des lanceurs n’était pas viable économiquement.

Maintenant c’est un tout autre discours :

 

http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/01/04/arianespace-detronee-par-l-americain-spacex_5237503_3234.html

 

« …Si les plans ont été arrêtés avant que SpaceX démontre la possibilité de réutilisation, il n’est pas question de les modifier. « La réutilisation des étages ne vaut que si les cadences de lancements sont très élevées, ce qui n’est pas le cas pour Ariane, et l’économie qui en ressortirait dans le contexte européen reste donc à préciser », ajoute M. Israël, avant de temporiser. « En parallèle à Ariane 6, nous devons déjà réfléchir à ses évolutions et aux moyens de réduire fortement les cycles de développement. »

 

Les européens ont lancé des programmes de démonstrateurs (CALISTO, THEMIS) qui ne déboucheront au mieux que sur des lanceurs réutilisables vers 2030...

SpaceX est en train de réaliser son pari et de révolutionner le transport spatial, c’est de plus en plus clair…

A lire également l'article dans le dernier C&E sur le sujet.

Edited by jackbauer 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis au courant de tout ça Jack (et aussi de ce qui marche à tous les coups pour faire planer les humains ;)).

Mais je connais également les technologies mises en oeuvre dans le spatial.

Rien n'a été inventé d'absolument révolutionnaire pour le recyclable, qui ne profite également au jetable en diminuant tout autant ses coûts. 

On compare en ce moment 2 générations de lanceurs, dont la précédente était forcément plus (trop) chère : Ariane 5 pour faire simple, car la Proton hein... bon ;)

Le raisonnement est d'emblée fallacieux.

Si SpaceX doit radicalement faire baisser les coûts grâce à son approche "révolutionnaire" face à la concurrence, elle doit le faire par rapport à Ariane 6 et non Ariane 5 qui arrive en fin d'exploitation. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas chercher à recycler tout ce qui peut l'être, mais uniquement si c'est plus rentable que de l'abandonner.

Aussi, pour ma part, jusqu'à ce que la preuve économique soit faite de l'indiscutable supériorité du recyclable sur le jetable, je persiste et signe.

SpaceX se garde bien pour l'instant de communiquer des chiffres précis et surfe sur la vague de son audace, qui suffit pour un temps à mobiliser les énergies et les financements.

(indirects, via les contrats - civils et militaires - de lancements et de R&D attribués à l'entreprise par l'état américain, car à part Google et Fidelity rentrés stratégiquement pour 8.3% au capital en visant l'énorme marché de mise à poste des constellations internet, l'essentiel du capital de l'entreprise reste entre les mains de son fondateur).

Vu de l'extérieur, le coup de poker ressemble comme deux gouttes d'eau à un coup spéculatif en bourse : ça marche tant que les gens y croient et qu'on a les moyens de soutenir les cours.

Pendant ce temps, on attaque le marché tout en développant les technos : on maximise ainsi ses chances de réussir au final.

Force est de constater que le pari - bien que risqué - s'avère intelligent et respectable : il faut en effet le tenter et c'est sûrement la meilleure manière de s'y prendre.

Ce n'est pas un hasard que ce soit outre-atlantique qu'on s'y lance en premier : c'est culturel.

Il faut aussi à la fois les moyens et la foi pour se lancer dans une telle aventure sur fonds propres (au départ du moins).

La foi est capital(e) - jouons sur les mots - pour entreprendre, or les américains ne manquent ni de l'une ni de l'autre 9_9;).

Quoi qu'on en pense, c'est une approche puissante qui a fait ses preuves.

SpaceX a clairement pour ambition de bouffer le marché, et l'attaque pour ce faire avec une politique commerciale très agressive.

Pas sûr du tout en revanche qu'une fois en position dominante, l'entreprise tienne longtemps ses promesses financières (ou même les tienne jamais : réduire les coûts d'un facteur 10 ! rien que ça !) Ce serait même d'une certaine façon "anti-capitaliste".

Les déclarations fracassantes suivies de dérapages tout aussi fracassants sont le lot quotidien de ces boîtes où l'audace et le talent indéniables d'un dirigeant le disputent par nécessité aux coups de bluffs les plus osés, les plus décomplexés ; c'est la règle du "je" ! :D

Les gens ont foutrement la mémoire courte en se laissant si facilement duper par ces vendeurs de rêve hyper-matérialistes...

Surtout quand ils sont appuyés aussi ostensiblement par une politique américaine résolument (et plus que jamais) hégémonique !

Je suis assez d'accord avec quelques autres qui font preuve, ici et ailleurs, de circonspection car pas nés de la dernière pluie :

Tout ceci - les rêves martiens, lunaires, l'orbite à 10x moins cher et "blablabla" - c'est avant tout de la poudre aux yeux pour déguiser une stratégie de conquête autrement plus bassement terre-à-terre.

Avec à l'appui une communication tonitruante qui veut faire croire à la terre entière que demain on va raser gratis et qu'on va installer partout plein de colonies spatiales...

L'objectif véritable est avant tout de prendre un max de parts de marché en pratiquant des tarifs qui ne reflètent en rien, à court terme, la réalité financière de l'opération ;

La finalité d'une entreprise capitaliste demeure l'enrichissement matériel quoi qu'il arrive ; comment croire sérieusement qu'elle poursuit d'autres buts plus élevés ?

Comment imaginer qu'un capitaine d'industrie aussi performant et peu naïf que Musk prenne au pied de la lettre les utopies qu'il a autant d'intérêts à forger de toutes pièces ?

Depuis sa création il y a 15 ans, SpaceX parie sur le volume futur des lancements pour amortir ses investissements et faire baisser drastiquement leurs coûts.

L'entreprise parie surtout - son modèle économique repose là-dessus - que des économies d'échelle radicales sont permises par un décuplement des volumes expédiés dans l'espace !

(car elle ne peut croître suffisamment par la seule conquête du marché existant pour atteindre l'effet de seuil où cette approche deviendra réellement gagnante)

Maintenant que la pompe a été amorcée en investissant beaucoup, il lui reste donc à prouver qu'elle peut fonctionner dans la durée en développant assez son marché pour s'autofinancer...

Toujours pas gagné à mon avis.

Mais naturellement, par quelque argument de poids, on va me prouver que je me trompe lourdement sur cette Falcon Heavy ! ;)

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, Alain, quand on regarde tout ça avec un peu de recul, on voit quoi ? Que, très grossièrement, le nombre de lancements en 2018 est le même qu'en 1970 : 100 par an, à la louche. La croissance démentielle visionnée par Musk sous tend qu'il va créer le marché qu'il veut exploiter...

 

Sinan, je souris un peu quand on enterre Ariane 6...  Déjà, une partie de son handicap s'envole, du fait de sa latitude de lancement, pchiiiit. Ensuite les coûts de la FH (quand elle aura démontré sa fiabilité, qui va parier sur 83 succès d'affilée pour un lanceur qui décolle sur 27 moteurs ;-) enfin, l'économie du bazar ne tient que si il décolle souvent, qu'est ce que la FH va lancer ?

 

Des Teslas ?

 

S

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les constellations LEO que 3/4 opérateurs se préparent à déployer ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now