jackbauer 2

Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

Recommended Posts

il y a 4 minutes, PascalD a dit :

Sinon pour les Quaaluds, pourquoi pas, au moins ça évite de désespérer devant les priorités budgétaires des différents gouvernement (la recherche et l' industrie ? Vous rigolez ou quoi ?)

 

Faut pas exagérer, un scientifique Français vient de réaliser une mission de recherche de six mois à bord d'un laboratoire scientifique international.

 

 

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
il y a 18 minutes, PascalD a dit :

ça évite de désespérer devant les priorités budgétaires des différents gouvernement (la recherche et l' industrie ? Vous rigolez ou quoi ?)

 

En ce qui me concerne, j'ai été témoin plusieurs fois de recrutements désastreux, sans compter les histoires que l'on m'a rapporté. Il y a en France, et ailleurs, des gens recrutés MdCf et qui enfilent des perles par exemple.

Dans un autre registre, j'ai vu du matériel chiffrant à plusieurs centaines de k€ commandé en plusieurs exemplaires sur plusieurs labos dans une même fac simplement parce que le directeur du labo à l'étage ne pouvait pas piffer celui du labo du dessous.

J'ai vu une machine à plusieurs millions d'euros devenue inutilisée parce que personne n'a été assez malin pour anticiper le départ des thésards qui bossaient avec.

Etc, etc... je pourrai un jour écrire un livre sur la mauvaise gestion du pognon dans les universités et dans certains labos. C'est d'autant plus terrible qu'il existe un certain déni de la situation par certains !

Ce n'est pas pour rien que ces dernières années, on a vu apparaître à marche forcée les plateformes technologiques dans les univs ainsi que la nécessité de devoir faire ses preuves pour obtenir du pognon en montant des dossiers à la pelle ! Ce n'est pas pour rien que le gouvernement parle de geler la création de postes !

 

Pour ma part, je suis en train de monter une manip à coût très limité simplement en faisant de la récup de matériel dispo dans les labos et inutilisé ! J'hallucine toujours t'entendre des trucs du style "ah !? on a ça nous ? Mais c'était où ?" ou encore "Ah non, je ne vous le prête pas, je ne m'en sert pas, mais on ne sait jamais".

 

Le problème quand on a trop de fric, c'est qu'on ne réfléchit plus à la dépense !

Edited by Tournesol
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Tournesol a dit :

Le problème quand on a trop de fric, c'est qu'on ne réfléchit plus à la dépense !

 

Et qu'on ne sait plus le dépenser à bon escient et comme il faut  :)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas faux ce que tu dis Tournesol. Non seulement y' a pas beaucoup de pognon (comparé aux grands pays) pour la recherche en France, mais en plus la bureaucratie locale le dépense parfois n'importe comment. 

 

Edit: Bon, vu ce qui suit, je me demande si 2 quaaluds ça va être suffisant ...

Edited by PascalD

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, PascalD a dit :

mais en plus la bureaucratie locale le dépense parfois n'importe comment. 

 

Et pas que locale... on parle de l'ANR ? :D Tu te fais c.... à monter des dossiers avec moins de 10% de taux de réussite, pour qu'au final une bonne part finisse ponctionnée par ton institution. Et quand tu as toi-même reviewé des projets, et que par hasard tu discutes plus tard avec les gars dont tu as expertisé le projet, ben tu t’aperçois que tout le monde s'en fout des rapports scientifiques ou presque. Au final, le projet des gars est refusé pour des raisons qui n'ont rien de vraiment rationnel. Donc en plus, tu perds ton temps en tant que reviewer. 

Edited by Tournesol

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chui bien d'accord, y compris avec ce que tu dis à la fin Tournesol. Qu'il y ait du gâchis, beaucoup, à certains moments, oui. Et qu'il faille trouver des moyens de lutter contre. Là où je tempérerais, c'est que parfois les systèmes mis en place pour ce contrôle deviennent des usines à gaz, et juste encore plus de bureaucratie, qui in fine tuent l'envie et la liberté d'innover davantage qu'ils ne la favorisent…. Donc pour ma part j'ai tendance à dire aussi (je dis bien : aussi, pas seulement), qu'une part de gâchis, de recrutement qui ne mènera à rien, de projets qui s'enlisent etc. est inévitable et qu'il faut l'accepter. Parce qu'en définitive ça reste des choix humains (aussi bien les recrutements que les investissements), et que bon, voilà, forcément il y a une part d'erreur, voire de n'importe quoi, etc. C'est pareil dans le privé, comme le dit Xmousse. Forcément… Le point difficile à partir de là c'est que bon, bien sûr, il ne faut pas basculer dans la grande permissivité ne rien contrôler, etc. Mais enfin il y a un équilibre à trouver, disons, et pas évident ok, mais nécessaire….

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par ailleurs, chui pas d'accord pour justifier par les fautes des méchants enseignants-chercheurs les suppressions de postes… Il y a quand même de vrais besoins, en particulier pour les étudiants, et des TD avec 80 étudiants on ne va pas dire que chaque étudiant peut réellement être suivi, etc. etc. Quand on regarde le taux d'encadrement en France et aux USA par exemple, ou, je ne sais pas, mettons en Corée, on sourit (au moins)….

 

Les chiffres exacts (je copie-colle un papier sur ça) sur le budget de l'ESR :

 

De 2007 à 2012, alors que le gouvernement claironnait un prétendu choix de faire de l’université une priorité, le budget a effectivement augmenté en termes réels - en sus de l'inflation - de 7.25 % (de 10.654 milliards d’euros à 12.778 milliards, avec une inflation cumulée à 8.7 % sur la période). Mais comme dans le même temps le nombre d’étudiants augmentait de 7.13 % (de 2 228 000 à 2 387 000), l’opération a été littéralement blanche. Dans ces conditions, parler de moyens supplémentaires alloués à l’université, pour la formation des étudiants, les doctorants, la recherche, était un mensonge. De 2012 à 2016, loin de s’améliorer, la situation s’est dégradée. Dans cette période, l’augmentation du budget est nulle en termes réels (elle suit simplement l’inflation : de 12.778 à 13 milliards, avec une inflation cumulée à 1.91 %), tandis que le nombre d’étudiants augmente à nouveau de 8.50 % (de 2 387 000 à 2 590 000 à la rentrée 2016). Sur l’ensemble de la période (2007-2016), le budget augmente donc de 8.8 % en termes réels, tandis que le nombre d’étudiants, lui, augmente de 16.24 %. 

 

Voilà, quand même...

 

Edited by Motta

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Motta a dit :

Là où je tempérerais, c'est que parfois les systèmes mis en place pour ce contrôle deviennent des usines à gaz, et juste encore plus de bureaucratie, qui in fine tuent l'envie et la liberté d'innover davantage qu'ils ne la favorisent….

 

Totalement d'accord. C'est bien pour cela que j'épingle aussi l'ANR, mais on pourrait aussi parler de l'Hcéres. D'autant que tout ceci ponctionne aussi du fric. Je pense que les moyens mis en oeuvre ne sont pas forcément toujours les bons. Donc je te rejoins là-dessus et sur la nécessité, comme tu le dis, de trouver un équilibre.

 

Pour ma part, je pense qu'il faut revoir les missions des enseignants-chercheurs et être plus souple. On devrait définir plusieurs volets : enseignement, recherche, direction de recherches, management, administratif, recherche de moyens,... et au moment de son engagement, un MdCf, ou par la suite un PU, devrait pouvoir déplacer le curseur entre ces volets et le définir pour un quadriennal. Au bout de 4 ans, on redéfinit si nécessaire les missions de l'enseignant-chercheur, en fonction de ses résultats et de ses envies. On a besoin de toutes les compétences, mais tout le monde n'est pas aussi bon dans la recherche à niveau équivalent, ni même dans l'art de monter des dossiers de financement, ou dans l'enseignement, etc...

 

Moi j'ai fait mes choix, d'une manière pas très orthodoxe, mais pour l'instant ça fonctionne.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Où avez-vous vu qu'il y a plus de ponion sur la planète ??

Il n'a jamais autant coulé à flot !

Oui, Ça va faire bistrot ce fil...

Share this post


Link to post
Share on other sites

On est un peu hors sujet (et j'ai pas tout lu), mais d'accord pour les avis sur l'ANR... j'en ai un assez tranché :o(je n'ai été qu'une fois co-demandeur sans succès et sollicité pour en évaluer une il y a longtemps...):

Je suis plutôt pour la distribution des moyens au labo au pro-rata des chercheurs, sans dépenses administrative pour savoir à qui les donner. Car même si 10, 30,...% ne sont pas bien utilisés, cela laisse l'opportunité au reste de supporter un travail sans dépenses de temps administratives. L'ANR, je crois que si on fait le bilan, coûte quasiment autant de temps de (bon) chercheurs en tâches hors recherche, qu'elle finance de postdocs/thésards/...

En sommant le temps des chercheurs en poste à faire des demandes (10 pour un succès... ça doit bien approcher >> 1 année temps plein chercheur), le temps consacré à les évaluer par d'autres chercheurs sélectionnés pour leur travail, mais ainsi éloignés de la recherche + coûts administratifs de gestion au niveau des labos et de l'ANR,... au final le rendement est proche de 0. On pourra dire que, si, cela va financer des post(-docs) / thésards en plus qui passeront tout de même du temps à faire de la recherche, mais en ayant gaché du temps de chercheurs à des tâches administratives, pas sûr que cela relève le niveau de la recherche française...

J'ai le sentiment que plus ça va, plus on diminue le temps de recherche effective au profit de taches administratives, à tous les niveaux de demandes de soutien financiers...:(

 

Nicolas

 

 

Edited by biver
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, biver a dit :

On pourra dire que, si, cela va financer des post(-docs) / thésards en plus qui passeront tout de même du temps à faire de la recherche, mais en ayant gaché du temps de chercheurs à des tâches administratives, pas sûr que cela relève le niveau de la recherche française...

 

Ça a été une de mes grandes frustrations dans les premiers temps où j'ai commencé à prendre du galon ! C'est qu'au final, tu cherches du fric pour financer des jeunes, pour qu'ils fassent à ta place, la recherche que tu pourrais faire, et que tu as envie de faire, toi-même (et probablement plus vite et efficacement). Et en plus, tu dois les former... quand tu trouves le temps. Et toi, tu vis la recherche par procuration, transformé en administrateur, DRH et agent comptable.

 

Evidemment, on va dire que financer ces jeunes contribue à les former, mais jusqu'à présent, je connais peu d'anciens thésards que j'ai côtoyé (les miens ou de collègues) qui ont souhaité continuer dans la recherche académique après leur thèse. En général, le postdoc a eu raison d'eux pour diverses raisons, et en plus il n'y a pas de postes. 

 

Donc au final, tout ceci est un immense gâchis qui témoigne du fait que le système mis en place pour soit disant éviter le gâchis en créer encore plus. 

Pour ma part, j'ai changé ma façon de fonctionner pour sortir de cette absurdité... mais c'est un peu long à expliquer ici, et je vais éviter d'en rajouter dans le hors sujet ! :)  

 

Sinon, pour ce qui est de l'ANR, je ne résiste pas à poster cet extrait commenté d'une nouvelle de Léo Szilard et datant des années 1960 et prophétisant remarquablement la situation actuelle.

Szilard.jpg.5c17d48b3b0550d70e0ef770288c9ced.jpg

 

(https://fr.wikipedia.org/wiki/Leó_Szilárd)

Edited by Tournesol
  • Like 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah, bien vu ce texte, que je ne connaissais pas !! 

 

Pour ma part, je ne suis pas sûr du tout que ce soit hors sujet cette discussion par rapport à ce qu'on peut critiquer chez Musk (et je ne suis pas un anti-Musk systématique….). Je crois au contraire que la question évoquée là montre bien la part critiquable dans l'engouement muskique, j'en avais déjà parlé (même si Musk n'est pas le grand méchant sans lequel l'humanité irait mieux, etc. etc., bien sûr, Amaury, et pas du tout même…. ;)). 

 

Un papier ironique de Sylvestre Huet sur cette question aussi à l'époque du Nobel de Jean-Pierre Sauvage :

 

http://huet.blog.lemonde.fr/2016/10/07/le-nobel-de-chimie-2016-avait-tout-faux/

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

SpaceX vient de mettre en ligne ce clip sur le lancement de la FH

On y voit le "core central" rater la barge (à 1:13)

 

 

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sympa le clip...9_9

Il y en a un qui se dit : "Bon, il va falloir remettre tout ça en état...:( "

image.png.9ba54102f8e6a77a38cfefca8b38827b.png

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Premiers essais de la BFR début 2019 (qu'il a dit le monsieur...)

 

http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/03/12/01008-20180312ARTFIG00120-le-vaisseau-martien-d-elon-musk-pourrait-voler-debut-2019.php

 

Citation

La puissance de cet engin sera sans équivalent dans l'histoire. Sa poussée au décollage sera deux fois plus importante que celle de la fusée Saturn V qui emportait les missions lunaires Apollo. Mais elle sera aussi intégralement réutilisable. Indispensable pour rendre le projet viable sur le plan économique. «Nous pensons que le coût d'un lancement de BFR reviendra à celui d'une Falcon 1 (le lanceur léger développé par SpaceX entre 2006 et 2009, commercialisé à l'époque entre 6 et 8,5 millions de dollars, NDLR)». C'est plusieurs centaines de fois moins cher que le coût d'un lanceur à usage unique de taille équivalente selon les standards actuels!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'y connais rien en Big Fucking Rocket naturellement - ni en spatial en général - mais permettez-moi de dubiter quelque peu...

Qu'en disent les big fusées du forum qui connaissent bien les big fusées ?

L'impatience me tenaille !

:D

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, joko a dit :

Il s'agit de la Roadster 1ère génération sortie en 2008 :

 

Merci pour ton intervention absolument décisive.

;)

 

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour revenir un peu  au sujet, le deuxième vol du FH est prévu le 13 juin avec 25 satellites du Space Test Program 2.

Belle preuve de confiance ( ou d'inconscience ! l'avenir nous le dira  ) de la part de l'US Air Force

Et pour SuperSceptique, un petit extrait d'un livre à sortir sur les "Barons de l'Espace" ou l'on comprend mieux ce qui fait la spécificité  de SpaceX et Musk

https://www.washingtonpost.com/business/economy/with-a-spacecraft-in-trouble-and-the-white-house-watching-spacex-had-to-deliver/2018/03/15/553d89cc-2701-11e8-874b-d517e912f125_story.html?utm_term=.60265c71aa2a

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Gilles44 a dit :

les "Barons de l'Espace"

 

Et le titre complet (in english in the text) : "Les barons de l'espace : Elon Musk, Jeffrey P. Bezos et la quête pour coloniser le cosmos.""

 

Rien que ça ! :D et le livre fait aussi la liste de tous les rétropédalages et prétentions revues à la baisse ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Tournesol a dit :

Rien que ça ! :D et le livre fait aussi la liste de tous les rétropédalages et prétentions revues à la baisse ?

 

De quels retropadalages et prétentions on parle exactement ?

Pour un type qui essaie de monter des manips avec du matos de récup je m'étonne que, si tu as lu l'article, les quelques anecdotes sur la façon dont SpaceX a réutilisé de vieux réservoirs de la Nasa, ou repensé les systèmes de refroidissement ne remettent pas un peu plus en doute  les quelques a priori que certains essaient d'ériger en vérités absolues.

 

De ce que je connais des " prétentions "de SpaceX :

Coloniser Mars : toujours d'actualité et pas revu à la baisse 

Comment :

En baissant drastiquement les coûts de lancement grâce à la réutilisation massive des composants : fait et passera un cap supplémentaire avec la BFR.

On peut avoir des doutes sur la réussite finale, des gros doutes sur les délais annoncés mais il faut aussi leur faire crédit de tout le travail accompli en 15 ans en réussissant ce que beaucoup pensaient impossible.

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now