jackbauer 2

Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

Recommended Posts

image.png.4877a7703ab43bb8f0e5da08d0d947c4.png

 

Ne serait-ce pas un moyen suicidaire de répondre au problème de RCE par une augmentation subite et mortifère de méthane dans l'atmosphère ?

 

Je suis (déjà) sorti...

 

il y a une heure, Superfulgur a dit :

le seul projet d'Aurélien, c'est Lui-Même,

 

C'est juste spinoziste... « Chaque chose, autant qu'il est en elle, s'efforce de persévérer dans son être. »

 

En dehors de ses contradictions, le personnage est suffisamment complexe, intelligent pour produire aussi des discours qui permettent également de réfléchir...

 

Edited by Pascal C03
  • Like 3
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

il y a une heure, Superfulgur a dit :

Puis, comme cela ne suffisait pas, il a viré "philosophe", et a trépigné jusqu'à ce qu'on lui accorde, (via une thèse jugée médiocre par ses pairs), son statut de Philosophe, ouf

 

Dans Wikipedia je trouve ça:

 

Il obtient un autre doctorat, en philosophie, à l'université Paris-Sorbonne, soutenu en 2016 avec la mention très honorable et les félicitations du jury5, portant sur « Anomies : une déconstruction de la dialectique de l’un et de l’ordre, entre Jacques Derrida et Nelson Goodman ». Le travail a été mené aux archives Husserl de l'École normale supérieure et dirigé par Marc Crépon.

 

Il y a débat donc....

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, George Black a dit :

Je pense qu'il serait bien de mettre un terme à cette discussion qui sort du thème de ce fil de discussion. 

 

Hem... je suis d'accord. J'ai balancé ça comme ça, histoire de rigoler. Maintenant, je ne voudrais pas que ça pourrisse ce fil... :|

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, George Black a dit :

Non, c'est les nations qui achètent les vaccins, pas les politiques. Il y a une nuance, et elle est de taille.

 

Non, elle n'est pas de taille. Un état, c'est un cadre organisationnel dans lequel s'exerce une politique.

 

Il y a 4 heures, George Black a dit :

On en parlait hier avec ma femme. Il est urgent d'arrêter la 5G, de clouer les avions au sol, et de faire enfermer Musk, ainsi, enfin, le monde sera libéré de l'angoisse du changement climatique, de la pollution, etc..

Aujourd'hui on interdit les avions de voler et la 5G de fonctionner, et ça y est, les ours polaires iront mieux ?

 

Tu sais, Schopenhauer, ça se lit ailleurs qu'aux toilettes.

Tu ne convaincras personne en tentant de décrédibiliser l'adversaire en déformant  et caricaturant son argumentation. Voire en répondant à côté. Et par la même, tu décrédibilises ta corporation. Tu vaux mieux que ça.

 

Et tu ne réponds sur le fond aux quelques exemples qu'avait donnés Aurélien Barrau, sur la 5G et les voyages (augmentation des usages, destruction des écosystèmes...), je ne ferai pas une réponse détaillée à la suite de ton discours, car tu t'y complais toi aussi dans une idéologie, qui s'appelle le scientisme.

Quant à faire appel à la notion de populisme, c'est le recours des gens à cours d'argumentation.

 

Il y a 3 heures, George Black a dit :

En revanche, tu noteras que les scientifiques ont tiré la sonnette d'alarme sur les enjeux environnementaux depuis les années 60. Leur a-t-on donné les moyens d'agir ? Non ! Il aura fallu que la situation commence à devenir pathologique pour que l'on (les politiques et le public) concède à s'intéresser à l'environnement... mais les moyens alloués sont encore insuffisants. Si on prend la seule situation de la France, les moyens alloués à la recherche sont en décrochage.

 

Non non. Des scientifiques ont tiré la sonnette d'alarme.

Quand dans les années 70, des climatologues prévenaient du changement climatique, des géologues cherchaient des nappes pétrolières.

Quand des biologistes alertaient sur la pollution des nappes phréatiques, des chimistes continuaient à créer des pesticides.

Et quand des biologistes alertaient sur la perte de biodivetsité, des scientifiques d'une multitude d'autres disciplines s'en foutaient royalement.

 

Parler des scientifiques dans leur ensemble est aussi stupide que de parler des scientifiques dans leur ensemble. Dans les deux corps, il y a des vertueux et des pourris.

 

il y a 24 minutes, George Black a dit :

Or, en fermant à peine le robinet, on voit la casse économique et sociale que cela entraîne ! Avec les risques d'explosion sociale, de dérive politique vers les extrêmes, etc etc...

 

Tiens, tu te mêles de politique ?

Il n'y a pas un robinet, mais des robinets. Certains méritent d'être fermés.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, Oodini a dit :

Tu sais, Schopenhauer, ça se lit ailleurs qu'aux toilettes.

 

:D 

 

il y a 25 minutes, Oodini a dit :

Tu ne convaincras personne en tentant de décrédibiliser l'adversaire en déformant  et caricaturant son argumentation. Voire en répondant à côté. Et par la même, tu décrédibilises ta corporation. Tu vaux mieux que ça.

 

C'est à AB que tu réponds ou à moi ? ;)

 

il y a 25 minutes, Oodini a dit :

tu t'y complais toi aussi dans une idéologie, qui s'appelle le scientisme.

 

Oui, je le reconnais, si dans les sciences se rapportant au scientisme, tu y ranges tant les sciences dites "dures" que les sciences humaines.

 

il y a 25 minutes, Oodini a dit :

Quant à faire appel à la notion de populisme, c'est le recours des gens à cours d'argumentation.

 

Non, c'est dénoncer une attitude visant à s'attirer la sympathie des foules quoi qu'il en coûte. Et cette démarche est très tendance.

 

il y a 25 minutes, Oodini a dit :

Des scientifiques ont tiré la sonnette d'alarme.

 

Je te l'accorde.

 

il y a 25 minutes, Oodini a dit :
il y a 51 minutes, George Black a dit :

Or, en fermant à peine le robinet, on voit la casse économique et sociale que cela entraîne ! Avec les risques d'explosion sociale, de dérive politique vers les extrêmes, etc etc...

 

Tiens, tu te mêles de politique ?

 

Non. Faire de la politique serait prendre parti pour un bord. 

L'histoire nous enseigne juste que les extrêmes arrivant au pouvoir, les individus en ressortent rarement épanouis et heureux.

Il s'agit ici de sociologie. Si un sociologue publie un article intitulé : "Corrélation entre l'appartenance politique des populations et le sentiment d'appartenance à des groupes religieux", tu ne vas pas dire que le sociologue fait du militantisme religieux ou politique ?! Non, il observe et il constate.

 

il y a 25 minutes, Oodini a dit :

Un état, c'est un cadre organisationnel dans lequel s'exerce une politique.

 

Attention, là je vais faire de la politique ;)

 

Ca fait longtemps que la politique organisationnelle transcende les gouvernements en étant pilotée par les hauts fonctionnaires. Et ce n'est pas forcément une critique. Cela fait longtemps que la politique est devenue une activité professionnelle comme une autre, où les salariés sont plus préoccupés de leur reconduction que du réel intérêt pour leur nation.

Mais bon, là c'est George Black qui s'exprime... pas un personnage médiatique.

Edited by George Black

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, George Black a dit :

Oui, je le reconnais, si dans les sciences se rapportant au scientisme, tu y ranges tant les sciences dites "dures" que les sciences humaines.

 

Alors reconnais également que les sciences molles peuvent être pétries d'idéologie.

Rien de tel qu'une science molle pour appuyer ou contester un positionnement politique. Ce sont les plus instrumentalisables. Il suffit de concevoir avec soin l'étude qui va faire ressortir les données qui arrangent son auteur et son idéologie. Tout en menant cette étude avec la plus grande rigueur scientifique.

Et bien souvent, tout cela est fait de manière inconsciente.

 

il y a 49 minutes, George Black a dit :

[Le populisme] c'est (...) une attitude visant à s'attirer la sympathie des foules quoi qu'il en coûte. Et cette démarche est très tendance.

 

Non, ça, c'est de la démagogie.

Pour moi, le populisme est une idéologie qui consiste à écouter le peuple plutôt que les élites. Pas forcément pour se faire réélire. Mais parce qu'éventuellement, on considère qu'il est le mieux à même de choisir son destin. Mais ça peut également être pour se faire réélire, je te l'accorde.

Il faut d'ailleurs noter que l'acception péjorative du mot "populisme" est assez récente, suite à des manœuvres idéologiques. Le mot a initialement été inventé parce que le peuple se sentait dépossédé du cours de sa vie par des "experts".

 

On le voit avec la crise des CoVid, où le corps médical semble avoir beaucoup d'influence, alors que le problème est beaucoup plus large, quasiment philosophique. Par exemple, doit-on sacrifier une jeunesse dans sa vie actuelle, mais également future (études flinguées, diplômes dévalorisés, premier emploi compromis, ce qui rend très difficile l'accès ultérieur à l'emploi, dettes abyssales à rembourser pendant les 20 prochaines années...), pour une population qui a connu les trente glorieuses, le plein emploi, la liberté sexuelle et de parole, des cotisations retraite très faibles au regard de celles d'aujourd'hui, la retraite à 60 ans voire plus tôt, et une inflation galopante qui leur a permis de s'approprier une bonne partie du foncier ? Doit-on privilégier la quantité de vie, ou la qualité de vie ? C'est un vrai choix de société, donc politique, mais qui est escamoté.

 

Abraham Lincoln définissait la démocratie comme "le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple". Le peuple considère que le "par le peuple" a un peu été perdu. Le gratin s'est détaché des nouilles, comme l'a si bien formulé Jean-Louis Borloo.

 

il y a une heure, George Black a dit :

Non. Faire de la politique serait prendre parti pour un bord.

 

Non. Ça, c'est de la politique partisane.

 

il y a une heure, George Black a dit :

L'histoire nous enseigne juste que les extrêmes arrivant au pouvoir, les individus en ressortent rarement épanouis et heureux.

 

Les extrêmes, ça ne veut plus rien dire. Prenons par exemple l'immigration, puisque j'ai l'impression que c'est aujourd'hui sur ce critère qu'on range ou pas un parti dans l'extrémisme.

Dans les années 90, le RPR était d'avantage anti-immigration que le RN d'aujourd'hui (fermeture des frontières, suspension de l'immigration, prestations sociales réservées aux nationaux, incompatibilité de l'islam avec nos lois...).

En 1980, Georges Marchais demandait l'arrêt total de l’immigration légale et clandestine.

Jadis, la gauche était le repère des bouffeurs de curés. Aujourd'hui, elle considère comme fasciste quiconque critique l'islam. La gauche était la plus extrême dans la défense de la laïcité, et la défense de présence religieuse dans le corps social était le fait de la droite.

 

Je pense comme toi que les individus ressortent rarement épanouis et heureux de l'extrémisme.

Mais je ne pense pas non plus que les individus soient aujourd'hui particulièrement et épanouis. Avant, la jeunesse représentait l'insouciance. Aujourd'hui, ils abordent la vie avec angoisse. Dès le collège, ils ont une pression de réussite. On sort des diplômés, mais nombre d'entre eux restent sur le carreau.

Et pour les diplômés, la fuite en avant technologique rend très vite périssable leur capital de connaissances, qu'ils doivent sans cesse renouveler, les mettent en perpétuelle insécurité. Cela ne les rend pas heureux et épanouis...

Et ils mettent des années à démarrer un projet de vie. L'immobilier leur est inaccessible.

 

Dans l'antiquité, il y avait les jeux du crique pour anesthésier le peuple. Aujourd'hui, il y a la consommation. On crée des besoins (5G...) uniquement pour faire tourner l'économie.

Mais le scientisme, c'est également un extrémisme. Cette logique de fuite en avant technologique est mortifère.

 

Il y a 1 heure, George Black a dit :

Il s'agit ici de sociologie. Si un sociologue publie un article intitulé : "Corrélation entre l'appartenance politique des populations et le sentiment d'appartenance à des groupes religieux", tu ne vas pas dire que le sociologue fait du militantisme religieux ou politique ?! Non, il observe et il constate.

 

Tu es bien naïf. Déjà, comme dit plus haut, le choix du sujet est idéologique.

Pourquoi cherche-t-on à montrer cette corrélation, plutôt que de montrer la corrélation entre le mode de vie alimentaire et l'appartenance à la communauté des philatélistes ?

Si tu prends les articles du Figaro (et pas les éditoriaux), leur contenu n'est pas si marqué que ça, idéologiquement. En revanche, le choix des sujets l'est clairement.

En plus, quand tu travailles sur des corrélations, tu sais que ça va être récupéré derrière pour présenter ça comme des causalités.

 

Par ailleurs, si tu fais une étude sur la corrélation des violences policières sur les personnes issues de l'immigration, le sociologue de gauche va s'intéresser au racisme larvé dans la police, au milieu social du délinquant, alors que le sociologue de droite va s'intéresser à l'ethnie du contrôlé, à l'assimilation de son milieu éducatif, au laisser-faire de la justice... Mais les deux auront observé et constaté.

 

Il y a 1 heure, George Black a dit :

Ça fait longtemps que la politique organisationnelle transcende les gouvernements en étant pilotée par les hauts fonctionnaires. Et ce n'est pas forcément une critique. Cela fait longtemps que la politique est devenue une activité professionnelle comme une autre, où les salariés sont plus préoccupés de leur reconduction que du réel intérêt pour leur nation.

 

Attention, tu fais ici appel à la notion d'état profond.

En plus de faire de la politique, tu fais du populisme. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Superfulgur a dit :

et a trépigné jusqu'à ce qu'on lui accorde, (via une thèse jugée médiocre par ses pairs)

Je vois pas trop l'intérêt d'amener ça dans l'histoire. Il l'a eu point. C'est un énorme travail. 

Des thèses brillantes, moyennes, nulles, inutiles il y en a plein. Des thésards qui abandonnent aussi. Il y a une infinité de facteurs contrôlables ou pas qui influent sur le bon déroulement ou pas d'une thèse (beaucoup ici pourront en témoigner !).

Et encore une fois je m'en fous de ce gars mais je n'ai pas de problèmes à l'écouter. 

Il y a 3 heures, barnabé a dit :

et moi aussi j'aimerais  bien savoir quel secret  se cache derrière  ce non dit qui serait illégal en plus !

Rappelle toi, nous sommes des quidams moyens, on en saura rien ! xD

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Oodini a dit :

On le voit avec la crise des CoVid, où le corps médical semble avoir beaucoup d'influence, alors que le problème est beaucoup plus large, quasiment philosophique. Par exemple, doit-on sacrifier une jeunesse dans sa vie actuelle, mais également future (études flinguées, diplômes dévalorisés, premier emploi compromis, ce qui rend très difficile l'accès ultérieur à l'emploi, dettes abyssales à rembourser pendant les 20 prochaines années...), pour une population qui a connu les trente glorieuses, le plein emploi, la liberté sexuelle et de parole, des cotisations retraite très faibles au regard de celles d'aujourd'hui, la retraite à 60 ans voire plus tôt, et une inflation galopante qui leur a permis de s'approprier une bonne partie du foncier ? Doit-on privilégier la quantité de vie, ou la qualité de vie ? C'est un vrai choix de société, donc politique, mais qui est escamoté.

 

 

C'est un discours extrêmement caricatural, très en vogue aujourd'hui. Quant au questionnement soi-disant" philo" sur la "quantité" ou la "qualité" de vie.. c'est grave.. on sait pourtant très bien jusqu'où il peu mener. Et puis là.. on fait comme si la crise sanitaire n'était qu'un problème pour les "vieux" et pas pour l'humanité.

 

Alors déjà "le plein emploi" dans les années 60 (surtout parce que les femmes étaient assez peu présentes sur le marché du travail) , pas vraiment quand tu habitais une petite ville de Province. Diplôme en poche pour mon frère, et me concernant pour poursuivre mes études (j’ai 5 ans de moins que lui), nous avons dû nous expatrier bien loin de la Dordogne, lui pour pouvoir trouver un boulot assorti d’un logement qui prenait 70 à 80 % du salaire. Pas de télé, pas de téléphone, pas d’internet, salaire de misère, pas de famille présente, pas de bagnole.. démerde toi avec ça. À l'époque on travaillait le samedi, pas de 35h, pas de RTT, 3 semaines de congés puis 4 semaines en 68.  Alors en effet, pas de COVID.. Mais à la place il y avait le service militaire qui te prenait deux ans de ta vie. Perso je l’ai effectué en 68 et 69, après deux années de sursis afin de pouvoir terminer mes études. J’ai eu à choisir entre l’Allemagne ou l’Afrique, ce fut l’Afrique (le Tchad), une longue histoire dont je ne suis pas revenu totalement indemne et qui ne m’a aucunement préparé à la vie active en France, bien au contraire.

Quant à la liberté sexuelle et de parole, ça me fait doucement rigoler. Pour la partie sexuelle, sans portable, sans internet, sans moyens de déplacement accessibles c’était assez compliqué. C'était encore une époque où pour rouler une galoche il fallait parfois un bon mois de négociation, et un bon vélo.. quant au reste..

Pour la " liberté de parole", comment dire.. c’était une époque (bien révolue) où, par exemple, chez les ouvriers comme chez les bourgeois, les enfants à table se taisaient et ne se levaient pas sans demander la permission, et dans les entreprises quand tu débarquais t’avais surtout le droit de fermer ta gueule, que ce soit avec les patrons ou les anciens de la boite.

 

PS > En mars j’aurai 74 ans, mon épouse est décédée en février 2020, et je me consacre désormais à ma fille et mes deux petits enfants de 3 et 6 ans qui ont tous les trois encore bien besoin de moi. J'attend la vaccination avec impatience, mais au rythme actuel ce sera (peut-être avant) Noel 2021 (j'exagère un peu mais pas tant que ça).

Là surtout est le problème.. 

 

  • Like 4
  • Love 3
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci   Vaufrège pour ton post  ci dessus je suis juste un peu plus âgé  que toi et je  confirme  tout ce sur tu dis 

Sacrifier  la jeunesse actuelle , en voilà  un.beau slogan, comme tu le dis la .notre de jeunesse  c'était bien pire  que ce qu'il  reste à  la jeunesse  actuelle avec le covid et vous la  classe intermédiaire grâce  à nos tentes glorieuses  c'est vous qui vous êtes gavés, nous n'avions pas été habitués à dépenser des sous parce que nous n'en avions pas  mais vous ,nos descendants, vous avez vite compris comment il.fallait faire !

Alors aujourd'hui  un peu de pudeur SVP. , laissez nous arriver au bout tranquillement sans nous exposer au covid et sans nous séparer de nos petits-enfants 

Et puis pour l'héritage vous pouvez  peut-être  attendre encore un peu !

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Oodini a dit :

Pourquoi cherche-t-on à montrer cette corrélation, plutôt que de montrer la corrélation entre le mode de vie alimentaire et l'appartenance à la communauté des philatélistes ?

 

Parce que c'est un autre sujet, et que le premier est une aussi une question qui a parfaitement le droit d'être posée eu égard à la liberté académique, et à la condition qu'elle soit traitée avec impartialité.

Dans toute démarche de recherche il y a une arrière pensée. Ce n'est pas ça le problème. Le problème c'est quand le débat est biaisé. C'est le rôle du système de reviewing d'empêcher un débat biaisé. Après, on est d'accord que les sciences humaines souffrent d'un problème avec ça dans certains secteurs.

 

Maintenant, serais-tu partisan, comme certains politiciens que je connais, de créer un organisme d'état qui imposerait, en sciences dures comme en sciences humaines, les thématiques qui auraient le droit d'existence à l'université ? Le faire en restant dans le cadre du droit européen (sans interdire, ce qui serait une violation de la liberté académique) n'est pas très compliqué, il suffit que l'état décide des intitulés des postes qu'il finance ou non, ou des thématiques que finance l'ANR.

Et ça nous pend au nez...

Après, on peut estimer que le contribuable paye, et qu'il a le droit de payer pour les recherches qu'il décrète d'intérêt. Mais je doute que le contribuable ait intégré que la recherche fondamentale d'aujourd'hui est la recherche appliquée de demain. Et j'ai bien peur qu'au moindre intitulé de sujet de recherche un peu hermétique, M. Michu décrète de son inutilité !

 

Après, j'imagine si on avait renvoyé Pierre et Marie Curie à des choses plus "sérieuses", comme optimiser l'extraction de l'énergie du charbon, ou si on avait envoyé balader Maxwell ou Hertz en leur demandant de s'intéresser au moyen d'optimiser les lampes à gaz... :D 

Comme je le dis à mes étudiants, on vivrait dans un monde steampunk, ça aurait de la gueule ! Ou comme je le dis, on n'aurait pas d'ordi, pas d'internet, ni laser, ni smartphone, etc... mais on aurait des putains de bagnoles à vapeur !

 

Il y a 2 heures, Oodini a dit :

Attention, tu fais ici appel à la notion d'état profond.

En plus de faire de la politique, tu fais du populisme.

 

Cela n'a rien à voir. C'est à ton tour d'être naïf. Tu crois quoi ? Que quand un gouvernement change, toutes les administrations ont droit à un jeu de chaises musicales où le gouvernement renomme tous les responsables de telle ou telle administration ?

Dans le monde de l'enseignement et de la recherche, je l'ai entendu plus d'une fois, y compris d'inspecteurs et de recteurs, à peu de chose près en ces termes : "de toute façon, on fait ce que l'on veut, on sera encore là au prochain gouvernement". C'est d'ailleurs ce qui permet dans ce pays de sauver les meubles et d'éviter de trop subir les casses des réformes successives qui arrivent aussitôt après celles du gouvernement précédent.

D'ailleurs, le propos de ces hauts fonctionnaires ou responsables n'est pas une question d'état profond, terme cher à l'extrême droite, mais une question de maintenir le cap d'un navire dirigé par des capitaines qui ne sont plus sur le pont depuis bien longtemps.

 

 

Il y a 2 heures, Oodini a dit :

On le voit avec la crise des CoVid, où le corps médical semble avoir beaucoup d'influence, alors que le problème est beaucoup plus large, quasiment philosophique. Par exemple, doit-on sacrifier une jeunesse dans sa vie actuelle, mais également future (études flinguées, diplômes dévalorisés, premier emploi compromis, ce qui rend très difficile l'accès ultérieur à l'emploi, dettes abyssales à rembourser pendant les 20 prochaines années...), pour une population qui a connu les trente glorieuses, le plein emploi, la liberté sexuelle et de parole, des cotisations retraite très faibles au regard de celles d'aujourd'hui, la retraite à 60 ans voire plus tôt, et une inflation galopante qui leur a permis de s'approprier une bonne partie du foncier ? Doit-on privilégier la quantité de vie, ou la qualité de vie ? C'est un vrai choix de société, donc politique, mais qui est escamoté.

 

Pour information, à l'exception du premier confinement, le corps médical n'a pratiquement plus droit au chapitre depuis un bon moment. Il faut actualiser les logiciels ! ¬¬

D'ailleurs, plus personne n'est écouté, ni les économistes, ni le peuple qui préférerait un bon confinement et qu'on en finisse, etc...

En fait, je constate que tu es de ces gens peu informés, et qui croient encore que la situation actuelle est dictée par le conseil scientifique... 

 

Pour le reste, Vaufrèges a répondu.

Edited by George Black

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, vaufrègesI3 a dit :

Mais à la place il y avait le service militaire qui te prenait deux ans de ta vie. Perso je l’ai effectué en 68 et 69, après deux années de sursis afin de pouvoir terminer mes études. J’ai eu à choisir entre l’Allemagne ou l’Afrique, ce fut l’Afrique (le Tchad), une longue histoire dont je ne suis pas revenu totalement indemne et qui ne m’a aucunement préparé à la vie active en France, bien au contraire.

 

Je perçois certaines choses autrement.

 

Mon Père et ma mère sont des anciens d'Indochine. Elevé à partir de 6 ans, seulement par ma maman qui était extrêmement tolérante et aimante, je me suis toujours senti libre d'agir et de m'exprimer en toutes circonstances. Cela fût valable que ce soit, à la maison, pendant mes études, pendant les "3 jours" où je me suis brillamment fait réformé P4 car j'étais profondément anti-militariste, un peu hippie ( Ma maman acceptait tout cela aussi, bien que sachant me canaliser quand il le fallait) 

 

As-tu connu cette douce rengaine (Mère me la chantait déjà au berceau) :

 

 

 

Il y a 1 heure, vaufrègesI3 a dit :

Quant à la liberté sexuelle et de parole, ça me fait doucement rigoler. Pour la partie sexuelle, sans portable, sans internet, sans moyens de déplacement accessibles c’était assez compliqué. C'était encore une époque où pour rouler une galoche il fallait parfois un bon mois de négociation, et un bon vélo.. quant au reste..

Pour la " liberté de parole", comment dire.. c’était une époque (bien révolue) où, par exemple, chez les ouvriers comme chez les bourgeois, les enfants à table se taisaient et ne se levaient pas sans demander la permission, et dans les entreprises quand tu débarquais t’avais surtout le droit de fermer ta gueule, que ce soit avec les patrons ou les anciens de la boite.

 

C'est marrant car en ayant vécu ma jeunesse légèrement en décalage avec la tienne (je n'ai que 65 ans) j'en ai un souvenir sensiblement différent. Le sexe au début des années soixante dix ne posait pas d'énormes difficultés et pour pour un câlin vigoureux, je peux dire les "voisines" ne rechignaient pas très longtemps. Je n'habitais pas dans un lupanar et n'était pas un Don Juan non plus, mais 68 avait eu son petit effet, j'imagine.  

Dans mes débuts professionnels, quand il m'a fallu dire merde, je ne m'en privais jamais. Quitter un emploi pour en retrouver un autre n'était guère un problème.

Par contre si je remonte à mon enfance dans les année 60, il est vrai que lorsque j'allais chez mes grands-parents ou dans la famille en vacances, le cadre était assez strict quand aux manières à adopter. Cela d'ailleurs ne me gênait guère et j'en garde même un tendre souvenir.

Mais on ne peut résumer une époque à la lumière de ce qu'on à vécu. Le milieu, l'environnement, les circonstances, sont aussi des éléments d'importance dans nos parcours.

Et pour les plus jeunes qui portent un regard sur le passé qui a été le nôtre, malgré ce qu'ils peuvent en connaître grâce aux documentaires, aux bribes que nous leur en racontant, sans l'avoir vécu, ils ne sauront en ressentir vraiment les réalités,  les odeurs, les ambiances.

Le monde  a changé de façon stupéfiante.

Il s'accélère...

 

 

Edited by Huitzilopochtli
orthographe
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, Huitzilopochtli a dit :

C'est marrant car en ayant vécu ma jeunesse légèrement en décalage avec la tienne (je n'ai que 65 ans) j'en ai un souvenir sensiblement différent.

 

En bonne part parce que ce "léger "décalage (de près de 10 ans) porte sur des années vraiment charnières, que ce soit sur le plan social, politique, et par conséquent des modes de vie.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, vaufrègesI3 a dit :

En bonne part parce que ce "léger "décalage (de près de 10 ans) porte sur des années vraiment charnières, que ce soit sur le plan social, politique, et par conséquent des modes de vie.

 

On est d'accord.

Le mouvement d'accélération dont je parlai plus haut était déjà engagé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Désolé  8zi mais à  un certain moment 

" les Africains" ça sentait le soufre parce que c'était devenu l'hymne des pieds noirs  de l'algérie française  l OAS 

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Puisqu'il fut peuplé de discussions assez stériles portant sur la personne et les entreprises E. Musk (puisqu'il est de bon temps de faire une blague à ce stade du post, j'ai cherch.., y'a eu Muskade, Musketon, Musketaire, Muskito, Musklim, mais rien de concluant donc je me suis abstenu), j'avais cru ne jamais porter de réel intérêt à la lecture d'un nouveau post sur ce fil, et m'en étais détourné assez rapidement.

 

Ce soir, une erreur m'a mené à vous lire.

Et, bien qu'au début légèrement déçu de m'être trompé, je vous l'accorde (non pas que vos opinions ne m'intéressaient pas, mais bien que je trouvais le sujet barbant), j'ai finit par engloutir quelques pages des plus récentes.

J'avais jamais assisté à une vraie discussion fournie et suivie sur un tel sujet tenu par votre (notre) communauté.

Bah merci.

Parce que même si tout ce que vous dites n'est pas vrai, même s'il manque un cadre si on voulait en faire quelque chose de vraiment sérieux, même si parfois les égos se mêlent aux arguments et les railleries aux exemples... Vous avez su échanger beaucoup d'idées fertiles, et les rendre intelligibles par les autres. Votre temps et votre énergie n'auront pas été vains !
 

En fait, la conclusion de cette discussion, je crois que tout le monde s'en fiche.

Par contre, j'espère que chacun d'entre vous aura pu profiter de l'abondance de points de vues et de remarques pertinentes au moins autant que moi.

J'espère aussi que vous savez apprécier le niveau d'éducation de chacun : vous respectez des règles tacites, tant sur la forme que le fond, vous avez beaucoup d'exemples, d'anecdotes, etc... Ca rend le débat plus riche, et donc profitable à tout le monde.

 

Et bah c'est tout. Merci.

 

(en vous lisant, j'avais envie de répondre à plein de choses, et puis au final, "est-ce que ça apporterait vraiment quelque chose ?", et donc je me retrouve à faire un post méta)

Edited by Theta Coxa
  • Like 5
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Pulsarx a dit :

possible chance de vol (à l'issue inconnue) de SN10 demain !

Donc aujourd'hui :) Chouette ;)

Bonne journée à vous,

AG

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, ALAING a dit :

Donc aujourd'hui

 

Pas avant mercredi 3.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, barnabé a dit :

" les Africains" ça sentait le soufre parce que c'était devenu l'hymne des pieds noirs  de l'algérie française  l OAS

 

Heureusement, tous les pieds-noirs n'adhéraient pas à l'OAS et n'ont pas forcément participé à ses exactions. 

 

Pour moi, le pied-noir, ou Blackfoot, est un membre d'une union amérindienne de quatre tribus des grandes plaines.

 

Je voulais aussi vous parler de l'élevage de l'alpaga en Bavière au XIX ème siècle mais cela risquerait de nous entrainer un peu loin. :D

  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Je voulais aussi vous parler de l'élevage de l'alpaga en Bavière au XIX ème siècle mais cela risquerait de nous entrainer un peu loin. :D

Et la cueillette des olives en Basse Provence ? Tu aurais quelque chose là-dessus ?

  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super Alain lorsque  j'ai  lu le post de 8zi au-dessus je savais que tu allais faire appel à  Francis Blanche et Pierre Dac 

Donc aujourd'hui  c'est  moi qui parle de la prise de la smalah d Abd- el-Kader

Désolé Theta pour le niveau  du fil que tu viens  de vanter mais la perche était  trop tentante !:x

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

@vaufrègesI3 Je note que tu ne réponds pas sur tous les points (dette, inflation, foncier, cotisations retraite, âge de la retraite, exigence de qualifications changeantes...).

 

Tu parles du "plein emploi", et vu ton âge, tu as dû arriver sur le marché du travail au mitan des années 60. Je n'ai trouvé des stats qu'à partir de 68. Le graphique parle de lui-même : pour la population en général, le taux de chômage a au moins triplé. Pour les jeunes, il a au moins quadruplé. Concernant la répartition territoriale des forces économiques, et donc de l'emploi, tu n'es pas sans savoir que le débat métropoles/territoires ruraux est actuellement  très vif, car cet écart s'est considérablement amplifié : l'agriculture s'est mécanisée, l'industrie s'est délocalisée, des employeurs d'état (centres d'impôts, casernes...) ont fermé. La désertification des campagnes, et son abandon par l'état (lignes SNCF...), c'est un phénomène plus récent que ce tu as connu dans ta jeunesse. Sur cette page, tu trouveras l'évolution des prix de l'immobilier, ainsi que celle de la part de l'immobilier par rapport aux revenus. Pour les deux, on a un facteur 2.

 

L'expatriation pour les études, ça concerne quasiment tout le monde. Soit tu te payes des piaules de 8 m² à des prix délirants dans des métropoles, soit tu te retrouves dans une école paumée dans les champs. J'ai grandi dans un hameau de 100 habitants, alors le côté paumé loin de tout, je connais. C'est même grâce à ça que je me suis mis à l'astronomie. Aujourd'hui, au même endroit, je ne pourrais pas, à cause de l'explosion de la pollution lumineuse. Et devine qui craint pour sa sécurité et réclame au maire de l'éclairage la nuit ? J'ai aussi connu le service militaire. Mais seulement 1 an, et pas en Allemagne ou au Tchad. Et vu la situation de chômage à l'époque, ça n'a pas facilité mon introduction sur le marché en sortant. Le manque de moyens de transport, c'est valable pour toutes les générations. J'ai connu ce que tu as connu, et des jeunes d'aujourd'hui connaissent ce que tu as connu. C'est une question de milieu social.

 

Ton couplet sur pas de téléphone, pas d'internet, pas de moyen de transport, j'ai également connu ça. Néanmoins, plus tard, il y avait encore les slows en boîte, et tu ne risquais pas de prendre un procès pour agression sexuelle quand tu tentais la galoche. Et franchement, la drague par téléphone portable, ça ne fait pas rêver. Tous ces gens ne connaîtront jamais le plaisir de déplier une vieille lettre d'amour. Pour la liberté de parole, tu dénonces un manque de liberté dû à des rapports hiérarchiques.. Mais il faut vraiment que tu te replonges dans les archives pour revoir ce que la presse, les humoristes, les polémistes avaient le droit de dire. Aujourd'hui, la parole est judiciarisée à outrance. L'autocensure règne, aussi bien lorsque tu es un homme public qu'un anonyme. La grivoiserie est quasiment devenue un crime.

 

PS : Non, le problème, c'est que chacun pense à sa pomme, et que nos sociétés refusent de plus en plus d'accepter qu'en fin de vie se trouve la mort. Les tentatives de transhumanisme sont en cela éclairantes. Quand la mort n'est pas encore arrivée, on la présente en épouvantail absolu. Quand elle advenue, on la cache, on la met sous le tapis ; on détourne le regard. Et entre les deux, on met les gens dans des mouroirs. Sans compter l'injonction faite aux vieux d'être éternellement jeune. Beau progrès de la société.

Edited by Oodini

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, vaufrègesI3 a dit :

C'est un discours extrêmement caricatural, très en vogue aujourd'hui.

 

C'est caricatural, parce que c'est bref. On peut affiner, mais la tendance générale restera la même.

 

Il y a 17 heures, vaufrègesI3 a dit :

Quant au questionnement soi-disant" philo" sur la "quantité" ou la "qualité" de vie.. c'est grave.. on sait pourtant très bien jusqu'où il peu mener. Et puis là.. on fait comme si la crise sanitaire n'était qu'un problème pour les "vieux" et pas pour l'humanité.

 

Non, je ne sais pas où ça peut mener.

Ah si ! Ma complémentaire retraite qui me demande si je préfère une rente où le jackpot quand j'arrive en retraite. Soit je me laisse doucement mourir, soit je brûle la chandelle par les deux bouts, et je fais tout ce que je n'ai pas pu faire durant ma vie active (au bénéfice des autres).

 

Il y a 17 heures, vaufrègesI3 a dit :

Et puis là.. on fait comme si la crise sanitaire n'était qu'un problème pour les "vieux" et pas pour l'humanité.

 

La CoVid ne posera aucun problème au devenir de l'espèce humaine, j'en suis convaincu. D'ailleurs, je n'ai entendu aucun scientifique tenir ce discours.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, Oodini a dit :

et que nos sociétés refusent de plus en plus d'accepter qu'en fin de vie se trouve la mort

 

En même temps, c'est pas nouveau... Les gonzes de la grotte Chauvet ou de Lascaux ont inventé la religion pour contourner la mort, les Egyptiens construisaient de grands bazars pour continuer tranquillement à vivre après la mort, les Chintoks s'enterraient avec un miiar de gonzes en pierre pour faire pareil, Hugo et Camomille Flammarion passaient des plombes à papoter avec les morts, qui de fait vivaient, etc...

 

Comme disait le génial K. Dick, dans le fabuleux Ubik, "je suis vivant et vous êtes morts".

 

  • Like 2
  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, Oodini a dit :

" le plaisir de déplier une vieille"

 OUH !!! :(

Une douteuse expression de gérontophile, peut-être ?

  

 

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now