jackbauer 2

Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

Recommended Posts

Le 14/12/2021 à 18:12, Kaptain a dit :
Citation

Un chauffeur de taxi avait perdu le contrôle de son véhicule, vraisemblablement à cause d'un problème technique. Environ 37 chauffeurs de taxis sont concernés par la suspension.

Suite à un grave accident survenu ce samedi 11 décembre à Paris, la compagnie G7 a décidé de suspendre ses taxis Tesla. Cet accident avait eu lieu dans le 13e arrondissement de la capitale, aux alentours de 21h. Le véhicule aurait brusquement accéléré sans raison, devenant hors de contrôle, et le conducteur n'aurait pas pu freiner.

Figaro

 

 

A mon avis, ça relève du paranormal ou d'el diablo ! :o

 

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Les Tesla toutes les Tesla possèdent un système d'enregistrement automatique comme une "boîte noire " pour les avions.Tous les paramètres possibles sont enregistrés sauf le son.

Avec ses six caméras qui enregistrent aussi en temps réel les images vidéos.

Aussi quand Tesla déclare après l'accident aux autorités francaises que la voiture n'y est pour rien et qu'elle fournira toutes les données pour le démontrer.

La model 3 concernée n'avait pas la conduite autonome (FSD).

Et en admettant qu'il l'ait , seul le FSD (V10.6) aux états unis permet de l'utiliser en VILLE par des béta testeurs dont la  conduite est scorée et est suivi avant , pendant et après

l'utilisation pour l'amélioration et la correction envers l 'IA.

La Tesla model 3 pèse 1860 Kg loin du poids des SUV  qui inondent les routes et dont le poids ne gêne personne. (bashing encore)

Ce que l'on peut en déduire si la voiture n'y est pour rien alors qui ?

Laissons la justice et les baveux  se battre et  débattre pour éclaicir la responsabilité.

Sur le net on peut être abreuvé de vidéos montrant des conducteurs qui disposent d'une voiture puissante se prenant pour Hamilton et perdre le contrôle de leur véhicule en moins de temps qu'il a fallu pour écrire ces quelques lignes.  

Cordialement.

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 13/12/2021 à 22:24, jackbauer 2 a dit :

Mérité !!! :)

 

Eh ! Comment s'appelait donc le canard de Jean-Edern Hallier ? A oui ! Ça doit être ça --->

61bb889bd8e76_ElonMusc_LIdiotInternational.jpg.5bbbd18e0a5587a9ef9e0bf3fd4a13a9.jpg

Bon ! C'est pas Time Magazine, mais quand même 

Edited by BobMarsian
  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 15/12/2021 à 13:33, Alain MOREAU a dit :

Cette réaction qui se veut ironique est intéressante car parfaitement symptomatique de ce que je dénonce, précisément.

Rien ne peut protéger de la folie, de la bêtise, voire de l’incompétence humaines, pas même une machine, quelle que soit la qualité de sa conception.

Croire qu’une machine - aussi sophistiquée et bien pensée soit-elle - sera en toutes circonstances plus fiable qu’un humain, procède d’une foi aveugle, irrationnelle, en la toute puissance du dieu technologie, comme si la technologie n’était qu’un produit désincarné idéalisé, de l’intelligence humaine sans ses failles, ses oublis, ses manquements, et comme si tout était connaissable à l’avance, prévisible, pouvant se passer d’expérimentation cumulee et de retour d’expérience. C’est à la fois nier la réalité factuelle du processus créatif - y compris celui de l’ingénieur - oublier ses tâtonnements nécessaires et fructueux (ses échecs constructifs), et ignorer superbement le fonctionnement versatile des humains en général - donc par voie de conséquence le sien propre en tant que concepteur/réalisateur/utilisateur - ce qui n’augure rien de bon en général pour la suite des évènements...

Pour la simple raison que les machines elles-mêmes sont conçues par des humains, dont l’infaillibilité n’a jamais été démontrée (c’est le moins qu’on puisse dire !) et qu’ils les réalisent puis les utilisent de façon imparfaite, à l’image de ce qu’ils sont.

L’une des folies humaines les plus répandues chez les concepteurs (et des plus meurtrières par ses conséquences) est justement de se persuader qu’ils ont pensé à tout !

C’est ignorer souverainement l’histoire des sciences et des techniques, pavée d’un nombre incalculable d’essais/erreurs/accidents, dus pour la plupart aux facteurs humains et cet excès récurrent de confiance en soi, de la conception à la réalisation, puis à l’utilisation.

La formidable puissance de calcul qui est la nôtre à présent n’y change absolument rien sur le fond : bien au contraire, grisés par les performances de leurs outils de simulation et leur pouvoir prédictif théorique, les concepteurs d’aujourd’hui ont trop souvent tendance à prendre de haut les mises en garde de praticiens pourtant aguerris et avisés par de longues années d’expérience.

C’est ainsi qu’on voit régulièrement de pures merveilles d’ingénierie se casser la gueule avec pertes (parfois humaines hélas) et fracas, à cause d’un petit détail en apparence insignifiant qu’aucun des puissants cerveaux en présence n’a pris au sérieux du haut de sa superbe.

 

Voilà un plaidoyer humaniste éloquent et vraiment convaincant, qui respire le vécu, merci  ! 

 

Bon je ne voudrais pas revêtir le costume du pénible mais… je vais le faire un peu quand même. :ph34r:

 

D’abord une petite surprise : dans ce hors-sujet, personne n’a rappelé la double tragédie du B737 Max, où l’automatisation, pour une fois, s’est battue contre l’homme et a tristement gagné. Ce genre d’accidents viennent parfaitement en soutien du plaidoyer cité plus haut : les fautes initiales sont humaines. Ici elles ont conduit à un système correctif dangereux.

 

Ensuite, le paradoxe de ce plaidoyer, à mon sens, est le suivant : puisque l’homme est le plus souvent la cause majeure de l’accident (voir les statistiques), il faut moins d’humain dans les cockpits et plus d’informatique !

 

Et pourquoi ne pas considérer que cette informatique sera patiemment mise-au-point avec des essais-erreurs (en simulation) de la même façon que tous les outils sophistiqués de l’homme ? En ce sens, ils respecteraient la démarche créative préconisée plus haut et que je respecte complètement.

 

L’histoire de l’aviation de ces dernières décennies, c’est la lente disparition de nombreuses fonctions assurées par l’humain au fur et à mesure de la montée en capabilité des machines informatiques. Pour une sécurité toujours améliorée.

 

Le Super Constellation des années cinquante avait un équipage de cinq personnes (Commandant de bord, copilote, mécanicien, radio, navigateur) pour 60 à 100 passagers. L’A380 de 2021 se pilote à deux pour en gros 500 passagers (selon les versions). Et entre les deux l’aviation commerciale n’a fait que gagner en fiabilité.

 

Ceci n’enlève rien au fameux plaidoyer : la fiabilité à 100% est plutôt difficile à atteindre et les systèmes conçus par l’homme sont intrinsèquement porteurs des limites humaines. Mais dans bon nombre de situations remplacer l’homme fatigué par un ordinateur qui ne dort jamais, cela améliore la sécurité.

 

Combien de vies sauvées par le TCAS et le GPWS ? Certainement des centaines.

 

Sur les forums étatsuniens, nos collègues forumeurs clament que jamais ils ne mettraient les pieds dans l’engin de Branson parce qu’il est piloté par des humains, alors que la capsule de Bezos est totalement automatique. Largement comme la Crew Dragon qui peut embarquer un équipage complètement astrotouriste.

 

Si la Falcon 9 atterrit comme à la parade sans défaillir depuis des années, c’est bien que ses automatismes sont au point, dans une gamme de situations précise.

 

Bien sûr, il y a des exemples dans l’autre sens. Un ordinateur aurait-il tiré le vol US Airways 1549 de son très très mauvais pas ? Probablement pas, il fallait un Sullenberger pour y arriver (et peut-être que pas beaucoup de ses collègues aurait pu le faire).

 

Et bien sûr aussi c’est avant tout pour des raisons de coût que l’on réduit les équipages, mais pas au détriment de la sécurité, les statistiques le démontrent.

 

Les fabricants d’avion travaillent sur le concept monopilote. Un seul pilote dans l’avion, mais un avion en liaison constante avec une centre où quelques collègues suivent en permanence les vols et se tiennent prêts à intervenir en cas de souci, comme peuvent le faire aujourd’hui les pilotes de drones d’un bout du globe à l’autre.

 

Effrayant ? Je ne dis pas non. Mais dans le cas de l’AF447 (Paris-Rio), est-ce qu’une aide en temps réel à distance aurait pu éviter la catastrophe par la mobilisation de plusieurs cerveaux soit ayant plus de connaissances, soit n’étant pas sous le stress démentiel d’une telle situation ? Personne n’a la réponse. Mais pourquoi pas ?

 

Si on revient aux voitures, toute l’histoire de l’automobile, là aussi depuis des décennies, c’est la prise en compte par le véhicule de fonctions initialement assurées par l’humain. On peut en citer des dizaines. Quelques-unes, dans le désordre

-        démarrage électrique et plus à la manivelle

-        fermeture des portes centralisée

-        lève-vitres électriques

-        ABS

-        ESP

-        Essuie-glaces automatique

-        Phares automatiques

-        Radar de recul

-        Camera de recul

-        Rétroviseur à réglage électrique

-        Pression des pneumatiques

-        Conditionnement d’air automatique

-        Stop and start

-        GPS

-        ….

Et j’en oublie plein, ma voiture est trop vieille…

 

Que l’histoire se poursuive dans le sens de la conduite autonome, pour ma part je n’en ai aucun doute. Combien de temps ? Je ne sais pas ! Des décennies…

 

Nous avons tous croisé de mauvais conducteurs ou des conducteurs sauvages. Un bon algorithme fera mieux qu’eux et sera moins dangereux !

 

J’aime conduire, mais franchement parfois, après trois heures d’autoroute et sachant qu’il m’en reste deux et que je dois absolument arriver, un petit bouton « autopilote » ne serait pas pour me déplaire. Il y a du bon à prendre dans tout cela. L’ABS m’a une fois ou deux tiré d’un (petit) mauvais pas, je lui en sais gré.

 

Bien sûr tout ceci soulève d’autres débats. La sécurité ne sera pas totale, j’en conviens tout-à-fait, et j’aurai du mal à faire confiance à ma voiture quand elle sera confrontée à certains choix : faut-il heurter cette vieille dame qui traverse la chaussée sans regarder ou bien faut-il se lancer contre le platane pour l’éviter ?

 

Je ne suis pas un admirateur béat de l’intelligence artificielle ou des automatismes, mais l’humanité est partie dans cette direction et je ne la vois pas faire demi-tour. Sans doute ne faut-il pas aller trop vite…

 

Bon chemin ou pas ? Si je me retire dans mon ermitage en grommelant, cela me sera égal. Mais si je veux rester dans le monde, il faudra savoir en prendre le meilleur.

 

Bon, merci d’avoir lu jusque-là mes élucubrations !

 

 

Edited by starjack
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

@starjack belle démonstration !

je mettrais quelques bémols grâce à quelques contre-exemples que tu connais bien  : Apollo XI et Apollo XIII. Le voyage était quasi automatisé, avec la gestion d'un nombre impressionnant de causes d'erreurs. Sans la présence d'Armstrong et son sang froid, le LEM ne se serait jamais posé sur la mer de la Tranquilité. Sans les interventions des Astronautes dans Aquarius et sans les ingénieurs sur Terre, les 3 seraient encore en train de tourner quelque part.

Autre exemple pour être pilote d'avion de ligne, il faut plusieurs années d'étude et de formation pour pouvoir faire face à des incidents matériels ou dysfonctionnements logiciel embarqués. Crois-tu que cela soit possible pour des humains non-habitués à la conduite car "endormi" et rassuré par la bienveillante sécurité de l'automate ? que se passera-t-il quand le système de freinage, ou le cerveau numérique tombera en panne (c'est juste une évidence) ? faudra-t-il avoir tous une formation d'ingénieur pour pallier à toutes les pannes possible comme dans des simulateurs ? ... mince le système de freinage d'urgence est en panne... Ah zut trop tard...boom !

Les avions sont régulièrement démontés et des pièces vérifiées drastiquement et changées. Sera-ce le cas pour les voitures ? auront elles systématiquement une redondance des systèmes ? à quel coût ?

Bref comme beaucoup, je me méfie des automatismes trop complexes, des ordinateurs et des machines sophistiquées qui au final tombe toujours en panne et où on ne sait pas trop quoi faire.. et quand je conduis la vieille Lada 1980 de mon père, si elle ne freine pas bien, je sais comment y remédier et finalement cela me rassure.

Edited by marco polo

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour continuer sur la Tesla sur le plancher des vaches, je crois que l’enjeu qui se prépare sera celui de la cohabitation entre véhicules autonomes et les autres…

Les accidents impliquant des conducteurs « toreros » qui vont pousser les véhicules autonomes « à la faute » feront qu’un jour il sera interdit de rouler dans une voiture non autonome, je pense que c’est déjà dans les tuyaux.

RIP le plaisir de conduire.

Vous verrez que bientôt des voitures sans chauffeur rouleront à vide en attendant que des clients arrivent !

Nous, humains, sommes devenus une simple donnée dans une équation qui va engendrer beaucoup de bénéfices pour les acteurs comme ce cher Musk.

Fabien

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/12/2021 à 19:08, 6fab a dit :

Les accidents impliquant des conducteurs « toreros » qui vont pousser les véhicules autonomes « à la faute » feront qu’un jour il sera interdit de rouler dans une voiture non autonome

 

Ca commence, sur autoroute, la mienne freine automatiquement quand un crétin se place trop près devant moi, à chaque fois, je me demande si un autre crétin va pas me prendre par derrière...

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Superfulgur a dit :

je me demande si un autre crétin va pas me prendre par derrière...

 

un phoque??? :) 

 

  • Like 1
  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Superfulgur a dit :

la mienne freine automatiquement

Moi qui roule tous les jours depuis 16 ans avec ma voiture de 84 et qui suis donc seul maître à bord, je vais déprimer quand je serai obligé d’y passer 🙁.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, 6fab a dit :

je vais déprimer quand je serai obligé d’y passer

 

Mais nan... L'essayer, c'est l'adopter. T'imagines pas le plaisir de conduire ces engins du turfu, hyper silencieux et aux accélérations stratosphériques... Tu utilises plus que l'accélérateur, le frein ne sert quasiment jamais, c'est de la SF... Quand je conduis la vieille Twingo de ma fille, après ça, j'ai l'impression de revenir au moyen âge. Et pourtant, qu'est ce que j'ai pu aimer les banyoll "vroum-vroum", Hiiiiiiiiiiiiii !!!" "vroaaaaar"...

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

La voiture autonome présentée comme l’avenir de l’automobile se heurte à certaines réalités. Les moustiques qui s’accumulent sur les capteurs et les mauvaises conditions climatiques lui font perdre les pédales. 

En 2016, Ford promettait la commercialisation d’une voiture autonome sans pédale ni volant pour 2021. Force est aujourd’hui de constater que ce modèle n’est pas là, et que Ford est extrêmement discret aujourd’hui sur le sujet. Le constructeur américain, pas plus que l’immense majorité de ses concurrents, n’a encore dépassé le niveau 2 d’autonomie de son pilote semi-automatique, sur les cinq qui font consensus au niveau international. Seul Mercedes-Benz a atteint, cette semaine, le niveau 3. A condition de rouler sur une voie à séparateur central et de ne pas dépasser 60 km/h. Bref, la voiture autonome n’a cessé de prendre du retard.

 

https://www.msn.com/fr-fr/auto/actualite/les-moustiques-vont-ils-tuer-la-voiture-autonome/ar-AARNzcJ?ocid=msedgdhp

  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

SpaceX fait feu de tout bois en ces derniers jours de 2021 !

D'abord aujourd'hui avec un nouveau lancement de 51 Starlink nouvelle version (communication par laser)

 

 

 

Et demain nouveau lancement pour un client :

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Superfulgur a dit :

Mais nan... L'essayer, c'est l'adopter. T'imagines pas le plaisir de conduire ces engins du turfu, hyper silencieux et aux accélérations stratosphériques... Tu utilises plus que l'accélérateur, le frein ne sert quasiment jamais, c'est de la SF...

Je ne conteste absolument pas cela, la voiture électrique est très sympa à conduire, la sensation d’être assis dans le godet d’une fronde…

Ce qui me pose problème c’est que l’on va nous imposer l’autonomie de la machine contre l’humain soit disant pour lui sauver la vie ;-)

Et ma voiture ne fait ni Rrooaar ni Hiiii mais plutôt pout pout pout pout 🤣

Edited by 6fab
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Deuxième lancement réussi pour une Falcon 9 en 24h ! (un sur la côte ouest l'autre en Floride)

Encore un prévu avant la fin de l'année (une Dragon pour ravitailler l'ISS)

 

La 100ème récupération d'un booster avant Nouvel an ?

 

 

 

Si on pouvait voir la même séquence pour le lancement du JWST dans quelques jours...

 

Edited by jackbauer 2
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/12/2021 à 14:57, marco polo a dit :

Autre exemple pour être pilote d'avion de ligne, il faut plusieurs années d'étude et de formation pour pouvoir faire face à des incidents matériels ou dysfonctionnements logiciel embarqués. Crois-tu que cela soit possible pour des humains non-habitués à la conduite car "endormi" et rassuré par la bienveillante sécurité de l'automate ?

 

 

Les chinois ne se posent pas ce genre de questions. Pour l'instant il ne s'agit que de fret mais bientôt ou un peu plus tard ce sera des passagers ; C'est déjà le cas pour certains métro, bientôt les locomotives...

 

 

Edited by jackbauer 2
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, jackbauer 2 a dit :

bientôt ou un peu plus tard ce sera des passagers

:)@jackbauer 2, tu es prêt à monter dans cet avion ?

l'histoire ne dit pas s'il est piloté à distance ou en complète autonomie... mais bon en zone de conflit, ravitailler des troupes au sol sans risque de  mort d'homme, cela a du bon... enfin je dis troupes, ce sera bientôt des robots autonomes tueurs :ph34r:... il faut vraiment qu'on s'y mette en tant que 3ème exportateur mondial d'armes...

Et encore une fois on est très très loin de la gestion d'un trafic urbain

Edited by marco polo

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je reviens aux Ships 20 & 21 et leur boucliers thermiques - dont la fragilité ne cesse de me laisser perplexe... ;)

Sur la vidéo suivante (qui scrute le bouclier du Ship 21 entre 2:20 et 3:20) on constate encore une fois qu’un grand nombre de tuiles sont gravement endommagées alors même qu’elles viennent à peine d’être montées.

Pire : après que celui du ship 20 précédent ait fait l’objet d’interminables révisions et réparations pour parvenir enfin à le compléter entièrement - laborieusement - on constate non sans stupeur qu’une ribambelle de tuiles ont été éjectées dès le premier éternuement du proto lors de ses tests préliminaires !

(une carresse, face aux vibrations qui l’attendent quand 29, puis 33 Raptors se déchaîneront à son cul lors d’un véritable décollage !)

Comment expliquer de tels dégâts sur un truc censé endurer le martyr d’une rentrée atmosphérique ? Que dis-je : pas d’une, mais de dix, de cent - à raison d’une toute les deux heures dixit Musk, dont les yeux semblent décidément immunisés contre la chaleur ! B|

Quelles sont les solutions sur lesquelles planche SpaceX pour concevoir à la fois une protection plus fiable, plus résistante, et des procédures de mise en oeuvre moins artisanales pour ne pas dire amateuristes ? (en tout cas incompatibles avec l’objectif de réutilisabilité frénétique sus-mentionné).

Un de nos experts es-SpaceX peut-il nous éclairer ?

Roul peut-être ? :D

Ou à défaut Jack, qui nous répercute avec célérité la moindre info dont il a connaissance ?

Car je trouve que comparativement au développement de tout le reste de l’engin - dont les progrès sont manifestes et plus ou moins explicités par la palanquée de passionnés (dont certains compétents) qui suivent l’aventure d’un oeil attentif - cette protection thermique demeure un talon d’Achille redoutable que je ne vois guère s’améliorer au fil du temps. ¬¬

Ce serait ballot que tout le projet échoue à cause de ce détail insignifiant... :|

Ou d’un grain de sable texan dans une turbopompe ! o.O

Ou d’une chiure de cacaziau sur un capteur quelconque ? xD

 

 

Edited by Alain MOREAU
  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Alain MOREAU a dit :

Ce serait ballot que tout le projet échoue à cause de ce détail insignifiant... 

Oui en effet, ce serait la tuile :)

  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas ces éternels et couteux problèmes d'entretien des tuiles qui avaient signé l'abandon définitif de la navette spatiale ?...:|

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now