RIGEL33

Une belle nuit allonaise pour les membres d’AG33 !

Recommended Posts

Une belle nuit allonaise pour les membres d’AG33 !

 

Pour notre rencontre « marsienne » de 2018, Denis et moi fûmes accueillis au gîte le vendredi 16 mars à midi par nos amis déjà sur place depuis 5 jours pour l’un d’eux et 2 à 3 jours pour les autres. Ce gîte, placée au milieu d’élevages de cerfs, de daims et de poulets, est idéalement placé dans le triangle noir landais, dans la petite commune d’Allons à la frontière du Lot-et-Garonne et des Landes. Notre association loue le gîte à ses frais et les participants, exclusivement des adhérents (et leurs proches) peuvent y venir. Les présents du vendredi au dimanche partagent les frais alimentaires et d’hygiène.

 

Le temps de débarrasser les courses collectives et nous fûmes invités à partager le repas qui s’éternisa jusqu’à presque 16 h. Une petite sieste d’une heure et c’est le soleil qui nous accueillit au réveil. Au vu des prévisions météo, nous pûmes monter les setups. Normalement, on devait pouvoir bénéficier d’au moins une demi-nuit… de plus, Gérard58 avait promis de nous rejoindre, ce qui était une garantie supplémentaire d’un ciel étoilé. Alors que les derniers participants arrivaient, nous allâmes passer nos vêtements « astro » d’hiver.

 

Le soleil venait de se coucher alors qu’on équilibrait encore les setups. Un peu plus loin sur ma droite, je vis deux astropotes installés des appareils photos sur trépied… deux secondes de réflexion et je compris ce qu’ils voulaient imager : les planètes du système solaire les plus proches de notre étoile, à savoir Mercure et Vénus, visibles à ce moment-là dans le ciel à l’ouest, après le coucher du Soleil. Je me dépêchais à faire les flat sur le ciel qui blanchissait et où persistait quelques moutons nuageux, mais non gênant pour ma prise de vue. J’avais ma lunette sur l’Orion Sirius et l’objectif 90-300 sur la StarAdventurer. J’installais donc aussi mon troisième APN sur trépied à côté des autres et nous attendîmes patiemment l’arrivée de Mercure, Vénus étant déjà bien visible. Quelques minutes plus tard, je l’aperçus comme un point à peine visible en haut à droite de l’étoile du Berger. Je commençais à déclencher les poses pour tenter de trouver les bons paramètres afin de voir les deux astres. Au fur et à mesure que les minutes s’égrainaient, Mercure était de plus en plus brillante, apparaissant enfin sur les images.

 

Photos prises le 16 mars 2018 à Allons (47) – Canon 400D avec objectif 18-200 mm sur trépied.

 

1 pose de 1/4s – ISO 400 – focale 54 mm – f/4.5 – Caméra RAW et  Toshop.

vynus_12.jpg

Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.

 

1 pose de 1/5s – ISO 400 – focale 80 mm – f/5.6 – Caméra RAW et  Toshop.

vynus_13.jpg

Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.

 

En tournant mon regard vers le nord, à environ 44°, je vis enfin Polaris et m’écriait : « Polaire en vue ! ». J’allais donc faire mes mises en station qui furent assez rapide… mes trépieds étant déjà bien positionnés. Puis je rentrais enfin au gîte où les copains et copines étaient déjà à l’apéro. Landesgnocq avait préparé et servi des ti-punchs (comme il sait si bien les faire). Crackers et cacahuètes disparaissaient rapidement alors que chacun dégustait son verre tout en partageant ses ambitions pour la nuit à venir. J’appris que le repas, concocté par Petrus, serait une choucroute ! Hummmm ! Mais j’étais un peu perdue car Giti avait cherché, une partie de l’après-midi, des herbes pour un bœuf bourguignon, normalement prévu le lendemain midi, et Sandrine avait commencé à faire mijoter un couscous. Ce dernier serait, je l’appris ensuite, pour le lendemain soir. L’astronomie-gastronomie prenait tous son sens à Allons.

 

Mais l’apéritif s’éternisa et il était déjà 20 h 30 quand le couvert fut mis. Avec Denis et Giti, nous nous excusâmes auprès des autres mais il fallait lancer les premières poses. En effet, nous nous rapprochions à grands pas du crépuscule astronomique et nous ne savions toujours pas combien de temps l’embellie météorologique allait durer. D’autant que Julien nous avait un peu miné le moral, disant qu’il avait vu sur l’animation satellite que les nuages étaient en embuscade, prêts à nous envahir à nouveau. De ce fait, il avait décidé de ne pas monter sa lunette. Nous mangerions donc un peu plus tard. Denis et Giti arrivèrent assez vite à lancer leurs premières poses, mais de mon côté, je galérais avec ma lunette. Effectivement, je n’arrivais pas à faire la mise au point avec le nouvel APN totalement défiltré que j’avais acquis. Pourtant j’avais fait des essais qui semblaient concluants. Heureusement, j’avais déjà lancé les poses en grand champ, avec l’autre setup, sur la Tête de la Sorcière, bien que cela risque d’être un peu juste au vu de la position de Rigel déjà bien au sud-ouest. Du côté de M78 à la lunette, je finis par lancer les poses, bien que je ne fusse pas satisfaite des premières brutes. L’humidité était présente mais pas trop gênante.

 

Je rentrais enfin manger. Tous avaient déjà terminé. Il me restait une très belle part et je me régalais. Après cette pause bien méritée, je retournais auprès de mes setups… tout semblait bien se passer. Entretemps, la femme et la fille du propriétaire étaient venues nous rendre visite et profiter du beau ciel sous lequel elles vivent sans vraiment en profiter à fond. Madame nous quitta assez vite car elle travaillait le lendemain mais Claire restât avec nous un bon moment. J’allais observer avec les dobsoniens. Les objets célestes défilaient dans les oculaires, surtout des galaxies. Je découvris la Boîte, une configuration de galaxies qui, ensemble, formait un carré mais ce n’était qu’une illusion depuis notre position sur le sol terrestre. Trois d’entre elles, les plus lointaines, font partie d’un même groupe mais, ce qui est étonnant, c’est que c’est la plus faible des quatre, visuellement parlant, qui est la plus proche de nous.

 

Le temps passait très vite et je sentis le froid se renforcer. Je rentrais me couvrir un peu plus et prendre un café bien chaud. En ressortant, je vis qu’Orion commençait à être bien basse. J’arrêtais donc l’imagerie sur mes deux setups. Il commençait à geler, ma tente d’ordinateur était toute brillante et les objets posés sur la table glissaient. Après avoir téléchargé les poses, je relançais sur le grand champ en optant pour la Chevelure de Bérénice. Ce fut assez rapide, d’autant que la mise au point n’avait pas bougée. Par contre, en regardant les poses sur M78 à la lunette, ce fut assez pourri. Les étoiles étaient trop épaisses et les aigrettes trop larges. Je savais par avance que l’image serait loupée. Je tentais donc de refaire une mise au point sur une autre étoile mais rien à faire. Je changeais l’appareil photo et j’y mis un non défiltré. Et là, miracle ! La première pose était parfaitement nette, avec des aigrettes d’une grande finesse. Donc, mes soucis venaient bien de cet APN défiltré total.

 

J’ai appris bien plus tard qu’il fallait remettre un filtre IRCUT afin de couper un peu les infrarouges. Il faudra donc que je fasse de nouveaux essais avec mon filtre clip EOS CLS CCD qui semblerait remplir ces conditions. Et dans le cas contraire, je le ferais filtrer par un astropote avec un filtre Baader. Mais revenons à notre soirée allonaise.

 

Je lançais quand même une série de dark à la lunette avec l’APN fautif car je souhaitais quand même empiler le résultat. Et je retournais auprès des copains et copine afin d’observer, avec quelques aller-retour au gîte afin de me réchauffer un peu. Là, je croisais le regard de ma chienne, confortablement installée sur le petit canapé, qui se demandait si je n’avais pas perdu la tête à refuser de rester au chaud auprès d’elle.

Vers 3 h 30, quelques bandes nuageuses faisant des apparitions à l’ouest, passaient assez vite au-dessus de nos têtes. Denis était parti se coucher. Ayant déjà bâché ma lunette, je décidais de lancer les dark sur le grand champ. Il était temps car le power tank qui alimentait l’APN et l’antibuée, était vide. Je mis donc une batterie dans l’appareil photo pour la suite. Il me fallut attendre une bonne demi-heure puis je pus faire les offset et, après téléchargement des poses sur clé USB, je bâchais mon second setup. Pendant ce temps, j’entendais les astropotes qui râlaient sur le ciel qui se bâchait progressivement. Gil tentait d’imager Jupiter mais cette dernière dansait la rumba sur l’écran de son PC. Il restait bien quelques zones de ciel observables mais elles se raréfiaient au fur et à mesure que l’heure s’avançait. Sandrine me montra la planète Mars au Dobson 250. La vision était plutôt brouillée mais c’était sympa de revoir la planète rouge.

 

Il était déjà 4 h 30 quand je rentrais définitivement au gîte. Le temps de finir de ranger mes affaires à l’intérieur, je pus rejoindre Denis et Chara dans la chambre. Malgré mes déboires et mon corps congelé, j’étais heureuse d’avoir pu partager cette belle nuit allonaise avec mes amis du club…

 

La nuit suivant sera météorologiquement pourrite mais nous aurons quand même la joie du partage avec une visite éclair du grand Fredlarun en fin d’après-midi, et la bonne surprise que nous a fait Gérard33 de venir passer la soirée avec nous et déguster le fameux couscous de Sandrine.

Edited by RIGEL33
  • Like 3
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Humm, c'était vraiment de l'astronomie ou de la gastronomie ?

Très sympathique CROA de ce court séjour avec . . . beaucoup de matos ;)

En plus Allons, je connais, c'est pas très loin de chez moi ;)

AG

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Astronomie-Gastronomie, c'est un couple assez commun parmi les astrams je trouve. Epicurien doit être un trait de caractère partagé !

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tres chouette ce recit. Ça donne envie !!

L'image du gd champ sur la chevelure dans la galerie est tres reussi. Bravo !

 

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By M28
      Bonsoir  à  toutes  et  tous  ,  
       
      Malgré  mon  retard  pour  sortir  du  lit  ce  matin.........  une  p'tite  séance  faite  à  l'arrache     
      Newton  maison  ,  sauf  les  optiques  ,   miroir  de  300  F/D 4,65   retouché  par  Jean-Marc  L  ,  ASTROTESCOPE   en  2006  ,  capture  avec  Genika  Astro   ,  traitement  avec    AstroSurface   T2 - TITANIA ,   AS!3   et  R6  .
       

      Saturne  le  28/06/2022  à  03h31  TU  ,  caméra  ASI  224 MC  +  ADC  PA  +  Barlow  APM   x2.7  . 
       

      Jupiter  à  04h04  TU  ,  même  config  qu'au  dessus  .
       

      Vénus  en  IR  807   le  28/06/2022  à  04h44  TU  ,  caméra  ASI  290 MM  avec  filtre  IR  807  +  Barlow  APM   x2.7   ,  no  ADC  .image  avec  Resize  factor  x 2   . 
       

      Vénus  en  UV  à  05h10  TU  ,  caméra  ASI  290 MM   +  ADC  PA  +  Barlow  APM  x2.7  ,  image  taille  de  capture  .
       

      la  même   avec  Resize  Factor  x  1.5  ,  j'ai  manqué  de  temps  pour  faire  un  FDC  comme  il  faut    ,  sorry     
       

      la   dernière  à  05h21  TU  . Resize  Factor  de  x1.5  ,    pour  les  IR  et  les   UV  ,  c'est  fait  au  travers  des  trainées  d'avions  ,  trafic  très  soutenu  vers  l'est      
       
      Michel  
    • By xavierc
      Dobson Factory Mirrosphère 508/1920
      Au nord-est de la terrasse de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres

      6 dessins : 9932 à 9937.

      J'ai commencé à installer le télescope vers 21h30 après un peu de repos suite à une journée de tourisme dans le marais poitevin.
      Mais ce repos se révélera insuffisant.

      La Lune en premier quartier squatte et diffuse à côté de Castor et Pollux dans les Gémeaux.
      Sa lumière révèle quelques voiles ténus, le ciel n'est pas propre cette nuit.
      Je suit prêt à observer à 22h05 soit désormais une demi-heure avant la nuit complète. Si tôt dans la saison, il doit y avoir l'impact d'habiter plus à l'ouest que Paris, ici le Soleil se couche plus tard.
      Car 22h30 était l'heure limite à laquelle commencer les observations lors des sorties franciliennes pour avoir au moins autant de temps d'observation que de transport et rangement.

      Après avoir tenté des observations dans l'Est du Lion, mais trop proche de la Lune, je commence par des galaxies de la Grande Ourse.
      Mais je suis déçu, le fond de ciel est trop clair alors que je suis à l'opposé de la Lune, pourtant lors de conditions similaires en hiver il était bien plus sombre. Sauf que je suspecte les voiles de pourrir insidieusement le ciel.
      De plus la Lune éclaire directement le télescope.

      Observation 9932 : NGC3888.
      Je la vois d'abord à 85x puis à 201x. Elle est facilement vue allongée, avec des nodosités VI3 à 5, et une courbure VI5 soupçonnée à 276x.


      Observation 9933 : NGC3898.
      Cette galaxie me dévoile immédiatement son centre assez faible évident, même plus brillant que les étoiles du dessin. Le halo autour est faible et très diffuse. Cette galaxie est facile à 85x et 276x.


      Observation 9934 : NGC3850.
      A 201x, elle est vue VI1 à centre plus brillant.


      A 0h10 je fais déjà une pause car mal reposé de ma journée active.
      Je fais une heure de sieste d'abord dans le canapé puis le lit.

      Le télescope est à l'ombre de la maison maintenant.

      J'échoue sur une grosse nébuleuse planétaire de la Vierge, PK275+72.1, que je croyais digne d'être Abell vu sa taille dans l'Uranométria, mais je ne l'ai pas retrouvée dans le classeur dédié. C'est aussi Kohoutek 2-4.
      Visiblement elle n'est pas placée au bon endroit d'après http://blog.lumpydarkness.com/2020/04/tried-for-k-2-4.html

      Par contre je vois diverses galaxies à côté sur la carte 193 de mon atlas et je leur rends visite.
      Mais le fond de ciel est trop clair pour le gâcher sur des célébrités, je reste du coup dans de la petite galaxie contrastée et brillante (magnitude 12 au pire).

      Observation 9935 : NGC4207.
      Elel est considérablement faible à 85x, et vue tout de suite à 85x.


      A 2h j'ai froid aux mains, n'ayant pas mis les gants pour appuyer sur les boutons tactiles de ma lampe de planche à dessin.

      Observation 9936 : NGC4200.
      Soupçonnée à 85x, elle est confirmée à 201x, faible, condensée, comme une étoile très floue.


      Je revois quelques voiles éclairés par la Lune à l'ouest à 2h20.

      Observation 9937 : NGC4294/9.
      Elles sont toutes deux vues à 85x.
      NGC4294 est faible et révèle des nodosités VI4 à 5, et NGC4299 est faible à 201x.


      Les galaxies de la Vierge se précipitent vers le toit de la maison.
      J'ai le pouce gauche gelé.

      Peu motivé par les conditions, je m'offre une pause qui sera fatale dans le fauteuil du salon.
      Finalement trop fatigué, je programme mon réveil pour l'aube à 5h30 afin de remballer le télescope, et dors donc 2h dans mon lit.

      La Lune s'est couchée, la voie Lactée d'été est superbe, structurée. J'ai juste la force de remballer pour me recoucher à 6h15.
      Je ne regrette pas ma journée de tourisme, mais la prochaine fois je serai plus raisonnable pour la nuit qui suit : sieste de 1 ou 2 cycles après le dîner, et instrumentation légère (Strock 254) de sortie.
    • By COM423
      Bonjour les amis,
       
      Le spectacle simple du ballet planétaire continue, pas de conjonction serrée cette fois mais une vision qui a toujours quelque-chose d'un peu magique
       
      Voici donc quelques vues de ce 25 juin matin, à l'aurore au moment des Flats :

      1/8s au 600D + Sigma 18mm à 100 ASA
       
      L'alignement du fin croissant de Lune avec sa lumière cendrée et de Vénus était bien agréable à contempler. L'APN capture facilement les Pléaiades et quelques étoiles :

      One-Shoot au 600D + 50 mm à 200 ASA
       
      Je guettais bien sûr le lever de Mercure à l'oeil nu, d'abord sans succès... L'APN a été plus performant que moi, en la chopant à moins de 2° de hauteur sur l'horizon :

      Compositage de 5 poses de 05s au 600D + SIgma 50 mm à F/5.6 à 100 ASA
      Me voilà battu à plat de couture. Bon, elle ne fait tout de même pas mal aux yeux sur la photo (on se console comme on peut ).
      Paradoxalement, j'ai réussi finalement à la voir ausi à l'oeil nu environ 10 minutes plus tard, vers 03h08 utc : le ciel était plus bleu mais Mercure alors un peu plus haute (4°), presque devinable en vision directe, mais tout de même plus accessible en vision indirecte.
       
      Bon ciel à vous
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      Au nord-est de mon jardin à Fors dans les Deux-Sèvres
       
      12 dessins : 9920 à 9931.

      A cause du ciel de traîne et des risques d'averses vues sur les images radar, je n'ai pas sorti le Dobson 508.
      Et bien sûr au final il ne pleuvra pas.
      Je suis prêt à 22h02 mais des nuages arrivent du Nord.
      Je me tiens prêt à tout rentrer en urgence à la première goutte de pluie.
      L'éclairage du concessionnaire est encore allumé toute la nuit à cause de leur opération portes ouvertes, illuminant le nord-est de la terrasse, et c'est l'autre raison qui m'a refroidi de sortir le Dobson 508, il faudra quand même que je le rende plus mobile pour aller chercher les coins sombres du jardin en pareil cas.
      Heureusement depuis le rythme d'éclairage est revenu à une extinction en début de soirée, si ce n'est même à la fermeture de leur local.

      Au début je m'étais mis au sud-ouest de la terrasse pour m'abriter de ces lumières en attendant l'extinction du village, mais finalement à 22h20 je migre au nord du jardin pendant que le ciel est recouvert, d'autant que l'éclairage de la rue au sud me présente un lampadaire lointain éclairant vers le bas et occulté à hauteur d'observation par les buissons contre le grillage sud du jardin.

      Je dessine quelques amas ouverts des Gémeaux.

      Observation 9920 : NGC2158.
      Vu laiteux, il est partiellement résolu à 75x puis 150X. Il grouille d'étoiles faibles à VI4 sur fond diffus très faible.


      Le village s'éteint précisément à 22h52.
      Je mets les gants à cause du froid.

      Observation 9921 : IC2157.
      Vu dès 75x, il se divise en 2 parties, dont l'une est IC2156 selon certains sites web, mais c'est sujet à caution pour d'autres.
      En tous cas, il est assez fourni en étoiles considérablement faibles à perceptibles.


      La pause goûter survient vers 23h30.
      La mairie éclairée en bleu profond et jaune (soutien à l'Ukraine en guerre) pollue moins du coup.

      Ma cible à venir est une assez connue nébuleuse planétaire des Gémeaux.

      Observation 9922 : NGC2371/2.
      La nébuleuse planétaire est vue à 75x comme une double étoile nébuleuse.
      A 343x, l'étoile centrale apparaît très faible, et la nébuleuse en 2 parties/lobes est considérablement faible côté ouest et faible à l'est. Ces parties sont diffuses, et mieux vues sans le filtre Oxygène 3.


      Je vais visiter une zone que je délaisse souvent, le Sextant entre Lion et tête et cou de l'Hydre en commençant par la plus facile galaxie, NGC3115.

      Observation 9923 : NGC3115.
      La galaxie phare du Sextant est allongée, contrastée et assez brillante à 75x.
      A 150x son centre ponctuel est évident.
      Une bande sombre est soupçonnée à 150x comme un bord plus net mais finalement inexistante.
      Par contre 109x confirme l'évasement des extrémités voire leur courbure.
      218x montre quelques nodosités vers le centre. En résumé c'est une galaxie bien intéressante.


      J'ai un coup de barre à 1h.

      Observation 9924 : NGC3142.
      Aperçue à 75x, elle n'est pas facile à voir à côté d'une étoile brillante.
      Même à 150x, elle peut être prise pour une étoile mais en vision indirecte un halo se révèle autour, vu VI2.
      La turbulence est moyenne, de 3 sur 5.


      Des vaches mugissent à l'Est.

      Observation 9925 : NGC3110.
      Soupçonnée à 75x, elle est sûre à 150x, très faible à VI1, petite, allongée et contrastée.


      A 2h c'est de nouveau la pause casse-croûte au salon.
      J'observe ensuite jusqu'en fin de nuit des galaxies de la Vierge vers M87 en commençant par cette dernière.

      Observation 9926 : M87.
      A 109x, la galaxie supergéante de l'amas de la Vierge est brillante, très diffuse, colorée en bleu ciel.
      Elle est accompagnée dès 75x par la faible NGC4476 et l'assez faible NGC4478.


      Observation 9927 : NGC4491.
      Vue à 75x, elle se montre très faible, allongée. Ca manque d'étoiles autour pour accrocher le regard à 150x.


      Il fait froid. A 3h je suis fatigué, je fais une micro-sieste dans le fauteuil du salon.

      Observation 9928 : NGC4371.
      Elle est facilement vue à 75x. Puis à 150x son noyau considérablement faible se révèle, puis son halo très faible et diffus.


      L'humidité puis du givre atteignent les affaires et la table IKEA.

      Observation 9929 : NGC4351.
      Petite et faible à 75x, elle est diffuse et très faible à 109x.


      Un chien plaintif se fait entendre à l'Est à 4h20.

      Observation 9930 : NGC4305/6.
      Bien qu'elles soient repérées à 109x, il est nécessaire de grossir 150x pour les détailler.
      NGC4305 est très faible et NGC4306 est vue VI2 à 1 (75% à 100% du temps en vision indirecte).


      Les coqs chantent l'arrivée de l'aube vers 4h50, un peu en avance d'une heure quand même.

      Observation 9931 : NGC4267.
      Je l'observe à 75x puis 109x. Elle se révèle très faible, allongée et diffuse.
      Son centre considérablement faible ressort.
      La galaxie finit dans le toit de la salle de bain ce qui l'atténue.


      J'ai froid aux pieds, je dors sur le télescope, allez encore une pause fauteuil!

      Tout est givré au retour sauf les optiques.
      A 5h38 je remballe, plus le courage d'aller pointer une autre zone de ciel à cause de la fatigue.
  • Upcoming Events