RIGEL33

Un ciel étoilé mais un peu blanchâtre !

Recommended Posts

Un ciel étoilé mais un peu blanchâtre !

Nous avons eu peu de visiteurs sur le site…

 

Du forum étaient présents : ASTRO33, Astropierre, Bertrand33, Denis, DUDUGAZ, Ju, Patou, Petrus, RIVman, Sandrine et moi-même.

Trois électrons libres étaient présents, dont Jonathan avec son Dobson 400.

Un visiteur habitant Saucats était aussi de la fête, Philippe, désireux d’en apprendre plus sur le ciel nocturne.

 

Malgré les averses qui nous avaient accompagné tout au long de l’après-midi, et ce jusqu’à 18 h, la soirée s’annonçait plutôt bien. En arrivant au Mémorial, les moutons nuageux se raréfiaient, laissant place à un ciel bleu que nous n’avions pas vu depuis longtemps. Le Soleil était déjà bas sur l’horizon. Jonathan était déjà là depuis quelques heures se demandant s’il serait seul ce soir. Mais la suite lui démontra que non. Au fur et à mesure que le crépuscule s’avançait, les astropotes arrivaient et s’installaient. Certains, moins optimistes pour la météo, étaient venus les mains dans les poches.

 

Je fus la seule à faire de la photo… mon objectif : les Antennes. Une fois le setup en place, la mise en station effectuée, je me demandais si je devais attendre que la constellation du Corbeau passe le méridien ou si je devais imagé de suite. Au final, je n’attendis pas… et je fis le bon choix car j’ai pu laisser mon appareil photo capter les photons jusqu’à assez tard. Donc le temps de faire la mise au point (rapide), de trouver les Antennes (rapide) et de faire un cadrage comme je les aime (plus lent), je pus lancer les poses un peu avant 23 h.

Je m’appliquais ensuite à faire de la reconnaissance céleste aux côtés de Philippe. Je lui montrai la Grande Ourse dans son entièreté, et non seulement la Casserole, cet astérisme que pas mal de monde prend pour le plantigrade céleste… On en profita pour trouver Polaris et la Petite Ourse. En se retournant, on trouvait Orion, le chasseur, son Grand Chien portant au collier le joyau céleste Sirius, et sa proie filant sous ses pieds, le Lièvre. On put voir la tête du Taureau pointait vers l’ouest et à sa droite les sept sœurs, les biens nommées Pléiades. Les explications étaient entrecoupées d’observation aux dobsons de Denis, Sandrine et Astropierre. L’histoire de Charles Messier et son collègue Pierre Méchain fut conté aux débutants. Cela permet de mettre en avant le fameux catalogue aux 110 objets et de valoriser le travail de plusieurs astronomes français.

 

Je fis un petit tour du terrain pour voir qui était là et qui avait peut-être des questions. Comme tout semblait bien se passer pour chacun, je me rapprochais de la table de réconfort afin de prendre une boisson chaude. L’humidité était bien présente mais pas trop gênante à minuit. Cependant, Philippe qui n’était pas bien couvert, dû prendre congé. Le ciel avait pâli… Toute l’humidité de la journée ne s’était pas installée en brouillard mais en brume fine en suspension au-dessus de nos têtes, ce qui donnait au ciel cet aspect laiteux où il est difficile de percevoir en visuel les petits détails qui tuent. Pourtant on arrivait à voir, sans effort, la spirale de la galaxie du Tourbillon et son bras de matière qui faisait la liaison avec la petite galaxie qu’elle était en train d’avaler. Le tour fut fait sur les galaxies stars de la Chevelure de Bérénice, ce qui permit de se remettre la légende en tête, toujours très ludique pour se rappeler des constellations. D’autres objets étaient plus diffus, cependant, comme des galaxies plus lointaines ou la nébuleuse du Crabe.

 

Vers 1 h, notre regard se tournât vers Bordeaux. On espérait voir une diminution de la luminosité suite à l’extinction de certaines communes de la Métropole. Nous ne vîmes rien de flagrant. Il faut dire que certaines ne coupent qu’à 1 h 30. A la prochaine sortie, j’installerais un appareil photo faisant une pose toutes les 10 secondes afin de voir si ce dernier capte quelque chose.

A l’est, nous vîmes un petit bolide… une poussière cométaire assez grosse pour durer dans le temps. Peut-être était-ce une Lyride, issue de la comète C/1861 G1 Thacher ?

 

La nuit m’apparaissait magique, même si les astropotes pestaient un peu sur la qualité du ciel. Je me sentais bien… je n’avais pas froid mais je pris cinq minutes pour me blottir contre Denis et partager ce moment de communion… quelle chance on a d’avoir tout deux la même passion !

 

Nous n’étions plus que 5 vers 1 h 30 et le ciel s’était un peu noirci. Il faut dire que l’humidité avait régressée grâce à un petit vent léger, au début, qui forcit un peu au fur et à mesure de l’avancée de la nuit. Les amas globulaires ressortaient bien dans les oculaires, et la planète Jupiter était enfin assez haute, si on peut dire, pour ne pas trop turbuler.
Entre deux observations, je contrôlais ma prise de vue. Une pose sur trois faisait apparaître des étoiles étirées. Les rafales de vent, bien que légères, faisaient du dégât. Je me consolais en me disant que j’aurais bien plus de matière que la dernière fois pour faire ressortir ses fameuses Antennes que je traquais depuis un an. Il ne restait plus qu’à espérait que la qualité du ciel serait suffisante pour un tel objet.

 

Il était presque 2 h quand je fis mes darks. Puis il fut temps de ranger tout le matériel dans le coffre de la voiture. Chara, notre chienne, était déjà en boule sur sa couverture sur le siège arrière tremblante de froid. Elle était trempe et couverte de boue. Elle avait dû bien s’amuser à chasser le rongeur des champs. Je lui mis sa sangle de sécurité, lui fis une caresse et la recouvrit de sa couverture pour qu’elle puisse se réchauffer plus vite.

Avant de partir, nous jetâmes un dernier regard vers Bordeaux. Il était presque 3 h. Il nous semblait que le halo lumineux avait diminué. Le ciel était toujours aussi dégagé, bien que quelques minutes plus tôt, j’avais remarqué quelques cirrus légers qui passaient au-dessus de nos têtes.

 

Avec Denis, nous étions les derniers à partir. Après un dernier tour du Mémorial pour voir, à la lumière des phares, si nous n’avions rien oublié, nous reprîmes la route en ligne droite qui nous faisait quitter les champs de maïs, bien pauvres en culture à cette époque de l’année, et rejoindre la route principale qui nous ramènerait chez nous.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Superbe récit d'une bonne soirée entre astropotes :)

Reste plus qu'à attendre cette belle image des antennes que tu vas nous faire.

Et . . . il a beaucoup de chance Denis ;)

Bonne soirée,

AG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      Seine et Marne au sud des ballots de foin
       
      10 dessins : 9168 à 9177.
       
      Je suis venu une heure plus tard que prévu car ma sieste après le dîner a été trop longue, j'ai finalement fait un cycle de sommeil complet.
      Je suis prêt à 1h10. Les grenouilles de la mare à l'ouest seront bruyantes cette nuit, transformant mon CROA en COA!
       
      J'entame les observations avec diverses galaxies de la Vierge à proximité de celles d'hier, et parmi elles M60.
       
      Observation 9168 : M60 et NGC4647.
      109x. Ce duo est hétérogène, M60 assez faible à considérablement faible est à la fois condensée et diffuse, son centre quasi-ponctuel ressort.
      Son satellite NGC4647 est vu VI1 avec son centre discret ponctuel.

       
      Observation 9169 : NGC4638.
      150x. Dans le voisinage moins proche de M60, se trouve cette galaxie faible.

       
      Observation 9170 : NGC4634.
      150x. Vue VI2, elle est morcellée et allongée.

       
      J'ai le nez bouché à 2h à cause du froid, c'est le retour de l'hiver ou quoi?
      20 minutes plus tard j'en viens même à aller marcher pour me réchauffer, et rends visite aux vaches de la ferme.
       
      Observation 9171 : NGC4660.
      Elle se montre dès 75x comme une étoile floue considérablement faible à plutôt faible. Elle est facile à 150x.

       
      Observation 9172 : NGC4754.
      A 150x, elle brille peu, considérablement faible, condensée et petite.

       
      Observation 9173 : NGC4762.
      Elle me semble considérablement faible à plutôt faible à 150x, et en vision décalée elle s'allonge 2 fois plus.
      Elle est contrastée et je note des différences d'éclat vers son noyau.
      Elle est descendue dans le halo de pollution lumineuse de Paris, signal qu'il faut changer de coin de ciel pour la suite.

       
      A 2h45 des voiles se montrent à l'horizon ouest.
      A 3h les vaches me rendent la politesse en venant brouter l'herbe par ici, dans leur pâturage de l'autre côté de la route.
      Comme la constellation de la Vierge est donc maintenant trop dans la pollution lumineuse de Paris, je me rabats sur la zone d'hier autour de M101 de la Grande Ourse tandis que des voiles passent bas au nord.
       
      Observation 9174 : NGC5368.
      109x. Faible à très faible, la petiôte est vraiment minuscule. C'est surtout en vision indirecte qu'on la reconnait comme une galaxie, elle s'étend, et pas qu'à cause de la mauvaise résolution des bâtonnets de ma rétine.

       
      A 3h30 les grenouilles s'excitent, quelle cohue!
       
      Observation 9175 : NGC5474.
      109x, 150x. Facile à voir bien que diffuse, elle est faible à très faible, étendue, et en vision indirecte je soupçonne une structure spirale, ce que les photos consultées le lendemain confirment. A refaire au Dobson de 508!

       
      Observation 9176 : NGC5477.
      109x. Elle est très diffuse, dure VI3 à 4 (donc vue 25% à 50% du temps en vision indirecte).

       
      A 4h10 l'aube arrive et à peine un quart d'heure après il fait trop jour pour le ciel profond.
       
      Observation 9177 : NGC5475.
      109x. Cette dernière galaxie de la nuit est vue de suite, faible et allongée, avec son centre plus brillant. L'aube l'efface.

       
      Je regarde rapidement Jupiter et Saturne à 218x assez turbulentes mais la première montre quelques détails sur ses bandes.
      Je pars à 4h45.
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      Seine et Marne au sud des ballots de foin
       
      6 dessins : 9162 à 9167.
       
      Après 2 mois de confinement et d'astro-balcon dû à la pandémie de Covid 19, nous sommes enfin autorisés à dépasser la limite d'un kilomètre autour de chez nous.
      Et le site des ballots de foin reste dans la limite des 100kms désormais autorisés. Ca met un peu de baume au coeur après avoir dû annuler le séjour en Touraine prévu dans 3 jours car bien au delà de cette limite.
       
      Donc, le beau temps étant revenu, Jcb et moi n'hésitons pas et fonçons sur notre site habituel ce soir.
      Il est déjà là avec ses enfants à mon arrivée.
      Je suis prêt à 23h15 alors que la nuit n'est pas encore totale, le solstice d'été est dans un mois et les nuits astro commencent tardivement.
       
      J'observe des galaxies du Lion dans de bien meilleures conditions que sur mon balcon, où la magnitude 12 était pénible à atteindre avec mon télescope, contre 14 ici.
       
      Observation 9162 : NGC3526.
      Dessinée à 150x, elle n'est pas facile, allongée, diffuse, vue en vision indirecte 50% à 75% du temps (VI2 à 3).

       
      Des aboiements de chiens au nord troublent le silence de la nuit.
      L'ISS passe à 23h55 dans la quiétude retrouvée.
       
      Observation 9163 : NGC3601.
      A 109x, elle affiche son centre ponctuel, sa forme ronde, condensée, vue tout le temps mais qu'en vision décalée, petite.

       
      Il fait frisquet, on est en période des Saints de Glace, je mets le pull.
       
      Ma cible suivante est une galaxie de la Vierge, un Messier figurez-vous, je n'observe pas que de la tachouille!
       
      Observation 9164 : M59.
      Assez brillante, elle est condensée, diffuse à 150x.

       
      J'ai mis les gants.
      Fatigué à 1h, je vais siester une quarantaine de minutes.
       
      Restant dans le registre galactique, je pointe au retour des galaxies de la Grande Ourse autour de M101.
       
      Observation 9165 : NGC5473.
      75x, 109x. Elle est facile, considérablement faible, condensée.

       
      La turbulence faible magnifie les images.
       
      Observation 9166 : NGC5485/86.
      109x. NGC5485 est évidente, considérablement faible, condensée, tandis que NGC5986 se devine en vision décalée, 100% du temps.

       
      Jupiter et Saturne sont à 4° de hauteur au sud-est, et symbolisent l'appel de l'été dans les constellations du Sagittaire et Capricorne.
       
      Observation 9167 : NGC5422.
      109x. Cette dernière galaxie de la nuit m'apparaît petite, allongée, contrastée et considérablement faible.

       
      A 3h, je repique du nez, 20 minutes après Jcb, et je dors 1h.
      Puis l'aube arrivant, je remballe et redors 4h. Ca me fera des réserves pour enchaîner des nuits d'astro pendant ces vacances.
       
    • By BobSaintClar
      (Le post est long. Ca compense la modestie de la partie "astrophoto")
       
      Voici donc la Lagune et ses voisines (notamment le Trèfle), cibles classiques du ciel d'été. Le résultat est esthétique mais convenu, j'imagine que cette zone a été photographiée des dizaines de milliers de fois par la communauté des astronomes amateurs, voire davantage. C'est pris au Pentax K1 + Samyang 125, suivi Astrotracer, 4 minutes et 20 secondes de pose totale, traitement DeepSkyStacker et Photoshop.
       

      (quand je me souviens de ce que j'obtenais en 5 minutes de pose sur film Ilford HP5, à 13 ans, avec mon Canon FE1 et son 50mm F1,8... sous un ciel de rêve, en plus...)
       
      Vous allez me dire que j'aurais pu choisir quelque chose de plus exotique ? Après tout, j'habite à 35° de latitude nord et cela m'autorise - en théorie - de belles incursions dans le ciel austral.
      C'est vrai. J'avais d'ailleurs prévu, cette nuit, d'imager la patte de chat (ça ne doit pas s'appeler comme ça, je suppose), vous savez, le truc qui évoque des coussinets, bien plus bas que M20-M8...
      Bref. Les nuages en ont décidé autrement : dans les trous, seul le tout-venant daignait se montrer. J'ai pu faire une série de poses, pas davantage, avant de devoir plier mes gaules.
       
      La soirée fut pourtant fort divertissante :
       
      Je suis allé en montagne, sur un spot repéré grâce à Google Map : une plate-forme d'observation sommitale (1600m), en surplomb d'une vaste et profonde vallée inhabitée. Sur la route, escarpée, étroite et tortueuse à souhait, j'ai croisé : un serpent, des crapauds, trois biches, trois mangoustes (dont une énorme, je me demande s'il ne s'agit pas plutôt d'un bestiau genre glouton), un blaireau, un lapin, deux chauves-souris (dans les parties en tunnel) et un oiseau de proie ! A proximité du sommet, un japonais d'âge indéterminé, binette sur l'épaule, m'a regardé passer avec une expression si glauque que je me suis aussitôt rêvé - enfin cauchemardé - en plein remake de Délivrance...
       
      Une fois sur place, j'ai profité de la vue :

       
      ... avant d'installer mon bordel : L'APN et son cailloux sur leur trépied, les jumelles Nikon 20x120 sur leur colonne. Ces dernières m'ont bien occupé : elles sont redoutables pour admirer la nature, surtout lorsque la nuit tombe.
       
      Vous noterez la transparence très moyenne de l'atmosphère... j'ai bien fait de monter parce qu'en vallée, c'était la purée de pois ! Je me suis amusé à comparer des images classiques et infrarouges en visant les sommets lointains, noyés dans la brume, au télé de 300 : la différence est, comme prévu, spectaculaire ! Je vous montre ce que cela donne, en sortie de boîtier (donc sans traitement) :
       

      A gauche, en lumière visible et à droite, en proche infrarouge (760 nm)
       
      Avec un peu de travail, on peut sortir quelque chose d'agréable sans forcer alors même qu'à l’œil nu ou aux jumelles, on ne voit rien :

      Et la même chose, en lumière visible ? Même pas en rêve...
       
      Sur l'escalier menant à la plate-forme d'observation, je remarque une sorte de tresse circulaire, en paille, assez complexe ; je n'ai jamais vu ça, je n'ai aucune idée de sa signification. L'ambiance Délivrance se mâtine soudain de projet Blair Witch, d'autant que la nuit venue, toute la faune locale s'active : craquements de branches, bruissements de feuilles et d'arbustes piétinés, cris variés, bourdonnements incessants... l'homme moderne que je suis n'est plus habitué à ces manifestations : je sursaute toutes les trois minutes, je cogne mes trépieds en chassant les mouches, j'avale un moustique en baillant (véridique) : pratique, quand on fait des poses ! Par trois fois, j'allume ma lampe torche pour identifier la source des bruits les plus improbables, pensant me retrouver nez à nez avec des autochtones adeptes de sacrifices humains (je devrais sérieusement revoir mes choix de films, ça laisse des traces), et je tombe sur... un cerf, à une dizaine de mètres, dans la pente : les andouillers regardent l'andouille, brièvement, puis la bête recommence à brouter sans s'émouvoir... je peux comprendre : ce n'est pas elle qui détonne, dans le paysage.
       
      Quand enfin, je me détends et cesse de m'inquiéter sans raison, les nuages décident d'abréger l'expérience : quelques poses vite fait sur ce qui se laisse voir (M8-20, donc) et hop, je dois tout ranger. Des éclairs distants illuminent la vallée : dix minutes après mon départ, il pleut...
       
      N'empêche, c'était une super soirée. La prochaine fois, j'imagerai la patte de chat !
       
    • By Guillaumedu59
      Date d’observation : Dans la nuit du 7 au 8 Aout 2020
      Heure d’observation : 23h15 – 02h40
      Lieu d’observation : Haubourdin
      Type de ciel : Ciel urbain
      Télescope : Dobson Orion XT10g (Diamètre : 254 mm / Focale : 1200 mm)
      Oculaires / champ / grossissement respectif :
      -  Explore Scientific 30 mm (82° / 40 X)
      -  Pentax XW 20 mm (70° / 60 X)
      -  Televue Delos 12 mm (72° / 100 X)
      -  Pentax XW 7 mm (70° / 171 X)
      -  Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 X)
      Filtres :
      -  UHC Astronomik : Oui
      -  OIII Astronomik : Oui
      -  H-Beta Astronomik : Oui
      Conditions : Ciel bien dégagé avec des températures chaudes pour la saison
      Objet(s) observé(s) :
      -  Lune : Oui
      -  Planète(s) : Oui (Saturne)
      -  Ciel profond : Oui (M13, M92, M57 et NGC 6826)
       
      Préface !
       
      Bonjour,
      Ce Vendredi 7 Août 2020, nous avons le droit à une superbe journée ensoleillée, mais très étouffante au niveau des températures (c’est la canicule).
      Le ciel est quasi sans nuages, ce qui laisse penser à une excellente soirée astronomique.
      Effectivement, c’est le cas.
      La météo tient ses promesses.
      Pas un seul nuage à l’horizon ne vient jouer les trouble-fêtes.
      Pas un seul.
      Bien avant la tombée de la nuit, je décide de sortir tout le matériel sur ma terrasse, histoire que tout soit refroidi.
      En attendant le moment venu, je pense aux objets que je voudrais observer : les grands classiques du ciel d’été, ainsi que la planète Saturne.
      Vers 22h15, je commence à voir Véga à l’eoil nu, signe que je peux tout de même initialiser ma raquette Go-To en choisissant cet astre-ci et Arcturus comme étoiles de référence.
      Le début de ma soirée ne commence réellement que dans les environs des 23h00…
       
      Les grands classiques de l’été !
       
      Le ciel s’étant bien assombri, il est grand temps pour moi de me rendre dans la constellation d’Hercule pour y découvrir 2 superbes objets :
       
      M13
      Magnitude = 5,8
      Taille = 20’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Un magnifique poudroiement d’étoiles au beau milieu du champ du Televue Delos 12 mm attire mon regard.
      C’est bien lui.
      C’est bien M13, le roi des globulaires, que je suis en train d’observer.
      Dans le champ du Pentax XW 7 mm, bien qu’il ait perdu en luminosité, le Y sombre, quant à lui, est parfaitement visible en vision décalée.
      Il se présente comme 3 chenaux sombres formant la lettre en question.
       
      M92
      Magnitude = 6,5
      Taille = 14’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Le frère cadet de M13.
      J’ai nommé M92.
      Il possède un cœur plus petit mais plus lumineux, puis est parfaitement bien résolu en de nombreuses étoiles de faible magnitude.
      C’est toujours un véritable plaisir de l’observer.
       
      M57
      Magnitude = 8,8
      Taille = 86 x 62’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X
      Description : Bien haute dans le ciel, M57 resplendit à merveille avec sa forme légèrement ovalisée, ainsi que ses anses plus sombres.
      En assistant bien sur la vision décalée, dans le champ du Televue Delos 12 mm, j’aperçois également la très faible étoile de magnitude 12,26 portant le nom de GSC 2642-0433 qui apparaît par intermittence.
      Dans le champ du Pentax XW 7 mm, elle est bien plus évidente à observer.
       
      NGC 6826
      Magnitude = 8,8
      Taille = 27x24’’
      Oculaire(s) utilisé(s) = Pentax XW 3,5 mm
      Grossissement(s) respectif(s) = 343 X
      Description : Une autre superbe nébuleuse planétaire après M57.
      Elle est grande, lumineuse et on voit très aisément son étoile centrale.
      En la regardant alternativement de face et en vision décalée, elle apparaît et disparaît, puis semble aussi clignoter autour de la centrale.
       
      La planète Saturne !
       
      Et pour conclure en beauté cette superbe nuit étoilée, je décide de passer de longues minutes à observer la plus belle planète du système solaire.
      J’ai nommé Saturne.
      Ah, grand dieu ! Que je suis hyper, mais hyper heureux de pouvoir l’admirer à nouveau.
      J’en ai presque les larmes aux yeux tellement que le spectacle est magique.
      Dans le champ du Pentax XW 3,5 mm, j’y décèle sans problème sa Division de Cassini, ainsi que des bandes nuageuses sur son disque.
      Pour ce qui est de ses satellites, j’y vois sans problème Titan, mais il me semble également en découvrir d’autres comme Rhéa, par exemple.
       
      Bilan de la soirée !
       
      Même si j’étais très heureux de retrouver quelques-uns des plus beaux objets du ciel d’été, je ne pouvais m’empêcher aux longues minutes à observer la planète Saturne qui me fait toujours rêver.
      Quelle joie pour moi de la vois flotter au beau milieu du champ de l’oculaire.
      Quel plaisir d’avoir revu la Division de Cassini, cette fine bande noire, qui fait quasiment tout le tour de la planète.
      D’ailleurs, c’est elle qui sépare l’anneau A de l’anneau B.
      En attendant la prochaine séance, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !
    • By biver
      Bonjour,
      Alors que j'observais Neowise au Télescope, j'ai eu l'impression d'être (à nouveau) éclairé par des phares de voiture vers 1h12 (23h12 UT le dimanche 26), mais ça venait d'en haut: j'ai pu suivre visuellement la fin de la désintégration de l'objet, avec un morceau principal bien vert qui filait Sud-Nord de au-dessus de cassiopée pour finir un peu sous la polaire [vu depuis 50km au sud de Paris]. La flash principal, a priori assez haut dans le ciel entre Pégase et le Cygne, devait tourner autour de la magnitude -15, certainement plus brillant que la pleine lune... j'imagine que d'autres l'on vu, et au moins des caméras frippon.
      Rentrée atmosphérique ou météoride?
      Sinon, 3-4 min plus tard, à 1h16.0 précises j'ai entendu une double détonation - était-ce lié ou indépendant?
      Nicolas
       
  • Upcoming Events