RIGEL33

Un ciel étoilé mais un peu blanchâtre !

Recommended Posts

Un ciel étoilé mais un peu blanchâtre !

Nous avons eu peu de visiteurs sur le site…

 

Du forum étaient présents : ASTRO33, Astropierre, Bertrand33, Denis, DUDUGAZ, Ju, Patou, Petrus, RIVman, Sandrine et moi-même.

Trois électrons libres étaient présents, dont Jonathan avec son Dobson 400.

Un visiteur habitant Saucats était aussi de la fête, Philippe, désireux d’en apprendre plus sur le ciel nocturne.

 

Malgré les averses qui nous avaient accompagné tout au long de l’après-midi, et ce jusqu’à 18 h, la soirée s’annonçait plutôt bien. En arrivant au Mémorial, les moutons nuageux se raréfiaient, laissant place à un ciel bleu que nous n’avions pas vu depuis longtemps. Le Soleil était déjà bas sur l’horizon. Jonathan était déjà là depuis quelques heures se demandant s’il serait seul ce soir. Mais la suite lui démontra que non. Au fur et à mesure que le crépuscule s’avançait, les astropotes arrivaient et s’installaient. Certains, moins optimistes pour la météo, étaient venus les mains dans les poches.

 

Je fus la seule à faire de la photo… mon objectif : les Antennes. Une fois le setup en place, la mise en station effectuée, je me demandais si je devais attendre que la constellation du Corbeau passe le méridien ou si je devais imagé de suite. Au final, je n’attendis pas… et je fis le bon choix car j’ai pu laisser mon appareil photo capter les photons jusqu’à assez tard. Donc le temps de faire la mise au point (rapide), de trouver les Antennes (rapide) et de faire un cadrage comme je les aime (plus lent), je pus lancer les poses un peu avant 23 h.

Je m’appliquais ensuite à faire de la reconnaissance céleste aux côtés de Philippe. Je lui montrai la Grande Ourse dans son entièreté, et non seulement la Casserole, cet astérisme que pas mal de monde prend pour le plantigrade céleste… On en profita pour trouver Polaris et la Petite Ourse. En se retournant, on trouvait Orion, le chasseur, son Grand Chien portant au collier le joyau céleste Sirius, et sa proie filant sous ses pieds, le Lièvre. On put voir la tête du Taureau pointait vers l’ouest et à sa droite les sept sœurs, les biens nommées Pléiades. Les explications étaient entrecoupées d’observation aux dobsons de Denis, Sandrine et Astropierre. L’histoire de Charles Messier et son collègue Pierre Méchain fut conté aux débutants. Cela permet de mettre en avant le fameux catalogue aux 110 objets et de valoriser le travail de plusieurs astronomes français.

 

Je fis un petit tour du terrain pour voir qui était là et qui avait peut-être des questions. Comme tout semblait bien se passer pour chacun, je me rapprochais de la table de réconfort afin de prendre une boisson chaude. L’humidité était bien présente mais pas trop gênante à minuit. Cependant, Philippe qui n’était pas bien couvert, dû prendre congé. Le ciel avait pâli… Toute l’humidité de la journée ne s’était pas installée en brouillard mais en brume fine en suspension au-dessus de nos têtes, ce qui donnait au ciel cet aspect laiteux où il est difficile de percevoir en visuel les petits détails qui tuent. Pourtant on arrivait à voir, sans effort, la spirale de la galaxie du Tourbillon et son bras de matière qui faisait la liaison avec la petite galaxie qu’elle était en train d’avaler. Le tour fut fait sur les galaxies stars de la Chevelure de Bérénice, ce qui permit de se remettre la légende en tête, toujours très ludique pour se rappeler des constellations. D’autres objets étaient plus diffus, cependant, comme des galaxies plus lointaines ou la nébuleuse du Crabe.

 

Vers 1 h, notre regard se tournât vers Bordeaux. On espérait voir une diminution de la luminosité suite à l’extinction de certaines communes de la Métropole. Nous ne vîmes rien de flagrant. Il faut dire que certaines ne coupent qu’à 1 h 30. A la prochaine sortie, j’installerais un appareil photo faisant une pose toutes les 10 secondes afin de voir si ce dernier capte quelque chose.

A l’est, nous vîmes un petit bolide… une poussière cométaire assez grosse pour durer dans le temps. Peut-être était-ce une Lyride, issue de la comète C/1861 G1 Thacher ?

 

La nuit m’apparaissait magique, même si les astropotes pestaient un peu sur la qualité du ciel. Je me sentais bien… je n’avais pas froid mais je pris cinq minutes pour me blottir contre Denis et partager ce moment de communion… quelle chance on a d’avoir tout deux la même passion !

 

Nous n’étions plus que 5 vers 1 h 30 et le ciel s’était un peu noirci. Il faut dire que l’humidité avait régressée grâce à un petit vent léger, au début, qui forcit un peu au fur et à mesure de l’avancée de la nuit. Les amas globulaires ressortaient bien dans les oculaires, et la planète Jupiter était enfin assez haute, si on peut dire, pour ne pas trop turbuler.
Entre deux observations, je contrôlais ma prise de vue. Une pose sur trois faisait apparaître des étoiles étirées. Les rafales de vent, bien que légères, faisaient du dégât. Je me consolais en me disant que j’aurais bien plus de matière que la dernière fois pour faire ressortir ses fameuses Antennes que je traquais depuis un an. Il ne restait plus qu’à espérait que la qualité du ciel serait suffisante pour un tel objet.

 

Il était presque 2 h quand je fis mes darks. Puis il fut temps de ranger tout le matériel dans le coffre de la voiture. Chara, notre chienne, était déjà en boule sur sa couverture sur le siège arrière tremblante de froid. Elle était trempe et couverte de boue. Elle avait dû bien s’amuser à chasser le rongeur des champs. Je lui mis sa sangle de sécurité, lui fis une caresse et la recouvrit de sa couverture pour qu’elle puisse se réchauffer plus vite.

Avant de partir, nous jetâmes un dernier regard vers Bordeaux. Il était presque 3 h. Il nous semblait que le halo lumineux avait diminué. Le ciel était toujours aussi dégagé, bien que quelques minutes plus tôt, j’avais remarqué quelques cirrus légers qui passaient au-dessus de nos têtes.

 

Avec Denis, nous étions les derniers à partir. Après un dernier tour du Mémorial pour voir, à la lumière des phares, si nous n’avions rien oublié, nous reprîmes la route en ligne droite qui nous faisait quitter les champs de maïs, bien pauvres en culture à cette époque de l’année, et rejoindre la route principale qui nous ramènerait chez nous.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Superbe récit d'une bonne soirée entre astropotes :)

Reste plus qu'à attendre cette belle image des antennes que tu vas nous faire.

Et . . . il a beaucoup de chance Denis ;)

Bonne soirée,

AG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
      Nuit du 27 au 28 février 2022
      Dobson Strock 254/1200
      Au nord-est de la terrasse de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres.

      8 dessins : 9851 à 9858.

      Je suis prêt à observer à 20h30, il fait meilleur qu'hier, le redoux réel n'est pas dû qu'au fait d'être à l'abri du vent ici.
      La lumière du concessionnaire n'est pas allumée ce soir tout comme constaté hier, est-ce un effet du coût actuel de l'électricité?

      La comète Kowal 104P est attrapée vers les Hyades avant que le Taureau plonge derrière la maison.

      Observation 9851 : Comète P/Kowal 104P.
      Vue tout de suite à 75x, elle est assez facile à côté de 93 du Taureau.
      Placée à 20h42 sur le dessin, elle est trahie par un léger déplacement pendant le dessin.
      Ell est considérablement faible, très diffuse. A 109x, son centre plus brillant est flou. La comète n'est pas mieux détaillée à 150x.


      Je passe à un amas ouvert d'Orion.

      Observation 9852 : Do17.
      Dolidze 17 est observé à 75x et 109x. Il est pas mal avec ses étoiles colorées car sinon il est peu fourni, on dirait plus un astérisme qu'un amas ouvert.


      Un train passe à 21h.

      Pas très loin de lambda Orionis, je pointe une nébuleuse obscure dans Orion.

      Observation 9853 : B35.
      A 75x le fond de ciel est plus sombre par là comparé au tapis de la Voie Lactée, mais les limites de Barnard 35 sont très diffuses.
      Il est mieux vu en bougeant le champ. Par contre je n'ai pas vu la nébuleuse diffuse Ced59 dans le même champ.
      Marrant d'observer un nuage sombre en cette saison, il y a moins de candidats visibles dans la Voie Lactée hivernale comparé à l'été.


      J'ai tenté le rémanent de supernova IC443 des Gémeaux, mais pas sûr de l'avoir vu, je n'ai rien dessiné.
      Pour ne pas être venu pour rien dans la zone, j'observe à proximité un amas ouvert de mon programme d'objets vus depuis plus de 5 ans.

      Observation 9854 : Cr89.
      Collinder 89 est assez fourni à 75x sur son axe central entre les 2 étoiles brillantes jaunes que sont 9 et 10 des Gémeaux.


      La buée gêne et l'atmosphère est diffusante, le halo de l'éclairage de la mairie monte davantage.
      La comète 67P Churyumov Gerasimenko dans le Cancer est ma cible suivante.

      Observation 9855 : comète 67P Churyumov Gerasimenko.
      A l'endroit prévu, elle a bien faibli! A 109x puis 150x, elle est faible, très diffuse, son centre est plus brillant en vision décalée. Il est difficile de la détailler davantage tant elle a faibli depuis le dernier dessin du 1er février.


      A 22h52 le village s'éteint.
      C'est l'heure du dessert et de la pause avant d'explorer des galaxies du Lion vers Régulus

      Observation 9856 : IC591.
      Elle est soupçonnée à 75x mais le halo de Régulus gêne.
      Faible à 109x, elle est condensée et ses limites sont floues.


      Je ressens de la fatigue à 23h30, c'est quand même la 4ème nuit d'affilée.
      Le chien à l'est s'excite à minuit à cause de chats miaulant plaintivement, il n'a aucune pitié!

      Observation 9857 : NGC3130.
      Vue à 109x et 150x, elle est assez condensée VI1 à 2.
      Voilà encore une galaxie à l'observation gênée par une proche étoile brillante.


      Je visite un groupe de galaxies vers bêta du Lion, Dénébola, pour finir.

      Observation 9858 : Groupe NGC3817 à 25.
      A 150x, elles ne sont pas toutes vues en même temps, le placement de 2 d'entre elles en est imprécis bien que vues, car placées en fonction de jalons vus par intermittence.
      J'ai vu NGC3825 faible à très faible, NGC3822 faible et allongée en vision décalée lointaine, NGC3817 vue VI2, NGC3819 vue VI3 à 4, NGC3820 vue VI1 à 2.
      Ca a été dur de voir les 5 à cause de la buée incessante, je passais mon temps à essuyer l'oculaire.
      Je note toutefois qu'il faudra refaire ce groupe avec une carte de repérage car j'en ai râté.


      Des bancs de brume circulent, ça va finir en brouillard, déjà que je constate de l'humidité sur les affaires.
      Je remballe à 0h50.
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      Sur un ancien site militaire reconverti en vaste parking privé au nord du camping de Marigny et en forêt de Chizé dans les Deux-Sèvres.

      11 dessins : 9840 à 9850.

      Voici ma première soirée d'observation en groupe depuis Valdrôme 2021, avec les membres de mon nouveau club d'astronomie de Marigny, les "Têtes en l'Air".
      Leur site d'observation habituel se situe à 11kms de chez moi.
      Pour y aller vers 20h alors qu'il fait nuit, le GPS me fait passer par des petites routes dont une à une seule voie et bombée où il faut être vigilant pour ne pas verser sur le côté, j'y avance à moindre vitesse que le maximum autorisé, à ne pas prendre endormi!

      Heureusement le président du club David a aussi fléché le dernier carrefour pour confirmer le chemin.
      Après la traversée obligatoire du camping, je rejoins après un virage à presque 180°, puis un sentier entre herbes hautes et une entrée étroite, le parking, que j'essaie de traverser en feux de position pour ne pas gêner.

      J'irai en reconnaissance les derniers centaines de mètres puis garerai ma voiture plus à l'ouest avant de rapprocher mon télescope vers le 300 de David.
      Il y a aussi mon astro voisin de Fors, Remy, Michel qui ressemble à un prophète avec sa barbe blanche, Alain, et un astronome amateur des Pays de Loire, Laurent.

      L'installation du télescope prend du temps car je discute notamment avec Remy, je suis aussi venu pour ça.

      Mes premiers cibles sont 2 amas ouverts de la Licorne, à un train de sénateur pour cette raison aussi, pas simple de dessiner tout en discutant.

      Observation 9840 : NGC2311.
      Vu déjà fourni à 75x, il dévoile à 150x ses étoiles assez faibles à perceptibles.


      Observation 9841 : NGC2286.
      Il est dessiné à 109x. Aïe à force de discuter j'ai oublié de prendre des notes sur cet objet hormis la turbulence moyenne à mauvaise à 109x, de 3 à 4 sur 5.


      Quelques lumières de coffre gênent quand certains remballent assez tôt.

      Ici la vue est dégagée sur 360°, le ciel Bortle 3 est magnifique, et la lumière zodiacale indiquée par David est forte à l'ouest ce soir, avant de disparaître plus tard, ne laissant que des lueurs (serait-ce celles de la côte Atlantique car très basses?).

      Je pointe la comète Faye 4P dans la Licorne.

      Observation 9842 : comète P/Faye 4P.
      Elle est très faible et très diffuse.


      A 0h30 je suis fatigué, je n'ai pas bien récupéré de la nuit précédente.
      Il reste David, arrivé à 18h pour ouvrir et débroussailler le site.

      Comme je tombais de fatigue, je vais dormir 2h sur la banquette arrière de la Sandero.
      Je suis seul au réveil.

      J'explore les champs de galaxies de la Vierge, sur la carte 193 de l'Uranométria, leur proximité mutuelle va me faire enchaîner les dessins.

      Observation 9843 : NGC4200. Vue dès 75x, elle est très faible. A 150x en vision indirecte, son centre plus brillant se détache. Elle est petite et condensée.


      Le vent faible et froid de début de nuit est tombé, puis revenu après 4h. Il ne gêne heureusement pas, car je n'ai aucun abri à part me coller à la voiture, et un télescope ultra-léger comme le mien y est sensible.

      Observation 9844 : IC769.
      Cette galaxie remarquée dès 75x est diffuse, vue VI1 à 2 à 150x et montre alors des nodosités VI5 donc limites.


      Des chouettes se parlent dans la forêt qui m'entoure.

      Observation 9845 : NGC4207.
      Facile, elle est allongée à 75x, faible à très faible à 150x.


      J'ai froid aux pieds, pas de pause au chaud possible ici, à part dans la voiture moins froide.

      Observation 9846 : NGC4165/8.
      NGC4168 est la seule vue à 75x, assez faible, tandis que NGC4165 apparaît à 150x, vue VI1.


      Je remarque la lumière faible d'une ferme derrière la haie au nord.

      Observation 9847 : NGC4189.
      Vue à 75x, elle est très faible, très diffuse. A 150x, je rêve ou il y a une structure spirale, soupçonnée à cause des bords plus renforcés?
      En effet après vérification sur photo.


      Je fais un détour sur M99 spiralée, ce n'est pas courant à ce diamètre.

      Observation 9848 : M99.
      Encouragé par l'observation précédente, je pointe cette galaxie spirale déjà bleutée ciel à 75x.
      A 150x, elle est assez faible, de la structure spirale apparaît, notamment une virgule part du noyau.
      Après observation approfondie, un bras VI3 (50% du temps en vision indirecte) est vu de ce côté, tandis qu'un bras VI4 (25% du temps en vision indirecte) est détecté à l'opposé au nord.
      Une bande sombre borde au nord la virgule.


      Fatigué à 4h45, je fais une pause casse-croûte dans la voiture.
      Je suis fatigué, j'ai le nez qui coule, mais je ne faillis pas.

      Observation 9849 : NGC4365 et 4370.
      75x et 150x. NGC4365 est assez faible et NGC4370 est très faible à VI1.


      Pendant le dernier dessin d'un trio de galaxies toujours sur cette carte de la Vierge, j'entends un remue-ménage que j'attribue d'abord à des occupants des bungalows du camping au sud, mais c'est finalement des chevreuils à l'aboiement caractéristique.

      Observation 9850 : NGC4341/3 et IC3267.
      A 109x, le trio comprend les faibles NGC4341 et NGC4343, accompagnées d'IC3267 vue qu'en vision décalée VI1.


      Je dors debout à 6h, du coup 40 minutes de sieste dans l'auto sont obligatoires.
      L'aube et Vénus sont arrivées, je remballe.
    • By zirkel 2
      Un petit résumé de mes observations, éparpillées sur les forums...
       
      13/05/22 : les soirées se suivent mais ne se ressemblent pas, turbulence + passage nuageux ne m'ont pas permis d'aller au delà de X120, toujours avec l'achromat Scopetech 80/1200, quelques Rimae mais surtout des cratères 😁
      De mémoire, 
      Rimae Doppelmayer,
      Rimae Mersienus.
      Au sud,
      Cratères Schiller et Bayer
      Cratères Blancanus, Klaproth et Casatus
      Newton, Short et Moretus
      Cratères discrets Doppelmayer et Puiseux dans la mer des humeurs.
      Au nord,
      Étonnant Cratère Vitello et promontoire Kelvin
      L'incontournable Gassendi.
      Le clou du spectacle c'est Vallis Schroteri en forme de boucle qui part d'Aristarche et Herodote, quel spectacle ! Vivement conseillée !
      Ma petite campagne lunaire est terminée pour ce mois de mai, vivement la prochaine 🌙
       
      10/05/22 : une soirée bien remplie avec des résultats plus que satisfaisants, j'ai pu pousser la Scopetech STL80-A MAXI - 80/f15 dans ses retranchements sur la Lune, Copernic it's magic ! j'ai passé beaucoup de temps à X174 et X220 à l'observer dans ses moindres recoins, que de détails avec les 3 pics centraux et les dénivelés en terrasse sur les bords. Sans oublier le petit cratère Copernic A à l'ntérieur sur le bord en terrasses.
      Observation de Rima Hesiodus et rupes Mercator, Rimae Gay Lussac à proximité de Copernic. Un long moment du côté de Clavius , Maginus et Tycho.
      Clavius le géant, objet au combien classique mais toujours aussi spectaculaire, je suis parti à l'intérieur du cratère de Rutherford puis dans l'ordre les cratères D, CB, C, N, Y, J et de JA. Sur les bords : I, K et D. A l'extérieur cratère C proche de Rutherford. Pleins de petits cratères à l'intérieur pas encore identifiés.
       
      8/05/2022 : je continue mes explorations lunaire ce soir avec la 102 f/11 cette fois ci.
      RC APM à prisme+ Filtre Baader semi-apo, je tourne avec le Nikon NAV SW 7 et le TMB Planetary 6 mm soit X 160 et X 187 en fonction de la turbulence.
      Dans la zone Rimae Hadley visible en partie, les ombres des monts Apennins m'en masque un bon morceau... Rimae Fresnel bien visible à X 160, juste à côté le promontoire qui porte le même nom.
      A côté des monts Bradley j'arrive à observer la Rimae Bradley.
      Bref.... super !
       
      - 7/05/22 : Hier soir Lune à 39 %, chasse aux Rimae à la Scopetech STL80-A MAXI - 80 f/15.
      Autour du cratère Julius Caesar:
      - Rima Ariadaeus 247 km de long assez facile à X133, oculaire Starbase ortho/PL 9mm.
      - Plus difficile, Rimae Sosigenes 130 km de long, toujours à X133, partie sud visible par intermittence.
      Au nord du cratère MacLear :
      - encore plus dur, Rimae MacLear 94 km de longueur, X133 mais c'est l'extrême limite pour ce soir.
      La turbulence ne m'a pas permis de pousser plus...
    • By xavierc
      Dobson Factory Mirrosphère 508/1920
      Sur le bord Est de la terrasse de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres, d'abord au milieu puis au nord.

      10 dessins : 9830 à 9839.

      J'ai installé le télescope avant le dîner.
      Après ce dernier, pour finir de récupérer de la soirée d'astro d'hier, je dors 1h30 jusqu'à 21h45.
      Le temps de s'habiller, mettre les lentilles de contact, sortir les accessoires d'observation et finir de régler le télescope, il est 22h15.

      Mon premier thème de la nuit est les nébuleuses planétaires Abell, j'ai imprimé tout leur catalogue pdf dans la journée.
      J'échoue bêtement sur la première, car je l'ai bien vue dans Orion, mais elle s'est vite retrouvée dans le toit de la maison. A refaire plus tôt.

      J'en vois deux dans les Gémeaux.

      Observation 9830 : PK200+8.1.
      Aussi Abell 19, cette nébuleuse est d'abord vue à 201x sans filtre, très dure. Avec le filtre Oxygène 3 auquel elle répond considérablement bien, elle est assez facile en vision décalée. Puis je la vois sans filtre plus facilement qu'avant même à 85x.
      Ses bords restent flous. Elle demeure invisible avec le filtre HBêta.


      J'ai l'impression d'entendre la télé qui s'est rallumée toute seule (à cause d'un contacteur mal foutu), en effet je vais l'éteindre après le premier dessin en me masquant l'oeil observateur pour conserver mon adaptation nocturne.

      A 23h le village s'éteint, sauf le spot de jardin, mal dirigé vers les arbres, d'un voisin de l'autre côté de la rue au sud, et bien sûr la façade de la mairie.

      Observation 9831 : PK205+14.1.
      Abell 21 de son autre dénomination, ou la Nébuleuse de la Méduse de son petit nom, c'est la plus intéressante Abell de la nuit assurément!
      Vue dès 85x, même sans filtre, elle est facile. 138x est optimal pour la détailler. Elle répond en plus très bien au filtre Oxygène 3, mais reste très faible en HBêta.
      Les détails internes sont vus à 138x tandis que les extensions les plus faibles sont repérées à 85x. Cet objet est finalement complexe, je vois le gap avec une vieille observation avec le Strock 254.


      Des pétards retentissent au nord à peu prêt à la même heure, les ados du coin se lâchent.
      A noter aussi : nez coulant, buée qui gêne, et train bruyant passé à minuit.

      Je dessine une nébuleuse planétaire dans le Cancer.

      Observation 9832 : PK208+33.1.
      Abell 30 n'est vue à 201x qu'avec l'aide du filtre Oxygène 3, comme un halo diffus autour d'une faible étoile, VI4 à 5. Le bon état de surface des optiques, limitant la diffusion, est primordial pour lever le doute par rapport aux étoiles voisines.


      Ah les lumières du voisin au sud sont enfin éteintes.
      J'ai froid aux mains à 0h30, j'ai encore fait l'impasse sur les gants.
      C'est le prétexte pour une pause goûter et chauffage des mains 10 minutes après, une fois le dessin fini.

      Je reviens pour dénicher des faibles galaxies dans l'amas de la Crêche M44, c'est marrant.

      Observation 9833 : NGC2637.
      Première du groupe dans M44, elle est facile à 201x et n'a pas été vue par contre à 85x. Elle est très faible à VI1.


      Observation 9834 : NGC2643.
      Faible à très faible, elle est condensée, facile et assez petite à 201x et encore à 276x.


      Les mains sont regelées à 0h40

      Observation 9835 : NGC2624/5.
      Ce couple est très facile à 201x.
      NGC2624 est considérablement faible à faible, et NGC2625 est considérablement faible.
      A la fin du dessin de ces galaxies intra-M44, le champ est à moitié dans le toit, il était temps de finir.


      J'aurais dû me mettre tout de suite le plus au nord possible de la terrasse, ce que je fais après cette exploration insolite de M44. Mais ça va me desservir plus tard!

      Je pointe des galaxies dans la Vierge.

      Observation 9836 : NGC4348 et ASASSN-22am.
      NGC4348 est spécialement visée car une supernova y est visible en ce moment, ASASSN-22am.
      85x, 201x et 402x. La turbulence est forte à 402x, de 4 sur 5.
      La galaxie et la supernova sont vues facilement à 85x.
      La première est assez faible à considérablement faible, tandis que l'invitée surprise est au centre de la galaxie normalement pas marqué. Une condensation à côté fait de l'ensemble comme un double noyau.
      A 402x, je décèle d'autres nodosités VI5 donc limites.


      Un chat miaule dans le secteur.
      Puis les canards s'excitent dans le voisinage.

      Observation 9837 : NGC4517.
      Pas loin de la précédente je regarde la chouette galaxie NGC4517.
      Facile à 85x, elle est bleutée et très allongée. J'ai l'impression qu'une bande d'absorption la traverse, ça sera confirmé à posteriori au bon endroit par les photos.
      La galaxie est considérablement faible et pullule de nodosités.
      Une bien belle galaxie vue par la tranche, bien qu'un peu faible à 201x.


      Une vache meugle vers l'Est.

      Je vois enfin le quasar double de la Grande Ourse après une tentative avortée à cause de nuages en Lozère.

      Observation 9838 : QSO957+561.
      Voici le fameux quasar double de la Grande Ourse.
      Vu dès 201x en vision décalée, il devient trop sombre à 401x. C'est une tache VI3 à VI4, allongée, les 2 images du mirage gravitationnel ne sont pas séparées.
      Il plonge dans le toit de la maison, ce qui ne me laissera pas l'occasion de confirmer la duplicité, à la fin de l'observation je ne le vois plus car trop absorbé. J'aurais eu plus de marge sans avoir déplacé le télescope auparavant, zut, et là j'ai la flemme de re-soulever les 3 points de cale et de le repointer. Je le retenterai plus tard en saison ainsi que la belle galaxie NGC3079 à côté.


      Je termine par une chaîne de galaxies déjà vue comme Arp 330 : Shakbazian 16 dans le Dragon.

      Observation 9839 : Arp 330 = Shakbazian 16.
      J'ai déjà observé ce groupe de faibles galaxies avec ce télescope, aux Nuits Astronomiques de Touraine vers l'aube il me semble.
      Je voulais voir ce que ça donne ici.
      Certains de ses membres sont vus dès 85x.
      A 201x, il est constitué de galaxies faibles à VI4, intéressant.
      J'en ai confirmé 7, du nord au sud : PGC2817454, PGC59054, PGC59048, PGC59050, PGC59056, PGC59042, 2MASXJ16490401+5322254.


      A 4h40 j'arrête là, je veux garder de l'énergie pour la nuit d'astro prochaine avec le club de Marigny. Au lit à 5h30 tandis que les coqs chantent en avance l'aube.
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
      A l'ouest du jardin de la maison à Fors dans les Deux-Sèvres

      6 dessins : 9824 à 9829.

      Je me suis installé dès le début de soirée dans cette zone du jardin car une camionnette masque l'éclairage de la rue au sud.
      Je suis prêt à 21h précisément alors que retentissent des cris d'enfants au sud dans la rue.

      Je passe la soirée sur les constellations basses australes, l'entamant sur une galaxie du Grand Chien.

      Observation 9824 : NGC2283.
      Vue à 75x, elle est assez condensée et vue VI1 à 2 à 109x.


      2 patrouilles d'avions à hélices sont passées dans le nord du ciel en direction de l'est, est-ce en lien avec la guerre en Ukraine? C'est le premier soir où j'assiste à ça.
      J'entends aussi une bataille de chats, le chien à l'Est s'en excite.

      Je passe aux amas ouverts de la Poupe car le Grand Chien passe déjà dans le mur à 21h30.

      Observation 9825 : Ru32.
      Rupretch 32 est petit à 75x, reste laiteux à 109x, et il est vu VI1 à 2 (75% à 100% du temps en vision indirecte).


      Observation 9826 : NGC2482.
      A 109x ses étoiles s'étagent d'assez faibles à perceptibles. Je cravache pour le dessiner avant qu'il passe derrière le mur au sud, exercice compliqué car il est assez fourni et remarquable.


      C'est donc au tour de la Poupe de foncer dans la maison à 22h30.
      Je me rabats sur les galaxies de l'Hydre Femelle, plus hautes et plus à l'est.

      Observation 9827 : NGC2585.
      A 150x, son repérage est difficile. Elle est diffuse, plus condensée au centre VI1 à 2.


      La buée est énervante à 23h, alors que le village est éteint.
      L'humidité est palpable sur les affaires et dans l'air, la lumière de la mairie diffuse.

      Des bruits lointains de circulation parviennent à mes oreilles.

      Observation 9828 : NGC2583/4.
      Avec ces deux galaxies observées à 150x, le trio est complet avec la précédente. NGC2583 m'apparaît comme une étoile floue très faible à VI1, et NGC2584 est VI3 avec un allongement évident.


      Les chouettes causent entre elles à 23h30.
      Mes lentilles un peu sèches me gênent, je dois cligner davantage des yeux, oui en effet ça améliore la fin de séance.

      Observation 9829 : NGC2590.
      Cette galaxie vue tout de suite à 109x est très faible, concentrée, puis je remarque qu'elle est allongée et enfin qu'une étoile y est collée.


      Je suis fatigué puis entends des canards serviables pour me tenir éveillé.
      Je remballe plus tôt à 0h10 pour garder des forces pour la nuit suivante prévue au télescope 508.
  • Upcoming Events