jackbauer 2

INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

Recommended Posts

Il y a 4 heures, Huitzilopochtli a dit :

Par contre je reste assez confiant sur l'extrême sensibilité de SEIS, sur l'efficacité des parades pour éviter les signaux parasites, sur les progrès des modélisations qui permettent d'interpréter les mesures. Et en cela, la comparaison avec l'annonce de détection d'un séisme par l'instrument de Viking faite en 1975 mérite d'être relativisée.

 

 

Il est permis en effet d'émettre quelques doutes sur les résultats de Viking 2..

 

Quelques références :

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_Viking

 

Les deux atterrisseurs emportent également des sismomètres mais leurs caractéristiques reflètent le fait que l'objectif principal de ces missions porte sur la recherche de traces de vie passée ou actuelle sur la planète. Le sismomètre, qui pèse 2,2 kg et consomme 3,5 watts, est peu sophistiqué avec une sensibilité de l'ordre du nanomètre dix fois inférieure à celle des instruments installés sur la Lune par les équipages du programme Apollo. Les géophysiciens concepteurs de l'expérience ont été contraints d'accepter que l'instrument soit installé sur le pont de l'atterrisseur au lieu d'être en contact direct avec le sol. Les données collectées doivent être fortement compressées et donc dégradées avant d'être transmises vers la Terre car le débit de la liaison avec la Terre est réduit.

Le sismomètre embarqué à bord de Viking 1 reste inopérant car les opérateurs ne parviennent pas à débloquer le verrou qui protège sa partie mobile des vibrations durant le vol : ce sismomètre sera le seul instrument non opérationnel de tout le programme Viking. Le sismomètre de Viking 2 peut être activé mais les scientifiques constatent rapidement que les données collectées n'ont rien à voir avec des mouvements sismiques. Solidaire du pont de l'atterrisseur, l'instrument enregistre tous les mouvements mécaniques affectant celui-ci : rotation de l'antenne grand gain orientable, déplacement du bras robotique, fonctionnement du magnétophone et surtout action du vent qui fait vibrer la plateforme. Seules les mesures faites de nuit, caractérisée par une diminution du vent et l'absence d'activité des instruments, sont éventuellement exploitables. Mais la faible sensibilité de l'instrument conjuguée avec les doutes sur l'origine des mouvements enregistrés ne permettent pas d'en tirer des données réellement utilisables.

 

 

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-insight-sismometre-seis-ete-teste-succes-41109/

 

L'idée d'envoyer un sismomètre sur Mars n'est pas nouvelle. En 1975, les deux missions américaines Viking en embarquaient chacune un. Malheureusement l'un n'a pas fonctionné et l'exploitation des données du second a montré que l'emplacement choisi pour l'installer ne se prêtait pas du tout à l'étude de la structure interne de la planète. En effet, l'instrument n'était pas en contact direct avec le sol, de sorte qu'il n'a mesuré... que des données sur le vent martien.

 

 

https://www.numerama.com/sciences/453882-ouf-le-sismometre-francais-installe-sur-mars-fonctionne-bien.html

 

Les outils de mesure présents dans les entrailles de SEIS ont aussi fait l’objet d’une grande attention : les trois capteurs large bande ont été recentrés et leur bon fonctionnement a été noté. C’est aussi le cas des capteurs britanniques à courtes périodes. En somme, tout se déroule comme prévu. On est loin du temps des deux missions américaines Viking 1 et 2, qui n’ont pas pu faire ce que fait SEIS aujourd’hui.

 

 

https://www.cite-espace.com/actualites-spatiales/seis-mars-2018/

 

SEIS n’est pas le premier sismomètre martien, mais il est en revanche le premier à sa surface. En effet, les atterrisseurs de la NASA Viking 1 et 2 (arrivés en 1976) étaient équipés d’un sismomètre. Mais ceux-ci étaient intégrés à la plateforme porteuse des instruments et n’étaient pas conçus pour être posés à même le sol. Les capteurs du sismomètre de Viking 1 restèrent verrouillés dans leur position de transport. Aucune donnée utile ne fut donc obtenue. Celui de Viking 2 n’apporta hélas guère de renseignements, car on estime qu’il a surtout mesuré les légers mouvements de l’atterrisseur en raison du vent…

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Posted (edited)
il y a 40 minutes, vaufrègesI3 a dit :

Il est permis en effet d'émettre quelques doutes sur les résultats de Viking 2..

 

Ces doutes sont bien partagés par tous et par  Bob aussi, je pense.

 

La relation qu'il fait entre les annonces de séismes détectés par les deux instruments me paraît abusive du fait de leurs différences. 

 

Si on peut envisager que les principaux investigateurs de SEIS et d'InSight se soient un peu avancés dans les conclusions qu'ils tirent des premières mesures du sismomètre, ils sont aussi très bien placés pour analyser les donnés actuellement disponibles.

 

L'instrument fonctionne parfaitement et des secousses de plus grandes intensités nous fixeront définitivement quant à l'activité et la structure interne de la planète. 

 

 

Edited by Huitzilopochtli
orthographe

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Ces doutes sont bien partagés par tous et par  Bob aussi, je pense.

 

La sismologie sur Mars à souvent été évoquée par ici, et il me semblait moi aussi que l'échec des sismos des Viking était avéré.. ou alors il y aurait un gros soucis pour pas mal de monde.

J'ai donc voulu "enfoncer le clou".. Bob le marsian.. Il nous fait la provoc' avec ses vieux parchemins..

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 12 heures, vaufrègesI3 a dit :
Il y a 12 heures, Huitzilopochtli a dit :

Ces doutes sont bien partagés par tous et par  Bob aussi, je pense.

 

La sismologie sur Mars à souvent été évoquée par ici, et il me semblait moi aussi que l'échec des sismos des Viking était avéré.. ou alors il y aurait un gros soucis pour pas mal de monde.

J'ai donc voulu "enfoncer le clou".. Bob le marsian.. Il nous fait la provoc' avec ses vieux parchemins..

 

Ben ! En fait, je n'ai fait que répercuter une info dont j'avais un assez vague souvenir de lecture d'où le temps de recherche conséquent.

Dans l'antique bouquin british, l'auteur apparaît affirmatif sur la réalité de l'évènement sismique.
Réel, oui il l'est puisqu'il est de nouveau évoqué très récemment (nov. 2018) avec les mêmes caractéristiques (mag. 2.8,  dist. 110 km) dans le très bien documenté blog Drew Ex Machina d'Andrew LePage :
"Viking & The First Seismometers on Mars"
https://www.drewexmachina.com/2018/11/21/viking-the-first-seismometers-on-mars/

"On Sol 80 during the solar conjunction period (November 25, 1976 back here on Earth), a single seismic event was recorded which bore the signature expected for a genuine Marsquake. The apparent 13-second difference in the arrival times of the P and S waves indicated that the candidate event took place about 110 kilometers from the lander with a magnitude of 2.8 on the Richter scale, assuming that the properties of the Martian crust are roughly similar to Earth’s.

Viking_seismology_005.jpg?resize=240,300

"Plots for the amplitude and frequency over time in all three dimensions for the possible Marsquake event recorded by Viking 2 on Sol 80. The arrival times of the P and S waves are indicated with the peaks labelled 2 and 3 being possible reflections from the bottom of the crust."  (Anderson et al. 1977)

 

Malheureusement, la secousse enregistrée au Sol 80 par le sismomètre de Viking 2 ne peut totalement être validée en tant qu'authentique premier tremblement de Mars reconnu en l'absence de donnée sur le vent durant cette période.
Je trouve quand même incroyable qu'on ne puisse pas distinguer les profils d'enregistrement des deux causes possibles vent vs séisme !
Disons, que loin de l'idée un peu répandue ici où le sismomètre ce Viking 2 n'a pas ou mal fonctionné du tout, on peut quand même convenir qu'il a au mini détecté un évènement sismique CANDIDAT durant le Sol 80 !
D'ailleurs, en l'absence de tectonique des plaques, faut-il vraiment s'étonner que Viking 2 n'est détecté qu'un seul évènement ?  Alors pourquoi parler d'échec ?
 
La recherche martienne apparaît parfois frustrante avec l'impossibilité de conclure sur la cause réelle de grandes découvertes :  méthane,  activité biologique (Labeled Release Experiment de Gilbert Levin sur les deux Viking) ...

 

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-vie-martienne-traces-trouvees-viking-mais-detruites-nasa-38217/

https://www.space.com/41689-nasa-viking-mars-life-search-gil-levin.html

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

 

Il y a 3 heures, BobMarsian a dit :

D'ailleurs, en l'absence de tectonique des plaques, faut-il vraiment s'étonner que Viking 2 n'est détecté qu'un seul évènement ?  Alors pourquoi parler d'échec ?

 

 

L' absence de tectonique ne signifie pas qu'il ne puisse exister une sismologie martienne.. Sinon cette mission (Insight)  n'aurait pas été justifiée. 

 

Je cite le CNRS : Mars ne comporte pas de plaques tectoniques, qui sont à l’origine de la plupart des séismes sur la Terre. Mais les deux planètes ainsi que la Lune partagent un autre type de séisme, provoqué par des failles ou des fractures dans leur croûte. Lorsque celle-ci subit des contraintes trop importantes dues au poids ou à son lent refroidissement, elle se rompt et libère de l’énergie.

 

Sans oublier le volcanisme.

 

En vérité la sensibilité des sismos était de toute façon trop faible et leur position sur le pont des landers vouait ces instruments à l'échec.

Edited by vaufrègesI3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Bob, :)

 

Oui bon, c'est bien ce que l'on dit !


Le sismomètre de Viking 1 a enregistré au moins un séisme martien sans que l'on puisse avoir l'assurance de cela en soit un. ;) En d'autres termes, cela s'appelle un doute.

 

Il y a 6 heures, BobMarsian a dit :

Alors pourquoi parler d'échec ?


Même si je n'ai pas employé le terme, on peut certainement l'utiliser quand la défaillance d'un élément de l'expérience interdit de garantir la validité des observations qu'elle est sensé réaliser.


J'ai noté aussi ce passage qui dit bien ce qu'a déjà apporté SEIS dans sa première phase d'exploitation : 


"The apparent 13-second difference in the arrival times of the P and S waves indicated that the candidate event took place about 110 kilometers from the lander with a magnitude of 2.8 on the Richter scale, assuming that the properties of the Martian crust are roughly similar to Earth’s." 


En fait, il résulte de l'analyse de l'événement du sol 128 que la croûte martienne se comporterait physiquement beaucoup plus comme la croûte lunaire que de celle de la Terre. 
Du site officiel de SEIS :
"La façon dont le premier événement sismique enregistré par InSight a été identifié ressemble de manière frappante à ce qui a eu lieu avec les signaux lunaires"
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Le sismomètre de Viking 1 a enregistré au moins un séisme martien sans que l'on puisse avoir l'assurance de cela en soit un

 

Oui, et scientifiquement c'est un peu gênant -_-

Je précise juste qu'il s'agit de Viking 2.

Comme indiqué plus haut, le sismomètre embarqué à bord de Viking 1 est resté inopérant car les opérateurs ne sont pas parvenus à débloquer le verrou qui protège sa partie mobile des vibrations durant le vol. C'est un peu dommage, car s'il s'agissait d'un vrai séisme, il aurait peut-être pu corréler l'observation de Viking 2.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Huitzilopochtli a dit :

"La façon dont le premier événement sismique enregistré par InSight a été identifié ressemble de manière frappante à ce qui a eu lieu avec les signaux lunaires"

 

Mais du coup, sur la Lune, c'est quoi, l'activité, si ça ressemble à celle de Mars ? C'est pas des impacts, essentiellement, l'activité lunaire ? Je regarde la Lune au télescope depuis 50 ans, j'ai pas souvenance d'avoir vu les dômes d'Hortensius, de Milichius ou Cauchy en éruption, ni des éboulements gigantesques dans la rainure de Triesnecker...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, vaufrègesI3 a dit :

C'est un peu dommage, car s'il s'agissait d'un vrai séisme, il aurait peut-être pu corréler l'observation de Viking 2.

 

Selon une étude présentée en 2013 à la 44ème LPSC, l'activité enregistrée par le sismomètre de Viking 2 n'est pas corrélée avec le passage de dust devils, c'est au moins ça et une cause éliminée !

 

https://www.lpi.usra.edu/meetings/lpsc2013/pdf/1178.pdf

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J' imagine que si l'on installait SEIS sur n'importe quel corps rocheux massif du syst. solaire (Mars, la lune, Ganymède, Pluton, Mercure, ect) il enregistrerait les mêmes signaux : ça s'affaisse, tout simplement…

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

 

Il y a 3 heures, Superfulgur a dit :

Mais du coup, sur la Lune, c'est quoi, l'activité, si ça ressemble à celle de Mars ? 

 

P. Lognonné (voir l'interview postée par Huitzy' page précédente) répond à cette question il me semble :

 

Comment interpréter le séisme principal ?

Pour l'événement « Sol 128 », il s'agit indubitablement d'un tremblement de Mars, même si l'on ne connaît pas réellement la distance à laquelle il s'est produit. Nous avons constaté que les données sismiques ressemblent bien plus à celles de la Lune – ou des milliers de séismes ont été étudiés par les sismomètres installés lors des missions Apollo – qu'à celles de la Terre. A priori, la structure de Mars serait un peu analogue à celle de la Lune, et on ne s'y attendait pas vraiment. 

 

Pourquoi ?

Parce que nous sommes dans une phase de découverte. Le signal observé présente une "coda", c'est-à-dire une phase de décroissance lente. Il dure près de 15 minutes, alors que, sur Terre, pour un tel séisme, la décroissance devrait être plus rapide. Cela indique surtout que, comme sur la Lune, la subsurface où se propage le signal est très sèche ce qui engendre de la diffraction. Pour se représenter le phénomène de diffraction des ondes, on peut voir cela comme des ondes qui rebondissent à droite, à gauche, avant d'arriver à la station, un peu comme dans une marche au hasard (mouvement brownien). C'est ce qui engendre cette coda caractéristique. Toutefois, Insight s'est posé près de l'équateur martien, où la subsurface est très sèche et le terrain ancien (plusieurs milliards d'années), de sorte que ce n'est pas complètement illogique d'avoir ce type de signaux. Mais notez que cet événement n'est pas le "gros" séisme qui permettrait d'extraire les détails de la structure interne, l'épaisseur de la croûte, etc.

 

Êtes-vous optimiste pour la suite des opérations ?

Tout à fait. Nous avons un instrument qui fonctionne remarquablement, très bien installé, et avec un bruit de fond minime. La mission était au départ prévue pour durer une année martienne (687 jours terrestres), mais il n'y a aucune raison pour ne pas la poursuivre au-delà. Nous n'avons pas de consommable, et l'alimentation électrique est fournie par des panneaux solaires que le vent a le bon goût de nettoyer régulièrement ! Sur la fréquence des gros séismes, nous connaissons bien les lois fréquences-magnitudes sur Terre et sur la Lune, de sorte qu'on sait qu'il faudra sans doute attendre 5 à 6 fois plus longtemps pour qu'un gros séisme, 5 à 6 fois plus important que celui-ci, se produise. C'est bien ce type de tremblements de Mars que l'on attend et qui permettra d'«illuminer» l'intérieur de la Planète rouge pour en comprendre sa structure. Encore un peu de patience et cela devrait se produire.

 

 

….. ainsi que la news de la Nasa que j'ai posté page précédente :

 

"L'événement Martian Sol 128 est passionnant car sa taille et sa durée plus longue correspondent au profil des tremblements de lune détectés sur la surface lunaire lors des missions Apollo", a déclaré Lori Glaze, directrice de la Division des sciences planétaires au siège de la NASA.

Les astronautes Apollo de la NASA ont installé cinq sismomètres qui ont mesuré des milliers de tremblements de terre alors qu'ils opéraient sur la Lune entre 1969 et 1977, révélant ainsi l'activité sismique sur la Lune. Différents matériaux peuvent modifier ou réfléchir la vitesse des ondes sismiques, ce qui permet aux scientifiques d'utiliser ces ondes pour en savoir plus sur l'intérieur de la Lune et en modéliser la formation. La NASA envisage actuellement de renvoyer des astronautes sur la Lune d'ici 2024, jetant ainsi les bases qui permettront éventuellement à l'exploration humaine de Mars.

/../

La plupart des gens connaissent les tremblements de terre sur Terre, qui se produisent sur des failles créées par le mouvement des plaques tectoniques. Mars et la Lune n'ont pas de plaques tectoniques, mais elles subissent toujours des tremblements de terre - dans leur cas, causés par un processus continu de refroidissement et de contraction qui crée un stress. Ce stress s'accumule avec le temps, jusqu'à ce qu'il soit suffisamment fort pour casser la croûte, provoquant un tremblement de terre.

Edited by vaufrègesI3
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Tout comme pour moi : rien de tel qu'un bon casse-croûte pour me déstresser ! :D

De là à ce que le sol en tremble, je ne sais pas... sur un épisode rabelaisien avec force frappes sur le ventre, qui sait ?

Edited by Alain MOREAU
orth.
  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a une heure, Alain MOREAU a dit :

De là à ce que le sol en tremble, je ne sais pas…

 

SI SI, LA PREUVE, le mois dernier, 1er avril 2019.. C'ETAIT TOI !! : 

 

https://www.lexpress.mu/article/350372/rodrigues-un-tremblement-terre-dune-magnitude-6-ressenti

 

Après le casse-croute t'as encore bu le fameux "Green Island" local... et là, tu as du déstresser à mort !!!

 

:/  xD -_-

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Le Green Island autrefois légendaire est devenu dégueulasse pour plaire aux ivrognes mauriciens !

Normal : il ne pourrait être rodriguais, avec un nom aussi dégoulinant d'humidité... ^_^

Sinon c'est exact : je me suis tapé sur le ventre le premier avril, croyant que c'était un poisson rituel !

("encore un poisson !" pensais-je, vaguement écoeuré parce qu'il s'en pêche ici toute l'année 9_9)

Toutefois c'était vrai : la terre a tremblé le 1er avril à 18h39'04" UTC, comme d'habitude entre 200 et 300km à l'Est de Rodrigues, sur la zone voisine des failles transformantes de la "Central Indian Ocean Ridge" (CIR, pour les intimes).

L'île est à moins de 1000km de la "Rodrigues Triple Jonction" (RTJ) où se touchent les plaques Antarctique, Somalienne et Indo-Australienne.

Ces plaques sont séparées par des dorsales dont les vitesses d'expansion vont de 16 à 50 et 60mm/an actuellement, donc oui ça tremble de temps à autre, assez souvent en fait, pour accompagner ces mouvements : une à deux fois par mois en moyenne...

Mais magnitude 6 à 260 bornes et 10km sous le plancher des veaux marins (il n'y a pas de vaches sous la mer) c'est resté tout à fait indécelable aux insulaires, malgré l'heure locale tardive, propice à ressentir les secousses.

Un sismomètre a été installé depuis quelques années à Rodrigues pour étudier en détail ces mouvements tectoniques, sur le dernier point émergé le plus proche de la CIR  et de la RTJ sus-nommées. L'appareil a été placé sur l'île de telle façon que les brisants sur la barrière de corail soient toujours situés à plus de 8km en profitant de l'extension du lagon ; ce qui atténue et rend plus facile le filtrage des vibrations engendrées par la houle ;)).

On comprendra aisément, malgré des causes fort différentes d'une planète à l'autre, la nécessité d'isoler là aussi au maximum le sismomètre des perturbations environnementales locales. Chaque avion atterrissant sur l'île par exemple, possède sa signature caractéristique, dixit les sismologues avec qui j'ai causé popote, et même chaque pilote régulier des ATR semble-t-il, car la piste est courte et en dos-d'âne : tous ne sont pas également habiles à se poser court mais en douceur :D

Voici la dite secousse sismique enregistrée ici, caractéristique de la zone :

http://geoscope.ipgp.fr/index.php/fr/catalogue/description-d-un-seisme?seis=us2000k8ri

Je conseille de consulter au moins les onglets "sismicité" (pour le contexte, qui se passe de commentaires), "données" et "mécanisme" du Géoscope concernant cet évènement afin de comprendre le mécanisme d'une telle secousse (ici glissements combinés sur 2 failles transformantes à 90° : cela permet de se faire une idée des renseignements qu'on peut tirer d'une simple secousse ;) et de quoi on les tire.

Il est intéressant de comparer son profil à celle enregistrée sur Mars, bien que pour cette dernière on ne dispose que de très peu d'informations.

Croisons les doigts pour qu'il en advienne de plus musclées, dont on tirera une foule de caractéristiques martiennes passionnantes !

(pour ceux que le sujet intéresse - car je soupçonne qu'il en existe sur ce topic :) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jonction_triple_de_Rodrigues

Edited by Alain MOREAU
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Oui, tout à fait.

Rien de dramatique au final, heureusement. Que des dégâts matériels et un seul blessé notable.

Mais on a eu chaud aux miches, avec 250km/h estimés dans le mur de l'oeil : jusqu'à ce qu'on soit coupés du reste du monde, on pensait se le prendre en pleine tronche, il a dévié in extremis vers l'Est, mais on ne le savait pas !

Cette fois c'était un monstre dangereux, vaste et lent : on s'est pris une déculottée durant pratiquement 24h d'affilée !...

Et une marée barométrique d'1m, conjuguée aux grandes marées du moment : pour la première fois depuis que j'y suis, j'ai vu sur la barrière des déferlantes évaluées entre 12 et 13m, ça commence à faire peur et à gronder sévère, malgré les hurlements du vent !

Je n'ai pas eu accès aux données sismo non publiées de la station locale ROCAM du Geoscope pour cette perturbation majeure (du bruit sans doute - et quel bruit !) mais j'aurais été très curieux de voir évoluer le profil des relevés sur les 72h centrées...

En l'absence totale de news on trouve quand même le temps long en ces circonstances, car la trajectoire prévue nous l'envoyait droit sur l'île jusqu'au moment où toutes les communications ont été coupées, trajectoire quasi inchangée depuis plusieurs jours : plus de liaison satellite - Mauritius Telecom couche sa parabole à 12h du paroxysme pour éviter qu'elle s'envole - donc plus d'internet ni de communications d'aucune sorte, téléphone, sms ou autres non plus ; plus de cartes ni d'images satellitaires avec lesquelles suivre l'évolution du phénomène en intensité et direction, et le bouquet : plus d'infos hertziennes - l'émetteur de la radio locale ayant été abattu 6 semaines plus tôt par Gelena, qui a fait autant de dégâts sinon plus...

Quant au câble sous-marin tout neuf : pas encore raccordé !

Enfin... ça s'est passé au mieux :D ; rien d'autre à tenter que faire le dos rond avec fatalisme, dans ce cas.

Le versant moins idyllique du tropique... ;)

Edited by Alain MOREAU
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Question subsidiaire à 8'zi - qui semble mouillé jusqu'au cou dans les opérations de SEIS - sinon je vais encore me faire pourrir par la Fourmi tatillonne pour mes hors-sujets récurrents (je l'admets, parfois malicieusement délibérés ; mais ce n'est pas le cas ici :)) :

SEIS enregistre-t-il comme prévu les infimes marées crustales engendrées par Phobos ?

Ceci suffirait-il à sonder l'intérieur de Mars ? (j'en doute personnellement : la sensibilité, mais surtout l'unicité de l'instrument, ont sans doute leurs limites quant à la possibilité de lever toutes ambiguités interprétatives sur certains signaux ? Bon : celui-ci est périodique et calculé, fastoche...)

Certes Insight est équipée de capteurs hyper-sensibles, mais pour autant elle ne peut réaliser que des mesures sur un seul site, qui feront défaut sur tout le reste de la planète s'il s'agit par exemple d'évaluer la contribution atmosphérique globale à un signal particulier relevé par SEIS...

Ou bien en l'absence d'activité sismique autogène notable, faut-il espérer qu'un impact assez conséquent vienne "sonner la cloche" et remettre l'unique pendule à l'heure ? Surtout si on le localise précisément.

Si rien de tout cela ne se produit, pourra-t-on réellement obtenir des renseignements univoques sur l'intérieur de la planète, simplement en accumulant les mesures sur ce site solitaire durant seulement une année locale ?

Eût-il été trop cher de déposer 3 modules sensiblement équidistants à la surface de la planète, puis de parachuter, une fois tout mis en place et testé, une petite bombinette savamment dosée pour faire la nique à Musk en profitant du prétexte sismique pour commencer discrètement la terraformation ?

(navred : c'est de l'humour primaire rodriguais dépourvu de subtilité, qui sied bien à ma pesanteur naturelle de terrien... :D)

 

Edited by Alain MOREAU

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 4 heures, Alain MOREAU a dit :

SEIS enregistre-t-il comme prévu les infimes marées crustales engendrées par Phobos ?

 

Bonjour Alain,

 

Pour l'instant, je n'ai rien trouvé dans les communications faites quelque chose se rapportant à ces mesures.

 

Elles sont effectivement prévues mais l'analyse des mouvements que ces marées produiront sur la surface martienne demande une répétition sur plusieurs mois pour que les résultats puissent être interprétés correctement.

Cette observation délicate est particulièrement captivante car elle pourra livrer des informations capitales sur le noyau martien, et notamment sur son état solide ou liquide.

Nous allons donc encore patienter un peu, avant d'en être informer. :)

 

Edited by Huitzilopochtli
reformulation
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour nous aider à prendre nos "maux en patience" ;) , je propose deux liens vers des articles sur, respectivement, les bruits parasites influant sur le fonctionnement de SEIS : 

 

https://www.seis-insight.eu/fr/public/l-instrument-seis/les-bruits


et sur l'organisation des relations entre divers agences et instituts  participant à sa mise en oeuvre :

 

https://insight.cnes.fr/fr/insight-de-battre-le-coeur-de-mars-commence


 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 5 heures, Alain MOREAU a dit :

Eût-il été trop cher de déposer 3 modules sensiblement équidistants à la surface de la planète, puis de parachuter, une fois tout mis en place et testé, une petite bombinette savamment dosée pour faire la nique à Musk en profitant du prétexte sismique pour commencer discrètement la terraformation ?

 

Oui, trop cher :|..

En tout cas ça l'a été pour le CNES qui devait chapeauter la mission européenne NetLander prévoyant le lancement vers la planète Mars, fin 2007 ou 2009, de quatre petits atterrisseurs identiques devant constituer sur le sol formant un réseau de stations fixes dédiés en particulier à l'étude de la météo martienne, et de la structure interne de la planète (sismologie, géodésie) . Il n'était pas prévu de "bombinette" -_- s'pèce de sauvage.. Et donc pour des raisons budgétaires le projet a été abandonné. 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/NetLander

 

https://www.nirgal.net/netlander.html

Edited by vaufrègesI3
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

N'oublions pas aussi notre top taupe germanique aux performances discutables.

Petite séquence des effets du dernier test de martelage sur la structure de surface :

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourtant, sont forts en génie civil nos cousins germains, depuis qu'ils y ont recyclé leur génie militaire :)

(pas tant que le génie Musk convenons-en, à qui ce ne serait jamais arrivé : il t'aurait enfoncé ça d'un coup d'un seul de marteau atomique !)

il y a 20 minutes, vaufrègesI3 a dit :

Il n'était pas prévu de "bombinette" -_- s'pèce de sauvage

Stupide : Mars est déjà mortellement irradiée de toute façon, on peut bien en rajouter une dose pour les besoins de la science !

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, Alain MOREAU a dit :

on peut bien en rajouter une dose pour les besoins de la science !

 

C'est clair qu'une bombe ça provoque plus efficacement l'effet de la translation.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

8'zi, je viens de lite attentivement tes liens : les roches martiennes aussi sont soumises aux variations circadiennes de température (sources de gélifraction sur Terre, de craquements parfois spectaculaires de roches ou de glaciers comme on en entend en montagne, et donc sûrement aussi sur Mars ; comment ce bruit-là est-il filtré ? Sur la fréquence uniquement ? Quid des éboulements et glissements de terrains observés par les orbiteurs - MRO en tête ?

J'ai bien peur que cette planète "morte" ne soit encore bien vivante, du point de vue vibratoire, même sans la rumeur incessante des vagues...

Comment fait-on pour trier tout ce bordel, en l'absence de références martiennes déjà existantes ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now