jackbauer 2

INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

Recommended Posts

 

InSight, c'est un peu le clone de Phoenix 10 ans plus tard, mais avec des objectifs très différents.

On retrouve toutefois les mêmes problématiques pour l'atterrissage, et le site devrait ressembler aussi à une immense plaine, loin des reliefs que peuvent offrir au regard le cratère Gale ou le cratère Endeavour. Mais la mission d'Insight n'est pas de fournir les images pour le dépliant publicitaire destiné aux futurs centaines de passagers en goguette dans la pimpante BFR siglée "Space X" voguant vers le "Las Vegas martien" -_- promis à l'humanité..

 

Comment la NASA saura-t-elle pour le "touchdown" d'InSight ?

 

Source :   https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=7281

 

 

Quel est le son d'un touchdown sur Mars ?

Si vous êtes au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, cela ressemble à gagner le Super Bowl: acclamations, rires et beaucoup de cris.
Mais dans les minutes qui ont précédé cela, l’équipe InSight de la NASA surveillera les signaux radio de l’atterrisseur Mars à l’aide de divers engins spatiaux - et même de radiotélescopes ici sur Terre - afin de déterminer ce qui se passe à 146 millions de kilomètres.
Comme ces signaux sont captés par plusieurs engins spatiaux, ils sont relayés vers la Terre de différentes manières et à des moments différents. Cela signifie que l'équipe de mission peut savoir immédiatement quand InSight touche le sol ou attendre jusqu'à plusieurs heures.

 

Voici comment la NASA sera à l’écoute du prochain atterrissage de Mars, le 26 novembre :

 

Radiotélescopes
Au fur et à mesure que l'atterrisseur InSight descend dans l'atmosphère de Mars, il émettra de simples signaux radio appelés "tons" sur Terre. Les ingénieurs se connecteront à deux endroits: l'observatoire Green Bank de la National Science Foundation à Green Bank, en Virginie occidentale, et les installations de l'Institut Max Planck pour Radio Astronomy à Effelsberg, en Allemagne. Leurs résultats seront communiqués à Mission Control chez JPL et aux ingénieurs chez Lockheed Martin Space à Denver.
Ces tons ne révèlent pas beaucoup d'informations, mais les ingénieurs radio peuvent les interpréter pour suivre les événements clés lors de l'entrée, de la descente et de l'atterrissage (EDL) d'InSight. Par exemple, lorsque InSight déploie son parachute, un changement de vitesse modifie la fréquence du signal. Cela est dû à ce que l’on appelle l’effet Doppler, qui est identique à ce qui se produit lorsque vous entendez un changement de hauteur de la sirène lors du passage d’une ambulance. La recherche de tels signaux permettra à l'équipe de savoir comment progresse l'EDL d'InSight.

 

Mars Cube One (MarCO)
Deux vaisseaux spatiaux de la taille d'une mallette volent derrière InSight et tenteront de relayer ses signaux vers la Terre. Appartenant à une classe de vaisseaux spatiaux appelée CubeSats, les MarCO sont en train d’être testés afin de permettre aux missions futures d’envoyer des données à la maison pendant l’EDL.
Les MarCO sont une technologie expérimentale. Mais s’ils travaillent comme ils le devraient, ils transmettront toute l’histoire de l'EDL au fur et à mesure de son déroulement. Cela pourrait inclure une image d'InSight de la surface martienne juste après l'atterrissage.

 

InSight
Après le toucher, InSight va essentiellement crier: "Je l'ai fait!" Sept minutes plus tard, le vaisseau spatial le répète - mais un peu plus fort et plus clair.
La première fois, il communiquera avec une balise que les radiotélescopes tenteront de détecter. La deuxième fois, il émettra un "bip" de sa plus puissante antenne en bande X, qui devrait maintenant être dirigée vers la Terre. Ce bip contient un peu plus d’informations et n’est entendu que si la sonde est en bon état de fonctionnement. Si le Deep Space Network de la NASA capte ce bip, c'est un bon signe qu'InSight a survécu à l'atterrissage. Les ingénieurs devront attendre en début de soirée pour savoir si l’atterrisseur a déployé ses panneaux solaires avec succès.
 

Mars Reconnaissance Orbiter (MRO)
Outre les MarCO CubeSats, le MRO de la NASA s’élèvera au-dessus de Mars, enregistrant les données d’InSight au cours de la descente.
MRO conservera les données qu’il enregistre pendant l’EDL, car elles disparaissent à l’horizon martien. Lorsqu'il reviendra de l'autre côté, les ingénieurs pourront étudier ces données. À 15 heures PST (18h00 HNE), ils devraient pouvoir reconstituer l’enregistrement du débarquement par les MRO.
L'enregistrement de MRO est similaire à la boîte noire d'un avion, ce qui signifie qu'il pourrait également s'avérer important si InSight ne réussissait pas à atterrir.

 

Mars Odyssey 2001
Le vaisseau spatial de la NASA ayant la plus longue durée de vie sur Mars transmettra également des données après le lancement d'InSight. Odyssey retracera toute l'histoire de la descente d'InSight sur Mars, ainsi que quelques images. Il transmettra également la confirmation que les panneaux solaires d'InSight, qui sont essentiels à la survie de l'engin spatial, sont pleinement déployés. Les ingénieurs auront ces données juste avant 17h30. PST (20h30 HNE).
Odyssey servira également de relais de données pour InSight lors d'opérations au sol, aux côtés de MRO, de la mission Mars Atmosphere and Volatile Evolution (MAVEN) de la NASA et de Trace Gas Orbiter de l'Agence spatiale européenne.

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Bonsoir,


Au cours de la mission InSight de la NASA  , le package flux de chaleur et propriétés physiques (HP 3), dit Mole, qui a été développé et construit par le Centre aérospatial allemand (Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt DLR), aura pour objectif de pénétrer jusqu’à cinq mètres de profondeur le sol martien afin d'en mesurer la température et la conductivité thermique. Ce sera le trou le plus profond jamais creusé dans un autre corps céleste. 
Ces données de l'intérieur martien nous aideront à mieux comprendre la formation et l'évolution des corps semblables à la Terre. L'atterrissage de la sonde devrait avoir lieu le 26 novembre 2018 à 20h53 HEC dans la plaine d'Elysium Planitia, un peu au nord de l'équateur martien. À l'approche de ce moment, l'excitation monte pour connaître exactement l'endroit où la sonde se posera dans l'ellipse d'atterrissage et savoir si ce site sera parfaitement approprié pour réaliser ces expériences historiques sur Mars 


Jusqu'à présent, les mesures de flux de chaleur n'ont été effectuées que sur la Lune.


"Les contrôles effectués pendant la phase de croisière n'ont révélé aucune anomalie. Nous attendons maintenant avec impatience l'atterrissage dans quelques jours." a déclaré Tilman Spohn, chercheur principal de l' expérience HP3 , au DLR de Berlin.


Le déploiement de l' expérience HP3 est planifié pour le début de janvier 2019. À ce stade, le pénétromètre s'enfoncera progressivement jusqu'à une profondeur de cinq mètres par étapes de 50 centimètres, en trois phases chacune, qui seront régulièrement interrompues par des mesures et des vérifications. L'instrument utilisera un mécanisme de marteau électrique entièrement automatique et tirera une longe munie de capteurs de mesure dans le sol martien. "Comme nous ne savons pas quelles surprises, des roches dures, par exemple, peuvent être présentes dans le sous-sol , nous procéderons avec beaucoup de prudence et prévoyons d'atteindre la profondeur maximum en plusieurs semaines, en mars 2019 probablement", ajoute Spohn. L’expérience HP3 impliquera aussi un radiomètre infrarouge, qui sera activé peu de temps après l’atterrissage et mesurera le rayonnement thermique de surface donnant la température de Mars à partir de la plateforme de l’atterrisseur. Ensemble, ces données permettront de tirer des conclusions sur le flux de chaleur planétaire.


Résumé traduit du lien suivant :


https://www.dlr.de/dlr/en/desktopdefault.aspx/tabid-10212/332_read-30881/#/gallery/32737


Lien vers la page du DLR concerant spécialement cet instrument :


https://www.dlr.de/dlr/en/desktopdefault.aspx/tabid-11038/1865_read-27097/

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 22 heures, Huitzilopochtli a dit :

le pénétromètre s'enfoncera progressivement jusqu'à une profondeur de cinq mètres par étapes de 50 centimètres, en trois phases chacune, qui seront régulièrement interrompues par des mesures et des vérifications. L'instrument utilisera un mécanisme de marteau électrique entièrement automatique et tirera une longe munie de capteurs de mesure dans le sol martien. "Comme nous ne savons pas quelles surprises, des roches dures, par exemple, peuvent être présentes dans le sous-sol , nous procéderons avec beaucoup de prudence et prévoyons d'atteindre la profondeur maximum en plusieurs semaines, en mars 2019 probablement",

 

 

Punaise… 5 mètres !.. Chapeau bas déjà pour l'audace.. J'imagine qu'ils ont testé toutes sortes de terrains probables, c'est un objectif qui parait ambitieux.

Ce qui est rassurant c'est que la profondeur atteinte pourra être quelque peu inférieure sans tout compromettre - je cite le lien sur le DLR de Huitzy' :

 

Pour une profondeur de pénétration de seulement trois mètres, la mesure devrait être effectuée pendant une année martienne complète (environ 24 mois terrestres), en enregistrant un cycle annuel complet. Dans ces circonstances et en partant du principe que les différences de température entre les capteurs peuvent être mesurées avec une précision de 0,5%, les différences de profondeur peuvent être déterminées à 1% et la marge d'erreur pour la mesure de la conductivité thermique est de 2,5%. moins de ± 2 milliwatts par mètre carré. En fait, en supposant que les erreurs de mesure soient distribuées de manière aléatoire, cette précision équivaudrait à un écart-type.

La profondeur atteinte sera déterminée en mesurant la quantité de câble de mesure de la température qui a été enroulée et l’inclinaison de la taupe est enregistrée de manière continue.

 

Le pénétromètre est un bijou technologique :

 

Mole_querschnitt_600.jpg.c3cf68756d573b8d655cf6bd376ee567.jpg

 

Vue en coupe du pénétromètre de Mole. Le moteur électrique situé au centre de la sonde (bleu) utilise un mécanisme rotatif (vert et marron) pour tendre le ressort principal près de la pointe (gris), auquel le marteau (violet) est fixé. Après une rotation, le ressort est relâché et le marteau accélère vers l’avant, où il heurte l’intérieur de la pointe qui agit comme une enclume. Dans le même temps, le moteur est accéléré en arrière. Ce mouvement est absorbé par un ressort (au-dessus du moteur électrique) et de nouveau dirigé vers l'avant, entraînant un second coup plus faible. Les masses et les ressorts sont conçus de telle sorte que la sonde se comporte comme une «diode» mécanique. Il pénètre dans le sol lorsque le frottement des murs absorbe le recul. Un inclinomètre et la connexion avec le câble de mesure de la température sont situés dans la partie supérieure de la sonde. Les deux sont protégés des contraintes mécaniques par des ressorts d'amortissement spécialement conçus.

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui, ça on attend avec impatience… Une nouvelle carte postale de Mars, ça va être fantastique… Quoique plat, si j'ai bien compris… 

 

Insight doit prendre un panorama, je crois, trop hâte. 

 

Ce sera le huitième paysage martien découvert par nos envoyés spéciaux, tous américains, soit dit en passant...

 

Après Viking 1, Viking 2, Mars Pathfinder, Spirit, Opportunity, Phoenix et Curiosity...

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, Superfulgur a dit :

Ce sera le huitième paysage martien découvert par nos envoyés spéciaux, tous américains, soit dit en passant...

 

Soyons exhaustif et ne faisons pas preuve de cet anti-communisme primaire !

Tu omets, sans doute volontairement, les extraordinaires images de Sirenum Fossae transmises en 1971 par l'atterrisseur soviétique Mars 3. :P


http://www.svengrahn.pp.se/histind/Mars3/Mars3.html

 

 

http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/11/19/01008-20181119ARTFIG00154-la-mission-franco-americaine-insight-doit-atterrir-sur-mars-dans-une-semaine.php

 

Live proposée par le CNES et sur NASA TV
 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 52 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Tu omets, sans doute volontairement, les extraordinaires images de Sirenum Fossae

 

Pas du tout : je connaissais pas cette "image", tu as raison, mais du coup, oui, à partir de désormais jusqu'à dorénavant, je continuerai à omettre cette "image", historique, certes, mais tellement pouritissime compared au miracle Viking ensuite que, oui, mais nan, pour moi, la "conquête" de Mars est américaine, jusqu'à 2020, au moins… ^_^

 

(Autant des gonzes parlant comme Donald Duck et passant leur temps à appeler "Roger" en faisant les guignols sur la Lune, ça m'a jamais rien fait, autant les images de Viking m'ont marqué à vie…)

 

 

  • Like 3
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Superfulgur a dit :

Ah oui, ça on attend avec impatience… Une nouvelle carte postale de Mars, ça va être fantastique… Quoique plat, si j'ai bien compris… 

 

Cette carte postale aura déjà une importance majeure pour ce qui est du déploiement du sismomètre par le bras robotique d'InSight dans l'espace de travail. Cela à déjà été expliqué dans les liens fournis par jack / Daniel (A vos santés).

 

Oui, tu as parfaitement compris. Nous avons tout intérêt à trouver, au moins au pied du lander, un terrain plat et peu caillouteux, pour pouvoir y poser SEIS dans de bonnes conditions.

 

Interview de Philippe Laudet (Chef de projet de SEIS) par Olivier Sanguy, nous fournissant un planning précis des opérations liées à cet instrument :

 

 


 

 

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Superfulgur a dit :

Autant des gonzes parlant comme Donald Duck et passant leur temps à appeler "Roger" en faisant les guignols sur la Lune, ça m'a jamais rien fait, autant les images de Viking m'ont marqué à vie…)

 

 

Je te rejoins pour la magie Vicking pour des gars comme nous nourris du miel enivrant des "Chroniques martiennes "

 

Même si après cette atterrissage d'anthologie dont quasiment plus personne dans le grand public  ne se souvient , une certaine idée de Mars est morte à jamais, comme cette planète. ..

 

Pour Apollo 11 , je suis aux antipodes de ton sentiment que je respecte, même si ta caricature n'emprunte pas ce même chemin ;).Tu es passé à côté, tant pis pour toi! nous n'avons pas, sur ce point, les mêmes valeurs..-_- ;)

 

Tiens, tu vois moi aussi je suis un peu comme toi, "tordu"...

Deux image de mon cru, un peu "syncrétiques" de ces deux événements (" premier pas"Normandie 2008 et "panorama martien Monument Valley 2018)

C'était plus fort que moi!9_9

 

Amitiés 

 

 

 

 

Normandie 1 (3).jpg

Mars panorama.PNG

Edited by hamilton
message modifié avant la réaction de Super pour une tonalité plus "amicale "
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, hamilton a dit :

Même si après cette sonde , une certaine idée de Mars est morte à jamais, comme cette planète. ..

 

Eh oui… Il faut lire Flammarion et Antoniadi pour comprendre ça… A l'époque, Mars, c'était des mondes potentiels infinis ou presque, peuplés de à peu près tout ce qu'on voulait… Antoniadi… Qui trouvait ridicule l'idée que des gorgnols creusent des canaux sur Mars, tout en dissertant à longueur de pages sur "l'évidente" flore martienne, changeante au fil des saisons… 

    

En 1976/77, je me souviens qu'il a fallu attendre des mois pour que quelque chose bouge sur Mars au pied des Viking : une "dune" de 10 centimètres au pied d'un caillou s'était "effondrée", tout le monde tombait dans les pommes d'émotion, de voir ça… C'était bien… :)

 

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon ordinateur est HS en ce moment... :(

je suis contraint de me contenter de quelques mots avec mon smart phone ! :/

je compte sur Huitzy et les autres pour suivre le dossier 

je poste quand même cette photo que j avais prise lors de la conférence de Philippe Lognonne lors des dernières RCE :

 

 

image.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, vaufrègesI3 a dit :

Je ne crois pas que le site du sismomètre français SEIS ait été mentionné ici. Il est particulièrement bien documenté

 

Bonsoir Daniel,

 

Merci pour ce lien qui recoupe la grande majorité des infos disponibles. :)

 

A titre personnel, j'introduis une petite nuance sémantique en disant que nous ne connaissons pas encore le site d'atterrissage inSight. 

 

Celui-ci devra normalement se trouver dans son ellipse d'incertitude (130 X 27 km) qui a été imagé à une très bonne définition par la HiRise de MRO. Si ces images nous donne un excellent  %  de réussite de l'atterrissage, au moins pour ce qui est du paramètre lié à la topographie régionale, il n'en reste pas moins que localement nous pourrions être confronté à un cadre moins propice à l'installation du sismomètre....

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, jackbauer 2 a dit :

Mon ordinateur est HS en ce moment..

 

Salut Jack',

 

Je m'étonnais aussi un peu de ton silence à l'approche de cet événement.

On va faire de notre mieux.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Superfulgur a dit :

En 1976/77, je me souviens qu'il a fallu attendre des mois pour que quelque chose bouge sur Mars au pied des Viking : une "dune" de 10 centimètres au pied d'un caillou s'était "effondrée", tout le monde tombait dans les pommes d'émotion, de voir ça… C'était bien… :)

 

 

20 juillet 1976 - Viking 1- Première image à la surface de Mars, magique, une sorte d'image fondatrice pour moi  ! :

 

 

5bfaf7c9132e3_Mars_Viking_20juill76.png.df76f245bb5d2de518019193e871ca92.png

 

 

03 mars 2018 - Curiosity - Plus de 40 ans après, pour moi, toujours la même fascination !!!  :):P:

 

5bfaf8b766c92_1981THAppere.thumb.jpg.a343700c5449e6ed6a13b510e37da129.jpg

 

 

 

il y a 3 minutes, Huitzilopochtli a dit :

il n'en reste pas moins que localement nous pourrions être confronté à un cadre moins propice à l'installation du sismomètre....

 

OK Huitzy', tout à fait d'accord, rien n'est acquit sur ce point en effet. Même si on s'est donné un maximum de chances te trouver un terrain favorable, à l'atterrissage, la précision des images HiRISE a ses limites, surtout dans une ellipse aussi grande. Un gros rocher, la dépression d'un petit cratère.. ou tout autre chose que l'on n'imagine pas forcément, et tout est foutu..

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Philippe Laudet (Chef de projet SEIS au CNES) le dit : "Après l'atterrissage, nous allons encore trembler "...

 

https://www.ladepeche.fr/article/2018/11/26/2913642-chef-projet-seis-cnes-mission-insight-apres-atterrissage-allons-encore.html

 

Ne tremblons pas trop fort ! SEIS est un instrument extrêmement sensible ! :)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now