jackbauer 2

Chang'E-4 : the dark side of the moon

Messages recommandés

La Chine poursuit son programme d’exploration lunaire. On se souvient qu’en décembre 2013 la mission Chang’E-3 avait débarqué sur la surface de notre satellite un petit rover (Yutu : lapin de jade)

Cette année va voir une mission plus ambitieuse encore, puisqu’il s’agira cette fois de déposer un rover sur la face cachée de la lune, une Première mondiale !

 

Le mission Chang’E-4 nécessite deux lancements, le premier devant s’effectuer demain lundi 21 mai :

1/

Un satellite relais dénommé Queqiao, qui sera lancé par une fusée Longue Marche 4C depuis la base de Xichang. D’une masse de 425 kg, il mettra 8 à 9 jours pour rejoindre le point L2 du système Terre-Lune, à 450.000 km de la Terre et 40.000 km de la surface de la lune. Cette position lui permettra de transmettre les données entre la Chine et le rover .

Mais sa mission ne s’arrête pas là puisqu’il embarque deux instrument scientifiques :

* NCLE (Netherlands Chinese Low-Frequency Explorer) conçu en partenariat avec les Pays-Bas : un instrument novateur en radio astronomie

https://www.astron.nl/dutch-radio-antenna-depart-moon-chinese-mission-0

« With the instrument, astronomers want to measure radio waves originating from the period directly after the Big Bang, when the first stars and galaxies were formed… »

* Laser-corner reflector mesurera la distance entre la Terre et Quiqiao

 

Ce n’est pas tout : comme pour InSight qui va vers Mars, Quiqiao sera accompagné de deux micro-satellites de 45 kg, Longjian-1 et 2

http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/2018/0519-change-4-relay-satellite.html

« These two microsatellites are planned to fly in a tandem 300-by-3000-kilometer orbit around the Moon and carry out ultra-long-wave astronomical interferometry as well as radio-related test measurements. One of the microsatellites will also carry a micro optical camera developed by Saudi Arabia »

 

2/

Le lander et le rover (identiques à la mission précédente Chang’E-3) seront lancés en fin d’année (probablement décembre). Le site choisi est celui du cratère Von Karman au pôle sud (bassin Aitken)

https://en.wikipedia.org/wiki/Chang'e_4

On a le temps d’en reparler…

 

Espérons que la mission soit un succès et que les chinois fassent pas mal de com (ils en avaient fait un peu pour Yutu).

En attendant en peut réécouter « The dark side of the moon » de Pink Floyd en admirant la superbe photo du couple Terre-Lune prise par Chang’E-5 T1 en 2014

 

N.B : Chang’E désigne la déesse de la Lune dans la mythologie chinoise

 

 

1.png

2.jpg

3.png

4.png

5.jpg

6.jpg

7.jpg

Modifié par jackbauer 2
  • J'aime 8

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
il y a 21 minutes, jackbauer 2 a dit :

* Laser-corner reflector mesurera la distance entre la Terre et Quiqiao

 

ce sera assez difficile comme mesure s'il n'y a qu'un seul coin de cube : les panneaux laissés par les missions Apollo sont constitués de nombreux cubes et ceux des Lunokhod n'ont jamais bien fonctionnés (un seul cube).

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La "face cachée" en vrai en grand, tant qu'à faire, pas de "mers" (ou presque), juste des cratères …..  :

 

 

Face cachée.jpg

 

 

 

Modifié par Motta
  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, jackbauer 2 a dit :

La Chine poursuit son programme d’exploration lunaire

 

Les "Chinois" vont-ils apporter quelque chose sur le plan scientifique avec leur rover ou c'est juste des essais technologiques ?

 

( A propose de jade, ils pourraient rendre ce qu'ils ont indument volé dans les musées de Chantilly et de Biarritz...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour mémoire, le bassin Aitken c'est une mer ancestrale gigantesque, complètement remodelée par le bombardement météoritique. 2500 km de diamètre, 13 km de profondeur. Un impact des origines de la Lune, annonçant le début du Grand Bombardement Tardif à l'origine des mers lunaires de la face visible. Et aussi des bassins Caloris sur Mercure et Hellas sur Mars. Grand Bombardement Tardif, prédit par le fameux modèle de Nice de formation du système solaire, d'une durée 50 à 150 millions d'années, centrée sur 3,9 milliards d'années, bien après la formation du couple Terre Lune. 

 

Aitken reste le plus grand bassin d'impact du système solaire. Qui reste non "échantillonné" à l'inverse des mers visibles explorées sur leur pourtour par les vols Apollo et les sondes Luna (16,20 et 24). Et à la composition chimique atypique d'après les mesures faites depuis l'orbite. Un terrain de chasse intéressant qui mériterait bien ultérieurement un retour d’échantillons. Peut être que Chang'E en est le prélude.

 

Je ne sais pas ce qu'en pensent les spécialistes, mais coton comme orbite pour l’atterrissage... On est loin du plan équatorial. Mission tordue ¬¬

 

InkedAitken_Kagu_big_LI.jpg

 

Nous ont fait fantasmer les cirques Hypparque de Tintin, Tycho de "2001", puis Copernic de ce qui aurait dû être Apollo 18... Maintenant espérerons que Von Kàrmàn sera un aboutissement. La Lune a encore de quoi nous faire rêver. B|

Modifié par Bernard Augier
  • J'aime 6

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Traduction d’une partie d’un communiqué de presse néerlandais concernant l’instrument NCLE à bord de Queqiao :

 

http://www.astronomie.nl/#!/index/_detail/gli/dutch-radio-antenna-launched-chinese-base-position/

 

« …L'antenne radio a été développée et construite par une équipe de scientifiques et d'ingénieurs du Radboud Radio Lab de l'Université Radboud, de l'Institut néerlandais de radioastronomie de Dwingeloo (ASTRON) et de la société ISIS basée à Delft. C'est une expérience pionnière pour détecter les signaux radio faibles des âges obscurs de l'univers très jeune, quand l'univers était encore largement constitué d'hydrogène.

Observer de l’autre côté de la lune a l'avantage qu'une partie du rayonnement radio de l'univers qui ne passe pas à travers l'atmosphère terrestre peut encore être détectée. Ici, sur Terre, les astronomes peuvent recevoir presque toutes les ondes radio de l'univers, mais pas la partie en dessous de 10 à 30 Mhz qui est bloquée par l'atmosphère. Précisément dans ces fréquences, l'information sur l'univers primitif est cachée: la période immédiatement après le Big Bang, dans laquelle les premières étoiles et galaxies se sont formées. Lorsque le satellite sera arrivé au point L2 dans environ 2 mois, il attendra la mission de l'atterrisseur principal (début 2019). Ensuite, les trois antennes de cinq mètres de long seront déployées et le travail scientifique commencera… »

Modifié par jackbauer 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas facile de trouver des infos sur le déroulement de la mission (rien du côté officiel) mais certains passionnés se débrouillent :

https://gbtimes.com/queqiao-update-tracking-the-change-4-relay-satellite-on-its-way-to-the-moon

 

Demain 25 mai Quequiao va survoler la Lune avant de rejoindre sa zone de travail en L2 :

 

 

changE4-landing-trajectory-queqiao-orbit.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Merci pour l'info Jack Bauer, à propos de "Dark Side Of The Moon", vous pouvez écouter aussi le groupe Français AIR avec l'album "Moon Safari".

Voilà une autre façon de détecter l'après big bang..... sur la face cachée de la lune, c'est vrai que sur notre planète avec toutes ces nuisances qu'elle émet (radio, photon....)  il faut bien trouver la parade, en somme Sélène sert de "bouclier".

 

Bon ciel lunaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.air-cosmos.com/longjiang-1-ne-repond-plus-111407

 

Longjiang 1 ne répond plus

 

Lancés le 20 mai vers la Lune en compagnie du satellite-relais chinois Queqiao, les petits satellites d’astrophysique Longjiang 1 et 2 devaient se placer une semaine plus tard sur une orbite elliptique.

Longjiang 2 évoluerait depuis le 27 mai entre 350 et 13 800 km, mais son compagnon n’a visiblement pas pu modifier sa trajectoire après son injection sur orbite translunaire, et ses communications avec la Terre seraient interrompues.

La mission Queqiao continue.

Aucune annonce officielle n’a encore été faite, mais la communauté de radioamateur ne parvient effectivement pas à capturer le moindre signal.

Cette perte n’a aucun incident sur la mission Queqiao, qui continue son voyage vers le point de Lagrange L2 du système Terre-Lune, ni sur celle du rover Chang’e 4, qui doit être expédié vers la face cachée de la Lune à la fin de l’année.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://spacenews.com/change-4-relay-satellite-enters-halo-orbit-around-earth-moon-l2-microsatellite-in-lunar-orbit/

 

Un point sur le déroulement de la mission. Queqiao est parvenu à se placer comme prévu au point L2 du système Terre-Lune et va procéder à des tests de ses différents instruments.

 

Concernant les deux petits satellites de 47 kg Longjiang 1 et 2, la Chine annonce officiellement que le premier est perdu, le second est parvenu à se placer sur une orbite elliptique autour de la Lune.

Equipé d’une caméra (fabriquée par l’Arabie Saoudite), il a transmis des photos bien sympas :

(je ne sais pas si on peut trouver ces photos en meilleure définition)

 

 

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.jpg

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des sources bien informées évoquent un lancement du lander autour du 8 décembre prochain. Un visuel de la sonde a été rendu public (voir photo)

 

Concernant les deux petits satellites lancés en même temps que le satellite-relais Queqiao (Longjiang-1 et 2) le premier est hélas perdu ; Mais le second à permis à des amateurs de prendre une jolie photo de la Terre et de la face cachée de la Lune (photos du couple Terre-Lune et du satellite Longjiang-2 qui fait 45kg pour 50 cm de côté)

L'histoire de cette manip est racontée en détail sur Planetary.org

 

En voici la traduction :

 

http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/imaging-the-earth-from-lunar-orbit.html

 

Photographier la Terre depuis une orbite lunaire

Plus tôt cette semaine, le 10 octobre, des radioamateurs du monde entier ont travaillé de concert pour que la sonde chinoise Longjiang-2 prenne une image de la Terre et de la face cachée de la Lune. Les commandes radio ont été générées par MingChuan Wei en Chine et transmises à l'engin spatial par Reinhard Kuehn en Allemagne, après quoi elles ont été reçues par l'engin spatial en orbite lunaire. À son tour, l’engin spatial a transmis l’image à la Terre, où elle a été capturée par des radioamateurs en Allemagne, en Lettonie, en Amérique du Nord et aux Pays-Bas.

Depuis le mois de juin de cette année, le microsatellite chinois Longjiang-2 (également appelé DSLWP-B) tourne autour de la Lune. Le satellite vise à étudier les émissions radioélectriques des étoiles et des galaxies sur des ondes radioélectriques de très grande longueur d'onde (longueurs d'onde de 1 à 30 mètres). Ces ondes radioélectriques sont par ailleurs bloquées par l’atmosphère terrestre, tandis que l’environnement lunaire offre une protection contre les interférences radioélectriques terrestres et anthropiques. Longjiang-2 a été lancé sur la Lune avec un jumeau identique, Longjiang-1 (DSLWP-A), jouant ainsi le rôle d'interféromètre radio pour détecter et étudier les ondes radioélectriques de très grande longueur d'onde en volant en formation en orbite lunaire.

Outre les instruments scientifiques, les deux satellites Longjiang transportent un émetteur et un récepteur radio amateur VHF / UHF (un émetteur-récepteur) construit et exploité par l'Institut de technologie de Harbin (en chinois). L'émetteur-récepteur Longjiang-2 comprend également une caméra embarquée pour étudiants, surnommée Inory Eye. L’équipe de Harbin s’est appuyée sur l’expérience acquise avec les nanosatellites LilacSat-1 et LilacSat-2 en orbite terrestre, qui permettent aux radioamateurs de recevoir la télémétrie par satellite, de relayer des messages, de commander et de télécharger des images prises avec une caméra embarquée.

Bien que recevoir des signaux de satellites en orbite terrestre basse ne nécessite que des antennes relativement simples, il est beaucoup plus difficile de le faire pour les satellites en orbite autour de la Lune (mille fois plus éloignés). À cette fin, les Longjiang-1 et 2 transmettent des signaux dans deux modes à faible débit de données et résistant aux erreurs; l'un utilisant la modulation numérique (GMSK) à 250 bits par seconde, tandis que l'autre mode (JT4G) bascule entre quatre fréquences étroitement espacées pour envoyer 4,375 symboles par seconde. Ce dernier mode, mis au point par l'astrophysicien Joe Taylor, lauréat d'un prix Nobel, est conçu pour que les radioamateurs puissent relayer des messages à très faible intensité de signal, généralement lorsqu'ils sont renvoyés à la surface de la Lune.

Lors du voyage sur la Lune dans les jours qui ont suivi le lancement de Longjiang-1 et 2 le 20 mai 2018, les radioamateurs ont pu recevoir la télémétrie GMSK des deux satellites, car ils étaient toujours proches de la Terre. En raison d’un dysfonctionnement de la logique de commande du propulseur requis pour permettre à l’engin spatial de corriger sa route, le contact avec Longjiang-1 a été perdu le 21 mai. Heureusement, Longjiang-2 est arrivé sur une orbite elliptique de 357 km sur 13704 km autour de la Lune.

Depuis lors, de nombreux radioamateurs ont pu recevoir des émissions de Longjiang-2. Généralement, l'émetteur-récepteur est mis sous tension pour des sessions de 2 heures à la fois, durant lesquelles la télémétrie GMSK est transmise en rafales de 16 secondes toutes les 5 minutes. Après quelques sessions de test début juin, le mode JT4G a été activé, avec des transmissions de 50 secondes toutes les 10 minutes.

Un logiciel open source spécialisé écrit par MingChuan Wei et l'équipe de Harbin permet aux radioamateurs de décoder la télémétrie ainsi que les données d'images et de les télécharger sur le site Web de Harbin.

Le mode JT4G a permis aux radioamateurs équipés de petites antennes yagi de détecter les signaux provenant de Longjiang-2 (à l’aide d’un logiciel personnalisé écrit par Daniel Estévez).

Aux Pays-Bas, nous utilisons le radiotélescope Dwingeloo, une antenne parabolique de 25 m, pour recevoir les signaux UHF de Longjiang-2. En raison de la grande sensibilité du télescope, les signaux numériques GMSK et JT4G peuvent être facilement décodés. Le radio-télescope Dwingeloo est actuellement utilisé par les radioamateurs, mais a une longue histoire en tant que radio télescope. Il a été construit en 1956 et était le plus grand radiotélescope du moment. Le télescope a une longue histoire de découvertes, en particulier des galaxies Dwingeloo 1 et 2. Scientifiquement obsolète dans les années 1990, il a été repris par la fondation CAMRAS en 2007. Le télescope a été déclaré monument national et a été entièrement restauré en 2012. Le radiotélescope Dwingeloo est maintenant entretenu et utilisé par des volontaires à diverses fins, notamment pour les applications de diffusion, de radioastronomie, d’art et de radio amateur. Quelques exemples de ce dernier, dont beaucoup sont dirigés par Jan van Muijlwijk PA3FXB: le télescope a aidé à sauver plusieurs cubesats (BEESAT-3, e-st @ r II, Triton-1, INSPIRE-2, UNSW-EC0) , et le télescope est l’une des plus grandes stations pour faire des expériences sur le Moonbounce. La combinaison de ces deux activités rend très bien la mission du DSLWP. En raison de l'orbite très large du satellite et du faisceau étroit de l'antenne de 25 mètres, des ajustements ont été nécessaires pour orienter l'antenne vers le satellite plutôt que vers la Lune. En fait, pendant la liaison descendante de l'image Terre-Lune, la séparation entre les deux était d'environ 2 degrés.

Étant donné que la caméra de l’élève est fixée au satellite, dont le panneau solaire reste orienté vers le soleil, une planification minutieuse était nécessaire pour prendre la photo. MingChuan Wei et Daniel Estévez ont prédit que pendant les premières semaines d'octobre, l'orientation de l'orbite, de la Lune, du Soleil et de la Terre permettait à la caméra Longjiang-2 de prendre, pour la première fois, des images de la Terre.

Pour organiser la prise de vue, Reinhard Keuhn (DK5LA) a utilisé sa panoplie d'antennes yagi pour commander à Longjiang-2 de prendre une image et de la transmettre à la Terre. Les commandes envoyées par Reinhard ont été générées par MingChuan Wei de l'équipe de Harbin qui a construit les satellites Longjiang. Le télescope Dwingeloo, ainsi que Robert Mattaliano en Amérique du Nord, Mike Rupprecht en Allemagne et Imants Tukleris en Lettonie ont pu recevoir et décoder les paquets contenant des données d'image et les télécharger sur le portail de télémétrie de Harbin.

Les données d'image ont été transmises en utilisant le codage SSDV, conçu à l'origine par le radioamateur Philip Heron pour les transmissions de ballons. En raison du faible débit de données, le téléchargement d'une image de 640 x 480 pixels est lent et prend environ 20 minutes. Plus tôt dans la semaine, au cours de tentatives visant à prendre et à télécharger des images de la Terre et de la surface lunaire, la surface lunaire et la Terre étaient surexposées. Par conséquent, les commandes pour ajuster le temps d'exposition et prendre de nouvelles images ont été montées. Le matin du 9 octobre, il était prévu que l'orientation du satellite, Terre, Lune et Soleil serait optimale, et une photo était automatiquement prise lorsque l'émetteur-récepteur était mis sous tension par l'ordinateur satellite. Le 10 octobre, alors que la Lune était visible d'Europe et que l'émetteur-récepteur était à nouveau actif, Reinhard envoya les commandes pour télécharger cette image. Alors que l'image était renvoyée sur Terre, beaucoup attendaient avec impatience que les lignes de l'image soient remplies pour voir si l'image contenait réellement la Terre. Vers 14 h 40, il était clair que nous avions la Terre bleue dans l’image, ce qui a provoqué une avalanche d’activités sur Twitter par de nombreux radioamateurs satisfaits! Certaines des lignes manquant, Wei a envoyé à Reinhard les commandes lui permettant de retransmettre l’image, de la télécharger à nouveau et de remplir les parties manquantes.

L'image résultante, après quelques légères corrections de couleur, montre le côté éloigné de la Lune, plusieurs cratères en avant étant facilement identifiables. Le disque de la Terre entièrement illuminé montre des océans bleus, des nuages, ainsi que des masses continentales qui, en fonction du moment où l’image a été prise, sont très probablement l’Afrique et l’Australie.

Le téléchargement de cette image depuis Longjiang-2 a sans aucun doute été le point culminant de ce projet jusqu'à présent et une belle récompense pour avoir passé une douzaine de séances d'observation dans le télescope Dwingeloo, parfois au milieu de la nuit, tout en communiquant par courrier électronique et par Twitter avec des radioamateurs répartis dans le monde entier pour combiner leurs efforts et partager les résultats. Daniel Estevez suit régulièrement les articles de blog sur la mission. Puisque Longjiang-2 est toujours aussi fort, qui sait ce que l'avenir apportera.

 

 

lander-rover-config-Aug2018-CASC-7.png

20181012_marble.jpg

Capture.JPG

  • J'aime 2
  • Merci 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Evidemment on peut trouver que l'image n'est pas ceci ou est trop cela mais moi je la trouve émouvante. Parceque c'est une belle histoire, qu'elle vient de vraiment loin et qu'elle ressemble a des images d'un autre temps. C'est l'Afrique qu'on zyeute sur la droite? T'es sur?

 

Accessoirement le concept de la caméra fabriqué en Arabie Saoudite laisse un peu songeur par les temps qui courent mais bon, c'est mon mauvais esprit.

Sans doute.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'insertion est prévue pour le 11 décembre et l'alunissage pour le 3 janvier

 

Courte vidéo sur le Rover :

 

 

  • J'aime 3
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

NH le 1e janvier et Chang e-4 le 2  : 2019 commence en fanfare !!!

:)

Modifié par jackbauer 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant