jackbauer 2

Hayabusa 2 à l'assaut de Ryugu

Recommended Posts

il y a 45 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Jack', qu'es-ce que tu glandouilles ?

 

Bin je voulais te laisser quelque chose à poster mais t'en es réduit à mettre une photo de 67P pfffff.....

 

Bon, voila la localisation de MASCOT :

 

 

Fig4a.jpg

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Merci Jack, sorry pour le repeat mais c'est parce qu'on vit chaque évènement avec l'engin.

2km/s, la vache ils ont pas molli les ingé! la taille du cratère personne ne peut dire vraiment sans connaitre la structure profonde de Ryugu mais ca va quand meme cartonner (j'ai pas tout lu mais c'est une fusée qui propulse le disque je suppose, sinon j'imagine pas le recul).

A la grosse, et en risquant les lazzi les plus féroces sans rien gagner pour autant, je dirai 20 metres max sur la base de ce que je comprends de la composition vraiment rocky de la cible. Les éjectats ne risquent pas d'être satellisés.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

hum hum hum...

J'ai fait une petite recherche au sujet de ce cratère d'impact. Je ne sais plus où j'ai relevé de chiffre de 200 m... Soit c'est moi qui ai mal lu soit l'info était fausse : plutôt que lire m ce devait être... cm ! xD

Sur ce docu il est fait mention de 4 m ; Evidemment ils ne peuvent pas prévoir précisément quelle taille aura ce cratère mais comme Bob l'a relevé ça ne sera pas des centaines de m !

Du coup je suis un peu dépité, ça ne sera pas aussi spectaculaire qu'espéré.

 

 

rectif.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le principe du panzerfaust, effectivement ca ira vite mais ce sera petit en diametre mais profond. Cratere 1 m max.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,


Si vous vous souvenez bien des infos issues de la conférence de presse qu'avait organisé la JAXA le 23 août, il avait été annoncé que deux répétitions de "touch down" seraient exécutées courant octobre et qu'une opération de prélèvement devrait avoir lieu fin octobre, début novembre. Si les deux répétitions sont toujours programmées dans les jours qui viennent, il semble que la JAXA ait déjà renoncé a effectué le prélèvement prévu pour le reporter au début de l'année prochaine.


La raison de ce changement de programme découle du fait que les sites envisagés pour le prélèvement sont couverts de rochers dont les tailles peuvent souvent dépasser 50 cm de hauteur. Dans ces conditions, la sonde serait dans l'incapacité de se poser à la surface en toute sécurité.

Le responsable de mission Y. Tsuda a donc annoncé le report du premier prélèvement d'échantillon pour réexaminer les données disponibles, éventuellement d'en recueillir de nouvelles, afin de s'assurer que l'opération soit un succès et que les risques encourus soient minimisés au maximum.


http://www.spacedaily.com/reports/Japan_delays_touchdown_of_Hayabusa2_probe_on_asteroid_official_999.html   

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

:D

 

Traduction de passages importants de la conférence de presse d'hier par mcmcmc (UMSF) :


Une première répétition de touch down les 14 et 15 octobre (TD1-R1-A)


Une seconde répétition de TD les 24 et 25 octobre (TD1-R3)


Premier atterrissage pour prélèvement pas avant janvier 2019. 


Les observations des sites L08, L07 et M04 ont révélé qu'ils étaient densément couverts de rochers d'une hauteur supérieur à 50 cm. L'analyse démontre que leur distribution rend un atterrissage dangereux dans ces zones.


Les images des rovers MINERVA et de MASCOT confirment que la surface de Ryugu est couvertes de cailloux et de roches avec une absence flagrante de régolithe. 
 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Huitzilopochtli a dit :

Article sur le site du DLR retraçant la mission de MASCOT à la surface de Ryugu :

 

https://www.dlr.de/dlr/presse/en/desktopdefault.aspx/tabid-10172/213_read-30235/year-all/#/gallery/32338

 

Traduction automatique & photos :

 

Nombreux rochers, nombreux cailloux, pas de poussière : le parcours en zigzag de MASCOT sur l'astéroïde Ryugu

 

Six minutes de chute libre, un léger impact sur l'astéroïde puis 11 minutes de rebondissement jusqu'à son arrêt complet. C’est ainsi qu’au petit matin du 3 octobre 2018, le voyage de l’atterrisseur MASCOT a commencé sur l’astéroïde Ryugu - un pays plein d’émerveillement, de mystère et de défis. Environ 17 heures d'exploration scientifique ont suivi cette première "balade" sur l'astéroïde de près de 900 mètres de diamètre. L'atterrisseur était commandé et contrôlé depuis le centre de contrôle MASCOT du centre allemand de l'aérospatiale (Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt; DLR) à Cologne en présence d'équipes scientifiques originaires d'Allemagne, de France et du Japon. MASCOT a dépassé toutes les attentes et a effectué ses quatre expériences à plusieurs endroits sur l'astéroïde. Jamais auparavant dans l'histoire des vols spatiaux, un corps de système solaire n'avait été exploré de cette manière. Il est maintenant possible de suivre avec précision le trajet de MASCOT sur la surface de Ryugu sur la base des données d’image de la sonde spatiale japonaise Hayabusa2 et des images et données de l’atterrisseur.

"Ce succès a été possible grâce à une technologie robotique de pointe, à une planification à long terme et à une coopération internationale intensive entre scientifiques et ingénieurs des trois pays de l'espace, le Japon, la France et l'Allemagne", a déclaré Hansjörg Dittus, membre du conseil d'administration de la DLR. pour Space Research and Technology à propos de cette étape importante dans l’exploration du système solaire. "Nous sommes fiers de la manière dont MASCOT a pu maîtriser son chemin à travers l'astéroïde Ryugu sur des rochers et des cailloux et

envoyer tant de données sur sa composition sur Terre", a déclaré Pascale Ehrenfreund, présidente de la DLR.

MASCOT n'avait pas de système de propulsion et a atterri en chute libre. Six minutes après s'être séparé de Hayabusa2 et après la fin d'une trajectoire balistique, le module d'atterrissage a établi son premier contact avec l'astéroïde Ryugu. En surface, MASCOT est passé à l’activation d’un bras oscillant en tungstène accéléré et ralenti par un moteur. Cela a permis à MASCOT d'être repositionné sur le côté «correct» ou même d'effectuer des sauts sur la surface de l'astéroïde. L'attraction gravitationnelle de Ryugu ne représente qu'un 66 500e de celle de la Terre. Le peu de dynamisme fourni était donc suffisant: une innovation technologique pour une forme inhabituelle de mobilité sur une surface d'astéroïde utilisée pour la première fois dans l'histoire du voyage dans l'espace. Mission Hayabusa2.

À travers un jardin rocheux plein de cailloux rugueux et pas de surfaces plates

Pour reconstituer le trajet de MASCOT sur la surface de Ryugu, les caméras embarquées à bord de la sonde mère Hayabusa2 visaient l'astéroïde. Les caméras de navigation optiques (ONC) ont capturé la chute libre de l'atterrisseur en plusieurs images, ont détecté son ombre au sol pendant la phase de vol et ont finalement identifié MASCOT directement à la surface dans plusieurs images. Le motif des innombrables rochers répartis à la surface pouvait également être vu dans la direction de l'horizon respectif sur des photographies obliques de la caméra DLR MASCAM de l'atterrisseur. La combinaison de ces informations a débloqué le chemin unique tracé par l'atterrisseur.

Après le premier impact, MASCOT a rebondi en douceur sur un gros bloc, a touché le sol environ huit fois, puis s'est retrouvé dans une position de repos défavorable aux mesures. Après avoir commandé et exécuté une manœuvre de correction spécialement préparée, MASCOT s'arrêta une seconde fois. L'emplacement exact de cette deuxième position est encore en cours de détermination. Là-bas, l’atterrisseur a effectué des mesures détaillées pendant un astéroïde jour et nuit. Cela a été suivi d’un petit «mini-mouvement» destiné à fournir au spectromètre MicrOmega des conditions encore meilleures pour la mesure de la composition du matériau de l’astéroïde.

Finalement, MASCOT a été mis en mouvement une dernière fois pour un plus grand saut. Au dernier endroit, il effectua quelques mesures supplémentaires avant le début de la troisième nuit sur l'astéroïde et le contact avec Hayabusa2 fut perdu car le vaisseau spatial était sorti de la ligne de mire. Le dernier signal de MASCOT a atteint la sonde mère à 21h04 CEST. La mission était terminée. "Nous attendions moins de 16 heures d'autonomie à cause de la nuit froide", explique Tra-Mi Ho, responsable du projet MASCOT, de l'Institut des systèmes spatiaux du DLR. "Après tout, nous avons pu utiliser MASCOT pendant plus d'une heure supplémentaire. Jusqu'au début de l'ombre radio, ce fut un grand succès. "Pendant la mission, l'équipe a baptisé le site d'atterrissage de MASCOT (MA-9)" Alice's Wonderland ", d'après le livre éponyme de Lewis Carroll (1832-1898).

Un vrai pays des merveilles

Après avoir reconstitué les événements survenus sur l'astéroïde Ryugu, les scientifiques sont maintenant en train d'analyser les premiers résultats à partir des données et images acquises. "Ce que nous avons vu de loin nous donnait déjà une idée de ce à quoi il pourrait ressembler en surface", rapporte Ralf Jaumann de l'Institut de recherche planétaire DLR et directeur scientifique de la mission MASCOT. "En fait, il est encore plus fou en surface que prévu. Tout est recouvert de blocs rugueux et jonché de blocs. Comme ces blocs sont compacts et de quoi ils sont composés, nous ne le savons toujours pas. Mais le plus étonnant était que de grandes accumulations de matériaux fins sont introuvables - et nous ne nous attendions pas à cela. Nous devons étudier cela dans les prochaines semaines, car le vieillissement cosmique aurait en réalité dû produire des matériaux fins ", poursuit Jaumann.

"MASCOT a livré exactement ce à quoi nous nous attendions: une" extension "de la sonde spatiale à la surface de Ryugu et des mesures directes sur site", a déclaré Tra-Mi Ho. Il existe maintenant des mesures sur tout le spectre, des courbes de lumière du télescope depuis la Terre jusqu'à la télédétection avec Hayabusa2 jusqu'aux découvertes microscopiques de MASCOT. "Ce sera d'une importance capitale pour la caractérisation de cette classe d'astéroïdes", souligne Jaumann.

Ryugu est un astéroïde de type C - un représentant riche en carbone des corps les plus anciens du système solaire, vieux de quatre milliards et demi d'années. Il s'agit d'un bloc constitutif «primordial» de la formation de la planète et de l'un des 17 000 astéroïdes connus proche de la Terre.

Sur Terre, il existe des météorites dont la composition pourrait ressembler à celle de Ryugu, que l'on trouve dans la chaîne de Murchison, en Australie. Cependant, Matthias Grott de l’Institut de Recherche Planétaire DLR et responsable de l’expérience du radiomètre MARA est sceptique quant à la question de savoir si ces météorites sont réellement représentatives de Ryugu en termes de propriétés physiques: Nos données MARA suggèrent que le matériel sur Ryugu est légèrement plus poreux. Les investigations commencent tout juste, mais il est plausible de supposer que de petits fragments de Ryugu ne survivraient pas intacts à l’entrée dans l’atmosphère terrestre

 

 

 

Les 17 heures et 7 minutes de  MASCOT sur Ryugu

03:57:21 À une altitude de 51 mètres au-dessus de l'astéroïde Ryugu, MASCOT est poussé hors du cadre de support Hayabusa2 au moyen d'un mécanisme à ressort derrière une plaque de poussée à environ 4 centimètres par seconde et commence à descendre sans contrôle vers Ryugu. de sa station terrestre.


04:03 Environ six minutes plus tard, MASCOT se pose sur Ryugu, touchant un bloc de roches de trois à quatre mètres de haut. La caméra de navigation optique (ONC) de Hayabusa2 enregistre le processus en images haute résolution. Dans le même temps, le MASCAM de DLR acquiert 20 images de l’astéroïde pendant la descente. MASCOT atterrit sur le site d'atterrissage désigné MA-9 (Alice's Wonderland). Il est situé à environ 300 degrés est et 30 degrés sud.


Vers 04:34
Premier endroit après un autre environ. Après 31 minutes et plusieurs contacts avec la surface, MASCOT atteint sa première position de repos. C'est la journée des astéroïdes sur le site d'atterrissage et les mesures de surface commencent.


Vers 6 h 30 Au centre de contrôle DLR de Cologne, il est reconnu que MASCOT est sur un côté défavorable et ne peut donc pas mener à bien les expériences planifiées. Tous les systèmes et expériences fonctionnent comme prévu.


Vers 09h20, une commande non programmée de la Terre est envoyée à Hayabusa2 et de là à MASCOT pour activer le bras pivotant afin de tourner l'atterrisseur dans la position prévue pour les expériences. Le temps de commandement pour Ryugu, situé à environ 300 millions de kilomètres, dure environ 18 minutes aller.


Vers 09h52, MASCOT a terminé son premier cycle jour et nuit. Le deuxième jour de Ryugu commence.


Autour. 10h30
Deuxième emplacement La manœuvre a apporté le résultat souhaité. MASCOT est dans la bonne position, est maintenant opérationnel et commence automatiquement à effectuer ses quatre expériences.


Vers 12h51 La deuxième phase de la journée sur Ryugu touche à sa fin et MASCOT tourne avec Ryugu dans sa deuxième nuit d'astéroïdes.


Vers 17h28, le troisième jour de MASCOT sur Ryugu commence.


Vers 18h29
Troisième emplacement, MASCOT exécute avec succès un mini-déménagement. Cette opération a été commandée par l'équipe des opérations à Cologne pour optimiser la position des capteurs des expériences. Des investigations scientifiques supplémentaires sont menées.


Vers 20h04 Quatrième position Le dernier saut est commandé à MASCOT et l’atterrisseur passe en phase de fin de vie. Des investigations scientifiques supplémentaires sont menées.


21h04 C'est la fin du troisième jour pour MASCOT sur Ryugu. Entre-temps, plus de 16 heures se sont écoulées - durée de vie maximale prévue de la batterie de l'atterrisseur. Contrairement aux calculs, la batterie fournit encore de l'énergie avant que le contact avec MASCOT ne se dissipe lors de l'entrée d'une ombre radio et de la nuit prochaine. Au lieu de 16 heures, les expériences ont pu fonctionner pendant 17 heures et 7 minutes.

 

 

MASCOT_PM_Bild100_xl.jpg

MASCOT_PM_Bild101_xl.jpg

MASCOT_PM_Bild103neu_xl.jpg

MASCOT_PM_Bild105_xl.jpg

MASCOT_PM_Uebersicht_xl.jpg

Edited by jackbauer 2
  • Like 6
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Jack'. Ton développement des infos fournies par le DLR était parfaitement justifié. Cela ne m'avait pas immédiatement sauté aux yeux. 


Pour la suite :


Les opérations préparatoires aux prélèvements qui vont se dérouler dans les deux semaines qui viennent, auront pour objectifs :


De s'assurer que le vaisseau peut évoluer tout près d'une surface plus accidentée que prévu.


De conforter la précision des manoeuvres exécutées en dessous de 50 m d'altitude lors de TD1-R1-A.


D'exécuter (éventuellement) le largage et le suivi d'un marqueur sur une zone cible de Ryugu pendant TD1-R3. A l'origine, il n'avait pas été envisagé de le faire mais cela fait parti du nouveau planning. En fonction des circonstances il serait même possible de poursuive la descente jusqu'à un touch down.


Quoiqu'il en soit, aucun prélèvement n'aura lieu en cette occasion.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le montage de Jackbauer 2 est magistral, merci.

 

En revanche, je n'ai pas vu plus d'images du sol des fameuses caméras des modules Minerva, vous savez pourquoi ?

 

S

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai pas grand mérite, je ne fait que recopier ici ce que je trouve ça et là...

 

Pour les Minerva, d'après le peu que la JAXA a laissé filtré, ça fonctionne parfaitement (ils sont alimentés par l'énergie solaire)

Mais contrairement à MASCOT, les Minerva sont 100 % japonais, et leur manie du secret fait de la résistance...

Donc il faut encore attendre avant qu'ils se décident à sortir des photos spectaculaires...

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça bouge !

H2 vient de commencer à descendre pour sa deuxième répétition de 'touchdown" :

 

 

000a.JPG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/topics/20181014e_TD1-R1-A/

 

traduction :

 

La deuxième répétition de touchdown aura lieu du 14 au 16 octobre. Le but de cette répétition est de confirmer les caractéristiques de fonctionnement du LRF (télémètre laser) qui effectue la mesure de l'altitude à courte distance. Pour le tester, l’engin spatial descendra à une altitude d’environ 25 m. Ce sera l'altitude la plus basse atteinte à ce jour.

La première répétition de touchdown (TD1-R1) a eu lieu entre le 10 et le 12 septembre. Au cours de cette opération, la mesure de distance prise avec le LIDAR (altimètre laser) a posé des problèmes une fois que la sonde était descendue à environ 600 m. Cela a provoqué la montée autonome de l'engin spatial. Le problème a été résolu en ajustant les paramètres de l'altimètre laser et il a été confirmé qu'il n'y avait pas d'autres problèmes lors des opérations de séparation ultérieures de MINERVA-II1 et de MASCOT. Comme l'engin spatial n'a pu descendre qu'à une altitude de 600 m lors du TD-R1, les caractéristiques du LRF n'ont pas pu être vérifiées. Par conséquent, nous effectuons cette vérification avec cette répétition.

Bien que ce soit la deuxième fois qu'une opération de répétition a été effectuée, le nom est TD1-R1-A car il relance le défi de TD1-R1

 

Si tout est ok H2 devrait descendre jusqu'à moins de 40m de Ryugu demain 15/10 :

 

 

000r.JPG

Edited by jackbauer 2
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 52 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Précisions données par la JAXA sur les modifications de la planification des prochaines opérations :

 

http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/topics/20181014e_TD/

 

 

"...Dans la zone où l'atterrisseur touchera le sol, il est dangereux d’avoir des rochers d'une hauteur supérieure à 50 cm environ. La longueur du cornet de l’échantillonneur étant d’environ 1 m et le fait que l’engin spatial soit légèrement incliné lors du toucher, il est possible que, si un rocher d’une hauteur supérieure à 50 cm est présent, il heurtera le corps principal de l’engin spatial ou les panneaux solaires. Vu de la position de la figure 2, il n'y a pas de rocher de plus de 50 cm dans la zone L08-B. L08-B est la partie la plus large de tous les sites candidats sans rocher supérieur à 50 cm.

La difficulté est que la zone L08-B n’a qu’environ 20 m de diamètre. À l'origine, on supposait qu'une zone sûre pour le touchdown serait une zone plane d'un rayon d'environ 50 m (100 m de diamètre). Cela est maintenant devenu un rayon de seulement 10 m; une contrainte assez sévère. Par contre, lors de la descente à une altitude d’environ 50 m lors des opérations de séparation MINERVA-II1 et MASCOT, nous avons pu confirmer que l’engin spatial pouvait être guidé dans une précision de position d’environ 10 m pour une hauteur à 50 m au-dessus de la surface Ryugu (Figure 3). C'est une donnée prometteuse pour le touchdown..."

 

 

touch1.jpg

touch2.jpg

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now