jackbauer 2

Hayabusa 2 à l'assaut de Ryugu

Recommended Posts

Huitzilopochtli, t'as rien compris du tout. Relis. Pascal CO3 a pigé lui. ;). Ryugu, ce n'est  pas une "autre" histoire. C'est "notre" histoire. Un caillou c'est jamais banal, que ce soit ceux de Ryugu ou ceux de notre bonne vieille Terre.

Merci Jackbauer en tout cas. Super super!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Bonjour,

 

J'aimerai savoir pourquoi avoir choisi cet astéroïde plus particulièrement pour la mission ?

 

Et comment ils ont fait pour détecter que c'est cet astéroïde qu'il faut étudier ?

 

Merci de vos éclaircissements.

 

Virginie

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense pour 2 raisons principales :

- L’orbite de Ryugu est proche de celle de la Terre

- c’est un astéroïde de type C (carboné) qui renferme de la matière organique ; ils sont considérés comme des objets primitifs du syst. Solaire d’où l’intérêt des scientifiques de ramener des échantillons dans leur laboratoire

 

Il y a peut-être d’autres raisons plus précises. Mais ça c’était d’après les observations avant d’arriver sur place !! Vu le champs de cailloux qui occupe la surface, susceptible de gêner les opérations, ils doivent se dire qu’ils auraient mieux fait d’en choisir un autre ! :D

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, jackbauer 2 a dit :

Je pense pour 2 raisons principales :

- L’orbite de Ryugu est proche de celle de la Terre

- c’est un astéroïde de type C (carboné) qui renferme de la matière organique ; ils sont considérés comme des objets primitifs du syst. Solaire d’où l’intérêt des scientifiques de ramener des échantillons dans leur laboratoire

 

Oui, c'est très bien résumé.

 

J'ajouterai simplement qu'en plus de la proximité relative avec la Terre,  l'inclinaison orbitale de la cible est aussi un paramètre important, notamment pour réaliser plus aisément une mission de retour d'échantillon.

 

Hormis la matière organique sur ce type d'astéroïde (potentiellement importante pour éclairer les conditions d'apparitions de la vie sur Terre), on avait conclu à partir des observations spectroscopiques conduites avant le lancement de H2 qu'on y trouverait quantité de minéraux hydratés ce qui apparemment ne serait pas tout à fait ce cas...

Ces recherches de minéraux hydratés sont en relation avec l'origine de l'eau sur notre planète. 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

"...Le fait que le marqueur de cible puisse être vu à la surface de Ryugu à une altitude supérieure à 2 km est un bon signe pour l'opération de touchdown. Pour atteindre la surface de Ryugu, le vaisseau spatial dépend de la lumière réfléchie par un marqueur de cible de 10 cm seulement; c'est le phare de Ryugu..."

(JAXA)

 

 

DrDyWvCVAAAPVtL.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,


La sonde japonaise Hayabusa2 se prépare à passer le reste de 2018 à distance respectable de l'astéroïde Ryugu, tandis que le Soleil empêchera temporairement ses communications avec la Terre.


L’engin spatial se trouve à proximité de l'astéroïde depuis fin juin, en ayant pris de nombreuses images, déployé à sa surface de petits robots explorateurs et, se préparant à collecter un échantillon qu'il devra ramener sur Terre en 2020. La Terre et Ryugu sont sur le point d’entrer en conjonction, pour une période d’un mois,  ils se trouveront donc à l'opposé l'un de l'autre, avec le Soleil entre eux. Pendant ce laps de temps, le disque et les radiations solaires rendent les communications très difficiles, voire impossibles. L'équipe prévoit donc d'interrompre les activités importantes et d'éloigner par précaution Hayabusa2 à distance de l'astéroïde.


Au cours du dernier mois, l'équipe d'Hayabusa2 (JAXA) s'est préparée à la dangereuse descente qui permettra de recueillir un échantillon de l'astéroïde au début de l'année prochaine. Au cours d'une répétition qui s'est déroulée du 23 au 25 octobre, Hayabusa2 est descendu à 12 mètres au-dessus de la surface et a largué l'un des cinq marqueurs d'objectif qu'il utilisera comme guide lors du prélèvement d'échantillons. 

 

"Le marqueur de cible constitue un point de repère", déclare Elizabeth Tasker, professeur agrégée à la JAXA, relayant les informations du directeur de mission, Makoto Yoshikawa. "Comme il réfléchit la lumière, il agit comme un phare à la surface de Ryugu."

 

Hayabusa2 s'approche de l'astéroïde en utilisant des caméras optiques et deux systèmes laser de navigation différents (LIDAR & LRF pour les mesures d'altitudes inférieures à 50 m) . Au cours de la répétition du touché, la sonde visait la zone de 20 mètres de large (L08-B) dans laquelle il est prévu de prélever l'échantillon, c'est l'une des seules régions exemptes de gros rochers, et par conséquence, suffisamment sûre pour que la sonde puisse toucher la surface en sécurité avec son bras d'échantillonnage qui n'est long que d'un mètre.


L'analyse de données a montré que lors de la répétition, Hayabusa2 était à plus de 15 mètres du centre de la zone d'atterrissage. Si l'engin avait alors essayé de collecter un échantillon, il aurait probablement échoué et aurait pu endommagé ses panneaux solaires sur des rochers de la surface (On se rappelle les mésaventures de la première Hayabusa à la surface d'Itokawa).  


Mais c’est précisément pour cette raison que Hayabusa2 a laissé tomber sur Ryugu un marqueur cible lors de cette répétition, a déclaré Tasker. Les images avec et sans lumière stroboscopique à bord de l'engin spatial montrent le marqueur brillant à la surface près de formations rocheuses de la taille d'une voiture ou d'un bus. Désormais, les caméras optiques peuvent suivre le marqueur cible et déterminer précisément où atterrir ou, plus précisément, ne pas atterrir.

 

"Sans ce point de repère supplémentaire, il serait difficile d'atterrir dans L08-B", a déclaré Tasker, évoquant la désignation officielle du site d'atterrissage. "Mais avec le marqueur de cible dont la position est maintenant parfaitement connue, atterrir dans L08-B ne devrait pas être un problème. "

 

Les équipes de la JAXA analysent actuellement l'emplacement du marqueur pour s'assurer qu'il sera toujours visible lorsque la sonde sera descendue à 5 mètres d'altitude lors de la tentative de prélèvement. Si l'analyse montre que le marqueur peut être masqué, les responsables de mission pourrait programmer une autre répétition de toucher et positionner un deuxième marqueur cible.

 

Le marqueur de cible est le quatrième objet qu' Hayabusa2 a déposé sur Ryugu. En septembre, le vaisseau spatial avait  déployé deux rovers sauteurs , suivis par l'atterrisseur européen MASCOT en octobre.

 

Un autre rover appelé MINERVA-II2, construit par un consortium d’universités japonaises, devrait être déployé l’année prochaine, mais les responsables de la JAXA déclarent qu’un contrôle préalable au lancement aurait révélé des problèmes potentiels.

« La communication entre le mobile et d'engins spatiaux était correcte, mais le CPU (processeur) n'a pas répondu », a déclaré Tasker. L’équipe de la mission étudie maintenant diverses options, notamment le déploiement du rover avec une "faible possibilité" de restitution des données.

 

Les opérations Hayabusa2 pour la conjonction solaire commenceront le 23 novembre, lorsque le satellite quittera sa position stationnaire (Home Position) à 20 kilomètres au-dessus de l'astéroïde pour se lancer dans un périple en boucle de 36 jours, qui le mènera loin de celui-ci. Les documents de presse de la JAXA montrent qu'Hayabusa2 se déplacera à environ 90 kilomètres de sa position d'origine, en direction du Soleil, dans une orbite en forme d'entonnoir avant de reprendre sa position initiale le 29 décembre.

 

Le trajet de Hayabusa2 au cours de la conjonction solaire est complexe en raison de l'influence des forces des marées solaires, de la gravité de Ryugu et de la pression de la lumière solaire (la même force qui propulse une voile solaire). 
Les communications avec la sonde spatiale seront des plus irrégulières entre le 30 novembre et le 21 décembre. Les contrôleurs au sol tenteront de rester en contact avec l’engin pendant cette période, soulignant que c’est aussi une occasion précieuse d’en apprendre davantage sur l’environnement autour du Soleil.

 

Résumé traduit du lien original :


http://www.planetary.org/blogs/jason-davis/hayabusa2-conjunction.html


A consulter pour voir les images commentées (en anglais) complétant et illustrant cet article.
 

  • Like 3
  • Love 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve cette mission assez fantastique !

Ses concepteurs méritent un fameux coup de chapeau pour leur ingéniosité et leur audace :)

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 23 heures, Alain MOREAU a dit :

Je trouve cette mission assez fantastique !

Ses concepteurs méritent un fameux coup de chapeau pour leur ingéniosité et leur audace :)

C'est indéniable. :)

Il faut dire aussi qu'ils se sont appuyés radicalement sur la première Hayabusa. Ils ne partaient pas de zéro ( ni du Zéro... Dieu merci ! ) ;) 

Edited by Huitzilopochtli

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout à fait :)

Mais ils ont superbement capitalisé sur l'expérience acquise la première fois, et compte-tenu de la difficulté et de l'imprévisibilité des paramètres ultimes à prendre en compte - seulement révélés par l'approche finale - ils ont conduit cette mission de bout en bout avec une intelligence et un sang-froid remarquables.

Je suis impressionné, tant par la prouesse technologique que l'approche méthodologique, l'anticipation des problèmes potentiels à résoudre in fine, l'élégance minimaliste des solutions adoptées, et finalement leur adaptabilité in situ face à des conditions en partie inattendues...

Un grand bravo aux équipes, vraiment : c'est de la très belle collaboration, dans ce qu'elle peut concrétiser de meilleur en exploitant au mieux les différences culturelles malgré les difficultés que cela comporte, dans l'enrichissement qu'elles peuvent s'apporter mutuellement ; j'y vois un exemple enthousiasmant de ce vers quoi les humains devraient tendre au maximum.

J'ose croire que ce genre de travail servira de tremplin à d'autres projets encore plus ambitieux (les objectifs ne manquent pas ;))

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

 Alain,

 

Je partage l'ensemble de tes remarques. :)

 

Cependant, l' inattendu rocailleux, sans zones couvertes de régolithe, avec cette absence de surface plane sur l'astéroïde, aura quand même empêché Mascot d'exploiter  MicrOmega son microscope infra-rouge hyperspectral qui devait effectuer l' analyse minéralogique in situ.

Cela restera un objectif inaccompli,  dont on attendait, notamment,  l'assurance de la non-contamination des échantillons à rapporter sur Terre. 

L'innovation des robots sauteurs par contre aura enchanté tout le monde et ouvre de belles perspectives pour l'exploration future des corps à faible gravité.  

Quant au plein succès de cette mission épique, nous ferons le bilan à son terme...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sûr, je m'emballe certes encore trop tôt ;):)

Ceci dit, une réussite même partielle dans ces conditions, est déjà une belle réussite :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Alain MOREAU a dit :

Ceci dit, une réussite même partielle dans ces conditions, est déjà une belle réussite :)

 Si par malheur H2 ne rapatriait aucun échantillon sur Terre, on pourrait quand même parler d'échec retentissant. :P

 

Mais pour être honnête, je reste assez confiant, bien que l'absence de régolithe de surface laisse encore une relative incertitude quant à la capacité du système de prélèvement a opérer aisément. Et puis il y a encore tant de phases cruciales à accomplir.

 

Petit couplet ayant pour objectif de maintenir un certain suspens. :D 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mimizuku et Fukuro sont les noms respectivement attribués au rover 1A et 1B du package MINERVA - II1 ayant été largué sur Ryugu.


Les "signifiances" ;) sont pour Mimizuku/ Hibou à cornes et pour Fukuro/ Hibou

 


 
 

Edited by Huitzilopochtli

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,
Quatre nouvelles images de MINERVA - II1 publiées hier par la JAXA.


Toutes prises par le Rover 1A entre le 20 et le 26 octobre :


index.php?act=attach&type=post&id=43878


index.php?act=attach&type=post&id=43879


index.php?act=attach&type=post&id=43880

 


index.php?act=attach&type=post&id=43881


Lien Source :


https://phys.org/news/2018-12-photos-japan-space-rovers-rocky.html


Faits importants : Plus de 200 photos auraient été prises par les deux rover. Les deux rovers sont désormais inactifs et sont probablement dans une zone d'ombre, cependant ils répondent toujours aux signaux après trois mois à la surface de Ryugu, dépassant leur durée de vie prévue initialement de quelques jours.


L’un des deux rovers aurait parcouru environ 300 mètres par sauts successifs sur l’astéroïde, et aurait envoyé plus de 200 photos et autres données à la sonde Hayabusa 2 qui les a ensuite transmises à la Terre, dit Kubota. L'autre rover aurait pris environ 40 photos et a cessé de se mouvoir après une dizaine de jours, a-t-il déclaré. La température de surface de l'astéroïde est plus basse que prévu et pourrait avoir contribué à la longévité des rover, a déclaré Kubota.


Au sujet de la future opération de prélèvement prévue au début de l'année prochaine, la JAXA a indiqué qu'elle avait réduit le nombre de sites d'atterrissage potentiels. Les scientifiques analysent les images envoyées par les rover pour finaliser les plans. Il est même envisagé d'organiser une répétition supplémentaire pour un touch & go,  déclare Takashi Kubota, membre du projet Hayabusa2 lors d'une conférence de presse.
 

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Statut opérationnel d'Hayabusa2  semaine du 2018.12.10) ★ 

 

Cette semaine, nous avons  dépassés le milieu de la conjonction solaire le 12 décembre et avons tenté trois opérations de connexion avec Hayabusa2), l'une à partir de la station terrestre d’Usuda et deux avec des stations outre-mer. À la station Usuda, une opération de télémétrie a été tentée après le «fonctionnement de la balise», mais seuls trois paquets de données ont pu être reçus. Lorsque le Soleil se déplace entre la sonde et la Terre, la communication est difficile! Depuis les stations outre-mer (Madrid et Goldstone), une opération de télémétrie utilisant des ondes radio en bande Ka a été réalisé. Après, nous avons essayé d’acquérir la télémétrie, mais cela s’est avéré impossible. Cependant, nous avons pu confirmer que la commande envoyée était parvenue à Hayabusa2, et que la sonde avait ensuite fonctionné conformément aux instructions. Nous venons de passer la période la plus difficile et nous pourrons recevoir la télémétrie dès la semaine prochaine.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

En attendant l'opération de prélèvement  qui devrait être réalisée dans quelques semaines :


http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/topics/20181225e_Conjunction/


Résumé traduit de ce lien :


De fin novembre à fin décembre 2018, la manoeuvre imposée par une conjonction solaire est en cours pour Hayabusa2. La conjonction solaire se réfère à la position où le Soleil s'interpose entre Ryugu et la Terre. Pendant ce temps, les communications avec Hayabusa2 sont perturbées en raison des ondes radio émises par le Soleil et du plasma de sa couronne. Nous n’effectuons donc pas d’opérations telles qu'une descente vers Ryugu au cours de cette période.


Afin de ne pas risquer une collision avec Ryugu pendant que la communication est perturbée, nous positionnons le vaisseau un peu plus loin de l’astéroïde dans une « orbite de transition ». La figure 1 montre une animation de la trajectoire de l’engin spatial dans le système de coordonnées de Hill. Dans ce système, le Soleil est toujours à gauche et à l’extérieur de la figure. Le point noir sur la droite est Ryugu. 


http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/topics/20181225e_Conjunction/img/Hill_small.mp4


De fin novembre à fin décembre, le vaisseau spatial suivra la ligne bleue. Les points rouges sont des points où une manœuvre de contrôle de trajectoire sera exécutée.

 

 

http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/topics/20181225e_AstroDynamics/


Résumé traduit :


Jusqu’ à maintenant, pour Hayabusa2, l'astrodynamique (ou mécanique spatiale) a été l’une des opérations la moins souvent commentées. En astronautique, le mouvement, l’attitude, la trajectoire, bref, le pilotage d'un engin spatial sont regroupés dans ce que nous appelons l'astrodynamique. Ce domaine a joué un rôle décisif dans l’opération  "descente de mesure de la gravité" en août 2018. Nous en exploitons encore actuellement les résultats.


Du 6 au 7 août 2018, la phase "Gravity Measurement Descent Operation" a été réalisée pour étudier le champs de gravité de Ryugu. Hayabusa2 descendit de sa position d’attente (Home Position) située à une altitude de 20 km jusqu'à  6 100 m de la surface. La manoeuvre orbitale a ensuite été temporairement stoppée pour permettre au vaisseau spatial de tomber en chute libre vers Ryugu. Il n'était alors soumis qu' à la seule attraction gravitationnelle de l’astéroïde. Lorsque l’altitude fût tombée à environ 850 m seulement, les propulseurs ont été allumé  très brièvement pour fournir au vaisseau une faible vitesse ascensionnelle, sur quoi Hayabusa2 a effectué une remontée libre (moteur éteint) jusqu'à 6100m d'altitude (le mouvement de l’engin spatial était alors semblable à celui d’un ballon s'élevant vers le haut).


La force de la gravité de Ryugu et la masse de l’astéroïde ont pu être mesurées à partir du mouvement de l’engin spatial pendant sa chute libre et sa remontée "libre". À la suite de ces mesures, la masse de Ryugu a été calculée à environ 450 millions de tonnes.


La forme et le volume de Ryugu sont connus grâce à la construction d'un modèle de forme tridimensionnelle :

 

http://www.hayabusa2.jaxa.jp/topics/20180711bje/index_f.html).


En utilisant ce volume et la masse mesurée à partir de l’opération de mesure de gravité, la densité moyenne de l’astéroïde a pu être calculée. La densité moyenne et la forme de Ryugu pouvaient alors être utilisées pour connaître l'accélération gravitationnelle à sa surface , ce qui à permis d'obtenir la carte de distribution suivante :


http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/topics/20181225e_Conjunction/img/Hill_small.mp4


L’accélération gravitationnelle à la surface de Ryugu est d’environ 0,11~0,15 mm/s2, soit environ quatre-vingts millièmes (~ 1/80000e) de la force de la gravité terrestre et, plusieurs fois supérieure à celle d’Itokawa. Nous observons aussi que la gravité près de ses pôles est plus forte que celle près de son équateur. Ceci est dû à la crête équatoriale qui marque sa surface.
Les informations sur l’accélération gravitationnelle de l’astéroïde obtenues grâce à cette méthode ont été utilisées pour des opérations d'approche de la sonde. Bien sûr, elles le seront également pour les touch down. L’opération de mesure de gravité décrite ici est une application d’ astrodynamique. L’équipe technique d’ Hayabusa2 utilise une variété de méthodes similaires pour estimer la trajectoire de l’engin spatial et de Ryugu, et pour évaluer l’environnement dynamique autour de l'astéroïde.
 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

★ Statut Hayabusa2 (semaine du 12.17.2018) ★


Cette semaine nous sommes dans la deuxième moitié de l'opération de conjonction solaire. Les signaux provenant du fonctionnement de la balise deviennent de plus en plus nets chaque jour. La télémétrie peut désormais être clairement reçue, fournissant un compte rendu détaillé de l’état du vaisseau spatial. Les données collectées lorsque la communication avec Hayabusa2 n’était pas possible ont été sauvegardé dans la mémoire embarquée. Cette semaine, nous avons accédé aux données enregistrées pour la première fois depuis longtemps. Nous sommes soulagés de confirmer que Hayabusa2 fonctionnait normalement pendant la période où la télémétrie a été interrompue. Bien que les communications reprennent leur cours normal, le retour à la position de parking (Home position à 20 km de l'astéroïde) n'est pas pour tout de suite.

 

A noter le décalage de 10 jours entre la publication du statut de mission et la période abordée dans le rapport de la JAXA.

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Huitzilopochtli a dit :

A noter le décalage de 10 jours entre la publication du statut de mission et la période abordée dans le rapport de la JAXA.

 

 

Punaise.. en comparaison la com' de la  Nasa c'est genre Speedy Gonzalès xD..

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai pas suivi la mission depuis un bail… On a eu de nouvelles images de la surface par les engins au sol, ou pas ?

Et si non, pourquoi ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salutations Messieurs,


Dernière image publiée et diffusée par la JAXA sur Tweeter


We captured this image of Ryugu with the Optical Navigation Camera - Telescopic (ONC-T) during the solar conjunction operation. This was taken on December 11, around 21:00 JST. The distance to Ryugu was about 110 km and the data was transmitted from the spacecraft on December 21.


DvO3fhPU8AALM1q.jpg


Mais je pense que ce qui vous intéresse davantage sont les images de la surface saisies par les robots MINERVA II1.


Les quatre dernières images ayant été rendu publiques sont celles figurant dans mon post du 14 décembre (cinq messages au-dessus de celui-ci). Ces 4 images proviennent toutes du rover 1A qui en aurait pris 200 en tout jusqu'à la fin du mois d'octobre. Le Rover 1B n'en n'aurait pris qu'une quarantaine et aurait cessé de se mouvoir le premier jour de ce même mois. 


Sur la ou les raison(s) pour laquelle la JAXA n'en diffuse pas de nouvelles, je l'ignore.


On peut déjà penser qu'en fonction du mode de déplacement aléatoire des rover, un certain nombre parmi la totalité des images prises ne montre rien des très intéressant... mais pour le reste ?...
 

Edited by Huitzilopochtli
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello Huizi

L'image est très élusive, je n'ai pas réussi non plus à la retrouver...

Merci pour tout

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Huitzilopochtli a dit :

Dernière image publiée et diffusée par la JAXA sur Tweeter

 

Cela était pourtant susceptible de t'aider dans ta recherche !!! o.O

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now