jackbauer 2

Hayabusa 2 à l'assaut de Ryugu

Recommended Posts

Merci pour le lien, écrire le japonais à la main doit prendre énormément de temps mais visuellement très graphique et élégant.

Le contenu du PDF est en fait très intéressant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Un lien (en anglais) pour compléter le post de Huitzi :

http://astronomy2018.cosmoquest.org/newspaper/its-safety-first-for-selecting-hayabusa2s-first-landing-site-on-asteroid-ryugu/

 

On peut y lire que Ryugu est un peu plus petit que prévu : 865m de diamètre, et surtout sa surface ne correspond pas à ce qu'espéraient (?) les responsables de la mission :

 

"...The surface of Ryugu is not exactly like the science team expected. “Somehow, we thought that Itokawa is a template for surface conditions for an asteroid,” laughs Fujimoto. Instead, Ryugu has a rough surface everywhere without smooth flat patches, is darker than anticipated, and may have fewer hydrated minerals..."

 

Les chances de succès pour les petits robots (MASCOT, MINERVA) me semblent bien minces... Espérons quand même !!

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 46 minutes, roul a dit :

Merci pour le lien, écrire le japonais à la main doit prendre énormément de temps mais visuellement très graphique et élégant.

Je confirme.

C'est de loin la partie du message qui m'a pris le plus de temps. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Huitzilopochtli a dit :

L'anonymat de la personne ayant pris cette très mauvaise décision est préservé par Pandaneko, mais je ne m'avancerai pas trop en pariant que depuis, il s'est fait seppuku (Hara-kiri pour les non initiés).

 

Il est peu probable que l'opérateur concerné soit à blâmer personnellement : c'est plutôt la procédure qui est en cause, car mélanger des décisions autonomes et locales du robot en temps réel avec des décisions humaines et distantes en différé, était forcément susceptible de provoquer ce genre de problème en cas d'instructions contradictoires...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur le site du CNES :

 

https://mascot.cnes.fr/fr/ma-9-le-site-datterrisage-de-mascot-sur-lasteroide-ryugu

 

MA-9 : le site d'atterrisage de MASCOT sur l'astéroïde Ryugu

 

Le petit robot franco-allemand, MASCOT, se posera finalement dans l'hémisphère sud de l'astéroïde Ryugu (un géocroiseur de 900m de diamètre) en octobre 2018 à 300 millions de km de la Terre. L'agence spatiale japonaise (JAXA), qui chapote la mission Hayabusa2, a annoncé la nouvelle lors d'une conférence de presse ce jeudi 23/08 près de Tokyo

Le site visé s’appelle pour l’instant MA-9. Il remplit de manière satisfaisante les critères techniques pour le bon fonctionnement de MASCOT, notamment d’un point de vue thermique, d’illumination et de lien radiofréquence avec la sonde Hayabusa2 et n’interfère en rien avec les zones retenues par la JAXA pour les activités de la sonde Hayabusa2 et des mini-rovers MINERVA-II. Les équipes scientifiques des instruments MicrOmega, MasMag, MASCAM et MARA sont également convaincues de l’intérêt scientifique de la zone malgré les exigences variées des différents instruments. La séparation et l’atterrissage de MASCOT sur Ryugu sont prévus le 03/10 prochain au petit matin (heure de Paris). Quel que soit l’endroit où MASCOT finira ses rebonds, les découvertes promettent d’être fascinantes !

 

 

Modélisation 3D du site MA-9 choisi par l'agence spatiale japonaise (JAXA) pour faire atterrir le robot franco-allemand MASCOT sur l’astéroïde Ryugu le 03/10/18 (zones de probabilité du 1er contact en bleu clair, zones de stabilisation après rebonds en bleu plus foncé)

Edited by jackbauer 2
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Alain MOREAU a dit :

Il est peu probable que l'opérateur concerné soit à blâmer personnellement : c'est plutôt la procédure qui est en cause, car mélanger des décisions autonomes et locales du robot en temps réel avec des décisions humaines et distantes en différé, était forcément susceptible de provoquer ce genre de problème en cas d'instructions contradictoires...

 

Bonjour Alain, :)

 

Certes, je ne te contredirai pas sur ce point.

Néanmoins, une responsabilité individuelle pourrait être envisagé dans le cas d'un non respect de procédures correctes.

On ignore qu'elle était le niveau de responsabilité de cet "opérateur" et connaissant le respect des hiérarchies qu'ont les Japonais...

L'envoi du signal à de toute façon impliqué plusieurs personnes. Je n'imagine pas que cette décision ait été prise par un simple presse-bouton.

Ou autrement, celui ayant en charge la validation des procédures, dans la mesure ou elles auraient été incomplètes ou imparfaites  aurait potentiellement des comptes à rendre.

On sait aussi qu'un certain perfectionnisme nippon amène parfois les "Nipponais" à se culpabiliser d'une manière qui nous paraîtrait insensée. 

Mais tout ceci n'est que spéculations, il importe simplement que l'erreur ne se reproduise pas et l'Honneur sera sauf. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir, 


En référence au lien du CNES dans le dernier post de Jack'.


Dans légende de la modélisation du site MA-9, cible prioritaire pour le lander germano-français, il m'apparaît qu'une erreur a été écrite. 
Je cite :  "(zones de probabilité du 1er contact en bleu clair, zones de stabilisation après rebonds en bleu plus foncé)." 


La logique voudrait que ce soit l'inverse. La zone centrale qui est visée est en bleu foncé, entourée d'une zone plus vaste en bleu clair ou les aléas des rebonds pourraient finalement conduire à la position d'arrivée de Mascot sur Ryugu.

 

Et dire que c'est notre fric qui paye ces gens là !  :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

Hayabusa2 va bientôt essayer de recueillir un échantillon de Ryugu. Des répétitions de cette opération (approches de l'astéroïde jusqu'à 50 m) sont prévues en septembre et octobre, la première tentative devrait se dérouler fin octobre.


Il était prévu initialement qu'hayabusa2  collecte plusieurs échantillons sur plusieurs sites afin de recueillir une large gamme de matériaux constituant l'astéroïde. Mais puisque les observations spectroscopiques à partir de la sonde ont démontré que l'on trouvait un peu partout à la surface de Ryugu l'ensemble de ces matériaux , et en raison des risques courus lors des échantillonnages, l’équipe envisage désormais un prélèvement unique, en un seul endroit, près de l’équateur. Naturellement quand on parle d'une seule opération de prélèvement, c'est ne pas prendre en compte celle qui devra être aussi réalisée après la création artificiel d'un cratère...


Description de l'utilisation des marqueurs...


http://www.planetary.org/blogs/jason-davis/hayabusa2-samples-names.html

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Animation de Ryugu en 12 images sur la rotation de Ryugu imageant son bourrelet équatorial et son pôle sud (dans la partie haute de l'animation). De Roman Tkachenko sur UMSF :

 

AySTlSi.gif

  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,


Une première répétition de la descente en vue de l'opération de prélèvement, a débuté hier. 
A partir d'une position stationnaire (Home Position) se situant à 20 km de l'astéroïde, la sonde est donc descendue lentement jusqu'à une altitude de 600 m avant d'interrompre  sa manoeuvre, aujourd'hui. 


Pour ce premier test, il n'était pas envisagé de descendre si bas mais, il semblerait, que le LIDAR ait été trompé par la faible réflectivité de Ryugu ne donnant pas à l'ordinateur de bord une estimation correcte de distance.


Hayabusa2 a désormais regagné la "Home Position", est en sécurité et parfaitement opérationnel. L'équipe va pouvoir prendre le temps d'examiner les données pour effectuer les réglages nécessaire au bon accomplissement d'une deuxième tentative d'approche. 


Gif de la descente avec projection de l'ombre de la sonde sur la surface de Ryugu :


hayabusa2_shadow01.gif

 

De Roman Tkachenko, animation 3D de Ryugu :


https://www.youtube.com/watch?v=DDTBBggihiw
 

  • Like 5
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Etonnant pour dire le moins que le LIDAR soit induit en erreur... Ce n'est pas un corps noir tout de même. L'explication me parait un peu bizarre, mais bon. Si c'est écrit sur le net.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement, on voit mal comment un écho radar peut être influencé par l'albedo d'un corps... A moins qu'il s'agisse d'un sol poussiéreux et absorbant ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Huitzilopochtli a dit :

... la sonde est donc descendue lentement jusqu'à une altitude de 600 m avant d'interrompre  sa manoeuvre, aujourd'hui.
Pour ce premier test, il n'était pas envisagé de descendre si bas ...

 

Ben si, en fait !  Selon ce tableau :

http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/topics/20180911e/

... il était prévu d'atteindre les 40 m d'altitude, voire moins !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, BobMarsian a dit :

Ben si, en fait !  Selon ce tableau :

Et la Joconde , elle sourit ...ou pas ?

Un plan prévisionnel peut être réévaluer en cours d'opération.

Une indication antérieure de la JAXA indiquait une descente à 50 m.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Kaptain a dit :

Effectivement, on voit mal comment un écho radar peut être influencé par l'albedo d'un corps... A moins qu'il s'agisse d'un sol poussiéreux et absorbant ?

Un Lidar n'est pas un radar.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le 23 novembre 2005 dans le sujet intitulé " Astéroïde Itokawa mission Hayabusa" sur le forum Webastro, j'écrivais :


"En premier lieu, je voudrais signaler un point que tout le monde semble négliger au sujet des infos que nous donne la JAXA. Nombreux sont ceux qui se plaignent (souvent à juste titre) de l’imprécision des renseignements que nous parvenons à obtenir.
Je ne reviendrais pas sur les difficultés qu’on eut les scientifiques à interpréter les données fragmentaires qui leur étaient parvenus, dans un premier temps.
Je voudrais cette fois insister sur les errements que peuvent provoquer les traductions en cascades, d’abord du japonais à l’anglais, puis, dans une moindre mesure, de l’anglais au français. Le premier stade surtout (japonais-anglais) génère fréquemment un écart extraordinaire entre le texte original et sa version traduite.
Les traducteurs automatiques sont bien souvent directement en cause et même les transcriptions humaines (comme celle du site officiel de la JAXA) ne parviennent pas à gommer complètement les pièges du passage d’une langue à l’autre.
"


Ce commentaire peut encore s'appliquer  aux infos concernant Hayabusa2.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 49 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Les traducteurs automatiques sont bien souvent directement en cause et même les transcriptions humaines (comme celle du site officiel de la JAXA) ne parviennent pas à gommer complètement les pièges du passage d’une langue à l’autre."

 

T'as lu la notice de ton four électrique ? ;)

Perso j'ai essayé, incompréhensible, j'ai pensé que ça venait d'une traduction du chinois --> anglais --> français !

J'ai retrouvé la notice originale, et comme chacun ici, je maitrise le chinois, pas de problème, j'arrive à faire du poisson cuit qui sort cru du four ;)

 

Edited by iblack
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 3 heures, iblack a dit :

j'arrive à faire du poisson cuit qui sort cru du four 

 

Faudrait pas hayabuser non plus..

Edited by vaufrègesI3
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour en revenir à cette répétition de descente avortée, celle-ci avait commencé le 11 09 et devait s'étaler sur deux jours. Répondant au code TD1-R1, sa planification était naturellement susceptible d'être modifiée en fonction des événements. Dans la soirée du 11 09, alors que les communications avec la sonde transitaient par la station DSN de Madrid, Hayabusa2 n'était déjà plus qu'à 12 km d'altitude. Plus tard, la vitesse de descente était contrôlée et s'avérait nominale. Le 12 09 à 7h 50 JST, le vaisseau était à 2500 m de la surface et l'équipe projetait encore à ce moment de descendre à un peu moins d'une quarantaine de mètre d'altitude. Le même jour à 9h la descente se poursuivait à la vitesse de 10 cm/s. A 10h 40 le vaisseau se situait environ à 1500 m d'altitude. Arrivé à environ 600 m d'altitude, Hayabusa2 stoppait sa descente de façon autonome, je cite : " probablement en raison de la mesure de distance par l'altimètre laser (LIDAR) devenue impossible en raison de la faible réflectance de Ryugu. " (Les termes employés ne prêtent guère à confusion.) 


Le vaisseau regagnait sa position initiale (20 km de Ryugu). Il était alors prévu de réexaminer la procédure de descente et de retoucher au paramétrage du LIDAR.
Déroulement reconstitué à partir de Tweet diffusés par le compte officiel Jaxa-Hayabusa2.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now