JB Gayet

NGC 6086 , une pétouille massive

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Voici NGC 6086 au sein d'Abell 2162. Visible dans la Couronne Boréale, elle a une magnitude apparente de 12,7.

 

Acquise le 15 mai 2018 au C11 Edge HD avec réducteur de focal x0.7 sur Paramount ME, 11 poses L de 150 secondes et  10R 10G 10B de 150 sec chaque, ATIK 4000 MM. Nuit avec quelques voiles, les étoiles ne sont pas parfaitement suivies.

 

 

5b0990afcc88e_NGC6086NGC6085.thumb.jpg.e22352166967c2d9e189a620bcd2d2a6.jpg

 

 

Une nouvelle pétouille , mais pourquoi celle-là ? Elle ne paye pas de mine, c'est le moins que l'on puisse dire et elle même moins "jolie" que sa voisine NGC 6085, avec son seul bulbe très lumineux et un halo à peine visible. Oui, mais elle apparaît dans pas mal de publications. Pourquoi elle ? ... L'explication en trois étapes :

 

1) NGC 6086  est une galaxie elliptique de Type cD, c'est à dire un membre d'objets immenses et brillants qui peuvent mesurer presque 1 Mégaparsec (3 millions d’années-lumière)  et c'est la BCG d'Abell 2162, c'est à dire la galaxie la plus brillante de l'amas (Brightest Cluster Galaxy, pas tout à fait mon BCG médical, quoi). Sur la photo suivante, PI a indique quelques galaxies mais si vous regardez l'image en full, il y a en un paquet d'autres :

 

5b0992145e03e_NGC6086NGC6085annotes.thumb.jpg.29e622da0db8013fac7955e9983ea2ed.jpg

 

 

Les BCG comptent parmi les galaxies les plus massives de l'univers. Ce sont généralement des galaxies elliptiques qui se trouvent à proximité du centre géométrique et cinématique de leur amas de galaxies hôte, ce qui se dit aussi "au fond du puit de potentiel de l'amas" (un puits potentiel est la région entourant un minimum local d'énergie potentielle. L'énergie captée dans un puits potentiel est incapable de se convertir à un autre type d'énergie (par ex : énergie cinétique dans le cas d'un puits de potentiel gravitationnel) car elle est captée dans le minimum local d'un puits potentiel). Elles coïncident généralement avec le pic de l'émission de rayons X de l'amas.

 

Les scénarios de formation pour les BCG comprennent:

 

- Cannibalisme galactique : Les galaxies convergent vers le centre de l'amas en raison de la friction dynamique et des effets de marées.

- Fusion galactique  : fusions galactiques rapides entre plusieurs galaxies lors de l'effondrement d'un amas.

- Et (moins probablement) Flux de refroidissement : Formation d'étoiles par flux de refroidissement central dans les centres de refroidissement à haute densité des halos à rayons X au sein des amas. En effet, les amas galactique contiennent du gaz très chaud (entre 10^7 et 10^8 K) et très ténu (densité généralement comprise entre 10-3 et 10-2 particules par cm³), qui émettent des rayons X via le processus de rayonnement continu de freinage. L'étude des populations d'accrétion dans les BCGs n'a toutefois pas permis d'accréditer cette hypothèse, les étaudes réalisées n'ayant pas objectivé de flux de refroidissement dans les amas à refroidissement radiatif. 

 

En pratique, les BCG sont les galaxies les plus lumineuses de l'univers actuel. D'accord, mais pourquoi celle-là me direz-vous ?


2) On pense que les trous noirs supermassifs (SMBH ie Super Massive Black Holes) sont omniprésents au centre des galaxies. Les relations d'échelle entre les trous noirs supermassifs et les galaxies fournissent des contraintes importantes sur la compréhension de la formation et de l'évolution des galaxies. Des mesures fiables des masses des trous noirs dans les centres des galaxies (locales) sont nécessaires pour comprendre la vraie nature de ces relations d'échelle (empririque).

 

La masse des SMBH (MBH) est corrélée à la dispersion des vitesses stellaire et à la luminosité des galaxies dans lesquelles ils résident, définissant des "rapports MBH-σ et MBH-L". Ces relations suggèrent un lien fort entre la formation et l'évolution des SMBH et celles de leur galaxie hôte. Mais, malgré leur importance, ces relations sont encore mal définies pour les MBH élevées. 

 

OR NGC 6086 a permis, en 2010, la première mesure de MBH dans une galaxie lointaine. Bref, pas franchement jolie, mais utile dans la compréhension des relations entre les Trous Noirs Super Massifs et l'évolution des galaxies.

 

3) Grâce à l'analyse du profil de luminosité du bulbe notre petite NGC 6086 qui ne paye pas de mine - ainsi que d'autres galaxies dont NGC 1332, NGC 1550, NGC 4486, NGC 4649, NGC 4261 et NGC 4374 - il a été possible de réaliser une meilleure mise en relation entre les déficits de luminosité des bulbes galactiques et les vitesses de dispersion des galaxies d'une part et les masses des SMBH d'autre part (déficit plus grand pour pour les galaxies ayant des vitesses de dispersion plus élevées et des MBH plus élevées). Par ailleurs, elle a permis de confirmer que la taille du noyau était directement corrélée à la MBH (ça peut sembler logique, mais ce n'est pas si évident que ça en fait). 

 

Au final, le trou noir qui occupe le centre de NGC 6086 est l'un des plus massifs connus, avec une masse estimée de M• = 3.6 (+1.7 / −1.1) × 10^9 M⊙ soit un paquet de masses solaires (M⊙) ....


Alors, vous non plus vous ne la regardez plus de la même manière, si ? ;)

 

Quelques pétouilles autour de NGC 6085 et NGC 6086 zoomées : 

 

5b0993bba5684_NGC6086crop.jpg.33bf0579b44260dbdccd898298651b01.jpg       5b09942547e96_NGC6085.jpg.efa42093193c52235b73469c5b048463.jpg

 

 

 

 

Sources : 


N. J. McConnell, C.-P. Ma, J. R. Graham, K. Gebhardt, T. R. Lauer, S. A. Wright and D. O. Richstone "THE BLACK HOLE MASS IN BRIGHTEST CLUSTER GALAXY NGC 6086" ApJ 2011

 

N. J. McConnell, S.-F. S. Chen, C.-P. Ma, J. R. Graham, T. R. Lauer and K. Gebhardt "THE EFFECT OF SPATIAL GRADIENTS IN STELLAR MASS-TO-LIGHT RATIO ON BLACK HOLE MASS MEASUREMENTS
 
S. P. Rusli "Central Black Holes in Massive Early-Type Galaxies". Thèse, Munich mars 2012.

 

 

C.P. Ma, N. McConnell, K. Gebhardt, S. Wright, T. Lauer, J. Graham, J. Murphy, D. Richstone 'Black Holes in Giant Elliptical Galaxies" GSM 2012 conf.
 

B. Aryal, H. Bhattarai, S. Dhakal, C. Rajbahak and W. Saurer "Spatial orientation of angular momentum vectors of galaxies in six rotating clusters' MNRAS 434, 1939–1945 (2013)
 

  • Like 2
  • Love 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Ben là au moins en plus des images très agréables à regarder on apprend quelque chose ! :)

Ça sent le post qui va marcher. ;)

En tout cas bravo pour l'ensemble.

Christian

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Joli champ avec de complètes explications

Merci pour le partage

 

@+

 

Christian

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Joli ce champ couvert de mégas pétouilles :)

Et merci pour toutes ces explications sur les BCG ;)

Bonne soirée,

AG

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci JB!

 

Belle capture malgré le léger défaut de suivi.

Et une fois encore tu nous en apprends un paquet!

 

Daniel

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo pour ce post ;)

JC

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Belle image! Il y a du monde!

Nathanaël

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By santacana
      Ami(e)s du ciel bonjour,
      Je ne suis pas un spécialiste en imagerie du ciel (profond et planétaire), étant d'abord un observateur visuel. Mais je possède depuis longtemps un vieux boîtier Canon 300D défiltré et de temps en temps, il me prend l'envie de lui faire "prendre l'air". 
      La météo clémente de lors e la dernière nouvelle Lune et le magnifique ciel du Midi m'ont permis de réaliser quelques images, le 300D travaillant tout seul (intervallomètre) pendant que je me rinçais l'œil dans mon dobson SkyVision de 400 mm (une merveille, ces instruments SV !). Le boîtier était fixé au foyer d'une lunette achromatique 80/400 encore plus âgée, le tout montée sur une Taka EM10 première génération ; du matos pas très récent vous en conviendrez. Et une mise en station à l'ancienne avec l'abaque Takahashi ! Pour l'autoguidage, vous repasserez...
      Mes images (M31, M42 et NGC 1499) ne sont donc pas comparables avec les splendeurs que l'on voit défiler tous les jours, d'autant plus que le traitement d'images, c'est un "métier" ; mais elles sont regardables et les photos médiocres ont après tout leur place également sur le forum non ? D'accord, il n'en faut pas trop. Merci donc de votre indulgence et si l'envie me prend de basculer sérieusement un jour dans l'astrophoto "moderne", je passerai du moyen-âge au 21ème siècle.
      Et merci à tous pour vos photos exemplaires, ça me fera progresser peut-être.
      Gilles dinosaurus.
       



    • By patgav
      Bonsoir 
      Ca y est j'ai fait ma première M31dans mon coin  avec Lulu SW 150 ED  Evostar et Sony A7s au foyer 
      50x30s + les dark,flats etc... Et moulinė avec Siril que j'utilise aussi pour la 1ere fois . Et bien même si elle est pas au top ,je suis content de mon 1er résultat. 

    • By Matthieu Conjat
      Salut à tous,
      je crée un nouveau sujet, spécifique à cette nova que vous commencez à bien connaître, AT2020vak.
      Elle a encore gagné presque 2 magnitudes depuis vendredi dernier, elle doit être à la magnitude 15.6 ce soir (à la grosse louche)
      En 4 minutes de pose, elle sature déjà à 32000 adu.
       
      Bon, il semble que ce genre de chose se soit déjà produit, mais c'est plutôt rare, donc si vous avez envie de faire de la spectro originale (ou de la photométrie facile), c'est le moment.
       
      Une animation faite depuis le 5 octobre (découverte officielle le 7):

       
      La courbe de lumière:

       
      Matt
       
    • By teko38
       
      Bonjour
      Voici un essai de prise vue de ngc 869
       
      nuit du 18 oct au 19 oct 2020
      Temps de poses global 1h26 avec DOF
      Temps de pose unitaire :  120 sec
      Nombre de pose unitaires : 43
      Gain 120
      Température cooling + 5 deg
      Offset cam : 30
      Instrument de prise de vue : SW 80ED  F/D 6.5
      Réducteur de focale : ORION x0.85
      Camera de prise de vue : ASI294MC pro IR cut
      Instrument de guidage : chercheur 8x50
      Camera de guidage : asi290 mini IR cut
      Monture : AZEQ6 en mode eqmod
      Soft  ASIAIR  SIRIL
      Lieu de prise de vue:  BACKYARD BIEVRE ISERE FRANCE
      Coordonnées: Apparente
      Amas ouvert NGC 869 Constellation: Persée
      Magnitude: 5.30 Dimension: 30.0 x 30.0 ' Double Cluster w NGC 884
      Coordonnées: Apparente
      Moyenne J2000 AD: 02h19m06.0s DE:+57°08'00"
      Merci pour vos avis et critiques
      Cdt Daniel

    • By Larbucen
      Bonjour chers amis astrams,
       
      Je ne vous présente plus ma terrasse ? Vous la connaissez maintenant.
       
       
      Cette fois-ci, je reviens avec la reine des galaxies M51. Toujours avec mon SW254/1200 sur AZ-EQ6, ma caméra ZWO 224 MC et un filtre CLS.
       
      On se rapproche un peu des poses courtes avec 2s d'exposition. 2h30 de SER dont j'ai gardé 70%. Traitement PIPP, SiriL et PPS.
       
      Maintenant que je vous sais indulgent, voici l'image:
       

       
      Elle est un peu à l'étroit, mais ça passe encore.
       
      Merci et bon ciel à tous.
  • Upcoming Events