JB Gayet

NGC 6086 , une pétouille massive

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Voici NGC 6086 au sein d'Abell 2162. Visible dans la Couronne Boréale, elle a une magnitude apparente de 12,7.

 

Acquise le 15 mai 2018 au C11 Edge HD avec réducteur de focal x0.7 sur Paramount ME, 11 poses L de 150 secondes et  10R 10G 10B de 150 sec chaque, ATIK 4000 MM. Nuit avec quelques voiles, les étoiles ne sont pas parfaitement suivies.

 

 

5b0990afcc88e_NGC6086NGC6085.thumb.jpg.e22352166967c2d9e189a620bcd2d2a6.jpg

 

 

Une nouvelle pétouille , mais pourquoi celle-là ? Elle ne paye pas de mine, c'est le moins que l'on puisse dire et elle même moins "jolie" que sa voisine NGC 6085, avec son seul bulbe très lumineux et un halo à peine visible. Oui, mais elle apparaît dans pas mal de publications. Pourquoi elle ? ... L'explication en trois étapes :

 

1) NGC 6086  est une galaxie elliptique de Type cD, c'est à dire un membre d'objets immenses et brillants qui peuvent mesurer presque 1 Mégaparsec (3 millions d’années-lumière)  et c'est la BCG d'Abell 2162, c'est à dire la galaxie la plus brillante de l'amas (Brightest Cluster Galaxy, pas tout à fait mon BCG médical, quoi). Sur la photo suivante, PI a indique quelques galaxies mais si vous regardez l'image en full, il y a en un paquet d'autres :

 

5b0992145e03e_NGC6086NGC6085annotes.thumb.jpg.29e622da0db8013fac7955e9983ea2ed.jpg

 

 

Les BCG comptent parmi les galaxies les plus massives de l'univers. Ce sont généralement des galaxies elliptiques qui se trouvent à proximité du centre géométrique et cinématique de leur amas de galaxies hôte, ce qui se dit aussi "au fond du puit de potentiel de l'amas" (un puits potentiel est la région entourant un minimum local d'énergie potentielle. L'énergie captée dans un puits potentiel est incapable de se convertir à un autre type d'énergie (par ex : énergie cinétique dans le cas d'un puits de potentiel gravitationnel) car elle est captée dans le minimum local d'un puits potentiel). Elles coïncident généralement avec le pic de l'émission de rayons X de l'amas.

 

Les scénarios de formation pour les BCG comprennent:

 

- Cannibalisme galactique : Les galaxies convergent vers le centre de l'amas en raison de la friction dynamique et des effets de marées.

- Fusion galactique  : fusions galactiques rapides entre plusieurs galaxies lors de l'effondrement d'un amas.

- Et (moins probablement) Flux de refroidissement : Formation d'étoiles par flux de refroidissement central dans les centres de refroidissement à haute densité des halos à rayons X au sein des amas. En effet, les amas galactique contiennent du gaz très chaud (entre 10^7 et 10^8 K) et très ténu (densité généralement comprise entre 10-3 et 10-2 particules par cm³), qui émettent des rayons X via le processus de rayonnement continu de freinage. L'étude des populations d'accrétion dans les BCGs n'a toutefois pas permis d'accréditer cette hypothèse, les étaudes réalisées n'ayant pas objectivé de flux de refroidissement dans les amas à refroidissement radiatif. 

 

En pratique, les BCG sont les galaxies les plus lumineuses de l'univers actuel. D'accord, mais pourquoi celle-là me direz-vous ?


2) On pense que les trous noirs supermassifs (SMBH ie Super Massive Black Holes) sont omniprésents au centre des galaxies. Les relations d'échelle entre les trous noirs supermassifs et les galaxies fournissent des contraintes importantes sur la compréhension de la formation et de l'évolution des galaxies. Des mesures fiables des masses des trous noirs dans les centres des galaxies (locales) sont nécessaires pour comprendre la vraie nature de ces relations d'échelle (empririque).

 

La masse des SMBH (MBH) est corrélée à la dispersion des vitesses stellaire et à la luminosité des galaxies dans lesquelles ils résident, définissant des "rapports MBH-σ et MBH-L". Ces relations suggèrent un lien fort entre la formation et l'évolution des SMBH et celles de leur galaxie hôte. Mais, malgré leur importance, ces relations sont encore mal définies pour les MBH élevées. 

 

OR NGC 6086 a permis, en 2010, la première mesure de MBH dans une galaxie lointaine. Bref, pas franchement jolie, mais utile dans la compréhension des relations entre les Trous Noirs Super Massifs et l'évolution des galaxies.

 

3) Grâce à l'analyse du profil de luminosité du bulbe notre petite NGC 6086 qui ne paye pas de mine - ainsi que d'autres galaxies dont NGC 1332, NGC 1550, NGC 4486, NGC 4649, NGC 4261 et NGC 4374 - il a été possible de réaliser une meilleure mise en relation entre les déficits de luminosité des bulbes galactiques et les vitesses de dispersion des galaxies d'une part et les masses des SMBH d'autre part (déficit plus grand pour pour les galaxies ayant des vitesses de dispersion plus élevées et des MBH plus élevées). Par ailleurs, elle a permis de confirmer que la taille du noyau était directement corrélée à la MBH (ça peut sembler logique, mais ce n'est pas si évident que ça en fait). 

 

Au final, le trou noir qui occupe le centre de NGC 6086 est l'un des plus massifs connus, avec une masse estimée de M• = 3.6 (+1.7 / −1.1) × 10^9 M⊙ soit un paquet de masses solaires (M⊙) ....


Alors, vous non plus vous ne la regardez plus de la même manière, si ? ;)

 

Quelques pétouilles autour de NGC 6085 et NGC 6086 zoomées : 

 

5b0993bba5684_NGC6086crop.jpg.33bf0579b44260dbdccd898298651b01.jpg       5b09942547e96_NGC6085.jpg.efa42093193c52235b73469c5b048463.jpg

 

 

 

 

Sources : 


N. J. McConnell, C.-P. Ma, J. R. Graham, K. Gebhardt, T. R. Lauer, S. A. Wright and D. O. Richstone "THE BLACK HOLE MASS IN BRIGHTEST CLUSTER GALAXY NGC 6086" ApJ 2011

 

N. J. McConnell, S.-F. S. Chen, C.-P. Ma, J. R. Graham, T. R. Lauer and K. Gebhardt "THE EFFECT OF SPATIAL GRADIENTS IN STELLAR MASS-TO-LIGHT RATIO ON BLACK HOLE MASS MEASUREMENTS
 
S. P. Rusli "Central Black Holes in Massive Early-Type Galaxies". Thèse, Munich mars 2012.

 

 

C.P. Ma, N. McConnell, K. Gebhardt, S. Wright, T. Lauer, J. Graham, J. Murphy, D. Richstone 'Black Holes in Giant Elliptical Galaxies" GSM 2012 conf.
 

B. Aryal, H. Bhattarai, S. Dhakal, C. Rajbahak and W. Saurer "Spatial orientation of angular momentum vectors of galaxies in six rotating clusters' MNRAS 434, 1939–1945 (2013)
 

  • Like 2
  • Love 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Ben là au moins en plus des images très agréables à regarder on apprend quelque chose ! :)

Ça sent le post qui va marcher. ;)

En tout cas bravo pour l'ensemble.

Christian

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Joli champ avec de complètes explications

Merci pour le partage

 

@+

 

Christian

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Joli ce champ couvert de mégas pétouilles :)

Et merci pour toutes ces explications sur les BCG ;)

Bonne soirée,

AG

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci JB!

 

Belle capture malgré le léger défaut de suivi.

Et une fois encore tu nous en apprends un paquet!

 

Daniel

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo pour ce post ;)

JC

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Jeada
      Bonsoir à tous,
      Un petit jeu de mots pour attirer l'attention sur une cible à la fois facile (pour son halo) et difficile (détails dans la bande de poussière centrale).
      Celle-ci vient encore du Chili ( site telescope live)
      Telescope Planewave CDK24 / Camera FLI ProLine PL9000
      Exposition : environ 14*600s pour chaque couche LRGB
      Cette une galaxie iconique qui figure dans mes cibles préférées, à laquelle je tirerais bien mon chapeau si j'osais finir, par un jeu de mots 

    • By sebseacteam
      Bonsoir,
       
      Encore une image de la soirée du 11 Novembre 2021.
       
      Couple de galaxies bien connu dans la Grande Ourse.
       

       
      Les infos:
       
      Skywatcher 80ED + réducteur 0.8X
      Asi294mc pro + filtre Optolong L-pro
      sur HEQ5 Rowan
       
      45x120s
      Gain 120
      -10°C
       
      Traitement Sirilic, Siril, Pixinsight, PS.
       

       
       
       
      Une V2 plus "froide"
       

       
       
       
       
    • By sebseacteam
      Hello,
       
      Voici 2 autres amas ouverts dans Céphée.
       
      C'est par ici:
       

       
      C'est pas les plus spectaculaires ni les plus connus des NGC, mais ils existent, je leur ai donc rendu une petite visite.
       
      Les infos:
       
      Skywatcher 80ED + réducteur 0.8X
      Asi294mc pro + filtre Optolong L-pro
      sur HEQ5 Rowan
       
      55x120s
      Gain 120
      -10°C
       
      Traitement Sirilic, Siril, Pixinsight, PS.
       

       

       
       
    • By sebseacteam
      Bonsoir,
       
      Voici une autre prise de la soirée du 10/11/2021.
       
      Un amas ouvert dans Céphée, par ici, joliment accompagné par la nébuleuse NGC7129

       
      Les infos:
       
      Skywatcher 80ED + réducteur 0.8X
      Asi294mc pro + filtre Optolong L-pro
      sur HEQ5 Rowan
       
      40x120s
      Gain 120
      -10°C
       
      Traitement Sirilic, Siril, Pixinsight, PS.
       
      Avec autoguidage au DO svp  
       
      Une brute de 120s:

       
       
      And the winner is....
       

       
    • By jeffbax
      Salut la compagnie,
       
      voici la dernière image issue de la mission de début novembre avec @DVernet et @Superfulgur au C2PU de Calern.
       
      Il s'agit de NGC 891, que j'adore en raison des détails accessibles dans la bande de poussières.
       
      Pour cette image le seeing a été moyen pour le site. Une nuit avec 1,5" en moyenne pour une première série de 1h30 de luminance et 3x40 mn de RVB que j'ai faite, puis David a rajouté environ 1h le lendemain de mon départ, mais avec un seeing aux alentours de 2" en moyenne. J'ai gardé 30mn de ses brutes, soit 2h en tout. C'est peu, mais au traitement j'ai trouvé que le résultat pouvait se partager. Même si je pense que sous un meilleur seeing le télescope permettrait un meilleur résultat. Voire des poses rapides de 0,5s sur cet objet. Il y aura donc certainement un jour une version améliorée.
       
      Voilà ce que j'obtiens au final. La full vaut le détour, il y a du détail et pas mal de pétouilles. On doit être à la magnitude 24+ :
       
       

       
       
       
      Le lien ASTROBIN :
       

       
      Et voilà, fin de la série mission C2PU pour moi
       
       
      JF
  • Upcoming Events