Laurent51

Centaurus A en LRVB avec le telescope Janus SUD

Messages recommandés

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

C'est magnifique! Jamais vue aussi beau :x

 

Pour pinailler par contre, je trouve les étoiles brillantes un peu saturées...C'est peut être aussi mon écran assez lumineux!

 

Bravo

 

Martin

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bravo c'est juste magnifique ;)

JC 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

magnifique !!! par rapport à mon 135mm ! bravo à l'équipe! :)

polo

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Magnifique, quels détails ! :) juste pour pinailler un peu comme Martin ;) mais c'est un goût perso.

Bravo, marche bien ce Janus Sud ;)

@+, Thierry

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est malin ! J'ai failli me casser la g... de ma chaise :)

Extraordinaire cette image. Merci pour le partage ;)

Bonne soirée,

AG

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, jldauvergne a dit :

incroyable de choper le jet

Waouh en effet, et que de détails sur la full! Superbe, bravo le team!

Christophe

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bravo la team c'est magnifique . :)

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Martin Bernier : Oui, elles le sont. Il ne faut pas oublier que c'est une ZWO1600MM qui est utilisé comme camera. Le gain est réglé sur 1e/adu afin de privilégier la détective, par contre c'est au détriment de la dynamique qui est limité à 4000 Adu. Donc 16 fois moins de dynamique par rapport a une camera réglé de manière d'identique. La conséquence sur les étoiles c'est leur saturation très rapide.

 

polo0258 : elles sont très belles tes images au 135mm!!

 

Thierry DEMANGE: Oui je comprend bien, ma réponse juste au dessus.

 

christian viladrich: Oui, il y a des "nuages" de suie qui traine tout autour de la bande centrale.

 

Jean-Philippe Cazard :... et Merci pour les étiquettes:-). c'est vrai que c'est super facile a utiliser. Avec un simple clic je retrouve toutes nos publi sur Astrosurf.

 

ALAING : Nous aimerions ne pas etre tenu pour responsable de ton accident, donc merci de passer une ceinture de sécurité la prochaine fois:-). Amitiés!!

 

jldauvergne: Je ne pense pas que se soit aussi difficile que ca. Les amis de Ciel Austral ont fait une belle version avec une couche HAlpha en très longue pose. peut être qu'en LRVB, c'est plus rare. Je ne me souvient plus si elle était visible sur l'image que j'avait traité d'un T400 chez Alain Maury… je vais regarder… il est vrai que l'échantillonnage n'est pas le meme aussi.

 

En tout cas merci à tous pour vos message!!! On garde tout ca bien au chaud:-).

 

Amitiés a tous, et bonne astro!!

 

La JANUS Team

Michel Meunier et Laurent Bernasconi

http://team-janus.astrosurf.com/

https://www.facebook.com/JanusTeamNordSud/

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est magnifique…

 

Je me demande si un grand télescope a déjà résolu le halo, j'imagine que oui…

 

Pour le jet en O III j'ai un petit doute : ces trucs sont des plasmas chauffés à des millions de degrés, qu'on détecte en X et en radio surtout, je sais pas si il y a du O III là-dedans… Je sais pas trop quelle est la contribution dans le visible, comme ici.

 

S

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de vérifier, une équipe à pointé Hubble juste en dehors de votre champ, tout en bas. Ils résolvent effectivement le halo en étoiles de 20 à 23 environ, donc ça doit être possible avec votre bazar !

 

:)

 

 

5128-4.jpg

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je suis d'accord avoir toi sur le jet qui devrait etre plutôt rouge a première vue. Mais je viens de trouver une image très ressente faite avec un 1m au Chilescope (nos voisin… 7.5km, et meme altitude), qui montre le jet plutôt bleu. Je pense que l'OIII de leur filtre est dans le bleu, alors que de notre coté, l'OIII est plutôt sur le filtre vert.

voici l'image: (très jolie aussi par ailleurs, et plus résolue aussi, ce qui est logique.

 

N5128-3_Hubl.jpg

 

 

Et je constate à l'instant la meme chose avec cette image de Chart32:

http://www.chart32.de/index.php/object-list/item/29

 

Amitiés,

Laurent

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Laurent, je me demande juste si cette couleur (bleue, vert, peu importe) n'est pas due à autre chose qu'à O III c'est tout… Ces plasmas sont tellement exotiques que j'ai un doute sur la présence de O III, il faudrait demander à une fusée en spectro des jets galactiques...

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui, ok. C'est vrai que j'ai fait un raccourci trop rapide entre la couleur et la présence d'OIII. Tu as tout a fait raison.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est l'image complète, ou un crop ? J'aurais bien aimé faire un comparo avec la photo de Hubble, si tu as un poil plus de champ vers le bas…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

non, elle est complète, et a aussi été fenêtré car entre les acquisitions le CCD a été réaligné.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il faudrait quand meme regarder mais en utilisant l'image de base de la couche L uniquement pour faire la comparaison avec Hubble…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Absolument magnifique, comme toujours, quelle merveille à regarder….

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



  • Contenu similaire

    • Par delamaresylvain
      Bonjour a tous ,
       
      Je vous présente ma deuxième image acquise durant la même nuit que M1 mais en second parti de nuit .(14/15 décembre )
      Sur 42 poses de 2 ' unitaire , 26 poses seulement de retenu ? 
      Soit 52 ' de pose total .
      Cela s'explique pour deux raisons:
      la première :  j'ai omis de refaire la calibration de l'autoguidage .
      Je suis passé du Taureau au Lion erreur a ne pas reproduire .
      La seconde : c'est le vent qui c'est invité a la fête .
       
      Donc vous l'aurez compris , l'image n'est pas non plus d'une grande qualité mais le partage servira a d'autres  .
       
       

       
      Materiel :
       
      SC8 a F/10 Atik 314 l+
      Autoguidage // 60*230*2 ZWO 224C
      Atlas EQ6 EQmod .
       
      Sylvain
    • Par Ciel Austral
      Bonjour à tous
       
      L'équipe  CIEL AUSTRAL (Jean-Claude Cannone, Nicolas Outters, Didier Chaplain, Philippe Bernhard, Laurent Bourgon) vous présente 2 objets réalisés au CDK20"  depuis l'Observatoire El-Sauce au Chili
       
      NGC247 LRHaVB  en 46h de pose
       

       
      Full et détails
      http://www.cielaustral.com/galerie/photo90.htm
       
       
       
      IC5148 en RGBSHO en 92h de pose sur cette NP très faible (mag 16.5)
       

       
      Full et détails
      http://www.cielaustral.com/galerie/photo91.htm
       
       
      Merci
      L'équipe Ciel Austral
       
       
       
    • Par Loup Lunaire
      Bonjour,
       
      Dernière Lune du jour, deux versions colorisés en positif et négatif, j'aime bien le rendu à droite et certaines chaine de montagne proche du terminateur affiche une meilleure lecture, notamment les mers fécondité & sérénité avec sa couche d'oxyde titane bien apparente.
       
      Bon ciel lunaire
       

    • Par petitprost
      Bonjour ,
       
      Jusqu'ici je fais du monochrome avec une Atik383 qui fonctionne trés bien et donne de bons résultats avec ma lulu TS100/580.
      Je viens  de faire l'acquisition d'un tiroir à filtres plus facile pour moi à utiliser
      Pratiquant essentiellement la photos durant mes congés d'été , il se trouve qu'en 2019 la pleine lune est en plein millieu de mois et dans ces moments là je fais du H-alpha sur les nébuleuses .
      Qu'en est il avec des filtres O-iii et S-ii  par pleine lune si je souhaitais m'initier au narrowband ?
       
      Merci
      Eric
       
    • Par JB Gayet

       
       
      C11 Edge HD, réducteur de focale Célestron x0.72, ATIK 4000 MM, Paramount ME
      Logiciels CCD AP MaximDL Pixinsight
      6 poses unitaires de 600 secondes en filtre L, 6 en filtre R et 5 en B. G synthé.
      Résolution de 0.78"
       
       
      NGC 2535 (= GC 5409) est une galaxie spirale de magnitude 12,8 de type SA (r) c pec (je vous renvoie à ce lien pour l’explication) située dans la constellation du Cancer à environ 187 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique Édouard Stephan en 1877. Per Dreyer la décrit comme "extrêmement pâle, très petite, ronde".
       
      La base de données Simbad indique que NGC 2535 est une radiogalaxie. Sa distance est estimée à 30,329 ± 19,583 Mpc (∼98,9 millions d'années-lumière) ou 57,2 ± 3,9 Mpc (∼187 millions d'a.l.) en se fondant ou non sur le redshift. Compte tenu de sa taille apparente de 2,5 sur 1,2 arcmin, NGC 2535 couvrirait environ 140 000 années-lumière en prenant comme distance 190 millions d’années-lumière.
       

       
       
      Elle constitue avec NGC 2536 une paire de morphologie particulière qui a conduit l’inscription des deux galaxies au catalogue d’Halton Arp sous le numéro Arp 82 (Atlas of Peculiar Galaxies). Leur interaction gravitationnelle a été confirmée par mesure de leurs vitesses de récession, avec des mesures presqu'identiques pour les deux galaxies (4095 km / sec ± 10 km/s pour NGC 2535 et 4085 km/s ± 10 km/s pour pour NGC 2536), mesures réalisées en 1990 par Amram, Marcelin, Boulesteix et le Coarer de l’observatoire de Marseille. Pour cela, ils se sont aidés d’un interféromètre de Pérot-Fabry et du système CIGALE (un instrument de contage de photons à deux dimensions) puis ont posé 3200 (!) points de vélocité sur la galaxie (pour une résolution spatiale de 1″5 et une précision de mesure de vitesse de 19 km/s). Ils ont par ailleurs évalué leurs masses aux alentours de 3.10^10 M⊙ pour la galaxie principale et de 10^9 M⊙ pour NGC 2536 (en prenant comme distance 41 Mpc pour la paire).
       
                               
       
      Lignes d'isovélocités et Courbe de rotation du noyau de NGC 2535
       
       
      Cette interaction avec NGC 2536 est presque certainement la cause de ses bras étendus et notamment du très long bras situé au nord-ouest, qui apparait « cassé ». Il est intéressant de remarquer que cette interaction, qui est à la limite du frôlement, se passe quasiment dans le plan des deux galaxies. Ce type d’interaction entraine sur la galaxie prograde (mouvement dans le sens inverse des aiguilles d'une montre d’un objet lors d’une révolution autour de son corps central lorsqu'il est regardé depuis le pôle nord de rotation du corps central, le contraire de rétrograde) la formation de deux longs bras de marée avec un fort contraste bras / inter-bras, le  désalignement entre les axes cinématique et photométrique traduisant la présence d’un disque intrinsèquement ovale et des dispersions généralisées à grande vitesse de l’hydrogène neutre HI (exploitation des observations de Hubble en 2000 centrée sur les couples NGC 2535, IC 2163 et NGC 5394 par un consortium d’astrophysiciens). Dans le cas spécifique de NGC 2535, galaxie « occulaire », les auteurs ont en plus noté l’absence d’émission de HI ou de continuum radio sur le bord de l’ovale (contrairement notamment à IC 2163), ce qui indiquerait une phase d’interaction ‘plus tardive’. Il est aussi observé un transfert de masse de NGC 2535 vers sa petite compagne (s’accompagnant de formations d’étoiles).
       
      Une observation de NGC 2535 à travers plusieurs filtres a permis le recueil de ces différentes images :
       

       
      NGC 2535 et NGC 2536 à travers divers longueurs d'onde

      Le pont et la contre-queue sont facilement visibles dans les images FUV et NUV. La région de la queue est nettement plus visible en UV qu’en IR, ce qui est attendu, les UV traçant des étoiles plus anciennes.
      Sur ces clichés, on peut identifier 26 régions brillantes de formations d’étoiles (grumeaux) , surtout visible à 8 µm. Leur étude en bande large donne un âge pour la majorité d’entre eux à moins de 100 millions d’années, certains semblant jeunes de quelques millions d’années seulement.  Les grumeaux dans les bandes de marrée ont tendance à être plus jeunes.
       

       
      Répartition des 26 grumeaux de la paire NGC 2535 - NGC 2536
       
      Leur masse ont été estimées individuellement par les auteurs pour chacun d’entre eux en incluant les étoiles de 0.1 à  100 M⊙ et donnent des masses entre 10^6 et 10^9 M⊙.
       

       
      Travail de titan, la "pesée" de 26 grumeaux galactiques
       

      Les auteurs ont par ailleurs modélisé dans le temps les interactions entre NGC 2535 et NGC 2636, et il semblerait que les galaxies aient déjà subi deux rencontres rapprochées. Dans ce modèle, NGC 2535 a subi une légère augmentation du taux de formation d'étoiles lors de la première rencontre rapprochée et une augmentation plus forte lors de la seconde interaction, ce qui est conforme aux observations. NGC 2536 conserve elle un faible taux de formation d'étoiles jusqu'au moment de la seconde rencontre rapprochée, moment au cours duquel il semblerait qu’elle ait converti son disque LSB très régulier en une forme irrégulière compacte, que l’on observe à présent, à la suite des effets des marées. Ce modèle prédit que lors de la prochaine fusion dans un proche avenir, le taux de formation d’étoiles augmentera nettement.
       

      La cinétique de formation d'étoiles pour ce système, dérivée des observations et des modèles, suggère qu'il s'agit d'un système très inhabituel. La formation initiale de ces deux galaxies semble avoir été peu spectaculaire, tout comme les phénomènes transitoires de formation d'étoiles ultérieurs. Cette formation initiale calme a été suivie d'une longue période, à peine inférieure à l'âge de l'univers, où très peu d'étoiles supplémentaires ont été produites. En ce sens, la formation des deux galaxies s'est « bloquée » jusqu’à ce que des disques normaux de type tardif puissent se former. L’interaction actuelle et la fusion éventuelle ultérieure pourraient conduite à la formation d’une galaxie à disque de type Hubble précoce à intermédiaire (Le terme de galaxies de type « précoce » prête à confusion. Il décrit les galaxies elliptiques et lenticulaires ; elles sont appelées ainsi car on pensait qu'elles se formaient avant les autres or elles se forment par fusion de galaxies spirales ou elliptiques).
       
      Enfin, les galaxies de cette paire ayant une masse intermédiaire, leur évolution est en accord avec le concept de Downsizing (réduction de taille), pour lequel les grandes galaxies sont supposées s'être formées à un stade précoce dans des environnements denses, et dans lequel la majeure partie de la formation actuelle d'étoiles se produit dans des galaxies beaucoup plus petites.
       
      En résumé, on peut faire notre cette constatation du Spitzer Spatial Telescope ;

      Cette paire de galaxies en interaction connaît peut-être l'équivalent galactique d'une crise de la quarantaine. Pour une raison quelconque, le couple, appelé Arp 82, n’a pas formé ses étoiles très tôt, ce qui est typique de la plupart des galaxies. Au lieu de cela, les deux galaxies ont eu un second souffle plus tard dans la vie - il y a environ 2 milliards d'années - et ont commencé à former de nouvelles étoiles comme si elles étaient redevenues jeunes.
       
       
      A très bientôt.
       
      JB
       
       
      Sources :
       
      Amram P., Marcelin M., Boulesteix J., Le Coarer E. (1990) The Detailed Velocity Field of the Ionized Gas in the Interacting Pair of Galaxies NGC 2535-36. In: Wielen R. (eds) Dynamics and Interactions of Galaxies. Springer, Berlin, Heidelberg
       
      B. G. Elmegreen, M. Kaufman , C. Struck, D. M. Elmegreen, E. Brinks, M. Thomasson, M. Klari´c, Z. Levay, J. English, L. M. Frattare, H. E. Bond, C.A. Christian, F. Hamilton, K. Noll. HST Observations of the Interacting Galaxies NGC 2207 and IC 21631. The Astronomical Journal, Volume 120, Number 2.
       
      Large-scale star formation triggering in the low-mass arp 82 system: a nearby example of galaxy downsizing based on uv/optical/mid-ir imaging. M. Hancock, B. J. Smith, C. Struck, M. L. Giroux, P. N. Appleton, V. Charmandaris and W. T. Reach. The Astronomical Journal, 133:676–693, 2007 February
       
       

       
       
       
  • Images