xavierc

Valdrôme nuit du 6 au 7 août 2018

Messages recommandés

 9 dessins : 8287 à 8295
 
 Dobson 508/1920
 
 Cette nuit survient après une nuit bouchée, et pourtant j'ai d'abord veillé, puis revérifié toutes les 2 heures entre 2 siestes pour ne pas rater une possible embellie.
 
 Ce soir on devait se prendre un orage par l'ouest mais finalement il nous évite et le ciel qui le remplace est dégagé, avec un reliquat voilé au sud-ouest, le haut des cumulus de cet orage.
 
 J'entame la nuit avec un amas globulaire d'Ophiucus.
 
 Observation 8287 : M107.
 138x, 201x. Il est considérablement faible, avec des étoiles très faibles à perceptibles. Je m'attendais à plus de pétant, il semble atténué par les voiles.
 M107obs8287.jpg
 
 Je monte plus haut regarder des galaxies du Serpent.
 
 Observation 8288 : NGC5984.
 85x, 201x. Elle est vue à 85x. A 201x elle se révèle allongée, facile, très faible, un peu diffuse. Des nodosités la parcourent en vision indirecte VI3 à 5.
 NGC5984obs8288.jpg
 
 Observation 8289 : NGC5951.
 201x. Elle m'apparaît très faible à VI1 (100% du temps en vision décalée), diffuse. La transparence diminue sur la fin du dessin.
 NGC5951obs8289.jpg
 
 Francis Ogier le vice-président de la SAF et fidèle des Rencontres s'est installé à côté avec ses jumelles.
 
 Observation 8290 : NGC5953 et NGC5954.
 201x, 276x. C'est Arp 91. La première est faible et la seconde est vue VI1. L'ensemble est difficile à analyser, mais je constaterai à postériori et avec satisfaction que mon dessin est fidèle aux photos.
 NGC5953_4obs8290.jpg
 
 Je dois changer de coin de ciel car les voiles se sont installés un peu trop dans le Serpent maintenant (ou plutôt ce dernier a plongé vers eux).
 
 Observation 8291 : Comète Giacobini Zinner 21P dans Cassiopée.
 201x, 85x, 402x. C'est la belle comète de cet été, vraiment sympa à voir. J'ai placé le noyau précisément à 0h52, car cette comète se déplace sensiblement pendant la demi-heure du dessin. Elle est déjà vue au chercheur 9x50 comme une étoile faible floue. Au Dobson 508, elle est d'un beau vert tirant sur le turquoise, assez brillante et facile.
 Je note à 201x et 402x des détails dont des jets. Des fragments précèdent le noyau à 402x, très intéressant!
 La queue est diffuse et bien déployée.
 Comete_Giacobini_Zinner_21Pobs8291.jpg
 
 Fatigué à 1h20, je fais une sieste dans l'auto, je ne suis décidément pas encore dans le rythme nocturne!
 
 Puis je pointe le Quintet de Stephan dans Pégase pour rassurer (ou pas) Jean-Bernard qui doute de la collimation de son Dobson Obsession 635, le plus gros diamètre du rassemblement. Je me mets à un grossissement proche du sien pour que la comparaison en pupille de sortie ait un sens. Il en ressort que ces galaxies sont aussi lumineuses dans les 2 tubes avec un meilleur contraste pour le mien.
 
 Observation 8292 : Comète P/Johnson 48P dans le Verseau.
 85x, 276x. Je la vois dès 85x petite et diffuse, faible à très faible. Je remarque son centre ponctuel en vision indirecte.
 Comete_Johnson_48Pobs8292.jpg
 
 La Lune s'est levée, ce qui ne m'empêchera pas de visiter 2 groupes de galaxies dans le Verseau.
 
 Observation 8293 : Hickson 88.
 276x. Ce groupe de galaxies est formé de NGC6975 (VI3, petite, fine), NGC6976 (floue et très faible), NGC6977 (faible) et NGC6978 (considérablement faible à faible).
 NGC6975_8obs8293.jpg
 
 Un moustique m'embête brièvement, je m'en débarrasse en partant au pas de course!
 
 Observation 8294 : NGC6959 à 6967.
 201x. Ce groupe de 6 galaxies a pour membres NGC6959 faible, allongée, montrant des nodosités, NGC6961, très faible à VI1, NGC6962 considérablement faible, NGC6963 très faible, NGC6964 faible et condensée, et NGC6967 faible et à centre ponctuel.
 NGC6959_67obs8294.jpg
 
 L'aube arrive à 4h40.
 Je termine sur Uranus dans le Bélier avec 4 de ses satellites vus.
 
 Observation 8295 : Uranus.
 631x. La lointaine planète est brillante verdâtre clair, et 4 de ses 5 principaux satellites sont visibles, seul Miranda manque à l'appel. Obéron et Titania sont faibles, Ariel très faible et Umbriel VI1.
 Uranusobs8295.jpg
 
 Nicolas est parti traquer quelque comète ailleurs sur le parking avec son télescope roulant.
 le photographe Marouane du club de Rouen range son matériel photo à la lumière du tiers de Lune qui gît sous Aldébaran et les Hyades.

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Infatigable le Xavier !

J'ai eu une vision de la comète un peu différente, image ci jointe

Tiens, curieux d'avoir + de contraste dans un 500 versus un 650

21P Giacobini Zinner_positif_2018_08_12.jpg

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'étais à 100km plus à l'Est (à vol d'oiseau) sur la même période, on va pouvoir comparer les différences de météos locales !

Je n'avais pas observé lors de la nuit du 04 au 05 août (en référence à ton autre publication où tu as pu en profiter un minimum), mais je suis sorti la nuit du 05 au 06 août (à propos de laquelle tu mentionnes "nuit bouchée") pour effectuer des réglages et différents tests car la Lune arrivait trop vite à mon goût; j'ai noté : "orages de fin de journée ayant laissé place à un ciel de traîne encombré par des voiles nuageux sporadiques."

Pour la nuit concernant ce post (06 au 07 août), nos conditions se ressemblaient davantage car j'ai noté : "orages de fin de journée ayant laissé place à un ciel transparent avec parfois de légers voiles, bien moins nombreux qu'hier". Et j'ai commencé à faire du deepsky sérieux dans la Lyre, Hercule et le Petit Renard,  (NGC 6792 + UGC 11430, NGC 6813, NGC 6658+6661+LEDA1676439, vdB 123+GN18.27.4(Red Serpens), mais je suis descendu moins bas en déclinaison que toi.

 

Une belle brochette que tu nous proposes là !

 

Pour NGC 5984, il semblerait au vu de l'image PANSTARRS dans le vert (assez proche de notre sensibilité nocturne pour de l'imagerie) que les nodosités que tu as noté soient le noyau et deux étoiles faibles d'avant plan superposées. C'est bien difficile parfois, sans image de référence sur le terrain, de départager de faibles étoiles malmenées par la turbulence des régions HII ou autres associations OB. Faudra que j'aille la visiter (tu l'as sélectionnée sur ma liste ? ;-))

 

NGC 5953/5954, ouah, magnifique : je réhausse son niveau d'intérêt dans ma liste de cibles grâce à ton dessin.

 

Pour le groupe HCG 88 (autour de NGC 6975), historiquement parlant NGC 6975 = NGC 6976 (6976 sur ton dessin). Ta 6975 redevient du coup un peu anonyme (mais plus exotique) en tant que PGC 65612…

voir http://www.astronomy-mall.com/Adventures.In.Deep.Space/NGC 6000 - 6999 (11-30-17).htm pour l'explication

 

Et enfin, pour le groupe de NGC 6959 (WBL 666), je n'en ai vu qu'une de plus (2MASXJ20470331+0026126) et elle fait a priori partie du groupe d'après son redshift, mais lorsque j'ai observé le groupe en 2015 les conditions étaient excellentes : T=1 et S=1 (seeing exceptionnel pour ma vallée alpine).

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ha, Hickson 88 ça fait longtemps que je veux l'observer mais je ne l'ai toujours pas fait. C'est intéressant de le voir dessiné, merci Xavier ! ;) (je crois que c'est un des groupes Hickson les plus "lumineux" - ou les moins faibles plutôt. C'est d'ailleurs pour ça que je l'avais retenu, à partir des données Stellarium, de mémoire...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Xavier,

 

comme Yann, c'est Arp 91 qui retient mon attention, même si le reste est très bon aussi, notamment les amas de galaxies :)

 

Fred.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à tous pour vos réponses! Je vois que ces objets secondaires suscitent malgré tout de l'intérêt.

 

chevaliler, tu étais donc mon voisin au 600 dans le virage.

Mon dessin de la comète 21P date de 6 jours avant le tien, je l'ai dessinée quelques jours après avec une queue bien plus allongée comme sur ton dessin.

 

Concernant la différence de contraste entre 2 instruments de diamètre différent, il faut tenir compte de la diffusion générée par l'optique, due à la régularité de l'état de surface (on le mesure avec le rapport de Strehl ou le RMS).

 

Yann, je n'ai pas encore puisé dans ta liste, car je parcours celle de Michel Nicole actuellement.

Je note la correction de référence pour NGC 6975, tu es notre spécialiste catalogues!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



  • Contenu similaire

    • Par xavierc
       Nuit du jeudi 1er novembre au vendredi 2 novembre 2018.
       Strock 254/1200
       Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo.
       
       13 observations : 8486 à 8498.
       
       Je commence par faire quelques photos notamment de la conjonction Jupiter-Mercure dans le Scorpion grâce à mon appareil bridge à 1600 ISO et F/D 2.8.
       Les résultats sont franchement impressionnants.

       Le Scorpion, pinces et Antarès en bas, plonge sur la droite de l'image vers l'horizon, derrière la silhouette du télescope de 406mm.
       A gauche, on voit les 2 étoiles principales alpha et bêta du Centaure.
       
       
       Un poil plus tard et plus haut, le centre galactique est au milieu de l'image, le Scorpion à gauche, le Sagittaire à droite, enrichi par Saturne.
       
       
       Le premier dessin de la nuit est sur la planète Mars dans le Capricorne, qui ici est quasiment au zénith, ce qui nous change de l'opposition du mois de juillet à ras de terre depuis la France métropolitaine.
       
       Observation 8486 : Mars.
       A 480X, j'observe Mars de l'œil gauche sans filtre afin de ne pas perdre ma vision nocturne, puis avec l'œil droit avec le filtre rouge 23A qui améliore encore le contraste.
       Les images stables sont plaisantes, ça me change de l'opposition vue depuis la France.
       Je note beaucoup de détails malgré le diamètre apparent qui diminue (12").
       Sauf erreur j'observe les mers Cimmerium et Sirenum.
       Je vois aussi la tache plus claire de Hellas ainsi que la calotte polaire Sud.
       
       
       Toute la nuit en fil rouge je prendrai des photos des constellations en regardant avec l'oeil gauche dans le viseur de l'appareil photo, écran repliable fermé, afin de ne pas éblouir mon œil droit observateur et donc de garder mon adaptation nocturne.
       
       Le Grand Nuage de Magellan flou est à gauche du centre, l'étoile brillante en bas à gauche est Canopus de la Carène.
       La région du pôle céleste sud est vers le centre de l'image.
       
       
       Le Grand Nuage de Magellan est en bas, le Petit plus discret un peu sous le centre de l'image.
       L'étoile brillante à gauche du Petit Nuage de Magellan est Achernar de l'Eridan.
       
       
       Encore une fois, je constate l'invasion des fourmis dans la partie bouffe du sac à dos alors que hier j'ai sorti les barres de chocolat et que j'ai secoué le sac. Une m'a carrément mordu et jeté de l'acide sur la main ce qui me fait mal pendant quelques minutes.
       
       Après avoir constaté que le Celestron 14 est hors de fonctionnement, Pierre et Raymond viennent observer Mars au télescope 406 avec Bruno.
       C'est toute une histoire l'état actuel du C14 : il en est là à cause d'un astro-employé indélicat qui devait assurer la maintenance du matériel.
       Il a fait la bêtise de démonter la lame de fermeture du C14 pour la nettoyer sans vérifier s'il y avait une marque d'apairement.
       De plus il a mal parqué le télescope avant de fermer l'observatoire, le toit métallique a tapé la monture, endommageant des moteurs et la plaque de fixation au pilier. A cause de cet imbécile, cet instrument à l'optique exceptionnelle et au suivi impeccable est maintenant l'ombre de lui-même. Je sens que Raymond et Pierre vont passer quelques après-midis à essayer de le remettre sur pied.
       
       Je commence les observations ciel profond sur le Scorpion qui descend assez vite, avec un nuage obscur.
       
       Observation 8487 : SL28.
       Ce nuage obscur est observé à 75X et se révèle assez sombre avec des limites très floues.
       
       
       J'observe ensuite un amas globulaire du Sagittaire.
       
       Observation 8488 : M69.
       Cet amas globulaire est assez brillant et bleuté à 75X et déjà résolu.
       Je l'ai aussi repéré au chercheur 9x50 comme une étoile floue faible à côté d'une autre étoile de même brillance.
       A 218X, il est bien éclaté avec beaucoup d'étoiles faibles à très faibles plus un fond stellaire VI3 à 5. Il devient assez sombre à 218X et il commence à être bas. C'est vrai qu'il est dans une constellation d'été.
       
       
       Je continue d'explorer la zone de galaxies vers iota du Sagittaire.
       
       Observation 8489 : NGC6878A.
       Cette galaxie n'est pas vue à 150X mais je la repère très faible à VI1 à 109X.
       Je pense que c'est parce qu'elle était très diffuse et peu contrastée que je l'ai râtée à 150X.

       
       Observation 8490 : PGC64319.
       Cette galaxie est soupçonnée à 109X et confirmée à 150X très faible à VI2 et diffuse.
       
       
       Observation 8491 : PGC64257.
       Je l'observe à 150X, très faible, condensée et petite.
       
       
       Observation 8492 : PGC64188.
       Cette galaxie elle aussi n'est pas vue à 150X mais je la repère à 109X, diffuse et VI2.
       
       
       J'arrive dans les choses sérieuses avec les objets du Petit Nuage de Magellan.
       
       Observation 8493 : NGC456 et 465.
       Je suis dans un coin déjà assez riche du Petit Nuage de Magellan dans le Toucan avec NGC456 qui réagit bien en Oxygène 3 et faiblement en HBêta.
       Juste à côté, je repère aussi NGC465 qui est très faible en HBêta, et il réagit bien en filtrage Oxygène 3.
       Soit ces objets sont très morcelés, soit j'ai noté plusieurs autres objets à proximité.
       J'utilise comme grossissement 75X, 109X et 150X.
       Ce champ est un bel ensemble.
       
       
       Observation 8494 : NGC419.
       Cet amas globulaire du Petit Nuage de Magellan est observé à 150X et 75X.
       Bien qu'incolore, il est assez brillant, diffus et granuleux à 343X dans sa zone centrale, waouh!
       
       
       Vers 3h heure locale, Pierre est frigorifié, et découragé de ne pas avoir trouvé le casque de Thor, et du coup il est parti dormir.
       
       Observation 8495 : NGC330.
       Cette fois-ci c'est un bel amas ouvert.
       Il est petit à 75X. Par contre à 218X et 343X, où il est assez faible, il me montre en vision indirecte beaucoup d'étoiles très serrées, ça grouille d'étoiles.
       
       
       Observation 8496 : NGC416.
       Il est considérablement faible à faible. Je l'observe minuscule à 75X et le grossis davantage à 218X où il est diffus.
       
       
       Comme la nuit dernière, des nuages venus du Sud-Ouest débordent. C'est quoi ce temps très inhabituel au Chili?
       
       J'observe une galaxie du Phénix.
       
       Observation 8497 : NGC625.
       Cette galaxie est observée à 109X et 150X.
       A ce second grossissement, elle me montre des nodosités VI3 à 5.
       Elle est considérablement faible, diffuse et allongée.
       
       
       A 4h30, la Lune s'est levée mais reste noyée dans les nuages à l'est.
       J'ai un coup de barre une fois de plus.
       
       Je pointe une galaxie de l'Éridan.
       
       Observation 8498 : IC1953.
       Cette dernière galaxie de la nuit est vue dès 75x très diffuse, faible, et un compagnon très faible facile l'accompagne, c'est PGC13172.
       La brillante étoile tau 5 de l'Eridan gêne par son fort éclat. Je la sors du champ pour mieux observer les deux galaxies et je n'arrive pas à voir la troisième qui jouxte IC1953 sur ma carte.
       
       
       A 5h, je tombe de fatigue.
       Des nuages se répartissent entre le sud-est et le nord-est et ils débordent presque jusqu'au zénith. La Lune est noyée dedans.
       
       Je me repose un peu sur le lit de l'observatoire avant d'avoir la force de remballer à 5h30 alors que l'aube arrive.
       
       La suite des photos touristiques : le voyage aller et l'arrivée à l'observatoire.
       
      Dans le car reliant Santiago à Ovalle.
       
       
      En route depuis Ovalle vers l'hacienda des étoiles, on aperçoit l'observatoire américain du Cerro Tololo, que j'avais visité en 2008.
       
       
       Vallée de Pichasca à 30kms de notre gîte
       
       
      On atteint au Soleil couchant le village du Romeral, le plus proche à quelques kilomètres de notre destination.
       
       
       
      Le Romeral, où on viendra assister à une fête un dimanche.
       
       
      L'hacienda des étoiles
       
       
       
       
    • Par Loup Lunaire
      Bonjour,
       
      Une journée sans nuage, mais aussi sans lune donc j'avais envie dessiner un peu même sous la pollution lumineuse.
      Ce n'est pas évident de voir des choses avec toutes ces lumières , heureusement le filtre UHC aide un peu , et désolé pour la qualité du scan , il semble que les scanners ont beaucoup de mal avec le "noir" (quelque soit le mode choisi), c'est pour cela que je rajoute une photo d'ensemble. Les conditions de dessins était moyenne surtout gêné par la PL et une turbulence moyenne qui limite le grossissement , à x140 fois s'était déjà trop une des étoiles du trapèze semblait s'évanouir parfois.
      Des irrégularités était visible dans le "cœur" , c'était davantage en vision  décalé, mais les ailes n'était pas vraiment déployé, chez moi.
       
      En tous cas le ciel d'aujourd'hui et complètement couvert, alors autant profiter de l'occasion.
       
       
      Bon ciel étoilé & lunaire
       
       
       

       
       

    • Par xavierc
       Nuit du mercredi 31 octobre au jeudi 1er novembre 2018.
       Strock 254/1200.
       Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo.
       
       13 observations : 8473 à 8485.
       
       Je suis de retour en ce lieu magique du Chili après 5 ans d'absence.
       
       
       Cette fois-ci, j'ai enfin pris le temps de découvrir le reste du pays avec une semaine touristique à notre arrivée, avant 2 semaines d'astronomie à l'hacienda.
       
       Je posterai en fin de certains CROAs quelques photos de la partie touristique.
       
       Pierre observe sur le télescope 406 de focale 1827 et Bruno image plus loin au sud sur une configuration photo à base de lunette de 70mm près des télescopes en remote.
       
       
       Lunette 130 en remote.
       
       
       
       
       Télescope 520 en remote.
       
       
       Je commence par la planète Saturne assez haute ici (40°) dans le Sagittaire.
       
       Observation 8473 : Saturne.
       480X et 343X. Les images sont assez fines. La division de Cassini est visible sur tout le pourtour. Elle affleure le pôle sud de Saturne.
       Les anneaux sont blanc crème et le globe est jaune clair.
       La turbulence est moyenne à 3 sur l'échelle de Danjon.
       
       
       Je poursuis les observations sur un amas ouvert du Scorpion.
       
       Observation 8474 : Tr29 ou Trumpler 29.
       Cet amas ouvert est soupçonné au chercheur 9x50. A 109X, il est assez riche avec des étoiles plutôt faibles à perceptibles.
       
       
       Bruno a des soucis de suivi pour ses photos. Il finira par améliorer la mise en station de la monture HEQ5 à poste fixe sur pied colonne.
       J'observe ensuite un amas globulaire du Scorpion.
       
       Observation 8475 : NGC6496.
       Il est résolu dès 75X, considérablement faible.
       A 150X, je vois ses étoiles qu'on dirait en surimpression.
       Il est bizarrement allongé pour un amas globulaire.
       
       
       Je poursuis les observations sur des galaxies du sud du Sagittaire, vers iota qui est sous l'horizon chez moi.
       
       Observation 8476 : NGC6890.
       Cette galaxie est assez faible à considérablement faible et compacte à 150X.
       
       
       Observation 8477 : PGC64389 et 64391.
       En préparant mes observations, j'ai imprimé avec Guide 7 les cartes de champ des galaxies principales et j'ai rajouté toutes les galaxies jusqu'à magnitude 15, du coup ces galaxies sont voisines de la précédente.
       Ces galaxies ne sont pas séparées, je vois un ensemble de 3 condensations faibles à très faibles à 150X et 218X.
       
       
       Observation 8478 : PGC64380.
       A 150x, cette galaxie voisine des précédentes est très faible avec un centre plus marqué.
       Elle est diffuse et assez facile.
       
       
       Observation 8479 : PGC64383.
       Cette galaxie dans le même périmètre que les précédentes est minuscule même à 150X.
       Elle est très très faible à vision indirecte 1.
       
       
       A 1h le calme est parfait, à tel point que je me demande si Pierre est parti dormir dans le lit de l'observatoire.
       
       Observation 8480 : NGC6878 et PGC64328.
       La galaxie NGC est vue très faible à VI1, très diffuse, tandis que PGC64328 est faible à très faible, compacte à 150X.
       
       
       J'observe une galaxie de la Grue.
       
       Observation 8481 : IC5170.
       Cette galaxie est vue à 150X faible à très faible et très allongée en VI1 surtout.
       
       
       Un spectaculaire météore de type Capricornide de magnitude visuelle -4 est visible vers 2h avec traînée et fragmentation.
       Je constate aussi avec effroi une invasion de fourmis dans mon sac, dans la poche où j'ai mis les barres chocolatées.
       Il y en a des dizaines et elles finiront aussi par envahir l'observatoire, ses gâteaux et le thé.
       
       Je passe ensuite sur une galaxie du Phénix, constellation à proximité du bout de l'Eridan avec son étoile phare Achernar.
       
       Observation 8482 : NGC7796.
       A 109X, je vois le centre considérablement faible de cette galaxie et son pourtour VI1 à 5.
       
       
       Un coup de barre me saisit vers 2h45 puis un mal de ventre et je descends précipitamment aux toilettes pour un besoin naturel. Je me vautre d'ailleurs dans un trou de la piste lors de cette retraite précipitée.
       Je note malgré ça que les horizons ne sont pas propres.
       
       Je reviens près d'une heure après suite à ce souci de santé que je pense dû à un coup de froid ; les écarts de température sont importants ici au crépuscule sans qu'on s'en rende spécialement compte.
       
       La Lune en dernier quartier est levée au retour vers 4h, elle a franchi l'horizon des montagnes et éclaire directement le site d'observation.
       Les autres sont partis dormir.
       Quelques cirrus traînent sur le site d'observation et ensuite ça s'intensifie avec un ciel voilé par endroit.
       
       J'observe un amas ouvert des Voiles dans ce ciel voilé, drôle de hasard.
       
       Observation 8483 : NGC2659.
       Cet amas ouvert est riche à 109X. Ses étoiles plutôt faibles à perceptibles le rendent dur à dessiner.
       
       
       Puis quelques gros cirrus cantonnés au sud-ouest arrivent.
       
       J'observe d'autres amas ouvert des Voiles.
       
       Observation 8484 : Pi6.
       Cet amas ouvert à 150X est petit, assez brillant et me montre une vingtaine d'étoiles.
       
       
       Observation 8485 : Pi8.
       Il est observé dans l'aube. Un météore passe juste dessus à 150X.
       Il est petit et laiteux à 75X et se résout partiellement à 150X.
       
       
       J'entends les moteurs des télescopes en remote au sud à 5h30.
       L'aube arrive à 5h45, le ciel se bâche de voiles, bon timing.
       
       Pour finir, quelques photos du voyage aller :
       Survol des Andes.
       
       
       Des vallées verdoyantes au milieu de montagnes arides, voici le nord du Chili.
       
       
       Santiago du Chili et ses immeubles
       
       
       Gare routière d'Alameda à Santiago du Chili, d'où nous prenons le car jusqu'à Ovalle, 400kms au nord.
       
       
       Rues de Santiago
       
  • Images