roland

Moisissure sur lame de fermeture

Messages recommandés

Bonjour,

 

J'ai constaté depuis quelque temps une tâche bizarre sur l'intérieur de la lame de fermeture de mon lx200. Ca  ressemble à un flocon du coup j'ai peur que ce soit un champignon. La tâche n'est  pas très étendue  (1 à 2mm de diamètre) mais que vaut il mieux faire à ce stade: rien tout en faisant attention  au stockage et à l'humidité ou nettoyer dès à présent pour  éviter toute extension ou contamination du miroir?

Le démontage de la lame pour nettoyage à l'air très  délicat.

 

Merci pour vos conseils.

 

Salutations 

 

Roland 

image1.jpg

image2.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible arrive ...
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Salut je pense pas que se soit si délicat de démonté la lame avec un bon repérage de sa position et des cales de celle ci devrait t'aidé  :)

un passage au bain d'eau savonneuse et si possible rinçage a l'eau distillé devrait venir a bout de cette saleté sinon une finition au pursol  si cela ne part pas 

Sauveur

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Roland.

C'est un champi, oui.

Nettoyage sans attendre qu'il attaque le coating ni qu'il s'étende.

Nettoyer une lame est extrêmement facile et simple, puisque après démontage on accède en toute sécurité et confortablement à la face interne.

Il faut juste être organisé et soigneux, et opérer à l'écart de toute turbulence domestique (enfants ou animaux) source de déconcentration, ou pire de catastrophe potentielle en cas de maladresse.

Donc : faire ça au calme et rester décontracté, mais concentré.

Bien étudier au préalable les nombreux tutos publiés sur le net à ce sujet.

Tu verras elle sort comme neuve si tu es soigneux ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu as vraiment peur de démonter la lame, tu peux peut-être tenter les vapeurs de  formol o.O

 

ça s'achète en pharmacie ( en très petite quantité ça reste légal ).

 

on enferme l'objet dans un récipient  hermétiquement avec le formole au fond et on attent plusieurs jours.

 

étonnament, ça n'empêche pas seulement la croissance du champignon, mais le fait aussi en grande partie disparaitre.

 

J'ai fais ça sur un 400mm f/5.6....... est-ce que la même quantité de formol peut traiter un volume d'air beaucoup plus grand ?????

 

EDIT :  il y a aussi la solution de l'exposition prolongée aux UV....

            je l'avais éliminée car on ne peux pas pointer le soleil avec un SC (avec un objectif, si)...

           mais tout compte fait, ça reste une piste (par exemple avec une fenêtre qui n'expose que la petite moisissure ????

Modifié par FroggySeven

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On peut très bien pointer à quelques degrés du Soleil pour le sortir du champ et laisser suivre la monture ainsi à longueur de journée, mais enfin c'est vraiment se compliquer la vie pour pas grand chose tandis qu'il est si simple de nettoyer la lame.

Sur mon île c'est devenu une opération de routine rendue obligatoire par l'humidité et la salinité ambiantes durant l'hiver austral, ainsi qu'après chaque période cyclonique : je démonte et nettoie ainsi les lames de nos 2 SC + ceux des copains 2, voire 3 fois par an en moyenne.

Je le fais en tout cas dès que je repère l'apparition des premières dendrites, qui prolifèrent immédiatement en période chaude/humide.

La seule fois où cela n'a pas été possible sur notre C14 après le passage d'un cyclone - car je bossais en France à l'époque - l'instrument est resté sans soins pendant plusieurs mois : les champis ont proliféré et attaqué le coating (faiblement heureusement, mais les traces indélébiles restent visibles après des années, prouvant une attaque chimique bien réelle)

En France, je n'ai eu de mémoire besoin de le faire que 2 fois en une dizaine d'années, sur mon C14 qui séjournait il est vrai sous coupole...

Les traitements anti-reflets de la lame n'ont pas la fragilité mécanique d'une aluminure : on peut la nettoyer sans danger dès lors qu'on procède dans les règles de l'art, et sans non plus s'exciter sur la moindre trace résiduelle totalement sans incidence sur la performance optique.

Par contre les moisissures et autres dépôts organiques (chiures de mouches ou de cacaziaux, spores, marques de doigts, etc.) doivent être éliminés rapidement pour éviter toute agression chimique.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tu te fais un cache avec seulement un trou qui expose le champignon avec une lampe UV. au pire tu as perdu quelques € au mieux tu as éviter une décollimation avec un champipi mort xD

 

là ou tu te trouves tu utilises des résistances chauffantes pendant tes observations ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

J'utilise une résistance chauffante autour de la lame, je ne la mets pas systématiquement en route, ceci dit j'ai toujours fait attention à attendre que la buée soit partie avant de ranger l'instrument . Il est stocké dans un garage depuis 13 ans, le garage est non chauffé certes mais je n'ai jamais eu de soucis d'humidité sur quoi que ce soit entreposé dans ce garage d'ailleurs.

Je vais quand même tenter le démontage, d'autant qu'en inspectant de près la lame, j'ai vu d'autres tâches étranges à l'intérieur également, bien moins étendues que celle en photo mais je me demande s'il n'y a pas contamination.

Merci pour l'article,.

 

Salutations.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme Alain, le mieux c'est de démonter, sinon, mettre l'objectif à la lumière du soleil, les champignons détestent ça. ça peut être curatif, ou préventif.

A l'armée, les optiques sont entreposées à l'année dans des grandes armoires vitrées, en dehors de leur sacoches, objectif vers l'extérieur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à Tous,

 

 

Il y a 7 heures, Sébastien Lebouc a dit :

A l'armée, les optiques sont entreposées à l'année dans des grandes armoires vitrées, en dehors de leur sacoches, objectif vers l'extérieur

 

Je comprends donc pourquoi je devais aligner les théodolites sans bouchon lors de mon service militaire !!!!

 

Donc, pour parer les champignons : c'est lentilles (et miroirs) à la lumière. Question : si on place un morceau de vitre devant le bloc optique (histoire de limiter la poussière sur la lentille), devons nous choisir un verre spécial qui laisse passer les UV ou bien, par défaut, tout verre standard (style Casto) laisse passer les UV ?

 

merci !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 28/09/2018 à 05:35, Alain MOREAU a dit :

je démonte et nettoie ainsi les lames de nos 2 SC + ceux des copains 2, voire 3 fois par an en moyenne.

Et on appelle ça un Paradis : quelle galère:D  Mais comment fais tu pour garder le sourire ? Bon, je te taquine bien sûr ...

 

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il me semble aussi que c'est un champignon.

Alain, tu as une recette à préconiser?

De mon côté, je vois souvent H2O2 +ammoniac (séparément sinon, je ne réponds de rien...) Sauf que c'est devenu  difficile à obtenir (pour un particulier en tous cas).

Voire tout simplement du vinaigre...

Sinon, il y a aussi des traitements enzymatiques (produits pour le bois, souvent).

Dans chaque cas, le verre supporte, mais le coating, je ne sais pas s'il apprécie...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai eu une 80 Apo avec des champignons entre les 2 lentilles du doublet

démontage du bloc optique , trempage pendant une heure des 2 lentilles dans la Javel

rinçage sous le robinet puis eau distillée

Les champignons ne sont jamais revenus :)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 18 heures, bulot a dit :

Question : si on place un morceau de vitre devant le bloc optique (histoire de limiter la poussière sur la lentille), devons nous choisir un verre spécial qui laisse passer les UV ou bien, par défaut, tout verre standard (style Casto) laisse passer les UV ?

Eh bien si le verre ordinaire flotté filtrait bien les UV, on ferait des lunettes de soleil avec j'imagine ? B|

Donc à mon avis, un bout de verre à vitre convient à cet usage (lyl : help ! :)) ce que tend à prouver aussi la méthode de conservation adoptée par les militaires et que rapporte Sébastien (qui si je me souviens bien a opéré des années en Guyane : un endroit réputé pour ses conditions impitoyables pour l'optique !...)

il y a une heure, Jijil a dit :

Alain, tu as une recette à préconiser ?

Rien de particulier : je surveille attentivement (facile : le matos sert souvent !) surtout en période cyclonique lorsque toutes les conditions critiques sont réunies : 100% d'humidité + chaleur ininterrompue + air ambiant chargé d'embruns salins corrosifs et de matières organiques à cause d'un vent violent qui, après avoir ratissé une mer formée voire déchaînée en soulevant les embruns, vient décoiffer brutalement la végétation environnante !

Les spores s'invitent dans les tubes optiques malgré le soin qu'on met à les emballer-protéger (elles y séjournaient déjà depuis longtemps en fait) et elles ont soudain tout sous la main pour germer : les moisissures peuvent alors apparaître en moins de 48h, tandis que toute mécanique non protégée va nécessiter un rinçage rapide à l'eau douce suivi d'une lubrification soignée !

Donc je ne chôme pas en cette période, bien que toute observation soit proscrite !

D'autant que ce pourrissement accéléré touche absolument tout : fringues dans les armoires et penderies, couchages, outillage, provisions de bouffe "cyclonique" ou pas, véhicules,

C'est un combat pour maintenir le matos en état dans ces conditions, il ne faut rien lâcher jusqu'à ce que ça passe !

Le dernier cyclone s'est anormalement éternisé sur l'île, avec un oeil qui ne se déplaçait qu'à 4km/h en moyenne - pour des vents de 135km/h avec rafales à 165-170km/h : banal ici, mais il a fallu lutter ainsi pendant 3 semaines ! Ce qui reste toutefois exceptionnel.

C'est un climat particulier j'en conviens, qui induit des conditions un peu extrêmes pour le matos dans ces circonstances précises ;)

Il y a 5 heures, ndesprez a dit :

Et on appelle ça un Paradis : quelle galère:D  Mais comment fais tu pour garder le sourire ?

Ben parce que  tout le reste du temps ce n'est que du bonheur ! :D Tout se mérite - d'une façon ou d'une autre.

Pour finir de répondre à Jijil : j'opère sitôt que le régime d'alizé se rétablit et que le taux d'humidité relative retombe sous les 70% - idéalement 60% - si ça peut attendre quelques jours de plus sans se dégrader (afin de ne pas enfermer trop d'humidité dans les tubes)

Là, je démonte, nettoie, remonte.

Et c'est tout.

Dès que le soleil paraît, j'expose tout le matos au plein soleil, je pointe les optiques à 10° du Soleil plusieurs heures d'affilée, je ventile abondamment dès que l'humidité relative est correcte, et j'entretiens très régulièrement les instruments, les accessoires optiques et mécaniques, les montures, la connectique, qui vieillissent plus en un seul cyclone durant quelques jours qu'en une année entière d'usage intensif !

Grâce à cette maintenance soutenue, les problèmes sérieux ne concernent jamais l'optique ni la mécanique.

En revanche j'envie souvent les électroniques durcies et tropicalisées des militaires, c'est clair ! 9_9

Pour nettoyer les lames, comme je le fais souvent, je n'ai pas besoin d'y aller au Scotch-Brite ! :) : un simple rinçage léger à l'eau de pluie (d'avant le cyclone ;)) pour virer le sel et les poussières, un essuyage "aérien", et si je note quelques résidus plus tenaces ou l'apparition de dendrites, je les traite par vaporisation de Purosol, que je laisse agir 10mn au moins sous film plastique pour empêcher son évaporation avant d'essuyer au micro-fibre optique (ce n'est pas un produit très volatil de toute façon, mais j'en utilise ainsi très peu :)).

Aucun autre secret donc, que d'entretenir régulièrement son matos ;)

Après, démonter et remonter propre une lame de SC est une opération triviale qui prend moins d'une demi-heure tout compris, sans la moindre précipitation (surtout pas d'ailleurs !) et qui ne nécessite aucune compétence particulière, que d'être précautionneux, informé et méthodique.

Malgré 45 ans d'astro, il y a encore un tas d'optiques que je ne démonterais pas, parce que je suis incapable de les régler en particulier, sauf en cas d'urgence pour tenter de les sauver ; c'est le cas notamment de pas mal de lunettes et objectifs modernes qui nécessitent un ajustement parfait des éléments et blocs optiques entre eux, ce qui implique des connaissances et du matos de réglage dont je ne dispose pas : il faut connaître et accepter humblement ses limites, et faire appel à un pro plutôt que de faire n'importe quoi.

On en connait tous ici plusieurs, parfaitement compétents ;)

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

 

Je n'ai jamais eu  de soucis avec mes optiques, même si je ne possède pas à proprement parler de lame de fermeture qui est en fait une lentille, quoiqu’il en soit je laisse aéré la lunette et tous les accessoires optique utilisés quelque soit la température . La poussière c'est plus facile a retirer qu'un champignon.

D'ailleurs je vais nettoyé quelques accessoires,  me débarrasser de quelques traces et tâches dû à l'utilisation.

 

Bon nettoyage optique

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 9/27/2018 à 23:49, FroggySeven a dit :

EDIT :  il y a aussi la solution de l'exposition prolongée aux UV....

            je l'avais éliminée car on ne peux pas pointer le soleil avec un SC (avec un objectif, si)...

           mais tout compte fait, ça reste une piste (par exemple avec une fenêtre qui n'expose que la petite moisissure ????

Pas bête, mais encore faut-il que la moisissure soit du bon côté du verre: s'il ne transmet pas les UV (soit la plupart des verres), c'est inutile (hélas).

Les UV-C "biocides" peuvent etre générés artificiellement à l'aide des lampes pour traitement de l'eau (tubes fluo). Il n'y a pas de solution LED encore efficace et éprouvée, sinon.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il n'y a pas que la composition du verre , mais aussi son épaisseure. Or une lame de fermeture est fine. à voir...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puisque tu le démontes, profites-en pour floquer l'intérieur du tube et pour monté 3 ventilos à l'arrière du barillet ... :-)

 

Fred

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

J'ai démonté la lame hier et nettoyé, le champignon est parti sans soucis et pas de traces d'endommagement du coating ou autre.

Effectivement le démontage n'est pas compliqué, j'appréhendais que les cales en liège qui permettent le calage radial ne se décollent et du coup perdre le centrage du secondaire et de la lame mais ça n'a pas été le cas.

La lame est montée avec un peu de jeu radial. Le plus compliqué est de bien nettoyer l'intérieur sans laisser de traces, même en changeant de coton à nettoyer fréquemment c'est pas facile. Je me suis aperçu après remontage de quelques traces persistantes et je me suis dit que le mieux étant l'ennemi du bien j'ai laissé comme ça.

Le soir vérification de la collimation, quelques retouches légères à faire mais avec la turbulence qu'il y avait j'ai pas trop poussé l'exercice.

 

Mon stockage est peut être à revoir: dans un garage (au noir), le télescope est dans une caisse en bois dans laquelle je place du dissécant que je régénère de temps en temps. Le cache est toujours sur l'objectif. Par contre après une sortie je ne le rentre jamais directement dans la caisse, je laisse d'abord l'humidité s'évacuer naturellement soit dehors au soleil soit dsans la pièce pendant quelques heures.

 

Salutations.

 

Roland

 

 

 

image.jpg

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Roland,

 

Merci pour ce retour d'intervention, j'étais attentif aux commentaires puisque je stocke mon C11 un peu à ma maniére, dans le fond du garage. Et ce genre de mésaventure peut très bien m'arriver. 

Bref je vois qu'avec un minimum d'attention le démontage de la lame n'est pas trop problématique, et c'est rassurant.

 

 

Christian

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ces retours :) Pour l'instant, ma lulu est stockée dans ma cave chaudière (à l'abri de conditions idéales pour moisissures et apparemment pas de suies qui passent), mais avec l'hiver, ca va mettre une plombe pour la mise en température...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



  • Contenu similaire

    • Par patsonzero
      Bonjour à tous,
      Je travaille sur l'étalonnage d'un luxmètre. En faisant quelques recherches sur internet, j'ai trouvé une information selon laquelle on utiliserait une lampe étalon pour procéder à l'étalonnage. Mais je n'ai pas pu trouver d'autres informations concernant le mode opératoire du dit étalonnage.
      Merci d'avance de vos réponses.
    • Par Larbucen
      Salutations amis astronomes,
       
      Quelqu'un pourrait-il me parler du "Réfracteur Apochromatique Omegon Pro APO AP Photography Scope 72 / 432 ED OTA" ? J'en ai trouvé un à la braderie des RCE, mais je reste sceptique.
       
      Il y a bien ça: https://nimax-img.de/Produktdownloads/33081_1_Test.pdf
       

       
      Mais ça fait un peu pub vendeur.
       
      Voici mon achat.
       

       
      Pour tout vous avouer avec le renvoi coudé diélectrique William Optics Prisme Amici 45° 2" qui est sur la photo, je n'arrive pas à faire la mise au point en visuel. J'ai essayé avec différents oculaires. 28, 20, 10, 9 mm, mais rien n'y fait.
       

       
      Pourtant celui-ci semble de qualité.
       
      En revanche, en enlevant ce renvoi coudé et en plaçant un tube allonge de 35mm, j'obtiens la mise au point à travers mon Reflex. En visuel pas de MAP avec ou sans RC, pas de MAP avec ou sans tube allonge y compris en terrestre.
       
      On voit également que la queue d'aronde (qui n'est pas celle d'origine) n'est pas dans l'axe de la lunette. J'ai un peu peur pour les prises de vue. Je n'avais pas noté ce léger décalage avant l'achat. Mais cela va se résoudre avec l'achat d'une nouvelle queue d'aronde plus courte. Qui viendra se caler sur la partie centrale et cylindrique de la lunette. J'ai choisi une queue d'aronde de 7 cm pour qu'elle ne dépasse pas. Elle devrait ne pas bouger grâce aux deux rainures de chaque côtés.
       

       
      Si vous avez d'autres conseils pour rendre cette lunette opérationnelle, je suis preneur.
       
      Merci de vos retours.
       
      Astronomicalement.
       
    • Par Larbucen
      Bonjour à tous les amoureux du vintage,
       
      Je lance ce petit post pour mettre à l'honneur mon vieux camarade d'environ 40 ans. Je veux bien sûr parler du télescope PERL JPM 115/900. En fait, j'en possède deux mais c'est du premier que je vais vous parler aujourd'hui.
       
      Il porte le N°154951 et ses caractéristiques sont les suivantes:
      Miroir primaire sphérique 
      Ouverture 7.8
      Pouvoir séparateur 1,1"
      Magnitude stellaire 12,4
      Clarté 360
      Grossissement max Théo.: 285x -> soit un oculaire de 3.2mm
      Grossissement mini: 20x -> soit un oculaire de 45mm
      Chercheur coudé 6x30
       
      Le mien comme vous pouvez le voir sur les photos plus bas a été quelque peu amélioré. Il a fière allure sur sa nouvelle monture AZ-EQ6, n'est-ce-pas? Le chercheur n'étant pas trop évident d'utilisation, je lui ai ajouté un Red Dot en parallèle. Comme vous pouvez également le découvrir, une magnifique caméra ZWO ASI 224 MC est montée dessus grâce au changement du porte oculaire qui est passé de 24,5 à 31,75 mm. Bien sûr, toute son optique est en parfait état et la collimation a été faite au petits oignons, comme le prouve la petite tache laser au centre du primaire.
       
      Si d'aventure vous avez encore votre vieux JPM avec vous, sortez le du carton et faites le nous découvrir ici. Longue vie aux JPM !!!
       
      Voilà, j'arrête de bla-blater et je vous laisse découvrir la bête.
       
       





    • Par FRANKASTRO64
      Bonjour à tous
       
      J'ai besoin de vos avis au niveau optique, mécanique et au niveau valeur financière actuelle.
       
      J'ai pu glaner sur le web qu'elle aurait une bonne optique mais je souhaiterai avoir les avis d'utilisateurs !
       
      En effet, le neveu d'un astram belge, qui a rejoint les Etoiles, me propose à l'achat une lulu Meade 102ED APO EMC f9 de 1994 Made in USA.
       
      Or, après l'avoir vu ce week end, elle est en très bon état la lentille frontale semble collimatable, le tube est nickel et à la vision de jour elle semble impeccable.
       
      Voilà une photo de la bête :
       
       
      Pour ce qui est des caractéristiques techniques, grâce à @lyl , nous avons eu le catalogue Meade suivant qui la décrit : Meade-30years-0400158.pdf
       
      Enfin, ne voulant pas léser ce jeune homme par respect pour son oncle, à combien s'estimerait cette lulu à la vente ?
       
      Merci de votre aide
       
      Bon Ciel
       
      Frank
       
      Quelques photos complémentaires
       
       

       
       
    • Par Benalua971
      Bonjour à toutes et à tous,
       
      Je suis en train de réfléchir à l’achat d’un bon Dobson en 300 mm ou plus?
      selon vous quel sont les bons dans ce type d’optique?
      merci de votre aide
  • Images