Superfulgur

Est-ce la fin de la Station spatiale internationale ?

Recommended Posts

Il y a 20 heures, starjack a dit :

Guerre froide !!!! Demande aux Ukrainiens si c'est froid !! Non, c'est la GUERRE, tout simplement. Et ce n'est que le début.

 

Bien au-dessus de ces "considérations"!!!? Des bombes qui tuent des hommes, des femmes, des enfants, appeler ça des considérations ?!

Pourquoi déformes-tu mes dires ???

 

Oui, je maintiens qu'entre les USA et la Russie, il n'y a qu'une guerre froide... où as-tu vu des soldats américains en Ukraine ??? 

 

Et pour ce qui est des "considérations", je parlais du jeu de "qui aura la plus grosse" que se livre certains dirigeants mâles en attaquant les petits et voir comment les autres vont réagir. 

C'est clair que si cela avait été des femmes au pouvoir, on n'en ne serait pas là >:(

Et je maintiens que les habitants de l'ISS ont tout intérêt, pour leur survie, de ne pas faire comme sur Terre... et de continuer à s'entraider. 

 

Alors merci de ne pas me faire dire ce que je n'ai pas dit ¬¬ 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, RIGEL33 a dit :

C'est clair que si cela avait été des femmes au pouvoir, on n'en ne serait pas là 

Hi hi, visiblement tu n'as pas connu Margaret Thatcher ... (remember la guerre des Malouines)

  • Like 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, RIGEL33 a dit :

C'est clair que si cela avait été des femmes au pouvoir, on n'en ne serait pas là

 

Il y a 3 heures, jackbauer 2 a dit :

Margaret Thatcher

 

Pour mettre tout le monde d'accord ; la violence est essentiellement masculine. 96% des détenus sont des hommes. 9_9

Donc, oui un Monde dirigé par des femmes à parité avec des hommes serait moins violent.

Et les organisations mixtes et à parité sont notées comme plus performantes que les structures essentiellement masculines.

Mrs Thatcher est juste une femme dans un monde de brutes devenue brute elle-même. Les Malouines ne sont pas caractéristiques de sa violence mais plutôt sa politique de casse sociale et celle vis à vis de l'Irlande.

 

Pour @George Black, ayant à peu près le même age que Vladimir, je ne suis pas totalement satisfait de lire qu'il n'atteindra pas 2032 ! :o Il a ses chances d'être en vie.

Après tout, c'est un nostalgique de la fièvre de fer stalinienne. Qui fourbirait un attentat ?

(Petite anecdote au passage : Staline a commandité 3 attentats contre Tito ; au 3ème, Tito lui a écrit : Camarade Staline, arrêtes-toi, je n'aurais besoin de mon côté que d'un seul essai )

 

Toujours Georges, oui des décennies pour s'en remettre dans un paysage mathématiquement constant. Mais là, souviens-toi de tes propres prédictions en terme d'évolution de la société mondiale dans un contexte de pénuries et de RCE.

 

La Station est loin de ma réponse. Elle intéresse qui la station en fait ? Les geeks ?-_-

 

  • Like 1
  • Confused 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, Pascal C03 a dit :

Donc, oui un Monde dirigé par des femmes à parité avec des hommes serait moins violent.

 

Grotesque. Le pouvoir n'a pas de sexe

  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 29 minutes, Pascal C03 a dit :

Donc, oui un Monde dirigé par des femmes à parité avec des hommes serait moins violent.

 

Ça me paraît bien péremptoire et simpliste comme raisonnement... En plus d'être probablement faux. 

 

EDIT : post simultané avec jackbauer, +1...

Edited by RL38
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Pascal C03 a dit :

Pour @George Black, ayant à peu près le même age que Vladimir, je ne suis pas totalement satisfait de lire qu'il n'atteindra pas 2032 ! :o Il a ses chances d'être en vie.

 

L'espérance vie masculine est de 68 ans en Russie ;) Poutine en a 69 ! ;) Mais surtout, il est malade... 

 

il y a une heure, Pascal C03 a dit :

Qui fourbirait un attentat ?

 

Des oligarques qui seront plus inquiets pour leur argent -- ou des généraux plus inquiets à l'idée de voir la Russie nucléarisée -- que soucieux de voir l'Ukraine rentrer dans le giron de la Russie.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je regrette la tournure de ce fil mais vu ce qui y figure après tout pourquoi se priver:

La violence physique est majoritairement masculine pour des raisons évidentes de force physique qui est une conséquence de la génétique. Dire le contraire en s'appuyant sur des exemples ponctuels est du ressort du déni (très fort le déni, très fort). Cette génétique étant en l’occurrence mal utilisée pour des raisons qui peuvent aussi être du ressort de l'inné (maladie mentale) mais de très très loin le plus souvent de l'acquis ( (non)-éducation, endoctrinement, manipulation, etc ....)

Il est donc statistiquement 'normal' que le nombre de détenus soit beaucoup plus masculin que féminin, les délits étant pour la plupart la résultante d'un usage de la force. Ce qui ne doit  certainement pas accabler les hommes qui se comportent convenablement, coupables de rien du tout. Et tant pis pour les masos qui font dans la repentance des conneries des autres.

 

Mais au-delà de la force physique c'est très mal connaitre les femmes, et les hommes, que croire qu'un genre est plus spécialement mal intentionné que l'autre à l'égard de son prochain. Pas la peine de développer, la vie s'en charge.

Mais... le déni... très fort le déni, très fort...

Ce qui n'excuse en rien ceux qui utilisent à mauvais escient la force physique, évidemment.

Edited by Mercure
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Mercure

 

EDIT : désolé, impossible d'enlever le tag, à supprimer... 

Edited by RL38

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, RL38 a dit :

Ça me paraît bien péremptoire et simpliste comme raisonnement... En plus d'être probablement faux. 

 

En tous cas, dans le monde animal proche de nous, le matriarcat bonobo est infiniment plus pacifique que les autres, masculin et violent en général...

Qui viole, fais des guerres, du terrorisme, qui est pédophile ou maquereau ? En général, des hommes.

Il faudrait un jour avoir un peu de recul par rapport à la testostérone, c'est clair...

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 50 minutes, BERTRAND76 a dit :

ouai ben avec toutes leurs conneries on voit plus de medecins a la télé !!

 

Meilleure vanne de tout le système solaire depuis plus de dix mille ans, merci.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Kaptain a dit :

Il faudrait un jour avoir un peu de recul par rapport à la testostérone, c'est clair...

 

Disons que comme c'est le programme de femmes style Alice Coffin ou Sandrine Rousseau, je demande un moratoire sur la suppression de la testostérone, SVP. 

 

 

  • Like 1
  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, BERTRAND76 a dit :

ouai ben avec toutes leurs conneries on voit plus de medecins a la télé !!

 

Oui mais Paris récupère la finale de la Ligue des Champions au Stade de France !! :)

 

Par contre je n'ose pas penser à mes prochaines factures de gaz... :(

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 54 minutes, Kaptain a dit :

 

En tous cas, dans le monde animal proche de nous, le matriarcat bonobo est infiniment plus pacifique que les autres, masculin et violent en général...

Qui viole, fais des guerres, du terrorisme, qui est pédophile ou maquereau ? En général, des hommes

 

Comparaison n'est pas raison, et en l'occurrence c'est vaseux. Nous ne sommes pas des bonobos et il n'y a pas vraiment de rapport entre violence individuelle (viol, meurtre,...) et invasion d'un pays à des fins politiques. Quant à tes histoires de guerres, maquereaux et terroristes, tu confonds corrélation et causalité et tu fais un raccourci bien hatif. Les hommes squattent quasi-intégralement les postes de pouvoir qui permettent de perpétrer ces actes, pas étonnant donc qu'on ne trouve que peu de femmes responsables. 

Edited by RL38
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, RL38 a dit :

Les hommes squattent quasi-intégralement les postes de pouvoir qui permettent de perpétrer ces actes, pas étonnant donc qu'on ne trouve que peu de femmes responsables. 

 

Oui. Margareth Thatcher a prouvé qu'une femme pouvait être un homme comme les autres. Pareil dans les camps de concentration pendant la WW2, certaines kapos étaient des hommes aussi barbares que les autres.

 

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 26/02/2022 à 16:43, RIGEL33 a dit :

Pourquoi déformes-tu mes dires ???

 

Euh, je ne vois pas bien où j'ai déformé quoi que ce soit, je n'ai fait que citer ou reprendre des mots... o.O

 

 

Le 26/02/2022 à 16:43, RIGEL33 a dit :

où as-tu vu des soldats américains en Ukraine ???

 

A l'inverse, je n'ai pas dit que j'avais vu des soldats américains en Ukraine... Je dis simplement que le terme de guerre froide ne colle pas ici. Oui, Russes et Américains ne se mettent pas sur la gueule directement, mais c'est le seul point commun avec la guerre froide des années 60 et 70.

 

La situation actuelle me rappelle beaucoup plus les années 1938 et 1939 où un dictateur fou ayant fanatisé son peuple (pour partie) a envahi une région frontalière au prétexte que la population y parlait l'allemand. Poussé par le rêve du retour à l'Empire Austro-Hongrois ? Tiens, ça me fait penser à quelque chose...

 

L'histoire bégaie, mais deux grosses différences: il y a des armes nucléaires en jeu, que le dictateur fou d'aujourd'hui rêve d'utiliser, et il y a une Union Européenne, parfois brinquebalante et pas prête militairement, mais assez solidaire jusque là. Il y a toujours Oncle Sam. Il nous faudra compter sur lui, encore une fois.

 

Le 26/02/2022 à 16:43, RIGEL33 a dit :

Et pour ce qui est des "considérations", je parlais du jeu de "qui aura la plus grosse" que se livre certains dirigeants mâles en attaquant les petits et voir comment les autres vont réagir. 

Moui... l'usage du mot considération n'nécessitait bien des explications donc.

 

Le 26/02/2022 à 16:43, RIGEL33 a dit :

Et je maintiens que les habitants de l'ISS ont tout intérêt, pour leur survie, de ne pas faire comme sur Terre... et de continuer à s'entraider. 

 

Je suis bien d'accord, je l'avais dit trois posts plus haut.

 

Le 26/02/2022 à 16:43, RIGEL33 a dit :

Alors merci de ne pas me faire dire ce que je n'ai pas dit 

 

Loin de moi cette idée ! J'ai lu ce que j'ai lu, compris ce que j'ai compris, ai largement désapprouvé cette analyse et me suis exprimé.

 

Pour moi, fin de cette (petite) polémique. ;)

 

Maintenant, serrons les dents, car Poutine n'a pas de limites. Il a commis une énorme erreur, il est cuit à court ou moyen terme, les Russes seront pendant des décennies (si le monde existe encore) une nation haïe, même sir le peuple russe désapprouvait son chef. L'Ukraine et la Russie sont pour plusieurs générations (allez, au moins deux) des voisins irréconciliables. Poutine est foutu, il a perdu.

 

Mais il peut encore dévaster le monde.

 

Jacques

 

 

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, starjack a dit :

les Russes seront pendant des décennies (si le monde existe encore) une nation haïe, même sir le peuple russe désapprouvait son chef.

 

Non. Un des trucs qui me fascine (et me rassure) c'est que je vois sur les médias et réseaux sociaux AUCUNE attaque contre les Russes, uniquement contre Poutine, c'est bluffant.

Par rapport à d'autres guerres, que je citerai pas, qui provoquent une haine inexpiable, parfois sur des décennies, je trouve celle-ci, d'une certaine façon, "exemplaire", de ce point de vue.

Mon dernier voyage en Russie date de 2019, j'ai encore plein les yeux des merveilles culturelles offertes par ce peuple, et son accueil.

 

Peterhof 5.jpg

  • Like 4
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Superfulgur a dit :

Mon dernier voyage en Russie date de 2019, j'ai encore plein les yeux des merveilles culturelles offertes par ce peuple, et son accueil.

 

Magnifique photo, on y retrouve ton gout esthétique pour les films de gladiateurs !

  • Like 1
  • Haha 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Superfulgur a dit :

Non.

 

Je n'arrive pas à être aussi optimiste.

 

Je constate aussi que jusque là le "peuple russe" n'est pas visé en tant que tel et même on met en avant les milliers de protestataires. Et je mets cet état de fait en partie sur le comportement extraordinairement exemplaire du Président Zelensky, qui garde un sang-froid époustouflant alors qu'il se fait traiter de nazi, de drogué, de dégénéré et que son peuple est sous les bombes.

 

Entre Ukrainiens et Russes, quand ce conflit sera terminé et que l'Ukraine aura recouvré son indépendance (ce dont je ne doute pas), les cercles d'amitié russo-ukrainiens auront fort à faire.

 

Ensuite, dans le reste du monde, il sera difficile de distinguer ceux qui étaient pro-Poutine des anti-Poutine. Petit exemple: le monde du sport est en train de réagir en excluant les Russes des compétitions, sans faire le tri entre les "bons" russes et les autres. Idem dans le monde de la culture actuellement. Je pense que longtemps les Russes porteront sur leurs épaules le poids des horreurs de leur dictateur actuel, même si c'est injuste pour les opposants d'aujourd'hui.

 

Et puis cela dépendra aussi de la durée de la guerre en Ukraine, des exactions qui seront commises ou pas (et il est rare que la guerre ne s'accompagne pas d'exactions) et aussi de l'extension ou non de ce conflit au reste du monde... Il y a plein de grottes dans le Périgord...

 

Quant à l'apport culturel de la Russie au monde, c'est une toute autre question. Pour ma part, je n'ai été qu'une fois en Russie, en 2006 à Saint-Petersbourg. J'en garde un grand souvenir sur le plan culturel, monuments, musées, la ville elle-même. Mais un très petit souvenir de l'accueil des Russes: jamais nous ne nous sommes sentis bienvenus et le plus souvent mal acceptés (et pourtant nous nous tenons bien !). Rien à voir avec l'accueil qu'on peut recevoir au Portugal, en Grèce, en Italie (même si nous avons tous pu avoir un jour ou l'autre une mauvaise expérience).

 

Jacques

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faut pas se prendre la tête pour ça, parti comme c'est parti on fera plus trop de tourisme de toute façon.

Moi je veux que Mr TL nous fasse de beaux transites des ogives nucléaire devant le soleil ou la lune, histoire de ;)

 

Putain de monde de dingos quand même !

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un responsable de la NASA affirme que le partenariat américano-russe se poursuit sur la station spatiale.


https://spaceflightnow.com/2022/02/28/nasa-official-says-u-s-russian-partnership-continuing-on-international-space-station/


Traduction automatique brute (style mâle dominant)


51814919155_d0eb34f7b8_k.jpg


Un astronaute sur un vaisseau spatial Crew Dragon au départ a capturé cette image de la Station spatiale internationale en novembre. Le segment américain est situé en haut à gauche de cette vue, et le segment russe est en bas à droite. Crédit : NASA

 

Kathy Lueders, chef de la division des opérations de vols spatiaux habités de la NASA, a déclaré lundi que les activités conjointes sur la Station spatiale internationale se poursuivaient au milieu de l'attaque de la Russie contre l'Ukraine, y compris les préparatifs du retour de l'astronaute de la NASA Mark Vande Hei sur Terre à bord d'un vaisseau spatial russe Soyouz le 30 mars.


Bien que les opérations à bord de la station – et la formation conjointe américano-russe pour les futures expéditions – n'aient pas été affectées par l'invasion russe de l'Ukraine, Lueders a déclaré que la NASA recherchait plus de "flexibilité opérationnelle" pour ajouter de nouvelles capacités au côté américain du complexe.


"Nous n'obtenons aucune indication au niveau opérationnel que nos homologues ne sont pas engagés dans le fonctionnement continu de la Station spatiale internationale", a déclaré Lueders lundi. «Nous, en tant qu'équipe, fonctionnons comme nous fonctionnions il y a trois semaines.


"Nos contrôleurs de vol parlent toujours ensemble, nos équipes parlent toujours ensemble, nous nous entraînons toujours ensemble, nous travaillons toujours ensemble", a-t-elle déclaré. "De toute évidence, nous comprenons la situation mondiale là où elle se trouve, mais, en tant qu'équipe conjointe, ces équipes fonctionnent ensemble."


Quatre astronautes américains, deux cosmonautes russes et un ingénieur de vol de l'Agence spatiale européenne vivent et travaillent actuellement à bord de la station alors qu'elle vole autour de la Terre toutes les heures et demie à une altitude de plus de 250 miles (400 kilomètres).


Trois des membres d'équipage - les deux Russes et un Américain - doivent revenir sur Terre le 30 mars à bord du vaisseau spatial russe Soyouz MS-19. Le commandement russe Anton Shkaplerov, l'ingénieur de vol Pyotr Dubrov et l'astronaute de la NASA Mark Vande Hei doivent atterrir au Kazakhstan sur la capsule Soyouz.


Des équipes de récupération russes seront en attente dans la zone d'atterrissage pour aider les membres d'équipage à sortir du vaisseau spatial. Vande Hei et Dubrov clôtureront une expédition de 355 jours en orbite, suffisamment pour que Vande Hei établisse un nouveau record du vol spatial le plus long d'un astronaute américain.


Le retour du vaisseau spatial Soyouz MS-19 le 30 mars suivra le lancement de trois nouveaux cosmonautes russes sur la mission Soyouz MS-21 le 18 mars. Le commandant russe Oleg Artemyev dirigera l'équipage de trois hommes lors d'une mission de six mois dans l'espace station.


Lueders a déclaré que la NASA et Roscosmos – l'agence spatiale russe – poursuivaient le retour prévu de Vande Hei et de ses coéquipiers russes fin mars.


"Nous … nous préparons au retour de Mark, et toutes les opérations normales sont en place pour cela, pour que nous puissions aller le faire", a déclaré Lueders. "Comme toujours, si vous travaillez sur la station spatiale, vous continuez à surveiller la situation et à opérer."


Des équipages conjoints américano-russes ont atterri sur le vaisseau spatial Soyouz à plusieurs reprises auparavant, et la Russie a fourni la seule capacité de transport d'équipage vers la station spatiale entre le retrait de la flotte de navettes spatiales de la NASA en 2011 et le premier vol d'astronaute sur la capsule Crew Dragon de SpaceX en 2020.


51499687557_97854d94a8_k.jpg


Kathy Lueders, chef de la direction des missions des opérations spatiales de la NASA. Crédit : NASA/Aubrey Gemignani

 

Lueders s'exprimait lors d'une conférence de presse avec Axiom Space, une société basée à Houston qui prévoit de réaliser la première mission purement commerciale vers la Station spatiale internationale. Le commandant Mike Lopez-Alegria, un astronaute à la retraite de la NASA et maintenant un employé d'Axiom, se rendra à la station sur un vaisseau spatial SpaceX Crew Dragon avec trois passagers payants pour une mission de 10 jours dont le lancement est prévu depuis le Kennedy Space Center le 30 mars.


Après avoir effectué une série de missions commerciales d'astronautes, Axiom prévoit de construire et de lancer un module commercial pour se connecter à la Station spatiale internationale, fournissant des logements privés et des ressources de laboratoire pour les équipages et les clients en visite. Finalement, Axiom veut détacher ses modules de la station spatiale pour créer un complexe de recherche en orbite autonome, un avant-poste privé qui, selon la société, pourrait être prêt en 2028.


Les responsables de la NASA ont déclaré que l'agence n'envisageait pas actuellement la possibilité que Mark Vande Hei revienne sur Terre pour la mission d'Axiom – connue sous le nom d'Ax-1 – une décision qui obligerait l'un des clients d'Axiom à abandonner son siège sur la capsule Crew Dragon.


Après la mission Axiom, une autre capsule de l'équipage SpaceX devrait décoller le 15 avril avec trois astronautes de la NASA et un astronaute de l'ESA pour commencer leur propre expédition de six mois sur la station spatiale avec le lancement des trois cosmonautes russes le 18 mars. Les astronautes lancent le 15 avril. sur la mission Crew-4 de SpaceX – sous contrat avec la NASA – remplacera une équipe sortante d'astronautes qui doit retourner sur Terre sur leur propre vaisseau spatial Crew Dragon fin avril.


Lueders a déclaré que les opérations de la station spatiale avaient déjà résisté à des crises diplomatiques.
"Nous avons déjà opéré dans ce genre de situations auparavant, et les deux parties ont toujours agi de manière très professionnelle et comprennent, à notre niveau, l'importance de cette mission fantastique et la poursuite des relations pacifiques entre les deux pays dans l'espace", a-t-elle déclaré.


La NASA veut prolonger la durée de vie de la Station spatiale internationale jusqu'en 2030, laissant plus de temps à l'industrie américaine pour développer de nouvelles stations spatiales commerciales en orbite terrestre basse, une région de l'espace à quelques centaines de kilomètres au-dessus de la planète. Une fois qu'une station spatiale privée est opérationnelle, la NASA souhaite réserver des trajets vers le complexe pour ses astronautes selon les besoins sur une base commerciale, plutôt que de posséder et de gérer l'ensemble du programme.


L'agence spatiale américaine souhaite également plus de temps avec la Station spatiale internationale pour démontrer de nouvelles technologies pour les futures missions vers la Lune et Mars.


Bien que les responsables de la NASA ne signalent aucun impact à court terme sur les opérations de la station, il reste à voir comment l'invasion russe de l'Ukraine pourrait affecter la prolongation de la durée de vie prévue du programme jusqu'en 2030.


51845003005_efdd8557c3_k.jpg


Le vaisseau spatial russe Soyouz MS-19, vu ici à gauche, devrait revenir sur Terre le 30 mars avec deux cosmonautes russes et l'astronaute de la NASA Mark Vande Hei. Crédit : NASA

 

Avec le vaisseau spatial Crew Dragon de SpaceX maintenant opérationnel et Boeing cherchant à ce que son vaisseau spatial Starliner retardé soit prêt pour les astronautes d'ici un an, le travail de la NASA sur la station spatiale dépend moins du programme spatial russe qu'à tout moment de la dernière décennie.


Mais les segments américain et russe de la station spatiale restent interconnectés, par conception.


La NASA et Roscosmos sont les deux principaux partenaires de la Station spatiale internationale, qui ne pourrait pas fonctionner facilement sans les contributions critiques des modules américains et russes. Le segment américain de la station génère l'essentiel de l'énergie électrique du laboratoire et maintient le pointage du complexe en orbite.


Les modules russes et les navires de ravitaillement Progress sont la principale source de propulsion, maintenant l'altitude du laboratoire et éloignant occasionnellement la station spatiale des débris spatiaux. La Russie prévoit également de superviser la désorbitation et l'élimination de l'énorme station – le plus grand vaisseau spatial jamais mis en orbite – dans l'océan inhabité à la fin de sa durée de vie, actuellement prévue vers 2030.


Un cargo cargo Northrop Grumman Cygnus qui est arrivé à la station spatiale la semaine dernière lancera une nouvelle capacité américaine pour rebooster l'orbite du complexe. Mais le vaisseau spatial Cygnus n'est pas destiné à éloigner la station spatiale des débris spatiaux ou à effectuer des ajustements majeurs de l'orbite.


"Nous cherchons toujours comment obtenir plus de flexibilité opérationnelle, et nos fournisseurs de fret examinent comment ajouter différentes capacités", a déclaré Lueders. «Northrop Grumman a offert une capacité de reboost, et nos gens de SpaceX examinent si nous pouvons avoir une capacité supplémentaire.


"Ce serait très difficile pour nous de fonctionner seuls", a-t-elle déclaré.


La station spatiale a été créée avec des "dépendances communes", a-t-elle déclaré. « C'est un endroit où nous vivons et opérons dans l'espace de manière pacifique. C'est vraiment un modèle pour nous d'opérer à l'avenir.


"Ce serait un triste jour pour les opérations internationales si nous ne pouvions pas continuer à opérer pacifiquement dans l'espace", a déclaré Lueders. "Et, en tant qu'équipe, nous le faisons."
 

 

  • Like 4
  • Thanks 3
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://spacenews.com/roscosmos-head-again-questions-future-of-iss-while-nasa-emphasizes-cooperation/

 

ça sent le roussi.... :( (traduction automatique non corrigée)

 

WASHINGTON – Le chef de Roscosmos a renouvelé les menaces de mettre fin à la participation russe à la Station spatiale internationale alors même que la NASA affirme que les opérations sur la station restent normales. Dmitri Rogozine, directeur de Roscosmos, a publié le 2 mars sur son compte Twitter un lien vers une vidéo de la chaîne de télévision contrôlée par l'État russe Russia Today. Dans la vidéo, Rogozine a suggéré qu'il reconsidérerait la coopération sur l'ISS si les États-Unis maintenaient des sanctions contre la Russie pour son invasion de l'Ukraine. « Les Américains sont des gens pragmatiques. Ils veulent maintenir la coopération avec la Russie au sein de la Station spatiale internationale malgré les nombreuses sanctions », a déclaré Rogozine par l'intermédiaire d'un traducteur. "Pourquoi? Parce qu'il est impossible de gérer la station spatiale sans nous. Nous sommes responsables de sa navigation et de la livraison de carburant. Je ne parle pas de l'interdépendance de tous les systèmes de contrôle. "Par conséquent, nous surveillerons de près les actions de nos partenaires américains et, s'ils continuent à être hostiles, nous reviendrons sur la question de l'existence de la Station spatiale internationale", a-t-il déclaré. "Je n'aimerais pas un tel scénario car je m'attends à ce que les Américains se refroidissent." Dans une interview séparée avec le service d'information russe TASS, Rogozine a fait des commentaires similaires, mais a suggéré qu'il faisait référence à l'avenir de l'ISS après 2024, plutôt qu'à une suspension à court terme de la coopération. « Comment vont-ils faire face à cette ISS alors ? Je ne sais pas », a-t-il déclaré dans une traduction de l'article en russe. Contrairement à la rhétorique de Rogozine, son homologue de la NASA a mis l'accent sur la poursuite de la coopération avec la Russie sur la station. "Malgré les défis ici sur Terre, et ils sont considérables, la NASA s'engage envers les sept astronautes et cosmonautes à bord de la Station spatiale internationale", a déclaré l'administrateur de la NASA, Bill Nelson, lors d'une réunion du 1er mars du Conseil consultatif de la NASA. "La NASA poursuit la relation de travail avec tous nos partenaires internationaux pour assurer leur sécurité et la sécurité des opérations en cours de l'ISS", a-t-il déclaré. Ce sont les seuls commentaires publics que Nelson a faits sur le partenariat avec l'ISS depuis que la Russie a commencé son invasion de l'Ukraine le 24 février. D'autres responsables de l'agence ont mis l'accent sur les opérations normales en cours de la station, même en faisant de la planification si cela change. "Nous cherchons toujours comment obtenir plus de flexibilité opérationnelle", a déclaré Kathy Lueders, administratrice associée de la NASA pour les opérations spatiales, lors d'un briefing le 28 février sur la prochaine mission commerciale Ax-1 à la station. "Nos fournisseurs de fret examinent comment ajouter différentes capacités." Un exemple qu'elle a cité était le vaisseau spatial cargo Cygnus de Northrop Grumman. Le vaisseau spatial NG-17 Cygnus arrivé à la station le 21 février effectuera un test en avril de sa capacité à rebooster la station avec ses propulseurs, un service qui n'est aujourd'hui fourni que par le vaisseau cargo russe Progress et le segment russe de la station. lui-même. Elle a déclaré que SpaceX pourrait également fournir une "capacité supplémentaire" non spécifiée. "Nous avons examiné cela davantage du point de vue de la flexibilité opérationnelle", a-t-elle déclaré, reconnaissant qu'il n'était pas prévu que la NASA et d'autres partenaires occidentaux de l'ISS exploitent la station sans la Russie. Un conseiller de la NASA recommande que la NASA travaille sur des plans d'urgence. "Quand je parle à mes amis qui travaillent encore au centre de contrôle de l'ISS, ils fonctionnent très normalement, et nous espérons certainement que cela restera le même", a déclaré Wayne Hale, ancien directeur de vol de la navette et responsable du programme de la navette qui actuellement siège au conseil consultatif de la NASA, lors de la réunion du conseil le 1er mars. "Mais cet ancien directeur de vol estime que la situation indique que la NASA devrait envisager de constituer une équipe de tigres pour préparer des plans d'urgence au cas où la situation changerait", a-t-il ajouté. "J'espère que cela n'arrivera pas, mais nous nous sommes toujours préparés aux éventualités." Un autre membre du conseil a exprimé l'espoir d'une coopération continue avec la Russie sur l'ISS. "Il est maintenant temps de faire grand cas de notre enthousiasme pour l'espace et aussi, si cela dure - et j'apprécie la prudence - de notre collaboration avec la Russie sur la station spatiale", a déclaré Jane Harman, ancienne membre du Congrès. "Cela pourrait avoir un avenir qui pourrait être une bonne chose."

 

 

 

Putain de Putin....

 

 

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now