jackbauer 2

ExoMars Rover (ESA) 2020

Recommended Posts

Exomars 2020 ou bientôt Exomars…. 2022 ? :/

 

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/exomars-un-problème-technique-pourrait-entraîner-un-report/ar-AAFO1pm?ocid=spartandhp

 

 extraits :

 

La mission ExoMars est confrontée à un problème persistant sur son système de parachutes, qui pourrait l'empêcher de partir pour la planète rouge à l'été 2020 s'il n'est pas résolu rapidement, a reconnu l'Agence spatiale européenne (ESA).
(...)
"Toute l'équipe est mobilisée pour gagner la course contre la montre", a déclaré à l'AFP François Spoto, chef du programme ExoMars, au sortir mercredi d'une réunion de travail.
Les ingénieurs vont rechercher les causes de cette anomalie persistante sur le système de parachutes fabriqué par des entreprises italiennes, françaises et britanniques notamment.
"Il nous reste deux allumettes", relève de façon imagée le chef du programme. La première sera grattée lors du prochain essai qui doit être mené à haute altitude "en novembre/décembre", au dessus de l'Oregon (Etats-Unis). "Si cette allumette fait pschitt, nous n'aurons plus le temps" d'être prêts pour l'importante revue d'avril 2020 sur la mission ExoMars.
Si cela se passe bien, il y aura une "deuxième allumette" à gratter, pour un autre essai en février.
"Nous sommes condamnés à réussir les deux", dit François Spoto. "Mais il n'y a pas de raison de paniquer outre mesure". Une chose est claire: "nous ne pouvons lancer que quelque chose qui marche", souligne-t-il.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

https://spacenews.com/esa-turns-to-nasa-to-assist-in-crucial-exomars-parachute-tests/


Traduction du lien (avec quelques infos particulièrement intéressantes)


HELSINKI - L’Agence spatiale européenne (ESA) a sollicité l’aide de la NASA pour qualifier les parachutes problématiques qui menacent le lancement de la mission ExoMars en 2020.


L'ESA prépare deux nouveaux tests en haute altitude des goulottes supersoniques et subsoniques pour la phase d'entrée, de descente et d'atterrissage de la mission ExoMars, après des échecs en août et en mai.
Les nouveaux tests, qui auront lieu en décembre et en février, porteront sur les parachutes supersoniques de 15 mètres de diamètre et les parachutes subsoniques de 35 mètres de large nécessaires pour ralentir la descente de l’atterrisseur ExoMars.


Les deux tests, qui doivent se dérouler à haute altitude pour simuler l'atmosphère martienne, doivent réussir pour que les parachutes passent les qualifications. La mission ExoMars doit faire face à un dernier examen prévu en avril 2020, a déclaré François Spoto, responsable du programme ExoMars.


"Maintenant, la situation est critique, bien sûr, car nous avons peu de temps et aucune marge d'erreur", explique Spoto.
Si l'un des tests échoue, la mission ExoMars manquera la fenêtre de lancement du 25 juillet au 13 août l'année prochaine ce qui reporterait le lancement à la fenêtre suivante, vers la fin de 2022. Les atterrisseur et rover progressent bien et sont prêts pour des tests environnementaux.


ExoMars doit être lancer par une fusée russe Proton et atteindre Mars en mars 2021. Il utilisera un système complexe de quatre parachutes, avec deux petites goulottes pilotes utilisées pour déployer séquentiellement le parachute supersonique «disc-gap band» et le parachute principal subsonique. 


Lors du premier essai ayant échoué, il a été constaté que les parachutes avaient été endommagés avant que des charges complètes ne soient exercées. Les mesures prises pour remédier à ces problèmes, notamment l’ajout de téflon pour réduire les frottements lors de la libération des sacs, n’ont pas empêché que des dommages soient causés lors d’un deuxième test.
L'ESA a organisé un atelier au début du mois de septembre dans le cadre des efforts déployés pour identifier et résoudre les problèmes. Après cela, les inspecteurs du JPL ont visité les installations impliquées dans les systèmes de parachute, dit Spoto. 


Les conclusions de l'équipe du JPL indiquent que les parachutes ont été endommagés au moment de l'extraction de leurs sacs. Les essais ayant échoué ont également révélé des dommages aux câbles qui retiennent les parachutes, mais cela était probablement dû aux asymétries résultant des dommages sur les toiles.
«L’accent est mis sur l’adaptation et la simplification du sac au lieu de modifier les parachutes», explique Spoto. Une réunion au Centre européen de recherche et de technologie spatiales (ESTEC) aux Pays-Bas avec les partenaires industriels impliqués dans le projet de parachute devait se tenir mercredi pour décider des mesures à prendre avant les prochains tests.


Nouveaux tests en Oregon


Alors que les tests précédents avaient eu lieu au Centre spatial Esrange, dans le nord de la Suède, les nouveaux tests auront lieu dans l'Oregon, aux États-Unis. Esrange ferme ses portes fin août en raison des conditions régnant dans la haute atmosphère et des problèmes de sécurité liés à la chute d'éléments lourds après le début de la saison de chasse locale.
La mission ExoMars 2020 est une collaboration entre l'ESA et la Russie. Cette dernière a pris la place de la NASA, qui s'est retirée de la mission en 2012 en raison de contraintes budgétaires.


La taille et la complexité sans précédent du système de parachutes sont liées à l'atterrisseur fourni par Roscosmos. Un système rétropropulsif plus puissant sur l’atterrisseur aurait pu permettre à la mission de n’avoir besoin que du seul parachute principale, explique Spoto.


Les parachutes ralentiront la descente lors des processus d'entrée, de descente et d'atterrissage pendant six minutes, l'étape de rétropropulsion débutant environ 30 à 40 secondes avant l'atterrissage.


Spoto déclare que, étant donné l'état de préparation du vaisseau spatial Rosalind Franklin, rater la fenêtre de lancement à cause du parachute serait une honte. 


Il ajoute cependant que l'Europe ne dispose pas d'une expérience de missions planétaires utilisant des parachutes et que les missions ExoMars sont plutôt uniques, ce qui fait du développement un défi.

 
Une mission de retour d'échantillons de Mars, en collaboration avec la NASA, figurera parmi les propositions du Conseil ministériel de l'ESA en novembre prochain. Toutefois, si elle est approuvée, elle n'utilisera pas de parachute développé par l'Europe.


La NASA, la Chine et les Émirats arabes unis se préparent également à utiliser la courte fenêtre de lancement de l'année prochaine, déterminée par les positions relatives de Mars et de la Terre, pour lancer des missions sur la planète rouge.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi ils reprennent pas tout simplement la solution choisie pour Schiaparelli et Beagle 2 ? Ce sont les solutions les plus éprouvées qui marchent le mieux, enfin, je pense.

 

 

 

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 1 heure, Superfulgur a dit :

Pourquoi ils reprennent pas tout simplement la solution choisie pour Schiaparelli et Beagle 2 ? Ce sont les solutions les plus éprouvées qui marchent le mieux, enfin, je pense.

 

 

Tu te moques non ?-_-

Mais c'est intéressant..

Pas les mêmes masses en début de rentrée atmosphérique, donc pas les mêmes contraintes :

 

Beagle 2 : moins de 70 kg

Schiaparelli : 600 kg

Exo Mars 2020 : 2100 kg

(MSL : 3300 kg) 

 

Et pour Schiaparelli, ne pas oublier que les problèmes ont commencé avec le déploiement du grand parachute à 12 km d'altitude, ce qui a créé un choc très/trop rude. S'en sont suivis des mouvements en lacet et en tangage plus forts que ce que prévoyaient les simulations  (1 seconde entière mesurée contre quelques millisecondes seulement envisagées) et ont donc induit la saturation du capteur de mesure angulaire..

Sachant que l'ordinateur de bord utilise le capteur de mesure angulaire pour déterminer la valeur du cosinus à appliquer à la mesure du radar Doppler, afin de calculer la hauteur à l'aplomb de la capsule par rapport au sol martien. Le calcul d’orientation de l'ordinateur de bord en a alors déduit que la sonde se trouvait en position complètement renversée (la tête en bas), ce qui n'était pas le cas puisque Schiaparelli était encore suspendu sous son parachute. Résultat : pour l'ordinateur la distance par rapport au sol est apparue.. négative (inférieure donc au niveau de la surface) et il a interprété cette valeur aberrante comme le signe qu’il avait déjà atterri, ce qui a entraîné le largage prématuré du parachute..

On connait la suite..

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.esa.int/Science_Exploration/Human_and_Robotic_Exploration/Exploration/ExoMars/ExoMars_parachute_progress

 

Traduction du lien :


15 octobre 2019


Des mesures positives ont été prises au cours du dernier mois pour résoudre les problèmes avec les parachutes de la mission ExoMars, afin de permettre de respecter la fenêtre de lancement de juillet-août 2020.


Le module d'atterrissage a besoin de deux parachutes (chacun avec son propre système d'extraction) pour le ralentir avant de se poser sur Mars. Une fois que la traînée atmosphérique aura ralenti le module de descente de 21 000 km/h à 1700 km/h, le premier parachute sera déployé. Quelque 20 secondes plus tard, à environ 400 km/h, le deuxième parachute s'ouvrira. Après la séparation des parachutes à environ 1 km du sol, les moteurs de freinage entrent en action pour livrer en toute sécurité une plate-forme d'atterrissage, avec un mobile encapsulé à l'intérieur, sur la surface martienne. La séquence complète de l'entrée atmosphérique à l'atterrissage ne prend que six minutes.


(VOIR VIDEO DU LIEN HAUT DE POST)


Bien que, plus tôt cette année , la séquence de déploiement des quatre parachutes (2 parachutes + deux extracteurs) ait été testée avec succès lors d'essais de chute en haute altitude , des dommages ont été constatés sur le parachute primaire de 15 m de diamètre et la toile du parachute secondaire de 35 m de diamètre. Des modifications de conception avaient été réalisés pour un deuxième test du parachute de 35 m, mais des dommages se sont à nouveau produits. 


Une inspection minutieuse de tout le matériel récupéré a depuis été effectuée, permettant à l'équipe de définir de nouvelles adaptations de conception pour les parachutes principaux et secondaires. Des modifications de conception prometteuses seront également appliquées aux sacs de parachute pour permettre aux voiles de sortir des sacs, en évitant les dommages dus aux frottements.


L’ESA a également sollicité l’aide de la NASA pour tirer parti de son expérience pratique des parachutes. Cette coopération donne accès à des équipements de test spéciaux du Jet Propulsion Laboratory, qui permettront à l'ESA de réaliser de nombreux tests d'extraction dynamique au sol afin de valider les modifications  prévues avant les prochains tests de chute de haute altitude.


Les prochaines possibilités de ces tests se dérouleront en Oregon, et devront se faire entre janvier et mars. L'ESA s'emploie à achever les tests avant la "revue d'acceptation des qualifications" du projet ExoMars, qui est prévue fin avril ceci afin de respecter la fenêtre de lancement de la mission (26 juillet - 11 août 2020).  


L'ensemble des parachutes qualifiés, à l'intérieur de leur réceptacle de vol, devrait idéalement être intégré à l'engin spatial avant son envoi à Baïkonour au mois d'avril, mais il est également possible de le faire lors de la préparation de l'engin sur son site de lancement, en mai.


La mission partira sur une fusée Proton et un module de transport acheminera le module de descente composé de la plateforme d'atterrissage "Kazachok" et du rover "Rosalind Franklin", jusque sur le sol de Mars, arrivant au mois de mars 2021. Après avoir quitté la plate-forme, le rover "Rosalind Franklin" explorera la surface, cherchant des sites géologiquement intéressants pour forer sous la surface, afin de déterminer si la vie a jamais existé sur notre voisine.


Le rover est actuellement en phase de tests environnementaux chez Airbus à Toulouse. Dans le même temps, le module d'opérateur de vol contenant le module de descente et la plateforme d'atterrissage termine sa dernière série d'essais chez Thales Alenia Space, à Cannes. Le rover sera intégré à l'engin spatial début 2020.


Toutes les activités de qualification du système de parachute sont gérées et menées par une équipe commune associant le projet ESA (appuyé par les compétences de la Direction technique), TASinI (maître d’œuvre), TASinF (responsable PAS), Vorticity (conception et analyse des tests en parachute) et Arescosmo (parachute fabrication des sacs). 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Huitzilopochtli a dit :
Il y a 1 heure, Alain MOREAU a dit :

Ça devient short côté timing, quand même...

 

C'est le moins que l'on puisse dire ! :|

 

Faut pas exagérer non plus… L'ESA a l'expérience de Beagle 2 et de Schiaparelli, ils savent ce qu'ils font.

 

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 44 minutes, Superfulgur a dit :

Faut pas exagérer non plus… L'ESA a l'expérience de Beagle 2 et de Schiaparelli, ils savent ce qu'ils font.

 

C'est juste, un instant je me suis inquiété ... puis ton optimisme légendaire m'a tout de suite réconforté. :|

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.esa.int/Science_Exploration/Human_and_Robotic_Exploration/Exploration/ExoMars/Promising_progress_for_ExoMars_parachutes

 

Des progrès prometteurs pour les parachutes d' ExoMars

 

Une série de tests au sol conçus pour vérifier l'extraction des parachutes de la mission ExoMars 2020 de leurs sacs ont commencé avec succès avec des résultats prometteurs pour garder la mission sur la bonne voie pour un lancement l'année prochaine.

 

N.B : la vidéo vaut le détour...

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.esa.int/ESA_Multimedia/Images/2020/01/ExoMars_Rover_completes_environmental_tests

 

Pas de nouvelles des tests des parachutes (ça devient urgent) ; Pendant ce temps Rosalind Franklin a passé des tests à Toulouse avant de les poursuivre à Cannes...
La fenêtre de tir va du 26 juillet au 11 août prochain pour une arrivée sur la planète rouge le 19 mars 2021

 


 

ExoMars_Rover_completes_environmental_tests_pillars.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le supplément Sciences du Monde de cette semaine consacre 2 pages à la ruée vers Mars (4 lancements cette année si tout va bien)

Concernant la mission européenne on peut lire :

 

Il a fallu appeler la NASA à la rescousse pour modifier le dessin de ces sacs et essayer au sol, les nouveaux modèles, en décembre. Les modifications apportées ont jusqu'ici donné satisfaction, rassure François Spoto, "mais il va falloir d'autres tests de déploiement de ces parachutes, cette fois à haute altitude, le composite de descente étant largué d'un ballon stratosphérique à 30 km d'altitude. Ils seront réalisés en février et mars. Le début de 2020 va être crucial parce que plus on s'approche de la date de lancement, plus il est difficile de trouver et d'implémenter des solutions aux problèmes rencontrés. La décision de partir sera prise en mai après une revue finale".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bref, en clair : soit les prochains tests sont parfaitement concluants, soit on reporte le lancement à la fenêtre suivante...

Je ne voudrais pas être à la place en ce moment de ceux qui bossent sur ce système hautement critique : ils doivent subir une "légère" pression !

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Les Américains nous mettraient-ils insidieusement des bâtons dans les roues ?

Cela ne leur ressemblerait pas mais... sait-on jamais ?

8Zi' en mode complotiste. :ph34r:

Share this post


Link to post
Share on other sites

On devrait être fixé le 12 mars...

 

On attendant il n'y a pas que le problème des parachutes, il y a aussi les panneaux solaires, même si cela semble moins grave

 

Traduction automatique :

 

https://www.bbc.com/news/science-environment-51616707

 

Le rover européen sur Mars devra faire un "arrêt au stand" pour une réparation mineure lors de son transfert de France en Italie.

 

Le véhicule, qui est actuellement en phase finale de préparation à Cannes avant un lancement estival, a développé un petit problème avec ses panneaux solaires.

La colle qui maintient les supports en place sur les tableaux pliants s'est décollée.

Ce n'est pas considéré comme un problème grave et sera résolu lorsque le robot "Rosalind Franklin" passera par Turin en route vers le site de lancement.

Rosalind Franklin, également connue sous son nom de code ExoMars, est une coentreprise des agences spatiales européenne et russe (Esa et Roscosmos).
Diverses entreprises et institutions ont été engagées pour fournir des pièces de matériel sous la direction de la société aérospatiale franco-italienne Thales Alenia Space.

C'est TAS qui déplacera le rover de son usine de Cannes à celui de Turin avant de l'expédier au complexe de lancement de Baïkonour au Kazakhstan. Le robot devrait arriver au célèbre port spatial à la mi-mai.

Le défaut de colle s'est produit dans le système de charnière des panneaux solaires du pont supérieur; en particulier, dans les supports qui maintiennent et replient les ailes extérieures pour le voyage vers Mars.

Le problème a été remarqué à la fois dans le modèle de test du rover et le "modèle de vol" (la version du robot qui se rend réellement sur Mars) après leur émergence des tests de vide thermique.

Il s'agit du processus dans lequel le matériel est placé dans une chambre et confronté aux types de variations de température qu'il connaîtra probablement lors d'une mission spatiale.

La correction impliquera maintenant de mettre des boulons à travers les supports pour vous assurer que les ailes du panneau solaire sont solidement fixées. Rosalind Franklin est bien dans son objectif de masse, donc les ingénieurs ne sont pas préoccupés par le recours à une solution plus lourde que la colle.

Bien que ce ne soit pas un problème majeur, c'est un problème dont le projet aurait pu se passer.

Les officiels sont en train d'essayer de rattraper les phases finales de la préparation sur fond de chronomètre.

Les opportunités d'aller sur Mars ne se présentent qu'une fois tous les 26 mois lorsque les planètes sont alignées favorablement. Cela signifie que Rosalind Franklin doit quitter la Terre dans une fenêtre étroite en juillet / août cet été ou passer à la prochaine possibilité de lancement en 2022.

Les chefs des agences, Jan Wörner d'Esa et Dmitry Rogozin de Roscosmos, ont annoncé lundi qu'ils tiendraient une conférence de presse conjointe à Moscou le 12 mars pour faire le point.
Tout le matériel nécessaire pour envoyer Rosalind Franklin sur Mars et l'atterrir doucement à la surface est construit, mais il reste encore une longue liste de vérifications à effectuer avant de pouvoir placer quoi que ce soit sur une fusée.

Cette liste comprend quelques tests finaux sur les parachutes et les rétro-fusées qui abaisseront le robot à son emplacement de toucher des roues dans la plaine d'Oxia à l'équateur de Mars.

Il y a aussi la compatibilité générale et les vérifications d'ajustement des divers éléments qui constitueront ce que certains décrivent comme la pile de "poupée russe".

Cela fait référence au rover et à sa plate-forme d'atterrissage, qui, ensemble, s'insèrent dans une capsule, qui est ensuite attachée à une "étape de croisière" - le vaisseau spatial qui guide tout sur la planète rouge.

Pour donner un exemple des vérifications à effectuer: l'étape de croisière tourne pour la stabilité en vol. Le rover et la plate-forme à l'intérieur de leur capsule doivent donc être soigneusement équilibrés, tout comme un pneu de voiture, pour éviter toute oscillation perturbatrice.

Si tout se passe comme prévu, Rosalind Franklin devrait atterrir sur la planète rouge en mars 2021. Elle est équipée d'instruments et d'une perceuse pour rechercher des signes de vie - aujourd'hui ou dans un lointain passé.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voilà un coupable qui tombe à pic :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now