JR45

Construction télescope amateur

Messages recommandés

Après mes questions sur les lunettes petit diamètre je me posais la question de savoir si aujourd'hui il était toujours rentable de créer sois même son propre Dobson. J'aimerais construire mon Dobson ( du moins j'y réfléchi sérieusement ) dans les diamètre 200 min / 250 / 300 max vu le prix des miroir industrielle comme gso qui on l'air abordable. Je vise pas trop gros non plus pour question de stock et transport. Du coup est ce que sa vaut le coup de tailler son miroir ? vu que c'est une bonne partie de la facture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Si tu veux tailler un miroir pour des questions d'économies, tu peux oublier direct. En fait, c'est pas que c'est plus cher, mais c'est beaucoup plus long et compliqué. La taille d'un miroir de télescope est une aventure passionnante en soit, et très instructive. Mais la taille d'un premier miroir peut prendre environ 150 à 200 h de travail, soit avec une disponibilité moyenne, une bonne année... Et pendant que tu taille, tu n'observe pas. Alors, si tu veux te lancer dans cette aventure très enrichissante, fais le, mais si c'est juste pour faire des économies, achète plutôt un mirroir gso.

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah disons que j'ai tout mon temps et que pour le moment j'ai un 150/750 et une petite lunette 70/ 400 donc pour le moment je profite bien de ce matos pour découvrir pour bien me faire la main. Après si je taille c'est plus pour espérer atteindre une très bonne qualité enfin meilleur que celle du commerce en tout cas et apprendre aussi. Je vais profiter de mon temps libre pour lire Texereau et Godillon. J'ai vu que pour un débutant commencer par un diamètre 200 ou 250 focale 5 ou 6 était plus abordable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est jouable.

c'est un investissement énorme en temps, tu ne gagneras pas d'argent, mais c'est très formateur. En plus, on intègre les notions de réglage, de collimation. On désacralise ce miroir "hyper fragile" et on peut mettre au point un instrument très performant.

Quitte à en faire un, autant faire un 250 plutôt qu'un 200. F5 ou F6 ou...F5,5!

par contre, le gage de réussite c'est d'avoir dans son entourage quelqu'un qui en a déjà réalisé un et qui pourra guider sur certaines phases sensibles qui ne s'acquièrent qu'avec de l'expérience (dureté de la poix, mise en oeuvre du foucault, etc...)

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Yo !

 

comme l'on dit les amis, ya rien à attendre côté économie, le temps passé étant considérable, tant en préparation (assimiler les savoirs, faire son cahier des charges, faire les commisions, etc.), qu'en conception (sauf à faire du copié-collé sur des projets aboutis), et enfin la réalisation.

Cela étant, quelle aventure, combien c'est gratifiant et grisant !!!!

mais aussi - et peut être plus que tout, l'occasion de se faire SON télescope qui répond aux mieux à ses porpres attentes.

Là, je vois que tu hésites sur le diamètre, non en termes de difficultés de réalisation (pourtant sacrément réelles), mais d'encombrement et de poids. Ya des trucs très grands qui  répondent à cela de parfaite façon, et que les marchands ne vendent pas. C'est l'occasion de se les faire !!!!

 

sur le polissage,

je trouve que c'est une activité qu'on ne peut pas faire en dillétente, entre la poire et le fromage, quand on aura un p'tit WE par -ci ou par là.... Non, ça demande un investissement entier pour finaliser la chose de belle façon. Déjà parce que il va falloir une "stratégie" qui ne s'élaborera qu'au fil du travail, on est dans le ressenti.... et de façon plus triviale parceque ton polissoir va vieillir, et qu'un vieux polissoir n'est bon à rien. Ya donc obligation de se tenir à un certain rythme de travail. En ce sens, :

- un 250 à  F/D5 me semble le minimum syndical quand on pousse du verre. C'est un excellent premier pas. On peut compter faire cela en 4-6 mois sans risque de ne pas aboutir - sauf abandon.

- un 400 à 4,5 me semble audacieux en première approche, mais parfait dans un second temps. Mais pourquoi pas pour quelqu'un de tenace ? La ténacité, voilà ce qui importe !!!!!!

Mais si on ne le sens pas, acheter un miroir qui corresponde à son projet n'est vraiment pas déconnant.

 

Après ya la structure et là, ça vaut vraiment le coup si on veut quelque chose de particulier -je pense bien sûr aux versions ultra légeres ou compactes UL-UC. Mais aussi, on peut faire déjà quelque chose de bien optimisé, ce qui n'est généralement pas le cas des trucs du commerce (un foyer mal placé avec un PO mal placé, c'est chiant et c'est pourant si commun !).

Et comme le dit l'ami Sébastien, rien de mieux pour désacraliser la machine, la régler, la bidouiller.

 

(voir quelques d'exemples sur notre site MAGNITUDE 78)

 

Modifié par serge vieillard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 16 heures, Sébastien Lebouc a dit :

un 250 plutôt qu'un 200. F5 ou F6 ou...F5,5!

oui un 250 pas trop ouvert avec un bon verre type suprax : ça me semble très intéressant.

En dobson, je trouve bête de le faire ultra compact.

Je n'ai rien poli de la sorte mais j'ai eu un 200/1200, on peu faire un peu plus long sans soucis.

De plus 250f5.6 c'est moins de problème potentiellement pour un premier miroir qu'à f/5.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

si c'est pour faire mieux que du GSO pour pas trop cher pourquoi ne pas tout simplement acheter du GSO et refaire le polissage à la poix et la parabolisation  pour un 300 F/D 6 par exemple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai taillé mon premier miroir en 1971.....un 150 mm qui m'a  pris plus de 6 mois en m'y collant tous les soirs. Je m'étais inspiré du livre de Texereau http://www.astrosurf.com/texereau/ 

et pour le tube et une approche de monture de la revue Tout l'univers http://astrocloclo.free.fr/documents.html

 

Maintenant sur Ebay tu trouves les miroirs pour un 200 mm à moins de 100 € livré depuis la Chine https://www.ebay.fr/itm/D203F800-Primary-mirror-secondary-mirror-Mirror-Set-for-Telescope/273353051058?hash=item3fa51c8bb2:g:iGEAAOSwtXxbSB2X:rk:7:pf:0

 

Donc je te suggere de prendre ce genre de miroir de faire ton tube , etc  et d'observer     ....en parallele tu te fabriques ton miroir

 

Modifié par domenge

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est cool je vous remercie pour les avis ça me conforte un peu plus dans ce que j'ai en tête ,rien de sûr encore... je partirais sur un 250 focale 6 Dobson monture réaliser par mes soins après le miroir je préférais le tailler entièrement moi même pour le plaisir de faire et d'apprendre après la solution de prendre un miroir gso ou autre de qualité convenable quitte à observer un peu avec et le repolir de façon niquel plus tard . J'essayerais de prendre en compte le côté économique de la chose en ce qui concerne le miroir et si c'est vraiment pas beaucoup plus cher de le tailler sois même. Le temps m'importe peu. Je vais d'abord lire m'instruire,me renseigner faire quelque crobards... Et après quand je suis prêt et sur de ce que je veux réaliser je lance la conception et la réalisation. Je suis tourneur fraiseur je peux me débrouiller pour faire les pièces..

En attendant je vais vous bombarder de questions 😁

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lyl,

c’est pas bête un 250 à 5 en UL-UC : c'est la condition sinequanon pour en faire un vrai instrument de voyage, polyvalent en CP et planétaire. Ce n'est pas rien, notamment pour les citadins qui ne rêvent que de ciels de vacances. Plus lourd, ben ça voyagera nettement moins facilement et probablement bien moins loin. Plus long, les problèmes d'équilibrage seront à régler (ou seront quasi impossibles à régler), et la position d'observation en dobson deviendra plus délicate alors que dans cette config, un simple siège pliant tripode suffit, toujours dans un principe d'instrument qu'il est facile de trimballer avec soit.

En le disant autrement, un 250 à 5 offre le potentiel maxi qu'on peut emporter en bagage cabine avion.

De plus, je n'ai JAMAIS vu quelqu'un se lancer dans le polissage de ce truc et de foirer sa besogne. C'était plus ou moins laborieux, yavaient des doutes, mais au final ça sortait, et bien souvent de très belle façon. D'où - je pense - l'inutilité de se faire la main sur des diamètres moindres ou des focales plus longues.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai lu je sais plus où qu'un rapport F/D inférieur à 5 augmenté bien la coma en bord de champs et était plus délicat à realiser surtout pour un débutant. En revanche un rapport de 6 limite la coma et la parabole serait plus facile à réaliser pour un débutant mais augmente la focale et du coup la longueur du tube. Pour un 250 rapport 6 la focale est de 1500 , on rajoute un peu de hauteur de caisse du primaire. Ça commence à faire un peu haut. En revanche un 250 rapport 5 la focale est de 1250 on baisse en longueur de tube, c'est pas négligeable. C'est pour ça que je vais faire un rapport de 5 mini et 6 maxi. Pour le moment j'ai 6 en tête. L'idéal vu comme ça je dirais un rapport de 5.5. Je voudrais qu'il reste polyvalent en cp et planétaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est pour ça qu'en bon Normand, je t'ai dit 5, 6 voire 5,5...

Sincèrement, qu'il soit entre 5 et 6, cela sera le même travail d'essuyage de plâtre en tant que débutant. Prend surtout la focale qui te convient à toi en terme de longueur de tube, de poids d'instrument.

Faire un 200 ou un 250, à ouverture égale c'est la même difficulté, alors autant prendre le plus gros diamètre...

Donc 250mm à 5,5, c'est un très bon choix!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tu peux partir d'un miroir de qualité quelconque mais d'occasion que tu vas repolir: cela t'occupera bien assez et tu t'éviteras le boulot un peu rébarbatif d'avant le polissage. au pire si tu te rends compte que cette activité finalement ne te convient pas tu peux le revendre avec des pertes minimales.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui certes,

mais pour une première fois, je trouve que la besogne préliminaire permet d'apprivoiser la chose, le miroir, les manipulations, l'usage des abrasifs, et surtout les courses, se trouver à la bonne main. C'est de l'apprentissage tout bénéfice pour la suite, autrement plus délicat. Si on commence direct par le polissage, ça risque d'être un peu olé-olé...... mais pourquoi pas.....

Modifié par serge vieillard

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tu te fais deux disques en ciment béton coulés sur une vitre plane et ensuite tu les frottes l'un contre l'autre avec interposition d'eau en essayant de rester plan, cela te donnera également une idée de la masse des disques et du type de courses à réaliser :)

Modifié par asp06

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas un expert : je n'ai taille que 3 miroirs. Dont deux à la SAF. Faut bien faire attention en terme de taille et d'ouverture. 250 c'est bien. En dessous cest petit, au dessus la difficulté grimpe exponentiellement. Et F/5 c'est rudement plus compliqué que F/6. F/4 oublie en premier miroir : tu ne termineras jamais la parabolisation. J'entends 400 F/4.5 en premier miroir? Sauf conte de fée, j'y crois pas trop.... Ou coup de bol. Ou cul de bouteille. Ou erreur au Foucault. Ou des milliers d'œil avec retour en arrière au doucissage car bord rabattu énorme. À la SAF, peu se risquaient dans cette taille et les gars avaient de la bouteille. Et pas que des livres ou des tutos pour s'en sortir. Il est vrai qu'on a de bons conseils sur ce forum, avec des pros qui ne font pas les chochottes et donnent des conseils.

allez zou, vas-y!!! Le premier coup d'œil dans son télescope, avec son miroir, ben c'est unique!!! Et on en est très fier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi, j'ai aimé toutes les étapes. Même l'ebauchage. Deux disques de verre: l'un devient concave l'autre convexe. Le doucissage a un côté magique je trouve. Le miroir prend vie. Le polissage un peu chiant. La parabolisation magique. C'est manuel, technique et scientifique. Poétique aussi je trouve. Le premier œil derrière le Foucault hyper émouvant. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça me fait un peu penser quand j'étais apprenti. Je devais réaliser un cube à la lime à la cote, en parallèle, en planéité, en equerrage à plus ou moins 0.05. En trait croisé...  J'imagine qu'on est dans le même état d'esprit ( rattrapper les plans, les creux, les bosses à tel ou tel endroit en forçant plus ici que là grace au divers contrôle au bleu en cours de réalisation...)

Du coup je me posais la question par curiosité est ce qu'on miroir de 200 rapport 6 est plus facile, simple à tailler qu'on 250 rapport 6 ?

Question livres j'ai le Texereau et le Godillon ( guide astronome amateur ). Je viens de tomber sur un Book du même genre à la biblio cest : le télescope de Dobson et autre instrument pour l'amateur sous la direction de Charles Rydel. C'est pas mal.

Modifié par JR45
Faute

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant