xavierc

Valdrôme nuit du 11 au 12 août 2018

Recommended Posts

Valdrôme nuit du 11 au 12 août 2018
 
 9 dessins : 8322 à 8330.
 
 Dobson 508/1920
 
 Je poursuis l'exploration des amas globulaires d'Ophiucus comme hier.
 
 Observation 8322 : NGC6355.
 201x. Il reste faible, assez petit et partiellement résolu. Ses étoiles sont notées très faibles à perceptibles.
 NGC6355obs8322.jpg
 
 Un groupe de photographes placés au plus haut du talus à l'Est gênent par leurs lumières, ça rouspète autour de moi : PC éclairant les arbres derrière, et leurs frontales dirigées vers nous lorsqu'ils regardent leur écran de PC. Certes ils n'ont pas été placés par l'organisation à l'endroit réservé où ils pensaient moins gêner, mais on sent un manque de préparation sur ce point.
 Mes collègues astrophotographes du club de Thorigny placés sur le talus sont bien impactés, Jean-Marc ira jusqu'à utiliser comme bafflage une serviette de bain pour prémunir ses photos de leur éclairage.
 Il finiront par trouver des réglages et une organisation plus appropriée la nuit suivante, les débutants de leur groupe ayant été briefés, au point qu'on pourrait croire que ce ne n'est plus le même groupe que la veille.
 
 Observation 8323 : NGC6401.
 276x, 85x. Considérablement faible et petit à 85x, il devient granuleux puis partiellement résolu à 276x.
 NGC6401obs8323.jpg
 
 Je tente ensuite une discrète nébuleuse planétaire du Sagittaire.
 
 Observation 8324 : PK5-2.1.
 201x. Elle est très faible sans filtre et faible en OIII. Elle reste ponctuelle, je l'ai repérée avec certitude par blinking.
 PK5-2.1obs8324.jpg
 
 Encore grosse (23,8") après son opposition de fin juillet, Mars dans le Capricorne a été dessinée.
 
 Observation 8325 : Mars.
 Je l'observe de l'oeil gauche pour garder mon adaptation nocturne.
 Sans filtre rouge, l'image est trop peu visible (turbulence de 4 à 5 sur 5). Avec ce filtre, la région de Syrtis Major et Hellas sont bien reconnues parmi pas mal de détails fugaces.
 402x, 631x et filtre 23A.
 Marsobs8325.jpg
 
 Je suis fatigué.
 Pour se réveiller un peu, on se chambre avec Thomas dit Locus et son ami Georges.
 Qui aime bien charrie bien!
 
 Ca a marché, je suis plus alerte pour arpenter les sentiers des amas de galaxies d'Hercule.
 
 Observation 8326 : Abell 2199.
 201x. Heureusement que j'ai observé Mars avec l'oeil faible (mon gauche) sinon c'était mort pour apercevoir ces faibles et lointaines lueurs!
 201x. NGC6166 est assez faible à considérablement faible, NGC6166A faible, 6166C faible à très faible, 6166D très faible, PGC58277 faible à très faible, PGC58212 très faible à VI1.
 NGC6166_Abell2199obs8326.jpg
 
 Observation 8327 : NGC6145/6/7.
 201x. Je regarde ce faible groupe à proximité de la précédente. NGC6146 est la plus facile, considérablement faible à faible, NGC6145 est très faible tandis que NGC6147 ferme la marche en vision indirecte VI3.
 NGC6145_6_7obs8327.jpg
 
 Je reviens dans notre système solaire pour traquer l'objet suivant, errant par nature.
 
 Observation 8328 : Comète Giacobini Zinner 21P dans Cassiopée.
 85x, 201x. J'ai placé le noyau à 3h42, le déplacement de la comète a été perceptible au fil du dessin. Elle est bien colorée vert pomme à 85x, plus diffuse mais avec une queue plus longue que lors de la précédente observation. Le noyau est brillant, et la queue semble considérablement faible à perceptible.
 Comete_Giacobini_Zinner_21Pobs8328.jpg
 
 Je profite de la proximité qu'a donné ce pointage pour observer une nébuleuse planétaire détaillée de Cassiopée.
 
 Observation 8329 : IC289.
 201x, 402x, 276x. Invisible en HBêta, elle réagit bien en Oxygène 3 (OIII). Son étoile centrale très faible se détache de la nébuleuse considérablement faible à 201x, turquoise pâle à 85x. Son anneau mieux vu en OIII a un aspect irrégulier, ainsi que la zone interne d'éclat hétérogène.
 IC289obs8329.jpg
 
 A 4h30 ça remballe autour de moi.
 
 Je termine avec un amas ouvert de la Girafe dans l'aube.
 
 Observation 8330 : St23.
 138x. C'est une belle surprise, cet amas ouvert dit de Pazmino est brillant et coloré, assez fourni, caractérisé par un large écart de magnitudes.
 St23obs8330.jpg
 
 Les affaires sont trempées.

  • Like 2
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Xavier, par ce dernier dessin, tu apportes la preuve qu'on peut, à partir d'un objet tout bête, réaliser une jolie planche colorée. Bien des dobsoniens l'auraient laissé de côté, y compris moi.   Fabrice M.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore un super CR Xavier :).

 

J'aime bien ton dessin de Mars. Pour l'instant je ne me suis pas encore vraiment frotté au dessin planétaire, mais avec les conseils fournis dans le bouquin que je suis en train de lire, je m'y mettrai peut-être ;). IC289, et la comète Giacobini Zinner sont bien détaillées aussi, c'est chouette.

 

J'ai déjà observé NGC 6166 en juin dernier (mais je n'avais pas vu les autres composantes de l'amas Abell 2199, trop faibles). Je ne sais pas si tu le sais, mais cette galaxie est classée comme Quasar dans la base de donnée Simbad. (avec le numéro 3C 338.0) A 496 millions d'années-lumière de distance, c'est probablement la galaxie NGC la plus lointaine qui soit aussi facilement accessible dans un télescope d'amateur.

Pour info le lien vers Simbad sur cette galaxie :

http://simbad.u-strasbg.fr/simbad/sim-id?Ident=NGC 6166

 

Pour cette raison je l'avais dessinée. Ce n'est pas aussi fréquent que cela, d'avoir des photons aussi lointains qui viennent frapper ma rétine ;):

 

d600a403d3dfa209e847e0ff140695ac026d2a5b

 

Edited by yves65
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Des amas globulaires du NGC, une nébuleuse planétaire PK stellaire, Mars proche de l'opposition, des groupes de galaxies, une comète, une nébuleuse annulaire du IC et un amas ouvert de Stock ! On voit rarement une telle profusion d'objets si rares et si différents : un éclectisme  de qualité qu'il convient de souligner ! :x

 

La nuit fut belle également dans le Queyras, mais j'ai été moins productif que toi (en variété et en quantité):

http://www.astrosurf.com/cielextreme/bdo/11_08_18 - 12_08_18.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, yves65 a dit :

J'ai déjà observé NGC 6166 en juin dernier (mais je n'avais pas vu les autres composantes de l'amas Abell 2199, trop faibles). Je ne sais pas si tu le sais, mais cette galaxie est classée comme Quasar dans la base de donnée Simbad. (avec le numéro 3C 338.0) A 496 millions d'années-lumière de distance, c'est probablement la galaxie NGC la plus lointaine qui soit aussi facilement accessible dans un télescope d'amateur

 

Tu as aussi NGC 6041 donnée à environ 470 millions d'AL avec la marge d'erreur... et son amas Abell 2151 qui est une "mine de galaxies", vraie merveille à contempler en été (je l'ai fait cet été justement, mais les moustiques ont pourri l'ambiance ce soir-là - retour sur Terre...:(). Abell 2151, qui se voit facilement dans du matériel amateur sous un ciel correct, est supposé se trouver à 510 millions d'AL globalement, pour les amateurs de distances vertigineuses 9_9

 

Quant à IC 289 dans Cassiopée, tiens quelle découverte ! :o En voilà une qui a échappé à mes innombrables épluchages en règle de Stellarium >:(;) Du coup merci Xavier, elle est très joliment dessinée en plus. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Cédric Perrouriefh a dit :

Tu as aussi NGC 6041 donnée à environ 470 millions d'AL avec la marge d'erreur... et son amas Abell 2151 qui est une "mine de galaxies", vraie merveille à contempler en été (je l'ai fait cet été justement, mais les moustiques ont pourri l'ambiance ce soir-là - retour sur Terre...:(). Abell 2151, qui se voit facilement dans du matériel amateur sous un ciel correct, est supposé se trouver à 510 millions d'AL globalement, pour les amateurs de distances vertigineuses 9_9

 

L'amas d'Hercule Abell 2151 est sur mes listes d’objets à pointer depuis longtemps :), mais je n'ai encore jamais eu le temps de le faire :$... Toutefois, avec une magnitude de 13,3 cette galaxie NGC 6041 semble plus faible que NGC 6166 de magnitude 11,8. Je ne sais pas si j'arriverai bien à la voir avec mon T305.

 

Si ça intéresse les amateurs de "distances vertigineuses" à l'oculaire, voici un tableau que j'avais établi il y a quelques années, et qui répertorie les amas Abell brillants. (on y voit NGC 6041 et aussi NGC 6166.) Mon but était de les observer tous... mais à ce jour je n'ai eu le temps de pointer que les 3 en jaunes, donc j'ai encore du travail pour compléter cette liste d'observations ;). J'ai surligné en rose les magnitudes des galaxies inférieures à 12 :

 

image.png.d88279da3d5eebf844add1a2f41eca5f.png

 

Edited by yves65
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, yves65 a dit :

Toutefois, avec une magnitude de 13,3 cette galaxie NGC 6041 semble plus faible que NGC 6166 de magnitude 11,8. Je ne sais pas si j'arriverai bien à la voir avec mon T305.

 

Si ton ciel est bien sombre et si tu as une bonne transparence le soir de ton observation, les membres de l'amas devraient bien ressortir dans ton 300. Mon observation de l'été dernier a été faite au C14 et il y a fort à parier que le ciel n'était pas parfait ce soir-là (il l'est rarement... :S)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous.

 

J'avais raté les réponses, la notification auto envoyée par Astrosurf ne marcherait plus?

 

Il y a une telle variété d'objets qu'on peut effectivement en une seule nuit présenter une bonne proportion du bestiaire céleste.

J'ai aussi redécouvert certains amas ouverts au 508, avec le piqué et l'explosion de couleurs de certains.

 

Yann, ton lien de CROA n'a pas aimé les espaces.

 

Yves, merci pour les précisions astrophysiques, la liste d'amas de galaxies accessibles et le dessin.

Pour pulvériser les distances, il faut ensuite passer aux quasars, pour espérer en voir jusqu'à 8-10 milliards d'années lumière avec nos instruments.

 

Coucou aussi à Serge, Alain et Fabrice.

 

Comme on parle d'Abell 2151, je l'avais dessiné avec ce même instrument au même endroit voici 2 ans :

Un mur de galaxies

Abell2151obs7472.jpg

et le CROA correspondant

http://xcamer2.free.fr/astrodessins/CROA/Valdrome_ete2016_T500/CROAValdrome2016_nuit07/CROAValdrome2016_nuit07.html

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, xavierc a dit :

Pour pulvériser les distances, il faut ensuite passer aux quasars, pour espérer en voir jusqu'à 8-10 milliards d'années lumière avec nos instruments.

 

Avec nos instruments, vraiment ? O.o Je ne savais pas que c'était possible. Je pensais qu'on s'arrêtait à 2 ou 3 Md AL pour des quasars encore à peu près accessibles (magnitude 12 ou 13...). Là ça fait carrément l'autre bout de l'Univers observable ! :o Quels quasars et quelles magnitudes, par exemple ?

 

Bravo et merci aussi pour ton dessin d'Abell 2151, ça rappelle des bons souvenirs de nuits estivales (à part les moustiques...) ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Cédric Perrouriefh a dit :

Avec nos instruments, vraiment ? O.o Je ne savais pas que c'était possible. Je pensais qu'on s'arrêtait à 2 ou 3 Md AL pour des quasars encore à peu près accessibles (magnitude 12 ou 13...). Là ça fait carrément l'autre bout de l'Univers observable ! :o Quels quasars et quelles magnitudes, par exemple ?

J'en suis à z=4 avec SDSS J231818.77-004739.5 de mag.17 dans le bleu et mag.15 dans le rouge (là, le décalage vers le rouge prend tout son sens…B|). Ca représente (si ça doit représenter quelquechose) près de 11 milliards d'années de temps de trajet-lumière (et une vitesse de fuite supérieure au million de km/s…)

Voir la discussion intéressante en face : https://www.webastro.net/forums/topic/148337-le-club-très-select-des-milliardaires/

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, yapo a dit :

J'en suis à z=4 avec SDSS J231818.77-004739.5 de mag.17 dans le bleu et mag.15 dans le rouge

 

Ha oui :D Mais là je crois que c'est trop demander au pauvre C14 de mon club avec son ciel moyen. Et mon Mak 127 inutile d'en parler :DMais en tout cas bravo !

 

Il y a 9 heures, yapo a dit :

Ca représente (si ça doit représenter quelquechose) près de 11 milliards d'années de temps de trajet-lumière

 

Difficile de voir beaucoup plus loin encore... Non mais tu te rends compte de ce que tu fais ? :o:D

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 21/11/2018 à 10:00, Cédric Perrouriefh a dit :

Difficile de voir beaucoup plus loin encore... Non mais tu te rends compte de ce que tu fais ? :o:D

 

 

Oui, après il y a un problème de contraste par rapport au bruit de fond cosmologique... :D

Au 127, tu dois pouvoir aller jusqu'à mag.13.5-14.0, non ? Avec mon 115 dans les Alpes, j'arrive à 13.5.

Notre plus brillant specimen, 3C273 à m=12.9, est à presque 3 milliards d'années-lumière avec son z=0.158 !

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, yapo a dit :

Oui, après il y a un problème de contraste par rapport au bruit de fond cosmologique...

 

Ha oui je vois, nous autres pauvres mortels c'est la pollution lumineuse qui nous cherche des noises, mais toi c'est carrément le fond diffus cosmologique ! :D Non mais sérieux j'hallucine... :D

 

il y a une heure, yapo a dit :

Au 127, tu dois pouvoir aller jusqu'à mag.13.5-14.0, non ? Avec mon 115 dans les Alpes, j'arrive à 13.5.

 

Peut-être, sous un excellent ciel de montagne où je n'ai jamais encore conduit ce Mak. 14 me paraît en tout cas délirant pour le ciel de mon club. J'ai prévu de continuer les essais commencés le mois dernier, mais en ciel profond cette fois pour approcher la magnitude limite accessible à ce tube avec le ciel du club, pour commencer... Si ça arrive à 13 je serai déjà très content, à mon avis ;)

 

Il y a 1 heure, yapo a dit :

Notre plus brillant specimen, 3C273 à m=12.9, est à presque 3 milliards d'années-lumière avec son z=0.158 !

 

Oui, c'est à lui que je pensais plus haut... c'est pourquoi des quasars à z=4, 11 milliards d'AL, magnitude 17 dans le bleu, comment dire... ça chiffonne un peu mon entendement au premier abord :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Stephane Zoll
      Bonjour,
       
      Je voulais partager avec vous ces photos prises à St Veran (AstroQueyras), lors de deux dernières campagnes, avec à chaque fois l'un des T500 f/8 Astrosib.
      Ce sont des nébuleuses assez exotiques associées à des étoiles jeunes n'ayant pas encore atteint la séquence principale.
       
      Tout d'abord, voici V633_CAS, dans Cassiopée :
       

       
      Un peu de bruit dans cette image ; les conditions étaient moyennes et j'ai manqué un peu de poses à cette ouverture.
      L'objet d’intérêt est bien sûr en haut à gauche.
      - Astrosib RC 500 f/8
      - Filtres Astrodon LRGB
      - CMOS ASI 1600 (-20°C).
      - L : 50x120s bin2
       - RGB : 3x8x120s bin2
       
      Et voici un champs très sympa dans le Cygne avec plusieurs objets remarquables, dont V1982 et V1331 :
       

      - Astrosib RC 500 f/8
      - Filtres Astrodon LRGB
      - CCD SBIG STX-16803 (-20°C).
      - L : 27x300s + 19x300s (mosaic) bin1
      - RGB en bin2
       
       
       
      V1331 a fait l'objet d'une image par Hubble :
      https://www.spacetelescope.org/images/potw1509a/
       
      Image avec description :

       
       
      V1982 est en fait un objet complexe avec plusieurs étoiles jeune et une nébuleuse primordiale associée.
       
      Merci pour votre passage,
       
      Meilleurs photons
      Stef
       
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 1er au 2 août 2019
       Dobson 508/1920
       
       10 dessins : 8884 à 8893.
       
       Plein de public se masse au sud vers le télescope d'Aymeric.
       De nombreux passages de nuages orographiques vont perturber les observations de cette nuit.
       
       Je pointe un amas globulaire du Scorpion dès le crépuscule.
       
       Observation 8884 : M80.
       85x, 201x. Ce dernier m'avait déçu la dernière fois que je l'avais regardé au Dobson 508, car la turbulence forte affectait sa résolution.
       Cette fois-ci elle est coopérative à 3 sur 5 à 201x. Brillant et bleuté ciel, il est bien résolu. L'amas est aussi vu au chercheur 9x50 comme une étoile floue assez faible.
       Pendant le premier passage nuageux, je rends visite à Jean-Bernard C., qui observe en compagnie de Malik et Jean-Baptiste de mon ancien club de Thorigny.
       Je reviens en vitesse finir le dessin de l'amas globulaire car il est à la limite de passer dans les arbres, j'aurai 5 minutes pour finir mon dessin.
       
       
       Maintenant, ce sont l'est et le nord du ciel qui sont couverts. Fichtre!
       Je vais observer une galaxie des Chiens de Chasse, encore assez levé à cette heure, car c'est la seule zone dégagée du ciel.
       
       Observation 8885 : NGC5093.
       A 201x, je note son centre considérablement faible et le pourtour très faible et diffus.
       
       
       A 23h40 ça se redégage ailleurs, je tente rapidement une galaxie du Cygne.
       
       Observation 8886 : NGC7013.
       85x, 201x. Je la vois facilement à 85x et note une teinte bleutée. A 201x, assez brillante, elle est diffuse et montre des traces de spires, chouette!
       
       
       Dans le même coin, je galère à trouver des petites nébuleuses planétaires, ponctuelles dans des champs riches, car un peu dérangé par un cinéaste qui voulait filmer en caméra infrarouge ma description de ces objets pour un documentaire sur la pollution lumineuse.
       Ca plus les nuages, je n'y arrive pas. Il me laisse au bout de 10 minutes d'attente infructueuse.
       Je suis dépité par cette météo changeante au point d'aller dormir une heure dans la voiture.
       
       J'ai bien fait, au retour à 2h je suis remotivé et les nuages sont bien plus éparses.
       Allons nous mettre sous la dent quelques galaxies du Verseau.
       
       Observation 8887 : NGC7198.
       Celle-là est minuscule à 85x et demeure petite à 201x, faible et condensée.
       
       
       Observation 8888 : NGC7215.
       Je l'aperçois à 85x, faible, et remarque à 201x une sorte de barre non résolue dedans.
       Les nuages la recouvrent parfois pendant l'observation.
       
       
       L'aboiement de chevreuils au sud-est brise le silence de la nuit.
       
       A 3h le ciel s'améliore tout de bon. Aymeric qui était prêt à remballer se ravise du coup.
       
       Observation 8889 : NGC7189.
       Diffuse mais évidente à 85x, bien que faible, elle m'autorise à grossir 201x et même 402x pour séparer les condensations limites de sa barre centrale.
       
       
       Je poursuis mes observations avec une galaxie de Pégase.
       
       Observation 8890 : NGC7156.
       Elle est facile et considérablement faible à 85x. J'ai l'impression à 201x qu'elle est spirale, de la structure est vue à la limite (VI4 à 5).
       Le noyau flou est plus facile, vu 75% du temps en vision indirecte (VI2).
       
       
       Plus aucun nuage salit le ciel à 3h30. Enfin!
       Je retourne sur les galaxies du Verseau dont des objets du catalogue Arp.
       
       Observation 8891 : NGC7393.
       Aussi membre numéro 15 du catalogue Arp, elle est faible à 85x. Sa forme est difficile à appréhender, même à 201x et 276x, courbée et ramassée sur elle-même, et une extension longiligne se devine à la limite de la vision décalée (VI5).
       
       
       Observation 8892 : PGC69935/PGC70130/PGC1066529.
       J'ai pointé ce trio de galaxies PGC grâce à son appartenance au catalogue Arp sous le numéro 314.
       2 galaxies sont vues dès 85x : PGC69935 considérablement faible à faible, dévoilant des nodosités VI3 à 5, et PGC70130 faible à très faible et très diffuse.
       La troisième PGC1066529 de magnitude 16 vue VI5 est incertaine, mais finalement placée au bon endroit comme confirmé par des photos consultées l'après-midi suivant.
       
       
       Observation 8893 : NGC7416.
       Vue à 201x, elle est considérablement faible dans l'aube.
       
       
       Je finis à l'aube avancée 5h en compagnie d'Aymeric encore levé, nous sommes les seuls dans ce cas par ici.
       
       Des éclairs d'orages lointains au Nord se manifestent pendant que je range le matériel, fatigué.
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 31 juillet au 1er août 2019
       Dobson 508/1920
       
       11 dessins : 8873 à 8883.
       
       Après une bonne sieste, je suis opérationnel à 23h15. Le ciel est plus dégagé des voiles que ce qu'annonçaient les prévisions météo, on ne va pas s'en plaindre.
       J'observe une nébuleuse planétaire d'Ophiucus pour entamer la nuit.
       
       Observation 8873 : PK10+18.2.
       85x, 631x, 402x. L'idée de cette observation vient une fois de plus des fiches de Michel Nicole le québecois.
       Répondant bien au filtre O3, elle est bilobée dès 85x, justifiant son surnom de Nébuleuse du Papillon.
       Son étoile centrale est faible, la nébuleuse en partant est très faible.
       Elle est trop sombre à 631x. Le filtre O3 n'apporte aucun détail supplémentaire, je préfère la nébuleuse planétaire au naturel.
       
       
       Je regarde ensuite 2 galaxies de la même constellation.
       
       Observation 8874 : NGC6509.
       85x, 201x. Vue à 85x, elle se révèle diffuse à 201x, faible, et montre son centre un peu plus visible en vision décalée.
       
       
       La seconde assez esthétique sera montrée à 3 personnes dont Didier L.
       
       Observation 8875 : UGC11093.
       201x. Faible, elle est bien plus effilée en vision indirecte qu'au premier abord.
       
       
       Je pointe ensuite un amas globulaire du Sagittaire, un Messier en plus, que je montre à Aymeric.
       
       Observation 8876 : M75.
       85x, 201x, 402x. Je l'aperçois dans le chercheur, très faible et ponctuel.
       A 85x c'est une autre histoire, il est brillant, condensé, bleuté. Son coeur est bien plus brillant que le reste, le pourtour reste considérablement faible.
       Il est partiellement résolu à 201x, et surtout 402x. En vision indirecte, le coeur fourmille d'étoiles à la limite de détection.
       La turbulence est assez forte à 402x, de 4 à 3 sur 5 sur l'échelle Ciel Extrême.
       
       
       Des voiles arrivent à 1h40.
       Je tente la nébuleuse planétaire NGC6210 dans Hercule à l'écart des voiles, afin de tenter d'y voir plus que lors de mon premier dessin au 508, mais elle est trop turbulente pour ce but.
       
       Je me rabats sur des galaxies de la même carte de champ histoire ne pas être venu pour rien.
       
       Observation 8877 : NGC6181.
       85x, 201x, 276x. Facile à 85x, elle est considérablement faible à 276x et dévoile quelques nodosités VI4 à 5 donc à la limite de perception.
       
       
       J'entends les cloches du troupeau de moutons aperçu de jour sur l'Aup au sud de la station.
       
       Observation 8878 : NGC6168.
       Celle-là à peine soupçonnée à 85x me donne plus de fil à retordre, je la vois VI4 à 3 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et allongée à 201x.
       
       
       M33 fut cette nuit vue faible en vision directe à l'oeil nu, un bon niveau 2 sur l'échelle de Bortle donc.
       
       Voici la suite et fin du groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193, entamé aux Estivales de Webastro.
       
       Observation 8879 : NGC194 et 199.
       201x. NGC194 est considérablement faible, et NGC199 faible à très faible.
       Un voile arrive dessus à 3h.
       
       
       Le temps d'un coup de barre, 10 minutes après les voiles sont partis de cette zone.
       
       Observation 8880 : NGC186.
       201x. NGC186 me montre son noyau considérablement faible, le reste est allongé très faible à VI1.
       
       
       Observation 8881 : NGC193 et 204.
       201x. Ce couple est similaire. NGC193 faible et diffuse est accompagnée de NGC204 faible à très faible et diffuse.
       
       
       Un peu de buée arrive à 3h30.
       J'ai besoin d'une vraie pause, d'où 25 minutes de sieste allongé sur le siège passager avant de la Dacia, incliné au max.
       
       Observation 8882 : NGC202/3.
       201x. Je termine par cet autre couple ma visite au groupe de NGC193. NGC203 est faible à très faible et montre facilement son allongement, et NGC202 est faible.
       
       
       A 4h10 un peu de hoquet me transforme en grenouille, peut-être à cause d'une ingestion trop rapide de biscuits?
       J'en ai raison grâce à mes talents d'apnéiste, on n'est pas pour rien de la génération "Le Grand Bleu"!
       
       Je termine la nuit sur la comète ASASSN C/2018 N2 dans le Bélier.
       Jean-Bernard et Aymeric la regardent aussi.
       
       Observation 8883 : ASASSN C/2018 N2.
       201x. Positionnée à 4h40, elle est très diffuse, considérablement faible, et son déplacement est perceptible en quelques minutes. J'estime sa magnitude à 14 à la louche.
       
       
       Je connais par contre un échec sur une autre comète, Panstarrs C/2017 T2 dans le Taureau car il fait trop jour.
       A refaire dès le lever des Hyades la prochaine fois.
       
       Je laisse Aymeric pointer NGC253 du Sculpteur au T508 mais elle est trop faible dans l'aube avancée pour la détailler à sa juste mesure à 5h, le fond de ciel bleuit.
  • Images