xavierc

Valdrôme nuit du 15 au 16 août 2018

Messages recommandés

 9 dessins : 8348 à 8356.
 
 Dobson 508/1920
 
 En début de nuit, Georges anime pour le public de 7 à 8 personnes.
 Laurent, le dernier des Mosellans, fait les 100 pas près de moi. Je l'envoie tourner un peu plus loin, je risquais de lui donner involontairement un coup de cage secondaire en tournant le télescope dans l'obscurité de la nuit.
 
 En préambule, je vise un amas globulaire d'Ophiucus.
 
 Observation 8348 : NGC6356.
 Il m'apparaît assez brillant et bleuté à 85x.
 Ses étoiles sont très faibles à perceptibles à 276x.
 NGC6356obs8348.jpg
 
 Je me dépêche d'observer ensuite un amas ouvert du Sagittaire, qui va se coucher dans la montagne de l'Aups.
 
 Observation 8349 : NGC6540.
 Je l'explore à 201x, partiellement résolu et laiteux avec ses étoiles qui ressortent faibles à perceptibles.
 NGC6540obs8349.jpg
 
 Je tente aussi Mars encore bien grosse après son opposition de fin juillet mais si basse.
 
 Observation 8350 : Mars.
 Encore située dans le Capricorne avec un diamètre confortable de 23.3", elle est victime de la forte turbulence.
 Le filtre rouge 23A permet d'en tirer quelque chose à 631x : une zone autour de la calotte polaire et une bande irrégulière sur la surface (Mare Cimmerium /Thyrrenum?).
 Marsobs8350.jpg
 
 Je passe une demi-heure à dormir dans l'auto.
 Bien revigoré, je suis d'attaque pour regarder les faibles galaxies de l'amas Abell 2197 d'Hercule.
 
 Observation 8351 : NGC6184.
 Elle est faible, condensée et en même temps diffuse à 201x.
 Là une explication est nécessaire : elle est condensée par sa luminosité concentrée vers la zone centrale, mais diffuse par ses bords évanescents et flous.
 NGC6184obs8351.jpg
 
 Observation 8352 : NGC6180.
 Je la vois faible à 201x, accompagnée de PGC58397 vue 100% du temps mais en vision décalée (VI1).
 NGC6180obs8352.jpg
 
 Observation 8353 : NGC6175.
 La NGC faible à très faible et diffuse est escortée de 2 galaxies PGC58373 vue VI1 et nette et PGC58378 à 201x.
 NGC6175obs8353.jpg
 
 Observation 8354 : NGC6173/74.
 NGC6173 est considérablement faible à diffuse et NGC6174 (=PGC58350) très faible à VI1. PGC58377 vue VI3 complète ce duo.
 Grossissements de 201x et 276x.
 NGC6173_74obs8354.jpg
 
 A 3h30 elles sont trop basses pour que ça vaille le coup de continuer à les observer.
 Thomas et Georges remballent.
 
 Voici l'objet phare de cette nuit, nébuleuse planétaire connue de la Baleine.
 
 Observation 8355 : NGC246.
 Vue très faible au chercheur 9x50, elle répond fortement au filtre OIII et faiblement en HBêta à l'oculaire du 508.
 Je note une coloration verdâtre pomme sans filtre à 85x sur ce disque irrégulier assez faible.
 La forme générale type mortadelle ou crâne est déjà bien visible sans filtre.
 Elle est complexe à détailler à 201x et 138x et devient ciselée en OIII, magnifique!
 NGC246obs8355.jpg
 
 Fatigué à 4h40, je termine toutefois par une galaxie du Sculpteur dans l'aube.
 
 Observation 8356 : NGC150.
 Assez faible à considérablement faible à 201x, diffuse, elle résiste suffisamment longtemps à l'arrivée de l'aube pour que j'y soupçonne un bras, confirmé le lendemain par les photos. Je note aussi sa coloration bleuôtée ciel. Il faudra que j'y revienne en pleine nuit.
 NGC150obs8356.jpg
 
 Thomas puis Georges démontent leur télescope (chacun a son 400).

  • J'aime 3
  • J'adore 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Encore une bien jolie série :)

Belle image de Mars et alors, cette NGC246 est vraiment magnifique ;)

Bonne journée,

AG

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bravo pour cette belle série, Mars très bien vue c'est bien beau tout tes dessins. :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



  • Contenu similaire

    • Par Loup Lunaire
      Bonjour les lunaires,
       
      Désolé d'avoir été absent mais le ciel m'a bien mobilisé en plus en manque alors !
      Vous ne rêvez pas c'est bien du bleu blanc rouge que vous allez voir et même  avec un jet en plein milieu.
      C'est dur dur de focaliser en IR et proche UV (W47), mais bon je pensais obtenir quelque chose de particulier hormis la couleur propre à ces longueurs d'onde, mais non rien de congrès.
      Et puis deux dessins pour accompagner puisque réalisé après les prises de vues
       
      ON se régale de la beauté sélénique..
       
      Bon ciel lunaire
       
       

       
       

    • Par SLO
      Bonjour

      Avec un peu de retard je vous propose un petit CROA d'une soirée remontant au 26 février.
      Mardi soir je n’ai pas résisté au scintillement des étoiles, après une mise en station rapide du Mak 127 mm dans mon jardin c’est parti pour une séance d’observation purement visuelle. 
      Pour commencer une cible facile avec la nébuleuse d’Orion M42, toujours aussi magnifique, elle remplit tout le champ de l’oculaire de 35 mm et il me semble percevoir sa teinte verte fluorescente.
      Un peu au Nord dans le Taureau je rend une visite à la nébuleuse du Crabe, jolie tache grisâtre dont la forme est facilement reconnaissable.
      A l’Est s’élève le Lion, je pars à la recherche du couple galactique M65 et M66, les deux galaxies d’égale intensité sont facilement visible dans le même champs.
      Pour les comparer au couple M81 et M82 je vise le sommet de la Grand Ourse. Toutes les deux sont déjà visible au chercheur 8x50mm, à l’oculaire c’est la claque. M82 est facilement reconnaissable avec sa forme de cigare et un petit renfoncement en son centre, M81 est magique, j’ai l’impression de distinguer ses bras en spirales. 
      Toujours dans la Grande Ours je me tourne vers la nébuleuse planétaire M97, une jolie tache ronde et grisâtre, j’en profite aussi pour visiter la galaxie M108 assez diffuse et légèrement allongée. J’enchaîne sur la galaxie M109 plus facile avec un centre bien marqué. 
      Un autre classique me tend le bras, M51, là encore le spectacle est accentué par la grande limpidité du ciel doublé d’une faible turbulence. Les deux noyaux galactiques baignent dans une lueur diffuse et ile me semble distinguer le bras qui les relis, observation confirmer par sa position par rapport aux étoiles voisines.
      Je continue mon voyage vers M63, un jolie disque diffus avec une condensation centrale, puis d’étoiles en étoiles je capture NGC 5005 très fine et légèrement allongée. Je remonte vers M94, une belle galaxie avec une zone lumineuse plus concentrée. Je rebondie sur NGC 4490 puis NGC4449, toutes les deux visuellement assez semblable, fines et diffuses, avant d’atterrir sur M106 coupée en deux par une barre lumineuse. Enfin il se fait tard et termine par M101, finalement pas si évidente car elle apparaît très étalée et diffuse sans condensation marquée. 
      C'est décidé la prochaine fois je me met au dessin pour illustrer mes observations.


       
    • Par RIGEL33
      Une soirée ponctuée par les voiles nuageux et les caresses félines !
       
      Du forum, étaient présents : Clément A., Denis, Florent b., FredAstro, Jérémy, Sandrine et moi-même.
      Sébastien P. et un ami à lui étaient venus en touristes.
      Parmi le public, un homme, une femme et deux enfants.
       
      Les nuages nous accueillirent à notre arrivée vers 18h. Je n’avais porté qu’un appareil photo et je comptais faire un time-lapse de la soirée. Denis avait quand même son dobson.
      Les astrams arrivèrent petit à petit en même temps que les éclaircies se formaient. Parfois, on gardait espoir car l’observation était possible. On en profita. Au gré des passages nuageux, on discutait autour de la table de réconfort. On voyait dans les champs alentours, une loupiote rouge se balader à droite et à gauche. C’était notre chienne Chara qui chassait. Elle avait au harnais un repère lumineux qui nous permettait de ne pas la perdre de vue.
       
      Vers 21h, un chat pointa le bout de sa queue. Il semblait très câlin, se frottant à tous les participants. Chara, revenue voir l’intrus, ne l’effrayait pas et, après un instant d’étonnement, ils firent connaissance et restèrent l’un près de l’autre un petit moment, tentant d’assouvir leur curiosité respective. Ce chat devait être en partie « angora » car il avait le poil long. Sombre de couleur, il affichait des nuances de gris et de marron. Chara, se lassant de sa présence, repartit agrandir les trous et galeries des rongeurs des champs.
      Ce chat resta un moment encore. Il semblait bien nourri et ne paraissait pas non plus perdu. Il devait appartenir à l’une des fermes des alentours mais c’était bien la première fois qu’on le voyait au pied du mémorial. Quelques minutes encore, plus il disparut.
       
      L’astronomie reprit ses droits. Après quelques minutes d’observation, les nuages revinrent plus nombreux mais pas trop épais. Un homme et une femme arrivèrent accompagnés de deux enfants. Il était déjà 22h30. C’est rare de voir des gens venir si tard, surtout avec des enfants. Pendant quelques minutes, des éclaircies nous permirent de satisfaire partiellement leur besoin d’évasion spatiale.
      Pendant qu’on discutait, je sentis une pression sur mes jambes. Pensant que c’était Chara, je n’y prêtai pas l’attention qu’il aurait fallu, sortant machinalement une croquette de ma poche et la tendant vers mon amie canine. Alors que je restais bêtement avec mon bras tendu vers le sol, attendant qu’une gueule prenne la récompense, j’entendis la petite fille dire : « Oh un petit chat ! ». Il était de retour. Il se frotta à tous le monde, prenant plaisir à voir de nouvelles jambes n’ayant pas encore son odeur.
       
      Passé ce moment félin, et les nuages étant revenu bâcher le ciel, les curieux nous quittèrent ainsi que le félin. J’allais rechercher mon appareil photo dans le champ nu. Bien sûr l’objectif était embué car je n’avais pas mis de résistance pour l’empêcher. Je revins à la voiture et télécharger les images dans mon ordi. Au final, la buée n’était arrivait que tardivement.
      Sur les images, on voit même Mercure que j’avais renoncé à observer, pensant que les nuages étaient trop nombreux sur l’horizon ouest.
       
      Le rangement des setups étaient presque terminés. Chara était montée en voiture. La température n’était pas trop fraîche et elle ne semblait pas avoir froid mais elle avait le poil humide. J’enlevais sa loupiote, attachais sa sangle et rabattis sa couverture sur elle.
      Avec les derniers astrams prêts au départ, on discuta encore quelques minutes. Une nouvelle pression sur les jambes me fit comprendre que le chat était de retour. Il y mettait du cœur, comme s’il voulait me faire tomber. Chacun de nous y eut droit.
      Pendant quelques secondes, en remontant dans les voitures, on s’inquiétait de savoir si on n’allait pas le blesser. Mais je fus rassurée dès que notre voiture démarra car allumant les phares, on le vit prendre le chemin de terre à droite. Il avait compris qu’on partait et retournait soit chez lui, soit vers quelques autres aventures câline dans un autre univers !
       
      Voici le time-lapse réalisé ce soir-là :
       
       
       
    • Par xavierc
      Nuit du 4 au 5 novembre 2018.
       Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo.
       Strock 254/1200
       
       9 observations : 8530 à 8538.
       
       Suite à la sortie à la fête du village voisin du Romeral cet après-midi, nous sommes tous un peu fatigués et je viens après un cycle de sommeil.
       Cette fête était intéressante à voir, mêlant une cérémonie de messe puis une procession religieuse à des danses et rythmes tribaux des Indiens d'Amérique du Sud.
       En voici quelques photos avec quelques costumes un peu anachroniques des Indiens d'Amérique du Nord!
       L'Enfant Dieu, ou Nino Dios en espagnol, qu'on célèbre ici aujourd'hui.
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       A mon arrivée, Bruno est déjà en action et Pierre encore en train de dormir.
       Je galère un peu à re-régler le chercheur.
       
       Les premiers objets de la nuit sont des galaxies du Phénix, qui se situe à proximité de l'Eridan vers Achernar étoile principale de cette constellation.
       
       Observation 8530 : IC5328.
       Cette galaxie est vue facilement à 75X à côté d'une étoile brillante assez faible à considérablement faible, condensée et petite.
       
       
       Observation 8531 : PGC71907 et PGC130875.
       Ce couple de galaxies se situe près de IC5328. PGC71907 est très faible à VI1.
       La PGC de forme incertaine est VI1 à 150X.
       
       
       Observation 8532 : IC5325.
       A 150X, elle est facile, considérablement faible et ceci aussi à 75X.
       Je perçois une structure à la limite avec un éclat hétérogène à 150X et 218X.
       
       
       Pierre arrive à 1h du matin et cette fois-ci il pourra tenir jusqu'à l'aube.
       
       Je m'attelle à l'observation d'un amas de galaxies du Phénix, Abell 2877.
       
       Observation 8533 : NGC1627.
       Cette galaxie de forme effilée est faible à très faible et elle s'étend en vision indirecte.
       A côté se trouve PGC73637 vue VI3 à 109X.
       
       
       Observation 8534 : groupe de galaxies autour d'IC1633.
       Me voilà au cœur de l'amas de galaxies Abell 2877. A 109X et 150X, il y a du monde mais c'est faible. IC1633 est considérablement faible.
       Dans son proche voisinage, nous avons deux galaxies VI3 et VI1.
       Puis un peu plus au nord nous trouvons PGC73688 vue VI1 et une galaxie vue VI3.
       La partie nord de ce champ nous montre PGC4085 qui est vue très faible puis PGC4104 qui est faible, et enfin PGC73694 vue VI1.
       A l'opposé du champ côté sud, nous avons trois autres galaxies : PGC73666 vue VI3, PGC73684 vue VI4 et enfin PGC73700 vue VI1 à 2.
       
       
       Observation 8535 : PGC 130092/73697/73698.
       A 150X, en vision décalée, elles sont respectivement vues VI3, VI3 à 4 et VI2.
       
       
       Je quitte le monde des galaxies pour celui des amas ouvert d'abord dans la constellation des Voiles.
       
       Observation 8536 : NGC2660.
       Il est petit et partiellement résolu à 75X.
       Même en poussant le grossissement à 218X, il n'est encore que partiellement résolu en étoiles faibles à perceptibles.
       Très dense, il ressemble à un amas globulaire en cours de résolution.
       J'ai dû mettre trop de hargne à le dessiner puisque j'ai cassé en deux mon crayon. Ha la qualité Auchan n'est plus ce qu'elle était!
       
       
       Puis je dévie plus vers le pôle sud, dans la Carène, pour observer un autre amas ouvert.
       
       Observation 8537 : NGC3255.
       Cet amas ouvert est petit et très concentré à 75X. Je le résouds en étoiles faibles à perceptibles à 218X.
       
       
       Je suis assez fatigué, il faut dire qu'il est quasiment 5h du matin.
       Je termine sur un dernier amas ouvert de la Carène.
       
       Observation 8538 : Stock 13 dit en abrégé St13.
       Observé à 150x, cet amas ouvert est assez détaché dans l'aube qui arrive.
       
       
      La suite des photos touristiques : Le 27 octobre 2018 Copiapo, La Silla, vers la réserve de Humboldt.
      On rentre dans la camanchaca, brouillard côtier né de la rencontre entre l'air frais et humide du Pacifique refroidi par le courant de Humboldt, et le sol chaud du Chili.
       
       
      Camion de transport de matériel minier, nous on s'éloigne des mines de l'Atacama vers le sud.
       

       
      La Silla depuis la route d'accès.
       
       
      Le portail de l'observatoire.
       
       
       Les 2 instruments mythiques de l'observatoire sont proches maintenant.
       
       
      Les bâtiments d'accueil des techniciens et astrophysiciens et quelques coupoles d'instruments secondaires.
       
       
      Guanaco et ânes à la Silla.
       

       
      La coupole du 3.6m et son relais optique interférométrique CAT dans la plus petite, à 2400m d'altitude.
       
       
       Passage obligé dans une salle à côté du NTT pour une présentation de l'observatoire et de l'astronomie en espagnol.
       
       
      Panorama à la coupole du 3.6m.
       
       
      Le radiotélescope SEST
       
       
      La rampe d'accès au NTT et les autres coupoles du site depuis la colline du 3.6m.
       
       
       Le télescope de 3.6m, plus exactement 3.566m, inauguré en 1977.
       
       
       
      En panoramique, le pont entre l'ancienne technologie du 3.6 et la nouvelle du NTT (New Technology Telescope).
       
       
      L'abri du NTT.
       
       
      L'un des 2 foyers Nasmyth du NTT
       
       
       Le NTT a un miroir primaire de 3.58m. Formule optique Ritchey-Chrétien pour corriger la coma, avec déport de l'image vers des foyers Nasmyth (le long de l'axe d'altitude).
       
       
       
       
      En route vers l'antenne radio sub-millimétrique SEST.
       
       
      Panoramique entre SEST et le 3.6m.
       
       
      L'antenne radio sub-millimétrique SEST de 15m de diamètre, plus utilisée depuis la mise en service du réseau de 66 antennes radio sub-millimétriques ALMA.
       
       
       
      En route vers la côte Pacifique
       
       
      Un jeune guanaco.
       
       
      Avec sa maman.
       

       
      Au même endroit que les guanacos, un renard.
       
       
       
      Arrivée sur la côte vers la réserve de Humboldt, les nuages bas et la fraîcheur ne nous quitteront plus ici.
       
       
       
      Le village de Punta de Choros où nous logerons.
       
       
      Depuis notre bungalow, les îles au fond constituent la réserve marine de Humboldt.
       
  • Images