Christophe Pellier

Spectre complet d'Uranus avec l'infrarouge

Recommended Posts

Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Je complète le premier jet avec deux retraitements via ISIS et Gnuplot.

La première série est la même que celle ci-dessus : elle mesure la réflectance d'Uranus, c'est à dire sa capacité à réfléchir la lumière en fonction de la longueur d'onde.

La deuxième est obtenue avec une division par la réponse instrumentale. Elle décrit cette fois la couleur réelle de la planète. 

Bonnes fêtes de Noël à tous.

U2018-12-09_20-42_spectrum_cp_2.png

  • Like 5
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Christophe,

 

Et bien ça semble cohérent ces spectres de cette gazeuse. Bravo pour ton travail !

 

A titre expérimental et afin de valider sa propre méthode, je dirais que ce serait intéressant de capter ainsi l'étoile polaire qui est presque immobile.

Ceci permettrait d'avoir une idée de l'influence de SON atmosphère et de sa méthode globale d'obtention des spectres.

Ce qui est délicat et intéressant dans la spectroscopie, c'est de jauger de l'incertitude des données finales.

 

Bonnes fêtes à toi Christophe.

 

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello Lucien, oui.

J'ai fait des spectres de Mars et d'une étoile du Sagittaire pendant des mois cette année (un travail qui n'a rien donné) et autant la partie RVB semblait +/- stable, autant la partie infrarouge semblait varier de façon très sensible. J'ai interprété cette variation comme étant le résultat de celle de la quantité de vapeur d'eau dans l'atmosphère, à moins que ce ne soit autre chose.

Heureusement traiter des spectres à l'aide d'une étoile de référence permet d'éliminer les variations. J'ai l'intention de répéter l'exercice aussi souvent que possible mais ces deux courbes sont très bien corrélées à celles que j'ai trouvées par ailleurs (avec beaucoup moins de résolution évidemment).

Sur un terme très long (plusieurs années ou plus...) j'aimerais voir s'il est possible de mettre en évidence des variations réelles. Si seulement j'avais commencé il y a plusieurs années quand la région polaire de la planète n'était pas aussi brillante !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tres interessant Christophe ce spectre d'Uranus. Je trouve interessant surtout la partie infrarouge, et je n'y connais rien en spectroscopie, mais j'utilise tes graphiques pour jauger de la difference de ce qui est capté a travers les filtres IR:  610, 685, 742 etc: Là on voit qu'il y a une grande bande de reflection visible avec le 610 mais qui sera occultée par le 685: Je pense que ça peut peutetre faire une grande difference dans l'objectivation de tempete, visible seulement si on occulte cette partie du proche infrarouge. En tout cas ça permet de noter une grande difference entre les filtres IR..

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Daniel, c'est exactement ça. La spectroscopie permet de visualiser concrètement ce que l'on pourra obtenir  avec tel ou tel filtre. Le 685 offre un contraste renforcé au prix d'une plus forte absorption... celle-là étant la condition de celle-ci. Avec le 610 on troque du contraste pour avoir un peu plus de lumière en échange.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

... Et on pourrait meme en déduire, si on connait a quel composant  sont dus les raies d'absorbtions, quel composant n'est present que dans les tempetes,(ou plus abondant) si elles ne sont visibles qu'avec le 685 et non le 610:  on au moins le suspecter fortement: en l'occurence, le(s) composant(s) responsable(s) de deux pics en 700 et surtout 722 nm environ.

Edited by dfremond

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca me semble un peu hardu ;) surtout à ce faible niveau de résolution. Et sur Uranus les tempêtes sont beaucoup moins brillantes que la région polaire à elle seule... donc leur contribution sera noyée.

Non si on pouvait mettre en évidence des variations photométriques larges sur plusieurs années, ça serait déjà un succès.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce que je voulais dire c'est que dans l'hypothèse d'une tempête c'est-à-dire un assombrissement très localisé n'est visible qu'avec le filtre 685 et n'apparaît pas avec le 610 ça veut dire que ce deficit de luminosité ne peut-être dû qu'au pic d'absorption de 700 et 722 nanomètres. Si ces tempêtes ne sont pas visibles avec le 610 ça veut dire que le signal est occulté par la réflexion entre 600 et 700 nanomètre donc il y a bien une absorption plus localisé à cet endroit au niveau de la tempête en 700 et 722 donc une présence plus importante du composant au niveau de la tempête.. je ne pense pas que là  clarté de la zone polaire ne change grand-chose. maintenant c'est juste que cette hypothèse d'une différence d'aspect entre  filtre 610 et 685nanomètres n'est pas vérifiée. Mais ce serait intéressant à mettre en évidence... je suppose que tu connais sans doute le composant responsable de l'absorption en 700 et 722 nanomètres ? Methane ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui jusqu'à présent tous les détails visibles à 685 le sont aussi à 610. Seul change le niveau de contraste.

Les absorptions sont:

727 méthane

790 ammoniac 

890 méthane

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Je ne m'y connais pas trop en raie spectrale, néanmoins si le faire sur une étoile est devenue très courant sur une planète cela l'est beaucoup moins.

D'ailleurs certains "amateurs" arrivent à de très bon résultats avec des moyens très modestes.

 

Bon ciel spectroscopique

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/12/2018 à 15:40, Christophe Pellier a dit :

Oui jusqu'à présent tous les détails visibles à 685 le sont aussi à 610. Seul change le niveau de contraste.

Les absorptions sont:

727 méthane

790 ammoniac 

890 méthane

Bonjour Christophe. Oui, c'est pareil sur Uranus apparemment , mais comme tu l'as souligné, sur Saturne, il y a des differences notables d'aspect selon le filtre: il y a donc peutetre la possibilité d'en deduire une repartition de composant, notamment du methane... Mais ça depend du spectre de Saturne, qui du coup devient tres interessant... Mais ça sort du sujet du post. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Pulsar59
      Hello,
       
      Météo absolument exécrable en Sud Picardie depuis plusieurs mois maintenant.
      Dimanche soir dernier, courte trouée, trop courte pour le CP mais suffisante pour du planétaire.
      Bon seeing avant que la brume d'altitude ne recouvre tout.
       
      Images couleur (filtre IR Cut) avec une ASI 385 à 50 ms d'expo, SER de 10 minutes (Barlow 5X, pas d'ADC)
      Images NB avec une 290 (filtre Baader R+IR 610 nm), 60 ms d'expo sauf pour un SER qui a servi à récupérer Miranda (expo 250 ms)
       
      Satellites traités à part, évidemment. De gauche à droite : Titania, Umbriel, Ariel, Miranda (visible uniquement sur la troisième image), Oberon (et une étoile)
       
      La meilleure couleur (il me semble voir un gradient de couleur correctement orienté vers le pôle) :
       

       
       
      La meilleure NB :
       

       
       
      Une NB avec une expo unitaire plus longue pour Miranda (et donc Uranus est moins définie) :
       

       
       
      L'animation NB sur 80 minutes (une seule image montre Miranda) :
       

    • By dfremond
      Bonjour et bonne année 2021! (enfin, spérons juste qu'elle soit un peu moins mauvaise que 2020)
      Pour fêter la fin de cette année 2020 qu'on oubliera vite, j'ai voulu profiter du temps dégagé, quoique glacial, du 31 Décembre au soir. Le seeing était très bon, mais malheureusement, le brouillard s'st invité au réveillon... Mais c'était tout à fait "imageable".
      J'ai voulu tester sur Uranus mon Astronomik proplanet IR642, ce qui m'a obligé a des poses de 106 ms quand même, brouillard oblige! Mais comme le ciel était très stable, ça n'a pas eu de conséquences.
      Donc j'ai réalisé des captures de 20 minutes, le traitement consistant a un alignement rigoureux avec PIPP, puis dérotation de flux vidéo avec winjupos, puis AS3 et Astrosurface, et enfin photoshop .
      Je suis content, malgré le brouillard et la Lune presque pleine, d'avoir réussi a voir Miranda sur 2 de mes images (les dernières) même si le traitement est très poussé (traitement des satellite fait à part).
      J'ai fait deux versions, car je trouve qu'il y a du bon dans les deux: la rapide perme de bien voir la rotation des satellites, et la lente permet de se concentrer plus facilement sur le limbe. Sur ce dernier, j'ai eu l'impression de voir quelque chose bouger, en rotation rétrograde, comme cela doit être le cas sur cette planète, en bordure de la zone polaire brillante, mais c'est noyé dans le bruit et les yeux se fatiguent très vite.  Comme d'habitude, beaucoup de bruit...pour rien, sans doute. 
       
      version lente
       

       
       
      version rapide
       

       
      On peut voir de bas en haut Titania, Ariel puis plus a droite Umbriel et Miranda   (Oberon etait en dehors du champ)
       
       
       
       
      J'ai tenté d'enlever le bruit de fond, et ce nouvel essai m'a permis de retrouver miranda sur la deuxieme image.
       
      lente

       
      Rapide
       

       
       
       
      A bientot, et meilleurs voeux!
       
       
       
       
    • By Pulsar59
      ... avec les miens pour vous tous, évidemment !
       
      Eclaircie inattendue hier soir dans ma Picardie du Sud, je sors le 250 f/4 à l'improviste, collimation rapide, refroidissement pas garanti, j'arrive à faire une session couleur à l'ASI 385 et une NB (avec filtre 23A) à la 290 USB3.
      Barlow 5X, pas d'ADC. Expo 60 ms pour la 385, 100 ms pour la 290 (moins de flux en rouge)
      SER de 10 minutes, 20 à 40% conservées, traitement Astrosurface.
      Les 4 plus gros satellites apparaissent en surtraitant l'image, je les ai récupérés ainsi. J'aurais pu récupérer Miranda en exposant un poil plus, mais... j'ai oublié !
      J'ai rassemblé les images couleurs et NB ci-dessous :
      On voit la région polaire en NB, enfin il me semble.
       
       

    • By Christophe Pellier
      Salut à tous, 
      Et d'abord: une bonne année 2021 !
      Je vous présente encore un travail d'albédo, cette fois sur Uranus. Le 17 novembre dernier, après Mars, j'ai pris quelques images d'Uranus en mode photométrique. Cependant, les étoiles de référence choisies pour Mars étaient trop basses pour obtenir une bonne photométrie sur Uranus. Je suis donc parti plus simplement des données spectro obtenues l'an passé (la planète évolue lentement, ça doit encore coller)
      On voit ici la différence d'albédo qui existe entre la région polaire nord de la planète, qui est brillante en IR depuis plusieurs années, et le reste du disque. L'imagerie en bande V montre que cette région polaire est à présent observable dans cette bande.
      Les deux spectres voient leur différence s'accroître à mesure qu'on va vers les grandes longueurs d'onde, en suivant l'accroissement du contraste. En R et I, la plus grande partie de la luminosité du disque vient de la région polaire nord.
      La différence en B par contre doit simplement venir du gradient de luminosité du disque.
       





    • By Christophe Pellier
      Salut à tous, j'espère que vous passez de bonnes fêtes pendant cette pose bien méritée cette année...
      Voici quelques images d'Uranus trèèès en retard, qui date de novembre, lors de très bonnes nuits.
      Le 23, en RVB 224. La région polaire nord brillante est bien visible. Elle occupe une place apparente de plus en plus importante à mesure que le pôle nord se tourne vers nous, et je suis curieux de voir à quel point ça peut changer la couleur de la planète... la région étant décidemment moins verte que le reste du globe...

       
      Avec le RG610 Baader, la région polaire est mieux visible:

       
      Avec un filtre Johnson V (vert), le pôle sort tout juste à peine du bruit, mais il est là.

       
      Et enfin une image du 22. Le seeing était superbe, mais les nuages sont revenus avant de me permettre de terminer la série RVB filtre que j'avais planifié. Il s'agit donc d'une image bleue de seulement 7 minutes... dommage... le disque est très bien dessiné pour cette couleur !
       

       
      Les satellites ont été artificiellement réhaussés et replacé à  la main.
       
       
  • Upcoming Events