RIGEL33

2019 commence bien !!

Recommended Posts

Posted (edited)

2019 commence bien !!

 

Alors que nous n’avions pas pu maintenir de sorties officielles depuis début novembre, la période des fêtes de fin d’année 2018 a été plutôt pourrite ! L’anticyclone, pourtant bien présent en Aquitaine, maintenait sur place le brouillard et les nuages bas.

Mais le début de l’année 2019 a vu un tout autre visage… le ciel s’est enfin montré à la faveur du froid qui s’est installé. Et même si des voiles nuageux ont persisté, le ciel du samedi 5 janvier au soir s’est montré très étoilé.

 

Un peu de monde lors de cette première nuit : du forum Astrosaucats, étaient présents : Denis, Florent B, Fredastro, Geotowicz, Hageshii, Ju, LostFred, Patou, Petrus, Sandrine et moi-même.

Un astram bourguignon, depuis peu sur Bordeaux, prénommé Vincent, était aussi de la partie.

 

Une fois sur place, il faisait encore plutôt bon, environ 3 à 4°C. Le Soleil commençait à être bas sur l’horizon ouest. L’installation finie, je constatais avec amusement que le tube de Vincent brillait, pensant à une customisation. En fait, c’était la gelée qui avait fait son apparition à l’occasion de la baisse de la luminosité. La polaire étant en vue, je repartis vers mes setups (APN au foyer d’une lunette + APN au foyer d’une StarAdventurer) pour faire la mise en station.

 

Les astrams arrivaient petit à petit. Au gré des salutations et des vœux, je m’attelais déjà à réaliser les Flat grâce à mon écran (à flat) avec l’aide de Denis. Je préfère les faire sur le fond du ciel mais les voiles nuageux du tout début de soirée me l’avait interdit. J’attaquais dans la foulée la mise au point. Il était déjà 19h… Je décidais de pointer la comète Wirtanen à la lunette mais j’avais un peu de mal. Je connaissais sa position mais je n’arrivais pas à mettre le capteur au bon endroit. J’utilisais alors le Dobson de Denis pour la trouver… j’y arrivais sans trop de difficulté bien qu’elle était assez pâlichonne. Je retournais alors à ma lunette maintenant que j’avais bien enregistré sa position et je la trouvais sur la première pose photo… deux minutes suffirent pour la cadrer et je lançais les poses.

 

Je me reportais sur le second setup : l’APN sur la StarAdventurer. Je la captais facilement mais je n’avais pas de suivi correct. En vérifiant si aucun câble ne contraignait le suivi, je m’aperçus que la monture bougeait. Je n’avais pas serré les vis et ça ne pardonnait pas. Je réalignais la monture et refis la mise en station. La première image me confirmait la bonne tenue du suivi. Je réussis le cadrage voulue, à savoir inclure bien sûr la comète mais aussi les galaxies M81 et M82. Malheureusement ces deux objets se situant en haut à gauche de l’image, se retrouvent pris dans la coma de l’image, soit à l’endroit de l’objectif où les étoiles filent un peu. Je laissais le cadrage tel quel car la vedette restait la comète. Je lançais les poses et put enfin aller voir les camarades.

 

Je m’aperçus qu’une famille était déjà sur place. Trois générations de femmes d’une même famille : la grand-mère, la mère et la fille. Elles voulaient voir la comète. Alors, je leur montrais mes premières images. Puis nous allâmes vers le Dobson de Denis et je la captais assez vite. Je les guidais pour qu’elles puissent toutes trois la voir. Alors qu’on discutait, je commençais à avoir froid. Je n’avais pas encore ma doudoune et je ressentais les premiers frissons. Alors que Denis prit le relais, je partis à la voiture pour mieux me couvrir en mettant la chapka, la doudoune et une seconde paire de gants.

 

Patou fit des essais sur une nouvelle monture, une HEQ5, cadeau de noël qu’elle s’était fait. Après un peu de prise de tête, la monture répondait correctement.

Peu après une seconde famille arriva : un couple et leur fille. Ils demandèrent de l’aide pour l’installation et l’utilisation de la lunette de leur fille. Je leur expliquais qu’avec la nuit et le gel, il était difficile de faire ça maintenant. Le mieux étant de reporter leur venue sur une autre soirée et de venir un peu avant le coucher du Soleil. On leur donna toutefois quelques conseils pratiques.

 

Je commençais à avoir faim… Denis me dit qu’il était temps d’aller manger car il était déjà 21h. Je n’avais pas vu l’heure passée. On mangea alors nos sandwichs près de la table de réconfort suivis d’un bon chocolat chaud. Un autre thermo de chocolat et un thermo d’infusion avaient pris place, ainsi que des papillotes de chocolat. En en goûtant une, je fus surprise par sa dureté... le gel était passé par là aussi !

On discuta technique et pratique de l’astro avec les uns et les autres. Nous pûmes voir quelques belles filantes. Était-ce-ce des Géminides retardataires ? Ou des Orionides même si on n’est plus à la bonne époque ? En tout cas, le radiant semblait être la constellation d’Orion. En candidates possibles, il y aurait bien les quadrantides, dont le pic était la veille, vendredi 4 janvier, mais d'après les infos prises, elles ne montraient le bout de leur nez qu'en seconde partie de nuit.

 

Après avoir profité de quelques objets à l’oculaire, les familles nous quittèrent, le froid ayant raison de leur motivation. Les astrams sur place poursuivirent leurs occupations, que ce soit en photo ou en observation. Régulièrement on entendait untel annoncer l’objet qu’il tenait à l’oculaire… et deux ou trois participants se déplaçaient pour observer à leur tour.

Les astrophotographes, dont je faisais partie, étaient plutôt content de leurs acquisitions. Le ciel devenait très bon au zénith malgré la montée du brouillard sur les horizons.

 

Chara était enfin monté dans la voiture. Quelques temps auparavant, elle patrouillait à la recherche de rongeur. En la caressant, je m’aperçus qu’elle était plutôt froide et humide. On la voyait assez bien dans les champs avec sa loupiote rouge accrochée au harnais. Je me demandais comment elle faisait pour supporter ce froid. Mais maintenant, couchée en boule, la tête dans les pattes, elle tremblait. Je remontais sa couverture sur elle, la frictionnait un peu et la bordait.

 

Une nouvelle réunion se fit autour de la table de réconfort où les discussions sur les pratiques et techniques étaient de rigueur. Les thermos de boissons chaudes se vidèrent. Le froid était plus intense bien qu’encore raisonnable. Quelqu’un annonça -4°C. Les tubes, les tables, les jupes… tout était givrés.

Vers 23h, le brouillard s’évanouit presque totalement. Il restait une légère brume mais rien de méchant. Certains astrams commencèrent à plier. Quant à moi je lançais les dark.

 

Encore un peu d’observation au dobson de Sandrine, celui de Denis étant totalement embué, en comparaison avec la vision au Newton de Patou, nous nous occupèrent encore un moment. Puis, après avoir attaché la sangle de sécurité au harnais de la chienne et remis la couverture sur elle, je constatais qu’elle ne tremblait plus et s’était profondément endormie. Je rangeais mes setups pendant le téléchargement des images vers mon ordi, puis après sur une clé USB. Tout était presque rangé quand les derniers participants nous quittèrent. Nous étions les derniers.

A presque qu’une heure du matin, nous repartîmes vers la maison. J’étais heureuse… j’avais enfin pu faire les deux acquisitions sur 46P qui me tenaient à cœur… reste à espérer que le résultat soit à la hauteur de mes ambitions !

Edited by RIGEL33
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Joli récit d'une sympathique soirée Corine :)

Heureusement que Denis était là :)

Bon c'est pas tout ça, mais les photos ?

Bonne soirée,

AG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Alain :) 

Pour les photos, va falloir être un peu patient car j'ai une AG à préparer (rapport moral) et une conférence pour le 17 janvier.

Mais je vais tenter de trouver quelques minutes en soirée ;) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 1er au 2 août 2019
       Dobson 508/1920
       
       10 dessins : 8884 à 8893.
       
       Plein de public se masse au sud vers le télescope d'Aymeric.
       De nombreux passages de nuages orographiques vont perturber les observations de cette nuit.
       
       Je pointe un amas globulaire du Scorpion dès le crépuscule.
       
       Observation 8884 : M80.
       85x, 201x. Ce dernier m'avait déçu la dernière fois que je l'avais regardé au Dobson 508, car la turbulence forte affectait sa résolution.
       Cette fois-ci elle est coopérative à 3 sur 5 à 201x. Brillant et bleuté ciel, il est bien résolu. L'amas est aussi vu au chercheur 9x50 comme une étoile floue assez faible.
       Pendant le premier passage nuageux, je rends visite à Jean-Bernard C., qui observe en compagnie de Malik et Jean-Baptiste de mon ancien club de Thorigny.
       Je reviens en vitesse finir le dessin de l'amas globulaire car il est à la limite de passer dans les arbres, j'aurai 5 minutes pour finir mon dessin.
       
       
       Maintenant, ce sont l'est et le nord du ciel qui sont couverts. Fichtre!
       Je vais observer une galaxie des Chiens de Chasse, encore assez levé à cette heure, car c'est la seule zone dégagée du ciel.
       
       Observation 8885 : NGC5093.
       A 201x, je note son centre considérablement faible et le pourtour très faible et diffus.
       
       
       A 23h40 ça se redégage ailleurs, je tente rapidement une galaxie du Cygne.
       
       Observation 8886 : NGC7013.
       85x, 201x. Je la vois facilement à 85x et note une teinte bleutée. A 201x, assez brillante, elle est diffuse et montre des traces de spires, chouette!
       
       
       Dans le même coin, je galère à trouver des petites nébuleuses planétaires, ponctuelles dans des champs riches, car un peu dérangé par un cinéaste qui voulait filmer en caméra infrarouge ma description de ces objets pour un documentaire sur la pollution lumineuse.
       Ca plus les nuages, je n'y arrive pas. Il me laisse au bout de 10 minutes d'attente infructueuse.
       Je suis dépité par cette météo changeante au point d'aller dormir une heure dans la voiture.
       
       J'ai bien fait, au retour à 2h je suis remotivé et les nuages sont bien plus éparses.
       Allons nous mettre sous la dent quelques galaxies du Verseau.
       
       Observation 8887 : NGC7198.
       Celle-là est minuscule à 85x et demeure petite à 201x, faible et condensée.
       
       
       Observation 8888 : NGC7215.
       Je l'aperçois à 85x, faible, et remarque à 201x une sorte de barre non résolue dedans.
       Les nuages la recouvrent parfois pendant l'observation.
       
       
       L'aboiement de chevreuils au sud-est brise le silence de la nuit.
       
       A 3h le ciel s'améliore tout de bon. Aymeric qui était prêt à remballer se ravise du coup.
       
       Observation 8889 : NGC7189.
       Diffuse mais évidente à 85x, bien que faible, elle m'autorise à grossir 201x et même 402x pour séparer les condensations limites de sa barre centrale.
       
       
       Je poursuis mes observations avec une galaxie de Pégase.
       
       Observation 8890 : NGC7156.
       Elle est facile et considérablement faible à 85x. J'ai l'impression à 201x qu'elle est spirale, de la structure est vue à la limite (VI4 à 5).
       Le noyau flou est plus facile, vu 75% du temps en vision indirecte (VI2).
       
       
       Plus aucun nuage salit le ciel à 3h30. Enfin!
       Je retourne sur les galaxies du Verseau dont des objets du catalogue Arp.
       
       Observation 8891 : NGC7393.
       Aussi membre numéro 15 du catalogue Arp, elle est faible à 85x. Sa forme est difficile à appréhender, même à 201x et 276x, courbée et ramassée sur elle-même, et une extension longiligne se devine à la limite de la vision décalée (VI5).
       
       
       Observation 8892 : PGC69935/PGC70130/PGC1066529.
       J'ai pointé ce trio de galaxies PGC grâce à son appartenance au catalogue Arp sous le numéro 314.
       2 galaxies sont vues dès 85x : PGC69935 considérablement faible à faible, dévoilant des nodosités VI3 à 5, et PGC70130 faible à très faible et très diffuse.
       La troisième PGC1066529 de magnitude 16 vue VI5 est incertaine, mais finalement placée au bon endroit comme confirmé par des photos consultées l'après-midi suivant.
       
       
       Observation 8893 : NGC7416.
       Vue à 201x, elle est considérablement faible dans l'aube.
       
       
       Je finis à l'aube avancée 5h en compagnie d'Aymeric encore levé, nous sommes les seuls dans ce cas par ici.
       
       Des éclairs d'orages lointains au Nord se manifestent pendant que je range le matériel, fatigué.
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 31 juillet au 1er août 2019
       Dobson 508/1920
       
       11 dessins : 8873 à 8883.
       
       Après une bonne sieste, je suis opérationnel à 23h15. Le ciel est plus dégagé des voiles que ce qu'annonçaient les prévisions météo, on ne va pas s'en plaindre.
       J'observe une nébuleuse planétaire d'Ophiucus pour entamer la nuit.
       
       Observation 8873 : PK10+18.2.
       85x, 631x, 402x. L'idée de cette observation vient une fois de plus des fiches de Michel Nicole le québecois.
       Répondant bien au filtre O3, elle est bilobée dès 85x, justifiant son surnom de Nébuleuse du Papillon.
       Son étoile centrale est faible, la nébuleuse en partant est très faible.
       Elle est trop sombre à 631x. Le filtre O3 n'apporte aucun détail supplémentaire, je préfère la nébuleuse planétaire au naturel.
       
       
       Je regarde ensuite 2 galaxies de la même constellation.
       
       Observation 8874 : NGC6509.
       85x, 201x. Vue à 85x, elle se révèle diffuse à 201x, faible, et montre son centre un peu plus visible en vision décalée.
       
       
       La seconde assez esthétique sera montrée à 3 personnes dont Didier L.
       
       Observation 8875 : UGC11093.
       201x. Faible, elle est bien plus effilée en vision indirecte qu'au premier abord.
       
       
       Je pointe ensuite un amas globulaire du Sagittaire, un Messier en plus, que je montre à Aymeric.
       
       Observation 8876 : M75.
       85x, 201x, 402x. Je l'aperçois dans le chercheur, très faible et ponctuel.
       A 85x c'est une autre histoire, il est brillant, condensé, bleuté. Son coeur est bien plus brillant que le reste, le pourtour reste considérablement faible.
       Il est partiellement résolu à 201x, et surtout 402x. En vision indirecte, le coeur fourmille d'étoiles à la limite de détection.
       La turbulence est assez forte à 402x, de 4 à 3 sur 5 sur l'échelle Ciel Extrême.
       
       
       Des voiles arrivent à 1h40.
       Je tente la nébuleuse planétaire NGC6210 dans Hercule à l'écart des voiles, afin de tenter d'y voir plus que lors de mon premier dessin au 508, mais elle est trop turbulente pour ce but.
       
       Je me rabats sur des galaxies de la même carte de champ histoire ne pas être venu pour rien.
       
       Observation 8877 : NGC6181.
       85x, 201x, 276x. Facile à 85x, elle est considérablement faible à 276x et dévoile quelques nodosités VI4 à 5 donc à la limite de perception.
       
       
       J'entends les cloches du troupeau de moutons aperçu de jour sur l'Aup au sud de la station.
       
       Observation 8878 : NGC6168.
       Celle-là à peine soupçonnée à 85x me donne plus de fil à retordre, je la vois VI4 à 3 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et allongée à 201x.
       
       
       M33 fut cette nuit vue faible en vision directe à l'oeil nu, un bon niveau 2 sur l'échelle de Bortle donc.
       
       Voici la suite et fin du groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193, entamé aux Estivales de Webastro.
       
       Observation 8879 : NGC194 et 199.
       201x. NGC194 est considérablement faible, et NGC199 faible à très faible.
       Un voile arrive dessus à 3h.
       
       
       Le temps d'un coup de barre, 10 minutes après les voiles sont partis de cette zone.
       
       Observation 8880 : NGC186.
       201x. NGC186 me montre son noyau considérablement faible, le reste est allongé très faible à VI1.
       
       
       Observation 8881 : NGC193 et 204.
       201x. Ce couple est similaire. NGC193 faible et diffuse est accompagnée de NGC204 faible à très faible et diffuse.
       
       
       Un peu de buée arrive à 3h30.
       J'ai besoin d'une vraie pause, d'où 25 minutes de sieste allongé sur le siège passager avant de la Dacia, incliné au max.
       
       Observation 8882 : NGC202/3.
       201x. Je termine par cet autre couple ma visite au groupe de NGC193. NGC203 est faible à très faible et montre facilement son allongement, et NGC202 est faible.
       
       
       A 4h10 un peu de hoquet me transforme en grenouille, peut-être à cause d'une ingestion trop rapide de biscuits?
       J'en ai raison grâce à mes talents d'apnéiste, on n'est pas pour rien de la génération "Le Grand Bleu"!
       
       Je termine la nuit sur la comète ASASSN C/2018 N2 dans le Bélier.
       Jean-Bernard et Aymeric la regardent aussi.
       
       Observation 8883 : ASASSN C/2018 N2.
       201x. Positionnée à 4h40, elle est très diffuse, considérablement faible, et son déplacement est perceptible en quelques minutes. J'estime sa magnitude à 14 à la louche.
       
       
       Je connais par contre un échec sur une autre comète, Panstarrs C/2017 T2 dans le Taureau car il fait trop jour.
       A refaire dès le lever des Hyades la prochaine fois.
       
       Je laisse Aymeric pointer NGC253 du Sculpteur au T508 mais elle est trop faible dans l'aube avancée pour la détailler à sa juste mesure à 5h, le fond de ciel bleuit.
    • By guillau06
      Bonjour,
       
      Hier soir avec deux amis astronomes, nous nous sommes retrouvés dans un lieu magique, cette soirée restera dans le top 3 des meilleurs soirée astro que j'ai pu faire (et elles sont nombreuses...)
       
      Arrivée sur les lieux vers 16h, l'endroit qui se situe dans les Alpes du sud, impose le respect.
       

       
      Installation du matériel, après avoir chercher un endroit bien placé pour voir la polaire, car les sommet sont hauts, 3143m pour le plus imposant , qui est aussi le plus haut sommet des Alpes maritimes, le "Gélas".
      Voici donc le bivouac  
       

       
       
      Repérant des chamois au loin, je décide de les approchées pour leurs tirés le portrait, j'ai réussi a être a 50m d'eux , mais je me suis fait griller , reste quand même ces deux photos.
       

       

       
      Le soleil déclinant , les couleurs commencent a devenir extraordinaire, ajouter a cela un fin croissant de lune, et le tableau et parfait (Précision importante , je n'ai absolument pas retoucher des couleurs des photos de la lune.)
       

       

       

       
       
       
      Ensuite, les étoiles commencent a apparaitre, le spectacle commence , la nuit PARFAITE pas de vent , pas d'humidité, pas trop froid, bref une nuit de rêve...
       

       

       

       
       
       
      Le coucher se fait a 4h du matin, pour un levé a 6h, dans la voiture...dur dur!
       
      Mais, la lumière du matin me fait vite oublier la fatigue....
       

       
       
      Bon c'est pas dans mes habitude de faire des CROA, mais c'était vraiment TOP, alors je partage
      Bien sur, j'ai fait des photos du ciel profond, qui promettent d’être sympa, la suite prochainement.
       
      Bon ciel
      Guillaume
       
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 30 au 31 juillet 2019
       Dobson 508/1920
       
       7 dessins : 8866 à 8872.
       
       La journée fut dure, car il fallut d'abord remballer aux Estivales de Webastro (vers Chambéry) toutes les affaires dont 2 tentes, puis faire 3 heures de route jusqu'à Valdrôme dont une partie montagneuse vers la fin, et réinstaller tout le bazar.
       D'ailleurs j'apprécie la modularité de mes 2 tentes, car je n'ai monté que celle pour dormir cette nuit, procrastinant au lendemain le montage plus complexe de la tente salon.
       J'ai déchargé les morceaux du télescope sur le parking avant, mis sous bâche, puis après 2 heures de sieste, j'ai monté le télescope à la lueur de la lampe rouge en faisant gaffe de ne pas gêner les observateurs autour, dont le plus proche Jean-Pierre B. le photographe, l'un des nombreux astropotes que je retrouve cette nuit.
       
       Je suis enfin opérationnel à 23h52 TU.
       
       Je pointe une nébuleuse planétaire d'Hercule.
       
       Observation 8866 : IC4593.
       85x, 631x. Je peine pour la repérer, car il y a une petite erreur de positionnement sur l'atlas Uranométria et elle est d'aspect stellaire à 85x. C'est finalement son assez bonne réponse au filtre Oxygène 3 et sa coloration verdâtre à 85x qui la trahissent.
       J'en profite pour corriger l'atlas pour faciliter la prochaine tentative.
       Malgré la turbulence forte de  4 sur 5 à 631x, je remarque bien son étoile centrale assez brillante entourée d'une nuée considérablement faible à bords flous.
       
       
       La demi-nuit sera contrariée par des passages de voiles, bien gênants parfois.
       
       Rendons visite à quelques galaxies d'Hercule après cette nébuleuse planétaire.
       
       Observation 8867 : NGC6083.
       85x, 201x. Elle n'est pas sûre à 85x, mais à 201x je la vois diffuse, très faible à VI1.
       
       
       Observation 8868 : NGC6078.
       85x, 201x. Contrairement à la précédente, elle est vue assez facilement à 85x. Je la note de brillance faible.
       
       
       Observation 8869 : NGC6074.
       201x. Elle est considérablement faible à faible.
       
       
       
       Je m'adapte aux voiles en visant dans les zones préservées.
       Ca me fait m'éloigner vers un amas ouvert puis une nébuleuse planétaire de Céphée.
       
       Observation 8870 : NGC7235.
       201x. Je le repère au chercheur 9x50 comme un point considérablement faible.
       Au Dobson 508, il est fourni et réhaussé de 2 étoiles colorées.
       
       
       Observation 8871 : PK103+0.1.
       85x, 201x. Elle est évidente en filtrant en Oxygène 3 à 85x, elle y répond fortement. Ce n'est pas le cas en HBêta où rien n'est visible.
       Par contre sans filtre elle est quasi invisible à 85x, mais confirmée à 201x, très faible sans filtre.
       Son étoile centrale est considérablement faible. En O3 les bords de la nébuleuse sont plus nets et une portion d'anneau apparaît.
       
       
       Des voiles s'amènent dessus, tout le ciel est touché.
       
       Je pars me balader sur le parking, rendant notamment visite à Jean-Bernard C. et Paul L.
       
       Observation 8872 : NGC7261.
       201x. Je reviens à la faveur d'une trouée observer un autre amas ouvert de Céphée, que je montre à Aymeric. Ca passe bien dans un ciel un peu dégradé, et le pouvoir collecteur du 508 les sublime en brillance et parfois couleurs.
       
       
       Notre Nicolas national, observateur émérite de comètes, est là pour sa dernière nuit et s'était relevé à 3h30 pour sans doute en chercher quelques-unes mais il y a trop de voiles pour qu'il opère. Il ne reste que nous deux comme jusquauboutistes dans le virage. Plus une chouette hulotte qui se fait entendre au nord.
       
       Je dors une demi-heure dans l'auto, espérant un ciel meilleur. Le ciel est encore voilé, mais ça s'améliore doucement.
       A 4h Nicolas remballe, je fais de même car fatigué et l'aube étant imminente.
    • By xavierc
       Estivales de Webastro à Aillon le Jeune (73), au sud-est du parking.
       45°38'33,78"N et 6°3'44,27"E
       Nuit du 29 au 30 juillet 2019
       Dobson 508/1920
       
       13 dessins : 8853 à 8865
       
       Après plusieurs jours de mauvais temps dont plus de 24h de précipitations continues, le ciel se dégage bien sûr après la fin officielle des Rencontres.
       Je suis le seul astronome restant mais 3 véhicules ont déjà rejoint le parking dont 1 camping-car et une voiture aménagée avec tente sur le toit.
       Je m'en suis éloigné pour me positionner vers l'est de la salle hors-sac et au nord des toilettes, priant pour qu'aucun animal aille déclencher les halogènes à capteurs de mouvement près des bâtiments de la station au sud. Ca sera le cas.
       
       Je me  rends compte en débâchant qu'il y a une mare d'une profondeur d'1 cm dans le rocker du Dobson suite aux orages, l'eau a pu un peu s'y faufiler.
       Le reste est heureusement demeuré sec, notamment le miroir primaire.
       Ne pouvant pas rapidement démonter le télescope pour vider, j'éponge avec ma serviette de bain, et c'est efficace.
       
       Après ce contretemps, je suis prêt à observer à 22h36 précisément.
       
       J'ai voulu tenter Jupiter, mais elle turbule bien trop à 631x, me permettant néanmoins de voir la Grande Tache Rouge.
       
       Je prendrai quelques photos d'ambiance cette nuit.
       
       
       
       
       
       
       
       Je commence avec des galaxies de la tête du Serpent.
       
       Observation 8853 : NGC5956.
       Elle est vue dès 85x avec NGC5957 dans le même champ. A 201x, son noyau considérablement faible est condensé, le reste est très faible à perceptible.
       
       
       Observation 8854 : NGC5957.
       201x et 276x. Je remarque d'abord son centre considérablement faible et son halo très faible à perceptible, puis assez rapidement je la soupçonne d'être spirale à 201x et 276x.
       Je note une spire VI4 (25% du temps en vision décalée) à l'ouest, et une autre plus ardue VI5 (10% du temps en vision décalée) à l'est.
       Sa barre centrale est VI4 à 5.
       Plusieurs satellites brillants sont passés dans le champ de NGC5957, quelle plaie! Merci Amazon?
       
       
       L'humidité est prégnante sur le site, la buée s'est vite déposée sur les affaires au sol.
       
       Observation 8855 : NGC5970.
       201x et 276x. Assez faible, cette galaxie me montre bien plus facilement que la précédente sa barre centrale, qui présente même une texture grumeleuse, mieux résolue à 276x. Le pourtour faible à perceptible est très diffus. Là aussi il y aurait des spires, mais incertaines.
       
       
       Un chien de taille moyenne est sorti d'une voiture arrivée depuis peu et court comme un fou dans l'obscurité sur le parking.
       Heureusement qu'au final le Petit Chien ne visitera pas le Grand Télescope, car ça marche moins bien dans ce sens!
       
       Je m'étais éloigné à l'ouest du parking pour un pipi dans l'herbe, et bing, une voiture a allumé ses feux de route à l'opposé à l'est!
       Heureusement que du fait de mon activité je lui tournais le dos, ce qui m'a évité d'être ébloui.
       Comme elle persistait à éclairer le site, avec mon télescope pile dans l'axe, j'ai été signaler la gêne au gars au volant, trop occupé sur son téléphone portable pour s'en rendre compte alors que je lui faisais des grands signes depuis l'autre bout du parking.
       Il part peu après, rendant le parking à sa quiétude, les autres voisins étant restés discrets, même le toutou coureur qui a marqué un court temps d'arrêt à quelques mètres du télescope avant de fuir quand j'ai regardé vers lui.
       
       Avec ma vision scotopique sauvegardée, je regarde un amas globulaire du Sagittaire.
       
       Observation 8856 : NGC6717.
       85x, 201x et 276x. Je ne l'ai pas immédiatement reconnu à 85x, car je l'avais toujours vu comme une boule floue au Strock 254mm, mais là il m'apparaît résolu comme un triplet serré à ce grossissement.
       201x et 276x le confirment en montrant d'autres étoiles membres. Ses étoiles sont considérablement faibles à perceptibles, se détachant sur un halo non résolu très faible.
       
       
       Je regarde l'objet précédent du NGC à proximité, un amas ouvert cette fois.
       
       Observation 8857 : NGC6716.
       85x, 138x. La turbulence est mauvaise, 4 à 5 sur l'échelle Ciel Extrême à 138x. Du coup les images sont très floutées, réduisant la magnitude limite.
       Mais comme cet objet est encore plus bas depuis ma région, je le dessine malgré tout.
       Il reste fourni malgré ces conditions , avec des étoiles dont les éclats s'étagent de brillant à perceptible.
       
       
       Ah, les autres chiens du coin, ceux de l'élevage en contrebas, remettent ça comme toutes les nuits, bruyants avec leurs sinistres aboiements lupesques.
       
       Je m'accorde une micro-sieste dans la voiture à quelques mètres.
       
       J'observe au retour la petite galaxie IC entre Messier 13 et NGC6207 dans Hercule.
       
       Observation 8858 : IC4617.
       201x. Voilà encore un pari déniché à l'époque dans le magazine Ciel Extrême et formalisé dans les fiches de Michel Nicole, dont la carte de cheminement est bien pratique pour trouver la minuscule et faible galaxie de magnitude 15.2.
       Elle est assez facile, très faible, par contre son orientation allongée n'est vue qu'en vision indirecte poussée.
       Au passage, vu que c'est dans la banlieue de M13, j'ai regardé rapidement l'amas globulaire et son Y sombre qui ressortait très facilement ce soir.
       
       
       Je poursuis à l'aide des fiches de Michel sur un groupe de galaxies des Poissons.
       
       Observation 8859 : NGC125/6/7/8/30.
       201x. Ce groupe intéressant a une disposition inhabituelle, je vois dans sa plus brillante et longue galaxie NGC128, accompagnée en V par 1 de chaque côté, comme une sorte de vaisseau spatial avec ses 2 réacteurs.
       NGC125 est considérablement faible à faible, NGC126 très faible, NGC127 VI1 à 2 floue, NGC128 assez faible et diffuse, et enfin NGC130 très faible.
       
       
       J'ai froid aux mains à 2h30, on est à 1400m ici, je mets les gants.
       
       Je pointe ensuite diverses galaxies de la Baleine.
       
       Observation 8860 : NGC132.
       85x, 201x. Vue dès 85x, elle est plutôt faible, diffuse, à centre ponctuel en vision indirecte, allongée tout en étant circonscrite dans un halo rond.
       La nuit est décidément turbulente, je note une turbulence de 4 sur 5 à 201x dans les Poissons.
       
       
       Observation 8861 : NGC192/6/7.
       201x. Ce trio est dominé par NGC192 à centre considérablement faible, qui montre aussi une bande sombre en VI3-4. Elle se fait escorter de NGC197 vue VI3 et très diffuse, et NGC196, assez faible à considérablement faible, à centre très marqué.
       
       
       Observation 8862 : NGC201.
       201x. C'est la dernière du groupe du dessin précédent, un peu plus écartée du trio, très faible et très diffuse.
       
       
       Je suis fatigué et le nez coulant à 3h30.
       Je distingue faiblement M33 à l'oeil nu, ce qui classifie ce site sur le niveau 2 de l'échelle de Bortle, très bien.
       
       Je refais une sieste, de 20 minutes.
       
       Je concentre mes derniers efforts observationnels sur un groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193 jusqu'à l'aube qui finit par arriver vers 4h30.
       
       Observation 8863 : NGC182.
       85x et 201x. Je la remarque à 85x. Plus grossie, elle est considérablement faible, diffuse, à centre proéminent.
       Un météore assez brillant traverse le champ.
       
       
       Observation 8864 : NGC198 et 200.
       201x. A proximité de la précédente, elles sont respectivement diffuse considérablement faible à faible, et considérablement faible allongée mais floue. L'aube se fait sentir.
       
       
       J'en grappille une dernière de la même carte de l'atlas avant qu'il ne fasse trop jour.
       
       Observation 8865 : NGC208.
       201x. Elle est très faible dans l'aube.
       
       
       Il est temps de remballer le télescope, j'effectuerai exceptionnellement cette opération entièrement après la nuit d'observation, vu que plus aucun astropote est présent sur le parking pour empêcher d'éventuels chapardages ou dégradations par des tiers touristes. Je mets le tout au plus pressé dans la voiture, je rangerai mieux en remballant le reste en journée.
       
       Je quitterai le site à 14h pour rejoindre un autre parking de station, à Valdrôme, et une autre rencontre d'astronomes amateurs, Astrociel de la Société Astronomique de France.
  • Images