Sign in to follow this  
guy03

formation cratére

Recommended Posts

Bonjour à tout le monde.

Je me pose une question toute simple:$, combien de temps se passe t'il en ( moyenne ....) entre le moment de l'impact d'une météorite (une grosse genre qui fait un cratère de 80 km-100km comme Copernic par exemple et le résultat final? Quand je parle de résultat final je veux dire par là.... fond du cratère refroidi,solidifié  etc. Merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Bonjour Guy,

Cela suppose maîtriser les échanges thermiques (tant en qualité qu'en quantité) lunaires. C'est une question que je me pose également.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, guy03 a dit :

Je me pose une question toute simple:$, combien de temps se passe t'il en ( moyenne ....) entre le moment de l'impact d'une météorite (une grosse genre qui fait un cratère de 80 km-100km comme Copernic par exemple et le résultat final? Quand je parle de résultat final je veux dire par là.... fond du cratère refroidi,solidifié  etc. Merci.

Vous avez trois phases principale dans la formation du cratère :

* le choc, temps caractéristique de quelques d/v, où d est le diamètre de l'impacteur et v sa vitesse. C'est la phase de contact + compression

* L'excavation, où l'onde de gravité qui résulte de la compression initiale se propage est forme le cratère proprement dit. Temps caractéristique : sqrt(D/g) où D est le diamètre du cratère et g le champ de gravité local. Application numérique : 10s pour Meteor Crater, plus de dix minutes pour les grandes mers lunaires.

* Modifications ultérieures (pic central, etc) : Temps caractéristique quelques sqrt(D/g)

 

On peut rajouter une quatrième phase, celle de la chute des éjectas, mais cela n'influence pas trop la forme du cratère proprement dit.

Donc en gros en une minute c'est fini pour les petits cratères et une heure pour les (très) gros.

 

J'ajoute que la meilleure approximation expérimentale de l'étude des cratères est l'essai nucléaire Storax Sedan, réalisé à faible profondeur en juillet 1962 (officiellement pour voir si on pourrait s'en servir pour des applications civiles minières...). L'explosion a creusé un cratère de 100m de profondeur et 400m de diamètre, cratère dit simple dans la nomenclature des cratères d'impact, avec une forme de bol caractéristique.

 

Accessoirement, le cratère a aussi servi de terrain d'entraînement... aux futurs astronautes des missions Apollo.

Edited by dg2
  • Like 6
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci DG2 d'avoir pris le temps de répondre, vraiment intéressant tout cela! 

Edited by guy03

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, dg2 a dit :

J'ajoute que la meilleure approximation expérimentale de l'étude des cratères est l'essai nucléaire Storax Sedan, réalisé à faible profondeur en juillet 1962 (officiellement pour voir si on pourrait s'en servir pour des applications civiles minières...). L'explosion a creusé un cratère de 100m de profondeur et 400m de diamètre, cratère dit simple dans la nomenclature des cratères d'impact, avec une forme de bol caractéristique.

 

 

Une vidéo impressionnante du test et une photo, et cerise sur le gâteau une conséquence tragi-comique :

 

 

 

Sedan_Plowshare_Crater.jpg

soud.JPG

Edited by jackbauer 2
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vrai qu'un cratère est créé très très vite dans sa forme quasi définitive ... mais son refroidissement complet ? Je suis sec, là (si je peux m'exprimer ainsi).

Claude

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Comme CLaude, j'aurai préféré voir l'impact d' une météorite que ce triste spectacle que devons à Homo sapiens.

En tous cas l'effet visuel de nombreux cratères lunaire évoque bien cette forme caractéristique.

 

Bon ciel lunaire & terrestre

Edited by Loup Lunaire

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très intéressant tout ça ! 

En ce qui concerne le temps de refroidissement je crois me souvenir que Fernand Raynaud a donné la réponse .. 

  • Like 3
  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Alain 31 a dit :

Très intéressant tout ça ! 

En ce qui concerne le temps de refroidissement je crois me souvenir que Fernand Raynaud a donné la réponse .. 

Toujours à l'affût, Alain!:ph34r:

Amitiés 

  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, hamilton a dit :

Toujours à l'affût, Alain

 

Bé oui je reste dans les canons d'Astrosurf :) 

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avant cette expé d'explosion nucléaire au résultat final éloquent , Ralph Baldwin avait remarqué que les bombardements effectués pendant la 2ème guerre mondiale produisaient des cratères semblables à ceux de la Lune. Et il en fit quelques expériences très concluantes après guerre.

Claude

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, leonardcauvra a dit :

Avant cette expé d'explosion nucléaire au résultat final éloquent , Ralph Baldwin avait remarqué que les bombardements effectués pendant la 2ème guerre mondiale produisaient des cratères semblables à ceux de la Lune. Et il en fit quelques expériences très concluantes après guerre.

Historiquement, l'hypothèse de l'origine volcanique des cratères lunaires semblait en effet renforcée par le fait que les cratères étaient majoritairement circulaires alors qu'on s'attendait à ce que des impacts obliques forment des cratères allongés. Les conflits de la première guerre mondiale ont montré que l'argument n'était pas recevable.

Edited by dg2
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, leonardcauvra a dit :

C'est vrai qu'un cratère est créé très très vite dans sa forme quasi définitive ... mais son refroidissement complet ?

La majeure partie de l'énergie de l'impact est transmise sous forme d'énergie mécanique.  Sauf si l'impacteur est vraiment très gros, les volumes fondus et vaporisés ne sont pas très grands par rapport au volume de l'impacteur, donc ils impactent (sans jeu de mot) relativement peu sur le résultat final. Pour des impacteurs vraiment très gros en revanche c'est plus compliqué.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, dg2 a dit :

les volumes fondus et vaporisés ne sont pas très grands par rapport au volume de l'impacteur, donc ils impactent (sans jeu de mot) relativement peu sur le résultat final. Pour des impacteurs vraiment très gros en revanche c'est plus compliqué.

 

Question de béotien. :o

Compte tenu de la faible gravité régnant sur la lune, et si j'en crois les images des missions Apollo avec jeep  où le regolhite semble un peu flotter derrière les roues,  les volumes de poussière et autres "ejectats" pourraient-ils former un nuage très volatile et qui resterait comme en suspension. ..un certain temps?

 

Comme il n'y a pas d'atmosphère je me doute que même le plus gros des astéroïdes ne provoquerait pas d'hiver nucléaire ! -_-

 

J'imagine, si cela était filmé,  une projection comme au ralenti, quelle que soit la violence dû à  la taille de l'impacteur. 

 

Qu'en est-il docteur ? ;)

 

Amitiés 

Edited by hamilton

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne comprend rien à ce bout de film. Est-ce la Lune ? On dirait chez nous ... Arf, Bering sea, ça chez chez nous  :) 

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  



  • Similar Content

    • By sebseacteam
      Hello tout le monde !
       
      C'est moi et mes images matinales lunaires  
       
      Le 15 Janvier tôt le matin, vers 5H30.
      Très bonnes conditions, j'ai essayé plein de combinaisons de filtres, de focales, de tubes....bref je me suis bien amusé et bien occupé.
       
      Avec le C8, l'Asi290mm au foyer, filtre IR742nm.
       

       

       
      Et 2  3 cadeaux Bonux: (hé oui c'est toujours les soldes en ce moment)
       

       

       

       
      Toujours cette chaine de montagne visible plein ouest.
       
      Opérateur content de s'être levé tôt (...et du bon pied)
       
      Le lendemain matin c'était top aussi, mais ça c'est une autre histoire.......
       
      Bon ciel  
    • By JB
      Hello!
      Les 4 et 5 janvier dernier, belles soirées à Cognac, après avoir shooté la Lune au 70D, j'ai fait des gros plans à l'asi224... çà faisait du bien de refaire un peu d'astro!
      Turbu moyenne, j'ai mis le filtre rouge 29A
      Matos : Newton UNC carbone 200/1000
      ASI224, barlow powermate x5, filtre R29A
      Tt AS3 et Registax6, environ 500 images sur 1500
       
      [EDIT] J'ai augmenté la luminosité des images
       
       
       
       
       
       
       
       








    • By spaceju
      Bonjour à tous,
       
      Ciel turbulent ou bouché...
      Du coup je suis tombé sur quelques .ser datant de 2018 (!!) qui étaient je pense mes premiers essais lunaires au C8 alors monté sur la petite NEQ3.
      J'avais oublié de les traiter (alors que ce n'était pas si mauvais)... ce qui est maintenant chose faite.
       
      Le tout à la QHY5III-290M derière l'adc ZWO et la barlow TV 2x comme d'hab.
       
      1/ le 19 juin 2018 donc : du côté de Theophilius et Cie
       

       
      2/ toujours le 19 juin : de Posidonius à Atlas
       

       
      3/ on passe au 20 juin autour de Stofler et Cie
       

       
      4/ et enfin retour vers Posidonius jusqu'à Aristoteles  (une de mes régions préférées)
       

       
      Bon (meilleur) ciel à tous
      Julien
       
    • By Gérard Coute
      En reprenant des avi du 17 septembre dernier, j’ai traité cette zone ouest de Mare Crisium. L’image n’est pas terrible car il y avait beaucoup de turbulences : C11, asi 290 mm + filtre IR Pro 742. Je la propose tout de même car cette zone a une histoire. Au sud est de Proclus, une zone tourmentée marque la transition entre les remparts et l’arène de mare Crisium. Une formation en forme de goute d’eau (perspective), dont le rempart Est constitue Promontorium  Olivium, est nomenclaturée  Proclus P.  Sur sa crête Est, on trouve un petit cratère de 7 km, Proclus PA (non officiel). Selon la hauteur du Soleil la crête du rempart Est de Proclus PA apparait  éclairée au sein d’une zone d’ombre plus basse. C’est vraisemblablement cette succession d’ombre et de lumière qui a été interprétée le 23 juillet 1953 comme une petite arche par l'astronome amateur John O'Neill puis confirmée par Hugh Percy Wilkins, directeur de la Section lunaire de la British Astronomical Association. En fait il s’agit bien d’un jeu d'ombres. Il existe un autre pont (en réalité un relief inversé) dans la partie ouest de Mare Nubium à l’ouest de Bullialdus d’où son nom : le pont de Bullialdus. Je joins une image de 2016; le ''pont'' est à l'ouest (à droite sur l'image) de Bullialdus et au sud-ouest du cratère envahi Lubiniezky.


    • By airbus340
      Bonsoir les Astram !
       
      Un petit Grimaldi toujours du 08/01 ( depuis l'hiver a eu raison de moi...bonne rhino-pharyngite...) 
      Du coup je traite les .ser
      Ici 1900 images stackées 
       
      Ph

  • Images