George Black

Une mission vers Uranus et Neptune ?

Recommended Posts

Le 25/02/2019 à 20:52, Tournesol a dit :

L'Europe participera-t-elle à la prochaine prochaine mission spatiale vers Uranus et Neptune ? Pour discuter des enjeux et questions techniques d'une telle mission, Olivier Mousis, spécialiste de la formation des planètes et du système solaire, réunit les experts du sujet à Marseille cette semaine lors d'un workshop international.

 

Série de tweets de Leigh Fletcher (University of Leicester), qui a appartenu à l'équipe d'"Uranus Pathfinder", résumant quelques moments de la rencontre ESA-NASA durant trois jours (25-27 février) au LAM, portant essentiellement sur les sondes atmosphériques  :

https://twitter.com/i/moments/1101145137814614016

 

A se demander si ça vaut le coup de continuer d'alimenter un fil sur des missions dont l'aboutissement se produira dans seulement 25 ans (Neptune) :o

 

D0UhTU7XcAYzpKC.jpg

https://twitter.com/LeighFletcher/status/1100322304494653440

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
il y a 48 minutes, BobMarsian a dit :

A se demander si ça vaut le coup de continuer d'alimenter un fil sur des missions dont l'aboutissement se produira dans seulement 25 ans (Neptune)

 

Eh ! >:(

 

Plus sérieusement, je suis curieux de voir comment l'idée de telles missions va se concrétiser dans les prochaines années.

 

En effet, dans 25 ans, c'est le moment où une de ces sondes potentielles devrait arriver dans le système de Neptune. Sauf que vu la fenêtre de tir limitée, le départ, c'est dans 12 ans à peine

 

Car quand on voit le temps nécessaire pour déposer un projet, le voir accepté, développer la sonde, etc... 12 ans, c'est rien. J'ai même l'impression que cela se joue dans un mouchoir de poche question timing !

Donc, je pense que le devenir de cette mission va se jouer dans les prochaines années ! Certes, si lancement il y a, il y aura 13 ans de voyage !

Edited by Tournesol
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 48 minutes, BobMarsian a dit :

A se demander si ça vaut le coup de continuer d'alimenter un fil sur des missions dont l'aboutissement se produira dans seulement 25 ans

 

 

Voire plus….

 

Bientôt: appels à préparer le programme scientifique de l'ESA pour 2035-2050

 

http://sci.esa.int/director-desk/61135-coming-soon-calls-to-prepare-esa-s-science-programme-for-2035-2050/

 

Voyage 2050 est le programme scientifique de l'ESA pour 2035-2050. La préparation de ce programme impliquera la participation de la communauté scientifique la plus large possible, la planification à long terme du programme scientifique de l'ESA reposant toujours sur cette approche ascendante.
À l’heure actuelle, les activités de planification ont pour priorité de définir les thèmes scientifiques des trois prochaines missions fondamentales (c’est-à-dire celles qui auront lieu entre 2035 et 2050), de recueillir des recommandations sur des domaines abordables et scientifiquement convaincants pour les moyennes entreprises (M missions de classe) - et éventuellement de plus petites missions - et d'aider à définir une vision stratégique des futurs développements technologiques, y compris au-delà de 2050.
Pour guider cette importante consultation communautaire, Günther Hasinger, directeur des sciences à l'ESA, a nommé un comité de haut niveau, présidé par Linda Tacconi et Chris Arridge, avec ses membres: Alessandra Buonanno, Mike Cruise, Olivier Grasset, Amina Helmi, Luciano Iess, Eiichiro Komatsu, Jérémy Leconte, Jorrit Leenaarts, Jesús Martín Pintado, Rumi Nakamura et Darach Watson.
Le comité senior sera appuyé par un certain nombre d’équipes thématiques. L'ESA lancera un appel à candidature pour ces équipes thématiques dans quelques semaines et les nominations pour les équipes sont prévues d'ici mai.
En outre, la communauté scientifique sera invitée à répondre à un appel à publication de livres blancs parallèlement à l'appel de l'équipe thématique. Cet appel à livres blancs sollicitera des propositions de thèmes scientifiques à traduire en missions scientifiques spatiales entre 2035 et 2050.
Plus tard cette année, en octobre / novembre, un atelier sera organisé au cours duquel les thèmes proposés dans les livres blancs seront présentés à la communauté scientifique au sens large.
Les équipes thématiques devront évaluer les livres blancs reçus et faire rapport de leurs conclusions au comité principal.
Le Comité supérieur présentera ses recommandations au directeur des sciences d’ici à l’été 2020.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, BobMarsian a dit :

A se demander si ça vaut le coup de continuer d'alimenter un fil sur des missions dont l'aboutissement se produira dans seulement 25 ans (Neptune)

 

Certes, ces préliminaires sont interminables, mais indispensables pour atteindre l'extase. :)

Mais naturellement, pour certains âges, ces summum se compteront avec les doigts d'une main...  ;)

Edited by Huitzilopochtli

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.nytimes.com/2019/03/19/science/triton-neptune-nasa-trident.html

 

A en croire cet article du New-York Times, une mission vers Neptune (et surtout Triton) va être présentée d'ici la fin du mois à la NASA par un groupe de scientifiques

La sonde, dénommée Trident, entrerait dans la catégorie Discovery (coût de moins de 500 millions de dollars, hors lancement je crois)

 

extrait :

 

To get to Triton, the spacecraft would fly in a fast, straight trajectory after an orbital assist from Jupiter, similar to the flyby that was used by the New Horizons spacecraft to visit Pluto in 2015. It would rely on a payload of scientific instruments to conduct ocean detection and atmospheric and ionospheric science. The spacecraft would photograph the entirety of Triton, which is the largest object in the solar system that has not yet been fully imaged.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon !  Quel véritable avancée de rééditer le survol de Voyager 2 d'il y a 30 ans, même avec une instrumentation plus performante ?

Aussi, j'espère que si cette mission est validée, elle ne va pas leur servir de prétexte pour ne plus plus fournir l'effort bugétaire nécessaire pour envoyer à un orbiteur/atterrisseur  Neptune/Triton dans le cadre d'une mission prioritaire "flagship" ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, BobMarsian a dit :

Quel véritable avancée de rééditer le survol de Voyager 2 d'il y a 30 ans, même avec une instrumentation plus performante ?

 

On ne va pas se mentir, dans de nombreux domaines, la science se prend les coups de boutoir des restrictions budgétaires ! Alors on essaie de penser "low cost" pour faire au mieux plutôt que de ne rien avoir en terme de résultats scientifiques !

 

Ensuite, il ne faut pas raisonner sur un temps de 30 ans ! Technologiquement, il faut raisonner sur la date de conception de la sonde !

Le programme Voyager date de 1972 pour des sondes lancées dans l'été 1977. Leurs lancements vont fêter leur 42ème anniversaire pour une technologie des sondes Voyager qui doit avoir pas loin de 47 ans !!! 

 

Les progrès en instrumentation scientifique peuvent largement faire la différence, un flyby avec de la technologie des années 2020 n'est probablement pas comparable avec un flyby avec du matériel datant des années 1970 ! Eh oui ! ça fait un demi-siècle ! Désolé les gars, mais on vieillit ! xD

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et pourquoi ne pas imaginer une satellisation, quitte à prendre plus de temps pour le voyage ? Ce serait un vrai plus par rapport à Voyager.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 33 minutes, Kaptain a dit :

Et pourquoi ne pas imaginer une satellisation, quitte à prendre plus de temps pour le voyage ? Ce serait un vrai plus par rapport à Voyager.

 

Quand on voit ce qu'a pu apporter la mission de la sonde Cassini  aux connaissances que nous possédons désormais sur Saturne et ses satellites, aux découvertes de phénomènes insoupçonnés peu avant sa réalisation, on ne peut qu'approuver ton espérance.

Mais que ce soit par flyby's ou satellisations, les explorations in-situ d'Uranus (xD @Super) et Neptune sont désormais des priorités pour les sciences planétaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Kaptain a dit :

Et pourquoi ne pas imaginer une satellisation, quitte à prendre plus de temps pour le voyage ? Ce serait un vrai plus par rapport à Voyager.

 

Le temps et le coût !

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Tournesol a dit :

Le temps et le coût !

 

Certes, et comme le temps c'est de l'argent, on va attendre longtemps ! ;)

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un nouveau congrès sur Uranus & Neptune s'est tenu du 20 au 22 janvier à la Royal Society de Londres.
Programme du "Ice Giant Systems 2020" (plus de 200 présentations) : https://ice-giants.github.io/

 

Ice-Giants-Systems_20-21Jan_2020.jpg.0ca3a5f75346c7a38bc3609415e8bcb8.jpg

https://twitter.com/IcyGiants/status/1218113190900441088

 

Je retiendrais seulement le concept (pas totalement nouveau) de mission double présenté par John Elliot du JPL, qui illustre probablement le mieux que l'on puisse réaliser (hors propulsion nucléaire NEP) pour arriver à orbiter les deux géantes glacées :  SLS + SEP + JGA (assistance gravitationnelle de Jupiter).
Les dates d'arrivées paraissent quand même très éloignées et je me dis qu'elles correspondront sans doute aux ultimes objectifs d'exploration spatiale que je pourrais contempler de mon vivant, si je tiens le coup évidemment, et ce 56 années (Uranus) et 55 années (Neptune) après Voyager 2 !
Aussi, il a été dit qu'on pourrait gagner 20 à 30 % sur la durée du voyage en pratiquant une aérocapture (en déployant une sorte de mini bouclier aérodynamique gonflable ?) au moment de la mise sur orbite. Je ne pense pas que le concept en tienne compte, du moins j'espère ...
Autrement, les dates optimales de lancement pour bénéficier de l'assistance gravitationnelle de Jupiter et ainsi gagner jusqu'au double en terme de masse, sont 2029 pour Neptune et 2031 pour Uranus.

 

Uranus-Neptune_mission-concept_J.Elliot_IceGiantsSystems2020.jpg.5f7a21a03d0881155c8fd340bc8b9cb9.jpg

https://twitter.com/hbhammel/status/1219619841193250820

 

https://twitter.com/IcyGiants

https://twitter.com/hashtag/IceGiants2020?src=hash

Edited by BobMarsian
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/china-voyager-like-interstellar-mission.html

 

A noter que les chinois ont dans leurs cartons un projet qui ressemble un peu à la mission VOYAGER ; Rien de décidé encore, mais il est logique qu'ils explorent maintenant les planètes lointaines.

Le projet s'appelle IHP (Interstellar Heliosphere Probe). Deux sondes seraient lancées

La seconde, IHP-2, effectuerait un flyby de Jupiter en 2033 et un de Neptune en 2038 ; Une sonde serait larguée dans l'atmosphère de Neptune

Edited by jackbauer
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vénus (2 projets), Io et Neptune : la NASA choisira l'année prochaine 2 nouvelles missions parmi ces 4 projets sélectionnés

J'espère que Io sera dans les deux élues... :)

 


https://www.nasa.gov/press-release/nasa-selects-four-possible-missions-to-study-the-secrets-of-the-solar-system

 

La NASA sélectionne quatre missions possibles pour étudier les secrets du système solaire

 

La NASA a sélectionné quatre enquêtes du programme Discovery pour développer des études de concept pour de nouvelles missions. Bien qu'il ne s'agisse pas encore de missions officielles et que certaines ne soient finalement pas choisies pour aller de l'avant, les sélections se concentrent sur des cibles et des données scientifiques convaincantes qui ne sont pas couvertes par les missions actives de la NASA ou les sélections récentes. Les sélections finales seront effectuées l'année prochaine.
(...)
Chacune des quatre études de neuf mois recevra 3 millions de dollars pour développer et mûrir des concepts et se terminera par un rapport d'étude conceptuelle. Après avoir évalué les études de concept, la NASA continuera à développer jusqu'à deux missions.  


Les propositions sélectionnées sont:

 

DAVINCI + (Deep Atmosphere Venus Investigation of Noble gas, Chemistry, and Imaging Plus)

DAVINCI + analysera l'atmosphère de Vénus pour comprendre comment elle s'est formée, a évolué et déterminer si Vénus a déjà eu un océan. DAVINCI + plonge dans l'atmosphère inhospitalière de Vénus pour mesurer précisément sa composition jusqu'à la surface. Les instruments sont encapsulés dans une sphère de descente spécialement conçue pour les protéger de l'environnement intense de Vénus. Le «+» dans DAVINCI + fait référence au composant d'imagerie de la mission, qui comprend des caméras sur la sphère de descente et un orbiteur conçus pour cartographier le type de roche de surface. La dernière mission in situ dirigée par les États-Unis à Vénus remonte à 1978. Les résultats de DAVINCI + ont le potentiel de remodeler notre compréhension de la formation des planètes terrestres dans notre système solaire et au-delà. James Garvin du Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland, est le chercheur principal.

 

Observateur du volcan Io (IVO)

IVO explorerait la lune de Jupiter, Io, pour apprendre comment les forces de marée façonnent les corps planétaires. Io est chauffé par l'écrasement constant de la gravité de Jupiter et est le corps le plus volcaniquement actif du système solaire. On sait peu de choses sur les caractéristiques spécifiques d'Io, telles que l'existence d'un océan magma à l'intérieur. À l'aide de survols rapprochés, IVO évaluerait comment le magma est généré et a éclaté sur Io. Les résultats de la mission pourraient révolutionner notre compréhension de la formation et de l'évolution des corps rocheux terrestres, ainsi que des mondes océaniques glacés dans notre système solaire et des planètes extrasolaires à travers l'univers. Alfred McEwen de l'Université de l'Arizona à Tucson est le chercheur principal. Le laboratoire de physique appliquée de l'Université Johns Hopkins à Laurel, Maryland, assurerait la gestion du projet.

 

TRIDENT

Trident explorerait Triton, une lune glacée unique et très active de Neptune, pour comprendre les voies d'accès aux mondes habitables à des distances énormes du Soleil. La mission Voyager 2 de la NASA a montré que Triton a un resurfaçage actif - générant la deuxième surface la plus jeune du système solaire - avec le potentiel d'éruption de panaches et d'une atmosphère. Couplé à une ionosphère qui peut créer de la neige organique et le potentiel d'un océan intérieur, Triton est une cible d'exploration passionnante pour comprendre comment les mondes habitables peuvent se développer dans notre système solaire et dans d'autres. À l'aide d'un seul survol, Trident cartographierait Triton, caractériserait les processus actifs et déterminerait si l'océan souterrain prévu existe. Louise Prockter de la Lunar and Planetary Institute / Universities Space Research Association à Houston est la chercheuse principale.

 

VERITAS (émissivité de Vénus, radio-science, InSAR, topographie et spectroscopie)

VERITAS cartographierait la surface de Vénus pour déterminer l'histoire géologique de la planète et comprendre pourquoi Vénus s'est développée si différemment de la Terre. En orbite autour de Vénus avec un radar à ouverture synthétique, VERITAS trace les élévations de surface sur presque toute la planète pour créer des reconstructions tridimensionnelles de la topographie et confirmer si des processus, tels que la tectonique des plaques et le volcanisme, sont toujours actifs sur Vénus. VERITAS cartographierait également les émissions infrarouges de la surface pour cartographier la géologie de Vénus, qui est largement inconnue. Suzanne Smrekar du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA à Pasadena, en Californie, est la chercheuse principale. JPL assurerait la gestion du projet.
 

  • Like 3
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/02/2020 à 10:18, jackbauer a dit :

La mission vers Triton, c'est un simple survol...

Pour Triton, l'idée, en fait, c'est que le simple survol de Pluton Charon a apporté énormément d'informations.

L'idée de refaire le coup pour Triton est pas idiote, mais elle risque d'entrer en conflit avec une mission lourde vers Neptune...

Du coup, comme toi, je vote Io.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now