Bonjour à tous Il y a tout juste un an, le 11 mars 2018, le système ASASSN (All-Sky Automated Survey for SuperNovae) avait détecté un double trou noir en interaction, et surtout, le phénomène était visible depuis nos petits télescopes. Bien sur vous ne verrez qu’un petit point sur la voûte céleste, mais quand on sait ce que ce point est, on se met facilement à rêver.  La magnitude maximale a été de +11,5 ! J’ai pu suivre l’évolution de cet objet, appelé ASASSN-18ey, depuis sa découverte jusqu’en septembre 2018 à sa magnitude inférieure à +13.  Après cette chute de lumière et la stabilisation à la magnitude +17,5, ça semblait bien être la fin du feu d’artifice.  Et pourtant une nouvelle éruption vient d’apparaître.  Sa magnitude est remontée à +14 +/- 0,2 d’après mon observation ce matin à 3h50 TU le 17 mars. La découverte de ce regain de magnitude a déclenché les observations par satellite Neil-Gehrels-SWIFT.  Ce type d’observation est un exemple sympathique et scientifiquement utile d’une coopération « pro-am ». Petite explication du phénomène : les trous noirs binaires émettent des rayons X, lors d’une explosion une grande partie du disque d’accrétion du système tombe sous l’horizon des trous noirs. On pense que la contrepartie visuelle provient d’un jet relativiste, des impulsions de rayons X sont transformées dans l’espace interstellaire en longueurs d’onde visuelles.  De tels systèmes montrant des éclats de magnitude de +11 dans le visible sont très rares. La première estimation de la distance de la source ne serait que seulement de 3000 années-lumière.   Plus d’informations en anglais ici : AAVSO asassn-18ey - black hole binary bright outburst   Le champ au croquis La carte de repérage et les étoiles de référence en dixième de magnitude et les coordonées Bon ciel à vous tous Michel