Astro52

CROA 1ère nuit en montagne avec mon C8

Recommended Posts

Posted (edited)

CROA du 26 avril 2019, montagne de Lure

 

Altitude : 1600 mètres

Température : environ 0°C

Vent fort de nord-nord-ouest

Passages nuageux très réguliers

Seeing prévisionnel excellent, très dégradé par le vent en pratique.

Télescope : C8 EdgeHD CGEM, oculaires de 9,7mm ; 15mm ; 25mm ; 40mm, filtres CLS Astronomik et Orion Ultra Block

 

Le télescope n'était pas encore sorti que le toit de la voiture est déjà couvert de glace.

Première surprise pour cette première nuit en montagne, la couleur du crépuscule sur l'horizon opposé au Soleil. Il y a une barre blanche à environ 10° de hauteur comme en plaine, mais entre elle et l'horizon une zone avec diverses nuances de bleus très inhabituelle.

Deuxième surprise, la légère pollution lumineuse, quoique bien visible bas dans le ciel en direction du sud-sud-ouest, n'est pas orangée comme en plaine mais d'un étrange vert électrique. Pourtant ce sont bien des lampes jaunes, presque exclusivement, qui éclairent la vallée.

 

NGC2237 (nébuleuse de la Rosette) : très basse vers l'ouest avant le début de la nuit astronomique, et plus grande que le champ de vision, indétectable même avec les filtres spectraux.

 

NGC3242 (nébuleuse du fantôme de Jupiter) : l'oculaire de 15mm avec filtre CLS Astronomik donne le meilleur résultat. On voit un boule quasiment ronde, et on devine un 0 ou un C plus lumineux au centre, qui rappelle la nébuleuse de la boule de neige bleue, mais en plus gros et plus flou.

 

NGC2392 (nébuleuse du clown) : testée avec les oculaires de 9,7mm 15mm et 25mm tous avec filtre CLS Astronomik, étoile centrale assez brillante et rond diffus autour, bien visible mais sans qu'on distingue les structures caractéristiques des photos qui s'appuient sur d'autres gaz que l'oxygène.

 

NGC3521 : le bulbe central est assez brillant, entourée d'un ovale diffus. Sans structure apparente.

 

NGC3621 : Très basse pour tester les limites. Elle n'est pas perceptible.

 

M66 : Avec oculaire 25mm et 40mm, on perçoit bien qu'il s'agit d'une galaxie spirale barrée, car une barre assez lumineuse accompagne le bulbe, et cette barre n'est ni alignée ni perpendiculaire avec la silhouette ovale de l'ensemble, qui est cependant très peu lumineuse. La silhouette générale spécifique de M66 est reconnaissable, même si les bras spiraux ne sont pas détectables jusqu'au bout.

 

M65 : De forme allongée, sans structure apparente, mais cependant très lumineuse.

 

NGC3628 : Avec oculaire de 25mm, beaucoup plus faible que ses voisines, mais bien visible cependant. On reconnaît une galaxie vue de la tranche, une bande de poussières centrale se devine en vison décalée, avec un poil d'imagination peut-être.

 

NGC4244 : Vers 23h15, entre deux nuages, avec les oculaires de 25mm et 40mm, elle apparaît proche du zénith comme une galaxie vue de la tranche, assez nette.

 

M99 : Vers 23h27, entre deux nuages, avec oculaires de 25mm et 40mm, elle apparaît ronde et peu lumineuse. On devinerait l'idée d'une rotation en vision décalée, avec un peu d'imagination.

M106 : Vers 23h35, entre deux nuages, son centre est lumineux mais la luminosité chute très vite autour. On distingue un ovale plus petit que prévu et sans structure apparente. On ne voit manifestement que la zone, voire la barre, centrale, de cette vaste spirale barrée.

 

M51 : Vers 23h50, entre deux nuages, avec oculaire de 25mm et 40mm. La spirale est plus « charnue » qu'en plaine, ce qui fait qu'on ne distingue pas forcément mieux sa structure interne. On perçoit l'idée d'une rotation, mais il est plus difficile que prévu de fixer proprement chaque bras.

 

M81 : Pas de différence avec la plaine, un bulbe central très brillant, mais ce qui est autour est trop faible et diffus pour montrer une quelconque structure.

 

M82 : Le contraste de cet objet sur le fond de ciel est presque incroyable s'agissant d'une galaxie. On perçoit quelques détails (zones moins lumineuses en raison des poussières) avec le 25mm.

 

M100 : Un bulbe central net mais un halo autour vraiment très faible.

 

NGC4449 : Très petite et compacte, bien visible, mais sans grand intérêt.

 

NGC4559 : Vague trace allongée très diffuse.

 

NGC4565 : Bande très allongée avec un grossissement de 80x et bande de poussières centrale visible même avec un grossissement de 50x.

 

M60 : Tache floue sans intérêt, accompagnée d'une plus sombre tout à côté (NGC4647).

 

NGC4631 : Avec un grossissement de 50 fois, on distingue une galaxie vue de la tranche ou presque, peu lumineuse mais assez grande car peu contrastée. On devine une bande de poussières décalée sur le bord de la tranche, avec beaucoup d'imagination.

 

NGC4656 : Détectable vue de la tranche, mais assez petite et peu lumineuse, sans grand intérêt.

 

M104 : Avec un grossissement de 80x, c'est une bonne surprise, la forme spécifique de l'objet et sa bande de poussières sont bien perceptibles. Le fond de ciel est dans l'absolu loin d'être noir malgré un grossissement qui atteint 0,4 diamètre, car l'objet reste relativement bas et touché par la pollution d'Aix-Marseille. Malgré cela, la différence de latitude et surtout d'altitude offre une image de l'objet nettement supérieure à une observation en campagne dans la moité nord de la France.

 

M98 : Galaxie vue de la tranche, plus large au niveau du bulbe central, mais ensemble peu lumineux.

 

M94 : On distingue un bulbe central brillant, entouré d'une zone ronde assez lumineuse mais petite, puis d'une zone ronde plus large mais beaucoup plus diffuse. Ces 3 éléments sont concentriques.

 

M64 : Bien que le cœur de la galaxie soit lumineux, la région noire en fait que se deviner. Elle n'est pas aussi nette qu'espéré. Par rapport à un souvenir ancien, c'est moins probant qu'une observation au C11 dans un ciel de campagne moyen.

 

M63 : Centre et halo autour tous deux assez brillants, mais sans aucune structure en flocon détectable.

 

M83 : Très bas pour tester, centre très compact bien brillant, que l'on confondrait presque avec une étoile, mais rien de perceptible autour.

 

M3 : Avec un grossissement de 206 fois, le fond de ciel est presque parfaitement noir. L'amas globulaire est très dense et riche. Un objet qui vaut le détour dans un tel ciel.

 

Vers 2h, je pointe Jupiter pour rigoler. Trop basse, trop de vent. Je décide de rentrer. Avec le vent de plus en plus violent, le froid est vraiment difficile à supporter. Une nuit entière à cette altitude avec un tel vent, même à cette période de l'année, doit être très difficile physiquement.

 

Conclusion :

La voûte céleste est dans son ensemble bien meilleure qu'à Hauviné ou Grézac : plus sombre et plus régulière. La meilleure qualité n'est pas réservée qu'à une petite fenêtre autour du zénith. Les halo de pollution montent beaucoup moins haut, même si l'horizon sud-sud-ouest est pollué. Côté opposé, la bande de la Voie Lactée montre des détails dès le moment où elle se lève couchée sur l'horizon, un peu relevé par la crête qui surplombe il est vrai. Les étoiles sont visibles en plus grand nombre sur toute la voûte céleste, et jusqu'à l'horizon même dans les directions où il est un peu pollué.

Alors que la luminosité du fond ciel devrait théoriquement provenir, à la louche aux ¾ de sa lumière naturelle et ¼ seulement du pollution lumineuse, le fond de ciel est loin d'être complètement noir avec un grossissement d'un quart de diamètre, et même avec un grossissement de 0,4 diamètre on distingue très nettement la frontière entre le champ de vision et l'intérieur de l'oculaire. Il n'y a qu'avec un grossissement de 206x que la perception de cette frontière devient approximative sans filtre. Ceci confirme l'utilité des filtres spectraux pour les nébuleuses à faible grossissement, et ce même en l'absence de toute lumière artificielle.

Malgré cela, le gain de contraste sur les galaxies demeure très significatif. Elles ont toutes été perçues sans aucune difficulté (sauf pour les tests aux limites de l'horizon), y compris certaines très peu lumineuses. Cependant ce gain de contraste ne se traduit pas systématiquement par un gain de détails dans la structure des galaxies, voire pas du tout.

Si le site apporte le contraste, est-ce qu'un plus grand diamètre pourrait apporter les détails dans les galaxies spirales ? La question reste ouverte.

 

Edited by Astro52
  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
il y a 8 minutes, Astro52 a dit :

est-ce qu'un plus grand diamètre pourrait apporter les détails dans les galaxies spirales ? La question reste ouverte.

 

J'en sais rien :) quoi que j'aie quand même ma petite idée ;)

En tous cas, excellente nuit et agréable CROA ;)

Bonne soirée,

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les détails dans les galaxies spirales sont parmi les plus difficiles en ciel profond je trouve. Dans l'ordre de "facilité", je mettrais nébuleuses planétaires, puis nébuleuses diffuses (par émission et particulièrement avec l'usage des filtres interférentiels) avant les galaxies qui demeurent assez avares de détails avant 300-400mm (sauf pour les plus majeures).

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis d'accord avec yapo, les détails dans les galaxies ne s'attrapent pas facilement, la transparence et le diamètre  aident bien sûr pour voir les faibles structures comme les spires, mais par exemple, pour voir les bandes d'absorption, l'orientation précise des structures, des zones HII, il faut un bon ciel stable, et de la patience, il faut vraiment rester un bon moment l'œil vissé à l'oculaire, jouant de la vision décalée, attendant le bon moment question turbu pour 'glimpser' les détails les plus subtils; donc, oui, un plus gros diamètre t'en donnera plus mais  il faut que le ciel soit de la partie question stabilité et prendre le temps, même avec des 'petites' galaxies qui paraissent banales au 1er abord...si j'en juge  à ton récit, et aux grossissements utilisés, le Mistral t'a sans doute bien pourri le ciel , dur d'attraper des détails quand çà tremblotte et qu'on reste à petit grossissement ( au moins sur les galaxies, ce qui a occupé l'essentiel de ton riche programme de la nuit) ...je crois que tu n'en as pas fini avec le mistral, au moins, il va te nettoyer le ciel et ce peut être de bonnes conditions pour les nébuleuses diffuses...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Ah ! enfin ce fameux CROA de Lure !

He ben malgré les conditions tu n'as pas fait semblant ! C'est cool de savoir qu'on peut encore observer en France alors que j'en suis à 1 observation de ciel profond en avril, et pas une seule minute dehors les 2 dernières semaines !

Je connais bien cette caractéristique de ciel totalement pur et transparent jusqu'à très bas (voire l'horizon) dont tu parles, car je vais parfois observer à env 15-20 km au nord de Lure à vol d'oiseau. J'y ai un souvenir de NGC 6231 (-41 ° quand même) dans le Scorpion à la lunette avec le sol et l'amas tous les deux ensemble dans l'oculaire, l'amas très net et dans un ciel très pur. Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres, et pourtant à moins de 700 m d'alt !

 

Je trouve ton récit très réaliste en fonction du diamètre et de la qualité du ciel, retrouvant peu ou prou les mêmes choses au 300 mais dans un ciel bien plus moyen dans le Lyonnais.

Je suis d'accord aussi avec notre illustre collègue Yapo, sauf que dans mon cas je ne sais pas trop pourquoi, certaines nébuleuses diffuses révèlent encore plus difficilement leurs détails que les galaxies majeures. Une caractéristique de mon 300 certainement (ah ah !!)

Sûr qu'avec un ciel comme celui de Lure et plus de diamètre, les galaxies vont montrer plus facilement (ou commencer à montrer) certains de leurs détails. Mais pour cela 2 conditions au moins :

- que ce ne soient pas des elliptiques toutes lisses sans détails (une lapalissade mais au début au 300 j'étais déçu de ne rien voir de plus, ne sachant pas qu'elle était la structure de la galaxie et qu'elle n'avait rien à montrer)

- comme dit Shaula16, la turbulence doit être faible aussi pour pouvoir grossir, et avec ce satané mistral dans la région c'est pas gagné ...Au 300 quand c'est calme je vois souvent un différentiel entre 170 et 270 X. A ce dernier grossissement, de très ténus détails peuvent apparaître notamment en halos, qui ne sont pas accessibles à 170.

 

Vive les Alpes du Sud !! :P:D mais je n'ai rien contre celles du nord !

 

 

Edited by etoilesdesecrins

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos réponses !

 

Pour les nébuleuses, je connais surtout les planétaires. Quand je vois le niveau de signal des autres dans la CCD, je ne vois pas comment on pourrait voir quoi que ce soit en visuel. Même M16 ne donne pas grand chose, alors qu'avec la CCD elle est tellement facile qu'il n'y a quasiment pas besoin de traitement.

 

J'étais quand même abrité du vent qui soufflait de façon irrégulière, donc par moment c'était calme même si les plus grosses rafales se faisaient fortement sentir.

Je n'ai pas toujours eu le temps que j'aurais voulu en effet, les nuages circulaient tellement vite avec le vent que les éclaircies étaient également assez courtes.

C'est pour éviter de trop baisser la luminosité de l'objet que je ne monte pas plus en grossissement ; mais quand je l'ai fait sur M3 par exemple oui le vent comptait.

 

Il y a aussi le fait que je manque d'entrainement en visuel, étant uniquement sur la photo d'habitude. Il y avait dans mon club un dobsoneux pour qui "elle brille bien" commençait pour nous à un truc même pas perceptible. Mais bon, mon but aussi était de me faire une idée de ce qui est accessible sans un entrainement très long. Peut-être que des galaxies comme M51 ou M82 mériteraient d'être testées avec le 15mm.

 

Je suis surpris quand même de la luminosité du ciel à faible grossissement même en l'absence de pollution lumineuse (car au zénith de la montagne de Lure on ne doit pas être très loin de ça, à 20% près). A quoi est-ce dû principalement ? Aux étoiles ? A la chimiluminescence de l'atmosphère ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Joli CROA détaillé, merci pour le partage !

 

Je ne suis pas intervenu sur ton autre fil consacré à la "préparation du voyage" n'ayant pas trouvé de conseil particulier à te prodiguer, y n'empêche que je connais un peu ce site pour y passer de temps en temps.

 

Je vois assez bien ce que ça donne quand les conditions ne sont pas idéales, avec des passages nuageux fréquents et une transparence dans l'ensemble dégradée (c'était le cas pour toi cette nuit-là vu tes descriptions de NGC 2392 ou M51 notamment).

A titre d'exemple, je n'ai observé NGC 40 que deux fois dans ma vie : la première à Lure dans un C14, avec les conditions que tu mentionnes, "entre deux nuages". C'était inintéressant au possible, aucun détail. La seconde fois, un an plus tard avec un autre C14, dans un ciel de campagne normalement moins sombre, mais là par contre les conditions y étaient. Hé bien ça a battu indiscutablement la vision de Lure, avec un contraste à tomber par terre.

Par contre à Lure quand le ciel est pur, alors là... 9_9 Seul le légendaire Restefond avec ses 1000 mètres de plus peut prétendre faire mieux ;) J'ai des souvenirs vraiment inoubliables d'observations à Lure, certes avec un T600 mais la qualité du ciel n'y était pas non plus pour rien. Il faudra que tu y sois de nouveau par une nuit belle ! Ne serait-ce que pour voir NGC 2392 ou M 51 comme ils méritent d'être vus là-haut !

 

Ha ! Et le vent glacial à Lure... ça aussi je connais ! :S Je me le suis farci même en plein mois de décembre, une nuit ou Sirius éclairait comme un lampadaire. Quel souvenir cette nuit-là... 2013 je crois. Déjà... enfin bref ;)

 

Il y a 17 heures, Astro52 a dit :

C'est pour éviter de trop baisser la luminosité de l'objet que je ne monte pas plus en grossissement

 

Il y a 17 heures, Astro52 a dit :

Je suis surpris quand même de la luminosité du ciel à faible grossissement même en l'absence de pollution lumineuse (car au zénith de la montagne de Lure on ne doit pas être très loin de ça, à 20% près). A quoi est-ce dû principalement ? Aux étoiles ? A la chimiluminescence de l'atmosphère ?

 

Gloups ! O.o Pour répondre à ta dernière question, je ne sais pas du tout, j'ignore même ce qu'est la "chimiluminescence" ! Je dirais plutôt que la luminosité (toute relative sans doute quand on la compare à celle constatée dans d'autres sites) est surtout due à la diffusion du peu de pollution lumineuse (Digne, les Mées, tous les villages autour et plus loin Aix, Marseille) par l'humidité de l'air. Avec un air plus sec, le fond de ciel aurait été probablement plus sombre. Au plus la pollution lumineuse est faible, au moins le taux d'humidité a un impact sur la brillance du fond de ciel, généralement. Par exemple, au Restefond, même les nuits humides le ciel restait très sombre.

 

En tout cas, une chose est sûre, dans un bon ciel de montagne comme Lure peut en donner, tu peux grossir franchement pour assombrir le ciel et faire monter le contraste sans avoir peur de perdre du signal sur l'objet. Avec ton C8, si le ciel n'est pas pourri, tu dois pouvoir monter tranquille à 2D sur des nébuleuses planétaires ou des galaxies contrastées comme M51 ou autre. Tu as la chance de ne pas avoir un gros Dobson à f/4 qui te donnera assez vite des étoiles genre patates ;) Faut en profiter ! (D'autant qu'après tout, même avec un Dobson ça se fait...) :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ce CROA, ça me donne envie de retourner au Tourmalet avec mon 12" même moyen en optique pour tester les galaxies. Déjà qu'en ville y'a quand même pas mal de choses perceptibles avec ce diamètre alors en montagne... mais il est vrai que question météo c'est pas l'idéal en ce moment, donc tu risques d'avoir de très bonnes surprises si ça s'améliore...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Hello :D

 

Un très joli Croa, avec une foule de détails, comme tu l'as dit en montagne, comme ailleurs d'ailleurs le vent dégrade les images....

J'ai la chance d'habiter en montagne, aux portes des écrins (1500m d'altitude), j'observe au dobson 254 et à la lunette de 110 mm, je trouve que ce sont les deux instruments les plus adaptés aux observations montagnardes ( ça reste mon avis ). 

je suis très étonné que tu n'ai pas pu avoir plus de détails sur des objets comme M51 et surtout M81 qui n'a tout de même rien à voir avec une observation en plaine ! 

Idem pour le fond de ciel, que je trouve, du moins ou j'habite noir d'encre (enfin, pigmenté d'étoiles, ou plus transparent, je ne sais pas si on dit comme ça ? 😊😊).

Un petit tour sur M27, avec ça centrale qui est disponible au newton 200 est une jolie destination  !

Tout comme ngc 6545 qui vous traverse un oculaire tout entier ! 

J'espère sincèrement que tu auras l'occasion de retourner en altitude surtout avec un hedgHD ( même si je pense que c'est pas le meilleur outil à ces altitudes ) ,  et si le coeur t'en dis tu peux venir me rendre visite au coeur des écrins ça sera avec plaisir 😊

Ps: chez nous les petits  villages environnants éteignent l'éclairage public à 23h00 😉

 

fred

 

 

 

Edited by fredo38

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 27/04/2019 à 19:27, ALAING a dit :

est-ce qu'un plus grand diamètre pourrait apporter les détails dans les galaxies spirales ? La question reste ouverte.

Je réponds oui sans hésiter, il faut bien choisir le diamètre en question.

 

Sous d'autres ciels provençaux, je gagnais une magnitude par rapport à la campagne seine-et marnaise ce qui revient à multiplier le diamètre de l'instrument par 1.6

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour vos réponses.

Je ne pouvais être totalement sûr de la transparence, mais ça me semblait bon entre deux passages, et je n'ai pas noté de différences notables avec le 2ème soir sur les objets repris, alors que la transparence était au dessus de tout soupçon. Par contre le vent rendait là encore les conditions dantesques, avec des dégradations liées à la fois à l'image elle-même, aux vibrations du télescope, et au vent froid qui arrive directement dans l'oeil même en essayant de se protéger.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, xavierc a dit :
Le 27/04/2019 à 19:27, ALAING a dit :

est-ce qu'un plus grand diamètre pourrait apporter les détails dans les galaxies spirales ? La question reste ouverte.

 

 

Ah désolé cher Xavier, mais ce n'est pas moi qui ai dit ça :) mais notre ami Astro52 ;)

J'ai juste dit que j'avais ma petite idée, mais bien sûr je plussoie ;)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore que, un plus grand diamètre est plus sujet à la turbulence ! 

Si les conditions sont bonnes, oui sans aucun doute un plus grand diamètre apporte un plus !

En revanche si la turbulence est au rendez-vous je dirais non ! c'est même pire encore ! 

Un autre élément la transparence et la noirceur du ciel sont aussi deux choses différentes à mon sens ! 

Je pense qu'un ciel bien noir de signifie pas forcément bonne qualité, chez nous ça signifie souvent que l'humidité est de la partie, mais c'est assez rare..

 

Fred 😊

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et puis un plus grand diamètre aurait pu s'envoler comme un cerf volant...

Ca dépend aussi de la pollution lumineuse, dans nos campagnes polluées moins de transparence c'est en général moins noir aussi. Alors que dans une région très épargnée, ça doit être l'inverse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ce qui est du rapport diamètre / lieu / conditions, je peux témoigner qu'un T600 à Lure, quand les conditions sont favorables, c'est vraiment extraordinaire... ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, ALAING a dit :

Ah désolé cher Xavier, mais ce n'est pas moi qui ai dit ça :) mais notre ami Astro52 ;)

Oups l'outil de citation s'est mélangé!

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By T450
      Bonjour à tous,
      Derniers d'une assez longue série réalisée fin mars début avril , voici trois objets sympathiques, imagés dans la nuit du 4 avril. Souhaitons qu'une nouvelle vague de beau temps permette d'autres prises de vue prochainement, mais les nuits diminuent tellement... 40 x 5mn en luminance, avec 2.7" de fwhm sur l'empilement, 30mn par couleur en bin2.
      Télescope newton 253/934(asa0.73) et icx814. Traitement iris et photoshop cs2.
      Nathanaël
      clic-clic pour la full

    • By stéphane
      bonjour à tous,
       
      une image du 9 Avril (fin de nuit, un peu de mistral et des nuages arrivant) et du 13 Avril ( mistral toujours là, plus de nuage mais une lune de plus en plus génante et une GPDX qui n'était pas finement réglée après son démontage / regraissage / remontage) ; toujours depuis l'observatoire sirene sur le plateau d'Albion.
      Le résultat n'est pas tip top (d'où une réduction pour cacher un peu les défauts ... de souvenir, la turbulence n'était pas non plus terrible; surtout le 13) et, bien sur, toujours pas de couleur...
       
      C8/GP-DX + réducteur 0.5 optec + filtres L astronomik + atik16HR
      autoguidage en // avec fs60c et dmk41 avec phd guiding
       
      L : 24 x 300s avec artemiscapture en binning 1x1
       
      prétraitement imageviewCA, iris
      traitements siril (asinh), photoshop, noiseware, roundstar
      réduction 79%
       

       
      a+
      stéphane
    • By deome
      Apres avoir passé plus d'un mois sans pouvoir sortir le matériel, j'ai profité d'une fenêtre de tir assez étroite ce 21/05/19 pour tirer le portrait de M51
       
      En voici le résultat après 169 poses de 50 secondes à 800 iso sur un Nikon D5500 non defiltré
      L'APN est au foyer d'un Newton 254 f/d:4 avec correcteur de coma Baader RCC I, filtre CLS Explore Scientific
      Le tout sur une monture NEQ 6 pro sans autoguidage
       
      Je suis mitigé sur le résultat, depuis que j'utilise le filtre CLS je n'ai quasi plus de couleur dans les tons rouge/orange/jaune, du coup les photos en ressortent tres ... froide
      Le lendemain, je me suis fait la nébuleuse de l'Iris, toujours avec le filtre, on verra ce que ca donne apres le traitement, 
       
      je vais tenter de me refaire M51 sans le filtre CLS pour voir la différence.
       
      Voila la photo

    • By Justin21m
      Bonjour tout le monde ! 
       
      Hier j'étais de nouveau de sorti. 
      J'ai essayé d'imager M106. 
       
      J'ai du tilt ou un problème de backfocus avec mon MPCC Mark III car j'ai les bords (surtout deux) qui fuit...
       
      Et j'ai de vilaines trames obliques qui apparaissent sur certaine de mes images... 
       
      35 x 300 sec = 2.9h
       
      DOF 11/30/20.
       
      Je n'en suit pas très satisfait.. Mais Voici tout de même la bête 😂
       
      
       
      Bonne journée, 
      Justin 
    • By fljb67
      Bonjour.
       
      Sujets :
       
      NGC 4631 ( Cadwell 32 ) 
      NGC 4656-4657 ( La crosse de hockey )
       
      ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
      Caractéristiques du matériel / prises de vues :
       
      - Monture : Takahashi EM10
      - Optique : Téléobjectif Sigma f = 400 mm ; f/D = 5.6 ; D ~ 70 mm
      - Caméra : ZWO ASI 294MC Pro Color (  Capteur de ~ 19.2 x 13.1 mm, Refroidie )
      - Acquisition : Avec le logiciel ZWO ASICAP
      - Pointage : Manuel avec l'aide d'un atlas "papier" ( Cambridge Star Atlas 2000.0 de Will Tirion ).
       
      ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
       
      1°) Date : 01/05/2019.
       
      Après une série de prises de vues sur le triplet du Lion ( M65 + M66 + NGC 3628 ), j'ai décidé de clore la soirée en question par {  NGC 4631 + NGC 4656-4657 } ... tranquillement sans correction de suivi ... d'où le gain max de la caméra histoire de limiter les temps de poses unitaires à 20 secondes ( ce qui est rapide pour moi ).
       
      Comme c'était la première fois que je tentais ce champ ( sans savoir à l'avance à quoi ressemblaient les objets en question ) , j'ai eu l'agréable surprise de reconnaitre le couple { Baleine + Crosse } grâce aux photos déjà postées sur Astrosurf.
       
       
      - Lieu : Depuis mon balcon.
      - Mise en station : Avec marquage au sol du méridien ( pour l'azimut ) + { rapporteur fixé à la barre du contrepoids + fil à plomb } ( pour la "hauteur" ).
      - Suivi : Uniquement en faisant confiance à la motorisation en AD de la monture motorisée.
      - Prises de vues : 38 x 20 secondes  ( ... donc 12 min 40 s  au total. )
      - T° caméra :  - 10°C
      - Réglages caméra : Gain 570 ( le maximum ) ; Rouge 52 ; Bleu 87 ; Saturation 10 ; Raw 8 ( fichiers au format "PNG" )
      - Traitement :  DSS + Gimp + Photoshop Element 8.
       
       
      Résultats finaux ( 38 x 20 s ; 30 Flats ; 30 Darks ) :
       

       

       
      Clair, ce n'est pas fameux comparé à ce qui a déjà été posté par certains d'entre vous. ^^
       
       
      Autrement, histoire d'ajouter ( ou pas ) de l'eau au moulin, voici quelques comparatifs de manière à illustrer l'effet positif :
       
      - Du nombre d'empilement,
      - Du fait d'effectuer des Flats et/ou des Darks ( pas d'Offsets effectués ).
       
      Pour rappel : poses unitaire de 20 s.
       
       
      Hop, c'est parti. ^^
       
       
      a) Influence du nombre de poses empilées.
       
      ( Crops sur la Baleine, avec 30 Flats , pas de Darks, traitements PSE8 identiques )
       
      - 1 seule pose :
       

       
       
      - 10 poses :
       

       
       
      - 20 poses :
       

       
       
      - 38 poses :
       

       
      Avec 38 poses, le bruit est devenu vraiment faible .. malgré le gain max de la caméra.
       
      PS :  Pour ceux qui se demanderaient "Pourquoi 38 et pas 40 ?" ... c'est parce que deux prises de vues ont été dégagées cause passages de satellites ^^ ).
       
       
       
      b) Influence des Flats et des Darks.
       
      - 1 pose brute sans Flats ni Darks :
       

       
       
      - La même pose unique avec 30 Flats  ( pas de Darks donc ) :
       

      --> L'amélioration est sensible.
       
       
      Pour la suite, ce sont des "pleins champ" avec un empilement de 38 poses.
       
       
      - Sans Flats ni Darks :
       

       
       
      - Avec 30 Flats :
       

       
       
      -  Avec 30 Flats + 30 Darks :
       

       
      A part la "sans Flats ni Darks" qui montre le vignettage, il n'y a pas de différence flagrante entre la "avec Flats" et la "avec Flats + Darks".
       
       
      Idem en ayant modifié les "niveaux" histoire d'amplifier les défauts/améliorations :
       
       
      - Sans Flats ni Darks :
       

      --> Vignettage et "Ampglow" ( en haut à droite") flagrants.
       
       
      - Avec 30 Flats :
       

      --> le vignettage a été largement corrigé ... mais persiste le phénomène d'Ampglow.
       
       
      - Avec 30 Flats + 30 Darks :
       

      --> Vignettage + Ampglow bien corrigés. ^^
       
       
      Conclusion ( ce que savaient déjà la majorité d'entre vous ) :
       
      - L' Empilement limite bien le bruit.
       
      - Les Flats corrigent avant tout le Vignettage. ( et limitent aussi un peu le bruit sur pose unique dans mon cas ).
       
      - Les Darks corrigent surtout le phénomène d'Ampglow.( dans mon cas ).
       
      ... et du coup, cela vaut vraiment la peine de se prendre le temps qu'il faut pour ce qu'il faut. ^^
       
  • Images