Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Pensez-vous que qu'il est possible de s'initier aux étoiles doubles très serrées (0.1 à 0.8" d'arc) avec une lunette apo de 152mm et de 1200mm de focale et une camera ASi 224MC avec la technique de la spectroscopie, par le dédoublement et l'identification des raies?

 

Merci,

Claude

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Bonjour,

 

Oui, c'est faisable en spectro mais l faut un spectro d'une certaine résolution, un LHIRES III est une bonne solution (R=18000). En spectro on peut mettre en évidence des compagnons pas visibles optiquement parlant même avec de très gros télescopes, c'est là tout l'intérêt de la spectro car on mesure ici un décalage Doppler des raies des 2 composantes au cours du temps et donc on peut retrouver la période de rotation.

 

Le plus simple c'est de ce faire la main avec par exemple cette étoile (Mizar), facile à faire sur quelques nuits :

http://www.spectro-aras.com/forum/viewtopic.php?f=6&t=1194

ou

http://www.astrosurf.com/buil/isis/isis_tuto/tuto4.htm

 

Après on peut faire également ce genre de mesures sur un système complexe à plusieurs compagnons et qui ne sont pas séparable optiquement (sauf peut être le VLT) :

http://o.garde.free.fr/astro/spectro/Eta-Orionis-Period.pdf

 

Et on peut encore aller plus loin avec la détection d'exoplanet comme sur cet exemple :

http://www.astrosurf.com/buil/exoplanet2/51peg.htm

 

Pour l'optique, le LHIRES III est optimisé pour un f/d10 mais dans ton cas avec une lunette à f/d 8 cela fonctionnera tout de même (on aura juste un rendement moins bon). Reste que le capteur de l'ASI 224 MC est un peu  petit pour enregistrer la totalité de la largeur d'une raie comme H Alpha ou H Beta et qu'un capteur couleur n'est pas très approprié en spectro (peut sensible, perte de résolution à cause de la matrice de Bayer qui de plus ne vas enregistrer qu'une couleur monochromatique donc sur uniquement les pixels rouges si l'on prend un spectre sur H Alpha, donc que 25% des pixels de la matrice).

Edited by OlivierG
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 33 minutes, OlivierG a dit :

LHIRES III

En partant, pour me faire la main, avec un 200 lignes/mm je vais pouvoir faire quelques chose sur des doubles entre 0.5" et 1" avec soit ma lunette 152/1200 ou mon maksutov 200/2000, bien que je dédouble visuellement 0.9"?

Histoire de voir…..

Je vois que mon maksutov serait bien plus adapté que la lunette avec le LHIRES III / 2400 lignes/mm.

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, OlivierG a dit :

décalage Doppler des raies des 2 composantes

Ok je comprends. C'est le doppler qui permet la résolution. Je pensais que c'était l'écart ….suis-je bête. Lui il reste lié au pouvoir séparateur de l'instrument. Exact?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, STF8LZOS6 a dit :

Ok je comprends. C'est le doppler qui permet la résolution. Je pensais que c'était l'écart ….suis-je bête. Lui il reste lié au pouvoir séparateur de l'instrument. Exact?

En spectro pour résoudre un système binaire, c'est la résolution du spectro qui compte pas celui de l'optique. L'optique sert ici uniquement à collecter un maximum de photon (une sorte d'entonnoir à photon). 

Dans le cas de binaires non résolues optiquement, on fait donc le spectre de la binaire dans sa globalité et c'est l'analyse du spectre qui permet de mettre en évidence les 2 composantes à condition d'avoir la résolution spectrale requise. On voit ainsi par effet Doppler le mouvement de la raie au cours du temps.

 

Ne pas confondre également la densité du réseau avec la résolution du spectro, ce sont 2 choses différentes. La résolution R d'un spectro est le pouvoir de résoudre 1/R de la longueur d'onde observée. Si par exemple on a une résolution de 1000, cela veut dire que l'on est capable avec ce spectro de voir  des détails de 1/1000 de la longueur d'onde observée. Sur H Alpha Lambda = 6562,8 Å, on pourra avoir des détails de l'ordre de 6,56 Å, avec un spectro R=10000, les détails seront 10x plus petit : 0,56Å. Avec un LHIRES III R=18000 environ, on aura donc des détails sur H Alpha de 0,36Å.

 

Avec un réseau de 200 tr/mm (je suppose que c'est un réseau à transmission ?), on est à des résolutions trop basses pour voir quelques choses de significatif, il faut au moins 5000 à 6000 de résolution pour voir le cas de Mizar. 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, OlivierG a dit :

(je suppose que c'est un réseau à transmission

oui c'est en transmission...et donc je ne peux espérer que faire des spectres et de détecter/identifier des raies. Je crois avoir pigé.

Pour Mizar, et les 5 à 6000 lignes, tu parlais de cette double ci, la double spectroscopique à 0.002 à 0.006" d'arc?

image.png.c15c3a63e20e2bdba6ec7d92db3def96.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui c'est bien Mizar. Là encore ce qui compte en spectro c'est pas la séparation angulaire mais plutôt la vitesse des 2 composantes et donc le décalage en longueur d'onde qu'il est facile de metre en évidence avec un spectro d'une résolution de 5000 à 6000.

 

Avec un spectro basse résolution, on peut par contre  mesurer la vitesse de rotation autour d'un trou noir (par exemple dans M87) car la vitesse est très importante et donc accessible à la résolution d'un spectro basse résolution du style ALPY 600 ou LISA. Ou encore la vitesse d'éloignement d'une galaxie ou d'un Quasar.

 

le facteur limitant pour un spectro donné et une optique, c'est la magnitude limite. Avec un LHIRES III et un télescope de 300mm par exemple, la magnitude limite va se situé autour de 7-8 selon le SNR que l'on compte avoir sur le spectre par contre avec un ALpy 600 ou un LISA on va pouvoir avec le même setup aller faire des magnitudes 14-15.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour toutes ces explications OlivierG. Finalement, plus la double est serrée et rapide, mieux on la voit double en spectro. C'est dingue ce truc...

Je vais réfléchir à tout cela, et rejoindre un groupe par la suite me semble la meilleure option.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Pepit0
      Bonjour à tous, 
       
      Petit up suite à deux sujets ouverts sur le forum.... 
      En effet après un an de réflexion, de travaux et d'attente, voici le C11 rénové est paré pour de nouvelles aventures !!
       
      Je possède cet instrument depuis 10 ans , mais il date de 1988 environs. Il m'a été offert par mes parents et vient d'un astram qui me l'avait cédé en énième main pour une bouchée de pain (500€). 
      Il était en piteux état  optique et mécanique : aluminure trés dégradée, pas d'anti-reflet sur la lame, peinture rayée et écaillée, vis endommagées ou manquantes, pas de montage propre sur queue d'aronde Losmandy pour aller sur ma G11, le support du  secondaire tourne et il y a du jeu.. Mais je savais qu'il avait des optiques bien taillées made in USA (après plusieurs star tests). J'ai donc décidé de lui donner une nouvelle jeunesse. 
      Suite à quelques échanges, j'ai décidé de refaire complètement l'instrument : voir 
      http://www.astrosurf.com/topic/154306-colle-baffle-sct-celestron-marquage-primaire/
      http://www.astrosurf.com/topic/153564-avis-sur-aspect-aluminure/
      Et même plus... 
       
      J'ai donc : 
       - démonté tout l'instrument en marquant scrupuleusement les optiques et les vis au feutre indélébile
      - remplacé l'intégralité des vis par des neuves (maxi galère avec les vis américaines...). Comme les longueurs et diamètre des têtes de vis n'existent pas au standard, j'ai du les ajuster une  à une à la scie et à la lime circulaire montée sur perceuse... 
      - décapé moi-même toute la mécanique, et fait repeindre l'extérieur à la résine époxy (chez Peintepox, ils sont top!). L'intérieur du tube a été repeint au Mussou Blak comme de nombreux astram sur le forum, + pose de feutrine noire sur le par-lumière du secondaire. 
      - j'ai démonté le baffle du miroir primaire et le support du secondaire (ce qui impliquait d'enlever la colle...). 
      - les deux miroirs ont été décapés et ré-alluminés chez MCM, 96% + traitement hydrophobe
      - la lame de Schmidt a été traitée anti reflet visible 400-700nm 0.5% face + traitement hydrophobe sur la face extérieure, toujours chez MCM
      - découpe de nouveaux joints et calles en liège
      - j'ai tout remonté moi même jeudi et vendredi, avec de la colle spéciale pour les optiques.. Galère !!  J'ai contrôlé du mieux que j'ai pu l'assiette du primaire sur son support ainsi que le parallélisme de la lame et du primaire avec des manips maison. J'ai freiné les vis à la Loctite 243 (sauf celles de la lame de schmidt et de collimation !).
      Montage propre de la nouvelle queue d'aronde avec écrous anti-desserrement  à l'intérieur du tube (le primaire ne les touche pas). Les parties à graisser ont bénéficié d'une graisse téflon, ce qui a permis de supprimer une partie du shifting. La MAP reste un peut raide cependant et il y a un peu de jeu dans le roulement... 
      - désormais le support du secondaire ne bouge plus et ne tourne plus, suite à des ajustements avec de l'adhésif et  de la colle faible tenue. 
       
      Premier essai  vendredi soir par la fenêtre en visant l'immeuble d'en face, ça donne une image !! Bon ça ne m'a pas l'air terrible mais il fait nuit alors difficile d'apprécier... Nouvel essai samedi matin : c'est la cata !!! L'image est toute floue et en bougeant l'œil on s'aperçoit que l'image n'est pas fixe dans le champ de vue, "comme s'il " y avait 
      plusieurs foyers selon la position de l'œil. Aie aie aie !! 
      Bon là je me dis que c'est peut être la collimation vue que je ne l'ai pas faite  (même si ça semble vraiment catastrophique)... Il va falloir que j'attende une soirée dégagée pour viser une étoile... Pas de soirée claire avant plusieurs jours. Alors là pas question d'attendre une semaine d'angoisse !
      J'ai donc bricolé une étoile artificielle avec une boite de lentilles du Puy en carton,  dont un coin percé d'un trou d'aiguille et peint en noir, et une lampe de poche à l'intérieur le tout posé sur un trépied photo sur le pallier de mon immeuble pour avoir le recul nécessaire (bonjour le tête des voisins ^^'), et le scope à l'autre bout de l'appartement... J'ai dégrossi la collimation comme ça, à 70x, juste pour voir si ça améliorait les choses. 
       
      Nouvel essai  : ouiiii ça a marché !!: l'image est bien nette jusqu' à 280x sur un objet terrestre !! J'ai donc réussi à tout remonter correctement le scope! J'affinerai la collimation sur le ciel. Je ferai un vrai star test à la webcam pour voir car c'est là qu'on verra si le montage est vraiment correct, et pouvoir éventuellement ajuster le serrage des optiques. 
       
      Voilà pour conclure, l'achat de l'instrument + les travaux ça fait quasiment le prix un instrument neuf. Mais j'y tiens à ce scope, et comme ça je suis sûr d'avoir un truc bien fichu (en fin qui me satisfait), et pourquoi acheter du neuf au lieu de remettre en état de l'ancien ? Il y en a qui le font bien pour les maisons ou les voitures... 
       
      Ci-dessous qq photos. 
       
      Bons cieux à vous tous   
      Pierre



    • By jupiter1960
      Bonjour à tous,
      Je souhaiterai faire de la photo planétaire couleur, j'ai un téléscope meade schmit  cassegrain de 254 mm focal 10, et j'hésite entre une caméra  Celestron NexImage 5 Color, et une ZWO ASI462MC que devrais je prendre d'après vous? Et quel logiciel dois je prendre pour faire l'acquisition d'images avec la celestron?
      Merci d'avance.
      Gg
    • By Nathanael
      Bonjour,
      Je vous livre ce petit comparatif fait il y a quelques jours avec mon télescope newton 245/1472 (paracorr2) et deux caméras bien connues, l'asi 183mm pro et l'asi 533 mm pro. L'échantillonnage de la première est de 0.33"/p et celui de la seconde 0.51"/p. J'ai changé 3 fois de caméra pour être sur que la différence ne provienne pas du changement de seeing (série de 6 images à chaque fois). C'était pendant la pleine lune, filtre Ha 3nm, je n'ai pas refroidi beaucoup les caméras (+10°C) à cause des changements justement et il s'agit de brutes non pré-traitées. Gain unitaire (1e-/adu) pour les deux. Ce que je voulais voir, c'était l'impact de l'échantillonnage sur la taille des étoiles. Sur 5mn, avec la 533, j'ai une fwhm de 2", avec la 183, une fwhm de 1.7". Pour moi, il est clair que le critère de Niquist (échantillonner à fwhm/2) est un minimum "vital" mais que la résolution continue à s'améliorer bien au-delà de cette valeur (avec la 183 on est à fwhm/5). Le prix à payer est bien sûr la quantité de lumière, mais qu'on peut récupérer en binnant au traitement.
      Je vous mets deux images à comparer avec des pincettes. Celle prise à la 183 a été rééchantillonnée à 0.5"/p mais elle est très désavantagée par l’absence de pré-traitement, surtout à cette température (les images brutes sont beaucoup plus propres sur la 533 que la 183 notamment par l'absence d'ampglow et les bruits thermiques et de lecture très inférieurs @danielo ). J'ai aussi binné les cochonneries du coup... je pense que prétraitées correctement à -15°C, il n'y aurait pas tant d'écart signal/bruit entre les deux. Mais en finesse, il y aurait toujours le même écart.
      Pour la petite histoire, j'ai gardé la 533 et vendu la 183 mais j'ai rajouté une barlow x2 au setup pour la suite
      Nathanaël



    • By Fred_76
      Bonjour
       
      Je cherche à savoir quelle serait la masse d’un miroir newtonien de 1 m de diamètre et 7 m de focale, avec un verre plein tel qu’on aurait pu le faire à la fin du 19eme siècle.
       
      Donc exit les verres cellulaires, coniques, les supportages multipoints en fibre de carbone, etc !
       
      Etait-ce d’ailleurs possible de faire ça à cette époque ? 1 m oui, il y en avait même des plus gros, mais f/d de 7, j’en doute…
       
      a+
       
      Fred
  • Upcoming Events