lyl

Danjon & Couder, les achromats en 1935

Recommended Posts

Pour uranus j'ai calculé en prenant sa méthode:

(B+ éclairement sortie du tube, pour 200mm ouverture, m la magnitude limite visible à l'oeil nu au voisinage)

B+ = 0.15cd/m2 D 8” M 360x m: 5.0

B+ = 0.03 cd/m2 D 8” M 360x m: 4.0

 

For 8” aperture 360x magnification m:5.0: Brightness at the eyepiece: 0.15 cd/m2 Brightness of planet: 50 cd/m2 Requested magnification per inch: 45.6x therefore 365x for 8” Mesopic vision: Lighting level from 0.001 cd/m2 until 10 cd/m2 FOR A STANDARD EYE.

 Si le ciel est parfait, transparences, seeing, on approchera les 500x pour voir tout ce qui est possible avec 200mm et contraste limite 0.7%.

Ces 360x pour 200mm ciel parisien correct et bon on peut viser le 1% théorique.

1% ce n'est pas illusoire.

Un brit David Gray qui est expérimenté ne connait ces développement en termes de chiffres mais est arrivé à ces mêmes conclusions par l'expérimentation, pour en avoir échangé avec lui.

1% peut faire controverse, mais se limiter à 1mm de pupille le fait aussi et à juste titre.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Il y a 4 heures, rvuti9 a dit :

C'est Dale P Cruikshank qui l'a établi dans les années 40-50 en prenant en compte les paramètres de conditions opératoires, transmission de l'optique, transparence du ciel  et seeing.

Ok pour l'éclairement surfacique, c'est certainement plus précis que la magnitude ponctuelle quand on grossit. C'est connu pour Jupiter : à 200X tu occupes la taille de la fovéa.

Peux-tu mettre la légende du contenu des cases, et que je comprenne le raisonnement.

Edited by lyl
détails envoyés par MP, supprimé du post

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon je pense avoir la source qui va bien

http://atom.lylver.org/AstroSurf/lune/MARS/1907Obs____30___96W.pdf

L'irradiance solaire en w.m-2 pour Mars se calcule d'après l'émission solaire

P = 3,844.1026 watts. cf http://serge.bertorello.free.fr/optique/mesure/mesure.html

Elle est aussi disponible sur Wikipedia Mars :

Irradiance solaire Isol-mars     589,2 W/m2 (0,431 Terre)

phase martienne : angle θ

rayon rmars : 3390 km

distance opposition dmars : 56 Million km

albedo : 0.15 => beaucoup plus dans le orange-rouge (*3)

albédo de Bond : 0.25

La formule de retour énergétique : albedo . Isol-mars . rmars2 / dmars2 . π . ( 1+cos θ ) / 2

on va annuler θ en opposition.

=> Lreémis ~= 1,02 1,7 e-6 W.m-2 ~ 0.0007  0,00116  cd.m-2 à l'entrée de l'instrument. cf conversion candela

Pour 150 mm à *150 (1mm pupille) : 15.63 25,12 cd.m-2

 

On est proche de la courbe du haut et en fonctionnement visuel photopique.

CQFD.

 

Mon MN68 est à peu près à 90% transmission obstruction comprise. => je peux monter à 180x et je pense rester en photopique (seuil à 10cd/m-2 ).

Peut être plus dans le rouge car Mars éclaire plus dans la bande

à voir si vers 610nm (50% sensibilité, ~plus d'éclairement vers cette plage) je peux grimper plus pour le maxima de contraste ?

 

Je rappelle, comme donnée croisée, que CRISM (cf page précédente) donne le pic à partir de 610nm.

 

A conclure par rapport à tes chiffres de 2500 cd/m2 pour savoir d’où ils viennent / calculé. Dale P Cruikshank est célèbre mais j'aimerai comprendre.

 

-----------------------------

LMN68-1mm~22,6 => grossissement à 10cd.m-2 peut monter à sqrt (22,6/10) soit x1,5D : x225

C'est approximatif, peut-être que je peux trouver un oculaire plus proche de 5.5mm mais on verra.

Edited by lyl
correction Albédo de Bond au lieu géométrique

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, lyl a dit :

Mon MN68 est à peu près à 90% transmission obstruction comprise. => je peux monter à 180x et je pense rester en photopique (seuil à 10cd/m-2 ).

Je ne comprends pas tout, mais c'est une discussion très intéressante.

Avec une APO de 150 mm et une transmission de 97%, est-ce que cela change quelques choses ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sûr qu'une lunette change les choses car elle n'a pas d'obstruction centrale et la lumière ne fait qu'un aller simple dans l'instrument.

Tu auras donc toujours plus de piqué et de contraste que n'importe quel autre instrument. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'accord avec toi. 

Je voudrais savoir comment lyl a calculé son taux de transmission lumineuse pour son MN68 !

Share this post


Link to post
Share on other sites

La formule photométrique qui peut donner l'éclairement surfacique observé (sortie de tube)

B+ = (25 D2 µ B)/M2

D2: diamètre du scope au carré (si je me souviens bien en inch, D au carré)

µ: transmission globale du système optique, du ciel, encrassement, albédo à prendre en compte

B: éclairement surfacique de la planète (mesurée par les astro pro)

M: grossissement en usage (au carré).

Le tableau donne les grossissements en fonction du diamètre, du coefficient de transmission lumière, d'un niveau de turbulence.

Dans chaque carré il y a des coefficients qui permettent d'estimer le plus petit contraste accessible en fonction de la taille apparente de la planète en fonction de l'éclairement à l'oculaire.

Mais c'est un autre débat.

Myriam voir la fig 1 de la note.

La turbulence 1/3" (sec arc) cela peut représenter 4x1/3" soit 1.33" de résolution pour un objectif de 105mm soit des images fixes à tous les grossissements (140/D pour Rt).

Pour le 5" (127)  cela fait 3/10 Rt soit le premier anneau de diffraction qui commence à onduler, etc...pour d'autres diamètres.

Il y a bien des facteurs qui amoindrissent l'éclairement aussi, la hauteur au dessus de l'horizon, la brume, l'oeil de l'observant...

µ 0.5 c'est un bon ciel de montagne.

Comme quoi aussi les planètes sont altéres par la qualité de ciel sensiblement.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Est-ce une apo de 97% de transmission change quelque chose.

Oui un petit peu, mais dans la rhur en pleine période de production ce sera peanuts, tout comme en ville.

Cela ne compensera pas une situation de montagne ou campagne.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, jm-fluo a dit :

Je voudrais savoir comment lyl a calculé son taux de transmission lumineuse pour son MN68 !

Tu cumules : un ménisque (.25%/face,0.1% transmission), un miroir principal(.96%), un miroir secondaire(idem), 16% d'obstruction. 152mm au lieu de 150mm

Petit exercice bon pour les méninges

 

Luminosité : bon on va se le faire à l'envers

http://ressources.univ-lemans.fr/AccesLibre/UM/Pedago/physique/02/optigeo/anglesolide.html

2500 cd.m-2 dans un angle solide à l'opposition de 25" d'arc

Ω = 2 π (1 - cos θ)= 5 e-8 sr

L ~= 0,000125  lux

ça colle pas : c'est l'éclairement de Vénus d'après Pierre Strock.

 

Les seuils me paraissent élevés, il faudrait aller voir comment ils ont eu ça dans

“Observing the moon, planets and comets”

by Clark R. Chapman and Dale P. Cruikshank.

 

De mon avis le max de Mars avec l'albédo admis ça serait 1700 pas 2500 cd.m-2

Les contrastes en mésopique sont plus faibles qu'il n'y parait. Herbert Gross a sorti quelques études de masses plus récentes que 1950 et c'est plutôt du 3-4% max à 1,7cd.m-2 et 10% à .17.

Après faut voir ce qui est détecté : du relief (bino), deux points, un trait, une forme.

L'étude des "canaux" de Mars a été tellement polémique qu'il vaut mieux rester factuel, la polémique fut close en 1965 avec Mariner 4 et j'ai tendance à mettre en doute toute affirmation faite avant cette date sur les méthodes d'observation.

Je préfère cette référence

http://www.brayebrookobservatory.org/BrayObsWebSite/HOMEPAGE/forum/highmagnifications.html

Citation

For argument's sake, we will assume our
intermediate or advanced amateur is using a telescope of very good or excellent
optical quality, regardless of what its aperture or type may be. In other words,
optics whose wave front errors, as measured on the P-V (peak to valley) system,
do not exceed l/8 at the image plane.

 

Citation

If low contrast charts of 0.20 are substituted,
the eye's resolution drops to 2' or 3' arc or worse.

Lunar and Martian features have an average contrast of 0.20 while Jupiter will
range from 0.20 to 0.10 or less and Saturn from 0.15 to 0.05. The contrast on
Venus seldom exceeds 0.05 and is usually less, which taxes the contrast detection
abilities of both telescope and eye.

 

Citation

Supposons que nous utilisions maintenant un télescope d’ouverture de 4 1/2 pouces. La célèbre formule de Dawes R = 4.5 / D indique qu’un télescope de 4 1/2 pouces résoudra 1 arc / seconde. (diamètre en pouces)
En rappelant que 60 arc / seconde équivaut à 1'(minute) d’arc, on découvre que pour
agrandir les plus petits détails là où l’œil peut les voir à un angle de 3',
nécessite un grossissement de 180x. Même une limite plus libérale de 2' nécessite
120x. Donc, si vous êtes moyen et que vous utilisez moins de 180x sur votre télescope de 4 1/2 pouces,
vous ne voyez pas tous les détails point! Les exigences de puissance par pouce sont
soit 40x ou 27x basés sur une résolution de 3 'et 2'.

 

Un certain nombre d'autorités (Dollfus, Giffen, et al) ont montré que pour
résolvabilité minimale, le grossissement de la lunette doit être au moins égal à
à l'ouverture de l'instrument en millimètres. Cela équivaut à 25x par pouce.
Texereau donne un chiffre légèrement supérieur de 1,25 fois l’ouverture ou
légèrement plus de 31x par pouce. Des puissances de 25x à 40x ° par pouce sont couramment utilisées par
observateurs lunaires et planétaires expérimentés, généralement découverts par essais et erreurs
plus tôt dans leur carrière.

° ~ plage de 0,625 à 1mm de pupille

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai retrouvé la formule pour calculer le taux de transmission lumineuse.

T=(1-L)R exposant x

T = la transmission lumineuse

L = la fraction de lumière perdue par l'obturation.

R = la réflexivité des surfaces

X= le nombre de surfaces

 

Ce qui donne pour le du MN68 avec une obstruction de 16 %

L = 0,16 au carré,  soit 0,026 %

R = 96 %

X = 2

Donc T=(1-0,026)0,96x0,96 soit une transmission lumineuse de 90 %

Reste à enlever la perte dû à la lame de fermeture qui peut être estimée à 2%

On serait donc à une transmission, totale au environ de 88 %, soit une différence de moins de 10% avec une APO ;-)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

non, le diamètre est un poil plus grand et la lame n'est pas à 2%, c'est du traitement FMC. à .25% par face, le verre c'est du K8 recuit fin à 0,1% interne.

Mettre du FMC ne pose pas de problème sur une lame sphérique ou asphérique, je me demande pourquoi tu parles encore de 2%, c'est de la vieille époque ça.

Quand je dis que c'est 90% d'une 150, c'est bon : sources indiquées Markus Ludes.

-----------------

Ca y est, j'ai compris pour Mars, ce n'est pas l'albedo géométrique qu'il faut prendre mais l'albédo de Bond.

.25 au lieu de .15, ça joue pas mal ça : x1.29 sur le grossissement.

Ca colle mieux avec la table des grossissements de @rvuti9 : je rectifie le post sur l'illumination.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, lyl a dit :

je me demande pourquoi tu parles encore de 2%, c'est de la vieille époque ça.

J'étais pas sûr de mon "truc", je ne savais pas si la lame avait un traitement ou pas, j'ai pris une valeur moyenne entre le verre sans traitement (4%) et un multicouches (0,25%) Après ma formule de base est bonne j'arrive à 90% de transmission. Effectivement la perte de 0,25%  au niveau de la lame est négligeable, sur le résultat final  ;-)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est bien l'albedo géométrique qu'il faut considérer, celui en regard  que l'on peut obtenir depuis ICI.

Dans vos évaluations, la transmission du scope c'est 20% du problème reste, l'oculaire, CO ou pas, le ciel, la diffusion de lumière du ciel (scattering), la hauteur de la planète au dessus de l'horizon, l'encrassement des optiques, etc, etc,...

Regardez ce tableau, µ0.1 par exemple, qu'est-ce: seulement 10% de la lumière de mars qui vient de mars qui arrive à notre œil, sans considérer cette hauteur au dessus de l'horizon.

Étonnant!

µ0.1 et 0.5, c'est quoi cette différence? essentiellement la qualité de ciel, seeing parfait.

Si cela peut faire sentir, le rôle du lieu d'observation, en termes de chiffres cela fait avancer un débat.

Et surtout le contraste accessible sur un lieu d'observation avec un scope donné, dont on ne connait presque jamais sa fonction transfert de contraste. L' aberration chromatique de doublet ou apo ce n'est que disons 30% du problème, global.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'albédo de Bond ou bolométrique est expliqué par l'effet d'opposition.

 

Citation

En astronomie, l'effet d'opposition est la brusque augmentation d'albédo d'un astre lorsqu'il est observé sous un angle de phase proche de 0°, c'est-à-dire lorsqu'il passe près de son point d'opposition au Soleil par rapport à l'observateur. On observe cet effet notamment lors de la pleine lune, qui est plus de douze fois plus lumineuse qu'un quartier de Lune alors même que la surface angulaire éclairée est seulement deux fois plus élevée

 

Les déserts très lumineux de Mars sont très affectés par cette propriété : gros changement entre les phases gibbeuses et la phase presque pleine. C'est dans le tableau.

Pathfinder a été étudié en fonction des propriétés des sols de Mars pour permettre de modéliser les conditions d'un atterrissage sur les conditions compliquées du sol de la planète.

La poussière de Mars, parfois en suspension dans l’atmosphère (tempêtes) explique les gros problèmes de contraste ponctuel que l'on rencontre.

L'été dernier : "L'atmosphère présente une teinte rose pale due à la présente des particules fines de poussière dans la basse atmosphère"

800px-PIA02405.jpg

Photo Pathfinder.

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

l'albedo géométrique est celui qui prends en compte la réflexion de lumière globale en fonction des positions respectives planètes, soleil, terre.

En phase gibbeuse il n'y a pas pleine réflexion de la lumière solaire dans la direction de la terre (une réflexion sur une sphère).

Avec cette affaire de déserts et "continents" de mars avec sa rotation propre il y bien sur une petite variation mais d'une valeur assez négligeable par rapport à cette caractéristique globale qu'est l'albédo géométrique, qui globalise les détails de surface.

C'est différent.

L'albédo des détails de mars est une chose bien mesurée même tabulée aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, rvuti9 a dit :

l'albedo géométrique est celui qui prends en compte la réflexion de lumière globale en fonction des positions respectives planètes, soleil, terre.

Non

Citation

En astronomie, l'albédo de Bond ou albédo bolométrique mesure la capacité d'un corps astronomique à réfléchir la lumière reçue, en tenant compte de tous les angles sous lesquels cette lumière parvient à sa surface du corps. En d'autres termes, il s'agit de la fraction d'énergie totale réfléchie dans l'espace par la surface d'un astre

Le chiffre donné par la NASA pour Mars est l'albédo de Bond maximum, précisément pour expliquer la luminosité plus forte quand on approche de l'opposition. L'albédo de Bond est ce récapitulatif des valeurs tabulées, devenue une fonction de l'angle de phase.

C'est expliqué, faut lire les liens. Ensuite l'intérêt d'une donnée précise, au vu du min et max, je ne suis pas sûre que ça soit très utile, ma gamme d'oculaire est déjà bien serrée comme ça.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sans doute du wording sur la signification des termes mais l'éclairement surfacique reste bien ceux du tableau fourni avec en corollaire l'albédo géométrique considéré à 0.154 à l'opposition quand les astres sont alignés.

A la phase gibbeuse il y aurait l'angle de phase de 47° ce qui donne un facteur de phase de 62% et un albédo effectif de 0.095. On a aussi un facteur d'éclairement de 1.5 entre le périhélie et l'aphélie. Avec ces points de situation de planètes, le grossissement variera selon.

Ces niveaux d'éclairement surfacique sont ceux pour un mars en opposition moyenne, disque de 13-15".

Ce ci dit il reste cette idée de contraste minimum accessible pour une ouverture et le grossissement . Cela me parait intéressant de le connaitre eu égard le diamètre de son scope d'une part et pour un objectif de 1% de contraste minimum si le doublet est capable de l'atteindre: pour la majorité j'en doute.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans le sens de plusieurs notions découvertes et implémentées dés la fin du 19eme siècle. Le CIE a confirmé une évolution des normes sur la vision. Ca va probablement changer quelques normes sur l'éclairage.

1° la première confirmation : la "blancheur" ou les pics de sensibilité à la variation colorée.

La courbe représente la notion de pureté couleur par rapport à l'arrière plan.

La première étude a été réalisée par Evans en 1974

Citation

Par rapport à une perception de "blanc", l'intensité nécessaire pour qu'une lumière monochromatique ajoutée vienne perturber cette sensation.

 

evans1974.JPG

 

L'étude récente des dix dernières année sur la population a fait glisser la conclusion d'Evans de 1974.

En vision de jour (photopique) la population ressent plus de différence de couleur vers 573nm et un second pic de sensitivité à 492nm. C'est très proche des raies O III que l’œil discrimine donc très bien de Hbeta 486nm la raie F.

 

white-sensation.JPG

--------------------------------------------------

 

2° La discrimination couleur en photopique est représentée par la roue ci-dessous qui rend importante, à défaut de sensation de contraste, la sensation colorée entre 460-500nm, nous avons une perception particulière des nuances bleues, plus précise que la plage 550-600nm. vert-jaune-orange.

 

discrimination-couleur-photopic.JPG

 

-----------------------------------------------------------

 

3° Quand la luminosité décroit et que l’œil transitionne dans la zone mésopique : des surprises !

La sensitivité à la couleur change : la zone O III est encore accentuée (activation des bâtonnets dans la périphérie de la fovéa, dont le max est à 507nm).  Il est perçu comme le bleu céruléen ou cyan ou parfois vert-bouteille suivant le diamètre de l'instrument : la couleur fréquemment perçue dans les nébuleuses.

 

Et glissement vers le rouge : une nuance à 625nm provoque plus d'impact qu'à ~535nm.

Les bâtonnets actifs et très sensibles, change la palette couleur dans le cerveau : effet Purkinge. Mais aussi et c'est inattendu, la sensitivité dans la plage de l'orange-rouge est accrue, non pas dans la zone centrale de forte acuité mais juste autour. On y mesure 50% de l'acuité car présence de bâtonnets et de cônes S diminue la densité de 2.3um entre cônes L et M à 3.2um L,M,S + bâtonnets et donc => pleine perception couleur mais peu de perte d'acuité.

 

Note : l’éclairement rétinien, exprimé en Trolands, est l’éclairement reçu par la rétine. Il est égal à la luminance de l’objet regardé multipliée par  la surface d’ouverture de la pupille (en mm2).

La limite mésopique est à 10 cd.m-2, la pupille optimale est alors entre 2 et 3mm => 70 trolands sont à la limite mésopique, la baisse de luminosité déclenchant une augmentation du diamètre pupillaire induisant une compensation de la quantité de "trolands" reçus. En observation astronomique, avec les instruments de taille sous 200mm, la taille de la pupille de l’œil est à décorréler de la taille de la pupille de sortie de l'instrument qui est souvent plus petite, sauf en observation lunaire à cause de la forte luminosité.

luminosite-discrimination-couleur.JPGtrolands.JPG.a35a73e8ac902e89fa50c6a4cf051811.JPG

 

 

En grand champ : la correction couleur doit être optimale vers O III - Hbeta, (les bleus et cyan), les jaunes-orange, et curieusement, il ne faut pas négliger H-alpha qui influence autant que le violet et qui est bien plus présent en intensité émise que ce dernier.

OrionSpectre.png.4afc7c6785587141413eaac2d2c3e9af.png

 

En planétaire, le fait de grossir fait très souvent utiliser la zone mésopique de la vision donnant une plage à la fois pour laquelle le contraste est important mais aussi la nuance couleur à une degré à peine plus faible en terme d'acuité.

                   L'observation lunaire est à part à cause de la forte luminosité même avec des petits instruments.

A vue de nez la zone 570-620 est importante. La différence sur la plage 520-550 en terme d'intensité nécessaire pour percevoir une couleur différente est d'environ 3 en ordre de grandeur, c'est ... énorme.

Par contre la forte sensitivité à 490-500nm est dans le trou de contraste de l’œil. Je pense que c'est là que la règle d'environ 3 fois la taille du disque d'Airy prend son sens : pas besoin de tasser plus car de toute façon la densité de capteurs (cônes S et bâtonnets) est nettement moins dense, de 1 S pour 15 L+M et des bâtonnets en encore plus petit nombre mais très sensibles.

 

On revient donc encore aux réglages pertinent de nos anciens. calage F-C pour la couleur, calage raie d/D sodium pour le piqué (aberration sphérique minimale).

La définition de l'aberration sphérique calée à 555nm n'est opportune que pour les lunettes apochromatiques avec du verre ED pour lesquelles le chromatisme a tendance à être équilibré sur cette longueur d'onde.

Le maintien d'un piqué certain, élevé entre 570-620 est possible pour un apochromat, par contre, la limite diffraction limited à 656nm ne permet probablement pas d'assurer un contraste élevé à 620nm, le tautochronisme l/12 façon Danjon et Couder est irréalisable pour les instruments "doublet moyenne gamme" à f/D trop court ou les triplets très ouvert dédiés à la photo.

 

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est approximatif.

Le raisonnement de capabilité en terme de résolution accessible est trop dépendant de la dimension d'un objet lorsque le contraste reste très faible.

Un point qu'il faudrait ajouter c'est la capacité à encaisser l'éblouissement.

On pense évidemment à une forte clarté qui masque un petit détail. Mais en poussant cette idée vers les contrastes très faibles il faut atteindre une zone de confort, le bon éclairement, pour discriminer cette petite différence.

Il n'y a que le grossissement qui permet de l'obtenir. Non par utilisation de filtres de densité car il faut une dimension à l'oeil suffisante (plusieurs minutes d'arc, valeur selon la couleur et les capacités oculaires propres.

Ce que l'on trouve dans la littérature ce ne sont que des chiffres "standard" avec capacité standard.

Même les courbes de sensibilité oculaire ne sont que standard, ce n'est pas un ccd.

La physiologie de l'oeil est un aspect important pour y voir un mécanisme de perception mais on peut encore utiliser ces chiffres émanant du contrôle d'une population qui donnent une bonne tendance globale, après il peut rester tous les cas particuliers.

J'avais discuté le cas de l'ashen light AL sur vénus versus les capacités techniques, instruments et oculaires. Le directeur de section, RMcKim me disait qu'il avait rencontré des observateurs ayant une vision développée sur le rouge profond avec acuité. Cependant cela n'explique pas la vision de l'AL mais tente d'ouvrir une explication.

Il n'y a pas que le mécanisme en cause il y a aussi les chiffres qui combinés avec un instrument permettent de définir une capabilité standard. C'est ce qui me parait être sur ce point quelque chose d'important.

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 12/06/2019 at 7:38 PM, oliver55 said:

 

Bien sûr qu'une lunette change les choses car elle n'a pas d'obstruction centrale et la lumière ne fait qu'un aller simple dans l'instrument.

Tu auras donc toujours plus de piqué et de contraste que n'importe quel autre instrument. 

 

Et des performances médiocres dans le bleu/violet et  dans l’IR :)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, rvuti9 a dit :

me disait qu'il avait rencontré des observateurs ayant une vision développée sur le rouge profond avec acuité

Il existe des mutations sur le gêne L occasionnant un décalage vers le rouge, avec comme indications 8 couleurs nettes visibles dans un arc-en-ciel, une bande jaune clair ou bleu clair bien différencié après le violet. Ce n'est pas rare ni une maladie.

GourasFig%2014.jpgGourasFig%2020.gifmutations-41598_2017_15868_Fig6_HTML.jpgslide_77.jpg

Attention, il y a parfois des erreurs de graphes, de classification ou omission d'afficher le fonctionnement effectif des cônes et bâtonnets. Le but du graphe 3 est d'afficher la liste des mutations existantes répertoriées.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, chonum a dit :

Et des performances médiocres dans le bleu/violet et  dans l’IR :)

la solution: télescope non obstrué mais des aberrations optiques à gérer (facile, pas facile à faire, moi pas savoir)….Lichtenknecker Optics N.V. avait un temps fourni ce type de télescope.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, STF8LZOS6 a dit :

la solution: télescope non obstrué mais des aberrations optiques à gérer (facile, pas facile à faire, moi pas savoir)….Lichtenknecker Optics N.V. avait un temps fourni ce type de télescope.

... pas le sujet ici : achromats 1935 -> raie F-C

Edited by lyl
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me disais encore comment se fait-il qu'il n'y ai pas eu encore des commentaires la dessus.

Je n'aime pas l'astro avec considérations B/W. Tout ce fait dans le gris nuancé 16 ou 32bits, en visuel.

A mon avis il faut illuster bien des propos ici sur des cas concrets, par exemple venus observé dans le bleu profond voir dans l'uv proche.

Les caractéristiques des optiques ne sont pas encore 0 dans ces segments même avec un très bon achromat.

Faut pas croire qu'une apo excellera dans ces domaines, peut-être un peu mieux avec le bon design, construction polissage, asphérisation de surfaces, etc...

On voit tant de data en uv avec des sct perfectibles, si c'est B/W ce serait donc discutable?

Je veux bien entendre ici ou là le point de vue B/W mais faudra quantifier le rendement du tube sur le cas d'observation précis. Pour l'instant on attend d'en avoir par les chiffres, les impressions ne font que des échanges de forum..

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By alanc145
      Bonjour,
       
      La question peut être débile mais selon moi (et c'est ce que je dis à mes eleves) la seule betise est de ne pas poser la question.
       
      Donc je la pose: j’ai une lunette OTA et je vais acheter une lunette guide de 50 mm. Avec quel oculaire on peut transformer cette lunette guide en chercheur pour le visuel ? Quel grossissement, quel champs ?
       
      J'ai chercher sur la toile mais je n'ai vu que des réponses sur des chercheurs transformés en lunettes guide et non l'inverse.
      Sachant qu'un chercheur coûte 40 euros et un oculaire grand angle bas de gamme 30 euros bon je me pose la question.
       
      Du monde pour m’éclairer ?
    • By LANTHA
      Coucou vous, vous allez bien?
       
      Après une grosse soirée "c'est quoi la solution?" en remote avec Nicolas OUTTERS (que je remercie encore) un modèle de pointage et la mise en station de la Parmount de l'OFXB ont pu être fait. Bon, il n'y a que 26 points, mais les nuages sont arrivés et m'ont empêché de refaire un modèle avec plus de points. L'important c'était que ça fonctionne pour que nous puissions tenter des courbes de transit avec une colonie scientifique qui vient cet été.
       
      Donc, hier soir, je suis remonté malgré la grosse lune et un ciel avec des petits voiles (qui nous ont offerts un magnifique coucher de Soleil), je devais vérifier que le modèle fonctionnait bien, et je devais vérifier le guidage qui m'enquiquinait aussi.
       
      L'autoguidage m'a un peu enquiquiné, mais je compris qu'il ne trouvait pas d'étoile tout seul, donc je l'ai aidé, et ça s'est bien passé (à un moment, il a fait de la daube, sur 5 minutes, mais après, c'était un guidage d'un calme olympien (malgré la turbulence et les rafales que nous avions). J'ai fait des images de 300s, pour tester mais au bout de 1h05 de pose, rideau, les nuages sont arrivés d'un coup. J'aurais bien aimé faire le double mais bon, c'est le jeu. Ce qui compte, c'est que mardi soir, on puisse tenter une exoplanète avec al bête
       
      Point positif : la collimation est à parfaire (les étoiles bavent bien et le capteur est celui d'une 1600, donc va falloir bien apprendre, nous aimerions mettre une 6200 dessus, ça serait le top ) mais elle tient! Les défauts sont les mêmes que sur le croissant. Donc, c'est un point plutôt positif pour la suite, et Skyvision fait du super matériel, disons le.
       
      Une bonne journée à vous et à la prochaine avec d'autres images
       
      Michaël pour l'OFXB
       
      PS : elle est dans le bon sens la photo?


    • By Christophe H
      Bonjour,
       
      La dernière session avait plus d'un mois, je n'ai pas résisté malgré la pleine lune de la nuit dernière. Les images sont faites avec la Starlight Xpress Trius SX-9 équipée de sa roue à filtre et d'un correcteur de coma. La caméra est installée au foyer du SW254/1200 sur son EQ6 et le guidage est fait avec une lunette 100/900 et la caméra ASI 120 mm-s.
       
      Pour commencer la soirée, j'ai pointé M27, avec 30 poses de 2 minutes pour la luminance et 10 poses de 2 minutes par filtre coloré (R,V et B).
       

       
      La soirée s'est poursuivie sur sh2-112 avec 12 poses de 5 minutes pour la luminance et 4 poses de 5 minutes par filtre coloré.
       

      Difficile de faire plus avec la lune, le fond du ciel est à 14000 adu.
       
      Bonne soirée
       
    • By guy03
      Bonjour
      J'avais lu pas de choses sur le nettoyage,le démontage des lames de schimdt ....des trucs bien stressant! Du genre si vous n’êtes pas bricoleur laisser tomber, l'appairage de la lame au remontage au 10ème de mm etc etc. Il faut un peu démystifier la chose car finalement c'est simple à faire,enfin assez simple car pour moi le plus dur aura été de bien nettoyer la lame !  
      Ma lame était devenue dégueu...grosses crasses à l intérieur,poussières,tâches genre ....on se demande ce que c'est!  Un petit nettoyage s'imposait. J'ai un C11 XLT,  démonter la lame est facile. On enlève l'anneau qui maintient la lame, ensuite les deux cales en demi cercle en "papier carton" ,  on débloque les minuscules vis BTR qui grâce à des poussoirs en téflon cale et centre la lame. 
      Le plus compliqué c'est de nettoyer correctement la lame! J'ai fait cela avec de l'eau, du coton démaquillant un peu de produit à lunette et une lingette microfibre. Ma lame à changé d'allure même si le nettoyage n'est pas parfait à 100 pour 100! J'ai toujours une ou deux petites "poussières" sur la face interne mais bon .....pas grave, le plus gros est parti.
      J'avais bien sûr pris mes repères avec des petits morceaux de papiers collant etc etc. Mais comme je suis un Gaston, il fallait bien que j'en fasse une!  Après avoir nettoyé la lame, je la repose sur le tube, la recentre avec les vis BTR, la bloque tout doux et enlève mes repères en papier. C'est là que Gaston la gaffe intervient; la propreté de la lame ne me convient pas car il reste deux trois merdouilles dessus et je la retire!!! sans avoir remis des nouveaux repaires!!
      Bref.....pas de panique je dois bien avoir une photo du télescope "vue de face" dans le portable! Je me fie donc à une images gros plan de mon tube et replace la lame à quelques millimètres près comme elle était. Je me repère à la queue d'arronde, la position  des 3 vis de collimation et à l'inscription FASTAR COMPIBLE sur le devant du miroir secondaire (qui lui n'avait pas bougé).
      Hier soir en 5 minutes j'ai recollimaté le tube sans soucis avec une étoile artificielle car trop de nuages! J'ai bien sûr hâte de viser de vraies étoiles pour peaufiner le tout. Tout ça pour dire que le démontage d'une lame de schmidt c'est pas la mer à boire. Ah oui les gants en latex sont obligatoires bien sûr!! Remettre la lame comme elle est, c'est mieux, d'où faire des repères mais tout ne se joue pas au millimètres. Vous aussi si vous avez besoin de nettoyer votre lame, faite le vous même et sans stress, ce n'est pas compliqué du tout. Il faut juste être attentif à l'ordre des choses à effectuer (pas comme moi) et cette opération peut être assez rapide. Je le redis, le plus fastidieux c'est le nettoyage car quand on regarde la lame une fois nettoyée sur la table et de nouveau quand elle est sur le tube ce n'est plus du tout la même chose!!
       
    • By Jean-Baptiste_Paris
      Bonjour à tous, 
       
      Cela fait bien longtemps que je n'ai pas posté sur le forum et même que je n'ai plus eu réellement le temps d'y passer aussi souvent qu'avant... la faute à un planning perso, familial et pro assez chargé ces derniers mois ! 
      Mais bon, ça va mieux et je compte bien passer plus souvent (ça fait partie des bonnes résolutions qu'on commence à appliquer 6 mois plus tard...).  
       
      En attendant, j'ai du rater plein de choses ici, d'autant plus qu'on m'a prévenu que l'activité avait été intense pendant le confinement ! 
       
      Du coup, je n'avais pas posté ici mes dernières images, alors je vous propose un "tir groupé" avec les 3 dernières : 
      Sh2-132, "la nébuleuse du Lion", en SHO-RGB ;  WR-134, une belle bulle créée par une étoile Wolf-Rayet dans la constellation du Cygne, en HOO-RGB ; M51 - celle-là on ne la présente plus ! - en LRGB-Ha.  

      Sh2-132 (SHO-RGB)
      Première image réalisée avec ma nouvelle Atik16200 à l'été dernier (oui, j'ai mis du temps à la traiter !  ) et la TSA-102 avec réducteur à f/6. Encore un peu de tilt visible sur les bords de l'image, il faudra que je fasse réaliser une bague sur mesure pour corriger au mieux le souci (mais c'est comme pour le reste, j'ai pris du retard...). 
       
      Version 50% jpeg : 

       
      La full et tous les détails techniques : 

       
      TSA-102 - Atik16200 - AZEQ6
      Acquisitions réalisées avec les filtres SHO "ultranarrowband" de chez Baader (3,5nm pour le Ha, et 4,5nm pour les O et S) + RGB pour les étoiles. 
      Quasiment 19h de pose en tout (900s en bin1 en Ha, et 600s bin2 pour le OIII et SII).
      Traitement SHO mais avec un mix HOO en raison d'une couche SII étonnamment faible...
       
       
      WR 134 (HOO-RGB)
       
      Il s'agit d'une étoile variable en fin de vie, environ 400 000 fois plus lumineuse que le Soleil et qui éjecte périodiquement de grandes quantités de matière sous forme de vent stellaire à haute vélocité.
      A ce stade, le vent stellaire et le rayonnement génèrent et illuminent des structures dans l'environnement proche de l'étoile, matérialisées ici par la "boucle" bleue, qui n'est en réalité que la partie la plus visible d'une sorte de "bulle" plus ténue et difficile à mettre en évidence. Cette activité dure environ 1 million d'années avant que l'étoile n'explose en supernova.
       
      J'aime beaucoup ce champ, avec cette petite nébuleuse bleue perdue dans un océan de rouge !  

      Version 50% jpeg : 

       
      La full : 

       
      La boucle plus brillante apparaît assez rapidement, mais en revanche la bulle dans son ensemble est très ténue ; j'ai eu du mal à la faire ressortir même avec un bon ciel et un temps de pose quand même conséquent (la 16200 n'est pas une foudre de guerre non plus, mais quand même !  ). 

      Voici l'image OIII en starless pour essayer de la mettre mieux en évidence : 


      Photo réalisée au cours de l'été dernier, en HOO + RGB pour les étoiles. 
      Environ 17h de pose en Ha 3,5nm et 15h en OIII (4,5nm).
      TSA-102 - AZEQ6 - CCD Atik Cameras 16200 (-20°) - Filtres Baader Ultranarrowband H & O + RGB. Clichés réalisés en Corse pour l'essentiel et en Charente-Maritime pour finir. 
      Ha : 68 x 900s bin 1
      OIII : 20 x 900s bin1 + 58 x 600s bin2
      35h de pose au total.
       
       
      M51 (LRGB-Ha)
       
      Pour cette dernière, pas besoin de présentation !

      J'ai profité des belles nuits du moi de mai ; en l’occurrence de 8 nuits avec un ciel particulièrement propre, aucune humidité et avec une Lune absente ou très faible... et un petit coup de pouce (involontaire ?) de la mairie qui a décidé de ne pas allumer l'éclairage dans le quartier !
       
      L'image est réalisée avec ma TSA-102, mais pour une fois à pleine focale (f/8), sans réducteur, afin de gagner en détails dans la galaxie. Les acquisitions ont été faites avec la AtikOne6, en LRGB-Ha.
       
      32h30 de pose en tout, dont plus de 20h pour la luminance, afin de bien faire ressortir les extensions les plus ténues de ce couple galactique. Un peu d'IFN est même présent, mais particulièrement difficile à faire ressortir sur le résultat final sans altérer fortement le rendu.
       
      Pour les couleurs, c'est un peu plus prononcé que d'habitude, mais je trouve que cette galaxie s'y prête plutôt bien... et puis ça change un peu quand on refait les mêmes cibles.
      Je ne suis pas spécialement amateur de traitement "à l'Américaine", mais bon, faut sortir de ses habitudes !
       
      Version jpeg : 

       
      La full : 

       
      TSA102 (f/8) - AZEQ6 - AtikOne6 - Filtres Astronomik LRGB + Ha 6nm.
      L : 125 x 600s (bin1)
      RGB : 75 x 300 (bin2)
      Ha : 32 x 600s (bin1 & bin2)
      Total : 32,4h
      Fouras - 18/25 mai 2020
       
       
      Voila pour ce petit "pot-pourri" en guise de retour, j'espère que ces images vous plairont ! 
      Et promis, pour les prochaines, je serai plus assidu !  

      Bon ciel à tous, 
      JB
  • Images