lyl

Danjon & Couder, les achromats en 1935

Recommended Posts

C'est vrai que ce serait un long mais beau projet à faire, avec de la masse donc on peut retoucher, de plus quand j'ajuste le design ça donne de bonnes marges de mesure.

Normalement faire du sphérique à la main en 150mm, je pense que la précision peut monter haut. J'ai vu des spots bien concentré de l'ordre de la 1/2 onde pour la lentille crown quand on fait la première étape plan-convexe.

Ca doit bien passer en Schaer, surtout à f/20, les angles sont encore plus petits.

-------------------------

Pour faire r1 et la contrôler, le spot à 12mm devant est le plus concentré. Il faut une bonne distance pour mesurer : plus de 10m et mettre le côté plat vers la lampe sodium. Réussir à faire un spot petit comme ça c'est bon signe. en étant près de 2/3 PtV d'aberration sphérique à ce stade c'est pas mal. On est une sphère, mieux ça tendrait vers la parabole/hyperbole à éviter à cette étape. Dans l'autre sens, c'est plutôt ellipse, bof, ça doit rester en dessous de 3/4 PtV je pense sinon ça va trop modifier l'entreverre ensuite si on veut tout annuler avec le flint que l'on va creuser.

C'est plus long mais il faut se rassurer par le fait qu'un modif sur le verre est beaucoup moins impactant en réfraction qu'en réflection (miroir)

150f20-r1-r2flat.jpg.8bffb5661119cdc777b6c0754bae0842.jpg

 

Pour la qualité de l'entreverre à la fin, on peu se servir de l'interférence en anneaux de Newton avec la rotation d'une lentille sur l'autre pour vérifier qu'on a pas cradé et décentré la surface intérieure. Des cales en papier à cigarettes devrait faire apparaître une quinzaine d'anneaux/franges.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Avec un entreverre de plus de 4 mm, tu devras mettre un anneau et non des cales pour effectuer le montage dans le barillet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais il reste à utiliser la bonne méthode pour régler les verres, l'espacement exact et pas que théorique, puis le balancement exact de parallélisme des deux verres.

Je doute que la petite lampe néon soit efficace.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour l'étape 1, c'est pour mesurer la focale en liaison avec la courbure r1, certainement pas pour vérifier l'aberration sphérique à la fin.

Seul comme tu fais, un test étoile est pertinent.

Avec des focales pareilles et le niveau recherché, il n'y a pas beaucoup de solutions, étoiles ou banc adapté pour annuler la sphéricité.

Une étoile artificielle, il en faudrait des mètres de distance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Franchement je ne sais pas comment on peut régler un tel doublet, sauf à vérifier sur une étoile au final sur le ciel.

Cela peut faire beaucoup de démontages.

Je sais que le clark du lowell a été l'an passé démonté, nettoyé et réglé au labo chez ex-clark optics (qui existe encore). Peut-être que quelqu'un pourrait intervenir pour montrer comment faire avec les moyens du bord, si c'est possible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une dernière explication sur les modes de vision en planétaire : la compression de la sensation couleur par le cerveau !

A peine croyable l'explication du pourquoi j'ai perçu le H-alpha comme un rouge chaud et non sombre sur la tête de cheval.

Le violet également : la perception du violet régresse en longueur d'onde alors qu'en pleine journée on verrait du bleu profond.

En visuel, on a donc raison de contrôler le "bleu pacifique 460nm" car sa sensibilité correspond à une limite réaliste. Par contre, il apparait à l’œil en couleur décalée, peut-être le fameux violet. A noter que 100 trolands, c'est élevé, c'est la limite supérieure du mésopique.

Le vert 510-540 est donc une plage qui s'apauvrit en intérêt à faible illumination, les bleus (486-500, raies nébuleuses bleu et cyan) par contre, malgré le peu de piqué de l’œil à cette fréquence est détaillé en nuances.

bezold-brucke-Hurvich1997.JPG.05ae63bc380b6f6ce83d905f19126600.JPG

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste pour le partage voici une photo qui illustre bien la maîtrise du chromatisme d'une vielle lunette formule Littrow à F15 . Photo prise avant hier, avec la 135 Couder  et un simple smartphone apposé sur un oculaire Clavé 40mm... je sais, la résolution n'est pas optimum, mais je précise que la turbulence était présente...

Bon été, Yohan

lune 11juillet_enc.jpg

Edited by YOYOASTRO
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec un smartphone ? huhu...

Faut chercher le chromatisme.

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui avec un simple S3... Faut vraiment que j'investisse dans une ZWO...  Pour le chroma, en effet faut le chercher ;) 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Robach le week-end dernier, la Lune en plein jour.

A peine installée et c'est déjà la file d'attente.

Une lunette à faire peur au gens ?

IMG-20190714-WA0003-theRobach.jpg.89d4a6b53720b7860aab76ee7890eb6d.jpg

Il faut du muscle pour la monter !

IMG-20190714-WA0000.jpg.33ae852ac92336a890f1dcccf673844a.jpg

C'est le doublet Zeiss A, rare, 130 mm f17.8 semi-apo, pas de traitement optique et pourtant. Probable que ce soit la version du Prof. Dr. Siegfried Czapski pour l'objectif.

La formule basée sur des verres crown au phosphate (lignée presque abandonnée) et des flints au baryum => verres lourds S.8 et S.30 calculs spéciaux de Schott.

L'objectif fut nommé A par Carl Zeiss, par fierté de la marque.

La Robach est à long f/D, plus long que nécessaire pour le critère semi-apo, cela lui donne une correction 3 fois meilleure à celle d'un objectif E déjà réputé. L'objectif B (True Abbe Apo triplet) est deux fois meilleur. (seulement)

Hastings (celui qui crée les formules d'oculaire triplet) quelques années après réalisa une formule similaire en SSKN8 + KzFSN4

C'est encore un des fabuleux "littrow" à coma non corrigée avec formation du reflet fantôme en amont de l'image réelle : pas de parasitage par les reflets internes.

Les premières réalisations de Czapski furent mise en forme et polie par Carl Bamberg à Berlin. Une deuxième en doublet gauss fut présentée au rassemblement Naturforscher-Versammlung en 1886. Zeiss industrialisa la première formule, plus connue, l'autre étant destinée à la spectroscopie.

Ce qui devint le A était potentiellement construit jusque 12" de diamètre à partir des verres de 1889 produit par Schott.

( source : Roger Ceraglioli )

Puis Zeiss la fit sienne.

Ces objectifs sont très proches des D&C d'observatoire, avec des strehl vertigineux de .97 et plus sur la plage de la raie e vert à C rouge profond, ce qui est inexistant dans les réfracteurs actuels.

Je vous laisse calculer ce que donne l'orthoskop 6mm sur l'engin.

Edited by lyl
  • Like 1
  • Love 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Magnifique et légendaire Lunette, j'aimerais beaucoup faire du planétaire et lunaire avec ;-) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trop belle cette Zeiss ! Et je confirme l'effet des longs réfracteurs sur le public, car lors de mes 1 ères veillées estivales avec du grand public,  la 135 Couder a eu beaucoup plus de succès que mes gros Dobson... je n'ose pas imaginer ce que ça sera lorsque la 230 sera remontée ;) . 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement, les lunettes ont un effet différent sur le public qui n'est pas habitué par l'observation. Images piquées et stables en général comparées aux télescopes....et la longueur du tube a un effet psychologique non négligeable. Tout le monde devrait commencer avec une lunette et passer au télescope de plus gros diamètre ensuite car là beaucoup de choses se compliquent. On pourrait en faire une liste .:D

La lunette c'est le baptême du feu.....et qui peut durer pour toute une vie d'observation, et qui aide ensuite à mieux utiliser les telescopes. C'est pour cela qu'il est très important de restaurer ces instruments. Je ne regrette pas les samedis et dimanches de ma jeunesse à décaper, briquer la 260mm de l'observatoire de Marseille avant son remontage.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est bien de partager avec le public.:)  Cela fait ressortir les magnifiques instruments des placards.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ici une 300F15 en pennesylvanie, obj. clark.

Pendant un show public.

Tube transporté sur highway avec 4x4, obj démonté.

Belles images dedans.

et puis une autre de 232

toutes achromats, clark design.

En ajoutant que la rotation d'uranus a été définie avec un obj. clark 232mm F15 de washington dc dans les 70ies.

Que sont nos forums?

 

R3OO F15 Clark.jpg

R232 F15.jpg

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

une autre époque

mais qu'est ce que çà fait courir ces vieux achromats!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peut-être que ça donne encore, les nouveaux tubes on attends encore.

une autre époque aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Des littrows ...

Il y a 1 heure, rvuti9 a dit :

obj. clark.

Il y a 1 heure, rvuti9 a dit :

clark design.

cf http://atom.lylver.org/AstroSurf/PDF/Ceragioli/Surveychap3b.pdf

Citation

 

A. Contact Doublet

/.../

The second type of lens is a Littrow with a narrow airgap and an equiconvex crown. A slight modification of this form, discussed below, is what Alvan Clark & Sons used for their smallerlenses. It is characterized by smaller coma than the Cooke objective.

 

et cf Table 2

 

Avec cette méthode, l'aberration sphérique a pour but d'être réduite en échange d'un peu de coma : il faut aligner la cellule, il faut calculer la coma en fonction des cibles désirées et la tolérance de l’œil sur le champ observé

Sur les objectifs de taille petite (focale petite) le champ angulaire est trop grand même pour du 24,5 mm ou du 1"1/4, le fraunhöfer à f/D court ou le steinheil à f/D moyen convient

Sur les focales à peu près à 1m10/1m20, et f/D>=10 on peut envisager une décorrection de la coma (ex. : Meade FH 90/1000) : limite un peu au delà du champ lunaire, environ 24' d'arc hors d'axe (Lune 15' hors d'axe)

Sur les grandes focales, on peut dédier à la taille planétaire, mais il faut surtout permettre que l'objectif soit collimaté, 3' d'arc c'est petit. La lunette de Strasbourg n'était pas loin de cette limite.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui mais les tubes sur photo sont des clark, avec un entre verres conséquent.

Sur le ciel c'est bien convainquant.

Quant à la 61cm lowell c'est plus que convainquant.

Reste la construction, entre la théorie et cette pratique en résultats.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors quand cette 83cm de meudon sera remontée?

Plus intéressant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et puis il reste cette mesure de rotation d'uranus effectuée visuellement avec un clark de 232 côte est des us dans les 70ies, mesures reconnues.

Qu'avons nous fait-on ici avec nos vielles lorgnettes?

La 38cm du pdm a permis de cartographier les satellites de jupiter en 40, la 60cm beaucoup d'études polaro sur planètes. Depuis elles restent dans un placard comme la 83 de meudon.

Ce sont de mauvaises optiques, comme celle de strasbourg modifiée?

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, rvuti9 a dit :

avec un entre verres conséquent.

La taille de l'entreverre est un réglage autre : avec un entreverre large on peut obtenir r2=r3 avec une épaisseur e raisonnable, de 2 à 5 millième de la focale.

Le but est d'éliminer l'image fantôme due aux reflets, tout en gardant un façonnage plus facile. C'est la cellule qui prend le réglage d'aberration sphérique.

 

exemples :

LF5 + BAK2 type clark

r1=630.1 r2=r3=210.3 avec e=2.34 r4= -5600, coma positive (très faible) # je n'ai pas cherché à annuler mais à donner un bon résultat en solaire

ou

r1=551, r2=r3=231.5 avec e=3.16, r4=0, coma négative (faible)

le même en type littrow

r1=572, r2= 205.17, r3= 204, r4=0 (quasi optimale ~steinheil) # oups e=0.2

 

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, rvuti9 a dit :

Ce sont de mauvaises optiques, comme celle de strasbourg modifiée?

Celle de Strasbourg avait un problème de bi-réfringence (homogénéité/recuit mal conduit par Merz), pas un problème de façonnage après la correction. Elle a été corrigée par Couder avec un dispositif supplémentaire.

Le façonnage de correction l'a ramenée à lambda / 12.

Reste le chromatisme bien sûr, inévitable vu la taille de l'objectif mais extrêmement équilibrée à 573nm sur le jaune/jaune-vert. L'aberration sphérique, elle, pour le piqué est calée à une très bonne place sur la raie D.

De la lecture sur Srasbourg : http://atom.lylver.org/AstroSurf/PDF/Texereau/1933AnOSt...3..113C.pdf

Note : le calage à 573nm est préférable quand il y a beaucoup de luminosité. Sur les plus petits diamètres, le chromatisme est plus facile à maitriser et Zeiss a prit le pas de caler haut vers 550nm pour optimiser la luminosité des étoiles.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a ces objectifs qui sont efficients sur planètes, avec des résultats.

Apparemment avec les meilleurs designs on attends encore les résultats en action.

Il y a un moment où il faut s'arrêter de penser.

Passe à l'action.

Il n'y a rien de parfait.

Le meilleur n'a pas tjs le meilleur résultat en action.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By nico 06
      Salut tout le monde,
       
      alors les bien connues dentelles du cygne, rémanent de supernova, prises avec mon 130/900.  J'ai essayé de choisir un endroit avec un rendu sympa à cause de mon capteur 640x480, et il fait partie d'un des endroits les moins brillants de la nébuleuse.
      J'ai testé une pose sur la pointe au dessus de 52cygni, et avec mes 70 secondes j'avais bien le dessin qui ressortait sur le fond de ciel. Ce petit bout là se distinguait à peine sur une brute.
       
      J'ai essayé un traitement avec masque sur gimp, mais j'ai un tuto de photoshop et les denominations ne sont parfois pas les memes, ainsi que des symboles et leurs emplacements qui diffèrent. Du coup, je m'en suis tenu à ce que je pouvais faire avec l'outil selection lasso et quelques bricoles classiques. Le plus gros est sur la façon de gagner dans les filaments et de laisser un fond de ciel pas trop clair. Je suis juste à la limite, si je monte un peu le ciel je ne gagne plus rien en extensions.
      Il me faudrait peut etre encore une heure dessus....à voir.
       
      a bientot
       
      Newton 130/900 , lxd75, atik 16ic mono.
       
      112 poses de 70 sec,  filtre OIII , total d'un peu plus de 2h en deux soirées à cause des nuages....image bien croppée dans la longueur car j'ai été obligé de zapper le telescope 45 min et le décalage était important.
       

       
       
       
       
    • By Impla007
      Bonjour à toutes et tous,
      Voici ma version de la nébuleuse des Spaghettis : Simeis 147, aussi dénommé SH2-240 dans le catalogue sharpless.
      Cette nébuleuse est un rémanent de supernova situé dans la constellation du taureau . Agé d'environ 40000 ans, il se situe à environ 3000 années lumières. Ce rémanent de supernova est associé à un pulsar : PSR J0538+2817 . Ce pulsar n'a pas de contrepartie optique, donc on ne le voit pas...mais rayonne en radio avec une période de 143ms et s'est déplacé d'environ 40' d'arc du centre de la nébuleuse. J'ai identifié la zone oui il est situé sur l'image HA mono.

      Cette image a été réalisée les 16/17 novembre 2020 avec le C11HD à F2. c'est une mosaïque HA, OIII de deux panneaux . 40x300s pour chaque panneau et pour chacun des filtres...
      A l'origine, chacune des mosaïques HA et OIII font 120 millions de pixels. J'ai été obligé de réduire pour publier sur astrobin et vous économiser du temps de téléchargement.

      Je voudrais préciser que pour le traitement, j'ai essayé de faire sortir l'OIII qui est souvent noyé dans la couche Ha alors qu'il révèle de très beaux détails. Lorsque je me suis documenté sur ce rémanent de supernova, je me suis rendu compte que beaucoup d'images la représentant étaient quasiment toutes du HA alors, que le O3 est bien présent et avec de belles structures. C'est ce que j'ai essayer de révéler au traitement.

      Bien sur, si on regarde d'un peu prés, on peut voir que dans certaines zones, les étoiles partent un peu en sucette.. C'est que F2 avec un capteur fullframe ne pardonne aucune imperfection de réglage de collim/tilt et la déformation du champ engendré par ce réglage imparfait rend très difficile ensuite l'assemblage de grandes mosaïques. On verra cela ..... pour la prochaine fois. Neanmoins, l'hyperstarV4 ne couvre que 37mm des 44mm de la diagonale du fullframe donc les petits défauts ne sont pas anormaux.

      Le champ complet
       

       

      Ici la full (réduite) sur astrobin ...
      https://astrob.in/u8q4sv/0/
       
      J'en ai tiré un extrait avec les bubulles que je trouve trés jolies..
      ici :
       
       

       
       
       
      https://astrob.in/ppy916/0/

      Et puis, j'ai indiqué ici ou se trouve le pulsar ... invisible en optique.
       
       

       
      Les full sur astrobin valent le détour, il y a du détail....qui ne ressort pas sur les images du forum

      Un grand merci Jean Claude Mario pour ses conseils sur le traitement et toutes mes excuses à Denis/Stéphane/Cécile pour avoir du supporter mes essais/erreurs de traitement... )


      Bon ciel à toutes et tous.
      Georges
       
       
       
    • By la louche du Nord
      Une nébuleuse que je voulais faire depuis que j'avais acquis mes filtres SHO astrodon 3nm,
      1er nuit : 8H
      2eme nuit : 2H de S, ça manque un peu de O pour équilibrer.
      du bruit bizarre.
      montage SHO via le script Pix de la team Zloch (merci à eux), le script qui génère 25 différents modèles et plus qu'à choisir.
       
      les 3 brutes sont dispo sur le lien si ça vous tente.
      https://mega.nz/folder/GkAXkKjQ#tYzZ0ekMEjdYSloY5aqLvA
       
       

       
      4H de Halpha sous les lampadaires, ces filtres sont incroyables.

       
       
    • By Achaim

       

      Enfin....(premières impressions)
      après ma demande de conseils qui avait tourné au vinaigre sur le forum  entre les protaka et moi pas protaka meme si c est le top ....j' en était arrivé a la EDF 125  et aussi sur les conseils de pierro A    .....
      Après quelques économies j ai pu acter 
      Premiere impression au déballage 
      La lulu est très bien confinée dans son carton avec la mousse qui va bien et pourrait tout a fait remplir une caisse en bois fabrication maison ,mais  j ai pris une valoche ne sachant pas( lulu chère , surtout pas bobo ☺️) , mais du cp puisque ds le bois sa n aurait pas été nécessaire..
      La bête par elle même impressionne avec son po maxi ....c est du lourd , je vais pouvoir mettre mes apn enchaîné dessus .....le support de chercheur est présent ainsi que le test optique 
      Pour moi num  0036 a 0.96,5...
      Étonnant ....ce doit être plutôt le numéro d une série je pense 
      Malgres l annonce a 8 kg ...comme mon tube , je la trouve plus lourde , impression sûrement due a la charge repartie sur un plus petit volume ...
      Ma lulu ts 80  me fait la gueule à côté 
      Pas pu jeter un oeil dedans encore 
      On laisse mijoter le désir , mais vu que c est plus pour l observation que la photo , et bien je vous ferai part de la suite en photos justement , voir ce qui se cache derrière la bete , et son comportement ....
      Voilà donc la finalisation pour moi du débat houleux d il y a quelques mois ....
      Reste plus qu a ....
       
       
       
    • By JMBeraud
      Bonjour, bonsoir à tous,

      Tout d’abord, amateurs d’objets spectaculaires passez votre chemin...vous seriez déçu.
      Depuis la fin de la fabrication de mon instrument, la quête de nébuleuses planétaires faibles m’a inexorablement amené à chercher de plus en plus compliqué, entre quelques incursions en zones de confort. Ma cible la plus ténue jusqu’à présent a été Jacoby1, qui m’avait donné du fil à retordre malgré les 12h de pose, juste devant PuWe1 et ses 10h de patience.
      Il était temps que j’explore les fin fonds des possibilités de mon matériel sous mon lampadaire, question de savoir ce qu’il est vraiment possible de faire.
       
      J’ai donc jeté mon dévolu sur Ishida-Weinberger 1 (IsWe 1, PK149.7-03.3), du nom des deux découvreurs en 1986 [1], située dans la constellation de Persée, aux coordonnées 03 49 5.9, +50 00 14.9 [2]
      La belle de 90 000 ans environ est distante de 620 parsecs et mesure 13’ d’arc apparent.
      La magnitude surfacique de cette nébuleuse a été mesurée à 25.2Mag/s² [3] (page 97-Table 3.5), et je veux bien le croire si j’en juge par la pâleur de son éclat, et ce malgré l’orgie de photon qu’il a fallu ingurgiter pour lui tirer le portrait.
       
      Le tube et l’A7S ont été mis à rude épreuve, mais l’ordinateur aussi (600Go à traiter), et enfin le bonhomme derrière, car il a fallu attendre 2 mois entre les trois premières nuits et les deux dernières, la météo n’étant pas très coopérative… Le traitement lui non plus n’a pas été coton, car j’ai fait la stupide erreur de poser les 8 premières heures sans dither, il reste un chouia de trame, mais je vivrai très bien avec.
      Par-dessus ça j’ai dû gérer un gros gradient, et que je ravale mes principes de ne pas saturer. Le signal est tellement maigrichon que sans saturation on distingue à peine les couleurs rouges et bleues sur le fond de ciel. J’ai donc poussé un poil les curseurs. Je vais quand même garder précieusement les brutes et DOF car je pense encore pas mal progresser en traitement étant donné ma pente récente dans le domaine (je viens de loin ).
      Je ne pense pas la refaire avant plusieurs années, et si c’est le cas ce sera sûrement avec des poses de 10 minutes sur le successeur de l’IMX455 et un ciel de montagne bien noir…
      Comme toujours avec ce genre de cible très faible, le réglage de l’écran est critique, surtout pour le fond de ciel. Je n’ai pas de sonde, et j’ai fait comme à mon habitude avec les réglages « standards » de mon écran, qui est assez lumineux… Dites-moi si quelque chose choque (à part qu’on ne voit pas grand-chose, ça c’est normal…).
      Ce n’est pas une belle image à proprement parlé, je la classe dans la catégorie «challenge : va voir si tu la chopes », et ma foi le résultat est le fruit de ce dur labeur… !
       
      Les conditions d’amusement :
      - T410mm, F/D 3.8, Wynne 3 pouces au foyer, barillet + tube construction personnelle avec araignée + PO Axis Instruments
      - A7S défiltré /refiltré Astrodon, Filtre STC Duo-narrowband
      - Echantillonnage 1.1"/pix
       - ciel urbain – SQM 20.30 environ
      - 3200ISO – DOF
      - 1995x30" = 16h37min gardés sur 2136 poses de 30sec – les soirs des 15, 16, 17 Septembre, 12 et 14 Novembre.
      - Acquisitions par wifi via PRISM10, prétraitement et traitement Siril V0.99.6 avec extraction Ha-OIII + PS, montage HOO
       
      Je pense que c’est une nouvelle venue dans le forum, mais je peux me tromper…
       
      Ce n'est pas l'image du siècle mais je l'ai eue ! Je la complèterai ou améliorerai peut-être plus tard...
       
      La version « standard », pour écran clair:

       
      Version "claire" pour écran plus sombre - faites votre choix... j'ai pas mieux .

       
      Je rajoute des copies d'écran des couches:
       
      Rouge:

       
      Vert:

       
      Bleu:

       
      Et une fausse couleur des mêmes couches:
      Rouge:

       
      Vert:

       
      Bleu:

       
       
      Jean-Marc
       
      [1] http://articles.adsabs.harvard.edu/pdf/1987A%26A...178..227I
      [2] http://simbad.u-strasbg.fr/simbad/sim-id?Ident=PN+IsWe++++1
      [3] https://www.researchgate.net/publication/275024411_Planetary_Nebulae_in_the_Solar_Neighbourhood_Statistics_Distance_Scale_and_Luminosity_Function
       
  • Upcoming Events