lyl

Danjon & Couder, les achromats en 1935

Recommended Posts

C'est vrai que ce serait un long mais beau projet à faire, avec de la masse donc on peut retoucher, de plus quand j'ajuste le design ça donne de bonnes marges de mesure.

Normalement faire du sphérique à la main en 150mm, je pense que la précision peut monter haut. J'ai vu des spots bien concentré de l'ordre de la 1/2 onde pour la lentille crown quand on fait la première étape plan-convexe.

Ca doit bien passer en Schaer, surtout à f/20, les angles sont encore plus petits.

-------------------------

Pour faire r1 et la contrôler, le spot à 12mm devant est le plus concentré. Il faut une bonne distance pour mesurer : plus de 10m et mettre le côté plat vers la lampe sodium. Réussir à faire un spot petit comme ça c'est bon signe. en étant près de 2/3 PtV d'aberration sphérique à ce stade c'est pas mal. On est une sphère, mieux ça tendrait vers la parabole/hyperbole à éviter à cette étape. Dans l'autre sens, c'est plutôt ellipse, bof, ça doit rester en dessous de 3/4 PtV je pense sinon ça va trop modifier l'entreverre ensuite si on veut tout annuler avec le flint que l'on va creuser.

C'est plus long mais il faut se rassurer par le fait qu'un modif sur le verre est beaucoup moins impactant en réfraction qu'en réflection (miroir)

150f20-r1-r2flat.jpg.8bffb5661119cdc777b6c0754bae0842.jpg

 

Pour la qualité de l'entreverre à la fin, on peu se servir de l'interférence en anneaux de Newton avec la rotation d'une lentille sur l'autre pour vérifier qu'on a pas cradé et décentré la surface intérieure. Des cales en papier à cigarettes devrait faire apparaître une quinzaine d'anneaux/franges.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Avec un entreverre de plus de 4 mm, tu devras mettre un anneau et non des cales pour effectuer le montage dans le barillet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais il reste à utiliser la bonne méthode pour régler les verres, l'espacement exact et pas que théorique, puis le balancement exact de parallélisme des deux verres.

Je doute que la petite lampe néon soit efficace.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour l'étape 1, c'est pour mesurer la focale en liaison avec la courbure r1, certainement pas pour vérifier l'aberration sphérique à la fin.

Seul comme tu fais, un test étoile est pertinent.

Avec des focales pareilles et le niveau recherché, il n'y a pas beaucoup de solutions, étoiles ou banc adapté pour annuler la sphéricité.

Une étoile artificielle, il en faudrait des mètres de distance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Franchement je ne sais pas comment on peut régler un tel doublet, sauf à vérifier sur une étoile au final sur le ciel.

Cela peut faire beaucoup de démontages.

Je sais que le clark du lowell a été l'an passé démonté, nettoyé et réglé au labo chez ex-clark optics (qui existe encore). Peut-être que quelqu'un pourrait intervenir pour montrer comment faire avec les moyens du bord, si c'est possible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une dernière explication sur les modes de vision en planétaire : la compression de la sensation couleur par le cerveau !

A peine croyable l'explication du pourquoi j'ai perçu le H-alpha comme un rouge chaud et non sombre sur la tête de cheval.

Le violet également : la perception du violet régresse en longueur d'onde alors qu'en pleine journée on verrait du bleu profond.

En visuel, on a donc raison de contrôler le "bleu pacifique 460nm" car sa sensibilité correspond à une limite réaliste. Par contre, il apparait à l’œil en couleur décalée, peut-être le fameux violet. A noter que 100 trolands, c'est élevé, c'est la limite supérieure du mésopique.

Le vert 510-540 est donc une plage qui s'apauvrit en intérêt à faible illumination, les bleus (486-500, raies nébuleuses bleu et cyan) par contre, malgré le peu de piqué de l’œil à cette fréquence est détaillé en nuances.

bezold-brucke-Hurvich1997.JPG.05ae63bc380b6f6ce83d905f19126600.JPG

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste pour le partage voici une photo qui illustre bien la maîtrise du chromatisme d'une vielle lunette formule Littrow à F15 . Photo prise avant hier, avec la 135 Couder  et un simple smartphone apposé sur un oculaire Clavé 40mm... je sais, la résolution n'est pas optimum, mais je précise que la turbulence était présente...

Bon été, Yohan

lune 11juillet_enc.jpg

Edited by YOYOASTRO
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec un smartphone ? huhu...

Faut chercher le chromatisme.

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui avec un simple S3... Faut vraiment que j'investisse dans une ZWO...  Pour le chroma, en effet faut le chercher ;) 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Robach le week-end dernier, la Lune en plein jour.

A peine installée et c'est déjà la file d'attente.

Une lunette à faire peur au gens ?

IMG-20190714-WA0003-theRobach.jpg.89d4a6b53720b7860aab76ee7890eb6d.jpg

Il faut du muscle pour la monter !

IMG-20190714-WA0000.jpg.33ae852ac92336a890f1dcccf673844a.jpg

C'est le doublet Zeiss A, rare, 130 mm f17.8 semi-apo, pas de traitement optique et pourtant. Probable que ce soit la version du Prof. Dr. Siegfried Czapski pour l'objectif.

La formule basée sur des verres crown au phosphate (lignée presque abandonnée) et des flints au baryum => verres lourds S.8 et S.30 calculs spéciaux de Schott.

L'objectif fut nommé A par Carl Zeiss, par fierté de la marque.

La Robach est à long f/D, plus long que nécessaire pour le critère semi-apo, cela lui donne une correction 3 fois meilleure à celle d'un objectif E déjà réputé. L'objectif B (True Abbe Apo triplet) est deux fois meilleur. (seulement)

Hastings (celui qui crée les formules d'oculaire triplet) quelques années après réalisa une formule similaire en SSKN8 + KzFSN4

C'est encore un des fabuleux "littrow" à coma non corrigée avec formation du reflet fantôme en amont de l'image réelle : pas de parasitage par les reflets internes.

Les premières réalisations de Czapski furent mise en forme et polie par Carl Bamberg à Berlin. Une deuxième en doublet gauss fut présentée au rassemblement Naturforscher-Versammlung en 1886. Zeiss industrialisa la première formule, plus connue, l'autre étant destinée à la spectroscopie.

Ce qui devint le A était potentiellement construit jusque 12" de diamètre à partir des verres de 1889 produit par Schott.

( source : Roger Ceraglioli )

Puis Zeiss la fit sienne.

Ces objectifs sont très proches des D&C d'observatoire, avec des strehl vertigineux de .97 et plus sur la plage de la raie e vert à C rouge profond, ce qui est inexistant dans les réfracteurs actuels.

Je vous laisse calculer ce que donne l'orthoskop 6mm sur l'engin.

Edited by lyl
  • Like 1
  • Love 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Magnifique et légendaire Lunette, j'aimerais beaucoup faire du planétaire et lunaire avec ;-) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trop belle cette Zeiss ! Et je confirme l'effet des longs réfracteurs sur le public, car lors de mes 1 ères veillées estivales avec du grand public,  la 135 Couder a eu beaucoup plus de succès que mes gros Dobson... je n'ose pas imaginer ce que ça sera lorsque la 230 sera remontée ;) . 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement, les lunettes ont un effet différent sur le public qui n'est pas habitué par l'observation. Images piquées et stables en général comparées aux télescopes....et la longueur du tube a un effet psychologique non négligeable. Tout le monde devrait commencer avec une lunette et passer au télescope de plus gros diamètre ensuite car là beaucoup de choses se compliquent. On pourrait en faire une liste .:D

La lunette c'est le baptême du feu.....et qui peut durer pour toute une vie d'observation, et qui aide ensuite à mieux utiliser les telescopes. C'est pour cela qu'il est très important de restaurer ces instruments. Je ne regrette pas les samedis et dimanches de ma jeunesse à décaper, briquer la 260mm de l'observatoire de Marseille avant son remontage.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est bien de partager avec le public.:)  Cela fait ressortir les magnifiques instruments des placards.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ici une 300F15 en pennesylvanie, obj. clark.

Pendant un show public.

Tube transporté sur highway avec 4x4, obj démonté.

Belles images dedans.

et puis une autre de 232

toutes achromats, clark design.

En ajoutant que la rotation d'uranus a été définie avec un obj. clark 232mm F15 de washington dc dans les 70ies.

Que sont nos forums?

 

R3OO F15 Clark.jpg

R232 F15.jpg

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

une autre époque

mais qu'est ce que çà fait courir ces vieux achromats!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peut-être que ça donne encore, les nouveaux tubes on attends encore.

une autre époque aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Des littrows ...

Il y a 1 heure, rvuti9 a dit :

obj. clark.

Il y a 1 heure, rvuti9 a dit :

clark design.

cf http://atom.lylver.org/AstroSurf/PDF/Ceragioli/Surveychap3b.pdf

Citation

 

A. Contact Doublet

/.../

The second type of lens is a Littrow with a narrow airgap and an equiconvex crown. A slight modification of this form, discussed below, is what Alvan Clark & Sons used for their smallerlenses. It is characterized by smaller coma than the Cooke objective.

 

et cf Table 2

 

Avec cette méthode, l'aberration sphérique a pour but d'être réduite en échange d'un peu de coma : il faut aligner la cellule, il faut calculer la coma en fonction des cibles désirées et la tolérance de l’œil sur le champ observé

Sur les objectifs de taille petite (focale petite) le champ angulaire est trop grand même pour du 24,5 mm ou du 1"1/4, le fraunhöfer à f/D court ou le steinheil à f/D moyen convient

Sur les focales à peu près à 1m10/1m20, et f/D>=10 on peut envisager une décorrection de la coma (ex. : Meade FH 90/1000) : limite un peu au delà du champ lunaire, environ 24' d'arc hors d'axe (Lune 15' hors d'axe)

Sur les grandes focales, on peut dédier à la taille planétaire, mais il faut surtout permettre que l'objectif soit collimaté, 3' d'arc c'est petit. La lunette de Strasbourg n'était pas loin de cette limite.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui mais les tubes sur photo sont des clark, avec un entre verres conséquent.

Sur le ciel c'est bien convainquant.

Quant à la 61cm lowell c'est plus que convainquant.

Reste la construction, entre la théorie et cette pratique en résultats.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors quand cette 83cm de meudon sera remontée?

Plus intéressant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et puis il reste cette mesure de rotation d'uranus effectuée visuellement avec un clark de 232 côte est des us dans les 70ies, mesures reconnues.

Qu'avons nous fait-on ici avec nos vielles lorgnettes?

La 38cm du pdm a permis de cartographier les satellites de jupiter en 40, la 60cm beaucoup d'études polaro sur planètes. Depuis elles restent dans un placard comme la 83 de meudon.

Ce sont de mauvaises optiques, comme celle de strasbourg modifiée?

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, rvuti9 a dit :

avec un entre verres conséquent.

La taille de l'entreverre est un réglage autre : avec un entreverre large on peut obtenir r2=r3 avec une épaisseur e raisonnable, de 2 à 5 millième de la focale.

Le but est d'éliminer l'image fantôme due aux reflets, tout en gardant un façonnage plus facile. C'est la cellule qui prend le réglage d'aberration sphérique.

 

exemples :

LF5 + BAK2 type clark

r1=630.1 r2=r3=210.3 avec e=2.34 r4= -5600, coma positive (très faible) # je n'ai pas cherché à annuler mais à donner un bon résultat en solaire

ou

r1=551, r2=r3=231.5 avec e=3.16, r4=0, coma négative (faible)

le même en type littrow

r1=572, r2= 205.17, r3= 204, r4=0 (quasi optimale ~steinheil) # oups e=0.2

 

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, rvuti9 a dit :

Ce sont de mauvaises optiques, comme celle de strasbourg modifiée?

Celle de Strasbourg avait un problème de bi-réfringence (homogénéité/recuit mal conduit par Merz), pas un problème de façonnage après la correction. Elle a été corrigée par Couder avec un dispositif supplémentaire.

Le façonnage de correction l'a ramenée à lambda / 12.

Reste le chromatisme bien sûr, inévitable vu la taille de l'objectif mais extrêmement équilibrée à 573nm sur le jaune/jaune-vert. L'aberration sphérique, elle, pour le piqué est calée à une très bonne place sur la raie D.

De la lecture sur Srasbourg : http://atom.lylver.org/AstroSurf/PDF/Texereau/1933AnOSt...3..113C.pdf

Note : le calage à 573nm est préférable quand il y a beaucoup de luminosité. Sur les plus petits diamètres, le chromatisme est plus facile à maitriser et Zeiss a prit le pas de caler haut vers 550nm pour optimiser la luminosité des étoiles.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a ces objectifs qui sont efficients sur planètes, avec des résultats.

Apparemment avec les meilleurs designs on attends encore les résultats en action.

Il y a un moment où il faut s'arrêter de penser.

Passe à l'action.

Il n'y a rien de parfait.

Le meilleur n'a pas tjs le meilleur résultat en action.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Los_Calvos
      Bonjour,
      Notre publication de ce jour est un essai sur un objet de très faible magnitude surfacique (~16) mais que nous voulions tenter d’imager bien que toutes les photos sur le net soient prises avec des instruments de grand et/ou très ouverts. Les brutes OIII montrent un signal tout juste discernable et il était impossible de discerner quelque chose sur les Ha… Un empilement sur 10 poses nous ayant montré qu’un signal était néanmoins visible, nous avons tenté d’imager la belle.
      Voici donc le résultat avec un 315mm de Fd 8, c’est en dessous de ce que nous espérions mais bien mieux que ce que nous pouvions craindre.

      critiques et conseils bienvenus !
       
      Abell 7 ou PK215-30.1
      La très discrète et ancienne nébuleuse planétaire Abell 7 se trouve à environ 1800 années-lumière de nous, juste au sud d'Orion, dans la constellation du Lièvre. Environnée d'étoiles de la Voie lactée et proche angulairement de lointaines galaxies d'arrière plan, sa forme sphérique de quelque 8 années-lumière de diamètre s'esquisse sur cette image prise au télescope. Des détails internes se révèlent grâce à l'utilisation de filtres. Les émissions de l'hydrogène et de l'azote apparaissent en nuances de rouge tandis que celles de l'oxygène sont en bleu-vert. Ces nuances sont absolument imperceptibles par la vision humaine. La phase de nébuleuse planétaire représente un très bref épisode de la fin de vie des étoiles dont notre propre Soleil fera lui-même l'expérience d'ici 5 milliards d'années, lorsqu'il expulsera ses couches externes. Abell 7 a un âge estimé de 20 000 ans, avec son étoile centrale WD 0500-156 qui est surement un système double avec une compagne naine rouge située à 0.91 sec, qui devenue une pâle naine blanche après 10 milliards d'années d'intense rayonnement.
      Sur la photo la galaxie juste à droite est PGC 1611.
      Full and details sur astrobin : Abell 7 (PK215-30.1)


    • By b2
      Bonjour,
      La première de 2021. La célèbre tête de singe (ngc2174, au Nord la constellation d'Orion), version originale en n&b (Ha). J'espérai pouvoir faire la version colorisée mais la météo ne semble pas d'accord...
      Coté setup : FSQ85, EM200 usd3, QHY695A, guidage Lodestar. Prétraitement et traitement : PixInsight/Photoshop + un petit coup de "Topaz denoise" sur la starless. Ha : 17x600"
      Acquisitions Romainville (Seine St Denis)
      Bon ciel

    • By maxip
      Bonsoir,
      Voici un test sur une nébuleuse bien connue : La bulle et l'amas ouvert Sel et Poivre. 
       
      Les conditions n'étaient pas vraiment optimales mais l'envie d'essayer le filtre L-Extrême m'ont poussé dehors.
      Le ciel était bien dégagé, avec une lune à 92%, une température de 1°C, et une FHM a 2,9.
      Camera ASI2600 à -10°c
      51 x 180 s
      Filtre L-Extrême
      FSQ106
       
      Le cadrage m'a permis de capturer La nébuleuse de la Bulle, NGC7654 (amas Sel et poivre), une étoile double (4 Cas) et un bout de NGC7538 que je croyais dans le cadre.
      je n'ai pas eu le courage de compléter avec une série avec le filtre L-pro.
      Donc pas la photo du siècle mais ce filtre me plait bien pour un soir avec la compagnie de la lune.
      Maxime
       
       
       

    • By Nicolobrica
      Je fais beaucoup de photos diurnes, notamment en macrophotographie, avec un Olympus EM-1 Mark ll. IL se trouve que ce boitier a un excellent capteur  (on en trouve un dérivé dans l'Altair Hypercam 269C) et je me suis amusé a le tester en pose courte lundi soir, très rapidement. Pour être honnete je ne partais pas pour faire des poses courtes, mais le ce capteur a le meilleur snr a 1600iso, je me suis donc calé a cette valeur, et a 30s tout était cramé, j'ai donc abaissé le temps de pose jusqu’à obtenir le dosage voulu, 10s était le maximum.
       
      Pilotage de l'apn depuis le pc avec Olympus capture, Sharpcap en mode folder monitor pour pouvoir faire du live stacking en même temps, tout fonctionne! Je n'ai pas eu le temps de soigner la map, elle est imparfaite (aigrettes légèrement dédoublées a 100%) et je n'ai stacké que 76X10s, soit 12mn. Précision, la Lune était juste au dessus d'Orion et bien enflée.
       
      Voici le résultat en passant par Siril. Je n'ai pas fait de darks, par contre j'ai utilisé la fonction dark auto du boitier (il prend une pose de 10s, puis une seconde pose de 10s obturateur fermé, et soustrait tout seul le "dark", avantage c'est toujours fait à la même température que l'image, inconvénient c'est probablement moins efficace que XX darks empilés et moyennés, mais je n'avais pas le temps)
       

      76X10s 1600iso Olympus OM-D EM-1 Mark ll
       
      C'est évidemment loin d’être parfait, mais ça donne une idée du potentiel, qui aurait pu imaginer qu'on aurait ça en 12mn il y a seulement quelques années, avec un apn qui plus est (on parle d'un µ4/3, pas d'un FF a gros pixels type A7S)? En tous cas pour ma part le test est concluant et la prochaine fois je m'appliquerai!
       
       
    • By fou d'astro
      Bonjour à toutes et tous !
       
      J'envisage l'acquisition du système FastFocus d'Optec pour mon C14 EdgeHD et je suis à la recherche de retours d'expérience.
      Le but est d'effectuer la MAP par translation du miroir secondaire afin de conserver la distance idéale du capteur d'imagerie par rapport au correcteur de champ, et de bénéficier du montage du train optique "tout vissé". Le miroir primaire est bien sûr bloqué dans cette configuration.
       
      Merci d'avance !
       
      François
  • Upcoming Events