banjo

retour des RAS (animation 31 mai)

Recommended Posts

Posted (edited)

bonjour,

 

une animation un peu longue à charge r, une Map dans les choux mais beaucoup de détails.

~3h  187i à 8 i/s

Paul

 

soleil_06h54-11h59TU_310519.gif

 

Edited by banjo
  • Like 6
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Elle est belle celle la aussi, Paul :)

 

bon ciel

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vraiment très chouettes !! Peux tu nous indiquer quel est ton matériel utilisé ?

 

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, Alef a dit :

C'est vraiment très chouettes !! Peux tu nous indiquer quel est ton matériel utilisé ?

Merci,Sauveur,,Alef et pouces.

pour le solaire: lunette 150/1200 avec D-Erf 160mm->glasspath 1.25 > FP-> pst> Bf10 -> barlowX2 + ASI174m( f/réelle 3950mm-F/d26 -G=2.64X )

Paul

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Superbe animation ;) Bravo

 

Ca serait intéressant d'avoir le diamètre de la Terre sur l'animation, histoire de prendre peur :D

 

XaVs

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Xav,

pour la terre faut que je cherche ,peut être avec automatisation Photoshop car en Manuel c'est galère sur 180 images :$

Paul

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By serge vieillard
      Yo !
      je dirais même plus, YOOOOOOOOOO !!!!!!!!!!
       
      de retour d'un formidable périple de 3 semaines en Argentine avec les copains du club dont le point d'orgue fut l'observation - fort bien réussie - de l'éclipse solaire du 2 juillet dernier.
      Commençons par ce phénomène, le reste arrivera ensuite.
       
      Nous étions posé la veille à l'ouest de la petite ville perdue de Bella Vista, sur une pistouillette perdue qui allait se perdre vers la chaine andine toute proche.  Nous étions quasi seuls - juste 3 gars fort sympathiques de Mandoza venus là pour le plaisir - Un campement comme on les aime, dans le lit poussiéreux d'une rivière a sec, nous offrant à la fois protection au vent (qui étaient prédits mais qui ne se sont manifestés que de timide façon, pour notre plus grand bonheur ) et promontoires légèrement escarpés pour nous servir de plateformes d'observation avec vue imprenable sur 360°. Ainsi, on s’est bien pété a rétine la nuit venue et on était pile sur la ligne de centralité avec 2mn31s de totalité.
      Le jour J, bien que tranquille peinard, sous un ciel prometteur et qui ne fera que se dégager totalement en fin de journée, il y a toujours comme une sorte de tension latente qui ne fait que s’amplifier à l'approche du phénomène, une palpitation, un soupçon d'appréhension d'être à la hauteur de l'évènement, de ne pas le rater - ou le moins possible. On a eu toute la journée pour peaufiner les instruments, les chronomètres, enregistrer un compte à rebours bien utile - on perd la tête dans ses conditions.... Le Pierre avec son T250, jumelles et multiples appareils foto A7S et autres, le Cyrillounet avec juste des jumelles et un smartphone en mode vidéo calé avec des pierres, Jean-Françoué doté de jumelles avait emprunté le T250 du Yan (qui hélas ne fut pas du séjour), Elyane avec des 10x35 stabilisées, le Jean-Paul avec sa superbe Swaro de 100 équipée bino et 2 reflex. Quand au Nicolas - ce coquinou - il disposait de son T200 pour alterner visuel et photo afocale, mais aussi A7S et  powershot, chronomètre, thermomètre, tableaux et feuilles de papier, un labo à lui tout seul. Perso, j'étais venu en mode "léger" mais qui a fait ses preuves : la Swaro de 80.
      Et la magie de la mécanique planétaire s'invite à l'heure dite, 1° contact chopé à moins de 8-10 secondes sur un disque solaire vide de toute tache. Et comme toujours, cette précipitation cataclysmique à l'approche du 2° contact, quand tout bascule en s'accélérant, de façon frénétique, cette lumière devenant blafarde, fascinante, jamais identique, magnifié par une position basse sur l'horizon (10°), une sorte d'éclairage scénique électrique d'un formidable metteur en scène, surréaliste. Ce sont des instants rares. Pour bien profiter de la totalité, j'avais chaussé mes lunettes de chat, verres foncés et caches ne laissant passer qu'une fine fente de lumière, me permettant déjà d’acclimater mes zoeils aux faibles lumières. Paf ! les grains de Bailly en partie supérieure, et YAGADOOOO, le grand spectacle commence, surprenant.....
      Celle-ci n'a pas ce côté explosif des précédentes comme le furent celles de l'Oregon, de l'Australie ou de Chine. Plus discrète, plus diffuse, une luminosité plutôt centré sur la basse couronne dont il était assez délicat d'ausculter les extensions hautes les plus lointaines, deux panaches assez symétriques de part et d'autre dans le plan équatorial, l'un plus texturé que l'autre, mais aussi deux beaux éventails de plumets polaires bien structurés, cela sur un fond de ciel bleu. Plus surprenant furent ces protubérances d'abord timides sur le côté Est, mais avec apparition en mode "grand festival" sur le côté ouest à l'approche du 3° contact.
      Je gribouille et choppe les grandes lignes du phénomène dans le temps imparti et voilà que c’est déjà fini. Je fignole ensuite ce dessin les 10 mn suivantes, l'image encore bien en mémoire, le reste n'est que fignolage cosmétique dans l'avion :
       

       
      au 3° contact, c'est l'explosion de joie, on hurle comme des bestiaux mal léchés, mais on est comblés, ravis, heureux. C'est un déchainement d'ombres volantes sur les escarpement sableux alors que s'éloigne vertigineusement le cône d'ombre au loin vers l'Est. Whaouuuuu !!!! grand frisson....
      Mais l'approche du Soleil bien écorné sur les sommets Andins inspire de reprendre les crayons, espérant pourquoi pas un double rayon vert lors de la disparition des cornes du diables. Yapas eut, probablement à cause des embruns neigeux qui virevoltaient avec furie aux sommets. Mais ça fait un beau souvenir :
       


       
      Puis vint la nuit , glaciale autant que sublime....
       
      IL n'y eu que quelques nuits noù nous observâmes, soit la journée ayant été bien chargée et atteint d'une grosse fème, soit l'altitude ne nous invitait point à des sorties nocturnes au point de préférer nos hébergements  ou duvets douillets, soit des ciels parfois voilés, ne daignant sortir le bout du nez que lorsque tous els paramètres était au vert - ou du moins acceptables.
      De là, une porduction noiturne des plsu réduites.
      J'avis comme seul devoir de vacance un dessin grand champ du Grand Nuage de Magellan, tant les inombrables nébulosités y sont présentes. Le Nicolas - ce coquinou - m'avaiot rpéparé un champ préétoilé et il ne restait plus qu'à y griffoner ces tâches échevelés,tourmentés et complexes. Sur un autre dessin, je n'ai représenté que le nuage stellaire de cetet galaxie naine, sous forme d'un vaste nuage diffus. De retour à la maison en post-production, il ne me reste plsu qu'à supperposer ces 2 dessins, celui des nébulosité étant légèrement colorisé en vert, puis d'y coller en lieu et place les 3 dessins déjà réalisés de la Tarentule (minuscule ici, et 2 autres formations notables) :
       

       
      Lorsque le ciel est ultime - comme ce fut le cas quelques-fois ici - l'aspect de la Voie Lactée prend une présence stupéfiante, notamment à partir du bulbe galctique et plus loin, dans sa partie australe. En juillet,  cette gigantesque arche lumineuse monte au zénith pour offrir un spectacle stellaire des plus saisissant, celui où l'on prend pleinement conscince d'habiter une vaste galaxie. Celle-ci se pare tant de mille réhauts lumineux des amas stellaires et nuages gazeux que de déchirures sombres, témoins de nuages interstellaires plus ou moins opaques. Vadrouiller et se perdre avec la L80  dans ces ornements est des plus agréables et ce sont surtout ces nébuleuses obscures qui attirent mon attention - chose qui témoigne d'un ciel vraiment exceptionnel. J'ai choisi de croquer Barnard 263, non que ce fut la plus spectaciulaire, mais la plus facilement identifiable à porximité de théta Sco (tout à droite sur le dessin) :
       

       
    • By jfleouf
      Salut les amis,
       
      Pas encore eu le temps de traiter toutes les images ni de compiler le petit récit qui va bien pour l'éclipse Sud Américaine, mais j'ai bien bossé sur mon time-lapse. Il reste quelques transitions un peu problématiques, mais j'ai déjà passé beaucoup trop de temps dans After Effects à faire des fondus et autre frame blending. J'ai aussi pas mal d'images du coucher de soleil que je n'ai pas utilisée, mais ça prend du temps d'aligner tout ça à la main (comme une gros con je n'ai pas pensé à couper le suivit équatorial une fois que le soleil commençait à passer derrière la montagne). 
       
      Je vous livre donc cette version encore un peu brute. Pour la technique, c'est pris avec un Canon 6d sur un ED80T CF, sauf la dernière image qui est prise avec un 5D MArk II + 35mm.
       
      Pas facile de trouver une musique qui me plaise (j'avais eu plus de chance en 2017 pour ça) mais au final je ne suis pas mécontent avec cette petite composition de Jon Wright (Aurora Borealis, c'est le titre du morceau...) .
       
      En espérant que vous aurez beau temps pour l'éclipse de Lune de demain, qui ne sera pas visible de mon côté de l'Atlantique.
       
       
       
      jf
    • By jldauvergne
      Hello
      @wilexpel est parti en vacance donc j'en profite, je suis roi des balcons par intérim
      Donc voici la première Jupiter que j'ai pu faire après une parenthèse chilienne pour l'éclipse. 
      J'en profite pour partager la vidéo que l'on a fait à Tololo avec Astronogeek. Il a fait un peu de drone et j'ai pris des images au sol. Il a monté tout ça. N'oubliez pas les pouces bleus. 
      Plus à venir sur cette éclipse sur la chaîne Astronogeek et dans C&E. 

      Et voilà pour la Jupiter au balcon. J'ai du faire face à un sacré vent et un seeing pas mal, mais pas au taquet. 

      JLuc
    • By banjo
      bonjour à tous ,
       
      hier encore des conditions plus que mauvaises, ciel avec très peu de nuages mais une turbu et vent  de malade.
      j'ai cherché la fameuse première tache du cycle 25 en LB sans succès , peut être les restes Ha   ???
       
      Paul
      cliquez sur les images pour la pleine réso 
       




    • By banjo
      à bonsoir,
      merci Manu33 qui m'a envoyé un peu de ciel bleu (mais avec un vent soutenu)
      Paul
       
       
       

  • Images