STF8LZOS6

Observations étoiles multiples Grossissement optimal

Recommended Posts

J'ai lu qu'il y aurait une sorte de règle pour ce grossissement optimal en visuel.

G=750/Rhô en seconde d'arc de séparation. 

Qu'en pensez vous ? Y a-t-il une explication physique ou physiologique ?

Personnellement je mettrai un coefficient 0,8 à l'équation sur la base  de mes observations.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Euh, ça ferait environ 750x pour Epsilon LYR du coup ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 2 heures, yapo a dit :

, ça ferait environ 750x pour Epsilon LYR du coup ?

Non si je prend ma règle 0.8*750/2.5=240

240x c'est déjà beaucoup....

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui, pardon je les voyaient plus serrées que ça les composantes de la double-double... Formule bizarre sans doute en relation avec la résolution humaine moyenne (1´ ) et une zone de confortabilite qui doit quand même être carrément variable avec la différence d’eclat Des composantes

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

C'est un gars aux USA qui utilisait une apo 228 LZOS qui parlait de cette formule.

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites

De toute façon, avec les formules sur le grossissement (minimum, équipupillaire, maximal, utile, etc.), je pense qu'il faut systématiquement expérimenter autour des valeurs préconisées parce que les variables individuelles (qualité de l'optique, de l'oeil, de l'expérience, etc.) sont susceptibles de nuancer les valeurs (parfois largement). Mais où est Toutiet quand on a besoin de lui ? ;)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, yapo a dit :

De toute façon, avec les formules sur le grossissement (minimum, équipupillaire, maximal, utile, etc.), je pense qu'il faut systématiquement expérimenter autour des valeurs préconisées parce que les variables individuelles (qualité de l'optique, de l'oeil, de l'expérience, etc.) sont susceptibles de nuancer les valeurs (parfois largement). Mais où est Toutiet quand on a besoin de lui ? ;)

C'est un peu ce que l'on fait effectivement. Mais je trouvais cette règle de G= 750/rhô en seconde d'arc trop forte en grossissement. Je mettrais entre 400 et 600...ce qui veut dire aussi qu(il faut un Gassez fort pour les doubles serrées. Si on part du principe que le G maxi est de 2.5D, il faut déjà un télescope de 200mm newton pour la seconde d'arc....mais qu'une apo 130mm suffit (4D).:D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela dépend peut-être aussi de ce qu'il veut tirer de son observation, si c'est pour des mesures précises au micromètre ou autre par exemple.

S'il ne s'agit que de séparer visuellement les deux composantes, c'est moins compliqué.

J'observais  Algieba au 250mm en diurne dans un trou de ciel bleu il y a quelques jours, et après avoir eu un peu de mal à trouver la primaire (mag  2,23), j'étais tout étonné de trouver simultanément la secondaire (mag 3,64 sép 4,7")à 50x et donc 3x moins que ce que donne cette formule.

Mais cela restait bien faible quand même et la turbulence faisait parfois bien  se mélanger les deux.

Faudra que j'essaie de nuit, mais maintenant ce sera dans quelques mois, elle est très basse et mon horizon ouest un peu trop encombré ;)

Et si je veux séparer une double à 0,5", il me faudrait donc un grossissement de 1500x ? Là aussi, cela se fait à trois fois moins sans problème.

Je pense qu'il y a pas mal de facteurs oubliés dans la formule...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, den b a dit :

Je pense qu'il y a pas mal de facteurs oubliés dans la formule...

Je pense aussi...

Share this post


Link to post
Share on other sites

den je pense que le fait d'observer de jour cette double brillante diminue le halo souvent préjudiciable de nuit pour la séparation des doubles serrées.

Loin de toute formule théorique, j'ai souvent l'impression que le grossissement ne joue pas de façon spectaculaire sur la résolution des doubles, notamment brillantes.

Souvent elles le sont plus finement et plus "esthétiquement" à un grossissement moyen voire faible (50 à 100 X au T 300). A contrario, pour une double déjà résolue mais serrée à ces grossissements, le fait de pousser encore ne me la montre pas tellement plus espacée, et souvent plus turbulente, empâtée, voire diffusante de par un halo fort.

Par contre, pousser le grossissement est intéressant pour amorcer une séparation non effective en-deça, ou pour rendre plus confortable l'image en mettant mieux en évidence un compagnon faible.

 

A ce sujet, je trouve d'ailleurs que le fait de monter en grossissement est plus spectaculaire pour mettre en évidence des étoiles faibles, que pour mieux séparer des doubles. Mais cela dépend du ciel, de la double, etc ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aurai du être un peu plus précis. Il donnait Zêta Hercule comme exemple pour sa règle de grossissement. Je l'ai prise en photo mais je ne l'ai pas vu en visuel (pas essayé).

Par contre, Lambda cygne, j'ai mis 600X en visuel pour 0.92" mais je n'ai pas essayé moins en G. Donc, G: 500/Rhô ne semble pas idiot pour un couple pas trop inégal (delta: 2 à 3 mg). Ce doit être un peu plus simple pour une couple identique.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Voilà un lien de Sky and Telescope qui donne une bonne règle de grossissement pour faire du visuel. La règle de G=750/rhô est bien appliquée ici.

https://www.skyandtelescope.com/observing/celestial-objects-to-watch/pretty-double-stars-for-everyone/

Maintenant ou peut faire avec  plus ou moins de grossissement en fonction de l'instrument, observateur, qualité du ciel et de la double en question. Néanmoins, S&T montre qu'il faut quand même en avoir sous le pied lorsque la double est serrée.

Cette règle est fausse pour moi, puisque je dédouble 0.92" avec 2 magnitudes d'écart avec une apo de 150mm à 600X.....(4D). Je serai plutôt autour de G=500/rhô.

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites

mouarrffff !!!! j'adore l'etablissement de règles pour ce genre de choses..... avant tout, ya de l'humain (l'oeil, l'expérienbce, l'utilsiation de la machine, etc...) dans ces choses là et ça se met difficilement en équations simplstes !!!!!

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

T

il y a une heure, serge vieillard a dit :

dans ces choses là et ça se met difficilement en équations simplstes !!!!!

Tu pourras le faire remarquer à S&T.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à Tous,

 

Il y a eu tellement de formules péremptoires qui décident de ce qu'il faut pour séparer un couple que je me garderai bien d'en imposer une.

Néanmoins, quelques idées de bon sens ont été développées par Paul Couteau, notre maître en la matière, dans son livre sur la séparation visuelle des couples serrés:

 

- la turbulence: il faut au minimum percevoir le disque d'Airy et les anneaux

- la brillance des composantes: visuellement, le disque grossit avec la brillance

- le déséquilibre du couple: l'oeil sépare d'autant moins que le couple est déséquilibré.

- séparation ne veut pas dire dualité: la séparation implique un filet noir entre les deux disques, la dualité se distingue pour des couples beaucoup plus serrés.

 

L'image peut être deux disques séparés, deux disque tangents, un huit, un bâtonnet strangulé, un bâtonnet allongé, un bâtonnet court, un olive, un cercle ovalisé.

Dans le meilleur des cas, c'est à dire avec toutes les conditions ci dessus réunies, et sur 2000 couples étudiées environ, j'ai pu mettre en évidence la dualité de couples distants de 1.2" avec une L60 (200x), 0.8" avec un T114 (300x), et 0.22" avec un LX200/254 (1050x).

Dans tout les cas, l'image perçue était une olive avec a/b ~ 1.25.

 

Bon ciel à Tous

Bertrand

http://www.deepsky-drawings.com/

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Bertrand13,

 

Donc, on peut considérer en limite, pour une personne très expérimentée, dans des conditions optimales, qu'une dualité peut-être confirmée avec la règle empirique

G=250/Rhô  avec G compris entre 3 et 4D.

 

Celle que donne S&T doit être une moyenne basse pour le guss pas spécialement observateur de doubles  sans trop tenir compte de l'aspect du ciel.

G=750/Rhô

 

Entre les deux il y a de la marge, et en partant du principe que le tromblon donne un disque d'Airy avec de beaux anneaux par faible turbulence,...

 

Claude

 

PS: Je retiens pour ma part la règle empirique et SIMPLISTE de G=500/Rhô car j'ai besoin d'une séparation visuelle pour valider une dualité n'ayant pas d'expérience particulière dans ce domaine. Je note quand même que le grossissement  se situe autour 2.5 à 3D, voir 4 pour une bon instrument.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

C'est bizarre vos grossissements, je ne les conteste pas, mais dans ma config du coup y a vraiment trop de turbulence pour monter efficacement si haut.

Comme dit Bertrand le facteur de différence de magnitude des composantes est très important, tout comme la turbu bien sûr. J'échoue régulièrement sur des doubles serrées mais sans plus si elles ont par ex 3 mag de différence, alors que le même écart sur des étoiles d'éclat voisin ne pose jamais de soucis.

 

Une autre paramètre important constitue aussi l'éclat des étoiles, corrélé à la turbulence. A turbulence égale je parviens souvent mieux à résoudre les couples serrés moins éclatants, et la turbu semble avoir plus d'impact sur les étoiles brillantes. Difficile alors de grossir pour bien séparer dans ces conditions, cela devient vite un pâté diffus avec un halo étendu cachant tout éventuel composant. Bref, la finesse et le piqué d'image sont souvent des éléments plus favorables pour résoudre des doubles serrées que des grossissements outranciers, au vu de mes conditions encore une fois.

Edited by etoilesdesecrins
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Un compte rendu d’une observation visuelle. C'est sûr, ce n'est pas simple ....par contre je confirme pour la turbulence sur les étoiles très lumineuses et doubles. C'est l'enfer. J'ai imagé Antares sans ADC, et je me garderai bien de sortir une toute petite série d'images du film pour dire: Elle est double. Regardez!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now