Bernard_Bayle

Des questions sur les Tests Optique Amateur sur les S-C , là il s'agit de mon C11

Recommended Posts

3 hours ago, rvuti9 said:

J'en reste encore aux bonnes vielles soupes, et ici une question avait été posée, concernant l'équivalence step du pickering et la valeur rms de la turbu en correspondance.

Quand même étonnant que personne n'y répond.

 

Ben puisqu'il faut que je m'y colle....

 

3 hours ago, rvuti9 said:

Bernard a réalisé un 1er jet d'acquisitions non convergentes, images 5-6/10, rms statistique similaire 0.15 lambda (le seeing)

un 2eme jet d'acquisition convergentes, images 7-8/10, rms correspondant entre 0.O5 et .075 lamda (le seeing)

Comment peut-on viser une mesure exacte avec une optique rms 0.04 lambda (le c11 évalué) avec de tels rms seeing?

 

Ben simplement parce que ces chiffres de rms correspondant n'ont de sens que pour des diamètres inférieur à 200mm, et pour un longueur d'onde donnée.

Les prendre pour parole d'évangile (en l'occurence le De Suitter, que je connais aussi bien que toi), montre qu'il faut aller un peu plus loin qu'une lecture brute pour considérer ce qu'est physiquement l'échelle de Pickering et la fluctuation de phase rms du front d'onde.

Chapitre 7.2 on peut entre autre y lire, "Thus, the calculations below are good for small telescopes with aperture of about 200 mm for most cases of turbulent air."

Mais voilà, si on creuse un peu, il apparaît que l'echelle de Pickering a été établie pour un diamètre de réfracteur de 130mm, donc les graphes de la MTF correspondant à des écarts tels que tu les cite pour le front d'onde (0.15lambda, 0.05 et 0.075lambda) ne sont plus valables. Il faut refaire les calculs en fonction du diamètre du télescope.

Ce que l'on estime avec l'échelle de Pickering est la déformation de la figure d'Airy propre à l'instrument et non pas la fluctuation de phase de la turbulence elle même.

 

4 hours ago, rvuti9 said:

Comment peut-on viser une mesure exacte avec une optique rms 0.04 lambda (le c11 évalué) avec de tels rms seeing?

1000 shots, 10 000 etc?

 

ben simplement quand on comprend que la différence entre la moyenne des intensités d'un pixel image obtenue sur un grand nombre d'acquisition en courte pose et la même acquisition sur une durée d'acquisition plus longue est exactement la même. C'est une condition mathématique que l'on appelle l'ergodicité. Autrement dit ce qui importe c'est que l'on ai suffisamment d'échantillons  de chaque pixels pour avoir une distribution Gaussienne des intensités. PAs de surprises la dedans, c'est des math (désolés pour les non matheux). La probabilité d'avoir un chiffre cohérent dépend du nombre d'images acquises. C'est un truc connus chez les imageurs planétaires (nonobstant les vitesse de rotations des planètes considérées). Il faut des séries d'images plus importante pour avoir un signal dont la moyenne soit plus proche de ce que l'on aurait sur une pose unique plus longue. C'est le propre de ce que l'on appelle une variable aléatoire comme c'est le cas pour une intensité mesurée en un point donné de l'image.

4 hours ago, rvuti9 said:

Mathématiquement en moyennant c'est impossible avec du seeing dont on a évalué l'amplitude du perturbateur, qui est variable en plus ou en moins. On aura une valeur assez écartée du réel.

Non, cette affirmation est fausse, pour les raisons que j'ai donné juste avant. Il ne faut pas confondre la moyenne, et l'écart type à la moyenne.

 

4 hours ago, rvuti9 said:

On pourrait imager la figure d'airy pour améliorer la confiance que l'on peut porter à une acquisition cependant le ccd est bloqué sur in et out, les donuts.

Non plus car les caractéristiques propres de la turbulence ne seront plus les même puisque l'on ne considèrera pas rigoureusement le même moment.

 

4 hours ago, rvuti9 said:

Le pickering ou le danjon, passéiste pour certains, reste bien top pour évaluer une situation.

bien au contraire, Pickering est interessant à condition de savoir vraiment ce que l'on estime : la déformation de la figure d'Airy, donc dépendante du diamètre du télescope. Pour l'estimation de la turbulence, c'est autre chose. Pickering ne sert que pour un diamètre donné, mais n'est pas utile pour l'estimation des paramètres de turbulence que sont l'isoplanétisme, le r0 ou le temps de cohérence.

D'ailleurs cela avait déjà été discuté ici même il y a quelques années :

 

4 hours ago, rvuti9 said:

Si pas convaincu se référer au de Suiter, "star testing astronomical telescope".

Faut aussi lire et comprendre le chapitre 7 en entier pour être sur de quoi on parle.....

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Posted (edited)
6 hours ago, Bernard_Bayle said:

Je suis désolé pour tes yeux écorchés :-))

T'inquiète, ça m'est vite passé quand j'ai vu le résultats de tes tests et la qualité de ton optique ;)

Joli boulot vraiment, mais en effet, c'est une belle démonstration que le Roddier est un test vraiment tatillon, efficace mais tatillon. Et pour la partie seeing, c'est une variable a prendre en compte, mais difficile à évaluer quantitativement sur les run successifs.

Ce que je voulais dire, c'est que Pickering n'estime pas le seing à proprement parler, mais la déformation de la tache d'Airy associée a un télescope donné.

 

Intégrer sur des milliers d'images est effectivement la chose a faire, pour les considérations que j'ai évoquées plus haut.

 

6 hours ago, Bernard_Bayle said:

Tu penses vraiment possible ? , sur un C11 lame de schmidt + secondaire ça me parait léger non ?


Pour être honnête, c'est une supposition de ma part, ca fait longtemps que j'ai pas fait de calculs en résistance des matériaux. Mais à l'échelle de lambda/24 dans le vert, une dizaine de nanomètres ne me semble pas quelques chose à négliger. Ça pourrais peut être expliquer des différences de résultat d'un Roddier en fonction de l'objet pointé. Il y avait un post il y a quelques mois impliquant 

@lyl, @jean dijon, @Pascal C03 , @CPI-Z sur les déformations de lentilles supportées par leur périphéries, à une dizaine de nanomètres de déformations, on est dans les ordres de grandeurs... Faut interroger les spécialistes ;)

 

 

Edited by brizhell
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans quelles conditions ces miroirs sont-ils taillés, polis, finis, contrôlés en usine ?

De mémoire, le primaire s'affaisse de plusieurs dizaines de nano sous son propre poids quand il vise le zénith. (peut être 200 mais je peux écrire une connerie 9_9 )

J'avais calculé également l'affaissement de la lame sous l'effet du poids du secondaire il y a plus de 6 ans. C'était des dizaines de nano. de mémoire encore

 

Du coup, je ne sais plus ce qu'un contrôle de miroir de C11 veut dire. Annoncer un résultat sans donner les conditions de contrôle me parait étrange.Comment font-ils en usine ? Visée zénithale ou horizontale ? Et s'il est parfait en visée zénithale en sortie d'usine, que devient-il pour une visée à 45° ?

Un miroir de C14 est autrement renforcé.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 49 minutes, brizhell a dit :

Ce que je voulais dire, c'est que Pickering n'estime pas le seing à proprement parler, mais la déformation de la tache d'Airy associée a un télescope donné.

 

On joue un peu sur le mots là,  je ne pratique que l'imagerie Planétaire  et je collimate  le  C11  avant (au moins ) chaque séance

et c'est à Barlow2  avec  la caméra utilisée bref dans les conditions d'imagerie  et je peux dire que pour moi comme pour

la majeure parie des Planéteux  , avec l'expérience la qualité du seeing est  très vite estimée , je sais pas pour Danjon ,

Pickering , moi j'ai toujours dans la tête une échelle de 1 à 10 (comme à l'école primaire) , 

et je vois des 2-3/10 , des 3-4/10......etc  .

 

Après , perso,  j'ai pas envie d'écraser des mouches à la masse , en revenant aux moutons du WinRoddier ,

de mon coté , dire ..aller j'avais un très bon seeing  à 7-8/10 stable  pendant les 15 mn de mes 6 Run  , cela

veut dire que pour moi au moins coté Turbu , c'est réalisé dans de bonnes conditions .

D'autant plus que comme tu dis : <<< le Roddier est un test vraiment tatillon, efficace mais tatillon>>>

et j'y adhère totalement  surtout  pour quelqu'un comme moi aussi faiblard en Optique .

 

Pour le reste , sachant que je sais les images que peut faire ce C11 ,

des tests de Labo ne m’intéressent pas du tout , comme dit au début du début ...y a longtemps de ce sujet

ce qui m'a un peu attiré dans ce WinRoddier , c'est d'espérer savoir ce que je pourrai améliorer

dans des Conditions Vraies sur le ciel   , avec les setup d'utilisation habituelle ,  si je sais interpréter

les résultats dans les paramètres d'Astig, de Coma, de Tréfoil , de Sphéricité  et c'est tout .

 

Les Lambda/machin , les résultats  de type Labo  pour un Instrument donné ça m'importe peu.

Si un WinRoddier peut permettre à un passionné de Planétaire seul dans sa campagne

d'améliorer par lui même  les possibilités de son Tube  .

 

Bernard_Bayle

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
10 minutes ago, Bernard_Bayle said:

On joue un peu sur le mots là,  je ne pratique que l'imagerie Planétaire  et je collimate  le  C11  avant (au moins ) chaque séance

et c'est à Barlow2  avec  la caméra utilisée bref dans les conditions d'imagerie  et je peux dire que pour moi comme pour

la majeure parie des Planéteux  , avec l'expérience la qualité du seeing est  très vite estimée

 

Entendons nous bien Bernard (Entre Bernard, bretons de surcroît, on va vite converger), quand je parle de seeing, je parle de celui qu'utilisent aussi les planéteux dont Christophe Pellier, Christian Viladrich, Marc Patry, Marc Delcroix, Jean Luc Dauvergne et j'en oublie. Le seeing est une notion très précise qui se découpe en plusieurs sous ensembles, au sein desquels on trouve l'isoplanétisme, le tip/tilt, la fonction d'étalement (r0), et pour lequel il ne s'agit pas de faire de la sodomie de lépidoptère ou de la quadricapilosection. L'estimation que tu fait via Pickering est celle de la qualité de ton ciel pour ton télescope. Mais la qualité de ton ciel à l'instant ou tu fait ta mesure ne sera pas la même pour un télescope voisin du tiens mais de diamètre inférieur. Pickering dépend du diamètre du tube imageur. Une 80ED peut avoir un pickering de 8 là ou ton C11 aura au même moment, au même endroit, te fera estimer la qualité du ciel à 4/10. Le 4/10 ne sera valable que pour ton C11. Le seeing au sens vrai du terme (Fried, Roddier, etc...) est l'indication des grandeurs physiques que l'on peut mesurer sur l'atmosphère indépendamment du diamètre du tube optique utilisé, c'est subtil mais c'est comme par exemple comparer un bateau à moteur et un voilier de même dimension. L'un sera plus sensible que l'autre à la hauteur de la houle, ils seront pourtant tout les deux capables de faire une traversée de la manche.... Mais la houle freinera l'un plus que l'autre....

Question seeing, en supposant par exemple que l'isoplanétisme (surface angulaire ou la turbulence est identique, typiquement quelques secondes a quelques dizaines de secondes d'arc) soit assez grand sur une longue période (disons quelques secondes de temps), supposons le vrai seeing visible à l'instrument (lambda/r0 avec r0 le paramètre de Fried)  de l'ordre de 1.2'' et bien ton C11 sera dans les choux (Pickering à 2 ou 3), alors qu'un 115 pourra aller jusqu'a sa limite de diffraction (Pickering à 7/8).

 

Ton Tube semble excellent, il y a pas a dire, et la décomposition en polynomes de Zernikes génère elle aussi des interprétations aux limites (Zernikes n'est pas la panacée question modèle de déformation) sur un test de Roddier, mais si tu veut un test comparatif à d'autres tubes, il faut un test sur banc. Le test sur le ciel à ses limites qui te permettrons peut être de découvrir ou son les points d'améliorations des contraintes mécanique en fonction du pointage, de la collimation, des dilatations de tube, je ne sais quels autres paramètres on pourrait trouver, mais franchement, avec un strehl de 0.93 t'a plus grand chose a gagner.... Parfois le mieux est l'ennemi du bien. Enfin c'est que mon avis...

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a 8 minutes, brizhell a dit :

quand je parle de seeing, je parle de celui qu'utilisent aussi les planéteux

Oui on est bien d'accord ,  d'ailleurs quand les images sont postées , on lit " passables, bonnes, très bonnes conditions  de seeing"

on ne parle quasiment jamais de Pickering  , parfois william, d'autres et moi-même  passons un image de figure d'Airy , mais

estimation Pickering on peut dire jamais .

Oui c'est sans doute un tort de dire 7-8/10 pour parler de seeing au moment de prises de vue , mais sinon

que dire pour exprimer ça  ?

Bon ce n'est effectivement qu'un qualificatif , mais les  quand on parle de WinRoddier le premier truc que les

gens concernés demandent , c'est "quelles conditions de Turbu, de Seeing ? "  et avec raison , puisque

pour le peu que j'ai pu tester je pense que c'est le 1er critère d'un test sur  le  ciel ....

 

* intéressant   ton post !

 

Bernard_Bayle

 

  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
16 hours ago, brizhell said:

En dernier lieu, quand on commence a titiller la dizaine de nanomètres sur le front d'onde, avec une lame de fermeture tenue par les bords, on doit commencer à voir la déformation due au champs de pesanteur en fonction de la direction de pointage. 

 

Coucou Bernard !

En fait la déformation de la lame n'a pas vraiment d'importance. Une lame de Schmidt est en première approximation une lame à face parallèle, son petit profil d'aberration sphérique ne change rien dans ce cas. Comme toute lame à face //, sa déformation n'impacte que très peu le front d'onde, ce qui importe est son parallélisme, donc la constance de son épaisseur.

On peut contraindre une lame assez significativement sur les bords sans que cela se voit sur le front d'onde. Et j'ai testé en vrai :). Je pense que lorsque cela commence à se voir, c'est qu'on est pas loin de la rupture.

Evidemment cela n'est pas vrai du tout pour une lentille avec de la puissance, ou pire encore un miroir.

 

Concernant la déformation du miroir primaire d'un SCT sous la gravité, elle est assez faible au final. Je la vois au SH sur les C11 et surtout les C14, mais cela reste dans les quelques dizaines de nm en astigmatisme sur le front d'onde. Un C8 lui ne se déforme quasiment pas.

 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Fred !!

 

Merci pour les précisions, en effet, après réflexions et relecture des commentaires de Jean Dijon sur le post précité, ça semble cohérent pour la lame de fermeture.

Pour le primaire, cela peut peut être expliquer les variations d'astig ?

 

Bernard

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

oui je confirme que la flexion de la lame n'a aucune importance car c'est la varation d'épaisseur optique qui joue sur le front d'onde, si on remplace une lame à faces // par un ménisque de plusieurs km de rayon de courbure l'influence optique est nulle . C'est pour cela que l'épaisseur des lames des SCT peut etre faible et compatible avec leur usinage plan aprés déformation par aspiration sur une pré-fome ( négative de la forme finale à obtenir) c'est le brevet celestron initial. Sans cela, avec des lames épaisses le prix des SCT ne serait pas du tout ce qu'il ait et les SCT n'auraient pas connus un tel developpement. Sur le miroir primaire c'est trés different mais d'aprés l'experience de  chonum les flexions ne semblent pas jouer beaucoup.

 

jean 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec un peu de retard la nuit est passée entre deux.

Pour revenir au pickering, s'il a définit cette ouverture de 130mm comme une référence pour écrire une échelle de dégradation ce ne fut qu'arbitrairement et cela correspond à la seconde d'arc de la resolution aussi arbitraire (sauf à y corréler la séparation nette de 2 disques d'airy).

Il aurait pu en choisir un autre.

Ce n'est pas la cible dans le de Suiter, qui cherche à vulgariser simplement. Si l'algorithme y est donné, maillage, écart type il y a aussi des hypothèses pour cadrer cet algorithme.

Ce qu'il faut voir ce sont les images types de niveaux de seeing en rms et la quotation selon pickering-danjon, peu importe.

Il m'a semblé que ces images de référence sont celles pour un 200.

De cette référence, que ce soit 130 ou 200 en appliquant sur le 280, on pourra extrapoler par une simple règle de trois. Ce n'est pas rigoureusement exact, mais le résultat suffiera pour quantifier ce perturbateur, le seeing.

Si la référence est 130 il y a un ration 2, cad que par rapport à ce 130 on peut escompter une qualité d'image, cad ici 10/10 par rapport à 7/10 du 280. On peut faire l'opération inverse. En ayant ici des ouvertures de 100 à 300, par tests comparatifs ce système fonctionne proprement.

Dons on peut quoter un rms seeing, par évaluation.

Le de Suiter a pour raison principale d'expliquer les facteurs et paramètres de dégradation sur la résolution capable d'une ouverture. Résolution, contraste versus dimension de détail, pour faire très court.

Il suffit d'y voir l'effet du seeing sur le ftm de l'ouverture, c'est très sensible. On pourra perdre jusqu'à 3 fois sur le contraste image réel, perte de plus en plus réduite avec l'augmentation de la taille du détail à imager.

Alors ces softs d'acquisition, améliorent la statut réel de l'image ou celui du statut dégradé par le seeing?

Dans l'exemple du de suiter (fig7.4), il n'y a pas de courbe unique mais un nuage de courbes du au caractère non pas aléatoire mais spurious non prédictible.

On peut sans doute aussi extrapoler du fait que les cellules de turbulence se situent en moyenne à 5cm.

La conclusion de tout cela c'est que un algorithme établi avec un cadre je pense devrait être confirmé par ce qu'il donne par un autre moyen d'investigation.

Nous n'avons pas 60 ou 100cm d'ouverture mais 10-30 en règle générale où je pense que des extrapolations simples suffisent avec l'aide de tests réalisés très proprement.

Pour ce roddier, simplement, quand le rms seeing vaut le rms optique pur on doit se situer à un seuil de pertinence. Apparemment c'est le cas sur la 2eme série de tests de Bernard.

La 1ère série fait apparaitre du disparate avec un rms seeing supérieur à celui optique.

C'était mon propo.

Sans quantifier quoi que ce soit il y aura beaucoup de discussions, sans définition d'une "philosophie).

Après pour des 100cm et plus ils se détermineront leurs propres règles d'utilisation du roddier.

Cependant plus le bruit rms augmente, amplifié par l'ouverture, plus les data évaluées seront dispersées.

Faut une qualité de ciel avec le rapport d'échelle des situations en cause (pour faire court, nous ne sommes pas au pdm).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, rvuti9 a dit :

Il a utilisé le filtre R trichro

Le voilà le support pour les poussières. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Il a utilisé le filtre R trichro

Le voilà le support pour les poussières. "

 

Autrement dit

le filtre n'était pas propre?

le filtre introduit des aberrations supplémentaires?

c'est le filtre rouge qui introduit par sa couleur des effets?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Bernard_Bayle a dit :

Les Lambda/machin , les résultats  de type Labo  pour un Instrument donné ça m'importe peu.

Pour un télescope comme le tien ça n'a pas trop de sens d'opposer une mesure de labo au terrain. On peut éventuellement entrer dans ce genre de discussion pour des télescopes plus gros avec des barillets dépendants de la gravité. 
Les mesures que je donne dans C&E par exemple reflètent les performances de terrain car elles sont réalisées sur l'instrument complet. Les fois où l'instrument avait un barillet gravité dépendant, les conditions du terrains ont été reproduites en labo (banc vertical), ou plus simplement la mesure a été faite sur étoiles sur le terrain. 

L’intérêt du labo c'est la meilleure maîtrise de l'environnement, on évite ainsi ce qui arrive sur tes mesures avec des polynômes qui font du yoyo. Si ton but est de savoir où tu en es en coma, astig et trefoil il faudrait précisément que ces polynômes soient stables or ce n'est pas le cas. Le seul polynôme stable est celui sur lequel tu ne peux pas agir (3rdSH). 
Ce qui est néanmoins intéressant c'est que tu n'as probablement pas d'astig ou de trefoil de très forte amplitude car eux prendraient le pas sur les erreurs de mesures que l'on voit ici, imputables aux poussières et sans doute à ta veine d'air. 

Au second ordre ce qui est très intéressant dans tes mesures c'est de voir que ton tube rayonne malgré tous tes gros efforts pour le stabiliser. C'est peut être ça le résultat le plus utile du test. Du coup je me poserais la question de savoir comment limiter ce rayonnent. Car chercher à minimiser les défauts optiques c'est bien mais si c'est pour laisser d'autres défauts prendre le pas, on ne fait que déplacer le problème. Ce serait intéressant de tester si une isolation du tube permet de limiter le delta T entre le bafle et le tube par exemple (couverture de survie). Il y avait aussi des expérience intéressante et contre intuitive à base de résistance chauffante sur des télescope comme le tien. Le tube est fermé, l'enjeu n'est donc pas tant d'avoir l'intérieur du tube à la même température que dehors que d'avoir peu de delta T entre le tube et l'ensemble bafle/miroir. Comme ça avec les mains, ça semble plus simple de freiner le refroidissement du tube que de refroidir le gros bloc de verre et le bafle. Mais les deux stratégies ne s'opposent sans doute pas. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je confirme qu'en recouvrant le tube avec déja un plastique collé de 2-3/10 mm sur un c8, les images sont globalement plus stables sur la nuit. Ce n'est pas transcendant mais significatif quand même.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 34 minutes, jldauvergne a dit :

plus simple de freiner le refroidissement du tube que de refroidir le gros bloc de verre et le bafle

 

Marrant que tu parles  de ça, justement , la nuit dernière j'ai fait des tests de Delta de T°c  sur le C11

( ...en étant sur Jupiter avec un seeing pas sympa )

 

- IL y a depuis peu,  1ventilo soufflant et 1 aspirant sur le C11

- une sonde  appuyée sur le primaire , et collée sur son pourtour pour ne pas que la colle

perturbe la mesure , la sonde  est placée sur la grande épaisseur du verre .

 

temp-c11.JPG.b2119c0695e5c3b3e4fb6e25c3f7042f.JPG

 

C'est effectivement incroyable le temps de mise en T°c  ..à partir de  3h00......

sur un C11 franchement je voyais ce temps de mise en T°c  autour de 2h.00

quand je vire la bâche , la  T°c  extérieur tube chute brutalement en 30mn  avec un Delta.T maxium de 7°c

puis ça baisse très lentement ...

 

Bernard_Bayle

 

Edited by Bernard_Bayle

Share this post


Link to post
Share on other sites

Où est stocké ton tube pendant la journée ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

"oui je confirme que la flexion de la lame n'a aucune importance

 

Tu es bien sur ? moi je trouve qu'elle fléchit beaucoup !"

 

C'est mécanique, une flexion de plaque avec 300grs au centre par le secondaire.

Ca fléchit, c'est sur, mais le posé de la lame sur le tube est important.

L'embase en liège peut avoir ses limites, l'épaisseur sur le c11 doit faire dans les 4-5mm au plus, 2 fois plus sur le meade 300. C'est surtout la capacité du tube à maintenir l'ensemble ménisque secondaire centré qui prime.

Dans le rutten "telescop optics" il y a une simulation  pour un sct c8 pour tolérancer les montages en vue de garder le diffraction limited.

La flexion de lame, ce n'est pas nul mais négligeable sans doute.

 

Interressant tes mesures de températures sur tube et mirroir, ça casse les pattes à beaucoup de discussions.

Je laisse le tube 100% dehors en demi saison et hiver, sauf l'été, il est quasi utilisable en début de nuit (en observant la tache d'airy).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, rvuti9 a dit :

"oui je confirme que la flexion de la lame n'a aucune importance

 

Tu es bien sur ? moi je trouve qu'elle fléchit beaucoup !"

 

Non, mais là avec la vidéo  :   http://www.bbayle.com/temp/Celestron_Corrector_Breakage.mp4

je déc.......  :-)) complètement , 40 kg sur le museau tout de même

 

Bernard_Bayle

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 52 minutes, Kaptain a dit :

Où est stocké ton tube pendant la journée ?

Dehors sous 2 bâches ( dont une isotherme ) aérées  , et il y reste en permanence

les périodes où j'image  ,  bien sur je pourrais mettre le Tube à l'intérieur , mais pas envie de me le coltiner

tous les soirs sur la monture .

et sinon il voyage beaucoup ( mars/avril au Sud Maroc, et  cet été 1mois et1/2 , Cévennes, Valdrome, et autre )

 

Il y a 1 heure, jldauvergne a dit :

Ce serait intéressant de tester si une isolation du tube permet de limiter le delta T entre le bafle et le tube par exemple

 

Je pourrai effectivement tester ça ......déjà que la couleur noire n'est pas une bonne idée thermiquement ...

 

Bernard_Bayle

Edited by Bernard_Bayle
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Bernard_Bayle a dit :

déjà que la couleur noire n'est pas une bonne idée thermiquement ...

si c'est directement au Soleil ce n'est pas terrible non. Mais une fois qu'il est question de refroidir l'instrument c'est mieux il me semble dans l'absolu. Sauf peut être dans le cas des SC si ça permet à la tôle de refroidir plus vite que la musique, ...
Il ne faut pas oublier les effets de rayonnement vers le fond de ciel. J'ai vu certains matins cet hiver du givre sur des toits le matin alors que mon thermomètre affichait 9°. Ce phénomène est assez bien connu jusqu'à 6° mais visiblement il est possible d'aller encore plus loin. 
Sur les SC c'est la même histoire, la tôle ce qu'elle voit c'est le fond de ciel et elle va vite passer sous la température extérieure alors que le balfe lui est encore au dessus. Donc dans ce cas là il est probable que la couleur noir agave vraiment les choses alors qu'elle est conseillée pour les araignées par exemple. 

Au pif comme ça je serais curieux de voir ce que donne un couplage ventillo / couverture de survie. C'est le meilleur moyen d'éviter ce foutu delta T entre bafle et tube quelque soit le delta T avec l'extérieur (celui-ci est vraiment secondaire je pense sur les SCT). 

Une remarque en passant, je ne sais pas si chez Taka on se fait des nœuds au cerveau sur la mise en température (plus que chez Celestron en tout cas ça c'est certain), mais les tubes ne sont pas noirs. 
Après sur mon balcon Mewlon ou SCT je n'ai jamais eu de soucis de mise à température même ne l'abscence de ventilo. Par contre sur le µ250 j'ouvre l'arrière systématiquement (je ne sais pas ce qui se passe si je ne le fait pas, je n'ai pas essayé). 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Laisser le tube dehors en été n'est pas une bonne idée. Tu n'a pas un endroit au pire ombragé, au mieux isolé pour le stocker ? Le mien est sorti de sa monture et rangé dans un garage isolé mais ventilé.

Cela te ferais gagner pas mal de temps sur la mise en température.

 

Marc

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 3 heures, patry a dit :

Laisser le tube dehors en été n'est pas une bonne idée.

C'est sur Marc tu as raison,  mais bon j'ai plus mes bras de rugbymen depuis bien longtemps ....

et j'ai toujours la trouille quand ..je vise la queue d'aronde ....malgré la poignée que j'ai

installé des  son achat  pour assurer une prise, mais à 70 balais on fait gaffe aux lombaires.

 

poignee.JPG.d1a9d52fb583a4e7f1620079ee409e1e.JPG

 

Bernard_Bayle

Edited by Bernard_Bayle
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et tu ne peux pas rouler l'ensemble sur une monture genre ça ?

 

180er-mak.jpg.b81df970c025d398e9c5a9a007da368c.jpg

 

Yapluka pousser...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Kaptain a dit :

Et tu ne peux pas rouler l'ensemble sur une monture genre ça ?

 

non, pas possible vue la config du site ....en fait dans le 56, c'est pas  vraiment un problème comme dans le 13 où j'ai passé ma vie.

ça me va , c'est plus sur ce qu'a dit J-L.D  que je vais gamberger .

Bernard_Bayle

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By guillau06
      Bonjour a tous,
       
      Je cherche un instrument pour mettre sur une petite AZ4 a sortir vite fait sur le balcon pour regarder la lune, et aussi pour l’emmener sous un bon ciel l’été et faire un peu de ciel profond.
      Je me suis arrêter sur deux instruments, a savoir un Mak 127 et une 100ED (j'ai déjà eu une 80ed et j'ai une TS65Q, donc je veux un diamètre de minimum 100mm)
       
      Je pense que le Mak sera plus performant en lunaire (?) , mais il a une mise en température assez longue finalement (1h ?)  et en CP sont FD assez élevé n'est pas optimal.
      La 100ED me semble peut être plus polyvalente (?) mais cela reste un 100mm , certes sans obstruction, mais par rapport un un Mak 127, ça  vaut quoi ?
       
      Ensuite , niveau encombrement il est clair que le Mak127 et devant
       
      Voilà, donc j'hésite , j'attends vos avis, celles et ceux qui ont pu comparé l'un est l'autre.
       
      Merci
    • By FranckiM06
      Bonjour à vous tous,
      Alors j'ai un ami qui vient d'acheter une maison à Saumur et l'ancien propriétaire devait être astronome car il lui a vendu tout son ancien matos avec la maison .  Mon ami, n'y connaissant rien m'a demandé combien vallait ce télescope réellement et surtout combien il pouvait le revendre car il n'est pas astronome.
      Apparemment le diamètre intérieur du tube (PERL) ferait 380mm donc je pencherait sur un miroir de 350mm ou 310mm avec une longue focale car le tube mesurerait 1900mm et à en voir les photos qu'il m'a envoyé il doit peser son poids le gros bébé !
          

       

       

       

       
      Voilà, donc je penche pour un ancien MEADE mais je n'ai pas d'idée sur ce genre de télescope qui à mon avis vu la monture (comme j'avais pour mon ancien Newton 254) doit faire son poids ausi mais je ne serais lui dire combien vaut ce bébé
      Est-ce que vous auriez une idée ?
      Franck
    • By astrocg
      bonjour
      je me pose la question de l'utilité du bafflage sur le secondaire situé sur le ménisque d'un maksutov alors que sur un scmidt-cassegrin aucun fabricant n'en met
      est ce que le baffle a une efficacité réelle et sur quel objet observé?
      quelle est la différence avec/sans?
      certains ont ils fait des essais en réel?
      certains ont ils fait tes tests avec des bafflages de différentes tailles et différentes formes
      merci pour vos éclairages
    • By Alexandre Cucculelli
      bonjour a tous 
      j'ai un message d'erreur pour la petite Atik GP qui fonctionnait auparavant comme camera de guidage .
      Apparemment l'USB est ok sur mon PC portable .
      Mais pas sur le PC de l'Observatoire  qui lui est sous XP .
      Toujours un problème de driver .
      Je désinstalle et réinstalle le CD depuis un moment maintenant , je suis a bout ...
      Il est certain que la prochaine  ne sera plus une Atik ( c'est ma troisième quand même ) 
      En attendant je persiste avec la GP , pouvez vous m'aidez ?
      merci.
       
      alex.
       
       
       
    • By Loup Lunaire
      Bonjour les Takahashites,
       
      Petite news de ces vacances, Takahashi a sorti le 20 juillet, une nouvelle version de la  FC100D    avec un Z, c'est une variante, plus optimisé pour l'astrophoto.
      Il s'agit d'un doublet à base du fluorite et pour la fiche technique:
       

       
      FC-100DZ
      Spécifications
      Le format2 groupes 2 feuilles de fluorite Apochromat
      Ouverture efficace100 mm
      Longueur focale800 mm
      Taux d'ouverture1: 8.0
      Diamètre de la lentille95 mm
      Longueur totale du barillet d'objectif840 mm (770 mm lorsque le pare-buée est rangée)
      Messe3,9 kg
      Viseur6 fois 30 mm
       
      Les Japonais aime bien les Z, j'ai déjà remarqué cela dans bon nombre de produit et de production, bon chez nous ce serai plutôt le X.
        ici avec le robot Mazinger Z (vignette.wikia.nocookie.net)
       
      Un peu plus de détail sur les performances optiques dans les longueurs d'ondes.
       
      "L'aberration chromatique est également réduite en la combinant avec un verre hautement réfractif compatible avec une dispersion partielle.
      En conséquence, l'intensité de Strehl est supérieure à 90% dans toute la région de lumière visible de 460 nm à 670 nm, le rapport Strehl avec intensité visuelle est de 97,6% et la performance visuelle qui dépasse le FC-100DL de f / 9 est le rapport d'ouverture de f / 8. Est réalisé."
       
       

      citation & image Takahashi
       
      Voilà pour la news,
       
      高橋への良い天国
       
       
       
  • Images