Sign in to follow this  
BobMarsian

Spektr-RG, observatoire spatial (Rayons X)

Recommended Posts

Passé un peu inaperçu, le lancement samedi dernier du cet observatoire spatial opérant dans le domaine des rayons X, mérite un peu d'attention vu qu'il constitue l'une des rares opérations spatiales astronomiques/planétaires que le russes arrivent parfois et péniblement à concrétiser.
Le projet initié dans les années '90s ne survivra pas aux bouleversements économiques ayant suivi la chute de l'URSS, pour renaître en 2005 à un niveau plus modeste (+ partenaires internationaux). La mouture définitive fut signée en 2009 entre l'agence russe Roskosmos et l'allemande DLR pour aboutir après moults problèmes techniques & retards divers, à un lancement dix années plus tard en passant entre temps par un pénalisant changement de lanceur : du Zenit ukrainien au Proton russe !  La date prévisionnelle du lancement était 2011 !
Le dernier lancement d'un obs. spatial russe de cet importance, Spektr-R (ondes radios) remonte à 2011 (arrêt en janv./avril 2019).  Le prochain :  Spektr-UF (UV, mirroir d'1m70), prévu vers ... 2025.

 

Spektr-RG (Spektrum-Röntgen-Gamma),  constructeur : Lavochkin Association,  masse = 2712,5 kg
Coût approximatif  ~ 600 M$
Lancement :  13/07/2019 (12:31 TU),  Baykonur
Lanceur :  Proton-M / Block DM-03 (h = 57 m), Khrunichev
Orbite :  halo autour du point de Lagrange L2 situé à 1,5 Gm de la Terre, côté face obscure (3 mois pour y parvenir)
Deux télescopes X :
 - eROSITA  (Allemagne, Max-Planck-Institut für Extraterrestrische Physik ou MPE)
   Domaine : 300 - 11 000 eV,  résolution : 18 arcsecs,  champ : 0,81 deg²
   Suite de la mission allemande ROSAT (Röntgen Satellit 1990-1999) qui effectua le 1er sondage complet dans le domaine 100-2400 eV (X mous). De plus, eROSOTA est 20 à 25 fois plus sensible que ROSAT !
 - ART-XC (Russie,  IKI - Académie des Sciences)
   Domaine : 5000 - 30 000 eV,  résolution : 45 arcsecs,  champ : 0,3 deg²
Mission :  4 ans durant lesquels l'observatoire balaiera 8 fois le ciel en totalité + 3 années centrées sur des cibles spécifiques.  1ères observations : début novembre 2019.
Objectif :  entre autres, rechercher la signature de l'énergie sombre censée provoquer l'accélération de l'expansion de l'Univers ...
Résultats attendus :  avec eROSITA, 80 % de nouvelles sources découvertes chaque jour soit quelques centaines, avec au final environ 100 000 nouvelles sources X provenant d'amas de galaxies, de plusieurs millions d'autres émises par des trous noirs actifs au centre de galaxies, sans compter celles venant d'étoiles à neutrons isolées ...
Durant la 1ère année, eROSITA détectera davantage des nouvelles sources X que durant 50 années d'histoire d'astronomie dans ce domaine !
Spektr-RG qui entre dans la catégorie d'observatoire spatial de taille moyenne, n'a évidemment pas la sensibilité de Chandra (NASA) ciblant, lui, des sources individuelles.  Il reste donc un outil complémentaire pour ce télescope et d'autres à venir. Aussi, les "mirroirs" d'eROSITA représentent une version réduite de ceux montés sur XMM-Newton (ESA).

 

Sources :
https://www.roscosmos.ru/media/files/srg_2019_eng.pdf
https://spaceflightnow.com/2019/07/13/russia-launches-international-x-ray-astronomy-mission/
https://www.skyandtelescope.com/astronomy-news/german-russian-astronomy-satellite-launches/

 

SpektrRG_ProtonM-DM03_20190713_1-4.jpg.a2823ec1d23c8b1cafd82468d6af9387.jpg

SpektrRG_ProtonM-DM03_20190713_3.png.ef36844824eee8404adb98418e69e771.png

5d2f4488daed3_Spektr-RG_Roskosmos.jpg.a2eba4b27dd036b64a785917d9a01659.jpg

5d2f449fcf333_Spektr-RG_Roskosmos-DLR-Lavochkin-MPE-IKI.jpg.0804776f3c67dbac6a642fe36e181bd1.jpg

 

Les 7 modules des "mirroirs" d'eROSITA :

eROSITAmirrorplatform_sn_xl-600px.jpg

Crédit :  P. Friedrich / MPE

Edited by BobMarsian
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Présentation de la mission (11 mn) sur la chaîne YouTube "Deep Astronomy" (Space Fan News) :

 

 

Il est possible d'inclure des sous-titres (anglais par défaut) puis de les traduire en français

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Une version épurée des particules chargées et autres rayons cosmiques où les sources X (pas immensément nombreuses *) ressortent mieux, essentiellement situées dans le plan galactique.

* ~ 600, soit 2/3 galactiques (objets compacts avec trous noirs, étoiles à neutrons, naines blanches, restes d'explosions de supernova) et environ 1/3 extragalactiques (principalement des noyaux galactiques actifs, ainsi que plusieurs amas massifs de galaxies). La sensibilité de la cartographie augmentera proportionnellement avec le temps d'exposition durant les quelques 6 années et demi d'observation orbitale prévue ...

 

EaPl3ynXsAA5mzD?format=jpg

X durs 4–12 keV, champ 36' (8 décembre 2019 ---> 10 juin 2020).  Crédit : IKI RAN

Source: IKI (11/06/2020) http://press.cosmos.ru/art-xc-x-ray-sources-all-sky-survey

https://twitter.com/MediaIki/status/1271114943807488000

 

Spektr-RG_ART-XC_eROSITA_Roskosmos-DLR.png.a8b2e26f286347f934c27e207b58d877.png

Crédit :  Roskosmos / DLR

Source :  http://srg.iki.rssi.ru/?page_id=2&lang=ru

Edited by BobMarsian
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Extraites de sa première couverture globale du ciel (en violet/pourpre) : quelques sources individuelles vues par le télescope X allemand eROSITA embarqué sur l'observatoire spatial russe Spektr-RG  --->  le superamas Shapley et les restes de la supernova galactique PKS 1209-52 :

 

5ee634c0c473f_Spektr-RG_eROSITA_0.6-2.3keV_ShapleyCluster-PKS1209-52_MPE.jpg.a9b59f1fdd93519a686272e0043059d0.jpg

Crédit : A. Merloni, C. Maitra (MPE : Max-Planck-Institut für Extraterrestrische Physik)

https://twitter.com/eROSITA_SRG/status/1255861463966720001

 

Toujours un peu étonné de voir que des gaz refroidis issus d'une supernova puissent encore émettre dans l'X, genre de rayonnements représentant à priori des phénomènes parmi les plus violents de l'Univers o.O

Edited by BobMarsian
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Toutes récentes (12 juin), publiées par l'Institut de Recherche Cosmique (IKI) de l'Académie des Sciences de Russie (RAN), voici les premières cartes du 1er "all-sky survey" accompli par le télescope eROSITA dans deux bandes X (0,3-0,7 keV & 0,7-2,3 keV) incluant environ un demi-million de sources,  ... en fait (selon le commentaire de Daniel Fisher) une seule moitié, l'autre revenant aux allemands du Max Planck Institute. Les astrophysiciens russes gardent donc la responsabilité du traitement et de l'analyse des données d'eROSITA concernant cette moitié d'hémisphère céleste.

 

http://press.cosmos.ru/srgerosita-est-rentgenovskaya-karta-vsego-neba
https://twitter.com/cosmos4u/status/1271487206063050752

 

Spektr-RG_eROSITA_0.3-0.7keV_IKI-RAN_2020-06-12.png.1efc5bc9cb0c1424998a432d3d01f9a5.png

Spektr-RG_eROSITA_0.7-2.3keV_IKI-RAN_2020-06-12.png.240f6b6885e3e8304ad697600a6fe548.png

Crédits :  IKI RAN

 

Partie centrale (40° x 20°) de la Voie Lactée dans le plan galactique (0.3 - 2.0 keV) :

Spektr-RG_eROSITA_0.3-2.0keV_IKI-RAN_2020-06-12_m.png.0430908331befc4a167b73d532197b58.png

Edited by BobMarsian
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Traduction de l'article de l'IKI du 12 juin avec les commentaires associés aux trois cartes :
http://press.cosmos.ru/srgerosita-est-rentgenovskaya-karta-vsego-neba

 

"SRG/eROSITA: il existe une carte radiographique de tout le ciel !

 

Le travail des astrophysiciens en Russie et en Allemagne, qui travaillent maintenant loin de leur travail, est un événement exceptionnel: les télescopes ART-XC et eROSITA à bord de l'observatoire orbital Spectrum RG ont achevé leur premier relevé radiographique de l'ensemble du ciel.

Dans la soirée du 11 juin, le télescope SRG / eRosita a achevé la construction d'une carte couvrant l'ensemble de la sphère céleste, dont l'aire est de 41253 degrés carrés. Cela a pris six mois. Des images de la moitié du ciel, que les astrophysiciens russes sont responsables du traitement et de l'analyse, sont présentées sur les figures, qui montrent des cartes dans deux gammes d'énergie: 0,3-0,7 keV et 0,7-2,3 keV. Chez eux, la sensibilité du télescope SRG / eRosita est maximale. Environ un demi-million de sources de rayons X sont enregistrées sur ces cartes.

 

ris1.png
Une carte de la moitié du ciel entier dans la gamme de 0,3 à 0,7 kiloélectron-volts obtenue par le télescope SRG / eRosita lors du premier relevé du ciel. Crédit : IKI RAN

 

Sur la carte, dans une gamme d'énergie plus douce de 0,3 à 0,7 keV, les restes d'explosions de supernova (traces de la mort des étoiles) et l'émission de gaz interstellaire «chaud» avec une température de centaines de milliers de degrés Kelvin, ainsi que des étoiles relativement proches avec des couronnes beaucoup plus puissantes que le Soleil, sont clairement visibles . Il y en a plus de cent mille.

Il convient de noter "l'éperon" polaire du Nord, la région la plus brillante et la plus étendue de notre galaxie en rayons X doux. Une bande sombre est clairement visible, s'étendant le long du plan de notre galaxie, où la luminosité de surface du rayonnement X est inférieure à celle d'autres parties de la carte. Cela est dû à l'absorption des rayons X mous par le gaz et la poussière dans le disque de notre galaxie.

"Il est déjà clair que les données du télescope SRG / eRosit à bord du Spectra RG nous permettront de clarifier la quantité de gaz et de poussières atomiques et moléculaires dans différentes directions dans le ciel", explique l'académicien Rashid Sunyaev, directeur scientifique du projet Spectrum RG, Directeur scientifique du Département d'astrophysique des hautes énergies, IKI RAN.

 

ris2.png
Une carte de la moitié du ciel entier dans la gamme de 0,7 à 2,3 kiloélectron-volts, obtenue par le télescope SRG / eRosita lors du premier levé du ciel. Crédit : IKI RAN

 

Les objets extragalactiques se manifestent principalement sur la carte dans une plage de 0,7 à 2,3 keV. Nous voyons des centaines de milliers de noyaux de galaxies et de quasars actifs, dont le rayonnement est associé à l'accumulation (chute) de matière sur des trous noirs supermassifs, et des milliers d'amas massifs de galaxies, remplis principalement d'une mystérieuse "matière noire" et de gaz intergalactique chaud. La grande majorité de ces objets sont situés à des distances cosmologiques de nous dépassant des milliards d'années-lumières.

Dans cette plage, nous voyons également des pulsars de rayons X, des naines blanches "accrétantes" et de nombreux autres types de sources de rayons X galactiques.

La plupart des objets détectés sont observés pour la première fois. Des mesures précises de leurs positions, avec une précision de l'ordre de quelques secondes d'angle permettent d'identifier une partie sensible des objets ouverts avec des sources connues dans les gammes optiques ou infrarouges du spectre.

Le télescope SRG / eRosita n'a «regardé» la plupart des sources de rayons X que pendant 150 à 300 secondes.

Le rayonnement lumineux dans la partie centrale de la carte est dû à l'émission de gaz chauds et de jeunes objets de diverses natures dans les régions de formation d'étoiles de la constellation du Cygne, y compris le fameux vestige de la boucle de supernova Cygnus, un certain nombre de nébuleuses planétaires et d'amas de jeunes étoiles, ainsi que des sources de rayons X célèbres comme un trou noir Cygnus X-1 et les étoiles à neutrons Cygnus X-2 et X-3, ainsi que la célèbre radio-galaxie lointaine Cygnus A.

En raison des effets de projection sur les cartes ci-dessus, la zone du centre de la galaxie est presque invisible, ce qui présente un grand intérêt pour les astronomes. Il est illustré ci-dessous, la taille de l'image = 40 x 20 degrés.

 

ris3.png?itok=7ur-PJXf
Une carte de la région du centre de la galaxie et du plan galactique mesurant 40 x 20 degrés dans la gamme de 0,3-2,0 keV.  Crédit : IKI RAN

 

Le trou noir supermassif Sgr A* est situé sur la bordure droite de cette carte dans le plan de l'équateur galactique. Cette zone est riche en sources de rayons X de diverses natures, mais est fortement absorbée par les rayons X mous en raison de la forte concentration de gaz moléculaire. Les sources les plus lumineuses de cette zone sont très floues en raison de leur luminosité élevée.

La première carte du ciel aux rayons X du télescope SRG / eRosita a dépassé la carte du célèbre satellite allemand ROSAT, qui pendant 30 ans a été la meilleure au monde en termes de sensibilité, de résolution angulaire et de nombre de sources observées.

Les télescopes de l'observatoire SRG parcourent le ciel le long d'un grand cercle dans la sphère céleste, dont le plan tourne approximativement en fonction du mouvement de la terre autour du soleil. Tous les balayages se croisent aux pôles de l'écliptique, où la carte des rayons X du ciel a la plus grande sensibilité. La densité des objets détectés par le télescope SRG / eRosit dans ces zones atteint environ 700 sources par degré carré.

Les télescopes de l'Observatoire Spectrum RG continuent de fonctionner. Il est prévu qu'après la manœuvre de correction d'orbite prévue pour la mi-juin et les brèves observations d'étalonnage nécessaires pour confirmer les paramètres de réponse spectrale des télescopes, l'observatoire entamera un deuxième levé du ciel. Il est prévu de recevoir 7 autres cartes de ce type au cours des trois ans et demi à venir. La carte totale sera beaucoup plus détaillée que la première, en raison de l'augmentation constante de l'exposition et de la sensibilité, bien sûr, sous réserve d'un fonctionnement continu et de haute qualité du satellite et de ses télescopes.

"Ensuite, nous aurons confiance que nos cartes et catalogues de sources seront utilisés par les astrophysiciens et les cosmologistes de tous les pays du monde pendant au moins les vingt prochaines années jusqu'à ce qu'une des agences spatiales décide qu'il est temps de créer une nouvelle carte plus détaillée du ciel en rayons X". dit Rashid Alievich.

Un deuxième relevé du ciel devrait durer jusqu'à la fin de l'année. La somme des données des deux revues doublera plus que le nombre de sources de rayons X détectées, et la comparaison des cartes nous permettra d'étudier la variabilité des sources et de découvrir de nouveaux objets uniques dans le ciel.

Les entreprises Roskosmos contrôlent le satellite, les antennes de communication spatiale à longue portée reçoivent des données scientifiques chaque jour et envoient des commandes au satellite et aux instruments scientifiques à une distance d'un million et demi de kilomètres de la Terre (quatre fois plus loin que la Lune). Les scientifiques de l'IKI RAN traitent à distance les données scientifiques sur des ordinateurs puissants dans le centre de données du projet. Une carte dans la moitié opposée du ciel est construite par des scientifiques de l'Institut allemand Max Planck de physique Extraterrestre (MPE).

Ensemble, ces deux «moitiés» couvrent toute la sphère céleste.

 

Le vaisseau spatial Spektr-RG développé par le NPO Lavochkine (qui fait partie de la Roskosmos State Corporation) a été lancé le 13 juillet 2019 depuis le cosmodrome de Baïkonour. Il a été créé avec la participation de l'Allemagne dans le cadre du Programme spatial fédéral de la Russie sur ordre de l'Académie russe des sciences. L'observatoire est équipé de deux télescopes à miroir à rayons X uniques: ART-XC (IKI RAN, Russie) et eROSITA (MPE, Allemagne), fonctionnant sur le principe de l'optique à rayons X oblique. Des télescopes sont installés sur la plateforme spatiale Navigator (NPO Lavochkine, Russie), adaptés aux objectifs du projet. L'objectif principal de la mission est de construire une carte du ciel entier dans les gammes douce (0,3-8 keV) et dure (4-20 keV) du spectre des rayons X avec une sensibilité sans précédent. L'observatoire doit travailler dans l'espace pendant au moins 6,5 ans.

 

 - Superviseur de la mission: l'académicien Rashid Alievich Sunyaev;

 - Superviseur scientifique sur le télescope ART-XC (Russie): Docteur en Sciences Phys.-Math. Mikhail Nikolaevich Pavlinsky;
 - Superviseur du télescope eROSITA (Allemagne): Dr. Peter Predel."

Edited by BobMarsian
  • Like 2
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 3 heures, jackbauer a dit :

Je croyais que Bob allait compléter avec les images mises en ligne par le Max Planck Institute ; En voici quelques unes :

 

Pas trop de temps en ce moment et aussi un peu pris par la comète NEOWISE, merci pour le suivi ;)

Autrement, cet observatoire se révèle assez extraordinaire par ses résultats et sa cartographie/imagerie particulièrement séduisante, ... quand je pense que j'ai fortement hésité à lancer le sujet, surtout pour un gars comme moi plus fan d'exploration planétaire que d'astrophysique ...

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un nouveau communiqué ; Traduction automatique :

 

https://www.roscosmos.ru/28812/

 

eROSITA aide à explorer les exoplanètes


La situation de rayonnement sur au moins quatre exoplanètes adaptées à la vie n'est pas bien pire que sur Terre, comme en témoignent les données de l'observatoire orbital russe Spectr-RG . Sur  la carte à rayons X de tout le ciel construite par le télescope eROSITA, on peut distinguer plus de 200000 étoiles proches, dont beaucoup sont des milliers et même des dizaines de milliers de fois plus lumineuses que la couronne de notre Soleil en rayons X.

L'académicien Rashid Sunyaev, académicien de l'Observatoire Spectrum-RG et Marat Gilfanov, membre correspondant de l'Académie russe des sciences, ont découvert que eROSITA enregistre le rayonnement radiologique d'environ 60 étoiles autour desquelles tournent des exoplanètes bien connues. Ce nombre représente environ 10% de toutes les étoiles proches avec des systèmes planétaires au milieu du ciel, pour le traitement des données dont les scientifiques russes sont responsables.

Une question naturelle se pose: quelle est la situation de rayonnement sur les planètes considérées comme adaptées à la vie? Pour ce faire, nous avons comparé le catalogue d'étoiles à rayons X puissants avec une liste d'étoiles autour desquelles tournent des exoplanètes adaptées à la vie, c'est-à-dire à bien des égards semblable à la Terre: avec une température moyenne à la surface de 0 à 50 degrés Celsius, avec une surface rocheuse plutôt que gazeuse et la présence possible de l'atmosphère. Le résultat était surprenant - aucune émission de rayons X du télescope eROSITA n'a encore été détectée à partir des étoiles autour desquelles des exoplanètes adaptées à la vie ont été découvertes.

De plus, les limites supérieures de la luminosité des rayons X des étoiles dans ces systèmes, obtenues par le télescope eROSITA, varient considérablement. Pour plusieurs des systèmes planétaires les plus proches, ils sont inférieurs à la luminosité minimale des rayons X jamais enregistrée par notre Soleil. Ces données peuvent intéresser les astrobiologistes traitant de l'origine de la vie sur des planètes éloignées du système solaire. Le rayonnement X doux observé du Soleil dans la plage dans laquelle le télescope eROSITA est le plus efficace (avec des énergies de photons de 0,3 à 2,3 kiloélectron-volts) est complètement absorbé par l'atmosphère terrestre, mais il est un indicateur de l'activité solaire et de l'accélération des rayons cosmiques pendant les éruptions solaires.

L'Observatoire russe Spektr-RG continue de balayer le ciel à rayons X. Après trois ans et demi, la sensibilité de la carte de l'ensemble du ciel aux rayons X devrait augmenter d'environ 5 fois. Désormais, les systèmes stellaires avec des exoplanètes adaptées à la vie sont inclus dans la liste des objets radiologiques, en particulier pour les astrophysiciens.

Spektr-RG est le premier vaisseau spatial russe opérant au voisinage du point Lagrange L2 du système Soleil-Terre à une distance de 1,5 million de kilomètres de la Terre. L'appareil a été lancé dans l'espace il y a un an, le 13 juillet 2019.Toute l'année de fonctionnement continu du satellite, les détecteurs de deux télescopes à bord de l'observatoire: le russe ART-XC et l'allemand eROSITA, sont dans des conditions de rayonnement extrêmement stables associées à la circulation des rayons cosmiques.

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  



  • Similar Content

    • By delamaresylvain
      Bonsoir tout le monde ,

      Et oui j'ai encore osé faire une image en présence de notre satellite 
      Ce n'est pas souvent que nous avons des nuits dégagées, donc je ne fais pas la fine bouche, j'y vais 
      La nuit fut beaucoup plus stable coté seing, mon suivi s'en est ressenti , une moyenne juste en dessous de 0.9 secondes pixels d'arc .

      Sources Wikipedia :

      NGC 6503, est une galaxie naine spirale du champ située dans la constellation du Dragon.

      Elle se trouve à une distance d'environ ∼20,5 millions d'a.l. De la Terre à l'extrémité d'une région de l'espace appelée le vide local.

      Cette galaxie naine s'étend sur 42 000 années-lumière et est particulièrement colorée à cause de régions de gaz rouges qui sont disséminés le long de ses spirales.

      Les régions d'un bleu intense contiennent des étoiles en formation.

      Des zones de poussières brunes sont dans les bras de la galaxie et dans son centre.

      Elle présente une dimension angulaire apparente de 7,1' par 2.4' d'angle.

      Elle est de type "Sc" suivant la classification de Hubble.

      Sa magnitude apparente est de : 10.86.

      La position de cette galaxie solitaire à l'extrémité du vide local l'a fait surnommer par l'astronome Stephen James O’Meara la « galaxie perdue dans l'espace » dans son livre de 2007 Hidden Treasures10.

      Setup :

      Tube : SC8 Edge

      Camera imageur : Atik 414

      Autoguidage en // lunette 60*430 / ASI ZWO 224C

      Monture : Atlas EQ6 pilotage Prism10 / EQMOD

      Pré-traitement / Traitement Prism10 rien d'autre 

      Toutes les poses unitaires sont de 180 secondes.

      Luminance : 129 minutes

      Rouge : 36 minutes

      Vert : 36 minutes

      Bleue : 36 minutes

      Soit presque 4 heures de pose totale, les nuits s'allongent 

      Dites-moi franchement ce que vous en pensez   

      Bon weekend à tous,

      Sylvain

    • By BobSaintClar
      Avec un titre pareil, vous vous attendez à l'image qui tue ?
      Vous devrez vous contenter de l'image qui pue
       
      Pour les astrams japonais, cette comète aura été une vraie déception : très peu l'auront vue, encore moins dans des conditions décentes : la météo sera restée épouvantable, exceptionnellement pluvieuse - plus dans la durée que dans l'intensité - et nuageuse. Quand les nuées daignaient s'ouvrir, c'était pour présenter des ciels lavasses, cyan laiteux bien plus que bleus marines, criblés de cirrus et d'aérosols. Pour observer la Lune, ça passe, mais pour une comète...
      Bref : j'ai quand même tenté x fois, avec deux sessions donnant des résultats. La première, c'était le 23 Juillet, lorsque la belle affichait encore une luminosité importante. La seconde (et la dernière, sauf miracle), ce fut le 4 Août, alors que Neowise était au plus proche de M64. Malgré le ciel pourrave, j'ai voulu immortaliser la rencontre :
       
      Le soleil couché dans son paquet de nuages (horizon complètement bouchée jusqu'à 10-15° de hauteur), je cherche la comète à l'oeil nu : que dalle. Aux jumelles 8x32, quand même ? Nib. Sérieusement ?
      Je passe aux Nikon 20x120, faut ce qu'il faut : là, je la trouve. Entre le ciel médiocre et la pleine lune  déjà levée, bonjour le massacre ! Je ne vois que la coma, sans queue vraiment détectée. Aucun détail...
       
      Je peux enchainer 20 prises de vue avant que les nuages d'altitude ne s'épaississent au point de masquer la comète : elle disparaît progressivement de mes brutes, alors j'arrête.
      Voici donc le résultat (15 sec de pose, 20 images, Pentax K1 "astrotracer" + obj 300 F4 ED) : L'image est réduite, mais vous ne manquez rien.

       
      Je me console en me disant que je l'aurai vue, enfin devinée, quand tant d'autres amateurs locaux l'auront manquée ! Et puis, il y a M64
       
       
    • By aubriot
      bonjour,
       
      voila c'est mon premier traitement de photo potable et je galère pas mal sur les traitements . il faut bien un début a tout .
      j'essaye de comprendre pourquoi je me retrouve avec un artefact à  gauche et en haut (demi cercle noir) de M81.
      est ce du à mes DOF  ? mes flats  en particulier ?
       
      merci d'avance
       
       

    • By XavS
      Bonsoir à toutes et tous,
       
      J'ai pû enfin profiter d'une très belle soirée vendredi dernier (31/07/2020) pour approfondir l'utilisateur de ma nouvelle monture Sky-Watcher. Et les premiers tests de photos me confortent sur mon choix de la GT pour supporter mon C9.25.
       
      Tout d'abord, voici la Lune prise entre 23h30 et minuit. Le début de soirée a été un peu nuageux
       
      Appareil 450D défiltré, 49 images à 1/4000s, 800 ISO, sous AS3 avec une sélection à 60 %.
      Tentative de traitement sous Astrosurface
       

       
      Puis passage, toujours pour les tests de la monture, sur M31 avec des poses de 30s. J'aurai pû faire plus mais je voulais voir comment était le suivi
       
      Appareil 450D défiltré,
      88 images, 30s à 800 ISO
      19 x Darks
      19 x Offsets
      Traitement SIRIL et Photoshop (ma bête noire )
       

       
      Je remercie la Lune pour cet halo qui donne un effet original à l'image
       
      Et pendant que le C9 faisait ces prises, mon 450D non défiltré sur sa SA a aussi travaillé
       
      La Lune, Jupiter et Saturne... Chiant à photographier avec la luminosité de notre Sélène.
       
      Appareil 450D non défiltré,
      1s, 800 ISO à 28 mm avec objectif Tamron 28/300mm.
       

       
      Et après notre trio du soir, je pointe le Cygne. Arggg.... des poses plus longues aurait été mieux
       
      Appareil 450D non défiltré,
      69 poses de 30s à 35mm avec objectif Tamron 28/300 mm
      800 ISO
      Traitement Siril et Photoshop
       

       
      L'objectif de cette soirée a été plus ou moins atteint ; la maîtrise de ma nouvelle monture qui grace au travail de PA a un suivi de fou et un blackslash pratiquement nul. Le top pour les photos.
       
      Bien entendu, vos avis sont toujours la bienvenue et me permettent de m'améliorer.
       
      Bonne soirée et bon ciel à toutes et tous.
       
      XavS
       
       
       
       
       
       
       
       
       
    • By delamaresylvain
      Bonsoir a tous et toutes ,

      Les nuits étant courtes  , j'ai fait mes acquis sur deux nuits , la luminance le 8 Juillet et la couleur le 29 juillet
      Je vous partage ma version L (H@+Rouge) VERT BLEUE

      Source Wikipédia :

      Cette galaxie est le siège de « fréquentes » supernovas.
      Dix ayant été observées depuis 1917.
      NGC 6946 est une des galaxies les plus prolifiques du ciel en termes de taux de supernovas, soit 10 fois le taux de la Voie lactée.
      Ce qui est encore plus remarquable car notre Galaxie comprend le double d'étoiles.
      Ce qui a valu à cette galaxie le surnom de la galaxie du feu d'artifice, accroissant ainsi sa popularité.
      La dernière supernova eut lieu en 2017 (SN 2017eaw).
      89 nébuleuses présentant un spectre caractéristique d'un résidu de supernova y ont été détectées.
      En 2009 l'étoile N6946-BH1 a disparu des images de Hubble, probablement par effondrement en un trou noir mais sans produire de supernova.
      NGC 6946 présente aussi des régions à sursauts de formation d'étoiles.

      Setup :
      Tube : SC8 edge red 0.7 1486mm de focal.
      Imageur : Atik 414
      Lunette guide 60*430 / Camera ZWO 224C
      Monture : Atlas EQ6
      Pilotage : Prism10 / EQmod
      Pré-traitement/Traitement : Prism10 puis FITSWORK pour la finition.
      Pose unitaire de 3 minutes.
      Luminance 70'
      H@ 60'
      Rouge 27'
      Vert 30'
      Bleue 30'

      Bon weekend à tous,

      Sylvain

  • Upcoming Events