Penn

Lightsail

Recommended Posts

Il y a 4 heures, brizhell a dit :

c'est jouable :)

 

Ah ben va falloir que j'essaie  les transits solaires depuis mon jardin ces prochains jours, alors.

4° de hauteur, c'est deux fois plus que jouable  :D

Clip_3.jpg.9b85423afb06285508ddbaf783d6865e.jpg

En plus un passage avec une 1/2' d'arc de transit, si c'est pas du challenge, ça ?  9_9

J'arriverai peut-être à refaire une demie ISS   :D

Edited by den b
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Un article sur le site d'Air & Cosmos :

 

https://www.air-cosmos.com/article/dans-les-rayons-du-soleil-21543

 

La voile solaire en mylar aluminisé de 32 m2 développée par la Planetary Society a été déployée le 23 juillet à 18 h 47 UTC, depuis une orbite haute de 720 km.
Elle était logée à bord du cubesat Prox 1 de l’Institut de technologie de Géorgie (71 kg), lancé le 25 juin avec la mission STP 2 du Falcon Heavy de SpaceX.
L’objectif du projet Light Sail 2 (voile légère 2) est de démontrer que la navigation photonique est une méthode de propulsion viable pour les cubesats.
 
Déclarations enthousiastes…
Bill Nye, le directeur de la Planetary Society, a déclaré au moment du déploiement de Light Sail 2 : « Nous avons réussi à placer la voile dans les rayons du Soleil ».
Puis, le 31 juillet, la Planetary Society a annoncé sur Twitter une « Mission réussie ! », considérant que son engin avait rehaussé son orbite « en utilisant la lumière du soleil seule, ce qui n’a jamais été fait auparavant. »
« Au cours des quatre derniers jours, le vaisseau spatial a élevé son apogée, ou son point culminant en orbite, d'environ 1,7 km grâce à sa voile solaire », a expliqué Bruce Betts, le responsable du projet.
 
Mais scepticisme chez certains observateurs.
L’aventure de Light Sail 2 est évidemment scrutée par nombre d’observateurs à travers le monde.
Mais certains, à l’image de Jonathan McDowell, astrophysicien au Centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian, à Cambridge (Massachusetts), ne sont pas convaincus que le succès soit déjà au rendez-vous : « Je ne vois pas la prétendue croissance de l'orbite dans les données, écrit-il sur Twitter dès le 31 juillet. Je vois la décroissance normale de l'orbite, mais une excentricité croissante probablement due à la voile - alors oui, l'apogée monte, mais le périgée descend encore plus vite. »

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 01/08/2019 à 15:22, brizhell a dit :

c'est jouable :)

pou ceux qui savent ce que c'est ;) 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, brizhell a dit :

En fait, aidé de la réfraction atmosphérique, LightSail2 devrait être finalement pas mal visible au dessus de l'horizon finalement...

Il serait à quelle magnitude (environ) ? Visible à l'œil nu ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 minutes ago, Bruno- said:

Il serait à quelle magnitude (environ) ? Visible à l'œil nu ?

 

oula !  suis pas assez compétent pour le dire. Callsky done pas une estimation ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

J'avais observé lightsail 1 en son temps, mag 1 à 2 environ. Mais elle était sur une orbite bien plus basse.

https://www.webastro.net/forums/topic/132781-observations-de-satellites/?page=2&tab=comments#comment-2028686

Thierry Legault en avait fait une petite vidéo où on voit aussi Arcturus pour comparaison  : 

https://www.webastro.net/forums/topic/135857-la-voile-solaire-lightsail-filmée-la-nuit-dernière/?tab=comments#comment-2030975

 

Et lightsail 2 sur HA : https://www.heavens-above.com/SatInfo.aspx?satid=44420&

mais les magnitudes sont souvent données de façon très arbitraire et sans tenir compte des éventuelles réflexions.

 

Depuis Sévillle on peut la voir à 18° de hauteur  ;)

Edited by den b
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Z'ont réussi à le repérer du côté de l'Arizona (c'est le fin trait qui traverse la photo) :

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites


https://www.planetary.org/blogs/ten-new-lightsail-2-pics.html

 

traduction :

 

Dix nouvelles photos de LightSail 2


Ce mois-ci, le vaisseau spatial de mission LightSail 2 de la Planetary Society fête son 10e mois dans l'espace. Le vaisseau spatial continue de fonctionner avec succès et d'utiliser la voile solaire pour la propulsion en orbite terrestre basse. 
L'équipe de mission capture régulièrement des images des voiles solaires de LightSail 2 pour voir comment leur état change au cours de la mission. Ces images capturent souvent de superbes vues de la Terre au cours du processus. En l'honneur de notre 10e mois dans l'espace, voici 10 nouvelles photos en orbite.

 

 

1.jpg

2.jpg

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

elle va retomber vers quelle date à peu près?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur une orbite de 700 km, elle doit encore être là pour un "bon bout de temps"  ;) 

Il y a dix mois : 

image.png.13b89d83bb73ea91ba9c71b8f6b7f018.png

 

Et en ce moment l'orbite est de 701x715 km d'après HA

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

elle s'éloigne en moyenne de deux kilomètres par an en moyenne depuis ... un an.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un nouvel article de la Planetary Society nous révèle le future immédiat du concept de voile solaire, à savoir deux missions de la NASA dont l'une doit s'envoler à la fin de cette année avec le vol inaugural du SLS

 

Traduction automatique ; Quelques photos glanées sur le site de LighSail 2 :

 

https://www.planetary.org/articles/nasa-solar-sails-build-on-lightsail


Les voiles solaires de la NASA construites après LightSail 2


Deux des prochaines missions de voile solaire de la NASA s’envolent par la lumière vers de nouveaux horizons, révélant la surface d’un astéroïde et testant une voile suffisamment grande pour couvrir six courts de tennis.

NEA Scout est une mission de la NASA lancée sur la Lune en 2021 qui utilisera une voile solaire pour visiter un astéroïde proche de la Terre. La NASA a également greenlit Solar Cruiser, une mission de lancement en 2025 pour tester une voile géante mesurant 1650 mètres carrés (17.800 pieds carrés) sur une orbite artificielle entre la Terre et le Soleil.

 

Les engins spatiaux à voile solaire utilisent des voiles minces et brillantes pour refléter la lumière du soleil, ce qui leur donne une poussée continue qui équivaut à un carburant illimité. Ils peuvent atteindre et maintenir des orbites difficiles ou impossibles d’accès avec des fusées traditionnelles. Les voiles solaires sont particulièrement bien adaptées aux petits engins spatiaux à faible coût dont la propulsion est limitée. Grâce aux progrès de la miniaturisation technologique, ces engins spatiaux ont augmenté dans leurs capacités tandis que les voiles solaires ont également progressé au cours des dernières années.

 

LightSail 2 de la Planetary Society,qui a passé 18 mois en orbite terrestre, fait partie d’une lignée de voiles solaires qui rend possible nea scout et solar cruiser. Basé sur la sonde nanosail-D2 de la NASA,LightSail 2 est devenu en 2019 le premier vaisseau spatial à démontrer une navigation solaire contrôlée en orbite terrestre, un exploit qui nécessite des manœuvres continues et rapides. La NASA et la Planetary Society collaborent et échangent des données sur LightSail 2 et NEA Scout dans le cadre d’un accord sur la Loi sur l’espace.

« Les gens nous demandent souvent s’il y aura un LightSail 3, et à bien des égards, c’est ce que nea Scout et Solar Cruiser sont », a déclaré Bruce Betts, Planetary Society scientifique en chef et le gestionnaire du programme LightSail. « Ces missions sont des prochaines étapes logiques qui font progresser la technologie de voile solaire. Nous sommes honorés de contribuer en partageant ce que nous avons appris grâce à notre mission LightSail 2 en cours et nous sommes ravis que la NASA avante dans ces passionnantes missions de voile solaire.


Les missions
NEA Scout se lance sur la Lune en 2021 avec une flotte d’autres petits satellites à bord d’Artemis 1, le premier vol d’essai de la fusée Space Launch System de la NASA. SLS fera sauter le véhicule de l’équipage Orion en mission en orbite lunaire et en arrière.

Sur le chemin de la Lune, l’étage supérieur sls déploiera une flotte de 13 CubeSats qui comprend NEA Scout. NEA Scout déploiera sa voile solaire de 86 mètres carrés et l’utilisera pour quitter l’orbite lunaire pour un survol d’un astéroïde proche de la Terre. L’astéroïde cible actuel est 1991 VG, bien que cela puisse changer en fonction de la date exacte de lancement.

NEA Scout démontre une méthode peu coûteux de reconnaissance d’astéroïdes pour les missions humaines et robotiques et ajoutera à notre connaissance scientifique des petits mondes. Des missions récentes de retour d’échantillons d’astéroïdes comme OSIRIS-REx de la NASA et Hayabusa2 au Japon ont toutes deux rencontré des terrains rocheux inattendus sur leurs astéroïdes, soulignant la valeur du dépistage des corps planétaires à l’avance.

 

En 2025 Solar Cruiser prendra la voile solaire à un nouveau niveau en testant une voile d’un ordre de grandeur plus grand que n’importe quel vol avant. Solar Cruiser fera de l’auto-stop dans l’espace avec la sonde interstellaire de cartographie et d’accélération de la NASA, IMAP. IMAP étudiera comment le flux constant de particules chargées provenant de notre Soleil connu sous le nom de vent solaire interagit avec le rayonnement cosmique provenant du reste de l’univers. Cette interaction crée une bulle qui entoure et protège notre système solaire.

Solar Cruiser sera côte avec IMAP et un autre petit satellite vers Lagrange point 1, ou L1, un endroit où la Terre et l’équilibre gravitationnel du Soleil pour créer un endroit pour les engins spatiaux à orbiter. L1 se trouve le long de la ligne Terre-Soleil à environ 1,5 million de kilomètres (0,9 million de miles) de la Terre. Solar Cruiser volera au-delà de L1 et utilisera une voile solaire pour faire sa propre orbite artificielle plus proche du Soleil, mais toujours sur une ligne droite entre le Soleil et la Terre que la Terre tourne autour du Soleil. Seule une voile solaire peut fournir les forces nécessaires pour maintenir une orbite aussi instable, car cela nécessite un carburant constant.

La démonstration montrera comment les missions de voile solaire au-delà de L1 pourraient être utilisées pour la science solaire ou pour fournir un temps d’avertissement supplémentaire des tempêtes solaires qui endommagent les satellites et perturbent les réseaux électriques sur Terre. Une mission similaire pourrait également planer au-dessus des pôles du Soleil, en les surveillant continuellement pour approfondir notre compréhension de la physique solaire.

 

Les Johnson, le chercheur principal de NEA Scout et Solar Cruiser au Marshall Space Flight Center de la NASA, attribue à LightSail l’intégration de la voile solaire dans le courant dominant.

« Je pense que le travail technique que la Planetary Society a fait, ainsi que le volet sensibilisation et sensibilisation et éducation, a été vraiment essentiel pour rendre cette capacité plus réelle dans l’esprit des décideurs et des scientifiques et les personnes intéressées par la voile, at-il dit lors d’une récente interview à la radio planétaire.


La mission LightSail 2 se poursuit
En attendant, LightSail 2 continue de naviguer en orbite terrestre. Comme prévu, même à 700 kilomètres au-dessus de la Terre, il y a suffisamment de traînée atmosphérique pour abaisser l’altitude du vaisseau spatial. La voile solaire a ralenti la progression, et elle a diminué d’environ 18 kilomètres.

L’équipe de LightSail 2 continue de travailler à optimiser la navigation, à collecter et à délier continuellement les données techniques, à analyser les performances et à prendre des images pour l’évaluation technique de la voile et des flèches et pour fournir des images inspirantes de notre Terre avec la voile au premier plan.

En février, la Planetary Society introduira un nouveau programme de subventions qui financera des projets prometteurs comme LightSail 2. Les subventions seront accordées par concours dans le cadre d’un processus ouvert et international.

Le mois prochain, la Planetary Society dévoilera également un nouveau film documentaire LightSail au Planetfest '21, notre festival et conférence emblématiques conçus pour les amateurs et les défenseurs de l’espace pour célébrer l’atterrissage du rover Perseverance de la NASA, ainsi que l’arrivée des missions des Émirats arabes unis et de la Chine sur Mars.

 

 

20200405_LightSail2RedSeaNileNrightC2-77-2020-02-09_095131_03.jpg

20200411_LightSail2C2-76-2020-01-06_080438_11_SWAustraliaNlowerright.jpg

c2_2019-07-23_184851-11_v0.jpg

lightsail-2-cuba-bahamas.jpg

lightsail-2-image-northern-brazil.jpg

lightsail-2-image-southeast-africa.jpg

lightsail-2-northern-s-america-2020-09-20.jpg

lightsail-2-peru-2020-10-14-c2.jpg

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now