gklm

si vous deviez conseiller un instrument uniquement dédié aux planètes...

Recommended Posts

Je suis bien d'accord avec toi . Je ne suis pas fan des schmidt cassegrain à cause de cette obstruction importante .Pourtant mon premier instrument était un C5 orange et je révais à l'époque de plus gros diamètres : C8, C11 et C14. Je préfère de loin un instrument qui se rapproche des performances d'une lunette Apo.

Je pense que l'intes MN86 (203mm) donne de plus belles images qu'un C8 et voir plus. 

La collimation du miroir secondaire est assez difficile car il y a 6 vis + 1 vis centrale.Le miroir semble presque correctement centré au milieu du PO mais un chouïa décalé vers le bas de quelques millimètres . PO moonlite mal centré par le précédent propriétaire ? 

En tout les cas les images des étoiles sont ponctuelles. Si quelqu'un peut me donner des conseils pour affiner la collimation je suis preneur. 

 

 

 

 

Edited by city99

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
il y a une heure, city99 a dit :

Je suis bien d'accord avec toi . Je ne suis pas fan des schmidt cassegrain à cause de cette obstruction importante

 

il y a une heure, city99 a dit :

Je préfère de loin un instrument qui se rapproche des performances d'une lunette Apo.

 

Eh bien ça fait du bien! je me sent moins seul ;-)

 

Citation

Pour celui dont les connaissances en optique astronomique sont  pour trop légères, il est bien de commencer modeste....en diamètre, avec un réfracteur pourquoi pas , mais de bonne qualité.

 

C'est aussi valable pour un confirmé Claude, l'idée en second instrument pour du grab & go d'une Lunette de bonne qualité entre 80 mm et 130 mm est un excellent choix.

Même en instrument principal pour celle ou celui dont le diamètre n'est pas l'option principale pour tout un tas de raisons qui lui sont personnelles (transport/manipulation/Mise en température rapide etc etc...).

L'option Mak ou SC en est une autre...

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, city99 a dit :

Si quelqu'un peut me donner des conseils pour affiner la collimation je suis preneur. 

 

Le point crucial à atteindre sur un MN est d'avoir le primaire parfaitement parallèle au ménisque et pile en face pour avoir une bonne correction.

 

Pour arriver à ce but, la clé est le réglage de la position du PO en face du secondaire : il faut que le secondaire soit pile à 45 degrés. Soit la base du PO peut coulisser verticalement pour le mettre en face du secondaire, (comme sur les MN90), soit le secondaire est ajustable en hauteur comme sur ton tube. Il faut y aller doucement, mm par mm, mesurer au pied à coulisse si besoin.

 

Et une fois qu'on a réglé l'assiette du primaire et la hauteur du PO, on n'y touche plus jamais. On fait la colim finale uniquement par le secondaire si besoin.

 

Bref ça ne se collimate pas comme un Newton classique qui est nettement plus tolérant sur les angles des miroirs.

 

Par contre une fois, que c'est fait, c'est un régal : pas besoin de correcteur de coma (il y est déjà) ni de problématique de distance capteur-correcteur. Que ce soit en visuel ou en photo, il suffit de faire la mise au point avec n'importe quel oculaire, APN ou caméra et c'est bon.

 

Perso je pense que c'est un bon tube pour un club, car chacun.peut mettre sa caméra ou son APN sans réfléchir, sans compétence particulière de calcul de backfocus. Et la qualité des optiques est top, que ce soit sur Intes ou Skywatcher/Orion.

 

Bref que ce soit en visuel planétaire ou ciel profond, en photo planétaire ou ciel profond, c'est excellent

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour olivdedo et merci pour les explications.

 

 Étant donné que mon PO ne soit pas   centré correctement au milieu du miroir secondaire (quelques millimètres) , je suppose qu'Il faudrait démonter le ménisque pour le reposer correctement. Est ce que cela en vaut la peine alors que les images sont excellentes dans mon MN ? 

 

Comment procèdes tu pour régler le miroir secondaire avec le pied à coulisse  ? 

Est ce que tu utilises les 6 vis existantes ? 

Je te demande ça car en dessérant un peu trop quelques vis le miroir secondaire avait pivoté légèrement sur son axe. 

C'était ensuite assez galère pour le remettre en place face au PO. 

 

(Cette opération est facile sur un Newton avec seulement trois vis et puis il n'y a pas de menisque comme sur le MN) . 

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, olivdeso a dit :

Et une fois qu'on a réglé l'assiette du primaire et la hauteur du PO, on n'y touche plus jamais. On fait la colim finale uniquement par le secondaire si besoin.

 

Bref ça ne se collimate pas comme un Newton classique qui est nettement plus tolérant sur les angles des miroirs.

Je confirme car Oliveso avait déjà discuté là-dessus. C'est ce que j'ai fait pour obtenir les images sur le MN68.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Beaucoup de personnes opteraent pour un Newton, par exemple un Dob.

Je compte acheter un tube de diam 250, et faire une monture Dobson jolie.

Je voudrais avoir une bonne qualité optique.

Est-ce que c'est la loterie ou est-ce que cetaines marques sortent en général des meilleurs miroirs que d'autres ?

(Je ne peux pas prendre l'option miroir artisanal à monter soi-même, trop cher, je reste sur de l'industriel, mais je cherche la meilleure marque/série)

Merci !

Edited by ovb

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

le point négatif sur les miroirs industriels, c'est surtout l'état de surface.

Terence Pelletier (qui est opticien -> Bigowlbinoscope) a testé sur banc optique pas mal de ces miroirs industriels, les Synta (qui équipent les Orion, Skywatcher...) sont meilleurs que les GSO sur le critère de l'état de surface. Apparemment la différence est substantielle. Au niveau de la forme, les deux marques sont assez équivalentes et correctes sur les diamètres 200-300mm. Au-delà de 300 la forme n'est pas toujours satisfaisante.

 

Fred.

Edited by fred-burgeot

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, fred-burgeot a dit :

testé sur banc optique pas mal de ces miroirs industriels, les Synta (qui équipent les Orion

Celui qui est utilisé par l'un des membres du club Astro de Challans (85), un 250mm, est très bon, le peu de fois où j'ai mis l’œil à l'oculaire de cet instrument...probablement des précautions (lesquelles?) prises par le sous-traitant pour Orion. On le vérifie aussi semble t'il pour les lunettes ED.....n'est-ce pas @zirkel 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, STF8LZOS6 a dit :

probablement des précautions (lesquelles?) prises par le sous-traitant pour Orion

 

Possible que non, sur cette catégorie de diamètres (200-300) Terence a l'air de dire que la production est assez homogène, surtout sur l'état de surface. Bon, même si Synta fait mieux que GSO en la matière, on est quand-même loin de ce que font les artisans en termes d'état de surface, pour éviter toute conclusion hâtive :)

 

Fred.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors on l'a trouvé ou pas cet instrument ? ;-)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, jm-fluo a dit :

Alors on l'a trouvé ou pas cet instrument ? ;-)

Ce genre de truc, c'est la recherche du Saint-Graal. On ne le trouve jamais, et portant il existe, on me la dit en songexD

https://fr.wikipedia.org/wiki/Graal

Le principe est portant simple. Tu te fies à ton instinct, et tu tiens mordicus à toi choix pendant un bon moment. Et si tu as le sourire jusqu'aux oreilles quand tu observes en visuel au bout de quelques mois/années, tu as gagné. Si c'est le contraire, tu lourdes ton truc pour en prendre un autre pas du même genre, ou tu cumules les deux histoire de voir si tu t'es pas gourés une deuxième fois. Il n'y a pas d'autre façon de procéder au bout de 12 pages, en résumé.

 

PS: J'ai vu des photos d'astram avec une montagne de lulu empilées par terre. Quelle misère. Un vrai chercheur de Graal pour ce coup-ci.

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, jm-fluo a dit :

Alors on l'a trouvé ou pas cet instrument ? ;-)

 

Ben oui : c'est un gros dobson le moins obstrué possible, optiques d'artisan et plein de ventilos pour chasser la couche limite. C'est bon, là, non ? B|

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, Kaptain a dit :

C'est bon, là, non ? B|

Oui je valide :-)

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mince, vous êtes encore là dessus ! xD

Il a choisi quoi finalement le mesieur du post ? xD;)

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La question :

Bonjour, je cherche une lunette diamètre 100/120 avec une focale assez grande et si possible sur une monture motorisée avec goto.

Les réponses :

Un dob ! et le plus gros possible ;););)

  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, STF8LZOS6 a dit :

Celui qui est utilisé par l'un des membres du club Astro de Challans (85), un 250mm, est très bon, le peu de fois où j'ai mis l’œil à l'oculaire de cet instrument...probablement des précautions (lesquelles?) prises par le sous-traitant pour Orion. On le vérifie aussi semble t'il pour les lunettes ED.....n'est-ce pas @zirkel 2

 

Certes mais pour les Lunettes ED Orion il semble que les meilleurs millésimes se situent entre 2003 et 2010... un service qualité Orion chez Synta était présent à l'époque, je ne sais pas si à présent c'est encore le cas....

 

Il y a 4 heures, fred-burgeot a dit :

Bon, même si Synta fait mieux que GSO en la matière, on est quand-même loin de ce que font les artisans en termes d'état de surface, pour éviter toute conclusion hâtive

 

Absolument Fred ! d'autant qu'au delà de 300 mm chez Orion les miroirs semblent moins bons (c'est mon cas).

Mais il faut reconnaître que chez Orion US la production, pour de l'industriel, semble au minimum correcte, mention particulière pour les XT10 qui sont pour moi les meilleurs de la gamme.

Après la production artisanale, en particulier Française, est d'un niveau supérieur et est reconnue au delà de nos frontières.

 

Citation

 

Il a choisi quoi finalement le mesieur du post ? 

 

 

C'est vrai ça !!! alors quoi au final ???

Edited by zirkel 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Kaptain a dit :

Ben oui : c'est un gros dobson le moins obstrué possible, optiques d'artisan et plein de ventilos pour chasser la couche limite

voilà la réponse.....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest lunetteapo75

Comme valère, 12 pages de forum!

Perso je dirais, n'importe quoi en tube pourvu que la précision optique soit top et le scope aligné et collimaté dans une tolérance liée au design. Bref un strehl optique global de 98% bien démontré, sans turbu.

J'ai bien observé avec un VC200 vixen dans ces limites avec de beaux résultats, co de 42%.

Les lunettes avec 0 obstruction, c'est top sur le papier et souvent bien dégradé dans la turbu à partir de 7-8/10 et moins, y compris apo. La séparation des couleurs par le design en cause qui amplifie ce qui est observable dans autre design à réflecteur, voir le poste d'à côté "taka starbase".

Affaire de design sur ces réfracteurs.

Je me souviens d'une 76-1200 polarex qui n'avait pas de cette séparation des couleurs avec images 5-6/10, de même cette 76-910 syw tout juste en comparaison, cette 102 F10 vixen tout juste, cette 102 F10 bosma sans rien de la sorte, cette 100F12 istar sans rien, cette 150F10 istar au-delà de moins de 6-7/10, cette 100ed au delà de moins de 7/10, cette 127edt également. Faut une 150 edt style lzos pour avoir le top au delàde moins  de 5-6/10.

On peut faire aussi sur mak et sct avec ces mêmes effets amplifiés.

Il n'y a que les réflecteurs purs sans verres correcteurs qui gardent au mieux leurs caractéristiques dans la turbu par une dégradation théorique selon danjon.

Après regardez le porte monnaie et la qualité de votre site d'observation pour l'ouverture optimum.

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors le "Monsieur du Post" a fait un choix "raisonnable" : un C6 d'occasion sur monture Go-To à prix lui aussi raisonnable, agrémenté d'une série d'oculaires  Baader ortho... pour voir ce que tout ça peut donner en planétaire. Malheureusement, l'instrument n'est sorti pour l'instant que deux fois en un mois, et encore dans des conditions désolantes : vent, ciel voilé par intermittence, atmosphère très humide... le tout avec des Jupiter et Saturne très basses... et même pas de Lune sur laquelle me faire plaisir ! Cet automne est réellement pourri.

J'attends des cieux plus propices...

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Félicitations pour cet achat. Oui tu l'as dit, le mois d'octobre a été particulièrement pourri. Chez moi, en Haute Normandie, on a habituellement une arrière saison plutôt sympa en sept-oct mais là c'est pas terrible !

Au début de la première vraie séance, il faudra te plier à faire la collimation probablement perfectible au mieux...( matériel d'occasion ). 

Tu peux suivre aisément l'évolution de ton réglage en direct dans l'oculaire ortho de plus grande focale que tu possèdes pour commencer puis de la plus petite focale pour fignoler ( si possible avec une Barlow )

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'habite aussi en Normandie (ni haute ni basse désormais...) du côté de Cherbourg, et je n'ai pas connu d'automne pareil depuis 20 ans dans le coin !

L'an dernier, baignade en maillot de bain dans la Manche jusque fin octobre... et cette année jusque mi-septembre seulement !

 

Bref ! Côté astro, c'est pas génial ! Et je n'ai pas pu tenter de collimation, mais c'est prévu à la première vraie nuit valable...

Il faut dire que je veux en plus me dégoter un instrument pour du planétaire à la pire période d'observation des planètes.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui je peux répondre à ta question ; une APO d 150 ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si tu en as une à débarrasser, jm, je suis ton homme !...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, jm-fluo a dit :

oui je peux répondre à ta question ; une APO d 150 ;-)

 

Je connais une Takahashi FS152, à l'ex observatoire de Rumigny, qui s'est faite exploser par mon T250/1663 (optique artisanale, obstruction 16%) sur Langrenus, Valois Snellius,  Petavius et Saturne, alors haute dans le ciel.

 

Je me souviens aussi d'une mythique Zeiss 150mm, sous Jupiter et Mars, lors d'une star partie à Redu en Belgique, cela fait longtemps. Tous le monde observait Jupiter avec.... le dobson de 400mm présent sur le site ! Celui de Philippe Morel je crois. L'image était splendide et lumineuse. La planète y était superbement ciselée et hyper détaillée. Il n'y avait pas photo avec l'image, certe contrastée et colorée, mais terne, sombre et infiniment moins détaillée à la L150. Le télescope montrait une fioriture de détails invisibles dans la lunette.

 

Le Newton de 400mm F/D6 de Taissy, près de Reims, complètement désaligné et installé dans un abris en béton, dégageant toute la nuit un seeing de 5" d'arc, se faisait battre par ma lunette de 80mm. Même à 200x, l'image était floue et délavée au télescope, pourtant doté d'un miroir Mosser L/20. Dans ce cas, une apo de 150mm est certainement préférable.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Gabm12
      Salut à tous.
      Suite à mon poste sur M42 à la ASI224 et vue le mauvais temps.
      Je me suis fait une étoile artificiel et j'ai fait un petit test de Roddier
      A première vue, je trouve le résultat pas trop mauvais, mais j'aimerai bien avoir votre point de vue ou même peut être lancer un comparatif ou chacun posterai ces résultats

      test réalisé sur un 200/1000 Skywatcher avec une asi224mc avec une étoile articiel (fait maison donc pas de Dimensions) placée à 20 mètres  
    • By Anthony sch
      Bonjour, 
      j’ai depuis maintenant 1 an un skywatcher 150/1200 f8 dont je suis extrêmement satisfait pour le prix. Cependant d’ici quelques mois j’aimerais changer de matériel et passer sur du plus gros. (Je souhaite rester chez skywatcher) 
      j’ai donc vu 2 modèles dit en « treillis » :
      le 254/ 1200: 735€
      - f:4,7  
      - pouvoir collecteur de lumière: 1317 
      - magnitude Max: 13,8 
      - grossissement utile: 508
       
      le 305/1500: 1185€
      - f4,9 
      - pouvoir collecteur de lumière: 1886
      - magnitude Max: 14,2 
      - grossissement utile: 608
       
      J’observe de tout, mais je suis plus ciel profond que planétaire. 
      Que pensez vous de ces 2 télescopes? Le quel me conseilleriez-vous? Merci et bon ciel. 
    • By Haltea
      Bonjour,
      J'ai déjà échangé avec certains d'entre vous au sujet de mon changement de set up qui se rapproche 😋.
      Je me demande si je ne vais pas diviser mon budget pour 2 instruments, ce qui me permettrai d'avoir un large éventail de cibles potentielles. 
      1) c11xlt , pour le planetaire et les cibles peu étendues,  comme mes galaxies préférées,  a 1 m de focale et a f/d 4, en poses courtes (avec un night owl qui corrige le champs sur un cercle de 16 mm).
      Pour les possesseurs de ce tube, rencontrez vous de grosses difficultés optiques ou mécaniques, qui  rendraient nécessaire l'achat d'un edge ? (Avec 2000 e de plus je sortirai un peu du buget). Je vois de très belles choses avec des C11 xlt  sur astrobin alors je m'interroge 
       
      2) un epsilon 130 edTakahashi a f/d 3 et toujours en poses relativement courtes,  pour le grand champs.
      J'ai vu sur le forum des utilisateurs de ce tube qui sortent de très belles images.
      Je pense qu'il n y a aucun doute sur la qualité optique et mécanique mais j'ai lu des articles sur cloudy night qui parlent de difficultés avec la collimation (critique à f/d 3) qui tiendrait difficilement,  alors que sur les forum français on parle  d'une collimation relativement aisée (même si elle doit être très soignée) et tenant très bien, certains indiquant que de ce point de vue,  l'epsilon est un vrai tank, qu'en pensez vous?
       
      Ces tubes iraient sur mon azeq6, avec une 385mc pour le planetaire et les petites cibles, que je completerai avec une 533mc (qui correspond pile au champs corrigé du night owl) , ou par une 294 MC (et donc rognage avec le c11 mais plus grand champs avec l'epsilon). Tout ça sous un ciel de campagne , pondéré par 2 ou 3 lampadaires du village.
       
    • By Meade45
      Bonjour à toutes et tous en ce beau premier dimanche pluvieux de Décembre !
          Etant l'heureux détenteur d'un C8 Edge tant attendu et acquis via une  PA, je me pose des questions sur la manière d'organiser le train optique.
      Avec le réducteur , le tirage optimal est de 105mm. Là,  pas de souci, un adaptateur T2 +bague EOS et l'APN et ça devrait le faire.

      Mais le visuel m'interpelle. De mémoire, le tirage optimal de ce tube passe à 140 mm . Exit le réducteur, et posons un porte-oculaires Crayford avec tirage : 100mm minimum et une course de focalisation de 30mm. Soit ! il reste  40 mm, un PO 2" devrait passer...
      La question maintenant qui va déterminer si l'usage d'un PO Crayford est possible sans sortir du foyer:
      En  cas d'ajout d'une barlow 2X, que devient le tirage? est-il modifié?  la barlow est-elle transparente dans l'ensemble du train optique ou bien est-ce carrément pas possible?
      Il est vrai que rien n'est dit sur les barlow concernant leur positionnement.
      La question peut sembler béotienne mais un proverbe chinois dit  « Celui qui pose une question risque  d’avoir l’air bête 5 mn, celui qui ne la pose pas, le restera  toute sa vie »."
      Merci pour vos retours d'expérience..
      Cordialement
      Guy
    • By BobSaintClar
      Après la merveilleuse nuit de la star-party d'Aichi du WE dernier, j'avais quelques appréhensions à l'idée d'employer mes jumelles géantes sous le ciel médiocre de ma campagne urbanisée. C'est donc avec un enthousiasme modéré, surtout motivé par l'idée de réaliser un comparatif (c'est excitant), que j'ai installé tranquillement mon engin dans le jardin ce Samedi.
       
      Le ciel a été dégagé toute la journée et ce soir, il affiche un bleu profond qui promet une transparence nocturne correcte et peut-être, un halo de pollution relativement contenu. Une heure plus tard, lorsque la nuit astronomique est bien installée, je dois déchanter : le fond de ciel est crémeux jusqu'au zénith. Il n'a pas la "qualité hivernale" attendue : pas de voie lactée, alors que le Cygne est encore assez haut. A l’œil nu, je ne vois pas le double amas de Persée. Je cherche les Pléiades et quand je les trouve, on ne peut pas dire qu'elles me sautent aux yeux ! Si l'équipement n'était pas déjà prêt, franchement, je ne le sortirais pas. Mais bon, après tout, la séance sera instructive : voir quelque chose de sympathique, dans ces conditions, serait une excellente nouvelle ! Je m'attends au pire, qu'est-ce que je risque ?
       
      Je m'installe, c'est parti ! J'équipe les jumelles de leurs filtres Fujinon et commence par le Cygne, avant qu'il ne s'esquive. Ayant bien en tête la récente et superbe observation menée sur North America, je navigue autour de Deneb. Le fond de ciel est atténué par les filtres, mais... les nébuleuses sont invisibles. C'est une blague ? Qu'elles soient ténues ou moches, passe encore, mais rien ? Je prends mon temps, peine perdue. Oh purée, ça commence mal !
       
      Douché, je pars vers les Dentelles. Même constat : je ne les vois pas. Au contact de l'étoile brillante de l'arc le plus fin, je note une vague excroissance... et encore, j'ai un doute ! L'arc le plus étendu, celui qui m'évoquait une grande plume festonnée quelques jours plus tôt, est noyé dans la fadeur ambiante. Cette misère !
       
      Poursuivons le jeu de massacre. Je retire les filtres et retourne l'instrument vers le sud-est, direction les Pléiades. Je les trouve, c'est déjà ça ! La réalité n'a pas grand-chose à voir avec mon souvenir : il n'y a pas de luminosité globale tranchée, qui distingue l'amas de son environnement plus sombre. Ce n'est qu'une collection d'étoiles individuellement lumineuses, pas vraiment un objet en soi. Plus grave : il n'y a pas de gaz ! Même en vision indirecte, il n'y a strictement rien à voir aux alentours de Merope (les autres, n'en parlons pas). Dans le quadrilatère, je compte neuf étoiles (14 en montagne), mais peu importe : ce n'est pas moche, c'est pire que ça... c'est triste.
       
      Je pointe le double amas de Persée : finalement, c'est l'objet le moins décevant du moment. Il perd beaucoup en contraste et donc, en beauté, mais la foultitude d'étoiles - même moins serrées - détourne l'attention du fond de ciel blafard. Les couleurs sont perceptibles mais l'effet 3D est très atténué, au détriment du plaisir d'observation.
       
      Puisque je traîne dans le coin, allons voir Andromède. Elle est très haute, c'est plutôt bon signe, la voil... doux Jésus ! Ce n'est qu'une tache asymétrique, un nuage pâle sans forme ni structure qui se perd dans le fond de ciel ! M110 est loin (!) et misérable... quant à M32, je la cherche encore...
       
      Il est 20h30, je décide de rentrer au chaud (température extérieure 2°) et de m'occuper une paire d'heures, le temps qu'Orion émerge de la vase. Ce serait dommage de ne pas conclure sur l'albatros (je n'ai pas pointé la Rosette, vous ne m'en voudrez pas)...
       
      A 23h, je ressors. Le ciel s'est amélioré : plus sombre, avec une zone zénithale presque propre. Du coup, je revisite les Pléiades, maintenant à ma verticale : c'est mieux ! La patate globale de l'amas est perceptible (mais sans plus), la nébulosité près de Merope est devinée en vision indirecte. Je compte désormais 11 étoiles dans le quadrilatère principal. Si je n'avais pas récemment vu le même amas sous un ciel de rêve, j'aurais trouvé l'image jolie...
       
      Je remets les filtres et vise enfin M42, la reine des nuits d'hiver. Houuu là là, elle a pris cher, Sa Majesté ! Au sud-sud est, elle est assez haute - 10° de plus qu'en France métropolitaine - mais ne s'extraie pas du halo lumineux de l'agglomération tokyoïte et de ses extensions ferroviaires : elle étend peu ses ailes, sa tête d'oiseau n'est vue qu'en vision indirecte, aucune boucle ne vient la refermer, "l'homme qui court" est à la limite de la perception... ça craint ! Autour du trapèze, les nodosités complexes du cœur se laissent voir, quand même. Avec les filtres, la nébuleuse s'étend un peu plus mais paradoxalement, je perds en détails dans la partie centrale ; au final, c'est décevant ! Quand je repense au même objet, vu d'Aichi...
       
      Je ne reste dehors qu'une grosse demi-heure : le ciel ne s'améliorera plus et j'ai vu ce que je voulais voir (ou pas). La rosée de début de nuit se change progressivement en givre... Il est temps de venir témoigner, ici même
       
      Le bilan est déprimant, mais je tire quelques enseignements de cette demi-nuit d'observation :
       
      - Ma monture me donne satisfaction : je l'ai améliorée en dotant l'axe de la bascule d'un frein. La visée est confortable, surtout au-delà de 60° d'élévation.
      - Avec mon instrument, sous un ciel médiocre à moyen, les amas ouverts sont la cible à privilégier. Les galaxies, on oublie (cette M31 de cauchemar...) et les nébuleuses gazeuses, on les filtre à bande étroite : mes Fujinon à bande large, ça va bien sous un bon ciel... sinon, ils sont trop permissifs.
      - En-dessous de 70-75° d'élévation, la pollution lumineuse ruine tout !
       
      Sur ce, bonne nuit !
       
  • Images