gklm

si vous deviez conseiller un instrument uniquement dédié aux planètes...

Recommended Posts

Ah ! parce qu'on lit aussi parfois le témoignage inverse d'un 300 ou 400 avec à côté une apo de 130 où tout le monde s'extasie dans la 130 ...

Peut-être un souci de collim ou autres conditions préjudiciables aux gros.

Ah mince je viens de voir qu'il y a un sujet C11 vs lunette 155 !

 

Quand à l'aspect subjectif des CROA, OK mais si on n'est pas un cador de l'optique avec moult bancs de tests on fait quoi ? On garde ce qu'on voit pour nous ...Les canaux de Mars c'était quand même à une autre époque, aujourd'hui avec le recoupement des infos on arrive à faire converger à peu près les détails vus

 

Pour la pourriture de l'automne, c'est aussi le cas plus bas qu'en Normandie ... Je ne trouve plus les mots pour décrire la continuité de vents, nuages, pluie et brouillard qu'on a dans le Lyonnais ...

Edited by etoilesdesecrins

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

https://www.telescope-optics.net/seeing_and_aperture.htm

image.png.5db85c5709d78a2d44237d7bd546c4e5.png

 

FIGURE 77: Illustration of a point source (stellar) image degradation caused by atmospheric turbulence (linear pattern size, identical f-ratio). Left column shows best possible average seeing error in 2 arc seconds seeing (r0~70mm @ 550nm) for four aperture sizes. The errors are generated from Eq. 53-54, with 2" aperture having only the roughness component (Eq. 54), and larger apertures having tilt component added at a rate of 20% for every next level of the aperture size, as a rough approximation of its increasing contribution to the total visual error (the way it is handled by the human eye is pretty much uncharted territory). Columns to the right show the possible range of error fluctuation, between half and double the average error. Best possible average RMS error is approximately 0.05, 0.1, 0.2 and 0.4 wave, from top to bottom (the effect would be identical if the aperture was kept constant, and r0 reduced). The 2" aperture is little affected most of the time;  4" is already mainly below "diffraction-limited", while 8" has very little chance of ever reaching it, even for briefly. The 16" is, evidently, affected the most; D/ro ratio for its x2 error level is over 10, resulting in clearly developed speckle structure (magnification shown is over 1000x per inch of aperture, or roughly 10 to 50 times over the practical limits for 2"-16" aperture range, respectively. Also, since the angular blur size is inverse to the aperture size, the x2 blur in the 16" and 2" aperture are roughly of similar size angularly).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, STF8LZOS6 a dit :

image.png.5db85c5709d78a2d44237d7bd546c4e5.png

 

Cette illustration donne -faussement- l'impression que l'image stellaire est plus étalée angulairement dans un 16'' que dans un 2'' !!

Si toutes les lignes étaient à la même échelle angulaire, ce serait mieux.

Car en l'état, gros danger de contre-sens.

En tout cas, telle qu'elle est là, elle va faire plaisir à ceux qui préfèrent se persuader que les petits diamètres font mieux que les gros en résolution :)

 

Fred.

  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hé hé on se rapproche indéniablement de la lunette de 40mm ;)

Il avait été largement démontré dans des posts précédents que c'était le top en astronomie ;)

Sinon Galilée s'en serait fabriqué une plus grosse ;)

AG

  • Like 1
  • Love 1
  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement, le texte n'était pas tout à fait clair sur la fin, et ta précision explique mieux le contexte @fred-burgeot. Donc, la taille angulaire de la tache dans le 16" en X2 est la même que celle du 2" en X2., et ce n'est pas la même chose. Ici, ils disent quasiment identique. Donc, ils ont grossit la taille de la tache du 16" en 2X par rapport au 2" en 2X pour montrer la forme de la tache.

Si ils ont conservés le même rapport de grossissement de la tache pour le 0.5X et le 1X, alors effectivement, la tache est beaucoup plus petite en 16" malgré le seing. OK. Pour moi, l'affaire est close.

 

Ajout:

Mais j'en rajoute quand même une petite couche. Si en 16" 2X la tache à cette forme par rapport au 2" en 2X, alors je suis au même niveau de PS qu'un 2" avec le 16". Par contre si le seing s'améliore, 1X ou 0.5X alors je grimpe en PS avec le 16" pour devenir équivalent au 4" dans un premier temps puis au 8" dans un deuxième temps. ce n'est que lorsque je suis à 0.25X que j'explose le 8" pour être proche du 16" théorique. OK avec cela?

 

Non ce n'est pas aussi simple que cela, ou aussi radical, mais ...

 

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, STF8LZOS6 a dit :

Mais j'en rajoute quand même une petite couche. Si en 16" 2X la tache à cette forme par rapport au 2" en 2X, alors je suis au même niveau de PS qu'un 2" avec le 16".

 

Voilà les deux images remises à la même échelle angulaire, avec à gauche un 2'' et à droite un 16'', sous un r0 de 35mm (noté 2X, par rapport au r0 de 70mm). C'est déjà un seeing particulièrement pourri.

im.jpg.3607b7b47843f0a2aad786de832feb97.jpg

 

Est-ce qu'on a vraiment la même résolution dans les deux cas ? Et les mêmes détails sur les planètes ?

Fred.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, fred-burgeot a dit :

Est-ce qu'on a vraiment la même résolution dans les deux cas ? Et les mêmes détails sur les planètes ?

Fred.

non c'est clair, on doit être proche d'un PS de 4"/5". En faisant simple, je décale d'une ligne alors, à la louche:

1X, 8" et 16" même PS

0.5X: 12" et 16"même PS

0.25X: 16" théorique....

 

et le premier anneau avec les optiques fortement obstruées....

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout ça en supposant que les simulations de l'illustration soient bien faites, à partir d'un modèle mathématique correct de la turbulence !

 

Fred.

Edited by fred-burgeot
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir: Si personne t'as suggéré en occasion  où tu peux économisé pas mal d'argent. Mais il faut aller voire le matériel avant d'acheter. En général les amateurs prennent soin de leur matériel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, fred-burgeot a dit :

Tout ça en supposant que les simulations de l'illustration soient bien faites, à partir d'un modèle mathématique correct de la turbulence !

 

En tout, pour l'instant, c'est ce que j'ai vu de plus représentatif.

 

PS: je ne sais pas si quelqu'un aurait déjà modélisé (ou vue dans un article) une binaire vue en limite de résolution dans un 2 pouces, et puis la même dans plus gros (4, 6, 8, 12, 16, 20 et 40 par exemple), avec une échelle X, et Y de 5" d'arc, qui pourrait avoir la taille d'une feuille A4, avec 4 niveaux de turbulence, 1 par feuille, et par exemple le 2X, 1X, 0.5X et 0.25X, histoire de bien se représenter comment les choses évoluent.

Edited by STF8LZOS6
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, STF8LZOS6 a dit :

PS: je ne sais pas si quelqu'un à déjà modélisé (ou vue dans un article) une binaire vue en limite de résolution dans un 2 pouces, et puis la même dans plus gros (4, 6, 8, 12, 16, 20 et 40 par exemple)

 

Dans le même ordre d'idée, j'utilise une série de diaphragmes calibrée afin d'identifier D/r0, selon l'échelle de Pickering, puis d'évaluer r0 et mesurer le seeing en arcsec, cela à chaque session d'observation.

C'est très intéressant pour évaluer la qualité des images que constituent les conditions locales et choisir des sites en adéquation avec l'observation haute résolution sur une base statistique factuelle.

 

La problématique de conseiller un instrument uniquement dédié aux planètes, passe à mon sens, par celle du choix du site d'observation, autorisant l'emploi d'un diamètre élevé.

 

 

  • Like 1
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Jean-Noel a dit :

La problématique de conseiller un instrument uniquement dédié aux planètes, passe à mon sens, par celle du choix du site d'observation,

Voilà ce que l'on pouvait lire dans les livres d'astronomie pour amateurs dans les années 80.

1- Ville : lunette ou TN 115 mm

2- Campagne T150 à 200 mm

3- Montagne T250 à 350 mm 

De mémoire ;-)

Edited by jm-fluo

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, jm-fluo a dit :

1- ville : lunette ou TN 115 mm

Je ne suis pas d'accord jm.....on a beaucoup de "bonnes" surprises avec les villes pour la qualité du seing.....je crois que ta liste vaut pour le CP, pas pour le HR

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, STF8LZOS6 a dit :

je crois que ta liste vaut pour le CP,

Oui la liste tient compte aussi des observations du CP ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

A partir du moment où l'instrument serait bien conçu, le diamètre primerait sur tous les tableaux alors, mais j'ai des zones d'ombre sur la turbulence et ses effets néfastes en fonction du diamètre en ViSUEL. En photo c'est plié depuis longtemps. En visuel, ce n'est pas claire pour moi.

 

PS: Je peux avoir accès à un Meade SC 16 du club, si je me décide à bouger mon c_l de la maison.....j'en aurai le cœur net.

 

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, STF8LZOS6 a dit :

on a beaucoup de "bonnes" surprises avec les villes pour la qualité du seing....

Tu as tout à fait raison et c'est une info peu connue !!

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai fait un HS

 

Edited by jm-fluo

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, jm-fluo a dit :

Voilà ce que l'on pouvait lire dans les livres d'astronomie pour amateurs dans les années 80.

1- Ville : lunette ou TN 115 mm

2- Campagne T150 à 200 mm

3- Montagne T250 à 350 mm 

De mémoire ;-)

Dans quel livre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, Jean-Noel a dit :

Dans quel livre ?

Guide-Astro, celui avec la couverture cartonnée rouge-bordeaux :-)

Edited by jm-fluo

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 59 minutes, jm-fluo a dit :
il y a une heure, Jean-Noel a dit :

Dans quel livre ?

Guide-Astro, celui avec la couverture cartonnée rouge-bordeaux :-)

Il y en a beaucoup des "guides astro". Peut-être un auteur et des références ? 9_9

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Est surtout une copie du texte pour voir si l'auteur parle bien d'observations planétaires à haute résolution bien sûr... :)

Edited by Jean-Noel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Jean-Noel a dit :

l'auteur parle bien d'observations planétaires à haute résolution bien sûr... :)

C'était plutôt des conseils d'achat ! 

Après l'auteur du post n'a pas précisé qu'il voulait faire de l'observation planétaire HR ! Son budget est de 1000 euros. 

 

Edited by jm-fluo

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, jm-fluo a dit :

C'était plutôt des conseils d'achat ! 

Ah je me disais aussi ! C'est un peu comme la pub. On reprend :

 

Il y a 5 heures, jm-fluo a dit :

Voilà ce que l'on pouvait lire dans les livres d'astronomie pour amateurs dans les années 80.

 

Il y a 4 heures, jm-fluo a dit :

1- Ville : lunette ou TN 115 mm

 

- Pouvoir séparateur =14,1/D (voir chapitre1.pdf  page 5) : cela sous entend que l'on ne pourrait pas séparer des détails sous tendant moins de 1,2 arcsec en ville).

 

- observations factuelles à G de 500x à 640x , en ville justement : 

Clavius : deux piqûres de 0,4" (pouvoir séparateur d'un T300) :

detailslune06.jpg.f1328a9260414ce8e63ed436edfc78dd.jpg

 

Rima Aristarchus IV sous-tendant 0,32" :

detailslune10.jpg.e65d9cf49b49454804cadb3b716ae036.jpg

On est très loin des performances d'une 115mm ! 

 

 

Il y a 4 heures, jm-fluo a dit :

2- Campagne T150 à 200 mm

 

Je réside en campagne justement : Au T510 "les principales crevasses situées dans l'arène Fracastorius et sous tendant 0.25" avaient été facilement observées , dans les trous de turbulence, juste avant le levé du jour à 661x (Zeiss Abbe 4mm)"

 

J'étais très loin des performances d'une 150 à 200mm !

 

 

Il y a 4 heures, jm-fluo a dit :

3- Montagne T250 à 350 mm 

 

Je ne sais pas, il faut demander à tonton David :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Jean-Noel a dit :

Dans le même ordre d'idée, j'utilise une série de diaphragmes calibrée afin d'identifier D/r0, selon l'échelle de Pickering, puis d'évaluer r0 et mesurer le seeing en arcsec, cela à chaque session d'observation.

Je me contente d'évaluer le ciel avec la petite lunette le temps que le télescope soit à température, si pas bon, je remballe.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, lyl a dit :

Je me contente d'évaluer le ciel avec la petite lunette le temps que le télescope soit à température, si pas bon, je remballe

Je ne procède pas ainsi, surtout après 3 heures d'installation, car je trouve dommage de ne pas prendre en compte l'évolution nocturne du seeing, parfois positive.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By astroespo
      Bonjour à tous.
      Suite à vos précieux conseils, je vous annonce la bonne réception de la lunette.
      J'avais hésité avec la version PO FT, mais à première vu, le PO APM n'a rien à lui envier. Il a même un système ingénieux de serrage par bagues conique sur les 2 coulants, très bien étudié.
      Pour les experts,  je joins le rapport fourni avec.
      Merci encore.
       


    • By tomtom45760
      Bonsoir
      Ayant eu la chance de me voir offrir cette lunette ( d'occasion) pour assouvir mon envie de découvrir le ciel de facon nomade je suis confronté à une grosse deception.
      Je la monte sur mon EQ3-2, j'y ajoute un omegon 20mm (basique mais sur mon sw 150 je voyais bien), je pointe vers la Lune et la rien, un boule floue (PO rentré ou sortie au max).
      J'ai essayé avec mes autres oculaires ( ES 6.7-10-14) rien....
      Je n'ai pas eu de renvoi coudé avec y a t il un lien???
      Merci d'avance pour vos conseils.
       
       
    • By Marc684
      Bonjour à tous,
      J'ai testé mon nouveau tube ma 72ED avec son correcteur dédié et je suis au bon backfocus de 55mm et j'ai quand même de la coma sur certains coins... (ma cam c'est une asi 1600)
      J'ai essayé de mieux visualiser le problème sur un stack d’image HA de IC1396 à l'aide de CCD inspector
      Que faire ? 
      Marc


    • By Toutiet
      LA COLLIMATION... l'aviez-vous vue comme ça... ? (5/6)
      Collimation d'un télescope de type Newton
       
      Comme vu dans l'exemple basique ci-dessus, le champ linéaire utile, dans le plan focal, est un cercle de l'ordre de 14 mm de diamètre. Il apparaît satisfaisant que le foyer du primaire se situe à l'intérieur d'un cercle d'environ 5 mm de diamètre. Mais, il est difficile d'estimer visuellement la détérioration de l'image, et l'influence de la coma, en dehors de ce cercle « privilégié », et l'image donne globalement satisfaction.
       
      Avec un réglage de collimation à l'œilleton, cette tolérance de 5 mm est largement atteinte dès lors que le point noir de l'œilleton apparaît bien à l'intérieur de l'œillet du primaire (5mm). Une précision de l'ordre de 2 mm peut être atteinte. Une petite épure montre qu'avec un laser, la précision est deux fois meilleure.
       
      Quelques remarques
      • Par rapport à l'œilleton, l'utilisation d'un cheshire permet d'améliorer, grâce à son réticule, le positionnement longitudinal du miroir secondaire. Cependant la croisée de fils reste floue, car trop proche, et masque le centre précis du champ.
      Par ailleurs, il peut présenter les mêmes défauts conceptuels que le laser : mauvais alignement des axes visuel (le réticule) et mécanique.
      • La technique utilisant le principe de l'œilleton peut être étendue (et améliorée éventuellement en précision), en sortant l'œilleton du PO et en prenant un recul visuel d'une ou deux dizaines de centimètres, tout en restant sur l'axe et en maintenant centrés tous les contours visibles : contours d'entrée et de sortie du PO, miroir secondaire.
       
      • Finition sur une étoile :
      Cette technique sophistiquée implique de faire la collimation de nuit. On observe, sous fort grossissement, la figure de diffraction d'une étoile de bonne magnitude. Comme précédemment, on agit sur le miroir primaire pour centrer les cercles observés, tout en corrigeant la visée pour maintenir l'étoile dans le champ.
      Elle vient en complément pour affiner, si besoin est, le centrage des images sur l'axe optique du primaire mais ne se justifie que pour des applications très exigeantes en dimensions ou qualité d'image. Cet ajustement optique relève cependant plus d'une pure satisfaction visuelle qualitative que quantitative...
       
      • Perpendicularité du PO :
      Elle n'est pas forcément et mécaniquement très rigoureuse, et n'est aucunement une condition d'une collimation réussie. Rien ne l'impose si la méthodologie exposée plus haut est respectée. Sur certains modèles de PO, son réglage est possible et peut être associé à celui de la position longitudinale du secondaire, afin de respecter la règle de bonne visibilité du secondaire (centrage vu du PO).
      Certains longs télescopes exploitent même cette possibilité de « biais » pour rapprocher très significativement le PO du bas du télescope et faciliter ainsi l'observation. La qualité de leur collimation n'en est pas pour autant affectée.
       
      • Sensibilité des vis de réglage du primaire :
      Soit, par exemple, un télescope de 250 mm ouvert à 5. Sa distance focale est de 1250 mm. Supposons un barillet à trois points d'appui avec des vis de 8 mm au pas de 1,25 mm, au sommet d'un triangle de 20 cm de coté. La hauteur du triangle est égale à 20 x 3^1/2 /2 # 17 cm. Chaque tour d'une des vis incline le miroir de 1,25 mm/170 mm. L'axe du miroir s'incline d'autant et le foyer se déplace, dans le plan focal, de 1,25/170 x 1250 mm # 9 mm. Par suite, la sensibilité du réglage sera d'environ 1mm par 1/10 ème de tour des vis. Tel est l'ordre de grandeur qu'il faut avoir en tête au moment des réglages.
       
    • By Stfcap
      Bonjour,
       
      Trente ans après l’acquisition de ma première lunette (aussi performante qu’un cul de bouteille) et de mes premières jumelles 5x20 (dont je n’avais pas fait grand chose à l’époque), je m’intéresse à l’astronomie moderne. Après 6 mois de documentation et de réflexion, je pense enfin m’être décidé sur le matériel qui me conviendrait actuellement. Je souhaiterais donc m’équiper.
       
      J’ai commencé le mois dernier par l’acquisition d’une raisonnable paire de jumelle TS Optics 20x80 triplet, soldée à 199 euros (-100 euros). Agréable pour découvrir mon ciel, en ville (pas mal de chromatisme par contre). Je dois néanmoins la fixer sur une petite monture au regard de son poids (2,4kg). Pas très pratique il faut l’avouer. D’ailleurs je me laisserais bien tenter si je trouve en occasion une monture Orion Paragon-Plus.
       
      J’habite en pavillon dans le 78, assez proche de Paris. La pollution lumineuse ne me semble pas énorme apriori. Je suis également à 5mn en voiture d’une grande forêt et j’aimerais occasionnellement faire quelques sorties à la campagne. Mais pour le moment, mon usage principal sera @home sous forme de sorties rapides.
       
      J’aimerais pouvoir découvrir le ciel en me baladant à la main, simplement aidé d’une carte du ciel sur smartphone. Je souhaite néanmoins pouvoir de temps en temps cibler et suivre un point précis avec le GoTo. Pour le moment, je ne suis pas intéressé par l’astrophoto (et je ne suis pas convaincu par le concept de l’eVscope Unistellar, qui affiche des images basse définition dans un écran à l’oculaire). Mais c’est vrai que ça doit être sympa de voir apparaître en live les galaxies sur PC, avec l’empilement des photos. Je ne veux donc pas me fermer à cette éventualité, si un jour j’ai envie de m’y mettre.
       
      Je me suis donc arrêté sur une monture Az-eq6, histoire d’avoir de la marge en termes de charge admissible pour mon matériel futur, et qui reste une monture agréable en utilisation manuelle (sans GoTo). Je souhaite aussi que celle-ci puisse servir à plusieurs instruments, parfois même en parallèle. J’ai déjà loupé 2 ventes à 1200 euros.
       
      D’ailleurs, j’ai bien saisi que le matériel parfaitement polyvalent n’existe pas et que l’idéal est de disposer de deux instruments. Côté optique, compte tenu de mon ciel trop souvent turbulent qui me limitera en magnitude, je me suis donc intéressé tout d’abord aux lunettes. Relativement à mes moyens et mes goûts à l’oculaire, une Takahashi Fs128 semble un engin exceptionnel. Je regarde sans cesse les PA, en vain pour le moment. Mais entre 2200 et 2500 euros, je n’ai trouvé que des FC100dl et FS102 NSV. Du matériel fantastique, mais correspondant au budget que je souhaite allouer à leur grande sœur. Ne soyons pas trop pressé. J’attends la bonne occasion.
       
      Quoi qu’il en soit, restera à résoudre les objets du ciel profond à l’oculaire lorsque les conditions le permettront. En l’occurrence pour l’heure, je recherche donc en occasion un engin economique et polyvalent (à f/d moyen pour du visuel planétaire et CP). Il sera monté sur ma future Az-eq6 (je ne veux donc pas d’un Dob 300, même Flextube, qui en outre se révèlera incapable de viser l’horizon par une fenêtre). Je préfère la visée dans l’axe plutôt que latérale et je ne suis pas enchanté non plus à l’idée de manipuler un énorme Newton 250. Je préfère l’idée d’un C11 bien plus compact (et esthétique). Ou bien un Meade LX200 10 pouces à la limite si je tombe sur une bonne affaire (autour de 1200 euros avec quelques oculaires et une Barlow). Dans les deux cas, j’opterais plutôt pour une version basique, non Edge (ou non ACF) sachant que cela n’est pas crucial en visuel (et qu’à terme, le tube sera épaulé d’une bonne lunette). Je conçois néanmoins que je devrai apprendre la collimation mais ça fait parti du jeu. Je conçois aussi que l’obstruction de ce dernier le rendra moins performant qu’un Newton 250. Mais s’il m’en offre assez en visuel (détails planétaires et quelques galaxies), cela devrait suffire à me satisfaire. 
       
      Ainsi, au début je pourrai m’en mettre plein les yeux au C11 moyennant quelques efforts et limitations. Puis à terme je pourrai sortir la Taka pour une observation rapide sous mon ciel urbain. Le C11 quant à lui ressortira pour récolter davantage de lumière, lorsque je n’aurai pas à me lever le matin pour travailler. Il aura alors aussi le loisir de prendre tout son temps pour se mettre à température. La Taka sera également parfaite pour l’astrophoto, pour en voir toujours plus. Ensuite, il me restera toujours une évolution possible via une tête binoculaire.
       
      Bref, même si mes envies évoluent, tout ce matériel acheté d’occasion se revendra avec très peu de perte semble-t-il. Que pensez vous de cette réflexion ? Pour résumer : AZEQ6 avec C11 pour commencer, épaulé par mes jumelles 20x80, puis ultérieurement par une Fs128. Est-ce que je me plante quelque part dans mes choix ? Peut-être que finalement une Taka FS102 NSV se révèlerait plus complémentaire au C11 que la FS128 ? C’est certain qu’elle serait plus pratique. Y a t-il alors un intérêt dans ce cas à investir dans un C11 edge plutôt que classique ? Si je pense à la revente j’imagine que oui, mais à l’usage ?
       
      Merci,
      Stéphane
  • Images