apricot

Nova récurrente V3890 dans le Sagittaire

Recommended Posts

Bonjour !

 

Il y a une étoile symbiotique intéressante dans le Sagittaire, V3890 Sgr. C'est un système binaire serré, une naine blanche accompagnée par une géante rouge (M5III). Le système est suffisamment compact pour que la naine blanche aspire de la matière de sa voisine. Dans le cas de V3890 Sgr, tout les trente ans environ, la naine blanche a accrété suffisamment de matière pour déclencher une explosion thermonucléaire et former la nova. On connait deux explosions pour V 3890 Sgr, en 1962 et 1990. A noter qu'on ne connait que 10 nova récurrentes, ce sont des objets tout à fait exceptionnels.

 

Il y a quelques jours, alerte !

 

courbe10.jpg
(courbe AAVSO)

 

V3890 Sgr vient d'exploser une troisième fois !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Avec les copains on était justement en mission au T60 du Pic du Midi, c'était  l'occasion de faire chauffer le spectro Alpy de l'association :)

 

Voici une image de la nova, placée sur la fente du spectro, sur la caméra de guidage. L'image est alignée avec le champs DSS ou l'étoile est quiescente, à mag 15:

 

giphy.gif
Meilleure qualité ici : https://i.imgur.com/dfsCWAy.mp4

 

Le spectre :

 

_novav11.png

 

On a re-observé la nova le lendemain. En 24 h le profil n'a pas évolué significativement :

 

nova_s10.png

 

J'ai annoté les raies principales. Le spectre est dominé par des raies en émission de l'hydrogène, et de l'hélium. On trouve aussi des raies du fer. Le profil est assez semblable à celui qui avait été observé lors de l'explosion de 1990 (quand la nova avait 18 jours) :

 

outbur10.png

 

On peut aussi observer que nos spectres sont bien comparables à ceux enregistré par un télescope pro de 3,8 m avec un spectro multifibre (Seimei, à Kyoto) ;)

 

spectr11.jpg

 

Les raies sont très élargies, ce qui témoigne de la violence extrême de l'explosion et de la vitesse d'expansion de l’éjection de matière. On peut s'amuser à mesurer la FWZI ("forward width at zero intensity") pour estimer la vitesse maximum d’éjection :

 

dopple10.jpg

 

Elle décline assez rapidement mais elle est encore intéressante à observer.

 

Bon ciel,

Jean-Philippe

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Jean-Philippe

on s'est bien amusé mais tu étais le plus qualifié pour nous la présenter

en plus tu connais le mot "quiescente" :o

dorénavant, quand mon épouse s'étonnera de mon manque d'ardeur, je lui ressortirai l'expression -_-

belle présentation qui donne envie d'en savoir plus B|

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Gérard,

Heureusement qu'on avait un vieux loup de mer dans l'"équipe, pour naviguer dans le fourmillement de la voie lactée :)

 

20190828.jpg

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By biver
      Je profite d'avoir observé 4 comètes dans la nuit du 30/31 aout, pour signaler que 2 d'entre-elles, 260P/McNaught et C/2018 N2 (ASASSN) vont passer dans le même champ le 7 septembre prochain: à observer les nuits du 6 au 7 ou 7 au 8 (après le coucher de la lune - de toute manière ce sont des comètes de 2e moitié de nuit). Le 8.0 elles devraient être à 18' l'une de l'autre, et à peine plus la nuit d'avant, dans la constellation du Bélier.
      De plus, ce sont les 2 comètes les plus jolies à imager, sans doute, car montrant toute les 2 une petite queue de poussière.
      Visuellement 260P a un noyau bien marqué et une queue de 6' en visuel (et aussi photo) au T407, m1=12.5
      Quant à C/2018 N2, je l'ai vue au jour levant (trop clair pour voir la queue en visuel), estimée à m1=11.2 plus large/diffuse, mais plus condensée avec une queue de 6' aussi et m=12.4 en photo...
      Voilà donc les deux protagonistes en photo le 30 aout vers 3h30 UT: (champs de 40x40' - donc les 2 y rentreraient les 7 et 8...)

      260P/McNaught (74s)
       

      C/2018 N2 (ASASSN) (44sec de pose)
       
      Bonnes photos (je ne serait pas dispo pour imager le rapprochement )
      Nicolas
    • By Michel Deconinck
       

       
      La nova Sge 1962 également connue sous la dénomination V3890 Sgr est une nova récurrente (NR) à longue période.  Sa magnitude habituelle est comprise entre +16 et +17.
      Un amateur portugais Alfredo Pereira, a observé cette étoile toutes les nuits où le ciel le lui permettait, depuis plus d’un an.
      Dans la nuit du 27 au 28 août 2019 il a détecté la troisième éruption connue de cette étoile, atteignant une magnitude de +6.7, soit plus de 5000 fois plus lumineuse que la veille !
      Les deux autres éruptions observées l’ont été le 2 juin 1962 et le 27 avril 1990. 

      Petit cadeau pour les imageurs:
      Pour une fois, cette étoile mérite une image, en effet elle se situe au sein d’un quadrilatère formé par les amas globulaires M22, M28, NGC 6638 et NGC 6642.  Les quatre amas globulaires ainsi que notre étoile se trouvent dans une zone de moins de 3° d’arc.  Si vous de votre site vous pouvez voir Saturne, cette étoile devrait vous être accessible.
      Mon estimation visuelle réalisée le soir du 28 août vers 22h30 TL ne donnait déjà plus que +8.3, mais il semble que la décroissance ralentit.

      Nous sommes déjà 22 observateurs à la suivre, alors pourquoi pas vous ?
       
      La carte de l'AAVSO:

       
      Bonnes observations à tous
    • By Michel Deconinck
      En vous espérant remis des nuits des étoiles, ce soir le ciel offre un spectacle rare.
      Le 6 août 2019 à 21h33 TU (23h33 Temps Local), une étoile visible à l’œil nu va se faire occulter par un astéroïde, et malheureusement peut-être également chez vous par des nuages.
      L’étoile de magnitude, plus ou moins, +4.7 située devant le nez du Dauphin a pour dénominations :
      HR 8044 et SAO 106747 et aussi HIP 103675. 
      Il s’agit d’une étoile supergéante rouge, double et variable située à 520 années-lumière de nos télescopes.  La zone idéale pour l’observation à partir de la métropole va de Thionville à Quimper en passant par Reims et Paris.  Mais même depuis la Provence, loin de la zone d'ombre théorique, j’aime observer ce type d’occultation à la recherche d’un éventuel satellite de l’astéroïde.
       

       
      Voici les différentes informations issues du logiciel OccultWatcher

       
       
      Pour être certain de l'occultation, une paire de jumelles sera évidement utile.
      Voici la carte :
      map.pdf
      C'est une observation vraiment sympa a faire et votre participation peut même être utile !
       
      NB : Pour plus d’information à propos de ce type d’observation, n’hésitez pas à retourner lire l’excellent article de Patrick Sogorb dans le n° 96 de votre AstroSurf Magazine.
       
      Michel
    • By ENO-Astro
      La 28ème édition du rassemblement astro de Cosmons aura lieu le Samedi 27 Juillet dès 16h00 au village de Mons (83)
      Situé à plus de 800m d'altitude, loin de la pollution lumineuse des villes, venez observer avec vos instruments ou bien ceux qui seront présents, le Soleil, Jupiter et ses satellites, Saturne et plein d'autres choses
       

    • By Michel Deconinck

       
      Bonjour à tous
      Il y a tout juste un an, le 11 mars 2018, le système ASASSN (All-Sky Automated Survey for SuperNovae) avait détecté un double trou noir en interaction, et surtout, le phénomène était visible depuis nos petits télescopes.
      Bien sur vous ne verrez qu’un petit point sur la voûte céleste, mais quand on sait ce que ce point est, on se met facilement à rêver.  La magnitude maximale a été de +11,5 !
      J’ai pu suivre l’évolution de cet objet, appelé ASASSN-18ey, depuis sa découverte jusqu’en septembre 2018 à sa magnitude inférieure à +13.  Après cette chute de lumière et la stabilisation à la magnitude +17,5, ça semblait bien être la fin du feu d’artifice.  Et pourtant une nouvelle éruption vient d’apparaître.  Sa magnitude est remontée à +14 +/- 0,2 d’après mon observation ce matin à 3h50 TU le 17 mars.
      La découverte de ce regain de magnitude a déclenché les observations par satellite Neil-Gehrels-SWIFT.  Ce type d’observation est un exemple sympathique et scientifiquement utile d’une coopération « pro-am ».
      Petite explication du phénomène : les trous noirs binaires émettent des rayons X, lors d’une explosion une grande partie du disque d’accrétion du système tombe sous l’horizon des trous noirs. On pense que la contrepartie visuelle provient d’un jet relativiste, des impulsions de rayons X sont transformées dans l’espace interstellaire en longueurs d’onde visuelles.  De tels systèmes montrant des éclats de magnitude de +11 dans le visible sont très rares.
      La première estimation de la distance de la source ne serait que seulement de 3000 années-lumière.
       
      Plus d’informations en anglais ici :
      AAVSO asassn-18ey - black hole binary bright outburst
       
      Le champ au croquis

      La carte de repérage et les étoiles de référence en dixième de magnitude et les coordonées

      Bon ciel à vous tous
      Michel
  • Images