Michel Deconinck

Deux comètes dans le même champ

Recommended Posts

Au petit matin après avoir dessiné la comète C/2018 W2 (Africano) toujours très évanescente, je me suis rendu compte que les deux comètes 260P (McNaught) et C/2018 N2 (ASASSN) se croisaient à 20' seulement.

C'est un effet de perspective, on le voit bien à la direction des queues, la comète périodique 260P se trouve à une distance de 5 minutes lumière, ASASSN se promène à plus de 4 fois cette distance.

 

260P-2018N2_l.jpg.858d8d1e75b6d323711d7984a8a54b92.jpg

 

Les deux magnitudes sont similaires, approximativement +11.5

 

Bon ciel à vous tous 

Michel

 

  • Like 6
  • Love 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Conjonction de comètes, ça c'est extraordinaire ! Bien vu Michel !:x

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Ah chouette dessin.

Réveil ce matin vers 4h pour aller voir ce rapprochement de deux comètes du moment.

Bon manifestement, mon ciel de ville n'est pas la bonne solution pour les observer sereinement, mais cela fini par se faire.

Au  newton 250 et 24mm, 50x on repère aisément la zone et on commence à prendre ses marques, au 14 mm on commence à deviner de très faibles condensations une fois précisé leur position(skysafari  d'une grande aide sur ce coup là), mais elles ne se distinguent vraiment qu'au 7mm et quand même encore très faibles en vision indirecte, mais ça se voit. Des étoiles voisine de mag 14,5 se distinguaient à peu près avec la même facilité(difficulté ;) ).

 

Vivement qu'Holmes revienne nous faire un show :D

Edited by den b
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Joli coup Michel. On dirait un ballet de comètes qui se suivent. Il faudrait demander à Nicolas s'il a déjà vécu 3 comètes différentes dans un champ large, inférieur au degré par exemple.   Fabrice M.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aurais bien aimé avoir pu observer ce rapprochement, mais j'ai du partir en mission vendredi...

Sur la liste les_comètes F.Kugel a montré une photo avec 3 comètes dans le même champ, mais un peu plus faibles, surtout la 3e (m1 > 18?).

Je crois n'avoir pu observer que 2 comètes dans le même champ qui étaient les fragments d'un même parent  (141P/Machholz A et B en 2000), mais moins esthétique comme rapprochement...

Nicolas

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à vous tous.

 

Personnellement je le trouve bizarre mon dessin.

Il y a une particularité à ce croquis, j’avais bien détecté, facile, la direction de la queue de la comète 260P et deviné, plus compliqué, celle de C/2018 N2 en me basant sur une dissymétrie de sa coma ainsi que de la zone à peine plus brillante de son pseudo-noyau.

Mais…

Mais les directions ne correspondent pas à ce à quoi nous devrions nous attendre, en effet les queues ne sont pas parallèles entre elles.  Elles ne semblent pas venir du Soleil. 

Les distances des comètes par rapport à la Terre sont très différentes, en minutes lumière cela donne 5 pour 260P et quatre fois plus : 21 pour C/2018 N2.

 

Quelqu’un peut m’expliquer ? Nicolas ou Laurent peut-être ?

 

J’ai donc cherché des photos prises la même période et j’ai trouvé celle-ci prise la même nuit par Michael Jager (le découvreur de la comète 290P) qui montre les deux déplacements avec vitesses similaires, mais effectivement deux queues bien « gauches ».

 

Sur CloudyNights le 7 septembre  c'est un GIF un peu long à charger 

 

Et le lendemain elles se croisent depuis la Namibie, superbe photo par Gerald Rhemann :

 

Sur SpaceWeather le 8 septembre

 

Les deux comètes sont encore bien loin du soleil, je ne pense qu’une queue d’ion pourrait jouer dans la pièce.  Il reste la perspective, et les dépôts sur leurs orbites respectives, à cause de leurs deux mouvements propres encore assez lents.  Est-ce la raison ?

 

Merci de m'éclairer - si j'ose dire...

Michel

 

 

Edited by Michel Deconinck
  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bin ... si tridimentionellement elles sont éloignées et sur des orbites différentes, leur trainées respectives peuvent sembler être dans des directions diverses, de notre point de vue, qui n'est pas celui du soleil, non?

Il me semble qu'il faut aussi prendre en compte leur déplacement ... Mais je me trompe peut-être. Dans ce cas, je ne suis pas ta lumière. LOL 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello 😀

 

Quelle observation. C'est génial ! un grand moment astronomique ! 

 

BRAVO ! 

 

Fred 😊

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Michel Deconinck a dit :

Michael Jager (le découvreur de la comète 290P)

L'extrémiste des comètes : depuis les années 1990 avec ses photos au TP2415 hypersensibilisé publiées dans Pulsar jusqu'à maintenant, increvable le gars, il est sur chaque astre chevelu !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les planétariums donnent des queues orientées à l'opposé du soleil pour les deux comètes.

Vues pour le 8 septembre à 2h30 UTC

A comparer avec les vues de ce topic : http://www.astrosurf.com/topic/129488-260pmcnaught-et-c2018n2asassn-le-08092019/Clip_6.jpg.d82cf90a6384166dd736bb78c07a8987.jpg

 

 

Les plans orbitaux des comètes sont à 65° environ l'un de l'autre.

Deux vues héliocentriques à l'aide de astrosky, mais cela n'aide pas forcément ;)

Vue de dessus :

Clip_5.jpg.c582a9ddab98463fc3efb5f57757aa7e.jpg

 

Vue latérale oblique :

Clip_3.jpg.ce9ea26ee06faac5fe1d5326093ea5a0.jpg

 

Edited by den b

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Fred

 

Effectivement sur SkySafari Pro c'est la même chose,

iphone.jpg.204e1949a0582597a2b8e2d0c16b41ba.jpg

Stéphane c'est quand même difficile de se faire une idée en 3D, en tout cas vu d'ici.

Michel

Edited by Michel Deconinck
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, arch stanton a dit :

J avoue que c'est pas commun cette rencontre. 

C'est une première et je l ai raté. 

Bravo 

Ben moi aussi quel nul !!!! :(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce ne sont pas des queues ioniques mais des queues de poussières, donc qui suivent plutot la trajectoire des comètes que la direction anti-solaire (ou un intermédiaire entre les 2):

Les éphémérides (jpl) donne une queue de poussières à PA=178° (Sud) pour C/2018 N2

                                                                               et PA=240° (Sud-Ouest) pour 260P,

Ce qui est pas loin des photos qu'on voit sur la page d'à côté... (ou ici:

http://www.lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=20984) et de ton dessin

 

Nicolas

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 10/09/2019 à 15:51, Michel Deconinck a dit :

J’ai donc cherché des photos prises la même période

Bah dans la section astrophotographie, on est quelque uns à avoir imagé la rencontre....

La mienne:260P-2018N2PSD.thumb.jpg.636c78bb5c0893bd7b3cfdf1b4007ddc.jpg

Les deux comètes n'ont pas la m^me trajectoire, et les queues de poussière suivent cette trajectoire...logique qu'elles ne soient pas parallèles.

Edited by Yoann DEGOT LONGHI
  • Like 1
  • Love 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 5 au 6 août 2019
       Dobson 508/1920
       
       10 dessins : 8931 à 8940.
       
       Il y a encore du public ici, l'engouement ne faiblissant pas, pourtant après 3 nuits des étoiles d'affilée, quand je suis opérationnel à 23h15.
       Je montre Saturne et M8 à 2 jeunettes puis vaque à mes cibles plus ténues.
       
       La première est le Sextet de Seyfert dans le Serpent, qui m'avait laissé sur ma faim.
       
       Observation 8931 : NGC6027/A/B/C/D/E ou Sextet de Seyfert.
       A 85x, l'ensemble est une tache faible. Le groupe est éclaté à 276x en membres faibles à VI3. Ce grossissement permet de voir les extensions diffuses. 402x les détaille dont la petite hors des lignes râtée la fois précédente. Mais je n'arrive pas à voir les 6.
       
       
       Il fait chaud comme hier, je n'ai pas mis de pull sous le manteau qui est lui indispensable pour garder à portée de main mes oculaires.
       
       Le croissant lunaire témoin de l'avancée inexorable du séjour se couchera vite avant le premier dessin.
       
       Je règle quelques soucis de la lampe de la planche à dessins au début.
       
       Je reste dans le domaine des galaxies, un poil plus haut et plus à l'est dans Hercule.
       
       Observation 8932 : NGC6098/99.
       201x, 85x. Elles sont vues séparées facilement à 85x. NGC6098 est considérablement faible et NGC6099 considérablement faible à faible.
       
       
       Le vent qui contourne la montagne génère un fond sonore fourni dans les basses. La turbulence reste moyenne pourtant.
       
       Observation 8933 : NGC6484.
       Cette galaxie est visible assez faible à 85x, petite. A 201x, elle semble condensée et reste minuscule.
       
       
       Observation 8934 : NGC6482.
       Condensée comme la précédente à 201x, elle est minuscule et assez brillante à 85x.
       
       
       Bruno galère avec une calibration, il ira quérir les conseils d'autres astrophotographes du terrain pour s'en sortir. Où il faut être ingénieur pour faire de l'astrophoto!
       
       Observation 8935 : NGC6500/1.
       201x, 85x. Ce duo est constitué de 2 galaxies respectivement faible NGC6500 et assez faible NGC6501.
       
       
       Après un petit coup de barre à 1h50 dont m'extraient un peu des éclairs d'orages lointains vers l'Ouest, je poursuis avec les herculéennes galaxies (à moins que ce soit dans l'autre sens, je ne sais plus avec la fatigue?).
       
       Observation 8936 : NGC6490 et NGC6495.
       201x. Les galaxies aiment former des duos dans ce coin de ciel! Ici 2 galaxies de même brillance, faibles.
       
       
       L'objet suivant, atypique, est une idée de Michel Nicole, l'astronome québécois dont les fiches d'observation m'inspirent de nombreux sujets d'observation, adaptés à mon télescope vu qu'il utilisait un Dobson de 56cm.
       C'est une nébuleuse bipolaire du Lézard.
       
       Observation 8937 : LKHalpha233.
       276x. Objet de Herbig-Haro et très faible, elle s'étend surtout à l'ouest de l'étoile faible. Elle ne réagit à aucun filtre. C'est dingue de pouvoir observer ce stade de proto-étoile avec nos moyens d'amateurs!
       
       
       Je pointe ensuite quelques galaxies de Pégase.
       
       Observation 8938 : NGC1 et 2.
       201x. Les 2 premiers objets du catalogue NGC sont assez faible et faible dans l'ordre numérique.
       
       
       Des nuages arrivent à 3h20.
       Je vérifie quand même sur les animations météo satellite que l'orage qui s'approche par l'ouest en grondant va passer bien au nord de nous, ce qui est le cas.
       Par contre sa proximité gênera sur les 2 derniers dessins en me flashant la vision nocturne, le ciel devenant brièvement blanc à l'oculaire lors des éclairs les plus brillants.
       La menace ne faisant que nous raser, je dessine donc un groupe de galaxies sous ces contraintes dans Pégase.
       
       Observation 8939 : NGC7765 à 7768.
       278x, 201x. C'est un quintet mais pas de Stephan, composé de NGC7765 et NGC7766 très faibles, NGC7767 considérablement faible, NGC7768 assez faible, complétés de CGCG477.020 très faible. Groupe intéressant.
       
       
       Un bolide aussi brillant que les éclairs s'est invité dans le coin de mon champ de vision et a laissé une trainée persistante une dizaine de secondes vers 4h50.
       
       Observation 8940 : NGC7769 à 7771.
       201x. Je continue de monter dans la numérotation NGC avec NGC7769 assez faible au bord sud plus net, NGC7770 faible et NGC7771 assez faible.
       
       
       Je finis fatigué à l'aube à 5h sous les grondements de l'orage voisin.
    • By Loup Lunaire
      Bonjour,
       
      Me revoilou, vite le ciel est dégagé et hop c'est parti jusqu'à 21h00 car le ciel est de nouveau couvert.
      Quand c'est comme ça ne faut pas attendre pour dessiner.
      La turbulence étant plus forte qu'hier (bien visible à x36), j'ai baissé le grossissement. Je me suis arrêté sur Bailly au sud sur le limbe, il s'agit une formation nectarienne de 300 km de diamètre, la plus vastes des cratériformes.
      Concernant les outils de dessins des polychromos sur papier noir.
       

       
      Bon ciel lunaire
    • By Loup Lunaire
      Bonjour,
       
      Nouvelle sorti extra lunaire, hier c'est bien cela continu et autant vous dire que je suis prêt pour ce soir !
      Bien content d'avoir dessiné , mais pas trop satisfait des conditions, carence du ciel en terme de transparence notamment
       
       

       

       
      Bon ciel lunaire
    • By Loup Lunaire
      Bonjour,
       
      Bien longtemps que je n'avais pas réalisé un dessin lunaire,  des conditions très moyenne  avec un ciel un peu voilé et une lune un peu jaunâtre aussi.
      Mais j'avais tellement envie de dessiner,  donc je suis parti du côté du limbe du 9 novembre pour y faire SCHICKARD et PHOCYLIDES.
      Ils sont situé au sud lunaire. Bien visible dans cette phase à faible grossissement, j'ai eu des difficultés dû à une turbulence casse noisettte à 200x. Mes outils des faber castel polychromos
      Le chromatisme est bien visible sur le dessin, c'est volontaire.
       
       

       
      Bon ciel lunaire
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 4 au 5 août 2019
       Dobson 508/1920
       
       10 dessins : 8921 à 8930.
       
       Plein de public venu pour la nuit des étoiles se tient au sud dont des gamins turbulents que les parents inconscients laissent courir autour des télescopes.
       Cela engendre pas mal de lampes blanches gênantes, des astronomes qui râlent du coup au sud du virage, et un sacré brouhaha, le calme de la nuit ne reviendra que dans une heure.
       
       L'ouest du ciel est voilé, je vise au plus loin de cette menace, bas vers l'est une galaxie de Cassiopée car ces nuages arrivent assez vite.
       J'ai chaud avec mon manteau.
       
       Observation 8921 : NGC185.
       Cette galaxie naine du Groupe Local est considérablement faible et diffuse à 201x.
       Les voiles arrivent sur ma cible à 23h06. Le ciel est maintenant tout voilé.
       
       
       J'attends en m'assoupissant dans l'auto.
       Beaucoup de gens ont remballé et le public est parti faute de ciel.
       
       Le ciel se redégage à 1h du matin.
       Je reprends les observations avec une nébuleuse planétaire d'Hercule.
       
       Observation 8922 : NGC6058.
       402x, 631x, 85x. La nébuleuse qui répond bien au filtre Oxygène 3 est une étoile très floue assez faible à 85x. L'étoile centrale est considérablement faible à 402x.
       La nébuleuse est trop sombre à 631x, et l'usage du filtre HBêta l'éteint totalement, ce qui permet de confirmer la présence de l'étoile centrale qui seule ressort. Deux portions d'anneau symétriques se distinguent en vision décalée VI2 à 3.
       
       
       Je pars pas très loin observer quelques galaxies d'Hercule sur la même carte de l'Uranométria.
       
       Observation 8923 : UGC10200.
       Cette galaxie condensée assez faible à considérablement faible est vue à 85x et accompagnée à 201x de LEDA57100 très faible à VI1.
       
       
       A 2h, Bruno T. est revenu imager sur la butte à l'est.
       
       Observation 8924 : NGC6155.
       Cette galaxie considérablement faible à 85x montre comme une barre centrale à 276x, râtée à 201x.
       
       
       Observation 8925 : NGC6239.
       201x, 276x. Considérablement faible à 85x comme la précédente, elle révèle de la structure, sous forme d'une barre grumeleuse s'infléchissant à l'ouest.
       
       
       A 2h40, une moto particulièrement bruyante repart de l'entrée du parking, je l'entendrai pétarader dans la montagne plusieurs minutes.
       
       Je peux enfin voir une nébuleuse diffuse du Cygne, la X Nebula, autre objet mythique qui me semblait alors hors de portée à l'époque du magazine Ciel Extrême, comme l'était Shakbazian 16 finalement vu aux NAT 2016.
       
       Observation 8926 : Simeis 57.
       Dénommée aussi la X Nebula. A 85x j'y verrais plutôt un lambda. La nébuleuse n'est pas sûre sans filtre. Le filtre Oxygène 3 montre quelques traces. C'est le filtre HBêta qui la dévoile vraiment. Alors la partie facile est vue VI1 (100% du temps mais qu'en vision indirecte) et 2 autres branches sont vues VI3. La zone où s'effectue la jonction de ces branches est difficile à détailler. Cet objet atypique est aussi dans les fiches de Michel Nicole.
       
       
       Après cette revanche sur l'histoire, je dirige le T508 vers des galaxies du Verseau.
       
       Observation 8927 : NGC7665.
       85x, 201x, 276x. Elle reste faible et petite à 85x, mais à plus forts grossissements je remarque ses bords nets et une étoile dedans excentrée  en VI4 (25% du temps en vision indirecte).
       
       
       Comme les dernières nuits, j'entends le troupeau de moutons sur l'Aup.
       
       Observation 8928 : NGC7721.
       85x, 201x. A 85x je vois déjà son allongement, elle est considérablement faible à faible.
       Elle est déjà sombre à 201x. Quelques détails durs apparaissent sous forme de glimpses VI4 à 5 (10 à 25% du temps en vision décalée).
       
       
       Des voiles éparses au nord-ouest deviennent gênants, dégradant la transparence.
       Je tente une galaxie Arp dans le Verseau bien que les voiles passent dessus par moments.
       
       Observation 8929 : NGC7727 ou encore Arp 222.
       138x, 201x, 276x. Hormis son centre assez brillant à assez faible, le reste est faible et les détails sont incertains, les nuages n'aidant pas.
       
       
       Retour de nuages éparses s'avancent par l'ouest.
       Je m'obstine en observant une autre galaxie dans le voisinage et dans les voiles.
       
       Observation 8930 : NGC7724.
       201x. Son observation est alternative : très faible quand vue hors des voiles, sinon fantômatique à invisible.
       
       
       A 5h, je capitule, ça devient trop pourri dans l'aube avec ces voiles contrariants.
       De nombreux météores et satellites artificiels sont passés dans le champ de mes oculaires cette nuit.
  • Images