lyl

Starbase 80 (et origines)

Recommended Posts

KO : Kubota Optical.scope2s.jpgKO.png.8413000755726a840becd58ffae30111.png

http://www.rnac.ne.jp/~uccc/english/index.htm

IMG_1283.thumb.JPG.acf30b5b7b95b90e39714cd17721180b.JPG

-------------------------

Et pour revenir sur les plössl TAL, le 6.3 qui va sur la TAL 100R (semi-apo raccourcie à la limite du critère de Sidgwick). O.o

TAL6.3.jpg.2cebaeae5cd234496c9d13e51f77caf2.jpg

Edited by lyl
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Au risque de posé une question sur un sujet déjà traité, mais y a t il une explication théorique sur ce point:

 

- Sur des sessions d'observation que j'ai pu faire avec la Scopetech, le chromatisme est nettement plus présent sur des grands champs types Vixen ssw (83°) que sur de simple abbé/ortho de chez tak ( 45°, 24.5mm coulant) focal quasiment identique.

 

Peux t'on en déduire que le couple achromat/oculaires formule simple est le plus adapté pour la correction des couleurs? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, pancho61 a dit :

le chromatisme est nettement plus présent sur des grands champs types Vixen ssw (83°) que sur de simple abbé/ortho de chez tak

sur la même surface au centre : ça devrait être pareil si c'est un vrai Abbe mais si c'est un Or./PL ça corrige

Au delà de 45° le SSW attrape la couleur latérale de l'objectif.

 

Quelle est la focale : ça compte. (je sais que tu as la f/12.5)

et si tu as le modèle de l'oculaire aussi.

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi j'ai réglé le problème depuis longtemps je suis en doublet Fluo en diamètre 100 mm avec un F/D 9  ;-)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jm-fluo va sortir aussi 😂

 

Pour le chromatisme, effectivement au centre les résultats sont pareils mais sur les bords (80% du champ)...

 

Pour la focale:

 

- 9mm pour le tak MC OR voir la photo pour l'identification

- 10 pour le ssw. 

 

Edit: je recherche activement la F/15 de chez scopetech en okz mais là il faut s'accrocher, elle s'arrache comme des petits pains au pays du soleil levant. Prix de vente moyen en okz=> 250 euros

 

 

ath1-annuncio_28579_50082_TakahashiOrtho.jpg

Edited by pancho61

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'abbe ancien style dont j'avais entendu parler (formule Nikon BK7 BK7/F3/BK7)

est mieux corrigé en terme de piqué mais la couleur est gérée pareil.

Sur la f12.5 ça doit aider mais je ne connais pas les SSW.

SI la correction du SSW est "apo", ça doit faire du bleu vers l'extérieur.

Abbe10.jpg.bd89efc2def3efe1894d57391d4e9290.jpg

 

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour le résultat, pour les oculaires j'ai deux Nikon O en 7mm pour la bino. Un ancien modèle et l'autre "nouvelle gamme" eh bien je peux dire que ces oculaires sont d'un autre calibre vraiment l'image est quasi parfaite contrast, netteté seul le relief d'oeil est en retrait. Pour avoir comparé a des Pentax O, j'ai une préférence pour les nikon. Le niveau de fabrication est excellent, rien a redire ils resteront dans mon kit... Avec la bino la fusion de l'image est parfaite malgré les années de fabrication qui séparent les deux. Bref encore une gamme conçut pour les achromats...

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est plus que probable, la décision japonaise de passer en mode APO partout (objectif et oculaire) date de 1980 pour la microscopie.

Je les vois mal faire deux séries ensuite, une astro et une microscopie.

Donc attention aux orthos Abbe modernes, ils vont ramasser la gestion couleur, on l'a vu avec les Baader : peut-être un soupçon d'adaptation au comportement des lulus ED mais je n'en metterai pas ma main à couper : ça s'est vu sur une 70/700 Skywatcher fin de l'histoire.

Il n'y a qu'au centre du champ que les matériels de tout type vont passer sans couiner.

Je le redis, dans le cas de la Starbase : Tak for Tak, il vaut mieux rester dans la gamme proposée ou connaitre son sujet. Ca reste un instrument pas trop cher mais plutôt bridé (dsl pour le jeu de mots)

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

effectivement sur celle que j'ai, pour l'instant l'oculaire maxi c'est 7mm au delà l'image se dégrade fortement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, pancho61 a dit :

Jm-fluo va sortir aussi 😂

 

Je crois que l'on va lui confisquer toutes ses fluo pour qu'il se remette à l'achro.....

Pour en revenir à la 100mm achro, possible complément de gamme, en F11 par exemple, la monture devrait être en équatoriale, du genre Vixen GP/GPDX. Avez-vous déjà vu sur des sites japonais une monture équivalente fabriqué au japon?

On peut envisager de garder les mêmes oculaires que ceux de la 80mm?

Pour les ortho, pensez-vous qu'il s'agit d'ortho type Vixen 2+2 ou Kokusai Kohki 3+1? A priori, selon toi Myriam, les 2+2 type plossl sont mieux adaptés.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, STF8LZOS6 a dit :

Pour les ortho, pensez-vous qu'il s'agit d'ortho type Vixen 2+2 ou Kokusai Kohki 3+1? A priori, selon toi Myriam, les 2+2 type plossl sont mieux adaptés.

Je vais tester sur une 70/900 (mieux corrigée f/12,85 et plus petite), j'ai pas encore d'info sur la disponibilité.

De mon avis, dans l'ancien temps ....

On faisait du f/15 : 60/900, 80/1200 etc puis ça a un peu raccourci suivant le diamètre. Les discussions sur les critères de chromatisme et des calages ça a été à n'en plus finir.

Bref, les oculaires ont suivi.

 

Les orthos Abbe, ça vient de la microscopie qui était initialement entre f/10 et f/16. C'était le haut de gamme et les objectifs apochromatiques et fluorite de microscopie, avec l'utilisation vers le bleu pour la fluorescence en UV. Donc ils sont fortement corrigés quand ce sont des triplets à 4 verres. (Le Abbe initial c'est 3+1)

 

Il n'y a que Albert König d'après ce que je sais qui a fait un ortho spécifiquement pour ses objectifs. (ce design à 3 verres dans le même brevet de 1939 qui a servi pour le Clavé plössl). Honnêtement je l'avais trouvé nul quand j'ai regardé il y a deux ans mais le piqué n'a rien à voir avec la correction chromatique, j'ai appris plus ensuite avec la formule des Pentax et des Nikon SW et je suis revenue dessus. (et affiché pour pancho61 au dessus)

=> le décalage chromatique des spots c'est le "CVD" plus ou moins fort, c'est soit important soit non gênant. Une astuce pour mieux corriger l'astigmatisme et la courbure qui sont deux critères importants pour le résultat visuel et les combinaisons.

Nikon a repris ensuite en moins cher : le BK7 BK7/F3/BK7 que citait l'ancien président de Vixen. -> Moins de correction chromatique, moins cher mais fabrication facilement pointue, ça vaut autant que de prendre 4 verres compliqués et de rater l'assemblage.

 

Pour du f/10, en fait il plutôt voir ça comme une quantité de résidu chromatique car les doublets de Kobuta Optical sont "textbook" : c'est du BK7-F2.

Donc c'est pas le f/D qui va compter mais si le résidu sera compensé ou pas. Il faut se faire une idée dans le tableau dans les posts des pages avant celle là. (Sidgwick/Conrady)

 

Sinon, Scopetech a mis en place plusieurs types d'oculaires : Huyghens, Ortho./PL (2+2) et Kellner.

 

Le Kellner a un CVD plus fort : mais il ne faut pas en abuser, il y a le piqué avec le kellner qui n'est pas bon sur les petites pupilles et les f/D plus court donc pour la partie 10mm, ils ne l'ont pas inclus dans la gamme de la Starbase.

Je vois que les orthos/PL ont un CVD moins prononcé, c'est bien sur du petit champ (fort grossissement), ils ne les ont pas mis dans les focales 25 de la Starbase, ça ne doit pas compenser assez à mon avis.

Les huyghens (chromatisme faible mais n'aime pas f/D court) c'est pour la Scopetech MAXI à f/15.

 

Les vrais orthos donc, j'éviterai, sauf en grossissement extrême sous le 6mm fourni. Dans la plage proposé il faut quand même faire confiance à Takahashi et aux retours qu'on a déjà eu. Le test que Zirkel avait fait sur la 70f10 c'était bien significatif quand même... Mon P25x (8) c'est un Zeiss a moyen CVD, à mon avis proche des orthos/PL et il était pas mal sur la Vixen 102M, donc probablement surcorrecteur sur la 70f/10.

---------------------------

Bon, je remets le tableau

80f10 c'est Sidgwick, 80f15 c'est quasiment Conrady (critère très sévère)

70f12.85 > 80f12.5 > 70f10

Pour conclure, la Zeiss E110 c'est 110f15 et elle est à 3.5 environ, elle avait une ligne d'Ortho et des Kellner en longue focale. De plus elle était calée assez haut sur la raie e pour le maximum de luminosité des étoiles en grand champ mais sans perdre le H-alpha grâce à son long f/D.

La vieille mémé E110 littrow de Christian, elle est plutôt vers Conrady et calée plus pour la neutralité des tons. (565-575nm, jaune-vert) mais ça bave tellement peu...

 

CA-criterion.png

 

------------------------

 

J'oubliais : les Kokusai Kohki ce sont bien des 3+1 mais ils sont modernisés, ce ne sont pas vraiment des Abbe : plus de piqué à f/D court (f/5) correction couleur tip top mais le bord de champ se relève assez vite.

Edited by lyl
houla .... Ramsden -> Kellner
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut dire qu'avec toi, on a les réponses. Je comprend un peu mieux l'offre du passé et pourquoi Vixen faisait du 2+2 ortho sur sa gamme du 18, 12.5, 9, 7, 6, 5 et 4mm (coût moindre de fab et bonne correction sur le achro).

La gamme Baader classic ortho serait donc plus conforme à une APO. C'est ce que je conclue aussi. De toute façon, j'ai rapidement rapatrié ma gamme vixen sur la 102M par intuition en observant avec. Pas d’intérêt sur l'APO 150mm

Taka a été assez malin de capter une partie du flux sortant de scoptech et de mettre sa réputation en jeu. Pas de risque pour eux vu la qualité des produits, et contrôle du fournisseur partiellement en lui offrant une  ouverture du marché mondial.

En étudiant un peu l'offre actuelle scoptech, on peut se douter de ce que Taka peut potentiellement offrir prochainement.

Mais il manque la monture Japonaise copie de Vixen GP/GPDX pour la suite....on ne peut pas rester avec une azimutale si c'est plus gros en diamètre. 

A moins qu'il en reste là, car une bonne Vixen 102M sur GP/GPDX avec les oculaires qui vont avec est redoutable et peut facilement concurrencer une petite apo Taka du même prix. Cette lunette est toujours d'actualité pour moi et je le vérifie chaque fois que je la sors avec d'autres instruments en comparaison. Par contre, l'offre Vixen APO actuelle est inaudible pour moi. Je les aurait mieux vus mettre le paquet sur les versions NA120, 130 et 140mm avec amélioration du concept.

https://www.cloudynights.com/articles/cat/user-reviews/telescopes/140mm-refractors/vixen-na-140-neo-achromat-ota-r928

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, lyl a dit :

Les vrais orthos donc, j'éviterai, sauf en grossissement extrême sous le 6mm fourni.

Le stellarion HD 6mm est un poil meilleur que le Vixen OR6mm en 24,5mm, mais uniquement sur la plage de mise au point plus franche, avec un meilleur piqué sur la 102M. Mais comme on le dit souvent: Ce que l'on voit avec l'un on le voit avec l'autre mais un poil plus facilement, avec une différence tellement subtil qu'il faut avoir les deux sous la main au même moment.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, STF8LZOS6 a dit :

Je crois que l'on va lui confisquer toutes ses fluo pour qu'il se remette à l'achro....

Ah non jamais ;-)

tu n'as pas tout lu, mdr

"je me souviens à l'époque quand j'ai acheté la Perl-Vixen 83/910, mes amis m'avaient conseillés plutôt la 83/1200 !!"

""moi j'ai gardé la mienne acheté neuve en 1983 pour mes 17 ans, cadeau de Noël à 5500 francs :-)"

et j"ai même une petite chinoiserie ;-)

Ensemble sky.JPG

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 22/10/2019 à 19:45, jm-fluo a dit :

t j"ai même une petite chinoiserie ;-)

Ensemble sky.JPG

 

 

Bonjour,

 

C'est un modèle des années fin 2000 celui-là, je crois.

Bon maintenant il sont tous noir pailleté, moi personnellement... j'aime pas je préfère les tubes tous blanc et pourtant j'aime le noir.

 

Bon ciel achromatique

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 22/10/2019 à 19:45, jm-fluo a dit :

j"ai même une petite chinoiserie ;-)

Mais tu vas pas nous faire croire qu'avec tes lunettes fluo, tu continues à utiliser cette lulu. C'est sentimental ton affaire, et je le respecte à 100%.

Personnellement, je n'ai rien en dessous de 150mm en APO depuis que je l'ai. La 100mm achro vixen est partie sur le lieu de vacances pour m'éviter les transports d'optiques sensibles, et le Maksutov 200 dort dans sa housse en attendant de revenir en scène, si cela lui arrive un jours.

Je l’offrirai/confierai au club astro du coin pour jeunes en mal de lulu....

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Astronomics.JPG.5ea9dbd9c4247f6216781bc56b14ddd8.JPG

En parlant de sentiment, le fondateur d'Astronomics se faisait une joie d'avoir mis ça au catalogue.

Collaborer avec Takahashi sur cet idée vintage aura été sa dernière idée. Astronomics est le relai important de plusieurs fabricants depuis 1979 et des utilisateurs avec le site Cloudy Nights depuis 2004.

Il a créé les liens pour des échanges efficaces entre toutes ces personnes.

Citation

I could go on and tell you that Fred was a visionary in the retail astronomy industry laying the groundwork for many others to follow.  How he was the first retail account for Meade and the fourth retail account for Celestron, or how he was one of the earliest Tele Vue dealers.  How his how-to-pick guides and literature became a must have for astronomers.  How he started Astronomics in 1979 and has made sure it was a family owned business with a specific set of values still 40 years later.  How he loved the field so much that he bought Cloudy Nights in 2004 to make sure it didn’t go away or fall into the wrong hands.  That’s not what this is going to be about however.

 

Fred Bieler est décédé le 19 Octobre.

https://www.cloudynights.com/topic/681159-fred-bieler-founder-of-astronomics-and-owner-of-cloudy-nights-has-passed-away/

 

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

La manufacture optique Kubota utilisant l'ancienne machine de formage/polissage, une vieille visite effectuée par le représentant de ScopeTech avant que Takahashi ne rentre aussi dans le circuit.

https://blogs.yahoo.co.jp/solunarneo/32155110.html

img_0?1306169774 img_1?1306169774 

Le boss Chihiro en plein action sur ces objectifs "vintage" en fabrication, question de passion...

Rien à voir avec une machine CNC à pointe diamantée : moins de contrainte dans la masse. De l'eau, du verre, de l'abrasif, des coupelles préformées. Pas de secret : seule la bonne vieille méthode de l'abrasion de plus en plus fine permet d'atteindre de bons états de surface et de forme. C'est plus rapide qu'à la main quand même faut pas déconner, le prix crèverait le plafond sinon. Combien par jour ? 6, 12 ? Pas sûr, le premier lot de 100 s'est fait attendre, il a quand même fallu remettre au point le processus pour atteindre le niveau de polissage requis.

Citation

La lentille est-elle polie et surveillée? Le président de l’usine qui polit notre objectif achromat est une usine équipée d’un interféromètre et est dirigée par un grand président qui a suivi la formation d’un important fabricant d’optiques. Notre objectif achromat est en charge du président lui-même, et il est particulièrement confiant en termes de précision de la surface. J'avais imaginé une usine de petite ville avant ma visite, mais j'ai été très étonnée d'apprendre qu'elle avait été construite en une génération à peine dans une assez grande usine comptant près de 50 employés sous le président.
Il existe des dizaines de machines à polir, presque en plein fonctionnement. C'était très animé. Nous ne lustrons pas seulement l’achromat mais également l’apochromat tel que la florite et l’ED. Les mesures interférométriques ont montré une précision surprenante.

 

Demain est une machine à centrer.

-------------------------

L'atelier, ce sont des postes de travail.

img_0?1306169813 img_2?1306169813

img_3?1306169813img_4?1306169813

Ça prend du temps, pas beaucoup à la fois.

Coût ~ environ 250-300€ pour un doublet (prix de vente)

Citation

Après le polissage, la périphérie externe de la lentille est affûtée pour améliorer l'excentricité, la taille et la précision. Ceci s'appelle le centrage. Bien entendu, les lentilles achromat sont naturellement centrées, mais de nombreuses lentilles achromat de petit diamètre fabriquées en Chine ne sont pas centrées. Il existe donc de nombreuses variations dans la qualité du produit. Tous les objectifs achromat utilisés dans notre tube d'origine, y compris notre télescope astronomique SD80AM et notre tube 80A-MAXI, sont centrés.
Lorsque le centrage est terminé, comme indiqué sur la quatrième photo, ils sont disposés dans un panier en acier inoxydable et lavés à la machine à laver

Inspection avant revêtement

img_0?1306169866

Traitement optique multi-couche

img_1?1306169903

--------------------------

C'est un pas de géant de passer de lambda/4 pour les formes à lambda/10 comme annoncé.

Stellarvue est revenu à utiliser ce type de polissage pour arriver à ce niveau.

La pointe diamant descend à 30um en général, la machine de doucissage/polissage ramène à 0.140 um si il n'y a pas eu de vibrations parasites ou d'accident de creusage.

L'ébauchage brutal contraint le verre (pression/température micro-locale), il en reste comme une forme imprimée de force qui se relâchera et provoquera des ondulations plusieurs jours après le polissage. Parfois même la composition et l'aspect amorphe du verre change localement.

L'abrasion, elle, se produit sur toute la surface, elle évite l'apparition de contraintes fortes. La sphéricité parfaite est le résultat statistique d'une abrasion régulière (découvert par Isaac Newton). Sauf que pour dépasser l/10 le temps nécessaire est exponentiel. Il y a toujours une limite.

 

La limite utile des "grands outils" tel qu'utilisé ici cf page 61-62 de Jean Texereau : lambda/10.

http://atom.lylver.org/AstroSurf/PDF/Texereau/1950C+T____66___57T.pdf

 

A savoir : un état de forme l/10 pour un réfracteur donne un front d'onde bien moins déformé (la moitié).

l'état final du front d'onde délivré par l'objectif dépend de la racine carrée du nombre d'interfaces avec forte différence d'index traversée. 

un l/10 sur 4 surfaces réfractantes délivre ... l/10 sur le front d'onde.

L'état de surface est différent, il n'est pas trop difficile de réduire la rugosité, sauf que comme dit plus haut, si vous avez emmagasiné des contraintes, il faudra enlever plus de verre "sale", fracturé ou déshomogénéisé par les contraintes apportées.

C'est là qu'on aborde le sujet de la diffusion de surface : dépend beaucoup du contrôle qualité et donc du savoir faire (et de sa patience) du maître opticien.

Edited by lyl
  • Like 2
  • Love 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/10/2019 à 15:47, STF8LZOS6 a dit :

Mais tu vas pas nous faire croire qu'avec tes lunettes fluo, tu continues à utiliser cette lulu. C

Je vais l'offrir à mon neveu qui a 14 ans pour Noel ;-)

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest lunetteapo75

Good point!

on y arrive au L/10. En plus du design des verres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Polir les lentilles comme les miroirs avec un aussi bon état de surface....la recette de la qualité ?

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis surpris qu'il n'y ait pas plus de communication sur cette qualité de polissage. Un instrument amateur à lambda / 10, c'est tout de même rare, même lambda / 8.

 

Pour se donner une idée, quelle est le niveau de polissage des instruments typiques sur ce segment du marché, notamment les 80-100ED, Mak 127 et Newton 130 ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest lunetteapo75

L/8-10 ce n'est plus de l'industriel mass prod.

Ce que vous citez c'est du L/4 plus ou moins.

Cette 100ED qui devrait promettre sur le papier ne l'est pas, bien supplantée en planétaire par une simple 100mm vixen de la bonne version et plus encore de l'istar 100F12 d'aujourd'hui.

Observations en appui sur mars et vénus.

Pas que le design des verres et du doublet, aussi le surfaçage tel que montré par Myriam ici.

Grand merci à elle.

Maintenant une 100ED, c'est économique avec un résultat attachant, cela pourrait faire mieux quand même en y mettant 300-400 en plus sur le surfaçage par lots et agents connaissant expérimentés en atelier. Même en chine ce n'est plus pour le double bol de riz.

De mon point de vue, par l'usage et l'expérience, le L/6 réel suffit pour ces petits contrastes de petits détails planétaires peu contrastés. Pour lunettes, les refracteux peuvent se rebeller.

Encore faut-il caractériser le scope? un roddier déjà avec un BON seeing.

Je crois que chaque observant relevant devrait caractériser son scope en action.

Ce n'est que mon point de vue, pour dépasser le schéma marque commerciale bonne ou mauvaise, on a vu des méniscas Zeiss 150 et 180 à L/2, respectable sur le papier, en fait bien peu sur les résultats.

Pour la qualité image, d'abord le strehl par le polissage des optiques et puis on pourra se gausser sur l'obstruction et ses effets après. C'est le sens.

Je sors ici.

Avant de sortir: imageurs quotez vos images pendant la prise de vues, autrement c'est de la pip.

Bon WE.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 48 minutes, lunetteapo75 a dit :

on a vu des méniscas Zeiss 150 et 180 à L/2,

Ah oui ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Ellazanne
      Bonsoir humain & non humain, arthropode ou ptéropode,
       
      De mon grenier j'ai un ensemble d'oculaires et filtres plus ou moins frais mais tous du coulant 24.5. Soit ! Mais voila je suis bien en peine de les reconnaître, il me semble que certain sont des perl royal et d'autre de perl pe... je ne sais pas trop en faite.
      Quelqu'un pourrait il m'apporter son expertise afin d'y voir plus clair, m'aider a 'les reconnaître' ,peu être même avoir une idée de leurs valeurs? 
       
      Et, ce n'est pas tout, j'ai ici, visible à gauche sur la photo, un piti-moteur spécialement conçu pour les Perls 114 ou 115/900, mais voila je suis la aussi bien en peine de savoir si il est possible de le remettre en route, sachant qu'il se branche apparemment sur du 220 v (j'ai un doute.) mais vu la 'fiche" qui se trouve au bout du câble électrique elle n'est de toute évidence plus adapté aux prises murales du 21 siècle. Dilemme....
      Une idée sur la marche a suivre?


    • By PATRICEM33
      Bonsoir à tous,
       
      Suite à mon sujet Quel tube planétaire principal après un Mak 127 ? , mon nouveau tube, un µ210 dédié pour le planétaire est arrivé aujourd'hui directement de chez OU. Un peu Noël avant Noël .
      Ça fleure bon la qualité Taka mais je le savais, étant ancien possesseur d'une FSQ-85ED.
      Il va être appairé avec une ASI224MC, un ADC ZWO, une barlow Taka 2X et l'adaptateur photo magique de @jldauvergne  pour pouvoir réduire le tirage du montage si besoin.
      Une question pratique : Comment stockez-vous votre Mewlon ? Soit je le laisse dans son carton à plat soit autrement en dehors du carton ?
      Place à quelques photos du tube avant j'espère très rapidement un baptême de mon nouveau setup sur la lune et les reines actuelles (Juju, Saturne et Mars).
       
      Patrice
       

       

       

    • By BobSaintClar
      Amis binaires, bonjour !
       
      Jamais à court d'idées tordues, je vous propose d'exposer ici un projet - sans rapport direct avec l'astronomie, je le précise d'emblée - que j'ai mené jusqu'à son terme, tranquillement, en l'étalant sur plusieurs années.
      Il m'a pris beaucoup de temps, non parce qu'il est difficile à réaliser (au contraire, c'est un jeu d'enfant), mais parce que j'ai tâtonné longtemps. Pour taquiner l'analogie culinaire, disons que je savais quelle soupe je voulais faire, mais peinais à identifier les ingrédients nécessaires à ma cuisine. Mon fil a donc pour simplissime ambition de vous faire gagner un temps fou, pour peu que ma soupe vous mette en appétit.
       
      Quel est ce projet ? Fabriquer des lunettes de vision infrarouge, monochrome ou couleur.
      Là, vous m'objecterez : "N'importe quoi ! C'est voué à l'échec, puisqu'on ne voit pas dans l'infrarouge"...
      C'est vrai ! Mais...
      ... Il y a un "mais"
       
      Avant d'attaquer les aspects pratiques, laissez-moi vous parler du contexte et rappeler, si nécessaire, quelques bases d'optique photographique.
      Nous parlerons également, un peu, de la physiologie de l'oeil : préparez-vous à une petite surprise (pour ne pas dire un choc).
       
      Si vous traînez parfois dans le bistrot, vous savez que j'y propose de temps à autre des photographies en Infrarouge NB et couleur. C'est un vieux dada, qui remonte à l'époque de mon doctorat : étudiant géographe, j'ai travaillé sur des images SPOT en fausses couleurs (les canaux sont décalés : le vert devient le bleu, le rouge devient le vert et l'infrarouge proche devient le rouge) dont l'esthétique étrange a piqué mon intérêt. Or, il se trouve que les photographies dites en "infrarouge couleur" sont traditionnellement faites de la même façon : via un décalage des canaux, pour intégrer l'IR proche dans le rouge. En ce qui concerne l'infrarouge Noir et Blanc, c'est l'aspect cotonneux, laiteux, "hivernal" des paysages qui m'attire... sans parler des ciels très spectaculaires (le "bleu" est très assombri) et de la disparition de la brume, dégageant l'horizon !
       
      Quelques exemples vaudront mieux qu'un long discours :

       
      En haut à gauche : une image infrarouge NB (filtre à 760 nm) générant des contrastes violents sur le ciel et éclaircissant la végétation.
      En haut à droite : image IR NB (filtre 850 nm) avec un ciel bleu devenu noir et une végétation très éclaircie.
      En bas à gauche : image IR couleur (filtre 580 nm, puis traitement "traditionnel" par décalage des canaux) du mont Fuji (invisible à l'oeil nu), sorti de la brume distante, sur fond de campagne verte/rouge.
      En bas à droite : image IR couleur (filtre Wratten n°47 "deep blue", avec un ciel très sombre et une végétation bien rouge)
       
      Je ne l'ai pas précisé, mais il va de soi que ces photographies ont été prises avec un APN défiltré, de sorte à ce que l'infrarouge excite le capteur !
       
      Au début des années 2000, je me suis donc initié à la prise de vue infrarouge, en commençant par le noir et blanc. A cette époque, je ne disposais pas d'un APN défiltré, mais j'avais un Fujifilm S3 Pro dont le filtre interne est assez permissif, suffisamment pour que je puisse m'amuser sans avoir à poser des heures. Avec un filtre coupant à 640 nm, on peut déjà obtenir un effet assez saisissant ; cela tient à la réponse spectrale de la végétation, qui monte vite et tôt après le rouge :
       

       
      Les plantes en bonne santé, à savoir bien chargées en chlorophylle, ont une réflectance très élevée dans l'IR proche, alors qu'elle est faible dans le rouge (le creux de la courbe, vers 600-650 nm). En passant, vous noterez l'intérêt d'étudier la santé d'un couvert végétal dans l'IR : on discrimine facilement les plants qui manquent d'eau, ou sont malades, des plants sains. Ce qu'il faut retenir ici, c'est que la remontée brutale de la réflectance survient assez tôt : dès 700 nm, les feuilles renvoient plus de lumière que... dans le vert !
       
      Maintenant, si l'on s'intéresse à la sensibilité spectrale de l'oeil humain, on obtient ce genre de courbe :
       

       
      Il y a une variation en condition de basse luminosité, avec un décalage de la sensibilité vers le bleu. Quoi qu'il en soit, on note que tout se passe entre 390 et 700 nm. Donc, il semble bien que mon idée de fabriquer des lunettes de vision infrarouge (proche, disons entre 700 et 800 nm), NB ou couleur, est absurde...
       
      Sauf que : en 2007 (de mémoire), lors d'un voyage en France, plus précisément lors d'une ballade en compagnie d'amis autour d'un lac de la grande couronne parisienne, j'ai remarqué quelque chose de très, très inattendu !
       
      Je m'apprêtais à faire une photo IR NB de ce lac (photo que voici)...
       

       
      ... lorsque j'ai noté que mon filtre, supposé opaque en-deça de 720nm, laissait passer un peu de rouge. Je l'ai vu en le manipulant. Du coup, je l'ai placé devant mon oeil, en cachant l'excès de lumière avec ma main libre, pour estimer à quel point ce filtre était pourrave. Logiquement, j'ai bien vu le paysage en rouge sombre, mais quelque chose clochait : l'image monochrome, en terme de luminance, s'apparentait franchement à ce que vous voyez dans la photographie ! En clair, la végétation apparaissait lumineuse, l'eau noire, le ciel d'encre !
       
      Si vous avez déjà regardé un paysage à travers un filtre rouge classique, genre Wratten n°25 ou même 29, vous aurez noté que la végétation est sombre, très sombre même. Je vous mets, à titre de comparaison, deux images d'une même scène dans le rouge (à droite) et dans l'infrarouge proche (à gauche, filtre 760 nm) :
       

       
      On ne peut pas les confondre ! Outre la réponse très différente de la végétation, le ciel est bien plus sombre en IR et les montagnes, au loin, sortent de la poisse (la brume), en apparaissant claires sur le fond de ciel (parce qu'elles sont recouvertes de forêts) quand dans le rouge, elles sont en ombres chinoises, sans détails. Remarquez l'ombre des nuages sur leurs flancs, en IR, ombres invisibles dans le rouge...
       
      Bref, en mettant le filtre devant mon oeil et en isolant ce dernier de la forte luminosité ambiante, j'ai vu le paysage... dans l'infrarouge.
      Stupeur ! Comment était-ce possible ? L'oeil n'est pas supposé voir dans l'IR, surtout au-delà de 760 nm ! Pourquoi est-ce que je voyais quelque chose ? Serais-je doté de pouvoirs extraordinaires ??
      Réponse : bah non, hélas ! Ou plutôt : nous sommes tous dotés de ce pouvoir ! En fait, et ce fut pour moi une vraie surprise : l'oeil humain voit très bien dans l'IR, au moins jusqu'à 800 nm (soyons clairs, je vous parle d'expérience, ce n'est pas une opinion). Simplement, à ces longueurs d'onde, la rétine est peu sensible et du coup, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit, cette capacité à voir dans l'infrarouge est complètement oblitérée par notre sensibilité à la lumière du spectre "visible" !
      Pour parler par analogie : imaginez qu'une personne murmure dans un grand hall de gare très peuplé. Vous ne l'entendez pas, votre ouïe saturée par le brouhaha ambiant des voix de la foule. Maintenant, si tout le monde se tait, sauf cette personne... vous l'entendrez. Et si vous n'avez jamais entendu de murmures avant, parce qu'une loi édicte que "les gens ne chuchotent que dans le bruit", vous serez très surpris !
       
      Bref : A partir de là, je me suis fabriqué un "monocle de vision infrarouge monochrome". Je l'ai toujours, voici la chose :
       

       
      C'est un porte-crayons en bambou, retaillé d'un coté de sorte à ce qu'il se plaque sur mon oeil gauche sans laisser passer de lumières parasites et de l'autre, équipé d'un pas vissant de 58mm. J'y ai placé un filtre IR de 720 nm, c'est tout ! Lorsque je regarde à travers, seul l'IR proche - 720nm et plus - atteint ma rétine : un paysage suffisamment éclairé (de jour, idéalement en plein soleil) m'apparaît tel que dans une photographie IR monochrome de la même scène ; je vois "en rouge" mais pourtant, je vois bien "dans l'infrarouge" !
       
      Pour profiter au mieux du phénomène, plusieurs conditions sont à réunir :
       
      - Le filtre ne doit pas être trop radical : préférez 720 ou 760nm. Les effets bluffants sur la végétation (claire), l'eau (sombre) ou le ciel (très contrasté) apparaissent tôt, inutile d'aller dans les longueurs d'onde trop grandes, d'autant que la sensibilité de l’œil s'effondre vite.
      - Utilisez un cache pour minimiser les lumières parasites (un tube, vos mains, une cagoule, quelque chose du genre de mon monocle...) : seule la lumière infrarouge doit atteindre votre rétine. Si un peu de lumière visible passe sur les cotés, votre pupille va se contracter et vous perdrez immédiatement le bénéfice de la vision IR. Si les filtres IR apparaissent noirs, c'est pour une bonne raison : la lumière ambiante oblitère complètement la sensibilité de vos yeux dans l'IR.
       
      Je vous invite à tenter l'expérience : c'est franchement bluffant ! Seul problème : l'image observée apparaît en nuances de rouge (même si, encore une fois, ce n'est pas du rouge), pas comme une photographie IR en Noir&Blanc. Ce n'est guère esthétique.
       
      N'empêche, ça marche ! Avant que je n'acquière mon premier APN défiltré, un Canon 6D, mon monocle me servait à anticiper mes prises de vue infrarouges NB. D'un coup d'oeil, je savais d'avance ce que mon cliché allait donner ! J'étais assez fier de ma découverte et de mon petit bricolage, n'ayant jamais rien vu de tel ailleurs, dans le commerce ou de réalisation amateur.
       
      Reprenons : en 2012 (de mémoire), j'ai acquis un Canon 6D que j'ai fait défiltrer. A partir de là, je pouvais voir le résultat de mes prises de vue IR en Liveview, directement à l'écran : plus besoin de mon monocle, je l'ai délaissé et pendant quelques années, je n'y ai plus pensé...
       
      En 2016, je me suis mis à la photographie IR couleur.
      A mes débuts, j'ai procédé de façon orthodoxe : pour prendre une image IR en couleurs, on utilise un filtre peu sélectif, qui laisse passer un peu de rouge voir de jaune/vert et bien sûr, l'infrarouge proche. La photographie brute apparaît très rouge, avec des nuances subtiles que le traitement d'image va amplifier. On va enfin décaler les canaux, exactement comme en télédétection (les scènes SPOT en "fausses couleurs") pour obtenir, au final :
       
      - La végétation dans les nuances de rouge, très vive et claire
      - les scènes distantes, la végétation malade, la roche, le béton et divers matériaux artificiels dans les nuances vert/bleu
      - L'eau très sombre, presque noire
      - Le ciel bleu marine, presque noir, avec des nuages blancs très contrastés
       
      Les images en infrarouge couleur sont étranges, bizarres et belles à la fois (c'est mon avis). Elles sont assez différentes des images IR en Noir&Blanc, c'est une autre forme de plaisir photographique. Elles sont aussi plus difficiles à faire, surtout parce que le post-traitement est délicat ; parfois, il ne donne rien de bon, sans que vous ne l'ayez anticipé.
       
      L'année dernière, je me suis demandé s'il n'était pas possible d'obtenir une image IR couleur - donc avec la liste de caractéristiques susdites - en procédant différemment : m'est venue l'idée d'utiliser un filtre qui laisse passer l'IR proche, bien sûr, mais aussi un tout petit peu de lumière visible... SANS le rouge. Pourquoi ? Parce que le canal rouge est dédié, en IR couleur, à l'IR : pas question de le parasiter avec du rouge "normal".
       
      Belle idée ! Mais un tel filtre n'existe pas. A défaut, était-il possible de "l'émuler", en associant différents filtres, en jouant avec leurs courbes respectives ?
      Ce sera le sujet de mon prochain post...
       
      A suivre
    • By jean dijon
      Bonjour,
       
      j'ai un doublet de 60mm dont le baume ? (c'est peut etre de la colle UV) a complétement crystalisé, je l'ai mis à tremper depuis 3 semaines dans de l'essence de térebentine qui m'a permis de décoler sans problemes des lentilles de 30mm de diametre mais là rien ne se passe.  Avez vous une idée peut etre qu'en passant au four cela serait une solution est ce que quelqu'un a déjà pratiqué un tel décolement ?
      Merci pour votre aide
       
      Jean
    • By sypack
      Bonjour à tous,
      J'ai fais quelque recherche / lecture sur le forum mais je n'ai pas exactement trouver la réponse que je cherchais.

      Mon fils de 6 ans adore tout ce qui concerne le ciel, l'Univers, les planètes, les étoiles. Il en sait plus que moi :-) . je lui lis des encyclopédie sur l'espace, il a regardé tous les "c'est pas sorcier" sur le sujet, il a des planètes en décoration dans sa chambre, et il a un planétarium pour s'endormir.
      Son rêve pour son anniversaire est de recevoir un telescope pour observer de plus près les planètes et les étoiles.

      Moi qui n'y connais rien, j'ai commencé mes recherches sur le web afin de me documenter au mieux sur ce qui pourrait le convenir et ne pas lui mettre entre les mains quelque chose d'infâme qui risque de le dégouter de son intérêt.

      D'après mes recherches, nous ne sommes pas dans de bonnes conditions du tout pour profiter de cette passion.
      J'ai donc essayé de lui faire comprendre que l'achat d'un telescope risque de lui apporter plus de frustrations que de satisfactions.
      En effet habitant en Belgique où la nuit tombe tard en été et qu'en hiver il ne fait pas vraiment des températures à mettre le nez dehors, et en plus où le ciel est souvent couvert, les périodes idéales d'observations seront assez minimes pour un enfant de cet âge.
      De plus nous sommes dans une zone où la pollution lumineuse est quand même importante. Nous avons une terrasse qui donne sur l'ouest, où on voit la grande ourse mais pas l'étoile polaire (caché par d'autre maison)
      En bref, c'est pas vraiment les conditions de rêve.
      Il a assez bien compris mon désarroi mais il insiste quand même avec des étoiles pleins les yeux pour avoir un telescope. 

      Après réflexion je me dis que si le telescope est "facilement"  transportable, on pourrait se faire des petites sorties dans des coins plus adaptés en fin de soirée certain week-end, ou l'emmener avec nous quand on va en vacances dans des endroits plus sympa.

      J'ai donc besoin de conseils auprès de votre communauté d'astronomes plus avertis sur ce qui serait idéale comme monture/telescope/optique pour qu'il puisse en profiter un maximum et sans le dégouter par trop de frustration.
      Au niveau budget, je souhaiterais ne pas dépasser les 500 euros tout matériel compris.
       
      Merci d'avance pour vos retours,
       
      Cédric et Adrien.
       
  • Upcoming Events