lyl

Starbase 80 (et origines)

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Guest lunetteapo75

C'est la pollution mondiale ambiante.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, zirkel 2 a dit :

"Gère le grossissement assez bien jusqu'à environ 119x, puis les images commencent à s'effondrer rapidement avec un grossissement croissant. Pour un 80mm, ce n'est pas trop mal, près de 40x par pouce qui est assez moyenne standard pour la plupart des télescopes peu coûteux, produits en masse.

 

Je l'ai comparé à un 76mm/1200 RAO (achromat vintage) et l'AT80 (actuellement fait APochromat ED) et les deux étaient très supérieurs à la Starbase en termes d'optique, mécanique / assemblage de tube, et la performance."

L'avis provient d'une utilisatrice qui diffuse des informations peu fiable et parfois erronée, je m'arrête là, c'est net dans le sujet. (et j'ai des informations historiques sur ce pseudo)

J'ai écris qu'il était possible d'aller au-delà de x133 sur cette offre, mais il ne faut pas oublier que c'est du f/10, frisou les moustaches près du critère de Sidgwick. Vixen ne proposait pas moins que 80/910 pour atteindre le traditionnel x2D. Je ne ferais pas de commentaires sur les autres points, il y a des avis différents.

La starbase est diffraction limited entre 509 et 614nm, c'est très bien mais l'objectif n'est pas traité multi-couche alors que l'entre-verre est plutôt mince. Bresser fait la formule de Baker quand il fait un traitement simple MgF2 (entreverre large), c'est un peu exagéré mais ça évite une perte de contraste, 1/1000 de la focale ça suffit.

---------------------------

Faudrait que @pancho61 en dise un mot dans le sujet, il connait bien la version STL80A-L (80/1000) de chez Scopetech.

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, lyl a dit :

Bresser fait la formule de Baker quand il fait un traitement simple MgF2 (entreverre large), c'est un peu exagéré mais ça évite une perte de contraste, 1/1000 de la focale ça suffit.

 

Bonjour,

 

Pour les gens qui s'interrogent sur les formules optique (dont moi) en achromatique. C'était toi Myriam qui m'avait donné ce lien.

 

.telescope-optics.net

doublet_achromats.PNG

 

Bon ciel achromatique

Edited by Loup Lunaire
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yes yes, c'est du ultra-classique mais il y a des grands contructeurs qui bricolaient ça pour optimiser.

Exemple : calage particulier sur une formule à f11.7 (90/1051) inspiré du calage haut raie e de Zeiss, la zone focusée fait +/- 0.31mm

bleu clair c'est 514nm, violet 620nm (plage planétaire) strehl diff.limited.

vert raie e, jaune 573nm (limite jaune-vert), orange classique raie D (raie sodium) : optimisation lunaire strehl >.97 de 524 à 602. (centrage 563nm +/-39)

90-1051.JPG.03bfb4abdd3a3d765a328ccf8277a772.JPG

C'est le classique réglage ab sphérique sur la raie sodium de dans le temps. (Danjon & Couder etc...)

Vladimir affiche une plage trop large pour le visuel (et moi un peu courte parfois)

-------------------------

C'est assez "savoir faire" ce genre de réglage. Il y a des kilomètres d'équations mathématiques pour finalement revenir (et ça s'explique avec des maths aussi) à de la bonne recette de test optique de Foucault,  Ronchi, masque par zone de Hartmann vieux de plus de 120 ans pour tasser au mieux les points focaux de chaque couleur.

Et je te gratte un verre pour l'aplatir que ça va dans un sens et je te gratte l'autre dans un autre sens. Tant que ça reste dans la marge de la zone de mise au point, ça fait "recette de cuisine" empirique.

Heureusement que sur les achros à longue focale il y a de la marge...

 

Celle au-dessus est un arrangement "exotique" plus "industriel" mais aussi bon :

BAK2 - F5 : r1 = 600mm convexe

r2 et r3 = 300/-300, façonné l'un sur l'autre

arrière r4 = convexe 2300mm

L'ajustement final se faisant en ajustant la séparation avec des cales +/- épaisses (2.5 à 3mm)

Ça fait très "cuisine industrialisée ça" : on se fait un jeu de plaque de mise en forme/polissage et on ajuste la marge à la fin.

industrialisé : reproductible avec une qualité régulière.

 

Note : l'optimal théorique FH c'est

r1 653

r2 -301.4

r3 -305.5

r4 -1955.

Quand on y regarde la différence avec la formule industrialisée : bof bof ça complexifie beaucoup ce qu'il faut faire (mesure des courbes) pour un gain ridicule et un réglage aussi compliqué.

 

On ne pourra pas mieux faire que vérifier la tête des anneaux de newton entre r1 et r2 séparé par une feuille de papier à cigarette et ensuite façonner une dernière face pour 1) annuler la coma a une longueur d'onde facilement contrôlable et 2) caler le rouge et bleu ensemble.

Les japonais font comme ça pour fabriquer le triplet des oculaires orthos collés : ça m'en a bouché un coin quand j'ai lu ça de l'ancien président de Vixen.

Mwai, faire plus spécialisé ça se gère aussi : l'outillage de mesure et contrôle est essentiel qu'il soit physique ou optique par interférence, examen de spot.

 

https://www.youtube.com/watch?v=YHG5KYcC2Xs

BL-1944a.jpg.1e439c39b9c5f3a47e7210a31effc2f9.jpgBL-1944c.jpg.991ae1a041c1d81342865e567da56de7.jpg

 

L'équilibre entre conception et fabrication c'est une bonne clef du succès.

Edited by lyl
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voilà mon rapport d'observation sur la F/12 ( 80/1000) de scopetech. Il n'est pas objectif vu que suis possesseur mais bon pour une fois qu'un constructeur ressort un matériel a contre-courant des tendances actuelles et qui plus est de bonne qualité je ne vais pas me priver de le défendre. Peux être un peu au nom de la pluralité et du renouveau de l'achromat grand public de qualité trop longtemps oublié...😩

 

Je n'ai pas constaté d'effondrement de l'image a partir de 119X ( d'ailleurs obtenir un G de 119X n'est pas facile😂, faut vraiment le chercher) pour ma part l'oculaire de travail pour les forts grossissements est le 7mm ( X142)  ou le 5mm dans les bonnes soirées. L'autre chose que j'ai pu observer qui a de l'influence concerne le choix du RC, au début l'utilisation d'un RC miroir de chez WO m'a posé des problèmes de MAP et de chromatisme celui-ci était nettement plus important comparaison faite avec un petit prisme T2 de chez Baader le chromatisme était nettement plus faible presque négligeable. Comme cité plus haut dans le post, j'utilise exclusivement la lunette avec des petits oculaires 24.5 de chez Tak ou des Nikon O. 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, pancho61 a dit :

'autre chose que j'ai pu observer qui a de l'influence concerne le choix du RC, au début l'utilisation d'un RC miroir de chez WO m'a posé des problèmes de MAP et de chromatisme celui-ci était nettement plus important comparaison faite avec un petit prisme T2 de chez Baader le chromatisme était nettement plus faible presque négligeable. Comme cité plus haut dans le post, j'utilise exclusivement la lunette avec des petits oculaires 24.5 de chez Tak ou des Nikon O. 

Deux bons points:

  1. RC à prisme
  2. Ortho taka ou Nikon coulant 24.5mm.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour compléter, l'idée est de ne pas critiquer le RC WO qui doit être un bon RC miroir mais pour ma part sur cet instrument et sur cette focale, le prisme a donné de meilleur résultat.

Edited by pancho61

Share this post


Link to post
Share on other sites

je n'ai pas fait cette remarque pour dire que le RC WO c'etait de la merde car je ne le connais pas, mais pour te dire que mettre un RC petit prisme cela a du sens.

 

Voilà ce que dit le patron de CFF pour les grosses APO:

https://cfftelescopes.eu/lens-color-correction

"It has to be noted that Strehl ratio becomes slightly lower in red and blue colors and experienced planetary observers might detect the difference under excellent seeing conditions. To get optimal Visual performance from these lenses, some glass needs to be added in the light path, and in our case, this can be represented by a prism diagonal (1.25″ or 2″ size). As prism diagonals typically have better optical quality, better light transmission and less light scatter than mirror diagonals, we encourage all amateur astronomers to use them"

 

Me concernant, j'ai utilisé un RC taka à prisme 1.25 sur une grosse APO qui est excellent mais je mets dorénavant mon INTES à miroir de 2 pouces plus pratique et aussi bon. Il est à Lambda/10. @ALAING doit en avoir un aussi. C'est un bijou.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les achromats et même des apochromats (comme la TEC 140) ça a du sens en effet, on connait la légère modification que ça procure, dans le bons sens, j'ai regardé une fois ça m'a suffit.

Edited by lyl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, lyl a dit :

Pour les achromats et même des apochromats (comme la TEC 140) ça a du sens en effet, on connait la légère modification que ça procure, dans le bons sens, j'ai regardé une fois ça m'a suffit.

et tu penses que cela peut aller aussi dans le sens "miroir L/10" et prisme 2 pouces ZEISS?

 

https://www.baader-planetarium.com/en/baader-t-2-stardiagonal-(zeiss)-prism-with-bbhs-r-coating-(t-2-part-01b).html

Edited by STF8LZOS6

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai du loupé un épisode mais voilà ma source en plus d'autres (R.Christen , TM Back)

http://www.astrosurf.com/laurent/apo140.htm

 

Sans prisme : équilibre de la taille des spots pour la photographie

Note : le strehl est plus difficile en allant vers le bleu, les spots de même taille sont comparés en ratio à la taille du disque d'Airy de la longueur d'onde (vert-bleu 5/6eme), il convient de comparer à la taille du photosite.

 

TEC140-sans.png.e12b73673ad7471565549fd696924589.png

 

Avec prisme : meilleur positionnement rouge-vert => favorable pour le visuel.

 

TEC140-prism.png.a4b1610ef1e515fc92ba719d8c5b92a4.png

 

Avec une lunette calée façon Zeiss sur la raie e 546 ou proche 550nm, on est dans la configuration optimale pour la luminosité étoile.

En ajoutant un prisme, on glisse vers l'équilibre des couleurs (cf Danjon et Couderc sur les calages des achromats)

5dbe983588544_SDanjonCouderP111parag38.jpg.f465120fc9a9c2738a520ae9ef948d5b.jpg

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ok, le vert se rapproche du rouge mais le bleu s'en éloigne mais c'est mieux en visuel. En photo, c'est plus cohérent aussi si on fait la mise au point dans le vert?

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'oeil n'a pas la même préférence de focalisation qu'un appareil photo pour lequel il faut équilibrer les spots pour la répartition en général conforme à une matrice de Bayer RGGB

En vision de repos ou vision sans contraction des muscles, la relaxation de l'oeil est à 0 dioptrie, couleur préféree ou si vous préférez celle sur laquelle on est attiré aussi préférentiellement : le rouge profond.

Par contre si tu colles le nez sur un bouquin, on accomode direct vers le cyan (proche des raies oxygène) et on s'adapte ensuite avec l'éclairage et un décalage vers le jaune (voir plus loin)

relaxed-eye.JPGaccomodation-wavelength.JPG

La densité des cônes et bâtonnets dand l'oeil est TRES différente, l'optique de l'oeil est corrigée différemment, en fait pas corrigée du tout, ce n'est pas un achromat (pas loin mais bon) : physiologiquement, c'est la densité des capteurs dans l'oeil qui s'est adapté à ses possibilités optiques.

Modèle un peu vieux mais représentatif, densité moyenne 10L 5M 1S. Le ratio L<>M très variable mais la luminance vaut l=1.98L+M+0*S (0*S : zéro, S ne contribue pas et donc les cônes bleus ne font pas rétrécir la pupille : danger)

 

defocusing-internal.JPG.be933c9cac31cfd9effd976cc8be12d3.JPG

Human-Eye-precision.JPG.493c371cf33b53189bc59d1289af2a70.JPGcones1.JPG.f1d92718daba47b944f935a896986e90.JPG

 

La notion de white point (dans le cerveau) est, en plus à décorréler complètement de l'illuminant le plus fort, l'oeil se focuse sur un équilibre chromatique

Quand le cerveau se concentre sur les détails, c'est la fovéa / fovéola qui est examinée : il y a 3 mécanismes qui font glisser ves le jaune : pigment protecteur jaune du centre rétine, désactivation chimique des bâtonnets (507nm) en fonction de la luminosité, absence de cônes S et bâtonnets dans la fovéola.

white-point.JPG.10447a28e251a7263ea38ba14b9d5ffc.JPG

Le pigment fait glisser fortement le pic de sensibilité des cônes M (535 nm) et L (565nm)

Résultat : on a une perception colorée TRES dépendante de l'angle visuel observé et de l'illumination.

luminosite-discrimination-couleur.JPG.b8f86c942de82c3f51ee9c0f050cb105.JPG

 

 

L’œil est un vrai casse-tête à comprendre et les instruments pour lui fournir la bonne information sont ... compliqués à concevoir.

L'empirisme a prit le dessus longtemps.

relaxed-eye.JPG

Edited by lyl
  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, lyl a dit :

L'oeil n'a pas la même préférence de focalisation qu'un appareil photo pour lequel il faut équilibrer les spots pour la répartition en général conforme à une matrice de Bayer RGGB

je vais laisser mon miroir Intes 2 pouces en photo, mais mettre le prisme taka 1.25 en visuel HR. Merci Myriam.:x

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, STF8LZOS6 said:

As prism diagonals typically have better optical quality, better light transmission and less light scatter than mirror diagonals, we encourage all amateur astronomers to use them"

 

Excusez-moi si la réponse a déjà été donnée, mais je ne comprends pas pourquoi le prisme est ici supérieur au miroir pour le renvoi coudé. Je pensais que les miroirs étaient parfaitement apochromatiques ?

S'agit-il de dispersion avec le miroir, mieux corrigée par la qualité optique du prisme ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non il s'agit du concept global de la correction chromatique comme on le faisait systématiquement en optique il y a plus de 150 ans

Cette façon de faire liait toutes les pièces d'un instrument : c'était un paquet, un "set"

C'était plus par obligation de résultat une fois l'assemblage réalisé : retour utilisateur, ce n'était pas un super-marché internet comme maintenant, tu faisais un achat global et tu restais en contact avec le même fournisseur de confiance.

 

Depuis 1980 Nikon et Olympus ont préféré concevoir des pièces indépendantes, en astronomie c'est la prédominance des réflecteurs qui a conduit à suivre ce concept : l'explosion dobson.

Tu seras absolument surpris du design entre un plôssl adapté à un réflecteur (ex. : Clavé), le plössl original Zeiss de 1938-40 qui était pour l'objectif B (apo ceci dit), le TV plössl, un plössl TAL pour la TAL-100R et les maksutov. (sans oublier ce que j'ai posté au-dessus : ortho abbe, ortho duplet PL, Kellner)

 

Ici le prisme a pour objet de changer légèrement le calage de l'optique de l'objectif. Il m'a fallu des mois pour comprendre l'intérêt d'un calage aussi haut chez Zeiss et le résultat photographique et visuel si cohérent.

Edited by lyl
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
50 minutes ago, lyl said:

Tu sera absolument surpris du design entre un plôssl adapté à un réflecteur (ex. : Clavé), le plössl original Zeiss de 1938-40 qui était pour l'objectif B (apo ceci dit), le TV plössl, un plössl TAL pour la TAL-100R et les maksutov. (sans oublier ce que j'ai posté au-dessus : ortho abbe, ortho duplet PL, Kellner)

 

Fascinant, car c'est une découverte complète. C'est également lié aux formules optiques ?

Par exemple, le TAL dans ton exemple serait recommandé uniquement pour leurs Maksutov, ou tous les Maksutov (Gregory et Rumak) ?

 

Vu la complexité du domaine, il serait peut-être intéressant de créer un lexique regroupant les designs les plus adaptés à un type d'instrument en fonction de sa formule, son rapport d'ouverture etc.

 

J'en suis resté aux orthos pour les longs f/D, aux Plossl en tout terrain, et aux Nagler/Pentax pour le champ large...

Je viens du monde CCD/spectro et débute en visuel, et en lisant tes postes depuis quelques mois je réalise que le sujet est autrement plus complexe...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette histoire de RC n'est pas simple. Chacun doit exprimer l'alternative du Prisme et du miroir multicouches et voir. 

"De plus avec les apochromats, le prisme introduit une légère chromasie et aberration de sphéricité au- delà" de f/7 d'ouverture."

"Zeiss a calculé ses objectifs APQ pour être utilisés avec des prismes de la firme. l'introduction d'un miroir dégraderait là légèrement l'optique"

"Plusieurs apos AstroPhysics plus anciens (EDT) fonctionnaient mieux avec un prisme. Le résidu chromatique était éliminé, donnant une chromasie comparable aux EDF actuelles."

André VAN DER EST « ASTRO-GUIDE – guide du matériel d’observation de l’astronome » Vuibert, juin 2008  p124-p125

 

De mon côté le possède un RC Perl-Vixen à prisme en 31,75 mm et un RC AP Maxibright en 50,8 mm.

Avec la Perl-Vixen Fluo102/920  f/9, pas de soucis pour moi en Bino avec le RC AP, il faudrait que je le compare avec le RC à prisme, pour voir ! Bon en mode Bino, ma focale résultante est f/27 !!!

 

NB ; existe t-il une RC AP à prisme ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, spectrahm a dit :

TAL dans ton exemple serait recommandé uniquement pour leurs Maksutov

On devrait demander à Synta pourquoi ils n'ont pas créé des oculaires pour leur Maksutov-Gregory.

Ah si !

*** meeeeeep *** je sors

Edited by lyl

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour STF8LZOS6 même remarque que toi, le complément était uniquement pour dire non pas que le RC WO n'est pas bon mais qu'un prisme pouvait être une bonne alternative. L'autre avantage du prisme est le trajet optique plus court ce qui permet de faire passer certaines binos plus facilement.

 

Il n'existe pas de prisme chez AP uniquement un miroir.

 

Pour ma part, j'utilise uniquement le prisme sur des focales longues comme l'achromat, ici le gain est réel. Alors que sur des focales plus courtes comme la TS ou l'apm toutes deux focale 7, je trouve que le chromatisme est moins bien maîtrisé avec le petit Baader. L'idéal serait de tester avec un prisme haut de gamme type " Baader Zeiss" mais bon vu le budget cela fait cher le test.😁

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By astroespo
      Bonjour à tous.
      Suite à vos précieux conseils, je vous annonce la bonne réception de la lunette.
      J'avais hésité avec la version PO FT, mais à première vu, le PO APM n'a rien à lui envier. Il a même un système ingénieux de serrage par bagues conique sur les 2 coulants, très bien étudié.
      Pour les experts,  je joins le rapport fourni avec.
      Merci encore.
       


    • By tomtom45760
      Bonsoir
      Ayant eu la chance de me voir offrir cette lunette ( d'occasion) pour assouvir mon envie de découvrir le ciel de facon nomade je suis confronté à une grosse deception.
      Je la monte sur mon EQ3-2, j'y ajoute un omegon 20mm (basique mais sur mon sw 150 je voyais bien), je pointe vers la Lune et la rien, un boule floue (PO rentré ou sortie au max).
      J'ai essayé avec mes autres oculaires ( ES 6.7-10-14) rien....
      Je n'ai pas eu de renvoi coudé avec y a t il un lien???
      Merci d'avance pour vos conseils.
       
       
    • By Marc684
      Bonjour à tous,
      J'ai testé mon nouveau tube ma 72ED avec son correcteur dédié et je suis au bon backfocus de 55mm et j'ai quand même de la coma sur certains coins... (ma cam c'est une asi 1600)
      J'ai essayé de mieux visualiser le problème sur un stack d’image HA de IC1396 à l'aide de CCD inspector
      Que faire ? 
      Marc


    • By Toutiet
      LA COLLIMATION... l'aviez-vous vue comme ça... ? (5/6)
      Collimation d'un télescope de type Newton
       
      Comme vu dans l'exemple basique ci-dessus, le champ linéaire utile, dans le plan focal, est un cercle de l'ordre de 14 mm de diamètre. Il apparaît satisfaisant que le foyer du primaire se situe à l'intérieur d'un cercle d'environ 5 mm de diamètre. Mais, il est difficile d'estimer visuellement la détérioration de l'image, et l'influence de la coma, en dehors de ce cercle « privilégié », et l'image donne globalement satisfaction.
       
      Avec un réglage de collimation à l'œilleton, cette tolérance de 5 mm est largement atteinte dès lors que le point noir de l'œilleton apparaît bien à l'intérieur de l'œillet du primaire (5mm). Une précision de l'ordre de 2 mm peut être atteinte. Une petite épure montre qu'avec un laser, la précision est deux fois meilleure.
       
      Quelques remarques
      • Par rapport à l'œilleton, l'utilisation d'un cheshire permet d'améliorer, grâce à son réticule, le positionnement longitudinal du miroir secondaire. Cependant la croisée de fils reste floue, car trop proche, et masque le centre précis du champ.
      Par ailleurs, il peut présenter les mêmes défauts conceptuels que le laser : mauvais alignement des axes visuel (le réticule) et mécanique.
      • La technique utilisant le principe de l'œilleton peut être étendue (et améliorée éventuellement en précision), en sortant l'œilleton du PO et en prenant un recul visuel d'une ou deux dizaines de centimètres, tout en restant sur l'axe et en maintenant centrés tous les contours visibles : contours d'entrée et de sortie du PO, miroir secondaire.
       
      • Finition sur une étoile :
      Cette technique sophistiquée implique de faire la collimation de nuit. On observe, sous fort grossissement, la figure de diffraction d'une étoile de bonne magnitude. Comme précédemment, on agit sur le miroir primaire pour centrer les cercles observés, tout en corrigeant la visée pour maintenir l'étoile dans le champ.
      Elle vient en complément pour affiner, si besoin est, le centrage des images sur l'axe optique du primaire mais ne se justifie que pour des applications très exigeantes en dimensions ou qualité d'image. Cet ajustement optique relève cependant plus d'une pure satisfaction visuelle qualitative que quantitative...
       
      • Perpendicularité du PO :
      Elle n'est pas forcément et mécaniquement très rigoureuse, et n'est aucunement une condition d'une collimation réussie. Rien ne l'impose si la méthodologie exposée plus haut est respectée. Sur certains modèles de PO, son réglage est possible et peut être associé à celui de la position longitudinale du secondaire, afin de respecter la règle de bonne visibilité du secondaire (centrage vu du PO).
      Certains longs télescopes exploitent même cette possibilité de « biais » pour rapprocher très significativement le PO du bas du télescope et faciliter ainsi l'observation. La qualité de leur collimation n'en est pas pour autant affectée.
       
      • Sensibilité des vis de réglage du primaire :
      Soit, par exemple, un télescope de 250 mm ouvert à 5. Sa distance focale est de 1250 mm. Supposons un barillet à trois points d'appui avec des vis de 8 mm au pas de 1,25 mm, au sommet d'un triangle de 20 cm de coté. La hauteur du triangle est égale à 20 x 3^1/2 /2 # 17 cm. Chaque tour d'une des vis incline le miroir de 1,25 mm/170 mm. L'axe du miroir s'incline d'autant et le foyer se déplace, dans le plan focal, de 1,25/170 x 1250 mm # 9 mm. Par suite, la sensibilité du réglage sera d'environ 1mm par 1/10 ème de tour des vis. Tel est l'ordre de grandeur qu'il faut avoir en tête au moment des réglages.
       
    • By Stfcap
      Bonjour,
       
      Trente ans après l’acquisition de ma première lunette (aussi performante qu’un cul de bouteille) et de mes premières jumelles 5x20 (dont je n’avais pas fait grand chose à l’époque), je m’intéresse à l’astronomie moderne. Après 6 mois de documentation et de réflexion, je pense enfin m’être décidé sur le matériel qui me conviendrait actuellement. Je souhaiterais donc m’équiper.
       
      J’ai commencé le mois dernier par l’acquisition d’une raisonnable paire de jumelle TS Optics 20x80 triplet, soldée à 199 euros (-100 euros). Agréable pour découvrir mon ciel, en ville (pas mal de chromatisme par contre). Je dois néanmoins la fixer sur une petite monture au regard de son poids (2,4kg). Pas très pratique il faut l’avouer. D’ailleurs je me laisserais bien tenter si je trouve en occasion une monture Orion Paragon-Plus.
       
      J’habite en pavillon dans le 78, assez proche de Paris. La pollution lumineuse ne me semble pas énorme apriori. Je suis également à 5mn en voiture d’une grande forêt et j’aimerais occasionnellement faire quelques sorties à la campagne. Mais pour le moment, mon usage principal sera @home sous forme de sorties rapides.
       
      J’aimerais pouvoir découvrir le ciel en me baladant à la main, simplement aidé d’une carte du ciel sur smartphone. Je souhaite néanmoins pouvoir de temps en temps cibler et suivre un point précis avec le GoTo. Pour le moment, je ne suis pas intéressé par l’astrophoto (et je ne suis pas convaincu par le concept de l’eVscope Unistellar, qui affiche des images basse définition dans un écran à l’oculaire). Mais c’est vrai que ça doit être sympa de voir apparaître en live les galaxies sur PC, avec l’empilement des photos. Je ne veux donc pas me fermer à cette éventualité, si un jour j’ai envie de m’y mettre.
       
      Je me suis donc arrêté sur une monture Az-eq6, histoire d’avoir de la marge en termes de charge admissible pour mon matériel futur, et qui reste une monture agréable en utilisation manuelle (sans GoTo). Je souhaite aussi que celle-ci puisse servir à plusieurs instruments, parfois même en parallèle. J’ai déjà loupé 2 ventes à 1200 euros.
       
      D’ailleurs, j’ai bien saisi que le matériel parfaitement polyvalent n’existe pas et que l’idéal est de disposer de deux instruments. Côté optique, compte tenu de mon ciel trop souvent turbulent qui me limitera en magnitude, je me suis donc intéressé tout d’abord aux lunettes. Relativement à mes moyens et mes goûts à l’oculaire, une Takahashi Fs128 semble un engin exceptionnel. Je regarde sans cesse les PA, en vain pour le moment. Mais entre 2200 et 2500 euros, je n’ai trouvé que des FC100dl et FS102 NSV. Du matériel fantastique, mais correspondant au budget que je souhaite allouer à leur grande sœur. Ne soyons pas trop pressé. J’attends la bonne occasion.
       
      Quoi qu’il en soit, restera à résoudre les objets du ciel profond à l’oculaire lorsque les conditions le permettront. En l’occurrence pour l’heure, je recherche donc en occasion un engin economique et polyvalent (à f/d moyen pour du visuel planétaire et CP). Il sera monté sur ma future Az-eq6 (je ne veux donc pas d’un Dob 300, même Flextube, qui en outre se révèlera incapable de viser l’horizon par une fenêtre). Je préfère la visée dans l’axe plutôt que latérale et je ne suis pas enchanté non plus à l’idée de manipuler un énorme Newton 250. Je préfère l’idée d’un C11 bien plus compact (et esthétique). Ou bien un Meade LX200 10 pouces à la limite si je tombe sur une bonne affaire (autour de 1200 euros avec quelques oculaires et une Barlow). Dans les deux cas, j’opterais plutôt pour une version basique, non Edge (ou non ACF) sachant que cela n’est pas crucial en visuel (et qu’à terme, le tube sera épaulé d’une bonne lunette). Je conçois néanmoins que je devrai apprendre la collimation mais ça fait parti du jeu. Je conçois aussi que l’obstruction de ce dernier le rendra moins performant qu’un Newton 250. Mais s’il m’en offre assez en visuel (détails planétaires et quelques galaxies), cela devrait suffire à me satisfaire. 
       
      Ainsi, au début je pourrai m’en mettre plein les yeux au C11 moyennant quelques efforts et limitations. Puis à terme je pourrai sortir la Taka pour une observation rapide sous mon ciel urbain. Le C11 quant à lui ressortira pour récolter davantage de lumière, lorsque je n’aurai pas à me lever le matin pour travailler. Il aura alors aussi le loisir de prendre tout son temps pour se mettre à température. La Taka sera également parfaite pour l’astrophoto, pour en voir toujours plus. Ensuite, il me restera toujours une évolution possible via une tête binoculaire.
       
      Bref, même si mes envies évoluent, tout ce matériel acheté d’occasion se revendra avec très peu de perte semble-t-il. Que pensez vous de cette réflexion ? Pour résumer : AZEQ6 avec C11 pour commencer, épaulé par mes jumelles 20x80, puis ultérieurement par une Fs128. Est-ce que je me plante quelque part dans mes choix ? Peut-être que finalement une Taka FS102 NSV se révèlerait plus complémentaire au C11 que la FS128 ? C’est certain qu’elle serait plus pratique. Y a t-il alors un intérêt dans ce cas à investir dans un C11 edge plutôt que classique ? Si je pense à la revente j’imagine que oui, mais à l’usage ?
       
      Merci,
      Stéphane
  • Images