xavierc

Rencontres Astrociel 2019 de Valdrôme Nuit 2

Recommended Posts

 Dans le virage du fond du parking.
 Nuit du 31 juillet au 1er août 2019
 Dobson 508/1920
 
 11 dessins : 8873 à 8883.
 
 Après une bonne sieste, je suis opérationnel à 23h15. Le ciel est plus dégagé des voiles que ce qu'annonçaient les prévisions météo, on ne va pas s'en plaindre.
 J'observe une nébuleuse planétaire d'Ophiucus pour entamer la nuit.
 
 Observation 8873 : PK10+18.2.
 85x, 631x, 402x. L'idée de cette observation vient une fois de plus des fiches de Michel Nicole le québecois.
 Répondant bien au filtre O3, elle est bilobée dès 85x, justifiant son surnom de Nébuleuse du Papillon.
 Son étoile centrale est faible, la nébuleuse en partant est très faible.
 Elle est trop sombre à 631x. Le filtre O3 n'apporte aucun détail supplémentaire, je préfère la nébuleuse planétaire au naturel.
 PK10+18.2obs8873.jpg
 
 Je regarde ensuite 2 galaxies de la même constellation.
 
 Observation 8874 : NGC6509.
 85x, 201x. Vue à 85x, elle se révèle diffuse à 201x, faible, et montre son centre un peu plus visible en vision décalée.
 NGC6509obs8874.jpg
 
 La seconde assez esthétique sera montrée à 3 personnes dont Didier L.
 
 Observation 8875 : UGC11093.
 201x. Faible, elle est bien plus effilée en vision indirecte qu'au premier abord.
 UGC11093obs8875.jpg
 
 Je pointe ensuite un amas globulaire du Sagittaire, un Messier en plus, que je montre à Aymeric.
 
 Observation 8876 : M75.
 85x, 201x, 402x. Je l'aperçois dans le chercheur, très faible et ponctuel.
 A 85x c'est une autre histoire, il est brillant, condensé, bleuté. Son coeur est bien plus brillant que le reste, le pourtour reste considérablement faible.
 Il est partiellement résolu à 201x, et surtout 402x. En vision indirecte, le coeur fourmille d'étoiles à la limite de détection.
 La turbulence est assez forte à 402x, de 4 à 3 sur 5 sur l'échelle Ciel Extrême.
 M75obs8876.jpg
 
 Des voiles arrivent à 1h40.
 Je tente la nébuleuse planétaire NGC6210 dans Hercule à l'écart des voiles, afin de tenter d'y voir plus que lors de mon premier dessin au 508, mais elle est trop turbulente pour ce but.
 
 Je me rabats sur des galaxies de la même carte de champ histoire ne pas être venu pour rien.
 
 Observation 8877 : NGC6181.
 85x, 201x, 276x. Facile à 85x, elle est considérablement faible à 276x et dévoile quelques nodosités VI4 à 5 donc à la limite de perception.
 NGC6181obs8877.jpg
 
 J'entends les cloches du troupeau de moutons aperçu de jour sur l'Aup au sud de la station.
 
 Observation 8878 : NGC6168.
 Celle-là à peine soupçonnée à 85x me donne plus de fil à retordre, je la vois VI4 à 3 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et allongée à 201x.
 NGC6168obs8878.jpg
 
 M33 fut cette nuit vue faible en vision directe à l'oeil nu, un bon niveau 2 sur l'échelle de Bortle donc.
 
 Voici la suite et fin du groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193, entamé aux Estivales de Webastro.
 
 Observation 8879 : NGC194 et 199.
 201x. NGC194 est considérablement faible, et NGC199 faible à très faible.
 Un voile arrive dessus à 3h.
 NGC194_9obs8879.jpg
 
 Le temps d'un coup de barre, 10 minutes après les voiles sont partis de cette zone.
 
 Observation 8880 : NGC186.
 201x. NGC186 me montre son noyau considérablement faible, le reste est allongé très faible à VI1.
 NGC186obs8880.jpg
 
 Observation 8881 : NGC193 et 204.
 201x. Ce couple est similaire. NGC193 faible et diffuse est accompagnée de NGC204 faible à très faible et diffuse.
 NGC193_204obs8881.jpg
 
 Un peu de buée arrive à 3h30.
 J'ai besoin d'une vraie pause, d'où 25 minutes de sieste allongé sur le siège passager avant de la Dacia, incliné au max.
 
 Observation 8882 : NGC202/3.
 201x. Je termine par cet autre couple ma visite au groupe de NGC193. NGC203 est faible à très faible et montre facilement son allongement, et NGC202 est faible.
 NGC202_3obs8882.jpg
 
 A 4h10 un peu de hoquet me transforme en grenouille, peut-être à cause d'une ingestion trop rapide de biscuits?
 J'en ai raison grâce à mes talents d'apnéiste, on n'est pas pour rien de la génération "Le Grand Bleu"!
 
 Je termine la nuit sur la comète ASASSN C/2018 N2 dans le Bélier.
 Jean-Bernard et Aymeric la regardent aussi.
 
 Observation 8883 : ASASSN C/2018 N2.
 201x. Positionnée à 4h40, elle est très diffuse, considérablement faible, et son déplacement est perceptible en quelques minutes. J'estime sa magnitude à 14 à la louche.
 comete_ASASSN_C_2018_N2obs8883.jpg
 
 Je connais par contre un échec sur une autre comète, Panstarrs C/2017 T2 dans le Taureau car il fait trop jour.
 A refaire dès le lever des Hyades la prochaine fois.
 
 Je laisse Aymeric pointer NGC253 du Sculpteur au T508 mais elle est trop faible dans l'aube avancée pour la détailler à sa juste mesure à 5h, le fond de ciel bleuit.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Jusqu'au bout de la nuit, le Xavier...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et en enchainant les rencontres à la suite :)

C'est une bête le Xavier ;)

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, ALAING a dit :

C'est une bête le Xavier

Avant, il y avait l'animal politique, maintenant il y a aussi l'animal astronomique! :D

 

Merci de votre visite.

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il m'arrive aussi, parfois, de finir dans l'aube (en tout cas en terme astronomique) et, je ne sais pas si c'est la fatigue, mais c'est toujours un réel sentiment d'impuissance (à conserver du ciel "noir") qui germe dans mon esprit. En plus, les objets du ciel profond étant les premières victimes, je ne vois jamais l'intérêt de différer le repliage même si étoiles doubles, planètes, etc. pourraient faire durer les observations. Donc les extrémistes qui profitent de ces conditions crépusculaires ont toute mon admiration ! :x

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapeau, à part M75 que des objets hors norme !

J'avais tenté la PK10 cet été au 300 mais rien de confirmé. Faut dire que le 500, sous le ciel de Valdrôme et l'oeil de Xavier ça aide !

Niveau esthétique j'ai un faible pour la galaxie UGC, magnifiquement effilée avec les extensions perdues dans le ciel bien rendues.

Ton observation de M75 montre à quel point il est compact, ce qu'on perçoit au premier coup d'oeil presque quelque soit l'instrument (j'ai tendance à mettre M54 / M75 et M80 un peu dans cette même catégorie).

Je suis épaté par la couleur bleu sombre que tu arrives à percevoir chaque fois !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/10/2019 à 14:00, etoilesdesecrins a dit :

j'ai tendance à mettre M54 / M75 et M80 un peu dans cette même catégorie

Bien dit, je viens de mettre au propre le dessin de M54 sous les mêmes conditions et il était bien dur à résoudre. La forte turbulence ne pardonne pas.

Ces amas doivent avoir en commun un fort indice de compacité, alors que le dessin précédant celui de M54 est Palomar 8 bien mieux résolu alors que plus faible.

 

Notre monsieur Catalogue pourrait nous chiffrer ça, hein Yann?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/10/2019 à 14:00, etoilesdesecrins a dit :

Je suis épaté par la couleur bleu sombre que tu arrives à percevoir chaque fois

 

Que sur quelques objets sur lesquels mon commentaire précise la couleur perçue (comme M75), c'est peut-être un effet du scanner qui bleuit les autres? Ca change du verdissement des dessins de Bruno Salque!

Par contre j'ai souvent vu bleu plus ou moins soutenu des galaxies montrant des détails comme des spires et nodosités brillantes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ton papillon de Minkowski (M 2-9) m'attire beaucoup, c'est déjà un gros plan au T500 (dessin de tête). On devrait tous l'essayer celle là...

Avec l'arrivée de ton dernier télescope (quelques années maintenant !), est-ce que tu refais parfois des objets dessinés au T254 ou tu privilégies de nouvelles cibles ? Pour ma part, j'ai tendance à soulever de nouveaux objets mais il m'arrive de revenir avec le plus gros sur certains qui m'ont  plu ou qui présenteraient des détails intéressants (dernier cas : M 1-79).    Fabrice M.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour répondre à Fabrice, mon programme au 508 est un mélange entre les réobservations systématiques des objets déjà vus au Strock 254 et de tous nouveaux tirés du catalogue Arp et des fiches de Michel Nicole. Et de temps à autre déjà une réobservation des premiers objets vus au 508.

Edited by xavierc
faute de frappe
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 7 au 8 août 2019
       Dobson 508/1920
       
       7 dessins : 8942 à 8948.
       
       La nuit précédente fut la seule couverte, mais les prévisions météo alarmistes concernant des orages violents et des fortes pluies pour ce jeudi ne se sont pas réalisées.
       
       Ca a néanmoins impacté la fréquentation du parking, de nombreux astronomes sont partis.
       Je suis seul dans le virage, aucun instrument en vue aux alentours, les autres sont vers l'entrée du parking, dont Jean-Bernard C. et son télescope de 635, qui me survivront lors de ces rencontres.
       
       Je montre quelques objets phare aux rouennais Patrick K. et Alice qui partent demain, après moultes rebondissements avec les assurances suite à la fracture que s'est faite l'autre Patrick qui les avait amenés.
       
       Des voiles sont éclairés par la Lune à un jour du premier quartier.
       Du coup entre la gêne de la Lune et celle des voiles, je pars à l'opposé pointer des amas ouverts de Cassiopée.
       Ils passent bien malgré l'éclat de Séléné.
       
       De toutes façons cette dernière passe vite dans les hauts arbres du terre-plein central, car j'avais prévu le coup en décalant mon télescope pour qu'il soit vite à l'ombre, et en bonus ça me dégage davantage l'horizon Est.
       Elle se couchera vraiment vers 0h40.
       
       Observation 8942 : M103.
       85x, 201x. Il est très riche et brillant, joli avec son étoile orangée vers le centre.
       
       
       Observation 8943 : NGC659.
       85x, 201x. Cet amas bien détaché rayonne en branches assez faibles à faibles. Il s'enrichit d'étoiles avec le coucher de la Lune.
       
       
       Observation 8944 : Tr1.
       En version longue, Trumpler 1. Trois amas ouverts d'affilé, trois catalogues différents!
       85x, 201x. Petit à 85x, il est évident et condensé, je ne me suis pas trumplé en l'observant.
       
       
       A 1h10 je remarque les éclairs d'orages lointains. Aurons-nous un scénario similaire à la dernière nuit d'observation?
       
       Fatigué, je dors 20 minutes dans l'auto.
       
       Puis j'immortalise sur le papier quelques galaxies de Pégase.
       
       Observation 8945 : NGC7357.
       85x, 201x. Repérée à 85x, elle est faible à côté de l'étincelante êta Pégasi (Matar) qu'il faut sortir du champ pour mieux voir.
       Elle reste faible et diffuse à 201x.
       
       
       Des voiles s'annoncent à l'ouest tandis que les Pléiades se lèvent à l'opposé à 1h40.
       
       Observation 8946 : NGC7286.
       85x, 201x, 276x. Elle est vue facilement à 85x. Je remarque sa forme effilée d'un éclat considérablement faible à 201x.
       En poussant le grossissement à 276x, des nodosités sont perceptibles VI4 à 5.
       
       
       Observation 8947 : NGC7292.
       85x, 201x. Faible et diffuse à 85x, elle montre des détails à 201x, dont une étoile contre le noyau, lequel est considérablement faible à faible.
       
       
       Des voix résonnent à l'ouest, Jean-Bernard doit pointer quelques objets pour d'autres astronomes.
       
       Je croque un groupe de galaxies dans Andromède jusqu'à 4h10.
       La buée est devenue gênante, annonciatrice des nuages.
       
       Observation 8948 : groupe de NGC80.
       85x, 201x. Ce groupe est fourni. Les 12 galaxies que j'ai vues sont :
       la plutôt faible à considérablement faible NGC83,
       les considérablement faibles NGC80, 93, 86,
       la considérablement faible à faible NGC85,
       les faibles NGC94 et 96,
       les très faibles NGC90 et IC1546,
       celle vue en VI1 NGC81,
       celle vue en VI2 PGC1669768,
       celle vue en VI3 PGC1670567.
       
       
       Les voiles ténus de plus en plus fréquents lors du dessin sont remplacés par une couche dense de voiles, je stoppe les observations après ce dessin.
       Jean-Bernard est passé faire coucou avant d'aller dormir.
       
       Le papier est humide et l'humidité s'est déposée sur les affaires.
       
       Fatigué, je dors une demi-heure dans l'auto.
       Comme le ciel reste très voilé, et qu'en plus l'aube est imminente, je plie à 5h.
    • By xavierc
       Dans le virage du fond du parking.
       Nuit du 5 au 6 août 2019
       Dobson 508/1920
       
       10 dessins : 8931 à 8940.
       
       Il y a encore du public ici, l'engouement ne faiblissant pas, pourtant après 3 nuits des étoiles d'affilée, quand je suis opérationnel à 23h15.
       Je montre Saturne et M8 à 2 jeunettes puis vaque à mes cibles plus ténues.
       
       La première est le Sextet de Seyfert dans le Serpent, qui m'avait laissé sur ma faim.
       
       Observation 8931 : NGC6027/A/B/C/D/E ou Sextet de Seyfert.
       A 85x, l'ensemble est une tache faible. Le groupe est éclaté à 276x en membres faibles à VI3. Ce grossissement permet de voir les extensions diffuses. 402x les détaille dont la petite hors des lignes râtée la fois précédente. Mais je n'arrive pas à voir les 6.
       
       
       Il fait chaud comme hier, je n'ai pas mis de pull sous le manteau qui est lui indispensable pour garder à portée de main mes oculaires.
       
       Le croissant lunaire témoin de l'avancée inexorable du séjour se couchera vite avant le premier dessin.
       
       Je règle quelques soucis de la lampe de la planche à dessins au début.
       
       Je reste dans le domaine des galaxies, un poil plus haut et plus à l'est dans Hercule.
       
       Observation 8932 : NGC6098/99.
       201x, 85x. Elles sont vues séparées facilement à 85x. NGC6098 est considérablement faible et NGC6099 considérablement faible à faible.
       
       
       Le vent qui contourne la montagne génère un fond sonore fourni dans les basses. La turbulence reste moyenne pourtant.
       
       Observation 8933 : NGC6484.
       Cette galaxie est visible assez faible à 85x, petite. A 201x, elle semble condensée et reste minuscule.
       
       
       Observation 8934 : NGC6482.
       Condensée comme la précédente à 201x, elle est minuscule et assez brillante à 85x.
       
       
       Bruno galère avec une calibration, il ira quérir les conseils d'autres astrophotographes du terrain pour s'en sortir. Où il faut être ingénieur pour faire de l'astrophoto!
       
       Observation 8935 : NGC6500/1.
       201x, 85x. Ce duo est constitué de 2 galaxies respectivement faible NGC6500 et assez faible NGC6501.
       
       
       Après un petit coup de barre à 1h50 dont m'extraient un peu des éclairs d'orages lointains vers l'Ouest, je poursuis avec les herculéennes galaxies (à moins que ce soit dans l'autre sens, je ne sais plus avec la fatigue?).
       
       Observation 8936 : NGC6490 et NGC6495.
       201x. Les galaxies aiment former des duos dans ce coin de ciel! Ici 2 galaxies de même brillance, faibles.
       
       
       L'objet suivant, atypique, est une idée de Michel Nicole, l'astronome québécois dont les fiches d'observation m'inspirent de nombreux sujets d'observation, adaptés à mon télescope vu qu'il utilisait un Dobson de 56cm.
       C'est une nébuleuse bipolaire du Lézard.
       
       Observation 8937 : LKHalpha233.
       276x. Objet de Herbig-Haro et très faible, elle s'étend surtout à l'ouest de l'étoile faible. Elle ne réagit à aucun filtre. C'est dingue de pouvoir observer ce stade de proto-étoile avec nos moyens d'amateurs!
       
       
       Je pointe ensuite quelques galaxies de Pégase.
       
       Observation 8938 : NGC1 et 2.
       201x. Les 2 premiers objets du catalogue NGC sont assez faible et faible dans l'ordre numérique.
       
       
       Des nuages arrivent à 3h20.
       Je vérifie quand même sur les animations météo satellite que l'orage qui s'approche par l'ouest en grondant va passer bien au nord de nous, ce qui est le cas.
       Par contre sa proximité gênera sur les 2 derniers dessins en me flashant la vision nocturne, le ciel devenant brièvement blanc à l'oculaire lors des éclairs les plus brillants.
       La menace ne faisant que nous raser, je dessine donc un groupe de galaxies sous ces contraintes dans Pégase.
       
       Observation 8939 : NGC7765 à 7768.
       278x, 201x. C'est un quintet mais pas de Stephan, composé de NGC7765 et NGC7766 très faibles, NGC7767 considérablement faible, NGC7768 assez faible, complétés de CGCG477.020 très faible. Groupe intéressant.
       
       
       Un bolide aussi brillant que les éclairs s'est invité dans le coin de mon champ de vision et a laissé une trainée persistante une dizaine de secondes vers 4h50.
       
       Observation 8940 : NGC7769 à 7771.
       201x. Je continue de monter dans la numérotation NGC avec NGC7769 assez faible au bord sud plus net, NGC7770 faible et NGC7771 assez faible.
       
       
       Je finis fatigué à l'aube à 5h sous les grondements de l'orage voisin.
    • By Loup Lunaire
      Bonjour,
       
      Me revoilou, vite le ciel est dégagé et hop c'est parti jusqu'à 21h00 car le ciel est de nouveau couvert.
      Quand c'est comme ça ne faut pas attendre pour dessiner.
      La turbulence étant plus forte qu'hier (bien visible à x36), j'ai baissé le grossissement. Je me suis arrêté sur Bailly au sud sur le limbe, il s'agit une formation nectarienne de 300 km de diamètre, la plus vastes des cratériformes.
      Concernant les outils de dessins des polychromos sur papier noir.
       

       
      Bon ciel lunaire
  • Images