Sky runner

IC 1257 en hommage à Barbara Wilson

Recommended Posts

Barbara Wilson est certainement connue de ceux qui s'adonnent aux challenges visuels. Elle a côtoyé de nombreux grands observateurs et a pu profiter de leurs télescopes géants. Elle nous a quitté le mois dernier. J'ai donc ressorti un dessin fait à La Palma pas si vieux (juin 2017) qui brosse le portrait de cet objet mystérieux pris d'abord pour un amas ouvert puis pour une néb. de type Ced. Mais son changement de statut revient en fait à Barbara qui a tiré la sonnette d'alarme avec d'autres amateurs en 1996. J'avais également en archive une photocopie d'un de ses dessins effectué presque au même G que moi (464x) mais dans un bien plus gros instrument (T914). Avec IC1257 et son rougissement interstellaire assez important, on pense à un loupé de la petite famille des Palomars puisqu'il est déjà situé à plus de 80000 al de l'autre côté de notre Galaxie. A l'oculaire, malgré le bon seeing, au T600x470, la tache était constamment mouvante et terriblement difficile à circonscrire. Dans ces cas là, une seule issue, celle de patienter afin de noter la forme la plus probable, enfin celle qui revient le plus souvent dans les séries de glimpses. Une autre difficulté apparaît pour cet objet : l'intransigeance quant au G à employer ; dans mon cas le Delos 4.5 et pis c'est tout. Pour ce qui est de la détection générale, IC 1257 est certes faible mais sa partie centrale est suffisamment condensée pour être accessible à de plus faibles optiques. Cet amas est entourée d'étoiles très faibles  : la plus faible sur mon dessin est à magv 17,3 et la plus brillante à 14,5 (la plupart sont répertoriées dans le catalogue USNO). Après mise au propre, il s'avère que j'aurai perçu un début de résolution dans la zone périphérique S. L'étoile qui se dégage dans l'extension floue est à magv 16,95, soit un peu juste pour être un membre physique. Pour l'étoile enfouie en son sein, l'analyse est plus délicate mais je parierai bien pour l'étoile dont parle William Harris dans l'art. référencé (Astronomical journal) : Finally, we note the presence of an unusually bright star(or starlike object) which appears to lie within ~2" of the geometric center of the cluster.Though it is clearly saturated on our/—band image, measurement of this central object through a 2"-diameter aperture on the BandV frames(ex-trapolated through the standard curve of growth to the equivalent large aperture magnitudes) gives approximate photometry of V=17.12, B—V=1,4.

NOTA :  le diamètre apparent pour cet amas me semble plus proche de la minute d'arc.

           Sur le dessin au 36", la forme est globalement la même, il y a quelques étoiles résolues dans d'extension floutée S mais on peine à retrouver leur place exacte sur les photos. Et pour les étoiles environnantes, il y en a même une de moins que ci-dessous. Fabrice M.

5da398f028ea0_IC1257.jpg.deb82533bdc30e19ad979c19ad3b00af.jpg

  • Like 5
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Ahh, un bel hommage à la Barbara, qui était aux amas globulaires Palomar et Terzian le pendant de Steven Gottlieb et Jack Marling pour les nébuleuses planétaires : l'auteure d'une ribambelle de "first visual sightings" ! Eh ben, IC 1257, je l'ai pas encore vu... Mais sa faiblesse dans ton T600 laisse présager d'un moment difficile!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jamais observé non plus ! Merci pour ce compte rendu très intéressant

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

Merci pour toutes ces infos sur cet objet bien méconnu classé à tort comme nébuleuse dans certaines bases de données.

Vu il y a qq années dans un TN 400 à 250x  comme une petite boule diffuse avec un centre un peu plus dense bien diffus (DC =3/4),

Visibilité : 0,5 à 1 /4 dans ma cotation perso, ce qui correspond à très faible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Presque hors sujet, un documentaire intéressant (en américain) avec Barbara Wilson (et bien d'autres) : 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'objet me disait quelque chose mais pas l'observatrice. Merci de ce bel hommage et quelle culture des stargazers américains!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore un sujet traité haut la main par Fabrice. Franchement si j'avais le temps, et le temps (météo !) cela donnerait envie de pousser plus loin nos observations en touchant l'aspect astrophysique !

 

Barbara Wilson, n'était-elle pas contributrice dans l'atlas des objets Arp ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui parfaitement, tu vois Etoilesdes ecrins que tu la connais(sais). Barbara W. apparaît à la 3ème et à la 46ème mn de la video de Yann.

Promis, la prochaine fois, je vous proposerai un dessin plus détaillé mais pas un Messier non plus ! Pour moi, le jeu était juste ici d'essayer de résoudre cette tache diffuse, chose que je tente avec chaque amas globulaire d'ailleurs. A ce jeu-là, c'est la turb qui dicte tout ; mon instrument étant limité par elle la plupart du temps, même si je patiente quelques heures.       Fabrice M.  

PS/ sur la popularité de la défunte dans l'hexagone, je me disais avant la remarque d'*, que j'avais peut-être une chance qu'ils la connaissent pour ceux qui possédaient le Arp, apparemment bonne pioche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah ouais le Arp ... En passant au 300 je m'étais promis d'y piocher moult petites surprises mais hélas la météo dicte tout, et même si l'on a eu  un bel été j'en suis toujours à mes listes d'objets plus classiques ... enfin selon les constellations ça avance plus ou moins vite. Mais je pense qu'à moins d'être dans l'extrême sud de la France ou plus en bas encore il faudrait plus d'une vie pour balayer les objets classiques des Splendeurs par ex, plus se concentrer sur des dessins d'objets spectaculaires, plus passer du temps sur des objets exotiques comme Arp, Hickson ou même papillonner dans l'IDSA en fouillant des zones au hasard ...bref tout un programme !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

Il y a tant de cibles potentielles dans le ciel profond qu’il est bien difficile de « tout » voir, surtout avec un gros télescope.

Pour mon expérience perso avec un TN 400 et maintenant avec un TN 560 depuis 3 ans environ, cela fait environ 20 ans que je prends des notes sur chaque cible vue. Au final, ma base de données contient un peu plus de 5850 objets (en fait cette base est à jour pour plus de 95%, ce qui me reste environ 200 cibles encore à décrire). Tout cela depuis mon site du Maine et Loire, comme quoi, il ne faut pas être forcément au sud pour voir des choses à profusion… d’autant plus que le nombre de nuits vraiment claires a chuté depuis mes débuts !!

Il est intéressant de voir les stats par types d’objets :

7,1 % pour les amas ouverts,

3,0 % pour les astérismes référencés,

1,6 % pour les amas globulaires,

1,0 % pour les nébuleuses par réflexion,

1,4 % pour celles à émission,

0,6 % pour les nébuleuses obscures,

5,8 % pour les nébuleuses planétaires,

0,5 % pour les quasars

et 79,1 % pour les galaxies.

Le gros pourcentage de galaxies, c’est tout simplement parce qu’il y a plus de galaxies dans le ciel que d’autres choses !

Le fort pourcentage de nébuleuses planétaires (le Messier en contient seulement 4) s’explique par l’observation acharnée dans le début des années 2000 avec un certain François Jauzelon, très accro aux NP (dommage, François est reparti chez lui et plus de nouvelle depuis..??)

 

Même si ces cibles sont nombreuses, il y en a d’autres nouvelles que je mets au programme de temps en temps en sillonnant sur les observations (et photos) du net entre autres d’autres mordus, comme la nébuleuse MWP1 ou le parachute d’Andromède (merci Yann P. et Bertrand L.) En plus, pour un même objet même bien connu, il y a toujours autres choses à découvrir avec son instrument ou un plus grand, comme la centrale de M 57 ou plus rare la seconde étoile dans l’anneau !

L’univers du ciel profond est si immense.

 

Et encore, je ne parle ici que des cibles au-dessus de -30° de déclinaison (limite que je me suis fixé pour chez moi) ; et oui, il y a le reste « en-dessous ». J’ai une bonne base de données aussi avec l’hémisphère sud avec 360 objets environ en plus...

 

Je vous livre rapidement quelques cibles exotiques pour l’automne : UGC 11994, UGC 12281, NGC 7284-7285, NGC 7443-7444, NGC 7253 A+B, Jones 1 (que les spécialistes connaissent bien), NGC 128 +127 et 130, ou bien encore un amas globulaire fort délaissé NGC 7492 (à résoudre avec un T 400 mini) et j’oubliais la minuscule Pease 1 dans M 15… que Yann nous mettra à l’honneur un jour c’est sûr ;)

Edited by Alexandre Renou

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now